•  Voici un des nombreux "miracles" que peut nous réserver Internet !

    Günter Wiesendahl, historien allemand, habitant de la ville de Hamm en Westphalie, est tombé un jour sur un article du blog relatant "la surprise de Châtillon", c'est à dire l'attaque des Prussiens par les Francs-Tireurs de Riccioti Garibaldi à Châtillon sur Seine, en 1870.

    Aussitôt il m'a écrit pour me signaler que les soldats Prussiens qui ont subi cette attaque  à Châtillon sur Seine, étaient originaires de sa ville , Hamm, et qu'il possédait des documents sur le sujet.

    Une correspondance très active a suivi, à laquelle se sont joints Dominique Masson et Jean-Paul Blanchard, et ainsi beaucoup d'articles ont pu être publiés sur ce blog :

     http://www.christaldesaintmarc.com/la-surprise-de-chatillon-du-19-novembre-1870-vue-du-cote-prussien-s-in-a204230112

    http://www.christaldesaintmarc.com/des-soldats-francais-tombes-pendant-la-guerre-de-1870-sont-enterres-en-a204227362

    http://www.christaldesaintmarc.com/les-notules-d-histoire-de-dominique-masson-c28667612

    http://www.christaldesaintmarc.com/jean-paul-blanchard-apporte-des-renseignements-importants-sur-la-guerr-a206438398

     Aujourd'hui, Günter Wiesendahl nous dévoile un fait STUPÉFIANT :

    la ville de Hamm fut, il y a 225 ans, la capitale de la France en exil  !

    Il y a exactement 225 ans, des aristocrates français qui avaient fui les révolutionnaires ont trouvé asile à Hamm.

    Parmi eux, les deux frères du roi Louis XVI, Louis, Comte de Provence  (futur Louis XVIII)

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    et Charles, Comte d'Artois (Futur Charles X).

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

     Après l'exécution du roi, son frère cadet Louis, Comte de Provence, se nomma souverain de la France le 28 janvier 1793 et y établit un gouvernement en exil.

     Hamm fut en quelque sorte la capitale de la France pendant près d'un an, aux côtés de Paris !

    L'historienne Lucia Farenholtz a retracé en détail un chapitre extraordinaire de l'histoire de la ville.

    La Révolution française de 1789 a entraîné un bouleversement total des conditions politiques, sociales et religieuses dans toute l'Europe.

    Les pays environnants ont été entraînés dans le conflit intérieur-français alors que de plus en plus d'aristocrates et de clergés ont fui vers les pays voisins.

    En 1791/92, une importante colonie de réfugiés français s'était formée à Coblence.

    Ils résidaient dans le Nassauer Hof

    Lorsque les troupes des Autrichiens et des Prussiens, alliés contre l'armée révolutionnaire, ont dû battre en retraite de l'autre côté du Rhin, la situation à Coblence n'était plus sûre.

    De nombreux prêtres et religieux ont fui vers les principaux diocèses de Münster et Paderborn.

    Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II, permit aux nobles réfugiés de s'installer temporairement à Hamm.

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    Ainsi, le 7 décembre 1792, les frères du roi de France Louis XVI, Louis, Comte de de Provence et Charles, Comte d’Artois, vinrent dans la ville.

    Voici l'arrivée des princes, et de leur suite dans la ville de Hamm :

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    Avec eux sont venus non seulement leurs familles, mais aussi environ 200 domestiques et une

    « cour de 55 personnes, dont certains nobles, notables, avec beaucoup de chevaux et de chariots »

    comme le rapporte le maire Johann Anton Arnold Möller.

    Les frères aristocratiques, leurs familles et les serviteurs les plus proches étaient logés dans le "Nassauer Hof", le reste des Français devait chercher ailleurs dans la ville.

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    (Sur ce plan, le numéro 1 correspond au lieu, le Nassauer Hof, où logèrent les aristocrates français)

    Hamm à cette époque avait une population d'environ 3000 personnes, on peut imaginer que les conditions de vie étaient assez exiguës et ne répondaient certainement pas aux standards habituels de l'aristocratie française.

    Pour la population locale, le contact soudain avec ces exilés exotiques ne fut pas facile: majoritairement calviniste, la population de la ville fut frappée par le style de vie luxueux des Français catholiques.

    Bien que ceux-ci aient apporté beaucoup d'argent dans la ville par le biais des revenus locatifs et de la consommation, cela a à son tour rendit la nourriture si chère que les citoyens se plaignirent au maire:

    Le maire Juckenack est allé voir le magistrat et s'est plaint que le séjour des princes était très cher .

    « Un pot de lait ne coûte généralement que 2 Stüber, mais maintenant il en coûte 8.»

    On craignait également que ces exilés éminents ne conduisent à des attaques de révolutionnaires.

    Cette crainte explique un pamphlet anonyme qui a été suspendu une nuit :

    « Si les Français qui restent ici ne font pas leurs bagages dans les 24 heures, les citoyens les expulseront de force et livreront le comte d'Artois à la Convention nationale, vivant ou mort , avec lui ce canal reçoit sa récompense bien méritée et nous sommes protégés contre les dangers qui nous menacent.

    S'il en venait à cela, tous les Français qui sont ici et que nous connaissons sur la liste ne peuvent que s'en préoccuper.»

    Mais cette extradition n'a jamais eu lieu et le greffier n'a pas été dénoncé.

    Le roi de Prusse n'a pas cédé aux inquiétudes également exprimées par le magistrat.

    Les Français devraient plutôt rester à Hamm, car la garnison disponible ici pouvait mieux les protéger et les contrôler.

    Sur un autre point, cependant, le roi de Prusse céda aux préoccupations de la population locale: il interdit aux prêtres catholiques qui avaient également fui et qui avaient voyagé avec les princes des sermons publics dans l'église de Sainte-Agnès.

     Louis XVI, le 21 janvier 1793, ayant été exécuté à Paris, son frère Louis se déclara régent de France au nom de son neveu mineur.

    Cette "déclaration du marteau", la "Déclaration du Régent de France", existe toujours au Louvre aujourd'hui.

    Elle proclame un véritable gouvernement en exil: Louis de Provence devient régent, Charles d'Artois lieutenant général de France.

    La déclaration était adressée à tous les Français et appelait à la libération de la reine Marie-Antoinette emprisonnée et de son fils, l'héritier du trône, Louis.

    En outre, la restauration des conditions d'avant la révolution fut proclamée: entre autres, la réintroduction de la monarchie, la restauration des anciennes structures administratives et la restauration des anciens droits fonciers et possessions de la noblesse et du clergé.

    L'Église catholique devait être rétablie en tant que religion d'État.

    Bien que cette déclaration ait été envoyée en France et devait y être publiée, elle n'a été prise au sérieux ni par le gouvernement révolutionnaire ni par les dirigeants des pays voisins, et le gouvernement en exil n'a pas été reconnu..

    La reine Marie-Antoinette fut exécutée le 16 octobre 1793, son fils Louis XVII, mourut en prison en 1795.

    A cette époque, les deux princes n'étaient plus à Hamm.

    Louis avait déjà quitté la ville en décembre 1793 pour l'Italie, son frère Charles resta à Hamm jusqu'à la mi-1794.

    Karl Freiherr vom Stein, qui fut président de la Märkische War and Domain Chamber de 1793 à 1804, décrit les deux princes, avec lesquels il a probablement eu des contacts sociaux, dans une lettre datée du 3 octobre 1793 à Caroline von Berg, Lady -en attente et confidente de la reine Luise de Prusse:

    "Louis de Provence est un homme de bonne humeur, sensé et éduqué par des expériences qui ne sont pas restées inutilisées, ses jugements sont tout à fait appropriés.

    Le comte d'Artois a plus de vivacité, mais aussi un feu sauvage de plus, dans son apparence encore beaucoup de français venteux, d'ailleurs timide de [= intelligent], drôle et, je crois capable de beaucoup de détermination.

    Dans l'ensemble leur comportement est calme, dans leurs paroles sur les affaires de l'époque, ils sont prudents, ici et puis bien sûr ils montrent du mécontentement, ils disent qu'ils sont négligés, que la grande cause de l'ordre social est poursuivie avec froideur et inconséquence."

    Et bien que les princes aient dû ressentir le mécontentement de la population, en 1794, le comte d'Artois remercia poliment la Chambre de la guerre et du domaine pour l'agréable séjour à Hamm:

    «Je suis très réticent à quitter une ville où j'ai tant de preuves de affection

    Je vous demande, messieurs, de faire connaître mes sentiments aux habitants de Hamm [...]

    Je ne sais pas si le ciel me ramènera dans cette ville, mais vous croyez, messieurs, à moi. rien ne pourra vous priver de ma mémoire, d'autant plus qu'il éteindra mes sentiments de respect et d'affection, avec lesquels je vous resterai dévoué tant que je vivrai.»

    Les deux frères devinrent en fait rois de France après l'époque napoléonienne:

    Louis comme Louis XVIII, régna de 1814 à 1824.

    Après sa mort, son frère, Charles X, fut son successeur jusqu'à ce qu'il soit déposé par la révolution de juillet en 1830.

    Malheureusement, il ne reste plus rien du logement des princes à cette époque, le "Nassauer Hof", car il fut démoli.

    Seul le nom de la rue rappelle encore cette résidence aristocratique du centre-ville de la famille von Nassau.

    Cette ferme existait probablement depuis le XIVe siècle.

    Elle appartenait au XVIIIe siècle des familles von Westhoven et von Sudhausen.

    Après que l'hôpital catholique a acquis le "Nassauer Hof" en 1853 et l'a finalement démoli après plusieurs extensions pour un nouveau bâtiment, le terme "Nassauer Hof" a été transféré au bâtiment représentatif à côté, qui appartenait probablement également à la zone de La cour aristocratique d'origine, mais avait déjà été vendue à Hofrat Kühlenthal, l'administrateur du trésor du domaine, en 1783.

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    Le baron vom Stein y séjourna aussi souvent:

    Il [ Vom Stein] séjourna, surtout en été, dans la maison de Hofrat Kühlenthal, située sur le mur sud.

    Des chambres hautes, que lui, ami de la nature, habitait , la vue sur les montagnes du sud, où le temps calme, qu'il aimait, le reposait.

    Ce bâtiment a également été démoli pour faire place à une nouvelle extension de l'hôpital en 1932.

    (Copie au moyen de la reconnaissance de caractères OCR par Günter Wiesendahl 2021)

    La ville de Hamm a tenu à conserver la mémoire de cet événement, en érigeant une stèle commémorative .

    Mémoire des princes français

    Une stèle sur l'histoire de la ville a été dévoilée à l'hôpital Saint-Marien par l'archiviste de la ville ( à gauche) Elke Knopp, le président du district Peter Raszka, le maire Monika Simshauser et la présidente de l'association d'histoire Elisabeth Morscheck.

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    La stèle commémore les deux frères du roi de France Louis XVI, Louis Comte de Provence et Charles Comte de Artois, arrivés à Hamm en 1792 - il y a 225 ans.

    Le roi de Prusse avait donné aux émigrants la ville de Hamm comme refuge.

    Outre l'histoire des émigrants français, la stèle renseigne également sur le "Nassauer Hof", qui servait de quartier aux princes et à leur entourage.

    Ici, après la mort de Louis XVI le 28 janvier 1793, fut rédigée la «Déclaration du marteau», dans laquelle Louis de Provence défendit son neveu mineur Louis XVII. déclaré régent de France.

    Le contact soudain avec les nobles français ne fut pas sans difficultés pour la population locale.

    À la fin du XVIIIe siècle, Hamm comptait environ 3000 habitants et 250 personnes venaient dans la ville avec les princes et leur entourage.

    Les conditions de vie étaient exiguës.

    (Copie à l'aide de la reconnaissance de caractères OCR par Günter Wiesendahl en 2021)

    La ville de Hamm, en Westphalie, fut, il y a 225 ans, la capitale de la France !

    Quelques renseignements sur la ville de Hamm :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hamm



    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique