•  Après avoir réalisé des enluminures, destinées à apparaître dans une exposition sur le 900ème anniversaire de la fondation de Clairvaux par saint Bernard :

    http://www.christaldesaintmarc.com/une-initiation-a-l-art-des-enluminures-a-l-ecole-maternelle-cailletet-a117626758

    (article complété ce jour par les enluminures terminées, vues dernièrement)

    les élèves de la Moyenne et Grande Section de l'Ecole Maternelle Cailletet ont été initiés à la sculpture sur pierre par Arno Mercier, célèbre sculpteur châtillonnais..

    Arno Mercier a réalisé ce superbe buste de Louis Cailletet qui se trouve devant le Groupe Scolaire qui porte son nom.

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Reynald Fry, Directeur de l'Ecole Maternelle Louis Cailletet, et professeur des écoles chargé de la Moyenne et de la Grande Section, a eu la très belle idée de faire graver sur des carrés de pierre, en écriture gothique :

     C L A I R V A U X

    1 1 1 5 - 2 0 1 5

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Reynald présente aux enfants les carrés de pierre qu'ils devront graver...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    tandis qu'Arno sort ses outils de sculpteur...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Très pédagogue, Arno présente ses outils aux enfants...

    Les ciseaux :

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les massettes, les ciseaux, la gradine...et les lunettes que l'on doit absolument porter pour être en sécurité.

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Tout est en place, le travail peut commencer.

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Une démonstration par l'artiste...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    La pose des lunettes obligatoires :

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Puis c'est au tour des enfants...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Je suis partie sans bruit, laissant les petits artistes travailler...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Voici quelques réalisations vues le lendemain...

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

    Les élèves de la Moyenne Section et de la Grande section de la Maternelle Cailletet se sont initiés à la sculpture avec Arno Mercier

     Ces lettres gravées seront aussi visibles lors de l'exposition que Châtillon-Scènes organise, salle des Conférences, le 4 septembre 2015.


    votre commentaire
  •  Un atelier "enluminures", destiné aux élèves volontaires du Collège Fontaine des Ducs de Châtillon sur Seine, fonctionne tous les lundis de 13heures à 14 heures, à l'initiative de la Conseillère d'éducation Anne-Marie Blondon.

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Anne-Marie conseille les "enlumineurs" sur le choix de la lettre à décorer.

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves se sont inspirés de livres sur le Moyen-Âge...

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    On utilise des encres colorées, alors qu'à la Maternelle Cailletet, le choix s'était porté sur la "détrempe".

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Il faut beaucoup de soin pour réussir une enluminure...

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Avant de peindre, il faut déjà dessiner...

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    et soumettre le dessin à l'initiatrice de l'atelier.

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....

    Cet atelier d'enluminures fait partie du programme de Châtillon-Scènes pour la célébration du 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux.

    Madame Estrat, Présidente de Châtillon-Scènes a demandé aux jeunes artistes du collège de réaliser les lettres composant le mot "programme".

    Ce programme original sera présenté en septembre.

    Les élèves du Collège Fontaine des Ducs, réalisent eux-aussi des enluminures ....


    votre commentaire
  •  Les Amis du Châtillonnais, en la personne de son Président Dominique Masson, nous ont fait découvrir une très ancienne ferme, à la limite de l'Yonne et de la Côte d'Or, "La Grande Vesvre".

    La grande Vesvre n'est pas une abbaye, ou un prieuré, c'est une ferme templière. A première vue il n'y a pas de rapport avec la fondation de Clairvaux, et pourtant saint Bernard s'intéressa à l'ordre des Templiers....

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    L'implantation de l'ordre Templier dans l'Yonne remonte à 1186. A cette date, Hugues Curebon et son frère Pierre font don aux frères du Temple de leurs biens, sis au village de Nuits-sous-Ravières, comprenant bâtisses, prés et pâturages, ainsi que deux serfs, Germain et Constant, leur famille et postérité.

    Le village de Nuits était à cette date sous le contrôle de l'évêque de Langres. Manassès, l'évêque confirma l'acte de donation. Cette première ferme qui devint commanderie, fut appelée Saint Médard. Bientôt y furent rattachées trois autres fermes :Fontenay (près de Chablis), Marchessoif (près de Tonnerre) et la Vesvre entre Gigny et Nicey.

    Guibert de Gigny donna aux Templiers les bois et pâturages de la Vesvre et un homme qui devait 4 sous à son frère Mathieu.

    Les donations se suivirent au cours des siècles, agrandissant le domaine de la Vesvre.

    En 1307, Philippe le Bel et son conseiller Nogaret, instruisirent un procès en hérésie aux Templiers. L'ordre fut dissout par le pape ClémentVI, et les possessions des Templiers : la Vesvre, Marchessoif et Saint Médard (qui devint Saint Marc) passèrent sous l'autorité des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem qui les conserveront jusqu'à la Révolution.

    En 1752 le terrier de la Grande Vesvre contient un état très détaillé des biens et des droits appartenant à l'ordre de Malte.


      -Une chapelle sous l'invocation de Saint-Georges, bâtie de pierres et couvertes de laves, assise joignant le Rupt de Jarcey, peu éloignée de Granges et construite tout à neuf.


    -Un grand corps de logis à gauche en entrant dans la cour, de longueur de 114 pieds sur 28 de large, hors-oeuvre, et flanqué de deux tours carrées aux extrémités, dans lequel sont les logements ci-après déclarés, savoir : ceux pour l'habitation dudit sieur commandeur, composés par le bas d'une cuisine, à côté et à gauche dans la tour un grand office, de même côté un grand cabinet qui règne pour partie sur l'escalier; dans la dite cuisine un escalier à rampe de bois de chêne, sur la cuisine une grande chambre, à côté un cabinet joignant l'escalier, un autre grand cabinet dans la tour, attenant de la dite chambre, une autre fort grande et à cheminée comme la précédente et sûr les dites chambres deux grands greniers.

     
    -Pour les logements des fermiers une cuisine à cheminée, une autre chambre attenant dans laquelle est un escalier tournant ; une chambre haute sur la cuisine, etc...

     
    Suit l'indication des autres bâtiments destinés à l'exploitation du domaine, puis le procès-verbal ajoute : « les dites constructions entourées d'un grand fossé dans lequel l'eau du Rupt de Jarcey passe, à l'exception des deux granges et de la chapelle qui sont au-delà dudit Rupt de Jarcey. »

    (source :http://www.templiers.net/etudes/index.php?page=La-Grande-Vevre-de-Gigny )

    Voici ce qui reste de cette ferme templière de nos jours :

    Une ferme templière, à la limite de la Côte s'Or et de l'Yonne : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, à la limite de la Côte s'Or et de l'Yonne : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Dominique Masson nous montre où se trouvaient les fermes templières de notre région.

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    A la place de ce pont en pierre se trouvait autrefois un pont levis.

    Une ferme templière, à la limite de la Côte s'Or et de l'Yonne : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Le ruisseau du Rupt de Jarcey coule le long des bâtiments.

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    On peut encore admirer les superbes charpentes des granges.

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre

    Une ferme templière, dépendant de la Commanderie de Voulaines les Templiers : la Grande Vesvre


    1 commentaire
  •  En 2015, on fête le neuf centième anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux.

    Les moines cisterciens, qui partageaient leur temps entre spiritualité et travail de la terre, étaient aussi de remarquables moines copistes qui pratiquaient l'enluminure en décorant magnifiquement les majuscules qui débutaient les textes.

    La technique de l'enluminure comporte trois parties : l'esquisse, le mélange des pigments de couleurs avec la colle animale et le coloriage par couches.

    Reynald Fry, Directeur-Professeur des Ecoles à l'école Louis Cailletet de Châtillon sur Seine, a eu l'excellente idée d'initier ses élèves (Moyenne et Grande Sections) à la technique de l'enluminure, telle qu'elle se pratiquait au temps de Bernard de Clairvaux.

    Un exemple d'enluminure présenté aux enfants :

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Reynald a fait connaître à ses petits élèves une charmante comptine qui explique la façon d'obtenir une peinture colorée par le principe de la "détrempe".

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Il faut donc tout d'abord frotter de petits cailloux de craie et d'argile bien sèche. On obtient des poudres colorées...

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Mais on peut aussi obtenir de la poudre en concassant les pierres avec un marteau....

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    La poudre seule, appliquée sur le papier n'y reste pas, au moindre souffle elle s'envole !  Pour la faire "tenir", il faut lui adjoindre une colle animale, par exemple...du jaune d'œuf.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Le jaune d'œuf doit être pur, c'est à dire débarrassé de son  germe et de la pellicule fine qui l'entoure.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    On ajoute un peu d'eau au jaune d'œuf, et ensuite on y mélange un peu de poudre colorée...

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Après essai des deux poudres qu'ils ont réalisées, mélangées au jaune d'œuf + l'eau, les enfants se sont aperçus que les couleurs ne "rendaient" pas très bien car trop pâles.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Reynald leur a donc proposé d'utiliser des poudres beaucoup plus colorées, des pigments, dans les tons bleus et rouges.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Reynald a ensuite proposé aux enfants des esquisses simples pour les Moyens, un peu plus complexes pour les Grands. Chacun a choisi son modèle préféré.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Voici ce qu'il faudra faire :

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Avant de commencer l'enluminure, il faudra bien penser à écrire son prénom au dos de la feuille !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Le maître prépare les palettes, les enfants feront le mélange en  tournant bien le pinceau, attention, on ne mélange pas les couleurs !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Les Moyens se lancent....

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    et les Grands aussi, mais avec un peu plus de soin et surtout d'adresse !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Voici déjà le bel ensemble du travail des Moyens...

    Celui des Grands, demandant plus de minutie, n'était pas terminé lorsque je suis partie, je le verrai lorsque je reviendrai dans la classe de Reynald Fry un jour prochain.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Cette initiation à l'enluminure a été pour les enfants une expérience très intéressante, ils ont été très attentifs, très intéressés, ils ont appris beaucoup de vocabulaire et découvert de nouvelles techniques, bravo à eux et à leur enseignant bien sûr !

    Voici quelque temps plus tard, les enluminures terminées, tout d'abord celles des Moyens :

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Les Moyens se sont aussi inspirés des poissons de la porte de l'abbaye Notre Dame :

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Les enluminures réalisées par les élèves de la Grande Section :

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Le tour a été peint avec un produit de mixion et de la poudre d'or

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Les Grands ont été revêtus de vêtements moyen-âgeux et ont posé dans  l'église Saint-Vorles avec des instruments de musique, ceux qui figurent sur leurs enluminures.

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !

    Une initiation à l'art des enluminures à l'école maternelle Cailletet !


    votre commentaire
  • François Poillotte a présenté cette conférence, entièrement de mémoire, sur l'abbaye de Clairvaux, dans le cadre de la célébration du 900ème anniversaire de la fondation de cette abbaye, par saint Bernard.

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    L'abbaye de Citeaux créée par Robert de Molesme, reçut 30 postulants emmenés par Bernard de Fontaine,  pratiquement toute sa famille et quelques amis.

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Ci dessous, l'entrée de  Bernard et de ses compagnons à Citeaux. (Miniature extraite du Miroir Historial de Vincent de Beauvais (XVème siècle) Chantilly - Musée Condé.)

    Cette miniature représente saint Bernard auréolé. Il semblerait que les quatre autres moines soit ses frères, Guy, Gérard, André et Barthelemy. L'autre personnage en cours de vêture serait Nivard. La scène se déroule sous le regard de Tescelin le Saur, leur père.
    A droite, il pourrait s'agir d'Hombeline entrant en religion en présence d'Aleth, sa mère.

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Généalogie de Bernard :

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Quels sont les compagnons de saint Bernard, partis pour l'abbaye de Citeaux et ensuite pour fonder l'abbaye de Clairvaux ?

    Cliquer sur ce lien pour lire les informations détaillées de François Poillotte , données lors d'une précédente conférence sur saint Bernard, (trop longues pour être recopiées ici) :

    Saint Bernard et ses compagnons, par François Poillotte

    Départ de Bernard et ses compagnons de l'abbaye de Citeaux pour fonder l'abbaye de Clairvaux:

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

     C'est l'Abbé de Citeaux, Etienne Harding (successeur d'Albéric, lui-même successeur de Robert de Molesme) qui envoya Bernard et ses compagnons fonder une nouvelle abbaye dans le Val d'Absinthe (pas fâché sans doute, nous dit François Poillotte, de se débarrasser d'un élément encombrant, Bernard ayant un caractère assez fort !)

    Comme cet endroit recevait le soleil du matin au soir, le lieu fut appelé rapidement Clairval, puis Clairvaux.

    La vie des moines fut au début très difficile, ils se nourrissaient souvent de plats à base de feuilles de hêtre !

    Mais à force de travail, l'abbaye se dota de "granges" de plus en plus éloignées. Celles-ci furent exploitées par des "convers", les moines, suivant la règle bénédictine, étant astreints à sept offices quotidiens ne pouvaient se déplacer et travailler aux granges.

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Les forêts intéressaient les moines de Clairvaux, pour leurs bois de charpente, de chauffage, mais aussi pour alimenter les forges.

    L'eau était importante aussi  pour les forges et les moulins.

    La vigne était prisée par l'abbaye, il nous reste un bâtiment dijonnais qui nous le prouve : le cellier de Clairvaux

    L'abbaye de Clairvaux sur une estampe ancienne :

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Plan de l'abbaye de Clairvaux :

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    L'abbaye de Citeaux eut des "filles " : La Ferté, Pontigny, Morimond et Clairvaux.

    Celles-ci, à leur tour eurent des "filles", , mais ce fut l'abbaye de Clairvaux qui en eut le plus, du fait de la notoriété de Bernard de Clairvaux : en 1230 on en comptera 357(filles directes et indirectes)

    Voici la liste des quatre "filles" de Citeaux et de leur "descendance" :

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte

    Le conférencier termina en nous révélant que beaucoup de personnalités connues passèrent par Clairvaux : Henri de France, mais surtout Bernardo Paganelli qui devint moine à Clairvaux avant de devenir le pape Eugène III.

    François Poillotte fut très applaudi par la nombreuse assistance pour son érudition et son humour !

    Jenry Camus me transmet une gravure intéressante de Roussel d'après Davéria, illustrant la nouvelle "Humbeline" d'Antoinette Quarré, parue dans le Journal des Demoiselles de 1842 et représentant la rencontre entre St Bernard et sa sœur à Clairvaux.

    "L'Abbaye de Clairvaux au temps de saint Bernard" une conférence de François Poillotte


    votre commentaire
  • Dans le cadre des manifestations du 9ème centenaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux, deux audiovisuels relatifs aux :

    • Cisterciens, spiritualité, architecture, enluminures
    • Granges claravaliennes et frères convers

     

    réalisés par Jean & Sophie Ponsignon, seront projetés

    le jeudi 26 mars à 16 heures et 20 h 30

    à la salle des conférences de la mairie de Châtillon.

    Entrée libre.

     

    De Molesme à Cîteaux, et de la fondation de Cîteaux à nos jours : les Cisterciens : spiritualité, architecture, économie.

     Le neuvième centenaire de la fondation de l'abbaye de Cîteaux fait ressortir l'importance qu'a eu l'Ordre des cisterciens au fil des siècles : réformateurs au sein de leur Eglise, citoyens d'Europe plusieurs siècles avant les débats des deux dernières décennies, bâtisseurs d'économies à la fois intégrées et multinationales.

    Le montage audiovisuel proposé nous fait suivre, en 1098, les précurseurs accompagnant Robert de Molesmes jusqu'aux forêts de Cîteaux. Nous vivrons les péripéties de la fondation, la succession rapide des pères abbés Etienne Harding et Albéric, la trajectoire fulgurante de Bernard de Clairvaux, et l'extension rapide de l'Ordre qui, moins d'un siècle après sa fondation, ne compte pas moins de 800 abbayes filles dans toute l'Europe.

     Nous découvrirons que chez les Cisterciens, l'efficacité d'une abbaye vient de ce que Dieu et l'homme ne sont pas rivaux, et que progrès spirituel et progrès temporel, loin de se nuire, concourent ensemble au rayonnement de l'Ordre, dont le maître mot pourrait être l'efficacité. Ils ont l'éternité devant eux, mais ils avancent vite, creusant des canaux, domestiquant la force hydraulique, inventant des architectures fonctionnelles, donnant un important essor à l'art de l'enluminure, "démocratisant" le livre (un pour chaque moine) à une époque où un livre valait le coût d'une voiture de nos jours, rénovant les techniques de la sidérurgie, et pratiquant l'agriculture extensive à travers le système des "granges" (vastes entrepôts aux dimensions de cathédrales).

    Une conférence de Jean Ponsignon sur les enluminures et les granges cisterciennes

     Vous constaterez l'influence de la révolution qui, disséminant les moines, va les conduire jusqu'en Russie, pendant qu'un anglais original et précurseur s'efforce, voici un peu plus d'un siècle avant Disney de transformer Cîteaux en parc de loisirs et d'attractions. Mais heureusement, voici les moines qui reprennent possession des lieux en 1898.      

     Des convers et des granges, pourquoi et comment ?

    Une conférence de Jean Ponsignon sur les enluminures et les granges cisterciennes

     Les Cisterciens avaient décidé d’observer fidèlement la règle bénédictine en ses deux points fondamentaux : oraison et travail dans un système autarcique ; par vertu de pauvreté ils ne devaient rien posséder personnellement, mais la communauté pouvait accepter des domaines, ériger des granges, pratiquer le travail manuel. C’est Etienne Harding qui posa les fondements de l’économie cistercienne en circuit fermé, et qui aurait décidé d’admettre des convers.

    En principe, la construction des granges se justifiait, quand le temps de trajet pour aller exploiter les terres depuis le monastère, prenait plusieurs heures. La plupart se situaient en fait de 5 à 25 kilomètres du monastère. Chacune exploitait une superficie comprise entre quelque dizaines et deux cents hectares. Clairvaux comptait une trentaine de granges. La première de toutes les granges claravaliennes et sans doute aussi la première cistercienne, Fraville est à 5 kilomètres. La plupart des granges sont à moins de 20 km ; mais la plus éloignée Marsal est située à 153 km.

     Qui étaient les convers ? Ce sont le plus souvent des paysans attirés par le gîte, le couvert et la protection contre les famines et les pillards. Mais à cette époque, l’essor démographique était plus rapide que l’expansion du territoire cultivé ; aussi trouve-t’on quelques cadets de famille et des célibataires, attirés par la vie monastique et se sentant sanctifiés par la proximité des moines. De ce fait, ils entrent en religion en tant que paysans pour accomplir les gros travaux des champs. A partir de 1188, le Chapitre interdit aux chevaliers de se faire convers.

     Il semble que les premiers convers apparaissent vers 1120. Ils vivent alors comme des laïcs célibataires, conviés aux offices du matin et du soir. L’activité économique des moines fut intense pendant le premier siècle de l’ordre. Elle s’explique par l’organisation rationnelle et le sérieux avec laquelle elle fut conduite et la richesse qui en découla n’était que la conséquence normale de la mise en valeur intelligente de toutes les ressources du domaine monastique.


    votre commentaire
  • Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    2015, c'est le 9ème centenaire de la Fondation de l’Abbaye de Clairvaux par Bernard de Fontaine, le futur saint Bernard.

     Yolande Estrat, Présidente de Châtillon Scènes a présenté à la presse, en compagnie de Dominique Masson, Président des Amis du Châtillonnais, le programme des animations consacrées au neuf centième anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux par saint Bernard.

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    Une brochure, diffusée il y a plusieurs années par le diocèse faisait état d'un "chemin bernardin", allant de Citeaux à Clairvaux, en passant par Pontigny... en ignorant superbement Châtillon sur Seine ! C'est pourtant dans notre ville que Bernard passa des années d'études, près des chanoines de Saint Vorles, c'est là qu'il vécut le mystère de la lactation...

    Yolande Estrat nous en dit plus sur saint Bernard :

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Un peu d’histoire : "Châtillon noble bourg, le boulevard du royaume" comme avait pu l’écrire Guillaume le Breton au XIIème siècle a accueilli Bernard à l’âge de 8 ans (1098). Il arriva dans notre cité où il passa une partie de sa jeunesse et fut instruit par les chanoines de Saint-Vorles selon les souhaits de sa mère. En effet, son père Tescelin "le Roux", possédait une demeure sise dans l’ancienne rue Truchot sur laquelle au XVIIème siècle fut installé le couvent "des Feuillants" qui devint au fil des années "Pensionnat" puis "Collège Saint-Bernard" et depuis la fin du XXème siècle "école Saint-Bernard" (rue Saint-Bernard).

    Châtillon-sur-Seine : sur un chemin bernardin ?

    Deux associations culturelles : Les Amis du Châtillonnais et Châtillon-Scènes ont décidé d’unir leurs compétences, soutenues en ceci par la municipalité de la ville, afin de fêter ce 9ème centenaire de la Fondation de l’Abbaye de Clairvaux.

    En effet, pour nombre de Châtillonnais, saint Bernard c’est, à l’église Saint-Vorles, la chapelle Saint-Bernard, "Le Mystère de la lactation", Notre-Dame de Toutes grâces.

    Mais nous pouvons citer un autre lieu à Châtillon-sur-Seine. Un autre lieu où saint Bernard a laissé une trace pour le moins significative c’est l’Abbaye Notre-Dame.

    Édifiée au XIIème siècle, de conception cistercienne au niveau de son architecture comme l’est encore l’Abbaye de Fontenay, fille de Cîteaux, qui fut commandée par le saint. L’Abbaye Notre-Dame, inspirée par l’abbé de Clairvaux saint Bernard, amputée de son transept au XIXème siècle fut en partie transformée en salle d’hôpital. L’église prit alors le vocable "d’église Saint-Pierre". Tous ces lieux marqués, à Châtillon-sur-Seine, par Bernard de Clairvaux, nous permettent de dire :

    Châtillon-sur-Seine est bien sur un chemin bernardin !

     Programme des Festivités du 26 Mars au 9 Octobre :

     Théâtre, musique, conférences, audiovisuel, visites d’Abbayes et de granges cisterciennes, ateliers pour enfants… Et dédicace d’une œuvre poétique pour ce 9ème centenaire s’allient à la convivialité.  

    Les associations investies :

    Châtillon-Scènes, Les Amis du Châtillonnais, l'Université pour tous ,l' Association Saint-Vorles, la Société philatélique, les Orgues des églises de Châtillon-sur-Seine, l’Association pour la sauvegarde et l’animation du château de Jully, la Société des Amis du Musée Châtillonnais-Trésor de Vix.

     Les Conférences

     Jeudi 26 mars à 16h et 20h30(salle des Conférences) Jean Ponsignon présentera un  audiovisuel "Les Cisterciens : Spiritualité, architecture, enluminures et granges claravaliennes." Nous y verrons que saint Bernard s'intéressait à l'économie !

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Lundi 20 avril à 20h30 (Salle des Conférences) François Poillotte :

    "Clairvaux au temps de saint Bernard". François Poillotte nous contera l'histoire des origines de Clairvaux, de la vie de l'abbaye à partir de documents du XIIème siècle  comme la "Charte de Charité", mais aussi évoquera les "abbayes-filles" de Clairvaux.

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    Lundi 13 avril à 14h.30(salle L.Pascal,lycée D.Nisard) Jean-François Leroux :"Architecture cistercienne" (Université pour tous)

    Les Visites

     Mercredi 20 mai : Prieuré de Jully et la grande Vesvre

    Claude Garino nous présentera le prieuré que son association a contribué à rénover, prieuré qui eut à sa tête Hombeline, sœur de saint Bernard.

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    Samedi 13 juin : l’ancienne Abbaye d’Auberive

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Ce sera ensuite la coupure normale, saison estivale oblige. Mais pour la semaine musicale l’association Saint-Vorles organisera un mini Concert :

    le 25 Août à18h30 "cour du cloître" à l’école Saint-Bernard

     2 ème partie de la saison

      Vendredi 4 septembre 18h30 salle des Conférences Mairie :

    Présentation des manifestations automnales et vernissage des expositions :

    La Société Philatélique par Jacqueline Porta

    La Lutherie au Moyen-Âge et des mélodies du XIIème siècle avec les Ménestrels de Bourgogne

    Les Artistes en herbe du Pays Châtillonnais : enluminures, lettrines et calligraphie : les élèves de Grande Section du Directeur de la Maternelle Cailletet, Rénald Fry vont participer (ainsi que ceux du Collège Fontaine des Ducs avec Anne-Marie Blondon, et ceux du collège Saint-Vincent-Saint-Bernard avec monsieur Duverger)

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    Dégustation de mets du Moyen-Âge, préparés par les adhérentes de Châtillon-Scènes !

     Visites

    Samedi 5 septembre à 15h

    Abbaye de Clairvaux (visite guidée 5 €) et la grange de Beaumont qui se trouve en Côte d'Or.(covoiturage)

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Journées du Patrimoine 19 et 20 sept."Les expos." 

    Exposition à l’église Saint-Pierre : Saint Bernard et le Châtillonnais, L’Abbaye Notre- Dame

    Musée du Pays Châtillonnais : Présentation des travaux d’élèves enluminures, calligraphie,abécédaire du châtillonnais et audiovisuel : la vie quotidienne au moyen âge (Jean Ponsignon)

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Journées du Patrimoine "suite"

      Samedi 19 septembre 17h. Église Notre-Dame : Concert spirituel : "Hildegard Von Bingen et saint Bernard" par les ensembles grégoriens :

    Les Dames de Pontigny, La Schola de Pontigny, et les Ambrosiniens

    Hildegard et Bernard, deux immenses personnalités qui ont influencé la spiritualité du XIIème siècle

     Après le concert -même lieu-

     Dédicace de l’œuvre de Michel Lagrange et Bernard Béros, déjà préfacée par Monseigneur Minnerath : "Le dernier jour de saint Bernard" Suivi de "Clairvaux : Prison, Prière"

    Poèmes : Michel Lagrange  -   Photographies : Bernard Béros

    Ce livre sera donc composé de deux textes, complémentaires. Le plus long est une réflexion poétique, intitulé « Le Dernier Jour de Saint-Bernard » qui est, alors qu’il attend la mort, une vision de sa vie, des étapes marquantes de sa vocation. Châtillon, bien sûr, y occupe une belle place. Ce texte vient de recevoir une très belle et flatteuse préface de Monseigneur Minnerath, archevêque de Dijon.

    Ecoutons Michel Lagrange :

       Le second texte m’a été inspiré par une « vision » que j’ai eue devant Clairvaux, longeant le long mur de cette abbaye devenue prison. J’ai été saisi par le contraste existant entre les miradors, du haut desquels les surveillants orientaient leur regard de haut en bas, et la montée verticale des prières monacales. De là ce texte « Clairvaux Prison-Prière ».

       L’ensemble devrait constituer un livre d’une soixantaine de pages, au format 17 X 17 cm, illustrées des photos de Bernard Béros, dans l’esprit des collaborations précédentes qui ont engendré les ouvrages concernant « Les Pleurants » et « La Chartreuse de Champmol ».

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     Dimanche 20 septembre 11h. Église Saint-Vorles :

    Messe dominicale animée par les chœurs grégoriens, invités la veille pour le concert spirituel, et la chorale paroissiale .

     Dimanche 27 septembre 17h. Église Notre-Dame :théâtre et Musique

    avec le Rocher des Doms et Evelyne Peudon violoncelle : "De Bernard à saint Bernard". En une dizaine de tableaux vivants, sera déroulé le parcours géographique et spirituel du jeune Bernard devenant le grand saint Bernard de Clairvaux.

     Dimanche 4 octobre à 17h. Sous l’égide des l’Associations"Orgues des églises" de Châtillon-sur-Seine et Châtillon-Scènes à l’église Notre-Dame : Chœur de femmes "Elles à croches"  avec à l’orgue Mathilde Verguet, Direction Sylvie Haller

    Programme : "Missa secunda, Cantate Domino, Missa Brevis propace"

     - Conférence 9 octobre 20h. (Salle des Conférences)

    Monsieur Bouyé, Directeur des Archives Départementales de Côte d’Or :

    "saint Bernard, Abélard et la Théologie au XIIème siècle."

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

     François Gaillard a remercié toutes les associations qui s'impliquent dans cette belle évocation de notre passé, de son histoire magnifique ...Il faut, a-t-il dit, retirer toutes les bonnes idées de ce passé et avoir "un esprit de résistance" face aux événements que nous venons de vivre.

    Une belle année 2015, autour de saint Bernard nous attend,  qui fera rayonner notre Châtillonnais bien au delà de ses frontières.

    Présentation  des animations prévues à Châtillon sur Seine pour commémorer le 900ème anniversaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux

    Des affiches imaginées et réalisées par Judith Baudinet, graphiste,et des affichettes comme celle reproduite au début de l'article ont été distribuées.

    Renseignements à l’OTSI 03 80 91 13 19

     


    1 commentaire
  • "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle à venir au théâtre Gaston Bernard

    Bientôt 50 ans qu'ont disparu Jean Cocteau, Poulenc et aussi Piaf. Leurs noms restent vivants dans notre mémoire. Bien sûr, Cocteau fut un artiste prolixe, curieux de son époque, dilettante génial et artiste protéiforme. Oui, il fut l’ami de nombreux autres, danseurs, peintres, sculpteurs, musiciens, comédiens, poètes - on s’en souvient. Mais il fut souvent, le confident de nombreux secrets féminins...
    Le spectacle nous a proposé une promenade subjective dans la première moitié du siècle dernier. On y a entendu Cocteau amoureux du théâtre, on y retrouvé les musiques de Poulenc, de Satie, avec en toile de fond aussi bien les lieux huppés fréquentés par le poète mais aussi les ports et guinguettes, plus canaille.

    Quelques images du spectacle entrecoupées d'extraits de textes poétiques:

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    La dame de Monte-Carlo (Cocteau-Poulenc)

    Après avoir vendu votre âme

    Et mis en gage des bijoux

    Que jamais plus on ne réclame

    La roulette est un beau joujou.

    C'est joli de dire : je joue

    Cela vous met le feu aux joues

    Et cela vous allume l'œil....

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Fleurs (Louise de Vilmorin-Poulenc)

    Fleurs promises, fleurs tenues dans tes bras

    Fleurs sorties des parenthèses d'un pas,

    Qui t'apportait ces fleurs d'hiver

    Saupoudrées du sable des mers ?

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Photographie (Cocteau-Max Jacob)

    La pelisse est en brousse verte

    Quelle chute d'eau négligente

    C'est mieux que la découverte

    Des ruines d'Agrigente

    Le troupeau gémit en patois

    J'aime beaucoup la montagne

    Mais ton visage m'accompagne

    Je n'ai jamais rien vu de plus joli que toi

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Mes sœurs n'aimez pas les marins (Paroles et musique de Jean Cocteau)

    Mes sœurs n'aimez pas les marins

    La solitude est leur royaume.

    Mes sœurs n'aimez pas les marins

    Où les suivre et sur quel terrain ?

    On aime en eux que les fantômes !

    Mes sœurs n'aimez pas les marins.

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Adieu (Radiguet-Satie)

    Amiral, ne crois pas déchoir

    En agitant ton vieux mouchoir

    C'est la coutume de chasser

    Ainsi, les mouches du passé

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Iles (Cocteau- Georges Van Parys)

    A Palma de Majorque

    Tout le monde est heureux !

    On mange dans la rue des sorbets au citron

    Des fiacres plus jolis

    Que des violoncelles

    Vous attendent au port

    Pour vous mettre à l'hôtel

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Fête de Montmartre (Cocteau-Georges Van Parys)

    Ne vous balancez pas si fort

    Le ciel est à tout le monde

    Marin d'eau douce la nuit profonde

    Se moque de vos ancres d'or

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Une danseuse (Cocteau-Satie)

    Un crabe sort sur ses pointes

    Avec ses bras en corbeille

    Il sourit jusqu'aux oreilles

    La danseuse d'Opéra

    Au crabe toute pareille

    Sort de (dans) la coulisse peinte

    En arrondissant les bras

    Nous y avons eu l’occasion d’écouter d’autres « voix humaines », d’esquisser des portraits de femmes, avec, au centre, l’éternelle amoureuse éperdue, Edith Piaf.

    "E(t)vocations Cocteau" un bien beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes  au théâtre Gaston Bernard

    La foule (paroles et mélodie françaises de Michel Rivegauche)

    Emportée par la foule qui nous traîne nous entraîne

    Ecrasés l'un contre l'autre

    Nous ne formons qu'un seul corps

    Et le flot sans effort

    Nous pousse enchaînés l'un à l'autre

    Et nous laisse tous deux

    Epanouis, enivrés et heureux

    Entraînés par la foule  qui s'élance et qui danse

    Une jolie farandole

    Nos deux mains restent soudées

    Et parfois soulevés

    Nos deux corps enlacés s'envolent

    Et retombent tous deux épanouis, enivrés et heureux.

    "E(t)vocations Cocteau" un bien beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes  au théâtre Gaston Bernard

    Emportée par la foule qui nous traîne, nous entraîne

    Nous éloigne l'un de l'autre

    Je lutte et je me débats

    Mais le son de ma voix

    S'étouffe dans le rire des autres

    Et je crie de douleur, de fureur et de rage et je pleure

    Entraînés par la foule qui s'élance et qui danse

    Une folle farandole

    Je suis emportée au loin

    Et je crispe mes poings

    Maudissant la foule qui me vole

    L'homme qu'elle m'avait donné

    Et que je n'ai jamais retrouvé.

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Pour terminer je ne résiste pas à publier intégralement "le menteur", texte éblouissant de Jean Cocteau, interprété magnifiquement par Isabelle Poulenard et Nathalie Steinberg.

    Le menteur

    (Texte écrit par Jean Cocteau pour Jean Marais)

    Je voudrais dire la vérité. J’aime la vérité. Mais elle ne m’aime pas. Voilà la vérité vraie : la vérité ne m’aime pas. Dès que je la dis, elle change de figure et se retourne contre moi. J’ai l’air de mentir et tout le monde me regarde de travers. Et pourtant je suis simple et je n’aime pas le mensonge. Je le jure. Le mensonge attire toujours des ennuis épouvantables et on se prend les pieds dedans et on trébuche et on tombe et tout le ponde se moque de vous. Si on me demande quelque chose, je veux répondre ce que je pense. Je veux répondre la vérité. La vérité me démange. Mais alors, je ne sais pas ce qui se passe. Je suis pris d’angoisse, de crainte, de la peur d’être ridicule et je mens. Je mens. C’est fait. Il est trop tard pour revenir là-dessus. Et une fois un pied dans le mensonge, il faut que le reste passe. Et ce n’est pas commode, je vous le jure. C’est si facile de dire la vérité. C’est un luxe de paresseux. On est sûr de ne pas se tromper après et de ne plus avoir d’embêtements. On a les embêtements sur place, vite, à la minute, et ensuite les choses s’arrangent. Tandis que moi ! Le diable s’en mêle. Le mensonge n’est pas une pente à pic. Ce sont des montagnes russes qui vous emportent et qui vous coupent le souffle, qui vous arrêtent le cœur et vous le nouent dans la gorge.

    Si j’aime, je dis que je n’aime pas et si je n’aime pas je dis que j’aime. Et vous devinez les suites. Autant se tirer un coup de revolver et en finir. Non ! J’ai beau me sermonner, me mettre devant l’armoire à glace, me répéter : tu ne mentiras plus. Tu ne mentiras plus. Tu ne mentiras plus. Je mens. Je mens. Je mens. Je mens pour les petites choses et pour les grandes. Et s’il m’arrive de dire la vérité, une fois par hasard, par surprise, elle se retourne, elle se recroqueville, elle se ratatine, elle grimace et elle devient mensonge. Les moindres détails se liguent contre moi et prouvent que j’ai menti. Et… ce n’est pas moi qui suis lâche… chez moi je trouve toujours ce qu’il faudrait répondre et j’imagine les coups qu’il faudrait donner. Seulement sur place, je me paralyse et je garde le silence. On me traite de menteur et je la boucle. Je pourrais répondre : vous mentez. Je n’en trouve pas la force. Je me laisse injurier et je crève de rage. Et c’est cette rage qui s’accumule, qui s’entasse en moi, qui me donne de la haine.

    Je ne suis pas méchant. Je suis même bon. Mais il suffit qu’on me traite de menteur pour que la haine m’étouffe, et ils ont raison. Je sais qu’ils ont raison, que je mérite les insultes. Mais voilà. Je ne voulais pas mentir et je ne peux pas supporter qu’on ne comprenne pas que je mens malgré moi et que le diable me pousse. Oh ! Je changerai. J’ai déjà changé. Je ne mentirai plus. Je trouverai un système pour ne plus mentir, pour ne plus vivre dans le désordre épouvantable du mensonge. On dirait une chambre pas faite, des fils de fer barbelés la nuit, des couloirs et des couloirs du rêve. Je guérirai. J’en sortirai. Et du reste, je vous en donne la preuve. Ici, en public, je m’accuse de mes crimes et j’étale mon vice. Et n’allez pas croire que j’aime étaler mon vice et que c’est encore le comble du vice que ma franchise. Non, non. J’ai honte. Je déteste mes mensonges et j’irai au bout du monde pour ne pas être obligé de faire ma confession. Et vous, dîtes-vous la vérité ? Etes-vous dignes de m’entendre ? Au fait, je m’accuse et je ne me suis pas demandé si le tribunal était en mesure de me juger, de m’absoudre.

    Vous devez mentir ! Vous devez mentir tous, mentir sans cesse et aimer mentir et croire que vous ne mentez pas. Vous devez vous mentir à vous même. Tout est là ! Moi, je ne me mens pas à moi-même. Moi j’ai la franchise de m’avouer que je mens, que je suis un menteur. Vous, vous êtes des lâches. Vous m’écoutiez, vous vous disiez ! quel pauvre type ! Et vous profitiez de ma franchise pour dissimuler vos mensonges. Je vous tiens ! Savez-vous, Mesdames, Messieurs, pourquoi je vous ai raconté que je mentais, que j’aimais le mensonge ? Ce n’était pas vrai. C’était à seule fin de vous attirer dans un piège et de me rendre compte, de comprendre. Je ne mens pas. Je ne mens jamais. Je déteste le mensonge et le mensonge me déteste. Je n’ai menti que pour vous dire que je mentais.

    Et maintenant je vois vos visages qui se décomposent. Chacun voudrait quitter sa place et redoute d’être interpellé par moi.

    Madame, vous avez dit à votre mari que vous étiez hier chez votre modiste. Monsieur, vous avez dit à votre femme que vous dîniez à votre cercle. C’est faux. Faux. Faux. Osez me donner un démenti. Osez me répondre que je mens. Osez me traiter de menteur. Personne ne bouge ? Parfait. Je savais à quoi m’en tenir. Il est facile d’accuser les autres. Facile de les mettre en mauvaise posture. Vous me dites que je mens et vous mentez ! C’est admirable. Je ne mens jamais. Vous entendez ! Jamais. Et s’il m’arrive de mentir, c’est pour rendre service… pour éviter de faire de la peine… pour éviter un drame. De pieux mensonges. Forcément, il faut mentir. Mentir un peu… de temps à autres. Quoi ? Vous dites ? Ah ! je croyais… non… parce que… je trouverais étrange qu’on me reprochât ce genre de mensonge. Venant de vous ce serait drôle. De vous qui mentez à moi qui ne mens jamais.

    Tenez, l’autre jour – mais non vous ne me croiriez pas. Du reste, le mensonge… le mensonge, c’est magnifique. Dites… imaginer un monde irréel et y faire croire – mentir ! Il est vrai que la vérité a son poids dur et qu’elle m’épate. La vérité. Les deux se valent. Peut être que le mensonge l’emporte… bien que je ne mente jamais. Hein ? J’ai menti ? Certes. J’ai menti en vous disant que je mentais. Ai-je menti en vous disant que je mentais ou en vous disant que je ne mens pas. Un menteur ! Moi ? Au fond je ne sais plus. Je m’embrouille. Quelle drôle d’époque. Suis-je un menteur ? Je vous le demande ? Je suis plutôt un mensonge. Un mensonge qui dit toujours la vérité.

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Les deux interprètes ont servi les textes, la musique, la poésie, le théâtre de Cocteau et de ses contemporains, grâce à une mise en scène sobre, tout entière dévolue à la figure du grand artiste.

    "Evocation Cocteau" un bien beau spectacle  au théâtre Gaston Bernard

    Textes : Jean Cocteau, Louise de Vilmorin, Raymond Radiguet, Max Jacob

    Musiques : Francis Poulenc, Eric Satie, Georges van Parys

    Par le Théâtre de l’Escalier

    Mise en scène : Sylvie Ottin

    Lumières : Bruno Pardillos

    Vidéo : David Juillet

     Isabelle Poulenard, chant, jeu

    Nathalie Steinberg, piano, jeu

    E(t)vocations Cocteau from l'Escalier compagnie théâtrale on Vimeo.

     


    votre commentaire
  • Michel Serex me signale que le spectacle donné salle des conférences de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine, par le Théâtre de l'Impossible, lors du Festival Carco : "Le Paris de M'sieur Francis", va être présenté à Paris (et peut être bientôt à Dijon)...

    Carco de nouveau évoqué à Paris !

     


    votre commentaire
  •  Tous les panneaux évoquant la vie de Francis Carco, de Nouméa à Paris en passant par Châtillon sur Seine, sont visibles pour un mois au CSCL, ils sont remarquablement mis en valeur.

    Suivez donc les flèches pour les consulter !

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...

    L'exposition sur Francis Carco est visible de nouveau au CSCL...


    votre commentaire
  • Le Ciné-Club de Châtillon sur Seine  a projeté jeudi 25 septembre, en co-réalisation avec Châtillon-Scènes, le film "Prisons de femmes".

    Ce film, de Roger Richebé, a été tourné en 1938 sur un scénario de Francis Carco, tiré d'un de ses livres.

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Non seulement ce film est très réussi, mais il nous permet de voir et d'entendre Francis Carco qui joue son propre personnage...

    Quelques photos volées sur l'écran :

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Francis Carco, scénariste et acteur au cinéma....

    Adieu Monsieur Carco, adieu M'sieur Francis, Châtillon sur Seine ne vous oubliera jamais plus..

    NB : la très belle exposition sur la vie de Francis Carco, réalisée par Châtillon-Scènes sera de nouveau visible, début octobre, au CSCL, dans le quartier... Carco !

    Je vous en reparlerai.


    1 commentaire
  •  Pierre Carteret, le Président du festival Pierres Vivantes a présenté le spectacle "Carco, l'ami des maudits" interprété par Corine Thézier, Robert Bensimon, Claude Bornerie, Michel Serex avec la participation de France-Accordéon.

    C'est le poète Francis Carco qui a été évoqué, un poète épris de Châtillon sur Seine au point de lui consacrer un livre entier.

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Un poète doublé d'un homme libre. Et c'est en poète que Michel Serex a guidé le travail de recherche et d'écriture de ses "deux compagnons plume en main ".

    N'était-il pas le mieux placé, lui qui a écrit :

    J'ai pensé en ces nuits, tendu vers les étoiles

    A cet ailleurs inouï, impalpable et secret

    Océan de légende où l'esprit comme voile

    Se penche au gré des vents, puis soudain disparait

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Levons les yeux et admirons Saint Vorles...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    L'évocation de Francis Carco et de son œuvre a été ponctuée par la musique des chansons de Francis Carco, interprétée magnifiquement par France-Accordéon... Le public était d'ailleurs invité à accompagner les accordéons en chantant.

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Des extraits de livres de Francis furent lus par Robert Bensimon...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    par Corine Thézier...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    par Claude Bornerie...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Michel Serex évoqua l'enfance de Francis Carco, particulièrement les sévices que lui fit subir son père...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Corine apparut ensuite, sous les traits de Katherine Mansfield, un des amours de Francis... A la gare, et dans le train, lors du voyage où elle allait le retrouver, elle nous conta ses peurs, mais aussi ses émerveillements devant le paysage qui défilait devant ses yeux.

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Une lettre lui avait indiqué l'itinéraire à suivre...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Katherine Mansfield était au bras de son son mari John Middelton Murry, lorsqu'elle rencontra celui qui allait devenir son amant, Francis Carco...

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Les accordéons incitèrent les spectateurs à danser

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Les jeunes accordéonistes et leur professeur furent très applaudies, toutes reçurent une rose en remerciement de leur si belle interprétation.

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Madame Estrat, Présidente de Châtillon-Scènes fut aussi très applaudie pour le travail immense qu'elle a accompli...Cet hommage à Francis Carco fut une parfaite réussite !

    "Carco l'ami des maudits" une création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Félicitons l'Association Châtillon-Scènes qui nous a présenté un hommage extraordinaire à Francis Carco...

    En particulier nous pouvons dire merci à Yolande et Noël Estrat, Monique Marmorat et Judith Baudinet...sans oublier tous les autres membres de l'Association qui ont aussi œuvré pour que ce Festival soit un grand succès.

    "Carco l'ami des maudits" une magnifique création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

    Je suis sûre que M'sieur Francis aurait été heureux qu'on lui rende ainsi hommage dans sa chère ville de Châtillon sur Seine, d'ailleurs son regard nous l'a fait comprendre tout au long des trois journées...

    "Carco l'ami des maudits" une magnifique création du Festival Pierres Vivantes, en compagnie de France-Accordéon

     

     

    votre commentaire
  •  Une surprise nous attendait, lorsque nous sommes entrés à pas de loup,  dans la salle des Conférences de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine, samedi 20 septembre à 20heures30...

    Trois métronomes rompaient le silence...et près d'une table de café, deux consommateurs lisaient le journal...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Un troisième personnage est apparu, nous avons compris que c'était...Francis Carco !

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Puis ce fut une belle jeune femme qui se matérialisa devant nous : Fernande, l'héroïne du roman de Carco "Jésus la Caille".

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Fernande, la première femme du proxénète Jésus la Caille, le quittera pour Pépé la Vache. Quand la Caille sortira de prison il tuera Pépé et Fernande s'accusera du meurtre...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Le pianiste du bar (l'excellent Fabrice Coccitto) fera tout pour distraire Fernande...

    Il interprétera pour elle de bien belles musiques :

    Claude Debussy : brouillards, Poissons d'or.

    Kurt Weill : la balade du souteneur, de l'Opéra de quat'sous

    Alberto E Ginastera : danse argentine n°2

    Maurice Ravel :Sonatine

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Un jeune poète est apparu, un de ceux dont Carco fut fou ... Rimbaud ? Mallarmé ? Baudelaire ? Villon ?, tous étaient ses modèles.

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Fabrice Coccitto interpréta ensuite, et chanta magnifiquement, des chansons de Francis Carco.

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Bonjour Paris", "Le bar du dernier verre", "Chanson tendre", "Cette chanson d'amour" et enfin, pour moi, la plus belle : "Le doux caboulot" que me chantait ma grand-mère et que j'ai toujours eu dans la tête sans savoir, qu'un jour, j'habiterais dans la ville d'enfance de Francis Carco !...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Carco écrivit un roman bouleversant intitulé "L'homme traqué",un homme qui a commis un crime et que la police viendra immanquablement "cueillir" pour l'emmener en prison...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Quelques passages de livres de M'sieur Francis ont été lus par Claude Bornerie...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    et par Fabrice Coccitto  :"A voix basse"...ce n'est pas vraiment pour lui !

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Robert Bensimon,Claude Bornerie, Baudouin Sama....

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Corine Thézier et Fabrice Coccitto furent très applaudis...

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Pierre Carteret, Président du "festival Pierres Vivantes", vint nous présenter, à la fin de ce spectacle musical, un premier cahier  "il se fit Passe-Murailles". On peut y retrouver les spectacles donnés par la troupe depuis sa création, en 1994.

    "Mais oui, mais oui, le temps revient...soirée de poèmes, de chansons, de musique autour de Francis Carco

    Pour illustrer une conférence de Michel Lagrange sur Francis Carco, j'avais réalisé quelques diaporamas, avec l'interprétation par de grands artistes (Fréhel, Edith Piaf ...), de bien belles chansons de l'écrivain.

    Les photos de Francis Carco m'avaient été très aimablement données par Gilles Freyssinet. (voir ce qu'il m'écrit dans le chapitre "Livre d'Or")

    Je les remets ici , cliquer sur la flèche en bas à gauche de la photo pour écouter la chanson:

    Chanson tendre :

    L'orgue des amoureux:

    Il pleut :

    Le doux caboulot :

     


    1 commentaire
  • Lorsque nous sommes entrés salle des Conférences, après le vernissage de vendredi soir, pour écouter la  conférence "J'ai idée que nous parlons la même langue", nous avons été subjugués par les très beaux portraits de Colette et de Francis Carco qui ornaient le mur.

    Tous deux nous regardaient de façon tellement vivante, c'était très étonnant...

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Michel Serex est le Vice-Président du "Festival Pierres Vivantes" une troupe de théâtre que nous avons déjà pu apprécier à de nombreuses reprises, avec l'Association Châtillon-Scènes.

    http://www.christaldesaintmarc.com/le-festival-pierres-vivantes-et-chatillon-scenes-c18722195

    Il a lancé la conférence qui a été présentée par Gilles Freyssinet, spécialiste de Francis Carco et par Frédéric Maget, Président de l'Association des Amis de Colette.

    Cette conférence a été animée par Corine Thézier, à qui son métier de comédienne a permis d'être, un temps, Colette elle-même.

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Cette évocation fut le dialogue d'une amitié, celle de deux marginaux qui refusèrent d'être les dupes d'une société corsetée : Carco-Colette...

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Gilles Freyssinet a lu le texte de Carco, narrant sa rencontre avec "Madame Colette" (il l'a toujours appelée ainsi), tiré de son livre "Colette, mon amie"....

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Frédéric Maget a évoqué cette attirance (toute platonique !) entre les deux écrivains, qui se produisit après la sortie du livre de Francis Carco "Jésus la Caille", en 1917.

    J'ai une grrrande amie : Colette. Elle vient dîner à Montmartre avecles copains. Quelle femme ! Et comme tout ce qu'elle écrit est moi-même jusqu'à la moindre petite herbe qui croît et jusqu'au soleil. Voilà. Je suis heureux de m'entendre si profondément avec elle. Vieux, comme je voudrais écrire comme elle et tout pénétrer d'une âme avide et étonnée...

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Colette a fait revivre devant nous sa mère, Sido, qu'elle n'a pu évoquer dans un ouvrage, que dix ans après sa mort...Elle n'a pas assisté aux obsèques de sa mère qui lui avait interdit de porter son deuil.

    Colette aime ce qu'écrit Carco sur la pluie, les bistrots, le monde interlope de Paris, les "castors" qu'elle rencontre près du Palais Royal...

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Frédéric Maget a évoqué la vie de Colette, qui après avoir épousé Willy et en avoir divorcé, a mené une vie marginale en jouant quelques pièces osées, et en ayant une maîtresse (Missy) . Elle a ensuite convolé avec de Henry de Jouvenel et devint alors baronne...

    Elle acheta une propriété en Bretagne, Roz Ven, où elle invita Carco et sa première épouse.

    Elle séduisit son beau-fils Bertrand de Jouvenel, cet amour lui inspirera d'ailleurs un très beau livre :"le blé en herbe".

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Robert Bensimon  lut quelques extraits de "Jésus la Caille", l'histoire  d’un proxénète homosexuel qui séduit une femme, Fernande. Celle ci s'accusera du meurtre de Pépé la Vache par la Caille.

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Clarisse Freyssinet incarna  Hélène Picard, secrétaire de Colette, qui se consuma d'amour pour Francis Carco. Mais celui-ci ne répondit jamais à ses avances.

    La mort d'Hélène Picard renforça encore l'amitié entre Carco et Colette.

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    En 1937 Francis Carco entra à l'Académie Goncourt, Colette le suivra en 1945, elle en devint Présidente en 1949.

    Colette décédera en 1954,  laissant Francis Carco inconsolable. Il écrira sur son amitié avec Colette un très bel ouvrage "Colette mon amie", une amitié de 37 années, de 1917 à 1954.

    Quatre ans plus tard, en 1958, c'est lui qui partira, vaincu par la maladie de Parkinson.

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Les auditeurs ont beaucoup apprécié cette conférence passionnante qui dévoila la si longue amitié entre les deux écrivains.

    Quelques questions furent posées aux conférenciers qui y répondirent fort aimablement.

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    Claude Bornerie fit le rapprochement de l'amitié qui unit Carco et Colette, avec celle qui exista entre George Sand et Gustave Flaubert...

    "J'ai idée que nous parlons la même langue", une conférence passionnante sur l'amitié entre Francis Carco et Colette

    A consulter, le site des Amis de Colette :

    http://www.centre-colette.fr/societe.php

     Le site de la maison de Colette à Saint Sauveur en Puisaye:

    http://www.musee-colette.com/index.php?id=75


    2 commentaires
  •  Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    A l'initiative de Yolande Estrat, Présidente de Châtillon Scènes, un atelier d'écriture a eu lieu samedi après-midi 20 septembre sur le thème "une passion: l'œuvre de Carco"

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    " Des mots à propos de Francis Carco....."

    L'animatrice Danielle Berthaud s'est présentée, et elle a demandé à chacune d'en faire autant.

    Puis elle a annoncé le plan à suivre.

    -Travailler sur des Acrostiches:

    Décliner pour chaque lettre du nom et du prénom des adjectifs qui     caractérisent F.Carco; Faire de même pour son propre nom et noter les adjectifs communs.                                        

    -Sur les images:

    prendre au hasard une des 3 images et dire ce qu'elle vous évoque de Francis Carco ou pourquoi elle vous fait rêver.   20mn+20mn

    -Le Dialogue ou courrier:

    Imaginer une rencontre entre F.Carco et Kiki de Montparnasse qui évoquent leurs souvenirs de Châtillon

    Ou : Ecrire un courrier à F. Carco pour lui vanter l'intérêt de revenir habiter à Châtillon.                                                      

    - Utiliser des mots d'argot… :

    A partir de 20 mots d'argot utilisés dans les textes de F. Carco, en choisir 3 pour soi; en donner 2 à chaque voisin immédiat, puis rédiger un texte employant ces 7 mots dont la "traduction" sera donnée après écriture.                                                                 

    A la fin de l'atelier d'écriture, chacun a pu dire son ressenti.                                                 

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    Les stagiaires se sont mises au travail.

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco"

    Marie a livré son ressenti :

    Il s'est créé une empathie spontanée, dans le respect des unes et des autres, une même envie d'être ensemble autour de ce qui nous était proposé : parler, penser, se souvenir, imaginer Carco, sa vie, son écriture, ses amis ...

    Le groupe était à la fois « chacune et l'ensemble », du coeur, de l'esprit, de la vie, des idées, de l'humour, de la fantaisie, de la pensée et de l'expression libres. Dire, écrire, en toute liberté. Une note pleine et entière de démocratie, notre humanité. Écouter. S'exprimer. Créer et mettre en commun nos créations, chacune attentive, aux autres et à soi.

    Chacune découvrant Francis Carco qui, par la grâce d'un moment, abordait à nos rives. Avec lui, et pour lui, nous dérivions, nous voguions, nous allions où il nous menait, nous le menions où il nous plaisait d'accoster et de l'escorter. Qui menait qui ? Nous allions en nonchalance, en abondance, dans une présence mi-joyeuse, mi-studieuse, flânant, rêvant, musant, recueillant des brindilles de mots réels, imaginaires, inventés et inventifs, festifs.

     Le temps est passé, nous ne l'avons pas compté ni mesuré. Un temps rythmé par l'écriture et la lecture de nos écrits, par les différentes voix.

     Un atelier d'écriture vivant, pensant, existant, joyeux, prenant plaisir à jouer le jeu, passionné.

     Les textes réalisés ont tous été très intéressants, pleins d'humour, d'imagination....Un atelier d'écriture animé par Danielle Berthaud  "une passion : l'œuvre de Carco" Certaines "écrivaines" m'ont permis de reproduire le leur, merci à elles.

    De Perla :

    L’EQUIPE, le dernier livre de Francis CARCO vient de paraître…..

     Un brave garçon, que rien ne prédestinait au funeste destin qui allait être le sien, se voit entraîné, malgré lui, et par amour, dans une effroyable escalade à la violence. Son comparse, grisé par l’argent, usera de sa cupidité pour l’impliquer dans une succession de mauvais coups bien « juteux » qui mèneront le pauvre innocent à l’échafaud.

                C’est sanguinolent du début à la fin. Un livre d’actualité, à lire absolument dans un contexte social perturbé….Le livre de demain !

                                                                                                                 

    Aubert - Miroton –Ecrire – Pilon - Entraver

    Nom de …Zeus ! Ce matin, en attendant mon RER sur le quai de la nouvelle station « Aubert », j’étais folle de rage! Le livre que je venais d’écrire allait passer au pilon pour avoir entravé la moralité ! C’est vrai que je n’y allais pas avec le dos de la cuillère…mais enfin, il s’était moqué de moi, ne m’avait pas protégée, ne m’avait pas épousée et m’avait séduite…..uniquement pour mon bœuf mironton !

                                                                                    De Judith :

    « L’argot du milieu » de Francis Carco marque les sorties de cette rentrée littéraire !

    Dans ce nouvel ouvrage de Francis Carco ( à ne pas confondre avec l’ergot des milles yeux ou l’escargot des lieux), nous est livré les clefs d’un décryptage linguistique hors du commun – au sens

    propre comme au figuré-. En effet, la langue du « milieu » s’apparente à celle de l’Empire du Milieu et du Mandarin, en ce qu’elle constitue un casse-tête pour les non-initiés. Ancien membre des Apaches, Francis Carco baragouine avec talent un micro dictionnaire de la langue de la rue et du milieu de la bouche. Un ouvrage gourmand pour gueules cassées et gueules de bois. A lire absolument.

    Une lecture recommandée par le Docteur Jean Lacassagne... (recopier entièrement l’en-tête de la couverture)

                                                                                                     Châtillon-dur-Seine : Avec Aubert on a passé l’après-midi en terrasse. Titi parisienne et Chatouilleux en scène, on voulait faire les marieurs. J’vois passer un quintet de jeunes tiges pas encore sorties des boutons. «  Requinquez-nous Tavernier ! » gueula l’Aubert une fois les dames assises. « J’la vois bien avec le père Quiquet la M’zelle Violette ! ». Outrée la petite fleur s’en alla, emportant avec elle le reste du bouquet. On est restés entre vieilles branches, accoudés au zinc, à refouler du goulot en fumant une dernière tige.

    KIKI et FRANCIS sont dans un bateau (…) Paris / Châtillon

    FRANCIS : Kiki !

    KIKI : Carco !!! Viens qu’on caquette un coup avant de s’quitter ! Kézako ?! Tu t’rappelles du chat ?…

    FRANCIS : Quoi ?!?... Lequel : le Chat Noir ou le Châtillon ?

    KIKI : Bhaaaa, c’est toujours la même Histoire, des histoires de murs et des histoires de gris.

    FRANCIS : Ha non, plutôt de murmures post-griserie, ma Kiki.

    KIKI : Comment Francis !... J’étais si grise qu’il ne m’en reste qu’un trou noir ?!

    FRANCIS : Derrière les murs, Kiki. Dedans le gris des villes ou celui des champs. Toi, petit rat du ballet Montmartrois. Moi à petits pas, sur le papier des forêts d’autrefois.

    KIKI : Oui Francis, cela me revient… Un peu en java… Un peu comme un flash-photographie d’une autre vie…

    (Puis sa Kiki l’a quitté, ‘ l’a joué deux franc six, très fin de partie. Et ils sont morts.)

    De Marie :

    Lettre à Francis Carco

    Francis, François, mon ami en poésie et fantaisie, que te dire pour te donner l’envie de revenir parmi nous, quittant le Paradis où tu te prélasses en écrivant des vers piqués de romantisme, brisés par les éclats d’argent de ton rire.

    Ici, à Châtillon, nous t’avons honoré d’un quartier qui porte ton nom. Et certains nous disent : « Mais qui est donc ce Carco et comment l’écrivez-vous ? ».

    Regarde, n’est-il pas joli ce quartier, à toi dédié, avec ses fleurs qui mélangent dans un cri de l’âme leurs vives couleurs odorantes, avec ses réverbères dressés, piquant le ciel à la pointe de l’épée, et qui, au soir embaumé, allument dans l’air adouci des étoiles nouvelles ?

    Viens donc à nous, François, Francis, revêtu de tes mots, romans et poèmes, contes et nouvelles, viens t’en croiser avec les bavards voisins que nous sommes quelques escarmouches d’idées, souvenirs ou créations, espace des rêves et des douleurs, du quotidien, des projets, ce qui nous tombe sur la tête et ce que nous lançons comme un jongleur ses balles de couleur.

    Penses-tu aimer le XXI ième siècle, nos bravoures et nos bravades, nos défaites et nos joies, nos pertes de sens et de repères et ces cailloux que nous semons, nos flèches de lumière, nos cœurs, nos esprits et nos âmes, veux-tu de nos retrouvailles ?

    Regarde comme la ville est belle et comme le soir est doux.

    Brumes (d'après une affiche)

     Brumes. Brouillards. Le coeur attend. Aimer. Être aimée. Ne pas l'être. Attente de l'amour absolu, celui qui ne peut être, celui qui dévaste le coeur, l'esprit, la vie. Amour déçu. Amour trahi. Espéré. Inespéré. Désespéré.

     Une vie pour aimer. Un instant si bref.

    Amour pour la vie. S'il ne l'est pas, parfois jusqu'à en mourir, d'y avoir cru.

     Alors qu'amour, s'il ne puise pas au coeur de la joie, contrarie le mot lui-même et le sens et l'ardeur et les rêves que l'on fait depuis l'aube jusqu'au crépuscule de l'âge.

     Sur de l'argot, mais sans jouer le jeu : invention mise à portée de soi

     Texte naïf

     Quelle chance, je rêvais de sortir ma théière noire, en forme de lampe d'Aladin.

    L'atelier s'ouvre à moi, pour une écriture improvisée. Ma théière y a sa place par le jeu des 5 mots. Hasard ou coïncidence ? Je ne vais pas geindre mais bien sauter de joie ; mon saut de joie étant purement intérieur. Et voilà, 3 mots de placer.

     Mais que dire de bloum, mot sympathique au demeurant. Onomatopée ? Bloum, bloum, bloum, j'ai le bloum de toi, yeah ! Bon, voilà pour bloum, mais que dire d'engrener, si ce n'est que voilà un verbe (ok, c'est tout faux, laissez, voulez-vous, mon imagination aller à sa guise). J'engrène, tu engrènes, engrenez-vous ? Voulez-vous engrenez avec moi ? Je n'ose penser à ce que ce mot signifie, et le petit bloum, mais enfin à jouer avec vous, oser se peut, et prendre un risque, j'ose, et vous ?

     PS : Sans considération pour le sens que lui donne l'argot, la « théière » sera toujours pour moi cette chose délicieuse dans laquelle nous préparons la saveur du thé (jasmin, rose, lavande, vanille, orange, noir, vert, blanc, rouge, argenté), un instant de délice dans lequel se rejoignent toux ceux qui, de par le monde, font monter jusqu'à leur bouche la gorgée qui se boit et se pense, se ressent, éprouve nos sensations, et nous fait émettre de douces vibrations, tel le chat son ronronnement extatique.

     De Danielle  :

    " L'Homme Traqué"

    Je suis un homme traqué car depuis que j'habite à Châtillon sur Seine, une redoutable ogresse (bottes rouges-chapeau rouge-soutien-gorge noir) me pourchasse.
    Elle me croit riche et pourvu d'une intelligence hors-norme.
    Elle me croit fort.
    Elle me voit beau mais là, c'est vrai , je suis beau.
    j'ai peur de la rencontrer, j'ai peur qu'elle me regarde. Et si  elle me demandait  mon avis ou un renseignement? je me mettrai à rougir, à bafouiller!
    Pourquoi suis-je aussi timide?
    Est-ce la faute de ma mère qui ne m'a pas assez aimé, trop aimé?
    Que faut-il faire?
    Alors, j'ai l'idée d'aller demander  conseil au boucher;  il a l'air de s'y connaître et sait tailler dans le vif.
    Il me  somme  d'attaquer , d'aller de l'avant!!
    Je bois un large verre de marc de Bourgogne et me précipite. Elle sort dès que je passe devant sa maison.
    Bien que profondémént dérouté par sa tenue d'aujourd'hui (bottes vertes-chapeau jaune-soutien -gorge écossais), je me  rue vers elle  et l'embrasse sur la bouche en lui criant:" je suis d'accord!".
    Elle a l'air surprise , se recule,  et me dit:" Auriez-vous trouvé mon exemplaire  de Carco que j'ai laissé sur un banc dans le parc de la mairie? Je n'osais pas vous le demander mais vous êtes arrivé juste quand je partais."
    Je bafouille, je lui dis :" Carco, qui est  ce Carco? un nouvel auteur châtillonnais?" et je m'enfuis, honteux.
    Pour me venger de son  conseil délirant, je me précipite chez le boucher, lui mord la joue droite de façon si cruelle qu'il perd définitivement tout pouvoir de séduction.
    Mais à partir d'aujourd'hui,  je ne suis plus un homme traqué!

    De Danielle :

    lettre à Francis Carco :

    Profondément perturbée par le départ de mon ami Francis à Paris, je me décide à lui écrire cette lettre:

    "Bonjour Francis,

    Depuis que tu es parti, Châtillon est bien sombre. Il pleut tous les jours. La bibliothèque municipale est fermée.

    Les bars ne servent plus que d'infâmes petits cafés noirâtres quasiment impropres à la consommation!

    Les journaux paraissent uniquement le vendredi , vaporisés par le rédacteur avec un parfum hareng saur.

    les pompes funèbres fonctionnent à plein régime et dans les églises, on n'entonne plus que le De Profundis.

    Ta faconde et ta gouaille nous manquent!

    Châtillon pourrait en mourir!

    Reviens, Francis! reviens!"

    Deux jours plus tard, un petit télégraphiste sonne à ma porte:

    " Prépare mon lit - je reviens pour toujours-Châtillon ne peut pas être une ville sombre!"

     C'est pourquoi , vous voyez aujourd'hui banderoles et lampions en folie à travers les rues de la ville:

    Carco revient. Carco nous aime!

     De Danielle :

     A partir de 5 mots pris au hasard dans les écrits de Francis Carco:

     Moi, pilon sur un arbre perché, j' essaye de renauder un fromage. Je voudrais bien que ça me rapporte du caire et ne pas me faire poisser pour ça.

    Une vieille branche vient me tenir jactance:" si tu pousses la gueulante aussi bath que t'es nippé, t'es le roi..."

    Mais moi qui ne suis en fait que la jambe de bois d'un corsaire , je ne pense pas que l'on puisse être chipé pour moi!

    Alors j'y réponds : "fais plutôt gaffe aux mectons qui t'auront pas à la bonne".

    Et, heureux pignouf qui comme Ulysse, je repars dans mon home, le coulant nommé Epoisses serré dans mes bras. 

    De Marie-Odile

    Texte inspiré par la couverture du roman de Francis Carco, L’Homme traqué, éditions Le Livre de Poche, 1987.

    L’homme traqué s’efforce de ne pas le paraître, s’efforce de se fondre parmi les flâneurs. Si son allure, son pas, ses gestes venaient à trahir l’angoisse qui l’oppresse, c’en serait fait de lui. Il attirerait l’attention, et la bonhomie affichée par les badauds qui l’entourent, tels un rempart, céderait alors la place à l’hostilité qui frappe ceux qui sortent du rang. Surtout ne pas se faire remarquer, ne pas laisser deviner le chaos qui l’habite et, blotti au sein de la foule, échapper aux poursuivants qu’il imagine à ses trousses.

     Lettre adressée par Francis Carco à Kiki de Montparnasse pour essayer de la convaincre de venir le rejoindre à Châtillon sur Seine

    Ma chère Kiki,

    « A-t-on jamais vu fleuve retourner à sa source ? Tu t’imagines peut-être en retournant là-bas pouvoir suspendre le cours du temps et le remonter jusqu’à l’enfance ?! ». Telle fut ta réaction quand je t’appris mon intention de « vivre le reste de mon âge » à Châtillon. Quoi qu’il m’en coûte, je dois reconnaître que tu avais raison… Lorsque j’arpente les rues et les quartiers en quête de quelque vestige de la ville de nos jeunes années, je ne fais que me heurter à ce qui l’a remplacé. Notre Châtillon, Kiki, n’est plus… Un douloureux constat qui me pousse paradoxalement à te demander de me rejoindre. Non pas, je te rassure, pour que ton désarroi s’unissant au mien, nous cultivions ensemble « le goût du malheur ». Si j’espère parvenir à te convaincre, toi la reine de Montmartre, d’échanger le clinquant de ta cour contre les trois fleurs de lys de Châtillon, c’est bien au contraire pour m’aider à ramener à la vie notre ville depuis trop longtemps endormie sur les rives de la Seine.

                            


    2 commentaires
  • Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Ce "Festival Francis Carco" a été imaginé par l'Association Châtillon-Scènes, en hommage à l'écrivain qui passa ses années d'adolescence dans notre ville.

    Pour lancer le festival, les membres de l'Association ont préparé une belle exposition, illustrée de documents mis en valeur par la photographe Judith Baudinet : la naissance de Francis Carco à Nouméa, les endroits qu'il fréquenta durant sa jeunesse à Châtillon sur Seine, sa découverte de Paris, la guerre de 14-18, ses amis, les femmes qu'il fréquenta, ses romans, ses poèmes, ses chansons....

    Francis nous attendait dans la salle des Conférences de l'Hôtel de Ville...

    Son regard magnétique nous a suivis durant tout le festival, il était là, parmi nous !

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    La photo de son amie Colette l'accompagnait : Francis Carco et Colette ont été très amis toute leur vie. Une conférence  a d'ailleurs a été consacrée à cette amitié durant le festival.

    Aujourd'hui je vous montrerai le vernissage de l'exposition où ont été présentés les documents sur la vie de cet écrivain hors du commun.

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Hubert Brigand a ouvert le Festival Francis Carco en se réjouissant que pareille manifestation ait été organisée à Châtillon sur Seine. Il a complimenté l'Association Châtillon-Scènes, représentée par sa Présidente Yolande Estrat, pour avoir eu l'idée de ce magnifique hommage en l'honneur du grand écrivain qui a vécu dans notre ville.

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Yolande Estrat a ensuite commenté les différents panneaux, réalisés avec des documents offerts par des Châtillonnais, documents mis en valeur par Judith Baudinet.

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Monique Marmorat, que des liens familiaux rattachent à la Nouvelle Calédonie, s'est mise en relation avec des personnalités de l'île. Ils lui ont fourni de nombreux documents sur le bagne de Nouméa, ville natale de Francis Carco où son père était Inspecteur des Domaines de l'État. Des souvenirs s'attachent encore là-bas, à la famille de l'écrivain(rue, maison)

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Le père de Francis Carco fut nommé ensuite en France, à Châtillon sur Seine, toujours en tant que conservateur des hypothèques. Toute la famille le suivit, elle habitait rue des Avocats.

    Le père de Francis (qui s'appelait encore alors François Carcopino-Tusoli) était violent envers son fils aîné. Confronté à cette violence et aux souvenirs affreux du bagne de Nouméa, Francis se réfugia dans l'écriture de poèmes.

    Un de ses très beaux livres, qui parut en 1939, intitulé "mémoires d'une autre vie", nous le montre à Châtillon sur Seine avec ses amis, ses amours enfantines..

    Un livre à posséder par tout châtillonnais qui aime sa ville !

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Après Châtillon sur Seine, nouvelle affectation pour le père de famille : Villefranche sur Rouergue. Francis se dévergonda énormément...et finit par partir à  Paris, pour mener une vie de bohême....

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco aimait les femmes, les femmes des bas quartiers, qu'il décrit très bien dans ses romans, mais aussi celles des quartiers "rupins"..

    Il eut une aventure amoureuse avec Katherine Mansfield, et une amitié indéfectible avec Colette.

    Il se maria deux fois.

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco, atteint de la maladie de Parkinson, s'éteignit à Paris en 1958, près de la Seine qu'il aimait tant...la Seine qu'il avait découverte à Châtillon sur Seine !

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Utrillo fut un ami de Francis Carco. Ce peintre réalisa plusieurs toiles représentant notre église Saint Vorles. Michel Serex en a découvert plusieurs, il nous a fait part de ses belles trouvailles.

    J'ai évoqué ses recherches ici , je viens d'y ajouter des infos importantes : l'original du tableau de Marie-Françoise est actuellement en vente au...Japon !

    A lire ici :

    http://www.christaldesaintmarc.com/utrillo-et-saint-vorles-la-saga-continue-a112550978

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Le vernissage de l'exposition était ponctué par de magnifiques interventions de France-Accordéon, orchestre dirigé par Elisabeth Studer.

    Les jeunes accordéonnistes et leur directrice ont ravi les spectateurs, c'était magique !!

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Certains se sont même mis à danser....

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    D'autres  documents étaient exposés, sur des étagères et dans des vitrines.

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Bernadette Michel qui fait partie du Ciné-Club de Châtillon sur Seine, a convié les spectateurs à venir assister au Select à la projection d'un film dont le scénario est de Francis Carco et dans lequel il joue !! Ce film est présenté en collaboration avec Châtillon-Scènes.

    Donc,  allons tous au Select jeudi 25 septembre 2014, à 20heures 30, Francis sera parmi nous !

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Châtillon-Scènes remercie infiniment tous ceux et celles qui ont permis la réalisation de ce merveilleux festival Francis Carco .

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    Au cours de ce vernissage j'ai eu le plaisir de rencontrer un grand photographe, Côte d'Orien et Parisien, David Bordes, qui aime beaucoup Francis Carco. Il n'a pu assister au festival car il travaillait, les deux journées du Patrimoine au château de Bussy Rabutin, en photographiant les visiteurs dans sa caravane transformée en château !

    Francis Carco a été évoqué à Châtillon sur Seine, au cours d'un magnifique festival...

    http://www.davidbordes.com/accueil_home.html

    Demain et les jours suivants, je publierai la suite du Festival: conférence Carco-Colette, atelier d'écriture, musique, théâtre...


    3 commentaires
  • Barocco y salsa c'est la rencontre du répertoire baroque sud-américain et de la salsa.

    Au XVIIème siècle, les liens culturels entre l’ancien monde et les colonies d’Amérique créent une musique métissée, fruit de la rencontre des mondes européen, africain, et américain. Les sonorités baroques se mêlent au swing africain et à ses rythmes syncopés, le quechua et le nahuatl se mélangent au portugais pour chanter Dieu sur un ton presque jazzy. Le siècle suivant achève la synthèse entre culture musicale créole et européenne. Des danses stylisées (Zarambeques, Cumbées,…) s’ajoutent aux danses africaines des esclaves noirs (Guaracha, Chumchumbre…) et aux danses européennes telles que la Habenara. Ces sources musicales ont inspiré la rencontre de deux ensembles : l’un baroque, Le Concert de l’Hostel Dieu, l’autre lié au répertoire de la Salsa, Mango son. Le mariage des sonorités de chaque ensemble a été une découverte et un point de rencontre entre des publics différents et ouverts.

     Le Concert de l'Hostel Dieu, dirigé par Franck-Emmanuel Comte, accompagné par  le chœur de Haute Côte d'Or dirigé par Nancy Hézard, et par les musiciens du groupe Mango Son, ont interprété une série de magnifiques chants anciens et traditionnels.

    Ce spectacle était proposé par l'Association Châtillon-Scènes en co-réalisation avec le théâtre Gaston Bernard.

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Les solistes :

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Les choristes ont superbement interprété le répertoire baroque sud-américain et celui de la salsa, bravo à tous, c'était magnifique ! Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Negrito de Cucurumba, villancios en "petit nègre" et biscaïen, de Gaspar Fernandez

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Sà qui turo zente pleta, anonyme

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Negrinho tiray vos, Gaspar Fernandes

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    La Jotta (instrumental), Santiago de Murcia

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Cachua serranita, anonyme

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Tambalagumbà, Juan Guterriez de Padilla

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    La Xacona, Juan Aranies

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Los Impossibles (instrumental), Santiago de Murcia

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    La Guajira, traditionnel

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Niña Pancha, habanera traditionnelle

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Bardo, traditionnel

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    El negro Bembon :

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

    Barroco y Salsa Au Théâtre Gaston Bernard

     Musiciens et solistes du Concert  de l’Hostel Dieu:

    Marie Remandet, soprano ; Paulin Bündgen, alto ; Antoine Saint-Espes, basse ; Nicolas Muzy, guitare, Etienne Galletier, guitare et théorbe ; Franck-Emmanuel Comte, orgue, clavecin et direction

     Le Chœur de Haute Côte d’Or: Nancy Hézard, chef de chœur

    Musiciens de Mango Son (d'autres les rejoindront pour la seconde partie)

    Yoël Viso-Valdez, congas, chant ; Miguel Olmo Hernandez, timbales, chœurs ; Antoine Bost, saxophone, chœurs

    Demain quelques images de la seconde partie du spectacle, avec Mango Son, qui a déchaîné le public...


    votre commentaire
  •  La deuxième partie du spectacle Barroco y Salsa  a été composée de musiques explosives et dansantes sud-américaines, interprétées avec fougue par l'orchestre Mango Son.

    Le répertoire de Mango son est typique de la musique cubaine moderne de danse. C’est le mélange de la salsa, développée au XXe siècle avec l’avènement du Jazz et de ses dérivés, et des rythmes traditionnels afro-cubains comme la rumba, le chachacha, la danzon, la charanga… Celui-ci prend racine dans son héritage des rythmes yorubas d’Afrique et des harmonies et formes européens apportés par les colons dès le XVIème siècle.

    Mango Son

    Lagrimas Negras, Miguel Matamoros

    Tal vez vuelvaz a Lliamarme, Adalberto Alvarez

    Mango Son

    Cuida Cuidao, David Alvarez Garrido

    Guajiro Natural, Polo Montanez

    Mango Son

    Llora Mi Nena, Francisco Repilado

    Marcando la Distancia, Manolito Simonet

    Mango Son

    Chan Chan, Francisco Repilado

    Se Sigue Comentando uyu yui, Elio Reve Matos

    Mango Son, en seconde partie du spectacle "Barroco y Salsa" au Théâtre Gaston Bernard

    Se Te Acabo La Rumba, Orlando Maraca Valle

    Los Tamalitos de Olga, José Alberto Fajardos

    Mango Son

    Salsa Caliente, Miguel Olmo

    El Cuarto de Tul, sergio Gonzales Siaba

    Mango Son

    Un des musiciens a fait se lever la salle et a fait chanter et effectuer des pas de danse aux spectateurs !!...du cha cha cha...ça rappelle de bon souvenirs !

    Mango Son

    Mango Son

    C'était du délire !!

    Mango Son

    Mango Son

    Les Mango Son ont été très applaudis pour leurs rythmes échevelés et leur performance endiablée...

    Mango Son

     Ensemble Mango Son

    Yoël Viso-Valdez, congas, chant ; Miguel Olmo Hernandez, timbales, chœurs ; Antoine Bost, saxophone, chœurs ; Salvatore Staropoli, basse, chœurs ; Mathilde Malenfant, clavier

     Les choristes du Chœur de Haute Côte d'Or, et les musiciens du Concert de l'Hostel-Dieu et de Mango Son se sont retrouvés, après le spectacle,  pour partager le pot de l'amitié avec les membres de l'Association Châtillon-Scènes qui organisait le spectacle en co-réalisation avec le Théâtre Gaston Bernard.

    Yolande Estrat, Présidente de Châtillon Scènes, a remercié chaleureusement musiciens et chanteurs pour leur magnifique performance...

     Mango Son

    Jean-Michel Baudoin, Directeur du Théâtre Gaston Bernard (et chanteur lui aussi !) a été très heureux  de voir le succès de ce spectacle auprès des spectateurs.

    Mango Son

    Nancy Hézard a été très émue par les félicitations unanimes des personnes présentes...Ce n'est pas rien que d'arriver avec des choristes amateurs à une telle perfection, que de travail et de répétitions, mais le résultat a été là, et il a été sublime !

    Mango Son

    Mango Son

    Franck-Emmanuel Comte a été aussi très applaudi...

    Mango Son, en seconde partie du spectacle "Barroco y Salsa" au Théâtre Gaston Bernard

    ainsi que les musiciens de Mango Son à la bonne humeur communicative !

    Mango Son

    Mango Son

    Mango Son

    Mango Son

     

     


    votre commentaire
  • Natacha Melkonian

    Un très beau récital de piano a été donné par Natacha Melkonian, jeune artiste très douée, au Théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine, invitée pour la seconde fois par l'association Châtillon-Scènes.

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian est avallonnaise, elle a étudié le piano dès l'âge de quatre ans avant d'intégrer le Conservatoire de Dijon. Elle a reçu de nombreuses médailles, récompenses et honneurs. Depuis 2012 elle est professeur assistante au Conservatoire de Dijon.

    Natacha Melkonian

    Avant de débuter son récital, la pianiste se concentre...

    Natacha Melkonian

    Le programme du récital donné par Natacha Melkonian s'est scindé en deux parties. Tout d'abord un hommage à Beethoven avec les sonates  Numéro 30 opus 109 et Numéro 14 opus 27 numéro 2 dite" Clair de lune"

    Natacha Melkonian

    Le jeu de cette jeune pianiste est éblouissant, ses doigts virevoltent sur le clavier sans aucune fausse note, son "doigté" a fait l'admiration de tous...

    Natacha Melkonian

    La seconde partie du concert a été consacré à Debussy: Images, deuxième cahier et l'Isle Joyeuse.

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Un morceau supplémentaire en fin de programme, la sonate numéro 4, sorte de lien entre Debussy et son ami russe Scriabine, fut interprété avec brio par Natacha Melkonian, qui le dédia à la mémoire de son père.

    Un moment d'émotion bouleversant,....

    Natacha Melkonian

    La jeune pianiste a été très applaudie par les spectateurs enthousiastes qui l'ont bissée comme il se doit.

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Après le récital, Natacha Melkonian a rencontré les spectateurs  qui l'ont de nouveau applaudie pour sa performance et son talent.

    Yolande Estrat, Présidente de Châtillon-Scènes, a félicité cette jeune artiste qui a charmé l'assistance par sa magnifique interprétation, un moment magique que nous n'oublierons pas...

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Natacha Melkonian

    Natacha a dédicacé les programmes avec beaucoup de gentillesse et de grâce...

    Natacha Melkonian

     


    votre commentaire
  • Le vrai Cyrano

    SAVINIEN DE CYRANO, L'ÂME DU LIBERTIN

    Savinien Cyrano de Bergerac, était un homme épris de liberté cherchant et trouvant dans l’utopie un regard neuf pour tenter de remédier aux incohérences de notre société.

    Le "Festival Pierres Vivantes" a parfaitement évoqué  cet écrivain oublié. Son nom, hélas, n'est connu que par la pièce de théâtre d'Edmond Rostand, pièce qui ne le montre pas sous son vrai jour, celui d'un adepte de la philosophie matérialiste.

    Heureusement, Michel Serex en écrivant "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" a fait renaître pour nous cet homme de valeur, précurseur de l'anticonformisme.

    Voici quelques images de ce magnifique spectacle...

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Savinien de Cyrano se présente..Il est de la même époque que le Comte de Bussy Rabutin, c'est, comme Bussy, un  libertin c'est à dire celui qui remet en cause les dogmes établis, un libre penseur (ou libertin d’esprit) dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la métaphysique et de l’éthique religieuse.

    (et non selon la définition actuelle !)

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    La pièce de Michel Serex met en scène Le Bret. D'un an son aîné, Henri Le Bret fut dès l'enfance, et pour toute sa vie, le grand ami de Savinien : ils étudièrent ensemble, et ensemble s'engagèrent aux Cadets de Gascogne et ils quittèrent l'armée en même temps.

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Michel Serex fait intervenir, dans sa pièce, la belle Ninon de Lenclos qui a, durant sa vie, collectionné une ribambelle d'amants...

    Elle était aussi épistolière et femme de lettres.

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Savinien de Cyrano évoque ses ouvrages  que l'on dirait à présent de "science-fiction" : "L'histoire comique des Estats et Empires de la lune", mais aussi "l'histoire des Etats et Empires du soleil". Il nous raconte que, revenu de son voyage dans la lune, il est accusé de sorcellerie par un curé , est arrêté, s'évade, est entraîné dans une course-poursuite à l'issue de laquelle il est de nouveau emprisonné. Ayant du temps et étant confortablement installé dans une cellule avec terrasse, il construit diverses inventions, dont une machine composée de miroirs en parabole censée pouvoir voler avec un passager....

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Savinien de Cyrano a écrit des pièces de théâtre comme "le pédant joué" où il met en scène Gareau le paysan qui s'exprime en patois

    Molière, que Savinien de Cyrano n'a pas connu, a "emprunté" de nombreux passage de son "pédant joué"....

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Ninon se transforme en oiseau de Paradis pour philosopher avec Savinien,  évoquer avec lui la vie et surtout la mort......

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Il n'y a rien de plus nuisible à la santé que la mort"

    mais..."Mourir, c'est achever de naître" conclut Savinien...

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "De cette façon, dans un homme, il y a tout ce qu'il faut pour composer un arbre. De cette façon, dans un arbre il y a tout ce qu'il faut pour composer un homme. Enfin, de cette façon toutes choses se rencontrent en toutes choses...mais il nous manque un Prométhée pour faire cet extrait" (histoire des Etstats et Empires du Soleil)

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Les comédiens et musiciens furent très applaudis :

    Corine Thézier : Ninon de Lenclos

    Robert Bensimon : Savinien de Cyrano

    Claude Bornerie : Le Bret

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Les musiciens ont ravi le public en interprétant, lors des intermèdes, des œuvres de Schubert, Beethoven et Jean Cras.

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Steve Duong au violon :

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Manon Tenoudji à l'alto :

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Louise Rosbach au violoncelle :

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

     Hubert Brigand, président de la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais, Jacques Lazzarotti, Maire de Molesme et l'auteur de "Savinien de Bergerac, Michel Serex, se sont retrouvés après le spectacle. Tous les trois ont salué la performance des acteurs et des musiciens.

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Michel Serex a félicité madame Yolande Estrat, présidente de Châtillon Scènes pour  le travail  immense qu'elle accomplit pour présenter des spectacles d'exception.

    Un grand projet devrait voir le jour en 2014 : un spectacle sur Francis Carco, en collaboration avec Gilles Freyssinet, spectacle qui aurait lieu bien sûr, à Châtillon sur Seine où Francis Carco a passé ses jeunes années.

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

    Les musiciens et l'auteur, heureux de s'être retrouvés à Molesme ...

    "Savinien de Cyrano, l'âme du libertin" un très beau spectacle proposé par Châtillon-Scènes à Molesme

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique