• Vitrail de la légende de Saint Jacques (XVIème siècle)

    (plus de détails à la fin du chapitre)


    1 commentaire
  • Statue en pierre polychrome de Sainte Anne et de la Vierge enfant


    votre commentaire
  • La Vierge et l'Enfant (XVIème siècle)


    votre commentaire
  • (Marie Madeleine)


    votre commentaire
  • (Nicodème)


    votre commentaire
  • (L'Eglise Saint Vorles à la nuit tombée...)


    4 commentaires
  • Que ses clochettes sentent bon !
    Je le planterai au jardin quand il sera défleuri...

    votre commentaire
  • de Micheline,Evelyne et Dany....

    votre commentaire
  • Des tableaux animés japonais d'une finesse extrême...cliquer sur les lignes à droite,c'est une splendeur...

    http://ugokie.diginauts.com/

    votre commentaire
  • Vous pouvez télécharger gratuitement,et donc lire,des milliers de livres...

    http://www.livrespourtous.com/

    votre commentaire
  • Un site où vous pouvez écouter les oeuvres de Guy de Maupassant,remis à la mode par les télé-films de FR2....

    http://www.guydemaupassant.fr/maupassant.htm

    votre commentaire
  • une petite animation fort sympathique.....les vilains garnements seront punis !

    Vidéo Youtube


    votre commentaire
  • La translation des reliques de Saint Vorles de Marcenay à Châtillon sur Seine dans l'Eglise qui portera son nom.
    On voit à droite l'Eglise et le château des Ducs de Bourgogne dont il ne reste actuellement qu'une tour en ruines...
    (photo de cette tour dans le chapitre:château-fort)


    1 commentaire
  • Sa recette préférée:

    Les oeufs en meurette

    Pour 6 personnes:

    -150g de lardons
    -50g de beurre
    -40g de farine
    -2 gousses d'ail
    -3 échalotes
    -1 oignon moyen
    -1l de bon vin rouge (Bourgogne de préférence !)
    -6 oeufs
    6 tranches de pain
    -vinaigre
    -persil

    Dans une sauteuse faire revenir les lardons dans le beurre,ajouter les gousses d'ail,les échalotes et l'oignon (le tout finement hâché)

    Faire un roux avec la farine ,mouiller du vin rouge,laisser cuire 30 mn.
    15 mn avant la fin de la cuisson,pocher les oeufs dans de l'eau bouillante vinaigrée.

    Faire frire au beurre les tranches de pain aillées.

    Poser les oeufs sur les croûtons dans un plat creux,arroser de sauce et saupoudrer de persil hâché !

    Et régalez vous en pensant à notre cher "Pape des escargots" !


    votre commentaire
  • Recette d'un grand chef Dijonnais,Jean-Pierre Billoux, son restaurant se nomme :"Le pré aux clercs":

    La pintade aux échalotes

    I faut:

    -une pintade
    -16 échalotes
    -1 bouteille de bon vin rouge corsé (Bourgogne de préférence !)
    -beurre
    -huile
    -2 ou 3 morceaux de sucre
    -laurier
    -thym

    1)saler et poivrer la pintade

    2)faire chauffer le vin rouge ,le flamber,y ajouter les échalotes épluchées entières,le sucre,le thym,le laurier.Faire cuire 25 mn sur feu moyen

    3)colorer la pintade en cocotte dans un mélange beurre-huile,couvrir et baisser le feu.Cuire 50mn

    4)Enlever le gras de la cocotte après avoir retiré la pintade.Y ajouter le mélange vin-échalotes.Faire bouillir quelques instants.

    Découper la pintade,l'arroser de la sauce,entourer des échalotes.

    Accompagner de pommes de terre cuites à part à la poèle,moi je fais des pommes-paillasson.

    Essayez,c'est délicieux !

    votre commentaire
  • Cette église fut construite au cours du 4e quart du 12e siècle dans le quartier dit du Bourg, à côté de l'hôpital Saint-Germain.

    L'Eglise Saint Nicolas

    Au 15e siècle, deux chapelles furent édifiées à droite du bas-côté droit : la première, dédiée à la Vierge, communique avec le bas-côté par une grande arcade qui paraît contemporaine de la construction de l'église ; la deuxième, en grande partie reconstruite sert aujourdh'hui de sacristie. En 1546, eut lieu la reconstruction du choeur flanqué de chapelles latérales (Courtépée) .

    L'Eglise Saint Nicolas

    Cette reconstruction s'effectua, semble-t-il, à partir des anciens murs partiellement conservés. L'arcade en plein-cintre alors prévue dans les deux contreforts postérieurs de l'abside assuraient l'accès aux maisons qui entouraient alors le chevet.

    L église étant inondable, le sol fut surélevé en 1593 et 1643 d'après Beaudoin, en 1630 d'après Frérot. Au 17e siècle, fut percée une porte dans le mur nord du bas-côté gauche (3e travée) .

    L'église devint paroissiale par arrêté préfectoral du 26 mai 1807. En 1896-97, on effectua d'importants travaux de restauration : outre la consolidation de la façade, on procéda à la réfection de la toiture de la nef et du choeur désormais couverte en ardoise (l'ancienne couverture étant en pierre calcaire) .

    En 1902-1903, la tourelle donnant accès au comble (à gauche de la façade antérieure) fut surélevée afin d'y installer une horloge : le devis, daté du 16 juin 1902, fut établi par l'architecte dijonnais Louis Perreau. L'incendie provoqué par les bombardements allemands du 15 juin 1940, détruisit les toitures, le beffroi, une partie des chapelles latérales droites et la sacristie.

    Classé monument historique en 1942, l'édifice fut entièrement restauré par l'architecte E. Chauliat, en 1947-58.

    L'Eglise Saint Nicolas


    votre commentaire
  • Cette verrière, offerte par la famille (armoiries) Vignier a conservé sa place d' origine ; elle date des années 1535-1540, et a été restaurée (notamment plusieurs têtes, dont celle de Jessé).



    votre commentaire



  • Cette magnifique Eglise est le joyau de Châtillon sur Seine.Elle domine la ville de toute sa beauté romane.
    C'est dans cette Eglise qu'eut lieu le miracle de la Lactation de Saint Bernard.

    La collégiale Saint-Vorles fut édifiée dans l'enceinte du castrum sous l'épiscopat de Brun de Roucy, évêque de Langres de 980 à 1016.

    L'édifice était placé initialement sous le patronage de Saint-Martin, Notre-Dame, et Saint-Vorles dont les reliques furent transférées dans la collégiale en 868.

    Le clocher qui s'élève à la croisée du transept fut reconstruit au 12e siècle.

    La construction des chapelles qui flanquent le choeur date du 14e et du 15e siècle : il s'agit, à gauche, de la chapelle Sainte-Thérèse et de la chapelle du Carmel, à droite de la chapelle du Rosaire.


    5 commentaires
  • Au cours du 1er quart du 17e siècle, d'importants travaux furent réalisés : reconstruction de la partie supérieure du clocher du massif antérieur (ce clocher devait désormais servir de tour de guet) , remaniement de la partie droite du massif antérieur, construction des voûtes de la nef (date 1619 sur la clef de voûte de la 1ère travée) , exhaussement des murs des bas-côtés, agrandissement vers l'ouest de la chapelle Saint-Bernard, construction de la chapelle Sainte-Croix à droite des 2 dernières travées du bas-côté droit (date 1610 au-dessus de la porte d'entrée, à l'extérieur) , remaniement du porche, reconstruction des contreforts, agrandissement des fenêtres du choeur, construction d'une chapelle contre le mur postérieur de la chapelle du Rosaire (cette nouvelle chapelle fera fonction, plus tard, de sacristie) .

    En 1854, furent entrepris la construction d'une sacristie postérieure, adossée à l'abside, et le remaniement de la chapelle Saint-Bernard (construction d'un faux cul-de-four et de l'escalier actuel) . A la même époque on édifia deux tourelles d'escalier de part et d'autre du porche.


    votre commentaire
  • De 1927 à 1934, eut lieu une campagne de restauration qui concerna notamment la couverture alors refaite en pierre plate.

    De 1959 à 1974, l'ancienne collégiale fut entièrement restaurée : à cette occasion on détruisit la sacristie construite en 1854 ainsi que le faux cul-de-four de la chapelle Saint-Bernard et les tourelles d'escalier du porche ; à ces travaux s'ajoutèrent la réfection de l'enduit intérieur, la réouverture de certaines fenêtres, et la réfection, en bardeau, de la couverture du clocher du massif antérieur.

    Des marques de tâcheron sont gravées sur l'empattement du massif antérieur, des bas-côtés et de la chapelle Sainte-Croix, ainsi que sur les contreforts et les murs latéraux du porche. L'église n'est plus paroissiale depuis 1807.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires