• Quelle joie lorsque j'ai reçu ces jours derniers des nouvelles de Yamvénégré ..

    J'ai appris que j'avais désormais une adorable filleule : Lamoussa-Franceline Ilboudo !

    Voici cette charmante enfant dont je vais suivre et aider la scolarité pendant 5 ans :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    Et voici la lettre de Pierre Maréchal qui nous parle de Lamoussa-Franceline et nous donne des nouvelles de l'Association et de ses magnifiques actions au Burkina Faso ..(cliquer deux fois sur le texte pour mieux lire)

    -La Foire Gastronomique de Dijon


    1 commentaire
  • René Drappier et son épouse se sont rendus à Dijon pour visiter la Foire Gastronomique 2010..

    Voilà de très belles photos qu'il a faites pour le blog..

    Le pavillon de la Hongrie, invité d'honneur cette année :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    La table de Lucullus :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    La ferme Bio :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    Un aquarium :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    L'Asie s'expose :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    La Foire Gastronomique de Dijon en général :

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    Et à la fin de la journée, la fatigue se fait sentir...

    -La Foire Gastronomique de Dijon

    Merci René pour toutes ces belles photos , et à l'année prochaine pour la foire 2011 !

     


    votre commentaire
  • L'avant  dernier spectacle de la saison 2010-2011, proposé par Châtillon-Scènes , nous a été présenté par Yolande Estrat, Présidente de l'Association,dimanche 7 Novembre dans le si beau décor de la Chapelle Templière Saint Thibault.

    Un spectacle d'une très grande qualité, comme toujours, puisque élaboré par le "Théâtre de l'Impossible" et du Festival "Pierres Vivantes" .

    Souvenez vous des précédents spectacles inoubliables présentés par cette compagnie  :"Je suis  né  Jean de la Fontaine" (au château de Rochefort), Nelly Kaplan dans tous ses états (à Laignes), "Liberté et responsabilité,Vaclav Havel,le dissident Président (au Musée du Pays Châtillonnais), "Il y a des Hommes-Océans"( au château de Mauvilly)

    (vous pouvez revoir les photos de ces spectacles dans les chapitres "Châtillon-Scènes" 2009-2010 et 2010-2011 )

    -La Truite Châtillonnaise

    Ce spectacle magnifique a été conçu par Robert Bensimon à partir de "Victor Hugo, Victor Schlœcher Lettres" livre de Jean et Sheila Gaudon.

    Voici ce que nous dit Robert Bensimon :

    Ces deux hommes qui ne se connaissent pas : Hugo l'aristocrate, Schœlcher le commerçant,le second plein de réserve d'abord face aux dons éblouissants du premier, et puis après, exactement le 2 décembre 1851, quand la République , longtemps malmenée, est soudain mise à bas..(on appelle "ça" un coup d'Etat, et ces coups-là sont toujours des coups bas, mais il faut savoir les antciper et les prévoir)..Victor Schœlcher, Représentant du Peuple voit dans la rue, sur les barricades, et face aux baïonnettes, Hugo risquer sa peau , à ses côtés, pour...une utopie, pour la République !

    Mobilisés, motivés tous deux pour ce quelque chose qui les dépasse et qui les unit, ils fraternisent.

    Ensemble ils vont lutter contre la peine de mort, pour la liberté de la presse, pour l'abolition de l'esclavage , en France et dans le Monde...

    Les deux hommes vont correspondre, ils échangeront entre 1843 et 1879 pas moins de 64 missives avant de se connaître pour de bon, lors de leur exil.

    C'est Robert Bensimon qui , avec fougue, nous faisait revivre Schœlcher..

    -La Truite Châtillonnaise

    Claude Bornerie interprétait avec force, un Victor Hugo qui plaide pour une vie politique modérée, mais qui glisse peu à peu de la droite vers le Centre..une "extraordinaire métamorphose" comme le dit si bien Jean François Kahn..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Victor Schœlcher , qui avait été  nommé par Lamartine président de la commission d'abolition de l'esclavage, fut l'initiateur du décret du 27 avril 1848 , abolissant définitivement l'esclavage en France..

    -La Truite Châtillonnaise

    Victor Hugo était  également révulsé par l'esclavage puisqu'il disait que "l'esclavage produit la surdité de l'âme"..

    Les deux hommes ne pouvaient donc que s'entendre..et pas seulement sur l'esclavage !

    -La Truite Châtillonnaise

    Une correspondance assidue va donc avoir lieu entre Hugo et Schœlcher, ce sont ces lettres que les deux comédiens vont nous lire à tour de rôle..

    Les événements qui se produisirent en France durant cette longue amitié épistolaire nous seront contés par la belle Corine Thézier qui représente "le Temps"...

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Victor Hugo sera exilé à Jersey, puis Guernesey, tandis que Schœlcher choisira lui même de s'exiler à Londres (bien que, dit-il, il ne porte pas les Anglais dans son coeur !)

    Les deux exilés se rencontreront enfin à Londres, mais continueront d'échanger des missives où ils évoqueront l'Espagne en crise, leurs situations d'exilés républicains, la poésie et la musique..

    Victor Schœlcher s'était pris de passion pour le musicien Haendel, durant son exil il lui consacrera d'ailleurs un ouvrage..

    -La Truite Châtillonnaise

    Puisque Victor Schœlcher avait cette si grande admiration  pour Haendel, Robert Bensimon a imaginé nous faire écouter , en intermèdes, cette sublime musique interprétée avec un art extraordinaire par le  jeune violoniste prodige Steve Duong..

    Je dis bien" prodige", car nous avons été tous et toutes subjugués par sa maîtrise époustouflante du violon..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Hugo et Schœlcher revinrent en France après la défaite de Sedan, devenus de grands amis ..

    -La Truite Châtillonnaise

    Avant de clore le récit de cette inoubliable soirée, je me dois de publier le magnifique poème de Victor Hugo, " l'expiation" que les trois interprètes : Robert Bensimon, Claude Bornerie et Corine Thézier nous ont lu avec une très belle émotion..

    Un peu long peut-être mais si beau, et puis du Victor Hugo on ne s'en lasse, et on ne s'en lassera  jamais, puisque ce poète est immortel !

    L'expiation

    Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
    Pour la première fois l'aigle baissait la tête.
    Sombres jours ! l'empereur revenait lentement,
    Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.
    Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche.
    Après la plaine blanche une autre plaine blanche.
    On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.
    Hier la grande armée, et maintenant troupeau.
    On ne distinguait plus les ailes ni le centre.
    Il neigeait. Les blessés s'abritaient dans le ventre
    Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés
    On voyait des clairons à leur poste gelés,
    Restés debout, en selle et muets, blancs de givre,
    Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre.
    Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs,
    Pleuvaient ; les grenadiers, surpris d'être tremblants,
    Marchaient pensifs, la glace à leur moustache grise.
    Il neigeait, il neigeait toujours ! La froide bise
    Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus,
    On n'avait pas de pain et l'on allait pieds nus.
    Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre :
    C'était un rêve errant dans la brume, un mystère,
    Une procession d'ombres sous le ciel noir.
    La solitude vaste, épouvantable à voir,
    Partout apparaissait, muette vengeresse.
    Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse
    Pour cette immense armée un immense linceul.
    Et chacun se sentant mourir, on était seul.
    - Sortira-t-on jamais de ce funeste empire ?
    Deux ennemis! le czar, le nord. Le nord est pire.
    On jetait les canons pour brûler les affûts.
    Qui se couchait, mourait. Groupe morne et confus,
    Ils fuyaient ; le désert dévorait le cortège.
    On pouvait, à des plis qui soulevaient la neige,
    Voir que des régiments s'étaient endormis là.
    Ô chutes d'Annibal ! lendemains d'Attila !
    Fuyards, blessés, mourants, caissons, brancards, civières,
    On s'écrasait aux ponts pour passer les rivières,
    On s'endormait dix mille, on se réveillait cent.
    Ney, que suivait naguère une armée, à présent
    S'évadait, disputant sa montre à trois cosaques.
    Toutes les nuits, qui vive ! alerte, assauts ! attaques !
    Ces fantômes prenaient leur fusil, et sur eux
    Ils voyaient se ruer, effrayants, ténébreux,
    Avec des cris pareils aux voix des vautours chauves,
    D'horribles escadrons, tourbillons d'hommes fauves.
    Toute une armée ainsi dans la nuit se perdait.
    L'empereur était là, debout, qui regardait.
    Il était comme un arbre en proie à la cognée.
    Sur ce géant, grandeur jusqu'alors épargnée,
    Le malheur, bûcheron sinistre, était monté ;
    Et lui, chêne vivant, par la hache insulté,
    Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches,
    Il regardait tomber autour de lui ses branches.
    Chefs, soldats, tous mouraient. Chacun avait son tour.
    Tandis qu'environnant sa tente avec amour,
    Voyant son ombre aller et venir sur la toile,
    Ceux qui restaient, croyant toujours à son étoile,
    Accusaient le destin de lèse-majesté,
    Lui se sentit soudain dans l'âme épouvanté.
    Stupéfait du désastre et ne sachant que croire,
    L'empereur se tourna vers Dieu ; l'homme de gloire
    Trembla ; Napoléon comprit qu'il expiait
    Quelque chose peut-être, et, livide, inquiet,
    Devant ses légions sur la neige semées :
    « Est-ce le châtiment, dit-il. Dieu des armées ? »
    Alors il s'entendit appeler par son nom
    Et quelqu'un qui parlait dans l'ombre lui dit : Non.

    Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !
    Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
    Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,
    La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
    D'un côté c'est l'Europe et de l'autre la France.
    Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l'espérance ;
    Tu désertais, victoire, et le sort était las.
    O Waterloo ! je pleure et je m'arrête, hélas !
    Car ces derniers soldats de la dernière guerre
    Furent grands ; ils avaient vaincu toute la terre,
    Chassé vingt rois, passé les Alpes et le Rhin,
    Et leur âme chantait dans les clairons d'airain !

    Le soir tombait ; la lutte était ardente et noire.
    Il avait l'offensive et presque la victoire ;
    Il tenait Wellington acculé sur un bois.
    Sa lunette à la main, il observait parfois
    Le centre du combat, point obscur où tressaille
    La mêlée, effroyable et vivante broussaille,
    Et parfois l'horizon, sombre comme la mer.
    Soudain, joyeux, il dit : Grouchy ! - C'était Blücher.
    L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme,
    La mêlée en hurlant grandit comme une flamme.
    La batterie anglaise écrasa nos carrés.
    La plaine, où frissonnaient les drapeaux déchirés,
    Ne fut plus, dans les cris des mourants qu'on égorge,
    Qu'un gouffre flamboyant, rouge comme une forge ;
    Gouffre où les régiments comme des pans de murs
    Tombaient, où se couchaient comme des épis mûrs
    Les hauts tambours-majors aux panaches énormes,
    Où l'on entrevoyait des blessures difformes !
    Carnage affreux! moment fatal ! L'homme inquiet
    Sentit que la bataille entre ses mains pliait.
    Derrière un mamelon la garde était massée.
    La garde, espoir suprême et suprême pensée !
    « Allons ! faites donner la garde ! » cria-t-il.
    Et, lanciers, grenadiers aux guêtres de coutil,
    Dragons que Rome eût pris pour des légionnaires,
    Cuirassiers, canonniers qui traînaient des tonnerres,
    Portant le noir colback ou le casque poli,
    Tous, ceux de Friedland et ceux de Rivoli,
    Comprenant qu'ils allaient mourir dans cette fête,
    Saluèrent leur dieu, debout dans la tempête.
    Leur bouche, d'un seul cri, dit : vive l'empereur !
    Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur,
    Tranquille, souriant à la mitraille anglaise,
    La garde impériale entra dans la fournaise.
    Hélas ! Napoléon, sur sa garde penché,
    Regardait, et, sitôt qu'ils avaient débouché
    Sous les sombres canons crachant des jets de soufre,
    Voyait, l'un après l'autre, en cet horrible gouffre,
    Fondre ces régiments de granit et d'acier
    Comme fond une cire au souffle d'un brasier.
    Ils allaient, l'arme au bras, front haut, graves, stoïques.
    Pas un ne recula. Dormez, morts héroïques !
    Le reste de l'armée hésitait sur leurs corps
    Et regardait mourir la garde. - C'est alors
    Qu'élevant tout à coup sa voix désespérée,
    La Déroute, géante à la face effarée
    Qui, pâle, épouvantant les plus fiers bataillons,
    Changeant subitement les drapeaux en haillons,
    A de certains moments, spectre fait de fumées,
    Se lève grandissante au milieu des armées,
    La Déroute apparut au soldat qui s'émeut,
    Et, se tordant les bras, cria : Sauve qui peut !
    Sauve qui peut ! - affront ! horreur ! - toutes les bouches
    Criaient ; à travers champs, fous, éperdus, farouches,
    Comme si quelque souffle avait passé sur eux.
    Parmi les lourds caissons et les fourgons poudreux,
    Roulant dans les fossés, se cachant dans les seigles,
    Jetant shakos, manteaux, fusils, jetant les aigles,
    Sous les sabres prussiens, ces vétérans, ô deuil !
    Tremblaient, hurlaient, pleuraient, couraient ! - En un clin d'œil,
    Comme s'envole au vent une paille enflammée,
    S'évanouit ce bruit qui fut la grande armée,
    Et cette plaine, hélas, où l'on rêve aujourd'hui,
    Vit fuir ceux devant qui l'univers avait fui !
    Quarante ans sont passés, et ce coin de la terre,
    Waterloo, ce plateau funèbre et solitaire,
    Ce champ sinistre où Dieu mêla tant de néants,
    Tremble encor d'avoir vu la fuite des géants !

    Napoléon les vit s'écouler comme un fleuve ;
    Hommes, chevaux, tambours, drapeaux ; - et dans l'épreuve
    Sentant confusément revenir son remords,
    Levant les mains au ciel, il dit: « Mes soldats morts,
    Moi vaincu ! mon empire est brisé comme verre.
    Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ? »
    Alors parmi les cris, les rumeurs, le canon,
    Il entendit la voix qui lui répondait : Non !

    Les comédiens et le violoniste furent applaudis comme il se doit, pour ce spectacle d'une si grande qualité, bravo à eux de nous permettre d'enrichir notre culture !

     

    -La Truite Châtillonnaise

    Nous avons pu rencontrer les si talentueux interprètes de "Victor Hugo-Victor Schœlcher: Correspondance " autour d'un pot amical, préparé par les bénévoles de l'Association Châtillon-Scènes, oh qu'elles étaient  délicieuses les "garguesses" que Madame Garnier nous avait confectionnées !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    C'est avec regret que nous nous sommes séparés, mais nous attendrons avec impatience le prochain spectacle de ces comédiens qui sont devenus au fil des ans et des représentations , les amis de l'Association Châtillon-Scènes...et donc les amis de tous leurs fervents admirateurs, dont je suis bien évidemment !


    4 commentaires
  • L'association de Saint Marc sur Seine, "Sports et Loisirs" nous a conviés samedi 6 Novembre à la représentation d'une pièce de théâtre de Molière "George Dandin", mais  revisitée par la troupe "Cassis Théâtre et intitulée "le Dandin de la farce".

    Vincent Chauvot , le président de "Sports et Loisirs" nous a présenté cette  pièce , et a dit tout son plaisir de voir la troupe Cassis-Théâtre la jouer pour la première fois  chez nous, à Saint Marc ! A côté de lui, Gérard Chapuis, originaire du village, que Vincent a retrouvé lors de la fête des conscrits 2008..

    Gérard a créé les décors du "Dandin de la farce"avec Nathalie Razavet et règle le son et les lumières avec Christian Galliègue..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Le metteur en scène, Emmanuel Collin, qui réside à Pernand Vergelesses , haut lieu du Théâtre où Jacques Copeau et ses "copiaus" s'installèrent, nous présenta son spectacle .

    le "Dandin de la farce" est une adaptation fidèle de George Dandin de Molière, mais il lui a été ajouté des éléments de la Commedia dell'Arte que Molière admirait tant...musique italienne (d'aujourd'hui!) éléments de notre époque qui surprennent et font rire par leur baroque ..Et puis la pièce se termine bien comme dans les comédies italiennes de l'époque.

    -La Truite Châtillonnaise

    A noter qu'Emmanuel Collin s'est réservé un petit rôle, mais tellement comique, celui de Colin (ça ne s'invente pas !) le valet de George Dandin.

    (précisions pour les amateurs d'orthographe: Molière a bien nommé son héros George et non Georges)

    Emmanuel a frappé les trois coups, que la farce commence !

    George Dandin est un paysan qui a épousé une jeune fille de petite noblesse Angélique de Sotenville.Mais il est malheureux car il sait qu'il a fait une sottise en se mariant avec une rouée qui ne songe qu'à le tromper..

    -La Truite Châtillonnaise

    Voilà qu'arrive Lubin, le valet de Clitandre amoureux  d'Angélique.

    Ne croyant pas avoir affaire à Dandin, le mari, il lui confie les intentions amoureuses de son maître vis à vis d'Angélique, l'épouse de Dandin...

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Les beaux-parents de Dandin, Monsieur et Madame de Sotenville arrivent bien à propos, Dandin va les mettre au courant de la rouerie de leur fille..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Mais les beaux-parents ne croient pas un mot de ce que leur raconte leur gendre , première humiliation pour Dandin..

    Et voici qu'arrive Clitandre,le soupirant d'Angélique..

    -La Truite Châtillonnaise

    Les beaux-parents de Dandin questionnent Clitandre mais ce dernier nie être amoureux de leur fille et accuse Dandin d'être un maraud et un coquin....

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    En aparté, Angélique fait les yeux doux à son soupirant, mais elle nie absolument tout devant ses parents, c'est encore Dandin qui sera humilié..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Lubin,le valet de Clitandre et Claudine la servante d'Angélique sont amoureux, ils vont tout faire pour réunir leurs deux maîtres Angélique et Clitandre..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Angélique quant à elle,  veut goûter à tous les plaisirs, elle a été mariée de force, sans amour, et elle veut maintenant prendre les libertés que son âge lui permet !

    (clin d'oeil à notre époque elle lit un magazine coquin !!)

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Encore un clin d'oeil : sa servante lui procure un téléphone portable pour joindre Clitandre !

    -La Truite Châtillonnaise

    Clitandre est ravi des services que lui rend Claudine et la récompensera lors de son mariage avec Lubin..

    -La Truite Châtillonnaise

    Lubin ne sait toujours pas que le paysan qu'il rencontre de nouveau est Dandin, il lui confie que Clitandre est en rendez-vous galant avec Angélique..

    -La Truite Châtillonnaise

    Dandin et les époux Sotenville se cachent derrière un buisson en attendant le retour des amants, les voilà , mais Clitandre est en bien légère tenue !!

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Angélique qui a vu ses parents et Dandin l'espionner, nie tout en bloc et fait semblant de chasser son importun soupirant à coups de balai...

    -La Truite Châtillonnaise

    Les parents croient aux dénégations de leur fille, encore une humiliation pour Dandin...

    -La Truite Châtillonnaise

    La nuit tombe..pensant que son paysan de mari est endormi, Angélique court retrouver Clitandre, en laissant la porte entr'ouverte..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Mais Dandin se réveille, s'aperçoit de la disparition de sa femme et  sort en tenue de nuit ..

    Dans la nuit, Lubin le prend d'ailleurs pour Claudine et lui confie que son épouse batifole avec Clitandre..

    -La Truite Châtillonnaise

    Dandin réveille alors son valet Colin qui cuvait son vin dans une barrique et l'envoie dare-dare quérir monsieur et Madame de Sotenville pour qu'ils comprennent enfin la rouerie de leur fille..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Dandin rentre alors dans la maison et ferme la porte de l'intérieur..

    Mais voilà les amants qui reviennent et qui se disent adieu..

    -La Truite Châtillonnaise

    Mais malheur, au moment de rentrer voilà que notre gourgandine et sa servante trouvent porte close, à la grande joie de Dandin qui les observe de sa fenêtre !!

    Il tient enfin sa vengeance...

    -La Truite Châtillonnaise

    Dandin annonce qu'Angélique est perdue car ses parents vont arriver et ils comprendront que leur fille les a nargués et qu'elle a cocufié son mari..

    Que faire , que faire ?

    -La Truite Châtillonnaise

    Angélique invente un stratagème avec l'aide de Claudine: elle fait semblant de se suicider !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Entendant un grand cri, Dandin sort de la maison, croyant trouver sa femme occise...et pendant qu'il cherche le cadavre dans la nuit, la rouée et sa servante rentrent à la maison et ferment la porte à clé !! c'est maintenant Dandin qui est "enfermé..dehors " 

    Et voilà que Monsieur et Madame de Sotenville arrivent , conduits par Colin !

    -La Truite Châtillonnaise

    Angélique et sa servante Claudine n'auront aucun mal à accuser Dandin et à se disculper..

    -La Truite Châtillonnaise

    Et c'est encore Dandin qui sera accusé d'être un mauvais mari  et qui sera bastonné..

    Suprême humiliation, , il sera donc bien le "Dandin de la farce " !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Après toutes ces humiliations, Dandin a eu, bien sûr, la tentation de se jeter dans l'eau la tête la première..mais finalement il préférera se noyer dans le vin avec le valet Colin , ce sera bien plus plaisant n'est ce pas ?

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Quelle soirée de fous-rires nous avons passée avec cette joyeuse troupe de "Cassis-Théâtre", les applaudissements n'en finissaient pas, les rappels furent nombreux ..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Et mille bravos au metteur en scène, Emmanuel Collin !

    Les acteurs étaient :

    -George Dandin, riche paysan , mari d'Angélique : Laurent Pujol

    -Lubin, serviteur de Clitandre : René Lapray

    -Monsieur de Sotenville, gentilhomme : Denis Gaillot

    -Madame de Sotenville, sa femme : Anne Chapuis

    -Clitandre, amoureux d'Angélique : Alain Gauthier

    -Angélique , femme de Dandin et fille des Sotenville : Sylvie Lapray

    -Claudine, suivante d'Angélique : Marie de Marchi

    -Colin, valet de George Dandin : Emmanuel Colin

     

    Prochaines représentations du "Dandin de la farce" :

    -Le Vendredi 3 Décembre à Nuits Saint Georges

    -Le samedi 11 Décembre à Seurre

    Et d'autres dates à venir !

    Longue vie à la troupe de "Cassis-Théâtre", nous espérons bien avoir le grand plaisir d' applaudir de nouveau ses merveilleux comédiens à Saint Marc sur Seine... ou ailleurs  !

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    8 commentaires
  •  

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...

    Halloween 2010 avec les jeunes de la MJC Lucie Aubrac...


    votre commentaire
  • Vendredi 5 Novembre j'ai été invitée à une remise de récompenses à la Maison du Pêcheur, cette jolie petite maison qui se trouve au début de la promenade de la Douix, au bord de la Seine..

    -La Truite Châtillonnaise

    Cette maison du pêcheur est le lieu de rencontre des pêcheurs à la mouche de l'association de "La Truite Châtillonnaise"..

    -La Truite Châtillonnaise

    Lorsque je suis arrivée, j'ai vu sur la table, outre les boîtes contenant le matériel à fabriquer des "mouches" , deux superbes récompenses: une coupe et un challenge magnifiquement  décorés !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

     

    -La Truite Châtillonnaise

    Pourquoi ces challenges ? et bien parce qu'un concours de pêche a eu lieu le 24 Octobre dernier dans le plan d'eau de la Commune de Champeau en Morvan près de Saulieu, plan d'eau appelé "le Neptune".

    A ce concours de pêche à la mouche, la "Truite Châtillonnaise" avait envoyé trois de ses représentants : Jean-Pierre Gurga (qui réalise de si belles photos pour le blog !, Halim Rachedi et Eudes Lallemant.

    A l'issue du concours c'est notre équipe Châtillonnaise qui a remporté les récompenses suprêmes , ce challenge et cette coupe !

    Je laisse la parole à Jean-Pierre Gurga au sujet de cet événement:

    En dehors de leur participation à des manifestations locales, et de leur présence lors de journées à thème dans les écoles, les pêcheurs les plus expérimentés participent à des concours régionaux.

    C'est ainsi que le 24 octobre 2010,sur le réservoir fédéral Neptune, commune de Champeau en Morvan, à proximité de Saulieu, ils ont participé au Challenge D.Gobert par équipe, organisé par le groupement des pêcheurs sportifs Beaunois en partenariat avec la Fédération Départementale de Côte d'Or.Malgré la présence de quelques "pointures régionales" , le Club Châtillonnais s'est magnifiquement défendu, puisqu'à l'issue du concours, c'est l'équipe Châtillonnaise composée de Jean-Pierre Gurga, Halim Rachedi et Eudes Lallemant qui a remporté la coupe et le Challenge qui sera remis en jeu en 2011.

    Lors de ce concours 94 truites furent prises et relâchées, la plus grosse mesurait 61cm.

    Les voilà donc  nos champions :

    -La Truite Châtillonnaise

    Deux récompenses pour trois, c'était un peu frustrant pour moi, je les ai donc fait poser individuellement, ils le valent bien !

     Jean-Pierre Gurga :

    -La Truite Châtillonnaise

    Halim Rachedi :

    -La Truite Châtillonnaise

    Eudes Lallemant :

    -La Truite Châtillonnaise

    La coupe et le challenge resteront au local du club pendant une année et seront remis en jeu au cours du concours d'Octobre 2011.

    Ils iront rejoindre les belles coupes déjà remportées par le club:

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Oh la belle tête de brochet !

    -La Truite Châtillonnaise

    Je n'ai pu m'empêcher de photographier le superbe polo que portent les pêcheurs à la mouche Châtillonnais !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Après la remise des récompenses, j'ai assisté à la confection de mouches artificielles par les membres du club, des mouches comme celle-ci, un travail d'artiste !

    -La Truite Châtillonnaise

    Mais ce sera l'objet d'un prochain article !

    Vous pouvez retrouver le site de la truite Châtillonnaise dans les sites amis en bas de la page du blog, mais je vous le remets ici, vous pourrez y trouver tous renseignements utiles sur le club et...vous y verrez encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga !

     http://www.truitechatillonnaise.com/

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    6 commentaires
  • Un lecteur de Chamesson m'a contactée pour me proposer une photo intéressante : celle d'un panneau publicitaire ancien consacré à la pointerie de Chamesson..

    En bois, il contient, incrustées sur sa surface,  toutes les sortes de pointes qui étaient confectionnées à l'usine, le voici:

    -La Truite Châtillonnaise

    Ce lecteur se demande si cet objet est rare et s'il a de la valeur, quelqu'un pourrait-il lui répondre, en commentaire ?..Merci pour lui !


    1 commentaire
  • Dimanche 7 Novembre 2010, La Municipalité offrait aux Séniors de la ville de Châtillon sur Seine, son traditionnel repas d'amitié , et les aînés étaient très nombreux à avoir répondu à cette très agréable invitation.

    Monsieur le Maire a rappelé qu'une de ses priorités était que les aînés de la ville de Châtillon sur Seine soient reconnus, respectés et entourés,cette manifestation le prouve..

    A  côté de lui, Richard Hennick qui devait animer l'après-midi des sons joyeux de son accordéon..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Des tables joliment décorées attendaient les convives, Hubert Brigand passait vers chacun pour leur dire un mot gentil..Toujours aimable et plein d'attention envers les ainés, notre Maire !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Puis le repas suivit, tout d'abord un apéritif avec alcool, ou sans.. accompagné de friands

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Une délicieuse terrine aux pistaches fut servie en entrée...

    -La Truite Châtillonnaise

    Puis une volaille fondante aux champignons et carottes..

    -La Truite Châtillonnaise

    Un plateau de fromages (déjà entamé  lors de ma photo!)

    -La Truite Châtillonnaise

    Et un succulent dessert...que je n'ai pu savourer puisque je devais me rendre  au spectacle de Châtillon-Scènes "Victor Hugo- Victor Schlœlcher" à 16 heures, mais mon photographe attitré , René Drappier , l'a fait pour moi !

    (Merci à lui pour ses photos !)

    -La Truite Châtillonnaise

    L'ambiance était excellente, toutes les personnes présentes ont eu beaucoup de joie à se retrouver, et entre les plats, Richard Hennick faisait danser nos toujours alertes séniors !

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Les résidents des maisons de la Maison de la Douix  étaient venus en bus, avec leurs dynamiques accompagnants..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    Les résidents de la Charme étaient accompagnés de bénévoles et d'Aurélie, toujours si attentive à ses pensionnaires..

    -La Truite Châtillonnaise

    De jolies fleurs attendaient d'être remises aux dames invitées: Kalanchoés, Saint Paulias, cactus de Noël..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    La remise de ces fleurs fut vraiment une joie pour chacune ..

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    -La Truite Châtillonnaise

    La joie se lisait sur les visages, ce fut pour tous une bien agéable journée..

    Merci à la Municipalité de Châtillon sur Seine de penser avec autant de délicatesse  aux aînés de la Ville et de leur offrir de tels moments de bonheur !

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     


    1 commentaire
  • D'autres merveilleux champignons photographiés par Jean-Pierre Gurga..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    4 commentaires
  • L'Eglise d'Origny sur Seine est placée sous le vocable de Saint Germain et maintenant de Notre Dame du mont Carmel.

    C'est une charmante petite église dont le choeur et le clocher paraîssent du XVIème siècle .

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Un porche protège l'entrée de l'Eglise et sur le côté une porte est surmontée d'une croix pattée.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    L'intérieur de l'Eglise a été remarquablement restauré..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    On y voit des croix de consécration et des peintures murales..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    L'Eglise d'Origny abrite plusieurs statues : un Saint Germain en pierre du XVème siècle..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Une Vierge à l'Enfant, une Sainte Catherine , Sainte Anne éducatrice et d'autres statues..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Et deux jolis bâtons de procession..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire
  • La piscine est en pleine rénovation...

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Le pont de l'Avenue Joffre a fait peau neuve..

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Une reflexion personnelle : J'espère que lorsque les travaux Avenue Joffre seront terminés, et donc la déviation Poids-Lourds supprimée, les feux tricolores  en bas de la rue Docteur Robert seront rétablis..

    En effet , aux heures de pointe il est parfois impossible de passer et de plus on ne voit pas les voitures arrivant sur la gauche, et qui roulent parfois beaucoup trop vite.

    Messieurs les Ediles, pensez aux habitants de Château-Gaillard, s'il vous plaît.Eux aussi ont le droit de circuler normalement.

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     


    votre commentaire
  • Décidemment, Laurence Pocheveux, la sympathique bibliothécaire de la Médiathèque de Laignes a beaucoup d'idées intéressantes .

    Elle invite des peintres a accrocher leurs toiles sur les murs de la Médiathèque, elle organise des ateliers :scrapbooking, modelage..

    Et samedi 30 et dimanche 31 Octobre, c'était à un atelier de calligraphie que nous étions conviés !

    Qu'elles sont belles ces lettres anciennes que l'on trouve dans les anciens manuscrits, mais qu'elles sont difficiles à reproduire !

    Et bien non,grâce aux conseils de Régine Riefolo, une habitante de la Région Parisienne, calligraphe de métier, qui vient en vacances à Nicey, la calligraphie est ..un jeu d'enfant (là j'exagère un peu !)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Régine a proposé des modèles de lettres anciennes à ses stagiaires, du brou de noix en guise d'encre de Chine, et une plume à bec plat et à réservoir..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Cet "apprenti-calligraphe" est gaucher, , ce n'est pas très facile de bien former ses lettres !

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Et voici quelques jolies réalisations de Régine Riefolo , disposées harmonieusement dans la Médiathèque par Laurence..

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     


    2 commentaires
  • Entre Saint Marc sur Seine et Aignay le Duc, après le hameau de Quémigny sur Seine (Cosne) , se trouve le  charmant village de Beaunotte.

    En arrivant au village, sur la droite , on remarque  un imposant bâtiment au bord de la Coquille : c'est l'ancien moulin Jolimet qui a arrêté sa production de farine et d'aliment pour le bétail il y a quelques années.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Ce moulin a été acheté depuis peu par un sympathique couple Franco-Ecossais , Eve et Bob Smart.

    Ces derniers qui ont découvert mon blog il y a deux ans, lorsqu'ils vivaient en Algérie (c'est en le lisant qu'ils ont eu l'idée de venir vivre en Châtillonnais !! n'est ce pas magnifique ?  ) m'ont contactée pour avoir des renseignements sur leur moulin et en particulier sur les machines qu'il contient.

    Car contrairement au nôtre, situé à Saint Marc sur Seine où toutes les machines ont été vendues, celui de Beaunotte a gardé absolument tout son matériel , matériel qui est un vrai trésor !

    Mais avant de vous en parler, quelques images du moulin , bâtiment imposant , je le disais puisque son activité s'exerçait sur cinq niveaux !

     

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    On remarque, sur la façade, des ferronneries en forme de S , destinées à soutenir les murs qui, lorsque toutes les machines fonctionnaient, vibraient..

    Sans ces soutiens, les murs se seraient fissurés et sans doute effondrés !

    Comme dans tout moulin, il existe un bief destiné à alimenter la turbine, bief qui se remplit ou se vide à l'aide de vannes..

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Ce vannage , très beau, est en pierre, ce qui est assez rare.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Eve et Bob sont ici en grande discussion avec mon mari, car il faut que je raconte la suite étonnante de mon  histoire qui s'est terminée de façon extraordinaire...

    Lorsqu'Eve et Bob Smart m'ont contactée, ils m'ont dit posséder dans les cinq niveaux du  moulin toutes les anciennes machines , mais ils ne savaient pas à quoi elles pouvaient servir.

    Je leur ai donc proposé l'aide de mon mari, qui fut minotier à Saint Marc sur Seine et qui pourrait les renseigner, leur donner un nom et une utilité, ce qu'ils ont accepté avec enthousiasme...

    Je vais donc vous faire visiter le moulin Jolimet-Smart, et vous montrer tout le patrimoine industriel qu'il contient.

    Mais auparavant, jetons un coup d'oeil à cette pierre qui nous dit que le moulin a été reconstruit en 1823...

    Reconstruit , mais datant d'après ses fondations, d'une période bien plus reculée, bien avant,  sans doute, la Révolution Française.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Nous pénétrons donc dans le  moulin, et voici ce que nous pouvons voir :

    des machines, certes poussiéreuses, encore saupoudrées de farine, mais en bon état.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (appareil à cylindres)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (intérieur des cylindres)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (intérieur des cylindres)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (poulies de transmission)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (poulies de transmission)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (poulies de transmission)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (commandes de la turbine)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (moteur Diesel utilisé en cas de bas étiage)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (moteur Diesel)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (élévateur)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (sacs pendus aux empochoirs)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (boisseau à blé)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (trémie)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (trémie-élévateur)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (autrefois le moulin Jolimet se nommait Moulin Renard , du nom de la mère de Monsieur Jolimet)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (indicateur de vitesse)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (au fond une mélangeuse)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (tuyauteries)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (plansichters)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (trieur à grains)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (trieur à grains)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (trieur à grains)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (brosse à blé)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (cyclones du transport pneumatique.En bas:les écluses)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (au centre une trémie, à droite les cyclones du transport pneumatique)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (tire-sacs, un treuil pour monter les sacs)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (tire-sacs)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (batteuse à sacs)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (bluterie)

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    (bluterie)

    J'en arrive à la surprise extraordinaire qui nous a , Eve, Bob, Mon mari et moi, proprement époustouflés , c'est ce sac que nous avons trouvé, attaché à une trémie par monsieur Jolimet lui-même , bien avant qu'il arrête la meunerie :

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    En nous approchant, imaginez notre surprise !!

    Et oui, c'est un sac de notre moulin , sans doute rendu par un boulanger, mélangé à ceux du moulin Jolimet..

    Résumons nous:

    -Eve Smart tombe par hasard sur mon blog lorsqu'elle habite en Algérie, voyant que le Châtillonnais est plaisant son mari et elle achètent un moulin à Beaunotte.

    -Eve et Bob m'écrivent pour me demander des renseignements sur leur moulin , me connaissant seulement en tant que Christaldesaintmarc, sans savoir que mon mari était autrefois minotier.

    -Je ne leur dis comment nous nous appelons  qu'en arrivant au moulin, et nous nous apercevons qu'ils possèdent un sac à notre nom qu'ils n'avaient jamais remarqué auparavant ! !

    Quelles coïncidences n'est ce pas ? nous n'en sommes pas encore revenus !!

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    En ressortant du moulin pour aller voir le sous-bief, nous voyons tout en haut du bâtiment la fenêtre, munie autrefois d'un treuil pour monter les sacs de blé.Les derniers temps, le blé arrivait directement au rez de chaussée, on ne le treuillait plus.

    De l'autre côté du moulin, voici  la voûte sous laquelle sort l'eau après être passée dans la turbine, l'eau forme alors le sous-bief.

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    -L'Eglise d'Origny sur Seine

    Les pierres de base sont fort anciennes ce qui laisse à penser que l'origine du moulin est bien antérieure à 1823..

    Le rêve des époux Smart serait de faire classer au Patrimoine industriel tout ce que le moulin contient, le montrer aux visiteurs intéressés ..

    J'avoue avoir été impressionnée par tout ce matériel, les tuyaux qui montent et qui descendent sur les cinq niveaux .

    Etonnée aussi , oui, car notre moulin de Saint Marc n'avait que deux étages, ses machines (Suisses) étaient plus perfectionnées , donc plus performantes et moins nombreuses.

    Le patrimoine industriel du moulin de Beaunotte est un vrai trésor, témoin d'un passé révolu , il mérite bien d'être reconnu à sa juste valeur, n'est ce pas ?

    Encore un "coup de coeur" amplement mérité !



    13 commentaires
  • Nicole, passionnée d'aviation m'envoie de superbes photos des meetings où elle s'est rendue cet été.

    Voici déjà celles du meeting de Bourges, qui était  le meeting du Centenaire :

    Le Blériot :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    L'Ecureuil de la Gendarmerie :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Pitts S 2 B :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Noratlas N 2501 ,seul exemplaire à voler encore en France et dans le monde :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Les 8 Alphajets de la Patrouille de France, magnifique représentation dans le ciel de Bourges :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Transal qui accompagne les Alphajets de la Patrouille de France :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Et maintenant le meeting de Darois :

    La patrouille de l'Aéroclub de Darois :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le T 6 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Stampe SV4 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Un avion de ligne :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Un autogyre :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Pilatus PC7 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le T28 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Falco F8L, c'est la Ferrari du ciel ! :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le CAP 10 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Stearman PT 17 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    L'hélicoptère Robinson R22 :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le T28 au décollage :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    La patrouille Breitling, patrouille civile basée à Dijon-Logvic, formée de 7 pilotes , fondée par Jacques Bothelin qui est le leader de cette patrouille :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Sea Fury , monument historique volant basé à Darois :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Le Spitfire basé à Darois :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Un grand merci à tous les pilotes pour le rêve que vous nous offrez à chacune de vos représentations.

    Rendez-vous en 2011..

    Nicole

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    votre commentaire
  • Sur le territoire du village de Bâlot se trouvent deux grottes , la grotte de la Grande Baume et celle de la Petite Baume.

    C'est vers la Grande Baume que je me suis dirigée cet été, et j'ai failli ne pas la voir car elle se trouve en surplomb du sentier, heureusement deux charmants enfants m'y ont conduite..

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Nesle, dans son voyage du touriste dans l'arrondissement de Châtillon sur Seine nous en dit ceci :

    Les matières meubles qui constituent ou plutôt constituaient le sol de la caverne et qu'avaient amenés les courants diluviens, nous offraient la superposition que voici:immédiatement sur la roche nue se trouvait un lit de cailloux recouverts de nombreux ossements (ours,auroch, rennes et autres).Le tout était mélangé de limon et de gravier.

    A la superficie de ce limon , qui alors ne contenait plus ni grands ossements ni gravier, se trouvaient des squelettes intacts de petits animaux tels que rats, taupes et chauves-souris.Une croûte stalagmitique recouvrait toutes ces diverses matières qui pouvaient former en certains endroits une épaisseur d'un mètre et cinquante centimètres.

     

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Au dessus de cette croûte calcaire, s'étendait une couche de terreau, tantôt meuble, tantôt solide qui renfermait des silex taillés, des fragments de poteries et des charbons.Ces débris, la plupart adhérents à la croûte calcaire , semblent indiquer que l'homme, après le bouleversement de la nature, accepta cette demeure qu'elle lui offrait.

     

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Les abords de la grotte nous présentent plusieurs trous ou fentes plus ou moins considérables qui annoncent des cavités souterraines.

    Pendant une chasse , deux chiens étant tombés dans une de ces crevasses se sont mis pour chercher une issue , à parcourir ces cavités naturelles qui ont paru très vastes, attendu le lointain d'où venaient les hurlements.

     

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Les restes trouvés à la Grande Baume, peuvent se voir au rez-de-chaussée du Musée du Châtillonnais , que je vous encourage vivement à aller visiter !

    Ce lieu réputé de la préhistoire domine la vallée de la Laignes. La grotte a servi de refuge aux chasseurs du paléolithique il y a plus de 20 000 ans. Des fouilles menées dès 1834 ont permis de trouver des ossements d'animaux : cheval, ours, renne, renard, renard loup, hyène, marmotte, rhinocéros, mammouth. Le site bénéficie d’un sentier botanique, en forêt, d’une distance de 1,4 km, pour aller à la rencontre de quatre-vingts essences dont le hêtre, le charme, le chêne sessile, le tilleul à grandes feuilles. Il est accessible à tous, à pied, à cheval et… à vtt. Une autre grotte, moins renommée, existe à Bâlot. Ce village, comme beaucoup dans la région, servait de camp retranché, à la frontière de la Bourgogne et du bailliage de Sens. De grands noms de l’aristocratie possédaient des terres ici : les Bussy-Rabutin, les Condé et les d’Orléans.

    Michel Diey m'envoie ce texte relatant une aventure qu'il a réalisée autrefois !

    Son récit ne manque pas de sel, jugez-en en cliquant sur ce lien :

     

    La Saint Sylvestre aux grottes de Bâlot

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     

     


    9 commentaires
  • En me rendant à la grotte de la Baume, sur le territoire de Bâlot, j'ai parcouru le sentier botanique où sont présentées les principales espèces d'arbres et arbustes de nos forêts Châtillonnaises.

    Ce sentier est fort bien fait et ses panneaux sont fort instructifs.

    (Mais vous pourrez retrouver des panneaux tout aussi intéressants au parcours de santé de la ville de Châtillon sur Seine, en forêt domaniale.)

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

     

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

     

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    (Un petit coup de nettoyage ne ferait pas de mal, j'ai regretté de n'avoir pas un chiffon sur moi !)

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    Pour finir deux panneaux photographiés en forêt de Châtillon sur Seine :

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    -Arbustes et arbres de nos forêts Châtillonnaises

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    3 commentaires
  • L'église de Recey sur Ource est placée sous le vocable de Saint Rémy

    Elle est trapue, comme écrasée par son toit à double pente..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    -L'Abbaye du Val des Choux

    -L'Abbaye du Val des Choux

    On peut y voir des contreforts à ressauts et des corniches  à modillons..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Le clocher  est une simple tour carrée sans aucun décor, coiffée d'un toit pyramidal.

    -L'Abbaye du Val des Choux

    A l'intérieur, des voûtes d'arêtes reposent sur des piliers imposants.

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Le choeur possède un superbe autel de marbre avec des ornements de cuivre provenant de la Chartreuse de Lugny.

    -L'Abbaye du Val des Choux

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Au dessus de ce magnifique autel, le tabernacle possède une porte en cuivre massif qui représente le Christ,on voit de part et d'autre des chandeliers et un crucifix en bronze ciselé et plaqué d'argent, tous ces objets étant d'époque Louis XV.

    Ce précieux ensemble fut heureusement acheté par la paroisse de Recey sur Ource en 1792, lors de la vente des biens de la Chartreuse de Lugny.

    -L'Abbaye du Val des Choux

    On remarque, dans l'Eglise Saint Remy de Recey sur Ource , cette belle Pieta du XVème siècle.

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Et ce Saint Jean Baptiste également du XVème siècle..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Recey sur Ource vit la naissance du grand prédicateur Henri  Lacordaire, une statue lui rend hommage..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    -L'Abbaye du Val des Choux

    D'autres statues sont modernes, mais je les montre tout de même car elles représentent deux saints Bourguignons, Saint Bernard et Saint Bénigne..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Saint Rémy est à l'honneur sur ce vitrail..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Jacques Noël me confie la signification du vitrail suivant , où j'avais cru voir par erreur les moines de Lugny :

    "Il s'agit , à gauche, de Saint Dominique recevant le chapelet des mains de la Vierge et à droite du révérend Père Lacordaire (lui même dominicain) égrenant son chapelet.

    Merci à lui !

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Au dehors une autre statue du père Lacordaire..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    Michel Diey me donne des précisions très bienvenues sur cette statue:

    La statue de Lacordaire à l’extérieur de l’église a été réalisée par le sculpteur Maurice DE BUS, que j’ai connu à cette époque. En effet, sur l’initiative de Mme Parisot et de Fernand Mortier (qui ont été tous deux maires de Recey), ce sculpteur a été contacté pour cette réalisation. Il est ainsi venu avec eux aux Carrières et Scieries de la Côte d’Or à Chamesson où je travaillais alors. Il a choisi la pierre de Montmoyen. Deux blocs lui ont été envoyés à son domicile parisien où il a réalisé le principal de son travail et il devait venir le terminer sur place. Il est malheureusement décédé entre temps et c’est M. Marcel Petitjean, directeur à Chamesson, qui lui a apporté la dernière main.

     Voici la petite notice biographique que je compte publier dans le Dictionnaire Biographique du Châtillonnais, en cours depuis plus de dix ans et qui sera terminé en….. ?

    Les personnes qui peuvent nous apporter des renseignements complémentaires seront les bienvenues.

    DE BUS Maurice

     Né le 30 décembre 1907 à Mitry-Mory (Seine-et-Marne) – décédé à Paris 11 novembre 1963.

    Entré à 19 ans comme élève du sculpteur Paul Niclausse. A 24 ans; il étudie avec Henri Bouchard. Il obtient le 1er prix Chenavard en 1937, et en 1937 le 1er grand prix de Rome de sculpture.

    Parmi ses œuvres on trouve un bas-relief à la Chambre de commerce de Rouen et un haut-relief à l’église paroissiale Notre-Dame-de-la-Voie à Athis-Mons.

    Il était marié à une Recéenne et il venait très souvent dans la cité de Lacordaire où l'on peut admirer un bas-relief en pierre de Montmoyen représentant le célèbre prédicateur, installé dans la cour de l'église de Recey-sur-Ource (1961)

    (Le Bien Public, 30 août 1994).

    Madame Le Floch, fille de Maurice de Bus tient à apporter les précisions suivantes :

    Mon père a terminé cette statue , il l' a inaugurée avec des Pères dominicains en 1961, il ne décèdera d'ailleurs qu' en novembre 1963.

     Sur un côté de l'Eglise, on voit  ce cadran solaire ancien..

    -L'Abbaye du Val des Choux

    L'Eglise de Recey sur Ource est toujours ouverte, et vous aurez peut-être le plaisir de rencontrer le sympathique père Albert Zoungrana qui en est le titulaire !

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    9 commentaires
  • Voici d'extraordinaires photos de champignons réalisées par Jean-Pierre Gurga.

    Mais Jean-Pierre nous précise :

    Il s'agit de photos typiques de la période automnale, notamment fruits et surtout champignons que j'ai photographiés non pas dans une approche documentaire, ( certains mycologues le feraient mieux que moi ) mais plutôt dans une approche esthétique où l'on découvre le côté photogénique et la curiosité de certains champignons.
    Ces "portraits" de champignons ont été réalisés pour la plus grande majorité d'entre eux, en lumière naturelle, parfois au détriment de la netteté consécutive aux faibles conditions de luminosité règnant dans les sous-bois.

    Des photos magnifiques que je "distillerai" tous les lundis pour faire durer le plaisir...jusqu'à la fin de l'année 2010..

    Admirez !

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    -Le moulin de Beaunotte

    Je vous ai mis en appétit ?? alors vivement lundi prochain !!


    2 commentaires