• "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Facteur

    Qui n’a pas dit "Tiens voilà l’facteur ! " , Qui n’a pas attendu une lettre, un paquet, un mandat ?

    Jenry Camus nous a conté l'histoire de la poste, il a évoqué la vie des facteurs au cours des temps, dans une conférence exceptionnelle qui a ravi les nombreux auditeurs venus l'écouter.

    Et comme Jenry est très généreux, il m'a confié le texte intégral et les illustrations de sa conférence  pour que vous puissiez tous en profiter !

    Merci mille fois à lui !

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le facteur, c’est un personnage important de notre vie quotidienne. Et avant de vous conter son histoire, je pense que vous serez, comme moi, tous d’accord avec cette pensée de l’écrivain bourguignon Gaston Roupnel qui, en 1914, écrivait :

    « Le facteur est dans un pays le grand distributeur de joie et de chagrin. C’est une manière de Père Bon Dieu, avec l’éternité en moins, les guêtres et le képi en plus. »

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La tenue vestimentaire a changé, mais l’axiome n’a pas vieilli.

     Madame de Sévigné

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    De tout temps, l’homme a écrit, a envoyé des messages, des lettres. Madame de Sévigné a utilisé avec bonheur les services de la Poste dans sa correspondance avec sa fille Madame de Grignan. A son époque, au XVIIè siècle, le facteur ne s’appelait pas facteur. C’était un messager nommé courrier ou postillon.

     L’Antiquité

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Des messagers utilisés depuis l’Antiquité. Les plus anciens seraient ceux du roi perse Cyrus (4e siècle avant J.C.), le plus connu, le grec Philippidès, le coureur de Marathon (490 avant J.C.). Hermès chez les Grecs, ou Mercure chez les Romains, est le Messager des Dieux. Et nos ancêtres utilisent divers supports pour écrire leurs messages : tablettes d’argile en Mésopotamie, scytale, bandelette de cuir enroulée autour d’un morceau de bois, chez les Grecs, papyrus chez les Egyptiens, tablettes d’argile chez les Romains.

     Le Cursus Publicus

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Des tablettes convoyées sur les routes romaines par des messagers, les tabellarii sur leurs charrettes légères à deux roues, les cisium.

    Un service pour les dépêches officielles, le cursus publicus, créé par l’empereur Auguste ( au début de notre ère) avec des relais pour chevaux tous les 12 kilomètres, les mutationes et des auberges, tous les 50 kilomètres, les mansiones.

    La carte de Peutinger, le guide Michelin de l’époque, toute en longueur (on ne savait pas la terre ronde) présente ses routes et relais.

     Les chevaucheurs

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le cursus publicus disparut avec les invasions barbares. Au Moyen Age, le roi, les évêques, les puissants seigneurs, se voient dans l’obligation d’organiser un service de messagers. Des messagers qui se déplacent le plus souvent à pied, sont payés à la course ou à la journée d’utilisation (40 kms par jour). C’est Charles VI, en 1380, qui créera un corps de chevaucheur, mi-messager, mi-ambassadeur.

     La poste aux moines

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le développement des ordres religieux cisterciens et bénédictins, et leur dispersion sur le territoire, obligent les abbayes à créer leur propre corps de messager.

    Le rotuliger est ainsi chargé de porter d’abbaye en abbaye, le rotulus ou rouleau des morts. Sur ce parchemin il est écrit des instructions, des nouvelles et surtout le décès d’un membre éminent invitant les frères à prier pour le défunt.

    Un accusé de réception, le titulus, est cousu à la suite du rotulus.

    Le rotulus de saint Vital, annonçant la mort de cet abbé et datée de 1122, incomplète, mesure 8m50, écrite en vers et en prose recto-verso.

    Le rotulus de Mathilde, fille de Guillaume le Conquérant, morte en 1113, mesure 20m50 et comporte 253 destinations.

     Universités et villes

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Au milieu du 13e siècle, l’Université de Paris se dote de 2 corps de messagers.

    Les grands messagers sont des correspondants locaux auprès desquels les étudiants trouvent une aide morale et surtout financière.

    Les petits messagers portent et rapportent lettres, argent, marchandises pour les maîtres et les écoliers mais aussi pour quiconque demande leur service.

    Certaines villes ont leurs propres messagers municipaux pour acheminer le courrier officiel, voire quelques lettres de particuliers, riches commerçants et bourgeois aisés. D’autres cités préfèrent utiliser des messagers privés, les messagiers à pied ou les courretiers à cheval.

    Il arrive aussi aux pèlerins, très nombreux au Moyen Age, d’emporter et de déposer quelques missives sur leur parcours.

     La Poste aux chevaux

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La Poste aux chevaux naît de la séparation des chevaucheurs du roi en 2 corps distincts : les courriers de cabinet qui continuent à transporter les informations royales et les postes assises, des relais installés de sept lieues en sept lieues (environ tous les 30 kilomètres) permettant ainsi aux chevaucheurs de changer de cheval et de parcourir quotidiennement 90 kilomètres. Une première route de poste entre Tours et Amiens via Paris fut créée sous Louis XI. Une route Paris-Lyon sous François 1er. Et sous Louis XIII, il y a 27 routes dont 11 desservent Paris. Les maîtres de poste

    sont propriétaires des relais et des chevaux et également aubergistes.

    La Poste aux chevaux

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Les messagers à cheval, les courriers Transportent les lettres dans un sac, la malle, attachée à l’arrière de la selle. Au début du XVIIIe siècle, la malle, devenant plus importante, est transportée sur un second cheval.

    Le postillon est chargé de ramener le cheval à son relais d’origine.

    En 1728 apparaît la première voiture postale, la brouette.

    Sous la Révolution, la première malle-poste dite courrier-panier.

      La malle-poste

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La malle-poste transporte du courrier et éventuellement un à quatre voyageurs (pour faire un peu d’argent)

    Ici une malle-poste-cuir modèle 1805

     La diligence

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

         La diligence transporte des voyageurs (jusqu’à 20) et un peu de courrier

    Ici une diligence de 1840 s’arrêtant devant une auberge. Le postillon à cheval se désaltère.

     Malles-poste et diligences

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Différents   modèles de voitures vont sillonner la France de jour comme de nuit et vont se livrer une sévère concurrence. La malle-poste est plus rapide mais le coût du voyage est plus élevé.

    A partir de 1840, le train va peu à peu remplacer les compagnies de messageries. Il restera quelques voitures, des pataches, sur des routes secondaires. Elles seront peu à peu remplacées par des autobus.

     Le postillon

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

     Le postillon est le personnage le plus populaire de la poste aux chevaux avec ses légendaires bottes de sept lieues. En réalité ces bottes servaient à protéger les jambes contre les limons des voitures et le postillon ne portaient pas en permanence ses bottes.

    Le postillon qui se désaltère : le coup de l’étrier. Et beaucoup de succès avec les dames.

    Dessin appelé le nez du postillon. C’est la fin de la poste aux chevaux, en 1843, avec le train.

     La Poste aux lettres

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Au XVIIIe on écrit comme le montre ces peintures de Fragonard et Rotari.

    C’est Henri IV qui, en demandant aux courriers de transporter du courrier privé avec les dépêches officielles, a fait naître la poste aux lettres.

    En 1630, sous Louis XIII, on confie les lettres à un maître de courrier et c’est lui qui fixe la somme que devra payer le destinataire.

    Il y a peu de bureaux de postes. 2 en 1603 – 90 en 1668

    C’est Louvois, ministre de Louis XIV, qui, en 1679, met en place la Ferme générale des postes et impose le monopole pour le transport de la correspondance. La création de bureaux de postes se multiplie. 770 en 1703, 1320 en 1791.

     Le nom de facteur

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    C’est en 1638 que le nom de facteur apparaît pour la première fois comme commis des maîtres du courrier.

    A cette époque, le courrier est acheminé vers le bureau de poste, mais il n’est pas distribué. La clientèle doit se présenter au guichet pour donner ou recevoir son courrier. Des ramoneurs savoyards, les décrotteurs ambulants, sont utilisés alors à titre privé comme facteurs.

     La Petite Poste de Paris

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Il faudra attendre 1760 pour voir Claude Pierron de Chamousset créé la petite poste de Paris. 10 bureaux (et 500 boites à lettres), desservis par 144 facteurs, couvrent la capitale qui bénéficie de 3 distributions quotidiennes.

    Muni d’un claquoir, le facteur, qui ne doit pas monter dans les étages, hèle son destinataire. Le facteur est habillé (pas d’uniforme règlementaire) et payé par l’administration des postes ;

    C’est également la création d’un almanach contenant les services offerts par la poste, divers renseignements et une carte de la ville

      La petite Poste de province

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le succès populaire de la petite poste de Paris entraine la création de petites postes dans la plupart des grandes villes (ici Lyon et Lille).

    A Paris comme en province, le facteur propose à ses clients un petit calendrier, appelé calendrier de cabinet. Ce sont les étrennes qui vont se perpétuer jusqu’à nos jours.

      La Révolution

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Pendant la Révolution, les facteurs parisiens portent un écusson « Postes aux lettres ».

    En recevant cet insigne, ils doivent prêter serment à la République de fidélité à la Constitution. Les termes changent mais ce serment professionnel a perduré jusqu’à nos jours, du moins tant que les facteurs fonctionnaires n’ont pas été remplacé par des contractuels.

     Le 1er Empire

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Pendant le 1er Empire, le courrier est surtout militaire. Sur les champs de  bataille, il est porté par des estafettes qui ne sont pas employés des postes.

    Les soldats écrivent à leur famille sur du papier à lettres fournis par les   cantinières.

      La Restauration

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Sous la Restauration, les lettres de Paris pour Paris sont collectées et distribuées 7 fois par jour.

    Les deux premières factrices apparaissent à Dunkerque et Saint-Brieuc.

     1830 : Le facteur rural

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    A la fin de la Restauration, la poste ignore les ruraux et de très nombreux objets restent en attente. En octobre 1828, une enquête va déterminer le nombre de boîtes à lettres à installer pour que chaque commune dispose d’un point de dépôt et le nombre de facteurs pour lever les boîtes et distribuer le courrier. A dater du 1er avril 1830, 5000 facteurs sont recrutés, notamment des anciens militaires. On exige qu’ils savent lire et écrire et qu’ils puissent parcourir, à pied, 20 à 30 kilomètres par jour. Ils sont payés à la distance parcourue.

    En 1835, l’administration impose un uniforme, une blouse de drap bleu au col rouge, serrée à la taille par une ceinture de cuir noir, un chapeau haut de forme et des brodequins avec guêtres.

    Cet uniforme ne sera rendu obligatoire qu’en 1856, une casquette à la   russe et un chapeau de paille en été, remplaçant le haut de forme passé de mode.

     Facteur rural

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

       Une tenue qui a fait le régal des humoristes et caricaturistes de l’époque.  

     1832 : le facteur de ville

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Jusqu’alors, le facteur de ville ne porte pas de tenue distinctive. Ce qui est surprenant vu le prestige des uniformes sous le 1er Empire. C’est en 1832 que le facteur doit porter une tenue règlementaire, acquise à ses frais. Habit de drap bleu, boutonné sur le devant de 9 boutons avec les mots Poste aux lettres. Un écusson aux armes du roi et un chapeau haut de forme.

      Etrennes et almanachs

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    A compter du 21 janvier 1846, la lettre, jusqu’ici envoyée pliée et cachetée à la cire, va pouvoir être insérée dans une enveloppe. Une invention anglaise (Brewer en 1830) reprise en France en 1841 par les frères Maquet et seulement reconnue d’utilité publique en 1846.

    C’est également dans cette époque de troubles que l’administration des postes s’inquiète de voir les facteurs distribuer en étrennes des calendriers et almanachs. Chaque facteur pouvant se montrer un agitateur en puissance et fournir des informations révolutionnaires

    En 1849, l’administration n’autorise la vente de calendriers ne portant que des indications de jours, mois, saisons et lunaisons.

    En 1854, un imprimeur typographe Charles Oberthur a l’idée de compléter ce calendrier par des informations départementales, communes, bureaux de postes, foires et marchés. C’est l’ancêtre du calendrier actuel.

     1840 : l’invention du timbre-poste

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1839, la reine Victoria autorise l’administration des postes anglaises à adopter une tarification unique : un penny pour une lettre de moins de 15 grammes quelque soit la distance et payée par celui qui envoie la lettre (jusqu’alors c’était le destinataire qui payait selon la distance)

    L’instigateur de cette réforme, l’écossais Rowland Hill propose une vignette représentant le profil de la reine. La reine ravie donne son accord (les timbres anglais continueront à porter le profil de la reine). D’autres pays refuseront de voir l’effigie de leur souverain orner le timbre de peur de le souiller par l’oblitération.

    Le 1er timbre anglais, le one penny black, est mis en vente le 22 avril 1840.

     1848, le 1er timbre français

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En France, il faudra attendre le 30 août 1848 pour qu’Etienne Arago, directeur général des postes, propose qu’une lettre, pesant moins de 7,5 grammes, soit taxée 20 centimes, quelque soit le trajet parcouru.

    Le projet d’un timbre représentant Cérès, déesse des moissons, est préféré à une république en bonnet phrygien. Il est gravé par son créateur, Jacques-Jean Barré, graveur général des Monnaies de France et mis en vente le 1er janvier 1849.

     1f vermillon

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Pour les lettres pesant 100 grammes, le timbre est le 1F rouge. Des différences dans la couleur, vont faire de ce timbre, le 1F vermillon, un timbre rare et cher pour les philatélistes. 350000 euros pour un timbre neuf. Imaginez le prix de ce bloc de quatre avec tête-bêche (une erreur, le cliché a été placé inversé, la tête en bas, au moment du montage sur la plaque d’impression)

    Les timbres en planches de 150 sont découpés au ciseau par les postiers. Il faudra attendre 1862 pour voir les premiers timbres avec des dents à l’effigie de Napoléon III.

    Pour les philatélistes, il faut savoir que le premier catalogue de timbres émis parut en 1861, le premier album en 1862 et que le mot philatélie, réunissant les mots grecs philos (ami) et ateleia (affranchissement) fut inventé par le français Georges Herpin en 1864.

     La carte postale

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    C’est en décembre 1872 que sont fabriquées en France les premières cartes postales. L’Etat reprend ainsi une invention due au professeur autrichien Emmanuel Hermann en 1869. Des cartes de format 12x8 cm avec un côté pour l’adresse et l’affranchissement, l’autre pour la correspondance.

    En 1877, l’Etat autorise des particuliers à assurer l’impression et la vente de cartes postales (motifs décoratifs et publicités)

    En 1889, la carte illustrée prend son essor avec la tour Eiffel dessinée par Léon Charles Libonis.

    En 1891, le marseillais Dominique Piazza crée les cartes postales photographiques.

    Dès lors, c’est l’âge d’or de la carte postale. De nombreux éditeurs comme Neudin et Bergeret vont inonder le marché et submerger les facteurs.

         1862 : le facteur de ville

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1862, le facteur de ville de province reçoit une tunique vert dragon et un képi shako en cuir. Cela lui confère une allure toute militaire

    … qui impressionne les usagers

     1862

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

             Et régale les caricaturistes.

      La guerre de 1870

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Quelques   mots sur la guerre de 1870 qui ne concernent pas trop les facteurs, mais des moyens de transport du courrier pendant le siège de Paris.

    Les boules de Moulins (le lieu où le courrier de Paris est centralisé pendant la guerre). Les lettres destinées aux assiégés sont mises dans des boules en zinc munies d’ailettes et confiées au courant de la Seine. Les 55 boules envoyées en janvier 1871 n’arriveront jamais et les 40000 lettres qu’elles contenaient, seront retrouvées au fil des ans, dont une 111 ans plus tard.

    Pour les parisiens assiégés, le seul moyen de communiquer avec l’extérieur, c’est la voie des airs. De septembre 1870 à fin janvier 1871, 67 ballons dont 55 emportant du courrier (10 tonnes) quittent la capitale. Les ballons connaitront des fortunes diverses. Certains atterrissent dans les lignes allemandes, d’autres sont abattus. D’autres se posent en catastrophe et l’un d’entre eux atterrira même en Norvège.

    Sur cette gravure, à côté des ballons, on aperçoit des cages avec des pigeons-voyageurs. Le courrier est microfilmé et chaque pigeon peut ainsi emporté 30000 dépêches dans la bague accrochée à sa patte. A l’arrivée, le courrier est lu, agrandi avec une lanterne magique. Sur les 400 pigeons envoyés, moins d’un cinquième parviendra à bon port, le reste finissant probablement dans les assiettes prussiennes.

      1878 Le képi du facteur

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1878, casquettes et shakos sont remplacés par un képi comme le montre cette photo des facteurs de Confolens en Charente posant devant le bureau de postes et un omnibus-patache. Les deux employés en casquette sont des chargeurs.

     Le facteur de ville

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le facteur de ville est vêtu d’une tunique bleue marine avec un col rouge. En 1905, cette tunique sera définitivement remplacée par une veste-vareuse plus courte.      

    Recruté chez les anciens militaires, il touche de 1100 à 1500 francs par

     Le facteur rural

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La tenue avec la blouse n’a pas changé. Seul le képi a remplacé la casquette. En 1890, le facteur rural touchera la même tunique que le facteur de ville, mais en été il conservera la blouse plus pratique (et ce jusqu’en 1910)

    Le facteur est payé au kilomètre parcouru (30 par jour environ). Ce n’est qu’en 1898 qu’il touchera un salaire de 650 à 1100 francs annuel suivant son ancienneté. L’indemnité de chaussures se monte à 50 francs par an.

    Les facteurs travaillent tous les jours et il faudra attendre 1906 pour connaître les joies d’un repos dominical.

     1893 : Le vélo du facteur

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1893, devant le développement que prend le vélocipède, l’Administration des Postes, d’abord méfiante, se ravise et en encourage l’emploi. Mais peu de facteurs ruraux ont les moyens de se payer le vélo poste de la maison Foucher, pesant 17 kilos sans accessoires et valant 260 francs (plus du tiers du salaire annuel d’un débutant).

    Toutefois, il n’est pas douteux que de nombreux facteurs utiliseraient le vélo s’ils en avaient les moyens.

    Aussi, en 1902, une indemnité de 15 francs par mois est accordée aux facteurs dont la tournée dépasse 32 kilomètres. Encore faut-il « qu’ils possèdent une machine en bon état, qu’ils savent s’en servir et qu’ils soient en état de circuler dans les rues sans danger à une vitesse convenable ». En 1904, une circulaire rappelle que les vélocipèdes doivent être minis d’un avertisseur, d’une lanterne et d’une chaîne au repos (il y a de nombreux vols).

    En 1907, la manufacture des armes et cycles de Saint-Etienne propose un hirondelle-facteur n°1, sans frein, ni garde boue, ni roue libre pour 130 francs. Le modèle n°3 équipé de meilleurs pneus coûte 160 francs. Un avertisseur 1,10 F et une lanterne 3,50 F.

     Vélo et chapeau de paille

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Au début du siècle, de plus en plus de facteurs ruraux utilisent la bicyclette. Depuis 1895, ils font leurs tournées estivales coiffés d’un canotier (à leurs frais). Suite à la canicule de 1900, l’administration fournit un ruban noir avec l’inscription Postes.

    Le vélo est alors considéré comme un véritable instrument de travail et il est prévu de généraliser les tournées cyclistes mais la guerre de 1914 va faire marquer le pas à cette innovation.

     Facteurs régionaux

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    D’autres facteurs ont des tournées plus originales. Avec des échasses dans les Landes, en voiture à chien dans le Loiret et à skis dans les Alpes.

      Le facteur en 14/18

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le 4 août 1914, la guerre est déclarée avec l’Allemagne. Tous les hommes en âge de porter les armes sont mobilisés, les facteurs comme les autres. Cela entraîne une désorganisation du service postal

          En 1915, faute de personnel, des facteurs invalides de guerre réformés pour surdité, perte d’un œil voir d’un membre, furent réembauchés non sans une certaine réticence.

     Les factrices en 14/18

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le conflit se prolongeant, en septembre 1915, l’Administration des Postes décide de faire appel à des femmes. Les factrices accomplirent leur service pourtant très dur, surtout à la campagne, avec beaucoup de sérieux et de zèle. Pourtant, à la fin de la guerre, la féminisation de la distribution va se résorber et disparaître, le métier de facteur étant alors considéré comme un métier d’homme. (ce qui n’est vraiment plus le cas aujourd’hui ou les factrices sont nettement majoritaires)

     Distribution de lettres aux poilus

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Sur le front, le courrier est acheminé par le service du Trésor et Postes au travers des 154 secteurs postaux et distribué aux poilus par des vaguemestres.

     Colis, lettres et cartes postales

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Pendant les 5 années de la Grande Guerre, ce sont des millions de colis, lettres et cartes postales qui vont circuler. C’est la grande époque de la carte postale et des échanges écrits avec l’épouse, la marraine.

    Avec le cuistot le facteur est vraiment l’ami du poilu.

     Bonheur et douleur

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Quelques exemples de lettres et cartes de l’époque avec ici une lettre ouverte pour la censure (le poilu ne pouvait pas tout dire des horreurs du front)

    Le facteur apporte avec la lettre du bonheur mais, hélas, souvent du malheur, annonçant une mort.

    Et les facteurs eux aussi ont payé de leur vie. 1500 sont morts au champ d’honneur.

     L’entre-deux guerres – en ville

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    A l’issue de la guerre, la France connaît un profond désarroi financier. Le trafic postal a augmenté de 75% mais la paye des facteurs et le recrutement ne suit pas. Le nombre des facteurs ne s’accroit que de 11%.

    Paris connaît pourtant 6 distributions quotidiennes (4 dans les grandes villes) 1 aujourd’hui.

    Quittons quelques instants les facteurs pour voir pourquoi le trafic postal a augmenté. En quelques mots, car ces sujets pourraient faire l’objet d’autres conférences.

     Les ambulants

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le trafic postal a augmenté, notamment grâce au chemin de fer et le service postal des ambulants. Un service créé en 1843 et qui n’a connu de bonnes conditions de confort de travail et de sécurité qu’à partir de 1924, et qui permet le tri et l’acheminement des lettres et des paquets-postes.

     La poste aérienne

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le trafic a augmenté avec la poste aérienne. La première liaison aérienne fut créée en 1918 entre Paris et Saint-Nazaire pour le courrier à destination de l’armée américaine. Puis les lignes Latécoère de 1919 à 1927 et l’Aéropostale de 1927 à 1933 transportèrent du courrier en Afrique et en Amérique du Sud avec des pilotes légendaires : Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet. Le réseau intérieur est ouvert par Didier Daurat en 1935 avec Air Bleu qui deviendra Air France en 1939 avec la postale de nuit.

      CNE, mandats, télégrammes, Presse

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le trafic a augmenté avec les services financiers. Si l’argent versé ou retiré sur le livret de Caisse Nationale d’Epargne, créé en 1881, les bons du trésor en 1914 et le chèque postal en 1918, ne peut l’être qu’au guichet du bureau de postes, le facteur transporte de l’argent pour les mandats-lettres créés en 1911.

    Concernant le télégraphe, les grands bureaux disposent de jeunes facteurs télégraphistes (les télégrammes) ou facteurs tubistes (les pneus). Cette affiche qui présente un jeune télégraphiste plus rapide que le vieux facteur vante surtout les cycles Gladiator qui pourtant n’ont jamais été attribué par l’Administration à ces jeunes gens. En grande banlieue des facteurs-tubistes ont été équipé de motocyclettes Peugeot en 1945.

    Quant à la presse, de plus en plus de gens sont abonnés à un journal aussi bien à la campagne qu’en ville…

      Facteurs très chargés

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Ce qui remplit les sacoches des facteurs comme le montre ces photos de   Robert Doisneau.

     La poste automobile rurale

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En zone rurale, le facteur se déplace toujours en vélo. Des voitures amènent le courrier dans les villes, mais de nombreux villages situés en dehors des grandes voies de communication demeurent sans liaison régulière et reçoivent tardivement le courrier. En 1926, des services de poste automobile rurale, amenant dépêches et colis postaux, mais aussi pouvant transporter des voyageurs, desservent des villages de Corrèze, Lot et Jura. En 1939, 4500 communes sont ainsi desservies, mais la guerre et l’Occupation auront raison du système.

     Grève

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Des sacs surchargés, des salaires insuffisants, une situation économique catastrophique. Les grèves de postiers se succèdent en 1929, 1930, 1932.

    Retenue de salaire, suppression d’emplois, délais d’avancement allongés : 1935 une année difficile. Le Front Populaire en 1936 permit un espoir et une accalmie, mais les grèves reprirent, moins importantes, en 1938.

     Guerre de 39/45

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le 1er septembre 1939, c’est la mobilisation pour les facteurs qui sont remplacés au fil des mois par 20000 auxiliaires, en majorité des femmes. On ajourna les retraités et on rappela les retraités récents.

    L’exode de 1940 et l’occupation partielle du territoire vont créer perturbations, pénuries et obligations. 18000 facteurs sont envoyés en Allemagne comme prisonniers de guerre ou au titre du STO. Ceux qui ont retrouvé leur poste après l’exode sont sous contrôle de la Deutsche Reichspost et n’ont plus de pneus pour les bicyclettes, plus de caoutchouc et de cuir pour les chaussures, plus d’essence pour les rares véhicules.

    Le facteur se voit confier la mission de distribuer moyennant 5f le portrait du maréchal Pétain dans les foyers.

     Correspondances et zone libre

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La division de la France en deux zones séparées par la ligne de démarcation ne facilite pas le transit du courrier qui fait l’objet d’une surveillance draconienne aussi bien de la part des Allemands que de l’administration de Vichy. Des cartes spéciales au timbre imprimé sont diffusées. Des agents mandatés par les préfets ouvrent au hasard les correspondances pour exploiter tous renseignements écrits et en arrêter les auteurs. Postiers et usagers doivent se conformer à quantité, de prescriptions, d’avertissements, d’interdictions.

    Et l’almanach change de tête en 1945.

     Résistance et déportation

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    La Résistance s’organise. Un facteur sur dix travaille pour la Résistance, ouvrant le courrier destiné aux Allemands, détournant ou perdant des lettres de dénonciation ou d’envoi au STO, servant de relais ou renseignant les maquis et participant à des sabotages. Ces actions couteront la vie à 335 agents fusillés et à 385 morts en déportation. A cela il faut rajouter 1200 agents tués au combat ou sous les bombardements.

    L’administration des Postes publiera une cinquantaine de timbres commémoratifs rappelant ces faits douloureux et les héros de la Résistance.    

    Les années 50

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Après la guerre, le trafic reprit une marche ascendante. 30% antre 1950 et 1957. 20000 facteurs assurent des tournées urbaines et 35000 des tournées rurales. Parmi ceux-ci on trouve des receveurs-distributeurs qui assurent le guichet d’un petit bureau et la tournée locale.

    Pour être facteur, il faut être français, avoir entre 20 et 30 ans, être de bonne moralité, reconnu apte physiquement et être reçu à un examen comprenant une dictée, une rédaction, 2 problèmes d’arithmétique et 2 questions de géographie sur la France.

    Le facteur travaille 8 heures par jour pendant 6 jours, a droit à 30 jours consécutifs de repos, peut se syndiqué et bénéficie d’une meilleure couverture sociale.

    En 1952, le facteur touche un nouvel uniforme avec une vareuse à col ouvert et un képi rigide avec un p gothique remplaçant la cocarde tricolore. En 1955 ce p sera remplacé par le sigle PTT.

     1952 : la Deudeuche

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    A partir de 1952, l’automobile qui avait déjà été employée pour certains travaux en milieu urbain, va être utilisée pour la distribution rurale. Le facteur doit passer ses permis de conduire, civil et administratif. La 2CV Citroën va s’avérer la voiture idéale pour toutes sortes de terrains. Certaines voitures seront même équipées d’un porte-bicyclette qui permettait au facteur de terminer sa tournée en vélo sur des chemins non carrossables voir d’emmener un collègue, facteur en vélo.

     1957 : Le facteur devient préposé

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le 21 décembre 1957, l’Administration décide d’une véritable révolution dans les mœurs postales. Le facteur s’appelle désormais préposé.

    Mais si le terme disparaît des textes officiels, il ne disparaitra jamais du vocabulaire populaire. Le facteur sera toujours le facteur.

     Flèche et casquette

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1960, la Poste se dote d’un logo, la flèche postale et en 1965, le préposé change de tenue, vareuse et casquette porte cette flèche.

    la R4

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    En 1965, un millier de R4, la non moins célèbre 4L, sont en service. Avec les 2CV, ce sont près de 18000 tournées qui sont équipées de fourgonnettes en 1971. ET même dans les Dom-Tom, ici en Martinique.

     Le code postal

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Depuis 1964, la Poste fait des recherches et des essais pour faciliter le tri par machines et la distribution des lettres. Mais ce n’est qu’en mai 1972 que sera officialisé le code postal à 5 chiffres (les 2 premiers pour le département et les 3 autres pour le bureau distributeur)

    D’autre part, pour faire face à la concurrence bancaire, une complémentarité s’exerce entre les CCP et la CNE pour les encaissements et les paiements et le facteur, pardon le préposé, est de plus en plus sollicité.

     Scènes de tournées

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Dans un monde qui se modernise, le facteur est toujours le meilleur lien avec le public, comme le montre ses photos tirées d’un bel album en noir et blanc dur les postiers. Chez les commerçants, à la campagne – attention aux chiens, les ennemis du facteur. Et le facteur qui se féminise. De plus en plus de femmes et également de postiers venant des Dom-Tom et qui n’ont pratiquement aucune chance de retourner dans leurs iles par fiches de vœux.

     Tournées insolites

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Et toujours quelques tournées insolites. Avec un âne en Corse, à skis en montagne ou en barque dans le marais poitevin.

     1991 : la Poste change de statut

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Et avec les années qui passent, la Poste évolue. Ses domaines d’activité ont particulièrement augmenté tant en qualité qu’en diversité.

    En 1991, du statut d’administration, la Poste devient exploitant autonome du service public. Elle présente trois grands secteurs d’activité. Le courrier et l’activité colis et logistique sont séparés, ayant chacun des centres de tri spécialisés mais des moyens de transport communs, Tgv postal et avion Europost.

     2005 : la Banque Postale

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Troisième secteur, les services financiers appuyés sur un réseau de 17000 points de vente.

    En 2005, la Poste devient Banque Postale et offre dans ses trois secteurs des prestations et des services bien distincts à ses trois types de clientèle : le grand public, les entreprises et les grands comptes.

     Le facteur est toujours le facteur

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Trois types de clientèle, toujours servis par le facteur, à pied, à bicyclette, en voiture, même électrique dans certaines grandes villes. Un facteur qui a rajeuni son uniforme, à la mode américaine et pas toujours porté. Un facteur qui ne passe plus de concours, les fonctionnaires retraités étant remplacés par des contractuels.

     ou… factrice

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Un facteur qui est de plus en plus une factrice. Avec le monde moderne qui va si vite, avec le téléphone, internet, le smartphone, il y a moins d’écrit donc moins de courrier. Il y a aussi moins de bureaux de postes et les tournées de facteur s’allongent. Le métier de facteur va malheureusement connaître une régression. Et pourtant, aujourd’hui, c’est toujours avec autant d’impatience et de plaisir qu’on attend son facteur…

    Et qu’on va le voir…

     Visiteurs et ch’tis

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Au cinéma. Qui n’a pas vu la célèbre scène de la 4L massacrée dans les Visiteurs ou la tournée arrosée dans Bienvenue chez les Ch’tis.

     Michel Simon et Fernandel

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Le rôle de facteur a été interprété par les plus grands comédiens.

    Michel Simon dans l’impossible monsieur Pipelet (1955) et Fernandel dans l’héritier des Mondésir en 1939.

     Lefebvre et Préboist

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Facteurs également Jean Lefebvre dans Jour de Gloire (1976) et Paul Préboist dans le facteur de Saint Tropez (1985) ; Loin d’être des chefs d’oeuvre...

     Aznavour et Andréi

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Beaucoup plus intéressant Charles Aznavour dans le facteur s’en va en guerre (1966) et Frédéric Andréi Dans Diva (1981)

     Trénet et Zavatta

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Charles Trénet sera un facteur dans Adieu Léonard (1943) et Zavatta dans la Jument Verte (1959) aux cotés de Bourvil.

      Chansons

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Bourvil et Charles Trénet que l’on retrouve avec d’autres interprètes dans des chansons à la gloire des facteurs.

    Et je terminerai ma conférence avec les deux facteurs les plus célèbres

    Jacques Tati dans Jour de fête

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    L’acteur-réalisateur Jacques Tati a tourné en 1947 dans le village de Saint- Sévère-sur-Indre cette mémorable tournée de facteur qui deviendra un des chefs d’œuvre du cinéma comique. Le film fut tourné en couleur et en noir et blanc. Il sortira en Net B en 1949. La version couleur ne sera présentée qu’en 1995 grâce à la fille de Tati, Sophie Tatischeff.

     Le facteur Cheval

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    C’est un vrai facteur, Ferdinand Cheval (1836-1924), facteur à Hauterives dans la Drôme qui, de 1879 à 1912, au cours de sa rude tournée de 32 kilomètres journaliers, va ramener des pierres pour construire dans son jardin

     Le Palais Idéal

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Son Palais idéal, qu’il appelait le Panthéon d’un héros obscur. Un palais de 26 mètres de long et 12 mètres de haut. Un hymne à la nature avec un mélange de styles architecturaux puisés dans la bible et la mythologie. Un chef d’œuvre de l’art naïf.

    Le facteur Cheval, n’ayant pas l’autorisation d’être enterré dans son palais, consacrera encore 8 ans de sa vie, de 1914 à 1922, à construire sa tombe dans le cimetière d’Hauterives.

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    Et Jenry Camus termina malicieusement sa conférence :

     Je vous remercie et j’espère vous retrouver l’année prochaine car le facteur sonne toujours deux fois...

    "Du messager au facteur, une histoire à prendre à la lettre", une conférence de Jenry Camus

    De très nombreux applaudissements saluèrent les nombreuses recherches, tant historiques qu'iconographiques, qui illustrèrent cette conférence en tous points remarquable.

    Et merci encore à Jenry Camus d'avoir eu la générosité de nous en faire profiter intégralement ici.


  • Commentaires

    3
    Millet simone
    Dimanche 29 Janvier à 12:37

    votre conférence-reportage est prodigieuse- je vais envoyé quelques

    une de ces belles photos qui retracent l'histoire de la poste depuis la

    nuit des temps ...à des postiers qui vivent loin très loin en Afrique...et

    qui seront sans doute très heureux de découvrir notre Poste française

    merci cher Monsieur CAMUS, la poste peut être fière de vous !

    à paris, ce 29 janvier 2017

     

    2
    Nadine 2152
    Lundi 13 Avril 2015 à 20:08

    Bravo à vous, Monsieur Camus, tout y est le texte et les illustrations.

    Bravo à vous Madame Christaldesaintmarc, de nous transmettre l'intégralité de cette conférence.

    Quelle équipe de choix, merci à vous deux

    Cordialement

    1
    mages
    Lundi 13 Avril 2015 à 10:40

     formidable conférence..... merci et , donc à la prochaine tournée , merci 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :