•  Les "mardis-découvertes" proposés par l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais nous permettent de découvrir des lieux châtillonnais, très intéressants, souvent chargés d'histoire.

    Mardi 24 juillet 2012, c'est à la découverte de la ville gallo-romaine de Vertillum, à Vertault, que nous nous sommes rendus.

    A 25 kms à l'Ouest de Châtillon sur Seine, aux confins du territoire des Lingons, s'étend sur 25 hectares intra-muros, un oppidum surplombant la vallée de la Laignes de 25 mètres. Cet oppidum c'est celui de la ville de Vertillum.

    Vertillum fut une ville gallo-romaine prospère jusqu'au IIIème siècle après JC. Malheureusement elle fut détruite une première fois vers l'an 270 après J.C., rebâtie hâtivement, puis  ensuite elle fut incendiée par les Barbares vers 406 après Jésus-Christ.

    La ville fut oubliée, son nom se transforma...Vertillum devint Vertault,  jusqu'à ce que des chercheurs la redécouvrent en 1846,  et effectuent des fouilles sous la direction de Lucien Coutant, antiquaire aux Riceys et correspondant de la commission des Antiquités de Côte d'Or.

    Des fouilles  continuèrent par la suite dirigées par les différents présidents de la SAHC du Châtillonnais, en particulier Messieurs Lagorgette, Lorimy, et Joffroy. Elles  mirent au jour une quantité d'objets utilisés par les artisans de l'époque (travail de la pierre, du fer, du cuir, du bois), des objets de la vie courante (vases, lampes à graisse, stylets à écrire, bijoux: fibules en fer et en bronze ciselées, émaillées, étamées), des objets de culte: de nombreuses statuettes en pierre ou en terre cuite..

    Ces merveilles sont visibles au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix où je vous invite à aller les admirer.

    Un petit bâtiment d'accueil permet au visiteur de s'informer avant de partir à la recherche des vestiges.

    Mais nous, nous avions un guide, Gérard Dumaire, Maire de Vertault, trésorier de la SAHC, et Président de l'Association "Revivre en Haute Bourgogne" qui s'intéresse tout particulièrement à Vertillum . Avec Monsieur Recq, Gérard Dumaire s'est attaché à remettre en valeur et à protéger le site qui présente 4 pôles d'attraction : le mur, les habitats enterrés,les thermes et le temple.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Voici un plan de visite, notre guide nous a fait réaliser le tour complet de l'oppidum.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Gérard Dumaire nous présente tout d'abord une reconstitution d'une petite partie du "murus gallicus".

     

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Exploré dès la fin du XIXème siècle, le mur d’enceinte qui entourait les 25 hectares de l’oppidum gaulois, puis de la ville gallo-romaine a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles, dont la plus récente a permis la découverte, en 1985, d’un large fossé creusé dans la roche en contrebas du rempart qui barrait au Sud l’accès au plateau.

    Le mode de construction de ce rempart est de type gaulois, c’est donc un « murus gallicus ».Il est établi sur une levée de pierres hautes de trois mètres environ.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Il était constitué d’un parement en pierres de taille dans lequel venaient se loger, à intervalles réguliers, des poutres transversales, équarries à leur extrémité, reposant sur des panneaux de bois et fixées entre  elles par de grandes fiches en fer.

    A l’intérieur du mur, l’espace entre les poutres était comblé avec des dalles de calcaire.

    Très imposant, l’ensemble devait atteindre plus de trois mètres de haut.

    Profond de 2,5 mètres et large de 30 mètres, le fossé a servi de carrière de pierres d’où ont été extraites les dalles de pierre qui constituaient le blocage du rempart.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    La taille très soignée des pierres du parement, de technique très romaine, situe la construction de cette enceinte probablement vers la fin de la première moitié du 1er siècle avant J.C.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Édifié très tardivement, alors que la Gaule venait  d’être conquise par les légions de Jules César, le « murus » de Vertillum semble, par son aspect monumental, avoir davantage contribué au prestige de la ville qu’à sa véritable défense.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Sur le sentier qui longe l'ancien fossé on trouve cette table d'orientation qui situe Vertillum, par rapport à Alésia et à Bibracte.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Nous arrivons près de la cabane des fouilles.

    Les archéologues des années  1890... (on les appelait des "antiquaires"), avaient fait construire cette cabane pour y ranger  leurs découvertes. Elle a été conservée et un peu...consolidée depuis !

    A l'intérieur on peut voir des photos des "antiquaires" au travail...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Et des membres de la Société Archéologique de l'époque, en visite à Vertillum !

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Gérard Dumaire nous conduit ensuite  près d'un "habitat enterré" :

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    On voit nettement une niche creusée dans la paroi, en réalité il y en a trois, cachées maintenant par la végétation :

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Martine  Mangin dans un article très intéressant paru dans un bulletin  9-10 de 1986-1987 de la SAHC, décrit ces habitats enterrés, qui ont des particularités intéressantes, voici le plan qu’elle a réalisé de l’un de ces habitats enterrés :

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Des niches ovoïdes étaient  taillées dans la roche.

    Comme à Alésia, ces niches renfermaient peut-être des statues de dieux-lares …

    Le sol était en mortier blanc, très dur et lissé. On peut penser que les parois étaient recouvertes d’un enduit peint.

    L’accès au sous-sol  était possible par un escalier à triple volée, d’un  type qui n’est pas très courant.

    Martine Mangin conclut que ce sous-sol paraît correspondre au type le plus courant rencontré à Alésia et qui peut avoir une triple fonction :

    -utilitaire permettant le stockage des aliments

    -religieuse avec ses trois niches

    -séjour avec son sol décoré et son enduit peint.

    Comme elle nous le fait remarquer, les habitudes indigènes où les divinités et les habitants cohabitaient, n’ont pas été abandonnées immédiatement à l’époque gallo-romaine. Les habitants de Vertillum ont utilisé les pièces en sous-sol pour des raisons climatiques et économiques pendant longtemps avant d’adopter les techniques romaines de pièces de surface avec systèmes d’hypocauste, d’ailleurs très particuliers sur Vertillum.

    (Merci à Jacques Streer de m’avoir offert ce bulletin où j’ai trouvé ce remarquable article de Martine Mangin !)

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Notre guide nous conduit maintenant vers les Thermes de Vertillum. Je les avais vus  dans les années 1980, ils possédaient encore quelques mosaïques et traces de peintures...hélas les touristes peu scrupuleux et pilleurs sont passés par là !

    Les fouilles (ce qu'il en reste, hélas) sont protégées de la pluie par un toit récent.

    Lors des premières fouilles les thermes ressemblaient à cela :

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    En voici le plan :

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Dans la partie sud de l’édifice se trouvait probablement la palestre (1), grande salle de forme rectangulaire, orientée Ouest-Est, et traversée en diagonale par une canalisation souterraine (2).

    Elle était percée à l’Est d’une large porte (3) que l’on franchissait à l’aide d’un escalier et qui constituait l’entrée principale des thermes.

    C’est à cet endroit que l’on découvrit en 1862, l’inscription monumentale grâce à laquelle on connaît aujourd’hui le nom de la ville et de ses habitants.

    Cette pierre monumentale se trouve au Musée Archéologique de Dijon où je suis allée la photographier. Pourquoi se trouve-t-elle à Dijon et non à Châtillon sur Seine ?? eh bien parce que le premier "antiquaire-chercheur" était correspondant de la Commission des Antiquités de Côte d'Or, et puis à cette époque il n'y avait pas de musée à Châtillon sur Seine.

    Malgré les demandes des Conservateurs Châtillonnais, Dijon ne veut pas rendre cette pierre gravée, elle serait pourtant plus à sa place à Châtillon sur Seine qui possède un étage entier dédié à Vertillum, plutôt qu'à Dijon !!

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Les murs de la pièce étaient couverts d’enduits peints et de placage en marbre, et un socle en pierre reposait au centre, sur le sol composé d’un mortier très dur.

    Au nord de la palestre, le Tepidarium (4) de taille plus modeste, était lui aussi orné de fresques et le sol était entièrement recouvert de mosaïques à motifs géométriques variés. Cette salle tiède était chauffée à l’aide de nombreux conduits de terre cuite (tubulures) noyés dans la maçonnerie des murs. Elle s’ouvrait à l’Ouest sur une salle , l’Unctorium (5), dont le sol était constitué d’un dallage en pierres calcaires reposant sur une épaisse couche de mortier. Passant sous ce revêtement, des conduits d’Hypocauste assuraient le chauffage d’une partie de la pièce.

     

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    La visite se termine par ce qui reste de l'emplacement d'un bâtiment que Lucien Coutant appela "temple", mais qui ressemble plus à une "basilique", édifice à vocation publique.

    Cet édifice est situé en bordure du forum qui maintenant est recouvert d'herbes folles.

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Une belle balade sur le site de Vertillum...

    Ce fut une bien belle visite, magnifiquement commentée par Gérard Dumaire, merci à lui de nous avoir si bien fait découvrir le site de Vertillum.


    2 commentaires
  •  Lors des Journées du Patrimoine de pays et des moulins, Jean-Michel Chéritat a présenté la reconstruction d'un ancien moulin situé à Chaume les Baigneux, le moulin des Ouches.

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Jean-Michel Cheritat qui demeure à Is sur Tille, est tombé, un jour de promenade dans le  Châtillonnais, il y a 10 ans, amoureux de ce joli coin de Bourgogne qu'est Chaume les Baigneux, et en particulier de ce bâtiment en ruine :

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Cette ruine c'était le moulin des Ouches, abandonné par ses anciens popriétaires  Monsieur et madame Terrillon, depuis très longtemps.

    Monsieur Cheritat ne possédait aucun document sur le bâtiment, seulement cette photo ancienne.

    Qu'à cela ne tienne, il lui est venu cette idée folle...de le reconstruire !

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Au sol restaient les traces des fondations, traces qui lui ont permis d'avoir une idée de l'allure du bâtiment...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Voici les différentes étapes de la reconstruction :

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Sur le côté du bâtiment , il y avait un petit bief, muni sans doute d'une roue à aubes.

    L'eau qui arrivait au bief n'était pas celle de la petite Laigne qui coule un peu plus loin, mais celle de sources, malheureusement taries lors des travaux effectués sur la rivière.

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Le bief refait actuellement :

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Ici se trouvait l'axe de la roue à aubes.

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Pour refaire l'intérieur, Jean-Michel Cheritat s'est fié à son instinct, puisque plus rien n'était debout. Il s'est inspiré des intérieurs de maisons de la région.

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    A la base du mur, on peut tout de même encore voir l'entrée du four à pain...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    La courbure de cette pierre laisse supposer que l'ouverture avait cette forme arrondie..

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Près du bâtiment on peut encore voir ces meules de pierre...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    et la dalle d'une passerelle...

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Voici le moulin reconstitué ! bien sûr on ne peut dire avec certitude qu'il était ainsi, mais on peut tout de même féliciter ce "bâtisseur" des temps modernes qu'est monsieur Chéritat !

    Renaissance d'un ancien moulin à Chaume-les-Baigneux...

    Des travaux vont avoir lieu sur la petite Laigne. Si celle-ci reprend son cours initial, il faut espérer que les sources se réveilleront et reviendront faire tourner la nouvelle roue à aubes que Jean-Michel Cheritat va bientôt construire.

    Lorsqu'elle marchera, j'espère bien pouvoir aller l'admirer.

    En tout cas bravo à ce propriétaire courageux qui essaie de reconstituer le petit patrimoine de nos campagnes châtillonnaises , c'est tout de même un exploit digne d'admiration !


    3 commentaires
  • Un beau spectacle à la ferme de Bon Espoir...

    Dans la très belle salle de spectacle aménagée dans l'ancienne grange de leur ferme de "Bon Espoir", monsieur et madame de Broissia nous ont conviés à  assister à un magnifique concert, interprété par trois jeunes artistes talentueuses .

    Ce concert s'intitulait "TriOpéra", puisque deux cantatrices et une pianiste faisaient vivre des airs d'opéra très connus.

    Monsieur de Broissia, après nous avoir conté la genèse de cette salle décorée avec goût (la scène était l'ancien silo à grains), nous présenta les jeunes artistes.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

     Marion Gomar, soprano, Léopoldine Bonnet, alto et Galatée Bonnet, pianiste, ont fréquenté très tôt l’univers musical de haut niveau et malgré leur jeune âge, elles ont déjà un parcours très riche. Elles poursuivent respectivement leur cursus musical dans des masters ou classes de perfectionnement ou encore en préparant des concours, tout en se ménageant du temps afin de s’adonner au plaisir de  la scène.

    Au cours de leurs récitals, elles donnent à voir et à entendre des extraits d'opéras et d'opérettes ainsi que des oratorios alternant avec élégance duos et solis. Le programme s'organise à partir d'une grille qui constitue l'architecture du spectacle autour d'oeuvres de compositeurs incontournables écrites pour leur tessiture (Rossini, Glück, Haendel, Puccini, Bizet, Delibes, Offenbach, etc.).

    Elles ne se contentent pas de donner vocalement le meilleur d’elles-mêmes, elles développent également des talents de comédienne qui en font de réelles interprètes qui convoquent dans la même heure : émotions,  rires et  larmes.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    De gauche à droite : Galatée Bonnet, pianiste, Marion Gomar soprano et Léopoldine Bonnet alto.

    Marion Gomar et Léopoldine Bonnet ont alterné duos et solos avec un art lyrique et une aisance parfaits.

    Tout d'abord de Monteverdi : l'incoronatione di Poppéa, scène finale Duo Poppea-Nerone "Pur ti miro"

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Puis La Clemenza di tito de W.A.Mozart , duo Annius-Servilla "Ah perdona al primo affetto !"

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    De Rossini Tancredi, le duo Armina-Tancredi "l'Aura che intorno"

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Galatée Bonnet a accompagné les deux cantatrices à la perfection.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    De Rossini, l'Italiana in Algeri, air d'Isabella "cruda Sorte"

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    De Gounod : Faust, Marguerite "l'Air des bijoux"

    Puis suivirent des  mélodies  de Granados (Andaluzia), Rosenthal (La souris d'Angleterre),Debussy (Beau soir), d'Offenbach (la barcarolle des "Contes d'Hoffmann", l'air d'Hélène de la "Belle Hélène", C'est lui qui compte son argent de "les Bavards")), de De Libes (les filles de Cadix), de H.Christine (madame Chichorée, je sais que je ne suis pas jolie), H.Berlioz (le trébuchet)

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Le concert se termina par une mélodie divertissante de G.Rossini "le Duo des Chats".

    Outre leurs voix magnifiques, Marion et Léopoldine ont déjà un art consommé de la scène, car elles ne se contentent pas de chanter, mais elles "miment" les situations...ici la dispute entre deux matous

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    qui se terminera à merveille !

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    A la fin du concert, Amélie de Broissia, la fille des hôtes de "Bon Espoir sur Scène", elle aussi cantatrice, vint rejoindre ses amies pour nous interpréter une très belle mélodie.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Amélie de Broissia, participera le vendredi 10 août au dernier concert de la saison proposé par "Bon Espoir sur Scène", concert qui s'intitulera "che cosa é amor", je vous en reparlerai.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Les applaudissements furent très nombreux tant ce concert de voix magnifiques fut un ravissement.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Les concerts et spectacles proposés par "Bon Espoir sur scène" sont toujours précédés d'un sympathique apéritif, et sont suivis par un dîner convivial où chacun apporte ses mets, mets qui sont partagés par ceux qui le veulent.

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    Le décor de la salle est de très bon goût : éclairages, tentures, en font un lieu serein et raffiné.

    Durant le dîner Amélie est venue nous interpréter, de sa voix d'or,  d'autres airs d'opéra, nous donnant l'envie irrepressible de venir l'écouter et l'applaudir le 10 août.

    Je ne peux que vous inviter à venir à Bon Espoir le 10 août, en effet, on a rarement l'occasion de voir et d'écouter des spectacles lyriques de cette qualité dans le Châtillonnais !

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...

    "Triopéra", un spectacle magique à la ferme de Bon Espoir...


    1 commentaire
  • Un adorable écureuil qui aime faire ses courses au "libre-service-noix" de Christian !!

    Une fleur qui s'épanouit le soir à 21 heures...l'onagre, filmée en temps réel et sans trucage....C'est magique !

     

    Deux très belles vidéos de Christian Labeaune....


    1 commentaire
  •  Le 9 juillet en fin d'après midi avait lieu la distribution des nouveaux maillots par M. le Maire, une superbe tenue représentant le vase de Vix et la source de la Douix

    Ces maillots ont été financés d'une part par le club et d'autre part avec l'aide de la ville et de l'OMS

    Merci à eux

    Les nouveaux maillots des membres du Club Cyclotouriste de Châtillon sur Seine..

    Les nouveaux maillots des membres du Club Cyclotouriste de Châtillon sur Seine..

    Les nouveaux maillots des membres du Club Cyclotouriste de Châtillon sur Seine..


    votre commentaire
  • Comme à son habitude cette manifestation a connu son habituel succès, avec au rendez-vous un soleil magnifique .

    Sous les ombrages de la place, il faisait bon flâner au milieu des nombreux stands, comme vous pouvez le voir sur les photos

    Bravo aux organisateurs qui ont un don  pour rassembler autant de monde par un temps de saison apprécié de tous.

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..

    Le Vide-grenier d'Ampilly le Sec, vu par René Drappier..



    votre commentaire
  •  L'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais (OTPC) se trouve maintenant au rez de Chaussée de la Maison Philandrier, une des plus belles maisons de notre ville.

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    L'entrée de l'OTPC se fait par la petite porte centrale qui se trouve rue du Bourg.

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Les lieux sont magnifiquement décorés et accueillants, il y a de la place, ce qui n'était pas le cas des anciens locaux place Marmont.

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Des vitrines nous présentent quelques spécialités châtillonnaises, gustatives et artistiques...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Produits de beauté au lait d'ânesse (la Barotte), pâtés de truites (les truites de l'Aube à Veuxhaulles sur Aube), farines  (moulin Maurice de Saint Marc sur seine), produits de la ruche (miellerie de Savoisy)

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Stéphane nous présente un verre qui sera utilisé lors de la Saint Vincent Tournante . Cette grande fête, axée sur les crémants du Châtillonnais, aura lieu à Châtillon sur Seine en janvier 2013.

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    On peut voir, dans cette vitrine, toute la variété des crémants châtillonnais, et au dessous des poteries de l'atelier du potier (Pascal Pierre de Châtillon sur Seine)

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Dans cette troisième vitrine, on peut admirer des sculptures en pierre châtillonnaise (Arno Mercier Châtillon sur Seine), des objets de bois tourné (atelier de la Faîne à Semond), des poteries (Laurence Petit de Prusly sur Ource) des puzzles et jouets de bois ( Jours les Baigneux)

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Une colonne Morris présente les affiches des spectacles...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Les touristes peuvent visionner un film qui présente toutes les merveilles du châtillonnais, et se servir parmi les nombreux documents proposés....

    Cetains sont à vendre comme les Cahiers des Amis du Châtillonnais.

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Les enfants ne sont pas oubliés : pendant que leurs parents-touristes s'informent, ils peuvent jouer et faire des coloriages...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Le bureau de travail du personnel ,attenant à la salle d'accueil, est vaste, quelle différence avec les anciens locaux exigus !

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    L'OTPC possède également une salle de réunion...

    La Maison Philandrier, nouveau siège de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais...

    Tout est beau et fonctionnel...

    Les touristes, que j'ai vu venir nombreux lors de ma visite, sont enchantés de l'accueil , des informations et de la beauté des locaux.

    Ce nouvel OTPC est une très belle vitrine pour le Pays Châtillonnais !


    3 commentaires
  •  Une très belle exposition, à l'initiative de Michelle Mora, peintre et metteur en scène (Talents Cachés) a eu lieu à dans la Mairie de Puits début juillet. Je n'étais pas présente, mais Jenry Camus m'en a envoyé quelques photos.

    On pouvait y voir les toiles, aquarelles et collages des peintres de la Section-Peinture des Amis du Châtillonnais, mais aussi des patchworks et des sculptures d'autres artistes.

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

    Une belle exposition à Puits

     


    votre commentaire
  • Puits s'appelle ainsi parce que deux puits très profonds ont été creusés dans les temps anciens, pour alimenter en eau les habitants du village. L'un de ces puits est actuellement surmonté d'une pompe, l'autre se trouve à 150 mètres du village, recouvert d'une dalle. Il aurait 38 mètres de profondeur.

    Ces deux puits permettaient de retrouver le cours souterrain de la rivière Laignes. Celle-ci se perd en amont, près de Villaines en Duesmois, et ressort en résurgence, en aval,dans le bourg qui porte son nom "Laignes".

    Voici la Mairie de Puits:

    Le village de Puits

    A côté de la Mairie de Puits , on peut admirer cette porte fortifiée avec machicoulis et traces d'un pont-levis. C'est ce qu'il reste d'un château qui dominait le vallon.

    Le village de Puits

    Près de l'église se dresse une très belle croix Renaissance ornée de "choux bourguignons".

    Le village de Puits

    Lorsque je l'ai photographiée il y a plusieurs années elle était très dégradée, mais un lecteur (époisses) me signale qu'elle a été restaurée. Je ne manquerai donc pas de la revoir bientôt, et d'en faire des photos.

    Dans le cimetière on peut voir cette belle et énigmatique sculpture, sur un mur extérieur de l'église..

    Le village de Puits

    On peut aussi voir  la tombe de la famille d'un homme célèbre , Gustave Coquiot :

    Le village de Puits

    Lorsque je suis allée la photographier, l'été dernier, j'ai demandé à une dame du village qui nettoyait une tombe, où se trouvait celle de la famille Coquiot...Je lui ai touché deux mots de la célébrité de Gustave, mais elle a été incapable de me répondre, n'ayant jamais entendu parler de cette personne ....  Nul n'est prophète en son pays dit-on, hélas...

    Pourtant Gustave Coquiot est un homme très célèbre !

    Collectionneur, critique d'art, écrivain, historiographe, il naquit à Puits en 1865 et décéda à Paris en 1926.

    Il fut un des premiers critiques d'art à reconnaître Vincent Van Gogh, il fut le secrétaire de Rodin. Il connut tous les grands peintres de l'époque : Auguste Renoir Félix Ziem, Gustave Moreau, Matisse, Utrillo ...Et Pablo Picasso qui a peint plusieurs portraits de lui, en voici un :

    Le village de Puits

    Il a préfacé Jean Lorrain, rédigé des biographies de Huysmans, Rodin, Renoir, Seurat.

    Il méritait bien ce petit hommage posthume.

    Quelques compléments très intéressants que m'envoie Jenry Camus :

    Gustave Coquiot est né à Puits le 24 septembre 1865.

    Secrétaire de Rodin, ami de J.K. Huysmans, Jean Lorrain et des impressionnistes, il fut un des premiers à reconnaître Van Gogh et à collectionner Utrillo. En 1901, il devint l’ami de Picasso.

    Marchand d’art et historiographe, il publia Cubistes, Futuristes, Passéistes - les Indépendants - Essai sur la jeune peinture et la jeune sculpture. Il écrivit les monographies de Toulouse Lautrec – Rodin - Van Gogh  Renoir – Bonnard – Seurat – Cézanne - Huysmans. On lui doit également des romans: Les poupées de Paris Vagabondages - les gloires déboulonnées - les pantins de Paris - Bals publics et Cafés-concerts - la Seine -  Suite provinciale (illustré par Chagall) -  La terre frottée d’ail (illustré par Dufy) et des pièces de théâtre en collaboration avec Jean Lorrain : Deux heures du matin, quartier Marbeuf - Sainte-Roulette - Hôtel de l’ouest, chambre 22. 
     Gustave Coquiot décéda à Paris le 6 juin 1926.

    Sa photographie:

    Le village de Puits

    Son portrait par Chagall :

    Le village de Puits

    Coquiot  dessiné par Picasso :

    Le village de Puits

    L'épouse de Gustave Coquiot fut un personnage très original !

    Gustave Coquiot épousa, en 1910, Anne-Marie Bétant, plus connue sous le nom de Mauricia de Thiers, la femme-canon ou femme-bilboquet du cirque Barnum. Le couple fréquenta alors les salons artistiques parisiens et se lia d’amitié avec Picasso, Dali, Chagall, Suzanne Valadon, Utrillo. Après la mort de son mari, en 1926, Madame Coquiot eut une liaison mouvementée avec le romancier Jean de la Hire qu’elle quitta en 1943 pour habiter Othis (77) où elle fut élue maire de 1945 à sa mort, le 14 septembre 1964. Elle avait 84 ans.

    Le village de Puits

    Ci-dessus Madame Coquiot par Suzanne Valadon.

    Ci-dessous, la voici en "femme bilboquet":

    Le village de Puits

     

     


    votre commentaire
  • L'an dernier j'ai reçu un mail extraordinaire venu d'Angleterre, je le reproduis ci-dessous :

    Madame, Monsieur

     C'est en anticipant votre assistance que je vous contacte aujourd'hui. Récemment je suis allé au "The Imperial War Museum" à Londres pour rechercher des informations sur la vie de mon père pendant la guerre 1939-1945.

    Ils ne purent me donner des réponses à mes questions, mais ils ont suggéré que j'approche les Archives Nationales, à Paris. Malheureusement les recherches effectuées dans le fonds conservé par le bureau des archives des victimes des conflits contemporains et dans le bureau Résistance et Seconde Guerre Mondiale n'ont permis de trouver aucun dossier au nom de l'intéressé, parceque je ne sais pas le nom de la formation, de la Résistance, à laquelle aurait appartenu mon père.

     J'ai découvert sur "le Net"  votre blog et votre histoire de la commémoration du 66éme anniversaire de la bataille de la foret. Je crois que mon père était avec les maquisards de la Côte d'Or pendant les événements que vous avez décrits.

     Mon père,né en 1921 est décédé 1990. Il était officier dans la RAF. II n'a parlé que rarement de ses expériences.

    Ma mère est tombée malade au cours de ces derniers mois et j'ai trouvé quelques livres et documents, dans lesquels il est suggéré qu'il aurait participé à la Résistance.

     Il se nommait "Flying Officer Frederick Chadwick, Radio Operator / Cannonnier Supérieur dans Lancaster"W" JA 928 dans 83 Escadrille, une escadrille "Pathfinder" de Bomber Command dans le RAF."

    Voici son portrait :

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Durant la nuit de 26/27 Avril 1944 son escadrille a pris part à un raid sur Schweinfurt, préliminaire en vue de D Day. Le raid ne fut pas un succès, et un sur dix des avions fut abattu. Mon père fut un des deux aviateurs, de l'équipage de sept hommes, qui echappérent à la mort en sautant en parachute.Le pilote s'appelait E.Mirfin. il parait qu'il est resté au manche à balai pour essayer de faire  échapper à la mort l' équipage, et il s'est sacrifié. Il a été découvert mort dans l'avion Voici son portrait :

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Les noms des les autres dans l'équipage étaient F/L E Mirfin (ci-dessus), Sgt Fletcher, F/S J Pinkney, W/O E W Green, F/S R L Griffith et W/O A Whitehouse. Peut-être  sont-ils  les aviateurs dont on peut voir les tombes à Saint-Phal ?

    Il atterrit dans les forêts près de Chatillon-sur Seine et se cacha dans le parc du Château De Rochefort, près d' Aignay le Duc, ou la propriétaire, la Marquise de Broissia, lui donna de la nourriture et un abri.

    Ensuite je crois qu'il est devenu un maquisard parce que le groupe local avait besoin d'un radio-operateur. Je ne sais rien sur les activités du groupe ou ce qu'il a accompli. Je crois qu'il a été capturé durant les événements que vous avez décrit mais je ne sais pas comment ça s'est passé. J'ai cru que tous les maquisards, sauf mon père et un autre aviateur britannique, ont été immédiatement fusillés. Mon père fut emprisonné à Dijon, où il a beaucoup souffert. Par chance il fut découvert là par un officier allemand du Luftwaffe, et fut transféré dans un camp de prisonniers militaires en Pologne jusqu'à la fin de la guerre.

    Depuis 1945 il est retourné dans votre région seulement une fois et ça c'était pendant l'année avant sa mort. IL a refait connaissance avec la Marquise de Broissia et quelques uns des gens qui l'ont aidé. Elle lui a rendu des trousses et des affaires personnelles, qu'il  possédait lors qu'il a atterri en France. Ces documents sont maintenant dans ma possession  et ils sont tres intéressants et émouvants.

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Je me demande s' il y a des gens qui ont des souvenirs de mon pére et ce qu'il accompli lorsqu'il était avec La Résistance.

      Je viens souvent en vacances en France et j'ai une péniche sur le canal du Midi, proche de Beziers .

      Je vous serais très reconnaisant de bien vouloir me fournir des informations à propos de mon père. Peut-être pourrais-je  assister à la commémoration prochaine de la bataille de la Forêt.

      Mes meilleures salutations

      Dr Harold Chadwick  

    J'ai immédiatement envoyé ce mail à Michel Diey et à Jean-Michel Mars.

    Tous les deux m'ont dit que le crash de l'avion de Frederick Chadwick avait eu lieu à LIGNEROLLES et non près de Saint Phal..

    Lignerolles, où lors d'un des "Mardis-Découvertes", organisé par l'OTPC de Châtillon sur Seine,  Denis Cornibert, maire du village, nous avait présenté le monument élevé en mémoire de ces morts britanniques .

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    J'avais aussi photographié les tombes des aviateurs morts dans le crash...ils étaient donc enterrés à Lignerolles, et non à Saint Phal, comme le pensait Harold !

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Jean-Michel Mars qui connaît l'histoire de la Résistance sur le bout des doigts (son grand-père est un des fusillés dont le nom figure sur le Monument de la Forêt), a pris les choses en main, il a contacté Harold et lui a tout raconté !

    Quelle joie pour ce dernier de pouvoir enfin retrouver la trace de son père en Châtillonnais !

    Jean-Michel a prévenu Denis Cornibert de cette magnifique recherche, ce dernier ne s'est plus tenu de joie : savez-vous qu'il recherchait la trace des deux rescapés du crash, sans jamais avoir pu les retrouver ! (il veut écrire un livre racontant cette histoire tragique)

    Peu de temps après, Harold et son épouse Dot qui résident souvent en France, sont venus à Lignerolles, accompagnés par Adrian, fils du pilote qui s'est sacrifié pour ses camarades.Adrian avait 3 mois lors de la mort de son père,E Mirfin..

    Voici les photos des retrouvailles :

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    De gauche à droite: Jean-Michel Mars, Monsieur Leblond,Harold Chadwick, Denis Cornibert et Adrian Mirfin.

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    De gauche à droite : Dot Chadwick, Harold Chadwick et Madame Cornibert.

    Et moi aussi j'ai rencontré Harold et Dot Chadwick ! Cette rencontre a eu lieu lors de la dernière cérémonie au Monument de la Forêt, Jean-Michel Mars les avait invités à y participer, ce qu'ils ont accepté avec joie..

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Grâce au blog, le Docteur Harold Chadwick a retrouvé l'itinéraire de son père en Châtillonnais durant la seconde Guerre Mondiale !

    Et je vous avoue que je suis très heureuse, grâce à mon modeste blog, d'avoir pu faire connaître à Harold les lieux où son père Frederick a passé de bien difficiles moments.

    On dit qu'Internet est dangereux, peut-être, mais il peut être aussi à l'origine de bien belles histoires, et celle-ci en est la preuve .


    4 commentaires
  • Vous vous souvenez de cette joyeuse "Marche de l'Espoir" qui avait entraîné des centaines de Châtillonnais à la découverte de notre ville.

    Les bénéfices de cette manifestation, qui a eu un succès considérable, ont été remis à la Directrice de la Maison de Parents de Dijon, sous la forme d'un chèque de 3500 euros !

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    La joie de la Directrice de la Maison de Parents faisait plaisir à voir !

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    Avec cette somme, la Maison de Parents va pouvoir installer dans chaque chambre de la résidence un téléphone, qui permettra aux malades du CHU de Dijon de joindre leur famille hébergée à la Maison de Parents.

    Rappelons que cette Maison de Parents n'est pas seulement ouverte aux parents d'enfants, mais à toute personne accompagnant un malade hospitalisé, un conjoint par exemple.

    Nous pouvons donc tous et toutes profiter de cette structure si un membre de notre famille est hospitalisé au CHU le Bocage à Dijon.

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    Bravo aux membres des Vitrines Châtillonnaises d'avoir eu cette initiative généreuse, et merci aux Châtillonnais d'avoir participé si nombreux !

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    Le logo des Vitrines Châtillonnaises a changé ! Il est devenu très moderne et superbe.. Il a été créé par Aline Saussier, la soeur de Marylène Saussier (coiffure Zora) qui vous le présente  avec le sourire...

    Voici le site d'Aline Saussier, une vraie pro du graphisme :

     http://alinebook.ultra-book.com/portfolio

    Emilie Chauche n'est plus présidente des Vitrines Châtillonnaises, elle est remplacée par Charlotte Pessina (Le Trendy).

    Lors de la dernière réunion des Vitrines Châtillonnaises, Emilie avait été honorée par les membres de l'Association qui lui avaient remis un superbe bouquet....

    Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...

    Le nouveau bureau se compose de :

    Présidente :Charlotte Pessina

    Trésorier: Jérôme Mariotte

    Trésorière-adjointe : Anne Grenier

    Secrétaire : Marylène Saussier

    Secrétaire-adjointe : Carole Baudoin.

    Les dynamiques membres des Vitrines Châtillonnaises vont encore nous offrir bien des soirées inoubliables:

    -le 20 octobre 2012 :une soirée similaire à la soirée relooking de l'an passé, au TGB

    -Le 24 novembre  : un loto doté superbement , salle Luc Schréder

    --Un jeu de Noël avec de nombreux lots

    -Le 18 décembre une soirée féérique autour de la patinoire.

    Que du bonheur en perspective, merci les Vitrines et Remise de chèque à la Maison de Parents de Dijon par les Vitrines Châtillonnaises...


    2 commentaires
  • Plus qu'un week-end pour aller admirer les sculptures magnifiques d'Yvan Baudoin, de Frédéric Bidault et de Fabien Ansault à Chamesson...

    Mais vous pouvez aussi les visiter sur rendez-vous !

    Yvan Baudoin est l'auteur de l'ours (quartier Carco), du monument aux tirailleurs sénégalais (cimetière Saint Thibault) et de la sculpture du petit square route de Prusly.

    Fred Bidault est son élève.

    Tous deux ont réalisé de très belles et originales sculptures , allez donc les voir !

    "Pierres  lumineuses" une exposition d'Yvan Baudoin, Fred Bidault et Fabien Ansault à voir à Chamesson


    votre commentaire
  • Toujours aussi extraordinaires les photos de Jean-Pierre Gurga !

    Photos cliquables bien entendu, pour les horizontales.

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Encore de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...


    votre commentaire
  • Merci à René Drappier pour l'envoi de photos de la Fête Nationale, à laquelle je n'ai pu assister..

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...

    Le 14 juillet 2012 à Châtillon sur Seine...


    votre commentaire
  • Alain Widemann m'envoie des photos d'un passage de cigognes à Châtillon sur Seine en août 2011..

    Des cigognes sont déjà passées à Châtillon sur Seine en

    Des cigognes sont déjà passées à Châtillon sur Seine en

    Voici son commentaire :

    Les cigognes de 2012 ne sont pas les premières à s'être posées à Châtillon !

    Le 17 Août 2011, des cigognes se sont posées derrière Sport 2000 et ont passé la nuit sur le toit du magasin Auchan suite au mauvais temps.

    Ce groupe de cigognes était en partance pour les pays chauds et était composé d'environ 60 individus. Les photos ont été prises le jeudi allors qu'elles commençaient à partir.  


    1 commentaire
  • J'étais absente au moment des Journées Châtillonnaises, mais René Drappier et D.S. m'ont envoyé des photos de la manifestation-phare de la ville de Châtillon sur Seine.

    Merci à eux !

    L'inauguration :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les stands :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les invités d'Honneur :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    La sculpture réalisée par Reynald Pierre :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Le Concours de la "Brune" :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les moutons mérinos précoces :

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Le spectacle, avec la présence de "sosies" d'hommes célèbres, à vous de les reconnaître !!

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

    Les Journées Châtillonnaises 2012

     

     


    votre commentaire
  • Jacques Noël, lecteur fidèle du blog, m'envoie deux documents fort intéressants, nous présentant la porte du cloître de l'Abbaye de Moutiers Saint Jean.

    Tout d'abord une carte postale ancienne :

    Le portail de l'Abbaye de Moûtiers Saint Jean

    Puis la photo de ce portail qui se trouve actuellement..A NEW-YORK !!

    Le portail de l'Abbaye de Moûtiers Saint Jean

    Voici le commentaire que Jacques Noël a joint à ses documents :

    Selon la tradition le Monastère de Moutiers St Jean fut fondé par le premier roi chrétien de France CLOVIS et son fils CLOTAIRE 1er . Ils sont certainement portraiturés dans les deux personnages présentant un phylactère , et maintenant installés dans les niches de chaque côté du portail. Leurs têtes ont été vraisemblablement restaurées au 17è.

     Les petits personnages assis dans les niches latérales représentent des personnages bibliques qui préfigurent ou prédisent la crucifixion du Christ.

    Le tympan représente le couronnement de la Vierge aux Cieux par le Christ.

    Ce portail, probablement issu du côté nord du cloître,  permettait d’accéder à la clôture monastique depuis l’abbatiale.

    Le portail a souffert de sérieux dommages au 16ème durant la Guerre de Religions."

     


    votre commentaire
  • Fleurs et insectes de toute beauté..photos cliquables bien entendu !

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...

    Toujours de très belles photos de Jean-Pierre Gurga...


    1 commentaire
  •  L'église de Baigneux les Juifs est sous le vocable de sainte Madeleine. Elle date du XIIIème siècle

    Le clocher actuel a été édifié en 1861 au dessus du porche, l'ancien se trouvait au dessus de la croisée d'ogives du choeur .

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    Sous le porche on peut voir un curieux Christ, vêtu d'une robe, dont les bras horizontaux sont terminés chacun par une tête. il était auparavant sur le pignon occidental.

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    La nef est séparée du choeur par une voûte en croisée d'ogives. c'est cette voûte qui date du XIIIème siècle. Elle supportait autrefois l'ancien clocher.

    L'église de Baigneux les Juifs

    Sur les côtés de la nef :

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    Le Tabernacle date de la seconde moitié du XVIIème siècle.

    L'église de Baigneux les Juifs

    Saint Sébastien du XVIIème siècle.

    L'église de Baigneux les Juifs

    Saint Laurent du XVIème siècle :

    L'église de Baigneux les Juifs

    Sainte Madeleine a sa statue dans l'église qui porte son nom (XVIIème siècle)

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    Des visages naïfs sont sculptés sur les culots des retombées d'ogives.

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    Des feuillages simplifiés sont aussi sculptés sur d'autres culots d'ogives.

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    On peut voir des rétables Louis XV dans chacune des chapelles latérales.

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    Quelques dalles anciennes :

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    La voûte au dessus du choeur est ornée de peintures datées de la seconde moitié du XVème siècle.

    Elles représentent le Christ en majesté et les quatre évangélistes : Mathieu, Marc, Luc et Jean et leurs symboles respectifs : l'homme, le lion, le taureau et l'aigle.

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    L'église de Baigneux les Juifs

    La porte latérale de l'église sainte Madeleine a un beau tympan tréflé.

    L'église de Baigneux les Juifs


    votre commentaire
  •  A Buxerolles on peut admirer un chêne remarquable .

    Cet arbre a 400 ans, 25 mètres de hauteur pour 4,30 mètres de circonférence .

    Difficile de le photographier en entier, ses frondaisons s'élevant très haut dans le ciel.

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne, comme le recommande la pancarte, a été respecté.

    Il n'en a pas été de même pour le beau hêtre qui est près de lui, hélas.

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne de Buxerolles

    Le gros chêne de Buxerolles

    Un dernier coup d'oeil en partant à cet arbre vénérable...

    Le gros chêne de Buxerolles


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires