• "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

     Une conférence sur Diderot à Langres, sa ville natale, avait été présentée en 2013, par David Covelli :

     http://www.christaldesaintmarc.com/diderot-a-langres-une-conference-de-david-covelli-pour-l-association-c-a79493153

    Cette année, en prélude au voyage à Langres, qu'organise, le 25 mars 2014, l'Association Culturelle Châtillonnaise, il nous a été proposé une conférence, axée, cette fois, sur l'Encyclopédie.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

      "Diderot : l'encyclopédiste."

     C'est Anne-Guylaine Foret, documentaliste aux musées de Langres qui a assuré cette conférence. 

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'objectif de cette  conférence a été de raconter l’aventure éditoriale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Elle nous a permis  de comprendre que cet ouvrage révolutionnaire dans sa forme, objet de querelles passionnées, s’est inscrit dans l’histoire comme un fidèle miroir du siècle des Lumières.

    A l'origine, l'Encyclopédie ne devait-être que la traduction, en français, de la "Cyclopedia" de Chambers.

    La France ne possédait aucun ouvrage de ce genre, présentant les métiers et les arts mécaniques. Ces professions étant à l'époque jugées mineures. Il n'existait que le dictionnaire de l'Académie Française et le dictionnaire critique de Bayle.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Il fut proposé à l'éditeur Le Breton de traduire la Cyclopédia. Diderot, à cette époque, était en train de traduire le Dictionnaire Universel de la Médecine de Robert James. Il accepta, avec d'Alembert et plusieurs autres traducteurs, de rédiger les articles en français.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Diderot et d'Alembert furent placés officiellement, en 1747, à la tête d'un projet de rédaction d'une encyclopédie nouvelle, "l'Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers".

    D'Alembert, dans son discours préliminaire justifia l'abandon d'une simple traduction pour un texte original.

    Diderot rédigea 5 000 articles, il demanda la participation de quelques personnes connues: Voltaire, Rousseau, par exemple.

    Ce fut bien peu, en comparaison du nombre très important des autres rédacteurs .

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le frontispice de l'Encyclopédie présente la Vérité rayonnante de lumière. A droite la Raison et la Philosophie lui arrachent son voile.

    (Peinture de Charles-Nicolas Cochin gravure de Benoît-Louis Prévost en 1772)

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'organigramme de l'Encyclopédie est de type pyramidal.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L’iconographie de l’Encyclopédie montre le grand intérêt porté aux Arts et Métiers.

    Sur les planches, on voit, dans le bandeau,  les ouvriers au travail, en bas leurs instruments. Les annotations (fig 1 par exemple), renvoient au texte. Ce renvoi était nouveau pour l'époque.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les illustrations sont magnifiques, et extrêmement précises, on n'a pas fait mieux depuis...

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Après la parution du second tome de l'encyclopédie, la censure se mit en marche. On accusait l'ouvrage  d'ébranler le gouvernement et la religion. Le pape Clément XIII mit l'Encyclopédie à l'Index. En 1759, le privilège de l'Encyclopédie fut révoqué, d'Alembert, alors, abandonna le projet.

    Malesherbes permit de contourner la suppression du privilège en publiant seulement les volumes de planches.

    En 1762, la censure s'allégea et permit la publications des volumes de 8 à 17.

    Les deux derniers volumes paraîtront en 1772, et en 1776 paraîtra un supplément en 4 volumes.

    Au total, l'Encyclopédie se composait de 17 volumes de textes, et 11 volumes de planches On y ajouta le supplément en 4 volumes plus son volume de planches,  les tables se trouvaient imprimées en 2 volumes.

    Ce qui donne un total de 35 volumes dans l'édition de base , dite de Paris.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les tomes de l'Ecyclopédie parurent grâce à une souscription.

    On a tiré 4 255 exemplaires, dont 2 000 furent diffusés en France, le reste le fut à l'étranger.

    La restauration des volumes langrois a été confiée à un relieur de Dijon, nous pourrons les admirer lors de notre visite à Langres le 25 mars prochain.

    Cette présentation a été un avant-goût de la visite, organisée par l'association châtillonnaise,  à la Maison des Lumières de Langres, seul musée en France consacré à Denis Diderot et au siècle des Lumières.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :