• Une "nuit de l'agro-écologie" va être organisée à Marigny au G.A.E.C.Houdan

    La nuit de l'agro-écologie se déroulera à partir de 19 heures le 22 juin 2017 à la ferme du GAEC HOUDAN  située Hameau de Marigny 21400 CHATILLON SUR SEINE

    Venez nombreux échanger et partager un moment convivial autour de l'agriculture innovante.

    De nombreux thèmes y seront abordés : agriculture de conservation, macérations et épandage de plantes...

    Que vous soyez issus du milieu agricole ou simple citoyen nous vous espérons nombreux ! 


    votre commentaire
  • Dans un article d'octobre 2011, je vous avais fait connaître  une agriculture nouvelle et intelligente, pratiquée par de jeunes agriculteurs châtillonnais," l' agriculture de conservation des sols".

    http://www.christaldesaintmarc.com/une-agriculture-preservatrice-de-l-environnement-a16783589 

    Je suis allée dernièrement voir un de ces agriculteurs soucieux de l'environnement, Dominique Lombaert, cultivateur à Sèche-Bouteille, (commune de Prusly sur Ource) qui était en train de planter des haies, en compagnie des élèves de la Maison Familiale section forestière de Buxières les Villiers (Haute Marne) et de leur moniteur Frédéric Cecconi...

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Des haies, on en a, hélas , arraché énormément dans le but de réaliser une agriculture intensive. Mais des agriculteurs qui pratiquent ,comme Dominique Lombaert et son épouse Nicole, l'agriculture de conservation des sols, et qui sont  soucieux de l'environnement, ont décidé de replanter des haies brise-vent, pourquoi ?

    Ecoutons donc Dominique :

    Les haies brise-vent sont un des paramètres de l'agriculture que nous pratiquons qui est une agriculture de conservation.

    Qu’est ce qu’une haie brise-vent ?

    C’est une haie composée d’arbres et d’arbustes qui forment un filtre afin de ralentir ou de dévier les rafales de vent.

    Elles sont placées perpendiculairement au vent dominant et si possible dans un axe nord/sud, afin d’éviter une ombre prolongée sur les cultures avoisinantes.

    Une bonne haie-brise vent doit le filtrer sans le bloquer complètement, car de sa perméabilité dépend son efficacité.

    Sa composition se décline en trois hauteurs d’arbres différents, répartis sur une même ligne, dans le but de la garnir de bas en haut.

    -les arbres de haut jet se caractérisent par un tronc sans branches sur 4 à 5 mètres de haut et un houppier (tête de l’arbre) composé de branches au –delà. Le houppier constitue la protection haute de la haie (15 à 25 mètres)

    -Les arbres conduits en cépée (taillés très courts) dès la seconde année de plantation, afin de se développer tel un taillis. Ils assurent la protection de la haie dans sa partie intermédiaire (5 à 15 mètres)

    -Les arbustes buissonnants quant à eux, assurent le filtrage de la base de la haie.

    Une haie brise-vent a une efficacité moyenne sur 15 fois sa hauteur soit pour 20 m de haut des effets bénéfiques sur 300 mètres.

    Nous venons donc de concrétiser ce projet sur notre ferme de Sèche-Bouteille dans notre grande parcelle de la Colombière de 40 hectatres, en la divisant en deux en son centre. Cette haie s’étend sur 450 m de longueur, composée de 2 lignes d’arbres distants d’un mètre, pour un total de 900 plants.

    Cette réalisation n’a pu être possible qu’avec l’assentiment de la  propriétaire de cette terre qui a spontanément accepté de financer les plants, cette propriétaire étant dans le même état d’esprit que nous sur le type d’agriculture que nous pratiquons actuellement, ce dont nous la remercions vivement.

     Les élèves de la Maison Familiale section forestière de Buxières les Villers (52) encadrés par leur moniteur Frédéric Cecconi, ont réalisé un travail remarquable dans un laps de temps très court.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Toujours par souci de biodiversité, Frédéric a choisi judicieusement dix espèces différentes en fonction du type de sol.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

     Cette haie est donc composée des espèces suivantes :

     Strate haute :

     Charme commun, érable champêtre, érable sycomore, tilleul à grandes feuilles

     Strate intermédiaire :

     Pommier sauvage, prunelier, noisetier commun

     strate basse :

     Cornouiller sanguin, églantier, fusain d’Europe

     Les plants ont été fournis par les pépinières Naudet de Leuglay, qui nous ont prêté gracieusement une machine servant à dérouler une bâche préalablement à la plantation.

     Le rôle de cette dernière étant d’éviter les mauvaises herbes les premières années ce qui pourrait nuire au développement des jeunes plants.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

     La plantation s’est effectuée manuellement avec des pioches plant par plant. Un élève découpe au cutter la bâche à l’endroit du plant, tandis qu’un second pioche, met en terre l’arbuste et tasse autour avec ses pieds.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Nous avons aussi  ajouté en bout de haie, un arbre fruitier variété ancienne pour apporter encore et toujours de la biodiversité.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Ont été également mis en place sur tout le linéaire de cette plantation des perchoirs à rapaces qui se nourrissent des souris dans nos parcelles.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Une haie brise-vent nous semble aujourd’hui un élément déterminant dans le paysage agricole et environnemental.

    Son rôle est essentiel en agriculture :

    -Elle protège les cultures des vents dominants, du froid et du soleil (en évitant leur dessèchement) , les préserve de la verse, participe à la lutte l’érosion et aux piégeages des nitrates dans le but de préserver nos eaux souterraines.

    -Elle contribue également au développement du petit gibier (corridor cynergétique) et maintient l’équilibre entre les espèces animales.

    -Elle abrite aussi une multitude d’insectes utiles (carabes, coccinelles) et constitue des sites de pontes, d’hivernage et de ressources alimentaires pour toutes les espèces qu’elle abrite.

    Quant à l’emprise de cette plantation sur de la surface agricole, cette perte théorique de terrain est largement compensée à terme par les bénéfices de la haie pour l’agriculteur.

    A l’heure où l’on parle de pollution, de dérèglement climatique (dont nous sommes pour partie responsables) de séquestration du carbone limitant les gaz à effet de serre, planter des haies devient par-dessus tout un acte citoyen responsable.

    L’écologie et l’agronomie ne sont pas en opposition en agriculture à partir du moment où l’on intègre une approche agronomique globale saine et pleine de bon sens.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Nous avons en main la gestion de grands enjeux environnementaux, à nous de relever ces défis car si les crises économiques peuvent être cycliques et permettent d’apprendre, le changement climatique, lui, ne nous offrira pas une seconde chance.

    C’est par forte conviction que nous nous inscrivons dans cette démarche globale avec pour souci permanent de limiter notre impact sur l’environnement par des pratiques plus respectueuses.

    Plantation de haies brise-vent chez Dominique Lombaert à Sèche-Bouteille

    Voici une partie de la haie plantée, d'autres arbustes prendront place de l'autre côté de la bâche, en quinconce.

    J'ai vraiment été intéressée par cette nouvelle façon de cultiver la terre, cette agriculture de conservation se situe entre l'agriculture intensive et la culture bio, très près du bio d'ailleurs.

    En effet, outre la couverture des sols qui permet d'enrichir naturellement la terre, on utilise des produits  naturels, par exemple des extraits de plantes  comme des purins d'orties, de prêles, de fougères etc....

    Je dis bravo à Nicole et Dominique Lombaert, tous les deux passionnés par leur métier, pour cette façon de pratiquer cette nouvelle et prometteuse agriculture plus respectueuse de l'environnement....

    (Des commentaires sur le thème de l'article seront les bienvenus, ils me montreront que ce blog vous intéresse et ils me donneront envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    6 commentaires
  •  Dominique Lombaert, agriculteur, nous a invités dernièrement dans son exploitation de "Sèche-Bouteille"( commune de Prusly sur Ource), à prendre connaissance de ce qu'est  l'agriculture préservatrice de l'environnement, ce que l'on appelle "l'agriculture de conservation". Les semis directs et les couverts végétaux sont les principes de cette agriculture.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Philippe Hervieu, vice-Président du Conseil Régional de Bourgogne était venu à cette présentation de l'agriculture de préservation, visite organisée d'ailleurs en collaboration avec le groupe local d'Europe-Ecologie-Les Verts.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    C'est Philippe Houdan , lui aussi agriculteur, mais à Marigny (commune de Châtillon sur Seine), qui nous présenta ce qu'est cette nouvelle façon de cultiver le sol.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Pour réaliser une agriculture préservatrice de l'environnement, il faut sortir d'un "système ouvert" et rentrer dans un système dit "fermé" où le sol est protégé par une couverture quasi permanente.

    Il faut se rapprocher ainsi du biotope idéal qui caractérise la forêt, où la production à l'hectare de matière sèche est bien supérieure à celle des champs et ce, sans aucun fertilisant, aucun travail du sol..

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Le non-travail du sol et la préservation des résidus sont les principes fondamentaux de l’Agriculture de Conservation et le meilleur moyen de protéger les sols et leur activité biologique.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Le couvert, encore appelé engrais vert , ne se contente pas de courir après les nitrates, il joue le rôle de pompe biologique et recycle ainsi les minéraux déjà présents dans le sol, mais inaccessibles par les cultures.

    Pour pouvoir être protégés de l’érosion, des températures excessives et de l’évaporation, les sols ont besoin d’être couverts toute l’année et non plus seulement durant la période de culture.

    Les couverts d’interculture jouent ce rôle, protègent la surface, fournissent de la matière organique, restructurent le sol avec leurs racines.

    Ils ont également un rôle important dans la gestion du salissement et de l’eau, sans compter les possibilités de fixation de l’azote atmosphérique pour les cultures suivantes.

    Couvrir ses sols c’est accéder à davantage d’autonomie et par conséquent à moins de mécanisation, de phytochimie et d’engrais.

    (source : agriculture-de-conservation.com )

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Le semis direct et le couvert sont également bons pour l'environnement. En témoignent ces photos où l'on voit que la faune est elle aussi préservée...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Philippe Houdan nous montre ici les graines des plantes qui cohabitent parfaitement dans un couvert. Chaque plante, apporte un bienfait: par exemple les légumineuses avec leurs nodosités mycorhysées sur leurs racines, fixent l'azote de l'air et produisent des substances protéiques.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Nous sommes allés bien sûr, voir ces fameux "couverts" sur le terrain..

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Le terrain n'a pas été labouré, mais déchaumé. La déchaumeuse fait aussi office de semoir pour pratiquer ce qui s'appelle donc "le semis direct".

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Lorque l'on arrache un pied de féverolle, on remarque, sur ses racines, les nodosités mycorhysées.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    On voit ici que du blé a été semé avec des féveroles

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    On peut associer de nombreuses plantes pour faire ces couverts: colza, moutarde, vesce, sarrazin, pois, nyger etc..

    Le nyger, que l'on voit au centre, est très attractif pour les limaces et les escargots qui s'en régalent...donc plus besoin de répandre de l'anti-limaces !

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Un pied de sarrazin...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Les féveroles sont encore en fleurs...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Dominique et Philippe avaient, avant notre visite, creusé une tranchée dans le champ, pour montrer que les racines de ces plantes de couvert, ameublissent la terre, permettent à l'eau de pluie de s'infiltrer harmonieusement...

    Avec ce couvert, pas de lessivage du sol, ce dernier est restructuré.

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une vue sur le couvert...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement....

    Une vue sur le champ du voisin...herbicides, pesticides, engrais ont été, sans doute, nécessaires ...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une petite photo avant de se quitter, réalisée par Pascaline,  son reportage figurera bientôt dans notre journal local !!

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Une agriculture préservatrice de l'environnement...

    Je ne suis pas une spécialiste de l'agriculture, vous trouverez donc sur le site suivant, bien d'autres renseignements sur ce que sont les couverts et leur intérêt :

    http://www.agriculture-de-conservation.com/Couverts-vegetaux-d-une-contrainte.html

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique