• Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Lors de l'Assemblée Générale de la Société Mycologique, Luc Lefray, son Président, avait annoncé que plusieurs journées intitulées "L'Atelier des Territoires" allaient avoir lieu et que des membres de la Société Mycologique y étaient invités.

    J'ai donc demandé  à ces deux adhérents, François Poillotte et Pierre Potherat de m'apporter leur témoignage, ce qu'ils ont aimablement accepté .

    François Poillotte nous informe sur ce qu'il a observé  et entendu :

    Nous avons eu le sentiment de reprendre intégralement le travail accompli par le GIP durant les dix années passées et qui ont abouti à la création du parc national. Tout est calqué sur ce qui a été fait à ce titre : le Territoire correspondant à l'aire d'adhésion du parc, l'invitation faite aux différents organismes composant l'ex GIP...

    Après l'introduction par les directeurs départementaux des territoires de la Côte d'Or et de la Haute Marne, et la présentation du programme de travaux par le représentant du bureau d'études chargé du projet, les personnes présentes ont été invitées à emprunter les trois cars qui avaient été réservés pour un périple sur le territoire.

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Le Maire d'Arc en Barrois a ouvert la séance :

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Le représentant du bureau d'Etudes :

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Une partie du personnel du bureau d'Etudes :

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    L'assistance :

    Deux adhérents de la Société Mycologique du Châtillonnais ont assisté à "L'Atelier des Territoires" consacré au nouveau Parc National des Feuillus

    Avec Pierre Potherat, nous n'avons pas participé à ce long déplacement et au repas au restaurant auquel ont été conviés les participants.  Nous avons quitté la réunion.

    La seconde journée, le mercredi 22 Janvier a été plus intéressante. L'assistance, beaucoup plus nombreuse que la veille, a été amenée à se  répartir en plusieurs ateliers, pour parler des atouts du territoire, des perspectives, etc... Ce travail a déjà été vu et revu au titre des multiples réunions du GIP.

    Il a permis cependant d'approfondir certains points. La présence le mercredi 22 janvier, du directeur départemental de l'ONF de la Côte d'Or, nous a permis aussi d'aborder la question du sort des étangs forestiers. Il n'y aucune crainte à avoir sur leur devenir, selon lui. Il nous a garanti qu'ils seraient remis en eau prochainement. Attendons donc pour voir. Nous lui avons remis une petite note sur l'historique de ces retenues pour apporter la preuve de leur caractère patrimonial.

    Un note semblable a été également remise à un chef de bureau du ministère de la transition écologique, présent dans la salle. Il devait la remettre à l'un des hauts fonctionnaires qui accompagnait la ministre, le lendemain.

     Je n'ai pas personnellement assisté à la séance de clôture du lendemain, en présence de la ministre, des préfets, sous préfets et autres parlementaires. J'avais un rendez-vous à Châtillon.  Pierre Potherat par compte, s'y est rendu.

     Voici maintenant le témoignage de Pierre Potherat :

    J'ai représenté la SAHC lors de la dernière journée ou plutôt dernière matinée, puisque, après le repas pris dans la salle de réunion, le cortège ministériel s'est déplacé en Côte d'Or, à la maison de la Forêt de Leuglay puis aux établissements d'Herbomez à Châtillon.

    La matinée a débuté par la restitution des ateliers de la veille. L'accent a été mis sur la nécessité de gommer la frontière entre la Côte-d’Or et la Haute-Marne en termes de gestion administratives et financière.

    Le besoin de créer les conditions d'accueil optimales des futurs visiteurs du parc au niveau de l'information, de l'hébergement et de la restauration a également été pointé.

    Ensuite trois directeurs de parc nationaux nous ont fait part de leur vécu après 40 à 50 ans de fonctionnement de leurs parcs respectifs:

    Les Cévennes (1970), les Ecrins (1973) et le Mercantour (1979).

    Quelques élus locaux, parmi lesquels Yolaine de Courson, député de la 4ème circonscription de la Côte d'Or, ont remercié tous les acteurs à l'origine de cette "aventure", en particulier les membres du GIP.

    Le discours d'Elisabeth Borne, ministre de l'Ecologie, a rassuré les élus locaux quant au déblocage des moyens nécessaires à la mise en route et au fonctionnement du parc, sans nuire aux autres parcs nationaux.

    Elle a aussi assuré que, la biodiversité disparaissant à grande vitesse, en particulier celle liée aux zones humides, la bataille du vivant est engagée.

    Quelques questions ont été posées par le public, en particulier par un agent du SMS, à propos de la pertinence de l'application de la  continuité écologique à nos cours d'eau  (sic), au regard des à-sec sévères observés l'été dernier sur  des dizaines de kilomètres cumulés appartenant à de nombreux cours d'eau de la région (Ource et Tille en particulier).

    La ministre a répondu que "la transition écologique doit s’appliquer en fonction de la spécificité des territoires concernés".

    En d'autres termes on ne peut considérer que les vannages sur nos rivières, avec une chute de 1 à 1,5 m, soient l'équivalent d'un barrage hydroélectrique alpin ou même du massif central, dont la hauteur varie de 20 à 120 m.

     


  • Commentaires

    1
    Anne Bouhélier
    Mardi 4 Février à 22:20

    J'ai assisté à la 1ere journée de l'atelier des territoires que j'ai trouvé fort enrichissante. L'idée des circuits en bus pour rencontrer des acteurs du territoire a pu dérouter tous ceux qui connaissent déjà bien le secteur, mais au final, la démarche a été plutôt constructive avec des échanges de qualité. Apprendre à mieux se connaitre de part et d'autre (Châtillonnais/Sud Haut-Marnais) est un élément important pour la dynamique du nouveau parc national. Au niveau touristique, ça bouge et c'est une bonne nouvelle!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :