• Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées aux portes de Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga m'envoie de très belles photos de grues cendrées qu'il a pu approcher en avril 2013, avec un texte explicatif très complet.

    Merci à lui...

    (Photos cliquables pour mieux les apprécier !)

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    De par leur taille (hauteur 1,00m/1,20m-envergure 2,00m/2,20m) les grues cendrées font partie des plus grands oiseaux vivant en Europe. Celles qui, deux fois par an, traversent la France dans le couloir de migration occidental, vivent essentiellement en Scandinavie, où se trouvent leurs aires de nidification. A l’automne, afin d’échapper aux rigueurs de l’hiver scandinave, elles se regroupent avant d’entamer par bandes de plusieurs dizaines d’individus une longue migration qui mènera une bonne partie d’entre elles, principalement au sud de la péninsule ibérique, et dans une moindre mesure en Afrique du Nord.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Orientée N-E/S-O, cette longue migration est entrecoupée de plusieurs haltes, dont l’une des plus importantes est celle du Der, le plus grand lac artificiel d’Europe, distant d’une centaine de kilomètres de Châtillon sur Seine.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Large de quelques 200 km, le couloir de migration s’est, semble-t-il nettement rétréci, suite à la mise en eau en 1974 de ce lac de 4800 hectares, destiné à réguler les crues de la Marne. Depuis cette date, le Der est devenu un point de passage incontournable pour près de 80 000 grues, qui y trouvent la tranquillité et la nourriture nécessaire pour récupérer de leur fatigue, avant de continuer leur longue migration vers le sud.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Après s’être nourries dans la campagne environnante, principalement sur les chaumes de maïs qu’elles apprécient énormément, les grues regagnent, en fin d’après-midi, le Der qui, à ce moment de l’année est au plus bas, et où les îlots apparents, leur offrent des zones dortoir de toute tranquillité, s’ajoutant aux zones de quiétude totalement interdites à la fréquentation humaine et conçues dans le but d’assurer leur protection.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Si une certaine quantité de grues reste sédentaire sur le lac, lorsque les conditions hivernales s’accentuent, la majeure partie d’entre elles reprennent leur migration en direction des Landes de Gascogne, avant de rejoindre leur dernière étape, le sud de l’Espagne et, pour une petite partie, le Maroc.

    Il se trouve que Châtillon sur Seine se trouve précisément dans ce couloir de migration, et il est fréquent, en octobre-novembre, de voir ces immenses vols en V ou en W, accompagnés de jour comme de nuit, de cris caractéristiques et incessants : krouuu…krouuu…Une particularité anatomique de leur bréchet faisant caisse de résonance, leurs cris sont audibles à près de quatre kilomètres, ce qui fait que l’on a toutes les chances de les entendre avant de pouvoir les apercevoir.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Une fois le gros de l’hiver passé, lorsque les conditions deviennent plus clémentes, les grues reprennent en février-mars leur migration en sens inverse, afin de regagner leurs sites de nidification. Cette migration, poussée par leur besoin de se reproduire, est, semble-t-il plus rapide que celle de l’automne, et les haltes sont de plus courte durée.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Même s’il n’est pas rare dans notre région de voir quelques grues se poser momentanément afin de se reposer et prendre quelque nourriture, un fait marquant et assez exceptionnel a concerné le Châtillonnais en 2013. En effet, début avril (donc tard en saison, en raison de l’hiver interminable), un groupe de quelques cent cinquante grues y a élu domicile pendant une dizaine de jours, trouvant un parfait garde-manger dans un champ de maïs aux portes de Châtillon. Lorsque le deux avril, j’ai eu connaissance de l’endroit exact où elles venaient régulièrement se nourrir, cela faisait déjà six jours que leur présence était signalée dans les environs. Quatre jours durant, en prenant de multiples précautions, j’ai réussi, non sans mal, à les approcher et à les photographier. Le cinquième jour, alors qu’une pluie battante avait fait son retour, les grues avaient définitivement quitté notre région.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    S’arrêteront-elles à nouveau dans le Châtillonnais en 2014 ? Rien n’est moins sûr, d’autant plus que ces jours derniers de nombreux et importants groupes survolaient essentiellement la région troyenne.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

     Même si le nombre de grues peut sembler important (population européenne estimée à environ 230 000 individus) cette espèce est, à priori, considérée comme vulnérable. L’impact de la raréfaction des zones humides constituant l’essentiel de leur habitat, ainsi que l’utilisation de produits dangereux, liée aux pratiques agricoles ne sont pas sans conséquences. Depuis 1976, les grues cendrées bénéficient d’une protection totale sur le territoire français.

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

    Jean-Pierre Gurga a photographié des grues cendrées à Châtillon sur Seine...

     


  • Commentaires

    3
    J-P G.
    Mardi 2 Décembre 2014 à 00:17

    Les 22 et 23 Novembre, j'étais présent à la 18ème édition du festival de photo animalière et de nature de Montier-en-Der, évènement largement relayé par la presse écrite et télévisée, aussi bien nationale qu'étrangère.

    Ce n'est pas un hasard si ce salon de renommée internationale a pris naissance, grâce à quelques passionnés de photos animalières, au bord du lac du Der.

    Malgré la présence de 45.000 visiteurs cette année, la quantité de grues se nourrissant dans les champs  aux portes de Montier et de Giffaumont était impressionnant. Leur retour au Der en fin d'après-midi est un spectacle fabuleux dont on ne se lasse pas.

    D'après un comptage LPO Champagne-Ardennes, un record historique de fréquentation aurait été enrégistré le 11/11/2014, avec plus de 206.000 grues recensées.

    Plusieurs vidéos sont consultables sur internet en recherchant:

    grues lac du Der 2014 (vidéos). Parmi elles, celles d'Antoine Cubaixo et bien d'autres encore.  

    2
    tatada 1
    Lundi 1er Décembre 2014 à 17:02

      Magnifiques photos qui nous permettent d'admirer de près ces beaux oiseaux . Même sur place au lac du Der, nous n'avons pu les admirer que de loin et entendre leurs cris ce qui est déjà très prenant.

    1
    cinetal
    Lundi 24 Mars 2014 à 14:21

    On peut également les observer sur les lacs de la forêt d'orient qui sont encore plus proche de Chatillon. Elles y ont aussi adopté une escale.

    http://www.tourisme-champagne-ardenne.com/faune/ornithologie/les-grues-cendrees.aspx

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :