• Avant le bombardement, la Maison Philandrier , actuel Office du Tourisme, était "enchâssée" dans un bloc d'habitations....On voit son porche tout à fait à droite de la photo.

    Les maisons au premier plan ont été détruites durant le bombardement de mai-juin 1940.

    Miraculeusement cette superbe maison est restée debout....et fait toujours la fierté de la ville de Châtillon sur Seine.

    D'anciennes photos de la rue du Bourg à Châtillon sur Seine, retrouvées par Pierre Magès

    D'anciennes photos de la rue du Bourg à Châtillon sur Seine, retrouvées par Pierre Magès

    D'anciennes photos de la rue du Bourg à Châtillon sur Seine, retrouvées par Pierre Magès

    D'anciennes photos de la rue du Bourg à Châtillon sur Seine, retrouvées par Pierre Magès

    Une estampe ancienne :

    D'anciennes photos de la rue du Bourg à Châtillon sur Seine, retrouvées par Pierre Magès

    Merci Pierre pour ces belles photos.


    votre commentaire
  • Visite de Vertillum, ville gallo-romaine du Pays Châtillonnais, avec Jacky Bénard archéologue...

     Jacques Stréer, Secrétaire de la Société Archéologique  et Historique du Châtillonnais (S.A.H.C.), et Robert Fries, Président des Amis du Musée du Pays Châtillonnais (A.M.P.C.) ont invité un éminent archéologue, Jacky Bénard, spécialiste des habitats Gaulois et Gallo-Romains à Vertillum, pour une conférence, donnée le 10 mars au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    L'après-midi de ce 10 mars, Jacky Bénard a fait visiter à plus de 80 amateurs, passionnés d'archéologie, le site de Vertillum , situé sur l'oppidum dominant le village de Vertault.

    Jacques Stréer nous a présenté son ami Jacky Bénard qu'il a connu sur les bancs du Lycée Désiré Nisard...puis à l'Ecole Normale.

    Monsieur Bénard s'est ensuite tourné vers l'archéologie et est devenu docteur en archéologie et histoire de l'art. Il a dirigé pendant vingt ans divers chantiers de fouilles sur le site d'Alesia (oppidum, ville gallo-romaine et lignes du siège de 52 avant J.C.)

    Il s'est beaucoup intéressé également au site de Vertillum qu'il nous a fait visiter.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Jacky Bénard nous présente la reconstitution du "murus gallicum"

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Le "murus gallicus" de fortification se prolongeait tout autour du versant de l'oppidum, il délimitait une surface intérieure de vingt-cinq hectares.

    Le parement était constitué de moellons calcaires. Tous les 0,50m environ une poutre de bois s'enfonçait à l'intérieur du mur.

    L'intérieur du mur était rempli de pierres, de tiges de fer.

    Néanmoins, nous dit Jacky Bénard, ce rempart ne devait avoir qu'une fonction assez symbolique.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Nous avons traversé ce champ...qui pourrait encore être fouillé à l'avenir.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Après les fouilles de 1846 à 1863  par Lucien Coutant et Henri Lorimy,   le site a été délaissé et la nature a repris ses droits...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Madame la Conservatrice du Musée du Pays Châtillonnais (où l'on peut admirer tous les objets , les statues...trouvés lors des fouilles ) a distribué des plans restitués de la ville . Nous avons donc pu situer les différents quartiers de Vertillum tels qu'ils étaient autrefois.

    Nous sommes partis de la partie basse où est indiqué, en gras,le murus gallicus.

    Ce plan est un plan restitué, réalisé à partir des croquis et plans de fouilles conservés dans les archives de la S.A.H.C., et par des photographies aériennes de René Goguey, redressées par Eline Deweirdt.

    Les traces des nombreuses maisons ont été plus finement localisées grâce au G.P.S. et à la prospection magnétique;

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Un exemple de quartier avec la trace des habitations :

    Visite de Vertillum, ville gallo-romaine du Pays Châtillonnais, avec Jacky Bénard archéologue...

    Nous passons ensuite près du petit chalet où les fouilleurs d'autrefois rangeaient leurs outils.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Différentes photos des fouilles y sont exposées.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Tout ce qui restait de la ville gallo-romaine est maintenant recouvert d'arbres et de végétation.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Nous voici au bord de structures enterrées, que représentent-elles ?

    Ces parties enterrées sont les sous-sols des maisons. On y accédait par un escalier. Elles pouvaient être le lieu de stockage de denrées à cause de leur fraîcheur .

    Mais elles servaient aussi de lieu de culte domestique ou laraire. C'est dans un de ces sous-sols que l'on a découvert la triade des "déesses-mères", restaurée il y a peu par les Amis du Musée.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Les thermes ont été recouvertes d'un toit...ce qui n'empêche pas que les pierres de construction se délitent. Dans les années 70, lorsque je passais mes vacances à Béchineuil (hameau de Vertault, au pied de l'oppidum) on pouvait voir les vestiges en bien meilleur état, même des traces de peintures !

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Voici les restes des thermes découverts lors des fouilles de 1836-1863.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Une aquarelle réalisée par le docteur Pissier, au moment de la découverte des thermes, évoque l'intérieur du caldarium.

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Visite de Vertillum avec Jacky Bénard archéologue...

    Avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais, nous avions déjà visité le site de Vertillum, guidés par le trésorier de la SAHC,  Gérard Dumaire.

    Voici l'article que j'avais consacré à ce sujet, avec plus de détails  :

    http://www.christaldesaintmarc.com/vertillum-ancienne-ville-gallo-romaine-a48074703


    votre commentaire
  • Le soir de la visite du site de Vertillum, Robert Fries, Président de l'A.M.P.C. a présenté à de très nombreux auditeurs,  Jacky Bénard, docteur en archéologie et d'histoire de l'art, qui nous a proposé une conférence passionnante sur Vertillum, un Vicus de la cité des Lingons.

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    La conférence de Jacky Bénard a surtout porté sur la découverte de l'habitat très riche de la ville gallo-romaine de Vertillum.

    Quelques diapositives de la conférence :

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    Jacky Bénard et son équipe se sont intéressés à l'habitat de Vertillum, sujet qui n'avait jamais été traité

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    A l'aide des plans de fouilles, de photos aériennes de René Goguey, de prospection magnétique et du GPS, Jacky Bénard a pu reconstituer plusieurs sortes d'habitations de la ville de Vertillum, il nous montre comment elles étaient construites, aménagées.

    Les murs des habitations étaient faits de moellons et de mortier, le toit était sans doute recouvert de grandes tuiles plates, ou peut-être de "laves" locales.

    Lors des fouilles on a découvert que les pièces présentaient des enduits souvent de couleurs vives (jaunes, rouges, noirs) et en "trompe-l'oeil.

    Les maisons étaient chauffées par des cheminées, des braseros ou par le sol (hypocauste)

    Certaines habitations étaient simples, c'étaient certainement celles d'artisans,  elles  comportaient parfois des boutiques avec galeries.

    Ces artisans travaillaient le bronze, le fer, les os (tabletterie). Ils étaient cordonniers, tailleurs de pierre, menuisiers, charpentiers, travaillaient le textile etc... (voir tous les instruments nécessaires à leur travail dans la salle "Vertillum" du Musée du Pays Châtillonnais)

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    D'autres habitations étaient sans doute celles de notables. Certaines avaient une surface de 400 à 1000 m2, avec 10 à 15 pièces !

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    On y trouvait un espace public d'apparat avec galerie, vestibule, bureau, salle à manger, et aussi un espace privé composé de chambres. Existaient aussi des cours et des jardins et des logements pour les domestiques.

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard

    Monsieur Bénard a ensuite répondu aux questions des auditeurs qui ont été très intéressés.

    Son livre est remarquable car il nous montre l'habitat de Vertillum comme nous ne l'avons jamais imaginé, une vraie découverte.

    Vertillum, habitats gaulois et gallo-Romains, une conférence de Jacky Bénard


    votre commentaire
  •  L’épicier coquetier ambulant

    Le père Brouard, avec sa voiture fourgon à quatre roues, tirée par un petit cheval, vendait de l’épicerie dans les villages, par troc chez les producteurs, beurre, fromages, œufs, lapins, poulets.

    Il se rendait une fois par semaine à Châtillon, vendait à d’autres petits commerçants les produits fermiers, se réapprovisionnait chez Félix Potin (Garnier) en épicerie, café, chicorée etc…

    Un concurrent venait de Châtillon avec un triporteur-poussette, un jour par semaine, à pied, plus de 25kms en faisant, Buncey, Chamesson, Nod et Aisey, à l’enseigne commerciale « Au planteur de Caïffa », toujours aimable , commerçant, une fleur à la bouche. Quel courage pour un gagne-petit !

    Ramonage ! Ramona du haut en bas !

    Souvenirs de Pierre Roy : les commerçants ambulants de passage dans le village d'Aisey sur Seine

    Avant l’hiver, il y avait le passage du ramoneur, homme de 40 à 50 ans avec un enfant de 6 à 7 ans.

    Ils venaient de Savoie à pied, une poussette en osier dans laquelle il y avait un coffre faisant fonction de malle, leur linge propre, couvertures, recouvert d’une toile cirée, cordes, racloirs, piolets, truelles, hérissons .

    Ces humbles personnages allaient de villages en villages.

    Dans les grandes cheminées, l’enfant montait, muni de moufles aux pieds, genoux et coudes étaient  protégés par des genouillères en cuir, ses outils accrochés à la ceinture, grattant la suie et le bistre, montant jusqu’en haut, en s’appuyant de son corps contre les parois de la cheminée.

    Dans les cheminées trop étroites, l’enfant montait sur le toit, accrochait un hérisson au bout d’une corde, l’homme en bas tirait, chacun en va et vient.En quinze minutes l’opération était terminée, dans les grandes il fallait une heure.

    Que de risques sans la plus élémentaire sécurité, et les pauvres dans quel état ils étaient !

    L’enfant entièrement noir, seules les dents blanches et ses yeux prouvaient que c’était un être humain au travail.

    Ils se lavaient les mains et le visage, mangeaient un casse-croûte offert, étaient réglés au travail effectué, continuaient chez un autre.

    Ces courageux travailleurs passaient la nuit dans les étables, dans le foin ou la paille. Au printemps, leur périple terminé les ramenait dans leur pays avec un peu d’argent pour faire vivre leur famille. Après 1921, on n’en vit plus.

     


    votre commentaire
  • Je n'ai pas pu assister, à mon grand regret, aux concerts donnés par les chasseurs Alpins le 10 mars 2017 dans notre ville de Châtillon sur Seine, puisque la S.A.H.C. et l'A.M.P.C. nous ont proposé une visite du site de Vertillum l'après-midi et une conférence le soir sur l'histoire de ce site archéologique.

    Samedi matin 11 mars, les Chasseurs Alpins ont donné des concerts en ville...(vidéo de Pierre Magès ci-dessus)

    Accompagnés par le Maire Hubert Brigand ils se sont ensuite rendus au Musée du Pays Châtillonnais pour admirer le Vase de Vix.

    Comme j'étais présente au Musée pour la présentation du Programme de la saison Culturelle 2017 et le vernissage de l'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité", j'ai eu le plaisir de les voir...et de les écouter ensuite.

    Les voilà qui montent pour admirer le Trésor de Vix....

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !

    Jean Ponsignon a raconté l'histoire de ce Vase , le plus beau et le plus grand de l'Antiquité découvert à ce jour, devant les chasseurs alpins très intéressés.

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !

    Et l'orchestre a donné, dans la cour d'honneur du Musée,  une petite aubade très appréciée de tous !

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !

    Ils ont été très applaudis !

    Des chasseurs alpins à Châtillon sur Seine !


    2 commentaires
  •  Madame Félicie Fougère, la Conservatrice du Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix, a présenté la première exposition de la saison Culturelle 2017 du Musée.

    Cette exposition s'intitule "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité".

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    La production en série n'est pas un fait strictement contemporain, nous a révélé Félicie Fougère. Dès l'Antiquité artisans et ateliers ont structuré  leurs productions pour répondre à la demande d'objets connaissant un grand succès populaire. C'est le cas des amphores qui, produites en masse, se distinguent par leurs formes . Ainsi les acheteurs pouvaient d'un simple coup d'oeil savoir ce qu'elles contenaient.

    La vaisselle de table de demi-luxe, appelée sigillée, est omniprésente sur les fouilles archéologiques. Elle aussi était produite en masse pour répondre à la demande des classes moyennes qui voulaient avoir une vaisselle dont les formes et les motifs  étaient copiés sur ceux des objets de bronze et d'argent possédés par"l'Elite"...

    Notre époque produit aussi des objets en masse, comme par exemple des fauteuils "monobloc"...

    Aussi l'exposition , partant de l'histoire des productions de masse de l'époque gallo-romaine et de curieuses juxtapositions avec les innovations de notre monde contemporain (stylo Bic, bouteilles de Coca-Cola...) interroge le visiteur sur le concept de design jusque dans le phénomène de réemploi d'une production pléthorique...

    Transformer un "monobloc" en balançoire, en fauteuil pour handicapé etc....pourquoi pas !

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    Jérémie Brigand, Président de la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais a remercié la Conservatrice du Musée et ses assistants de proposer tant et tant de belles animations, toutes différentes, qui font connaître et admirer les collections de notre Musée, et de ce fait le Pays Châtillonnais.

    Quant à la première exposition de la saison culturelle, "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité", elle est superbement présentée et relie l'antiquité au présent.

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    Cette magnifique exposition surprend par la beauté des objets présentés, mais aussi par leur mise en scène : la vision des amphores multipliées par milliers, avec un intelligent jeu de miroirs, donne une idée de la production incroyable que l'on devait voir dans un atelier antique où l'on fabriquait des amphores !

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    Tout au fond de l'exposition on découvre la création artistique contemporaine avec le "The Monobloc Project" et le réemploi d'objets, travaux de Franck Dujoux, designer.

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    L'exposition "Antiquité du Design, Design de l'Antiquité" au Musée du Pays Châtillonnais a été inaugurée...

    Une exposition à voir absolument !


    votre commentaire
  • Félicie Fougère Conservatrice du Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix , a présenté, avec  Patricia Janeux, attachée de Conservation au Musée du Pays Châtillonnais , le programme de la saison culturelle 2017 au sein du Musée.

    Programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix...

    Ce programme nous propose de très nombreuses animations pour tous les publics  qui vont des bébés de 3 ans....à des aînés de 100 ans et plus..., toutes plus passionnantes les unes que les autres.

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix...

     Madame la Conservatrice a présenté les différentes lignes qui ont permis l'élaboration du programme 2017, en particulier des animations pour adultes (mais qui s'adressent aussi aux grands enfants).

    L'exposition  "Antiquité du design, Design de l'Antiquité" débute magnifiquement la saison.

    Cette exposition rassemble environ deux cents objets produits en série à l'époque gallo-romaine : amphores , céramiques, sigillées, figurines religieuses en terre cuite blanche, lampes à huile et fibules. Elle propose une réflexion sur le design, grâce à un parallèle avec des objets contemporains tels que la bouteille de Coca-Cola, l'ampoule ou le stylo Bic, et offre une ouverture sur la création artistique contemporaine avec le "The Monobloc Project" et le réemploi d'objets, travaux de Franck Dujoux, designer.

    Une magnifique exposition, superbement présentée, à ne pas manquer !

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    D'autres expositions fort intéressantes auront lieu tout au long de l'année, comme "La cave aux oiseaux"

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    "L'invitation au voyage", dans la cour d'honneur du Musée :

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Patricia Janeux a présenté les animations qui s'adressent plus particulièrement aux enfants.

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Le programme de la saison 2017 au Musée du pays Châtillonnais-trésor de Vix a été présenté ...

    Et pour avoir tous les renseignements possibles (horaires, tarifs etc...) consultez le nouveau site du musée :

    www.musee-Vix.fr

     


    votre commentaire
  • LES ACTIVITES ARTISANALES A  AISEY AU XIXème SIECLE

    Souvenirs de Pierre Roy : les artisans à Aisey sur Seine au XIXème siècle (seconde partie)

    Le boulanger

    Simon remit son fonds au père Guilleminot : le fournil, le four, la planche à pain, le pétrin de bois.

    Il  pétrissait sa pâte sur levain naturel. Les pains étaient posés sur la planche pour les faire lever. Le four était chauffé avec de la charbonnette, les braises retirées avec une riole, la sole du four était essuyée avec un sac mouillé, le boulanger enfournait ses pains durant 30 à 40mn, bien dorés, craquants, quel bon pain !

    Le magasin de vente : banque sur laquelle il y avait la balance Roberval, les poids. Derrière, au mur, toute une rangée de « tailles » (planchette de bois 0,30x0,04x0,02) avec le nom du client qui ne réglait qu’au mois. Le boulanger avait la sienne, une encoche permettait d’ajuster celle du client, à l’aide d’un couteau-scie, celui-ci faisait un trait, ce qui représentait 1kg, un trait oblique 0,500kg que l’on croisait pour un autre ½ kg, ce qui formait un X égal à 1kg.

    Il ne pouvait y avoir de tricherie au règlement. Le boulanger fabriquait des miches de deux kg, d’un kg, des joquots de un kg, des pains fendus, couronnes, flûtes de 0,500kg.

    Les jours de fête de la brioche. Avec un petit âne attelé à une petite voiture, il allait faire sa tournée, un jour à Chemin, un jour à Nod.

    Je me souviens de 1919, cette pauvre bête, vieille et fatiguée, rendit l’âme au dessus de la côte de Bonnes Fontaines. Le gendre du père Guilleminot, Léon Chérot, reprit l’affaire, l’âne fut remplacé par un gros mulet…puis plus tard par une camionnette.

     Le marchand de vins

    Millerot Mian avait fondé une belle et bonne installation de chais. Organisation, propreté, hygiène remarquable, fûts passés au jet de vapeur, mèches soufrées, une tonnellerie.

    Les vins arrivaient par muids, par le tramway et par la route. C’était en 1900.

    Les commandes en petits fûts de 37litres, quartants de 57 litres, feuillettes de 110 litres, pièces de 220litres, rarement, à part les cafés.

    Les livraisons effectuées avec une voiture à cheval dans les localités aux environs par Jules Remiot, maître de chais, homme remarquable de gentillesse (affligé d’une monstrueuse hernie, travaillant dans cet état, qu’est ce qu’il a dû endurer comme souffrances...).

    Le groupe de chasseurs du pays apportait sangliers ou chevreuils tués, sur l’aire du hangar de monsieur Millerot, pour y être dépouillés et partagés.

    Une anecdote :

    Alors que je devais avoir huit ans, je regardais dépouiller un sanglier, un chasseur, James Logerot me dit « Petiot, t’as un couteau, tu veux que je te l’aiguise » ? « Mais oui » lui répondis-je. Je le lui donne, il l’enfonça dans le cul de l’animal , puis il me le rendit. Vexé et honteux je partis laver mon châtre bique, jurant qu’on ne m’y reprendrait plus.

    Marchand de bois et charbons

    Marco Loti, expert en forêts, porteur de sommes d’argent, fut dévalisé, et assassiné par des brigands sur la route de Chamesson au lieu-dit Bois de Buis (1918)

     La Maréchaussée

    Souvenirs de Pierre Roy : les artisans à Aisey sur Seine au XIXème siècle (seconde partie)

    La brigade de gendarmerie, forte de trois hommes et d’un brigadier, veillait sur la sécurité des gens d’Aisey, Nod, Saint Germain, Busseaut, Brémur et Vaurois, Chemin, Coulmier le Sec.

    Elle recevait les plaintes pour larcins, voies de faits, surveillait la circulation, les congés et acquits des vins et alcools, les chemineaux, camps volants, les plaques de vélo, lanternes et feux rouges, les estampilles de briquets, l’emploi d’engins prohibés de pêche, de chasse, elle démasquait les braconniers sur les bords de la Seine, du Brevon, des bois, s'assurait du respect de l’heure de fermeture des cafés etc…

    A pied, à bicyclette et par tous les temps...

     L’appariteur

    Le tambour appartenait à la commune, il allait dans les carrefours, tambourinait d’une façon un peu désordonnée, annonçait « Avis » et énumérait les questions administratives portées à la connaissance du public, puis les nouvelles diverses.

    Assermenté, garde-champêtre, il avait le pouvoir de verbaliser.

     


    2 commentaires
  • Cinéma : deux avant-premières nationales dans le Châtillonnais à propos de la guerre d'Algérie

    Le film « Ils ne savaient pas que c'était une guerre » de Jean-Paul Julliand va sortir sur les écrans Français le 15 mars à l'occasion des cérémonies commémoratives du 19 mars anniversaire du cessez le feu en Algérie. Jean-Paul Julliand, à l'invitation de nos responsables de cinémas à accepté de venir dans le Châtillonnais avant cette sortie pour présenter son film en avant-première nationale.

    Il sera au cinéma VOX de Laignes le dimanche 12 mars à 17 heures où, en collaboration avec la FNACA du canton de Laignes, son film sera projeté et suivi d'une discussion-rencontre avec le réalisateur. Tous les spectateurs bénéficieront du tarif réduit unique de 4 €.

    A 20h30, ce même dimanche 12 mars Jean-Paul Julliand, invité par la municipalité de Châtillonsur-Seine sera au cinéma « le Sélect » pour présenter son film en collaboration avec la FNACA du canton de Châtillon et également à la suite de la projection, pour animer une discussion-rencontre.Là aussi, tous les spectateurs bénéficieront du tarif réduit unique de 4 €.

    Ce film passionnant qui comporte de nombreuses images d'époque raconte l'histoire de quinze jeunes d'à peine 19 ans alors, entre 1954 et 1962. Ils ont fait partie des milliers de jeunes qui ont été appelés au titre du service militaire obligatoire, pour intervenir dans un conflit qui portait à cette époque le nom d' « événements d'Algérie ». La plupart ne connaissait rien de ce pays, ni des enjeux de ce combat. Ils sont passé d'un « bled » rural en France au bled, sans formation militaire adaptée. Ils sont revenus marqués à vie par ce qu'ils ont vu et vécu, sans aucune attention spéciale de la part des pouvoirs politiques de l'époque. Depuis, beaucoup ont gardé le silence, même auprès de leurs proches… Ce film va passionner les Châtillonnais qui ont vécu ces événements et leurs familles et amis qui souvent n'ont pas mesuré l'ampleur de l'impact de cette période sur la suite de leur vie…




    Deux rendez-vous à ne pas manquer.


    votre commentaire
  • René Drappier me signale que deux nouveaux commerces se sont installés en ville !! C'est une très bonne nouvelle...

    Deux nouveaux commerces à Châtillon sur Seine !

    Deux nouveaux commerces à Châtillon sur Seine !


    votre commentaire
  •  Les aînés de la Ville de Châtillon sur Seine ont été invités par Hubert Brigand , Maire de la ville et Colette Roussel, adjointe à la Vie Sociale à assister au traditionnel Goûter offert par la Municipalité.

    C'était la journée de la femme...aussi un(e) représentant(e) du genre féminin se trouvait là... pour donner un petit aperçu du programme qui allait suivre...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo de Plombières les Dijon, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Colette Roussel a présenté le menu de l'après-midi : tout d'abord le spectacle Infinity, du "Cabaret Odysséo", suivi d'un goûter, animé par l'orchestre Châtillonnais des Tamalous....

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo de Plombières les Dijon, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Avant de souhaiter une très belle après-midi aux 300 aînés présents, Hubert Brigand a tenu à féliciter la doyenne de la Maison de la Douix, madame Paris, et à lui offrir un très beau bouquet de fleurs pour ses 101 ans.

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Et que le spectacle commence !

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Le spectacle  de la revue "Infinity", du cabaret Odysséo, a été en tous points magnifique : danseurs, chanteurs, illusionniste, acrobates ont  décliné la présence des quatre éléments...

    Quelques photos du spectacle :

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Madame (ou monsieur ?) a bien fait rire la salle....

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Une ravissante chanteuse Russe...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Une magicienne de l'équilibre...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

     

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Pierre Magès filme le spectacle...la vidéo sera à voir en fin d'article !

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    La magicienne de l'équilibre est aussi prestidigitatrice....

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

     

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Un travesti bien coquin...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Un jongleur avec le feu...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Jean-Marie Eblé qui a tant fait rire les spectateurs avec son accoutrement féminin, est venu interpréter de belles chansons avec sa superbe voix...naturelle.

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Colette Roussel a félicité la superbe troupe du cabaret Odysséo pour leurs performances exceptionnelles, puis elle a convié les Ainés au goûter, rythmé par la musique des Tamalous.

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Un délicieux goûter, très apprécié de tous et toutes...

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...

    Et, cerise sur...le goûter, les joyeux Tamalous ont mis de l'ambiance !

    "Infinity", une merveilleuse revue du cabaret Odysséo, a été offerte aux aînés, par la Municipalité de Châtillon sur Seine...


    Goûter des anciens 2017 par SEGAM21


    1 commentaire
  • LES ACTIVITES ARTISANALES A  AISEY AU XIXème SIECLE

    Le bourrelier :

    Courtot Lucien, fabricant de colliers, harnais, guides, harnachement, tout pour le cheval, réparait les apotes en cuir de tilbury et autres.

    Sa femme et sa fille exploitaient une minuscule épicerie de 3mx3m. On y vendait ½ l de vinaigre, ¼ d’huile de navette, quelques boîtes de sardines, des pâtes,  des bonbons, bougies, pétrole au litre.

    C’était aussi le bureau de tabac : régie tabacs gris et bleu, cigarettes, à priser, à chiquer, les papiers à cigarettes RIZ la+JOB rt ZIG-ZAG. Congés des vins et spiritueux, plaques de vélo, allumettes soufrées de l’Etat. Propreté impeccable, journal Petit Parisien

    Souvenirs de Pierre Roy : les artisans du village au XIXème siècle

    L'épicerie :

     Les soeurs Mullier Eugénie et Renée exploitaient un magasin en face de l’hôtel, beaucoup mieux achalandé, plus vaste que chez Courtot.

    En plus on y trouvait quelques boîtes de conserves, chocolat, café, chicorée, bonbons variés, légumes secs, de la mercerie, passementerie, pantoufles, sabots etc… des pétards de plusieurs tailles, des fusées.

    Les enfants venaient en acheter à plusieurs occasions :

    la fête d’un prénom était souhaitée par deux coups de pétards, les habitants entendant le bruit, regardaient le calendrier des P.T.T. le nom du saint, ensuite on pensait au récipiendaire. Le 14 juillet, c’était la vente en grand .

    Le magasin était ouvert tous les jours de l’année Renée était du chœur de chant de l’église, elle chantait remarquablement bien, elle n’était d’ailleurs pas la seule. Son magasin était toujours impeccable, parquets cirés, patins pour poser ses pieds et sabots à l’extérieur. Son frère était adjudant de gendarmerie, un autre frère était marin au port du Havre.

    Le roulier  :

    Le Père Mullier, communard convaincu, roulier de profession, homme puissant, rougeaud, grandes moustaches à la Frédéric II, possédait deux voitures à bois, deux chariots à grumes, quatre magnifiques chevaux bien soignés, bichonnés, lustrés à l’étri et brossés, queues nattées, les paturons peignés, les sabots cirés avec une graisse à lui, harnais et colliers avec grelots et pompons rouges. Il transportait les  bois de chauffage de la forêt de Châtillon, il fallait une journée pour effectuer ces charrois depuis les coupes, le retour se faisait de Buncey à Nod par la forêt. Les petits canons de vin venant à bout de l’homme, il s’endormait dans la première voiture, les chevaux connaissaient le parcours, les chemins à ornières servant de rails. L’hiver il rentrait en pleine nuit, une loupiotte à pétrole fixée à un limon. Son commis, Koval, était un soldat russe abandonné en 1917.

    Les cordonniers :

     Baudry Louis et Emile, merveilleux ouvriers bottiers, fabriquaient entièrement des chaussures montantes, du dimanche, brodequins de travail, réparaient toutes chaussures, le tout « fait main ».

    A leurs loisirs, Louis, le père, jouait du violon avec notre maman, accordait son violon en disant « Constance, baille me le "la" ».(donne moi le "la")

    Emile jouait du piston, basses et autres. Il y a eu plusieurs cordonniers avant eux à Aisey.

     Le Maréchal-ferrant :

    Bonfils Auguste, forgeait ses fers sur mesure à partir de feuillards, pour les pieds des différentes races de chevaux et de travail, il ferrait aussi les bœufs de trait. Il avait beaucoup de travail, ses soupirs de fatigue : "Oh ! Pauvre ami, je sai herné " (fatigué)

     Le forain :

    Spéder Jules, alsacien replié (1870) faisait les fêtes dans les localités du Châtillonnais : chevaux de bois, boutiques de tir et de bonbons. Manœuvrier à la tuilerie de Vaurois.

    Le boucher:

    Logerot James et sa femme Henriette . Henriette l’exploitait, permettant à son mari de par ses qualités  de « toucheur »d’acheter des bêtes pour sa boucherie, les meilleures, les autres mises à l’embouche. Aidé d’un commis Albert Charles, d’un aide René Mian, la ferme est de son beau-père Hippolyte Pitoiset, la plus ancienne souche d’Aisey. Albert Millerot est son descendant.

    D'autres artisans du village d'Aisey sur Seine, dans le prochain article...


    4 commentaires
  • De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Julien Gimié d'Arnaud, de "Création Nodoise"  imagine et construit de nouvelles superbes pièces en métal, pleines de poésie et d'humour, en voici quelques unes .

    Les plaisirs de la vie (un clin d'oeil au banquet grec !):

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Le jardinier du Morvan :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Cloche à vache ou vache à cloche ?

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    L'artiste Pinder :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Douze clés et une pendule :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    La libellule d'argent :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

     Le quad des forêts :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    La pendule d'argent :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    La danseuse étoile :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Le masque éclairé :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    La lampe d'un autre temps :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    L'ouvre bouteilles Bourguignon :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Lampe bretonne :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    La moto lumineuse :

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    De nouvelles superbes créations de "Création Nodoise"

    Julien Gimié d'Arnaud lance un appel aux généreux donateurs :

    Pour continuer mes personnages, je recherche des vieilles paires de pinces en tous genres même en sale état (rouillées,cassées. ..) et des billes de roulement de gros diamètre (billes acier de 2cm de diamètre et +) .

    Son adresse se trouve sur sa carte de visite, en haut de l'article. Merci pour vos dons qui lui permettront de réaliser encore ces magnifiques créations dont il a le secret....


    votre commentaire
  • Voici d'autres belles lithographies, transmises par Jean-Luc Bret, que je remercie.

    La chapelle d'Epailly :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    La Charteuse de Lugny :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    La chapelle Saint Thibault à Châtillon sur Seine :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    L'église de Courban :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    L'église Notre Dame de Châtillon sur Seine :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    Les ruines de l'abbaye de Molesme :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    L'église des Carmélites à Châtillon sur Seine :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    L'intérieur de l'église de Minot :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    Le château de Châtillon sur Seine :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    Les remparts de Châtillon sur Seine :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    La maison communale de Grancey sur Ource :

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

    Gravures anciennes du Pays Châtillonnais

     

     


    1 commentaire
  •  L’eau à Aisey sur Seine

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    La commune d’Aisey sur Seine était approvisionnée en eaux par la source de Gossoin pour le dessus du pays, qui alimentait les abreuvoirs, le lavoir, avec le passage du ruisseau de la fontaine de Chemin, les habitants avec seaux et arrosoirs, venaient puiser de cette eau potable pour les besoins de consommation humaine.

    Sur la Voie d’Avril (Via Aprilis) est une source d’eau légère qui remplit un petit lavoir. La Barque est alimentée par une source de la même nappe. En Baon étaient des puits dans la nappe phréatique.

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    Les  eaux de Bonnes Fontaines alimentaient la brasserie et le T.D.C.0.

    Près de l’hôtel, la belle source sous roche  était captée.

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    Elle formait une petite réserve qui s’écoulait dans le bassin de lavage du très beau lavoir .

    Yvonne à l’âge de 3 ans tomba dedans, en grandes eaux, faillit s’y noyer, j’ai pu la retirer, ramenée chez notre grand-mère, séchée réconfortée, nous ne fûmes pas grondés.

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    Le bassin de lavage rectangulaire de 4mx2x0,35, tout autour les pierres lisses, inclinées à 25%, une pale en bois retenait l’eau ou vidangeait.

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    Parfois les vairons et truitelles par grandes eaux remontaient jusqu’à la source. A ce moment-là, l’usage du lavoir n’était plus possible.

    Sur le côté droit, les pierres à égoutter le linge, de l’autre un courant d’eau sur dalles qui servait à tordre les draps afin de les essorer au mieux.  Pour cela il fallait être à deux personnes, chacun se rendait ce service.

    Les lavandières l’utilisaient pour pisser, les femmes écullées (accroupies), les vieilles ayant de la difficulté à se baisser, debout en écartant les jambes. C’était facile avec les culottes ouvertes…certaines de ces personnes  avaient des relents d’urine. Les mains dans l’eau froide provoquaient le besoin de s’épancher souvent.

    Ces lavandières  étaient à genoux dans un « carrosse », les uns coquets faits par le menuisier, d’autres plus modestes avec une ancienne caisse à savon, garnis de paille et d’un coussin.

    Souvenirs de Pierre Roy : L'eau à Aisey au XIXème siècle

    D’un côté le « tapoir » ou battoir, de l’autre le cube de 0,500kg de savon de Marseille.

    Après leurs activités, chacune remettait son carrosse à sa place définie, j’ai vu parfois des disputes avec celles qui ne respectaient pas les us, retrouver le carrosse jeté dans un coin. L’habitude de ces gens de se mettre à une place précise ! Aussi le savaient-elles de ne pas s’installer n’importe où,  pour éviter les horions.

     


    2 commentaires
  • Une conférence de Lydie Suty sur la sophrologie, proposée par l'association Culturelle Châtillonnaise

    Cette conférence intitulée "la Sophrologie, un art pour se sentir mieux" sera présentée par Madame Lydie SUTY. 
     
    Titulaire d'un doctorat et d'un HDR en sciences de la vie, Madame SUTY était chercheur à l'INRA de DIJON, est actuellement chargée de cours à l'Université de Bourgogne, et détentrice d'un certificat  d'aptitude à la pratique de la sophro-relaxologie.

    votre commentaire
  •  information sur la présentation d'ateliers mémoire s'adressant aux seniors.


    votre commentaire
  • Les PTT  à Aisey de 1830 à 1914

    Le bureau de Poste était situé sur la RN71, en face de la maison de Gail, qui fut aussi un relais postal et de diligences, puis il fut transféré derrière l’église.

    Les souvenirs de Pierre Roy : la Poste à Aisey sur Seine de 1830 à 1914

    Le bureau de 5mx5m était séparé du public par une banque avec un guichet grillagé.

    Côté public on trouvait une cabine avec tablette qui présentait les  formules télégraphiques, les mandats, annuaires etc…

    Dans le fond du bureau, existait un  standard de téléphone à fiches que la receveuse manipulait, avec sur une table l’appareil Morse pour les télégrammes.

    Les activités étaient nombreuses: Caisse d’Epargne, Chèques Postaux, paquets, timbres, pensions etc…

    Une sonnerie était reliée à un porteur de télégrammes qui venait à son appel et portait le message.

    Deux facteurs recevaient les sacs de courrier par le tramway.  Le courrier  apporté était dépouillé et classé au bureau.

    Chaque facteur quittait le bureau vers 8 heures du matin, pour  leur tournée bien définie.

    La tournée de Nod était longue et pénible, par les beaux jours en bicyclette, à pied les temps de neige, pour être de retour vers 16, 17 ou 18 heures suivant les conditions atmosphériques.

    Cette distribution commençait par Nod, le facteur relevait les boîtes aux lettres, oblitérait sa fiche de levée sur la boîte : Cet homme était le journal parlé !

    Une devinette avant de poursuivre…Pourquoi Aisey était le pays le mieux informé ? parce qu’à Aisey on voit tous les jours Nod (journaux) !

     Nod était une pénible localité pour le facteur, toute en côte...

    Les souvenirs de Pierre Roy : la Poste à Aisey sur Seine de 1830 à 1914

    Mais Nod se rattrapait  par la gentillesse de ses habitants : petits canons de blanc, goutte, mêlé cassis, café, lui donnaient du courage pour atteindre le hameau de Voisin après une bonne suée (quelques belles pierres, chapelle).

    Maintenant il fallait atteindre le hameau de Grange Didier à travers bois où il rencontrait parfois sangliers et chevreuils et toute la gente forestière paisible.  Un petit réconfortant à l’arrivée.

    Encore 3kms par la route, c’était Saint Germain vers midi.

    Les habitants reconnaissaient sa peine : il avait bien souvent son couvert à table, ce n’était pas de refus, surtout l’hiver avec la pèlerine  lourde d’eau ou de neige glacée, les pieds gelés malgré de bons brodequins. Cela représentait déjà  14 kms....

    Après cette pause, il fallait reprendre la route, traverser la vallée du Brevon, gravir la côte de 8% pour atteindre  Busseaut où il était attendu avec impatience pour  les communications de bouche à oreille , puis c'était la bonne descente, la ferme du Champ Chevalier, le moulin de Busseaut, la pisciculture de la Chouette.

    Les souvenirs de Pierre Roy : la Poste à Aisey sur Seine de 1830 à 1914

    Ouf ! encore 3kms, la journée allait prendre fin après avoir parcouru près de 25kms...

    Au bureau, le classement du courrier relevé était effectué et c'était enfin le retour bien gagné à la maison.

    La tournée d’Aisey débutait vers 8 heures, se poursuivait par celle de Chemin d’Aisey...

    Les souvenirs de Pierre Roy : la Poste à Aisey sur Seine de 1830 à 1914

    la ferme de Bon Espoir puis c’était Brémur et Vaurois, environ 20 kms et nouvelle tournée le soir de 18h30 à 19h, seulement pour Aisey.

    Celle-ci beaucoup moins pénible fut supprimée le soir.


    2 commentaires