• Damien Saez évoque Châtillon sur Seine et Bruno Rousselet dans une chanson !

    Cédric Toinard m'écrit ceci :

    Je me permets de vous présenter cette vidéo personnelle, réalisée par mes soins, lors du passage de Damien Saez à Dijon, la semaine dernière, dans laquelle il évoque sa ville de coeur, Châtillon-sur-Seine, et bien entendu les personnes qui lui étaient chères dans notre contrée.

    Un merveilleux moment de communion devant plus de 5000 personnes, rempli d'émotions, avec cet artiste hors norme qui se livre habituellement si peu.

     

     

     Châtillon-sur-Seine

    (Texte et musique de Damien Saez)

    Je sais, ça fait longtemps que je n'ai pas vu tes rives
    La rumeur du ruisseau et puis le chant des grives
    A Châtillon-sur-Seine, quand on partait, Nelly,
    Comme deux oiseaux chassés qui retrouvent leur nid

    Nous marchions tous les deux à pas de loup dans la neige
    Tu m'apprenais les mots et le nom des oiseaux
    La province était belle, nous promenions souffrance
    Me voilà revenu sur les terres de l'enfance

    Me revient en mémoire aux sanglots de l'hiver
    Toi la fille des bateaux, la fille de militaire
    De cette époque morte où les gens savaient lire
    Oui, toi la littéraire, qui m'appris à écrire

    Toi qui m'accueillis, oui, bras ouverts, à la table
    Toi qui bordas mon lit à me conter des fables
    Toi qui, je me souviens, connaissais la nature
    Des fruits des terres, toi qui faisais des confitures

    Moi, j'aurais tant à te dire
    Que t'as sauvé ma peau
    Toi, l'apôtre du coeur
    Toi, la fille de Rimbaud

    Moi, j'aurais tant à te dire
    Que t'as sauvé ma peau
    Oui du coeur, toi l'apôtre
    De Flaubert et d'Hugo

    Je sais, ça fait longtemps que je n'ai vu tes rives
    Toi qui jouais par coeur comme un sanglot qui dérive
    A Châtillon-sur-Seine, quand toi t'allais Bruno
    Oui répéter tes peines, oui, le long du ruisseau

    A faire chanter aux plaines le sanglot du basson
    Toi qui apprenais le jazz aux fils de Châtillon
    Qui mettais du Brooklyn au coeur du paysan
    Toi qui n'avais de maître que le swing du temps

    Toi qui a donné ta vie au profond des campagnes
    A partager, l'ami, ton savoir à ces âmes
    Qui n'ont pour triste maître que cet avoir pourri
    Pour rendre con le prolétaire, pour racketter son fric

    Aux usines fermées, aux avarices reines
    Aux bistrots désertés, aux horizons de plaines
    Petite ville de campagne, au ruisseau de la Seine
    Où vivaient deux amis au ruisseau de ma vie

    Moi, j'aurai tant à vous dire
    Et si Châtillon pleure
    Sur le corps de mes amis
    Oui des printemps sans fleurs
    Moi j'aurai tant à vous dire
    Et que Châtillon pleure
    Sur ton corps mon ami
    Oui le chant du malheur

    Si le vent du basson ne sonne plus aux aurores
    A Châtillon-sur-Seine ainsi Bruno est mort
    Si le cerf brame encore, si le merle est chantant
    C'est pour sonner, mon ami, ta mémoire au printemps

    Elle est partie Nelly pour un autre voyage
    Il s'est barré Bruno pour un dernier solo
    Et puis nous dans l'enfer, nous les oiseaux sans ailes
    Sous les pierres des cimetières des siècles qui sommeillent

    Si nos rêves sont morts, si le cynisme est roi
    Si les grands gagnants sont l'ignorance et la foi
    Sache bien qu'ici, oui, si toujours l'argent gagne
    La richesse du coeur, oh non, n'est pas l'épargne

    La richesse, c'est le chant sur les toits de ce monde
    De ton basson maudit qu'on apporte à ta tombe
    A Châtillon-sur-Seine, c'est rêver du meilleur
    C'est Nelly et Bruno qui font chanter mon coeur

    Quand nous allions le long du ruisseau
    Pour écouter le chant de ses sanglots
    A Châtillon-sur-Seine pour y voir des bateaux
    Ivre de solitude tu m'apprenais Rimbaud

    Quand nous allions le long du ruisseau
    Pour écouter Châtillon en sanglots
    Qui me redit, oh oui, ces bateaux
    Je repense à Nelly, je repense à Bruno

    Quand nous allions le long du ruisseau
    Pour écouter le chant de ses sanglots
    A Châtillon-sur-Seine moi je vois des bateaux
    Je repense à Nelly, je repense à Bruno

    Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Damien Saez :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Damien_Saez

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     


  • Commentaires

    10
    François
    Lundi 10 Avril à 06:08

    Une vidéo très émouvante. Et une interprétation poignante de ce superbe texte écrit par un poète gigantesque.

    9
    Rosette guinchard
    Dimanche 1er Mai 2016 à 15:30
    Je suis très émue de revoir ce bel hommage à notre Bruno,qui nous a quitté trop tôt, on le regrette beaucoup,on le connaissait très bien.merci de nous faire revivre ce grand moment,en sa mémoire ça fait plaisir.
    8
    Fauvinou
    Mercredi 5 Août 2015 à 11:43

    je suis pas fan de Saez, mais chaque fois que j'entends ce titre j'ai l'impression que c'est de "Barbara" (que j'aime énormement). Si l'Art est la faculté de faire passer une émotion, ce titre en est assurément !!

    7
    .
    Mercredi 17 Décembre 2014 à 20:42

    Je ne comprenais pas cette chanson, pourtant elle est juste parfaite, mais maintenant que j'ai compris, elle l'est encore plus! merci

    6
    Seb
    Mardi 30 Juillet 2013 à 19:23

    Salut Saezien (nes) !

    Si tu es fan de Damien, viens rejoindre notre communauté en demandant à Sandra Wild ... tu y trouveras .... TOUT sur Damien et sur des personnes qui lui rendent hommage par leur passion de la Vie <3

    J' y étais aussi à Dijon le 03 avril ! Waouuuuuu !!!

    " Tu y crois ... TOI ! à la magie des Rencontres " 

    https://www.facebook.com/groups/256049421160807/

    à moins que tu fasses déjà parti de la troupe ....

    @ + sur les bords de ruisseaux :)

     

    5
    Kikibailly
    Mardi 30 Avril 2013 à 08:50

    Merci Cédric de nous faire partager ton amour pour ce chanteur que je ne connaissais pas. Moi au contraire de boulou214000 je trouve cette complainte merveilleuse et qui décrit parfaitement la désertification de nos campagnes.

    Et ils sont tellement peu nombreux à parler du Châtillonnais.

      • Dimanche 28 Février 2016 à 16:03

        Je suis d'accord, quelle chanson magnifique, pleine de nuances, hélas oui Châtillon, toujours en lutte contre la désertification. Née à Paris, et demeurant à présent à Dijon, j'ai vécu dans le Châtillonnais dix ans et j'y venais depuis toute petite en vacances ; j'y retourne toujours d'ailleurs. Oui, une très belle chanson, surtout très poétique et nostalgique !...

         

    4
    povert 48
    Dimanche 21 Avril 2013 à 13:11

    ça c est c est beau y a du BREL la de dans j aime

    3
    cedtoine
    Mardi 16 Avril 2013 à 07:16

    Cher boulou21400, on n'est pas obligé d'aimer, mais on doit respecter l'oeuvre d'un artiste. Votre commentaire m'a surpris à la première lecture, puis je me suis dit que pour vous permettre une telle comparaison entre les deux villes, vous aviez forcément beaucoup voyagé et deviez être bien cultivé... cela ne serait donc que de l'ironie ? 

    2
    boulou214000
    Lundi 15 Avril 2013 à 11:22

    Comment peux t on aimer une chanson ou chatillon est décrite comme tchernobyl??

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :