• La maison de Bernard de Fontaine, aux Feuillants de Châtillon sur Seine...

    La tradition dit que les sous-sols du Pensionnat Saint Bernard sont la seule partie de ce qui reste de la maison de l'aïeul paternel de Saint Bernard.

    C'est en effet dans cette maison que naquit son père Tescelin, seigneur de Fontaine, et que ce dernier rencontra Aleth de Montbard qui allait devenir son épouse.

    Installée à Fontaine les Dijon, la famille reviendra chaque année dans cette maison de Châtillon pour accompagner le Duc de Bourgogne venant tenir cour et rendre justice à Châtillon.

    La réputation de l'école des Chanoines de Saint Vorles et la possession de cette maison incitèrent Aleth à choisir Châtillon pour la formation de Bernard.

    C'est donc ici qu'il demeura de 1098 à 1108.

    Il devait y revenir 6 ans plus tard avec 30 compagnons: frères, oncles, cousins, amis qu'il avait persuadés de se mettre au service de Dieu. Après 6 mois de réflexion et de prière, le petit groupe quittait à Pâques 1113 la maison paternelle pour aller frapper à la porte de Citeaux, abbaye fondée par Robert de Molesme pour retrouver la rigueur de la règle de Saint Benoît.

    Par héritage la maison revint à Barthélemy de Sombernon qui avait épousé une nièce de Bernard.

    La maison fut incendiée lors des affrontements qui opposèrent Louis XI et Charles le Téméraire.

    Au XVIème siècle, les ruines  passèrent entre les mains de Jehan Gaillard de Châtillon, dont je vous montrerai les armes un peu plus tard.

    Puis par lettre patente du procureur du Roi, à la demande des Gaillard, la maison fut donnée aux Bernardins, moines cisterciens pour perpétuer le souvenir de Saint Bernard .

    Sur l'arrêt du Parlement de Bourgogne qui entérine cette donation (12 février 1624) on peut lire :

    "Qu'il sera permis aux Feuillants, conformément au bon plaisir du Roi, et de Monsieur de Langres, de bâtir un couvent au lieu vulgairement appelé la maison de Saint Bernard, et non ailleurs".

    Ce couvent fut fondé en 1621 sous la conduite de Dom Malachie.

    Bien après la révolution , le couvent  qui avait servi pour une partie de carrière de pierres, fut acheté par les Ursulines pour y établir une maison d'éducation de jeunes filles.

    J'ai pu visiter ce qui reste de la maison de Saint Bernard grâce à mon amie Chantal Ganzin.

    Les pièces  ont servi longtemps de cave aux Ursulines et maintenant on y trouve hélas un peu de tout...sans parler des tuyauteries et fils électriques qui les défigurent un peu...

    La porte a été très difficile à ouvrir, mais nous sommes tout de même arrivées à rentrer ...

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

     Le couloir reliait le sous-sol à la maison d'habitation..

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

     La première salle était sans doute destinée aux domestiques, la seconde était celle de la boulangerie..

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    La troisième salle , qui fut modifiée par les Feuillants pour être la crypte de leur église, s'appelle la salle saintMalachie.

    Les armes non identifiées de la salle saint Malachie (au 1, à deux badelaires en sautoir accompagnés de quatre étoiles, au 2, au mouton passant accompagné de trois roses) ont un rapport avec les armes de la famille Gaillard (d'azur, à deux badelaires d'argent en sautoir, les poignées d'or, et les pointes en bas), on pense que ce sont les leurs.

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    Au plafond, on voit cette belle inscription sur une croix encastrée au centre de la voûte.

    La maison de Bernard de Fontaine, aux Feuillants de Châtillon sur Seine...

     Près de cette salle on peut voir le petit oratoire où Bernard venait prier.

    Une statue moderne du Saint y fut installée, je vous ai dit qu'elle avait été décapitée. Irréparable, elle a été enterrée par le père Canat, et non jetée, car elle avait été bénie.

    On ne voit plus que son socle.(voir la carte postale qui la représente au chapitre précédent du "Pensionnat Saint Bernard")

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    Dans cette pièce on voit un ancien œil de bœuf muré :

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    La tradition dit que cette porte, murée en son milieu, était l'entrée d'un souterrain menant jusqu'à Saint Vorles, par lequel serait passé saint Bernard pour aller à l'école des Chanoines.

    -Les animations au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    Avant de revenir à l'air libre, un dernier coup d'œil aux voûtes qui ont vu sans doute passer le jeune Bernard de Fontaine, celui qui allait plus tard devenir le grand saint Bernard de Clairvaux , il y a plus de 900 ans, c'est très émouvant...


  • Commentaires

    9
    ninette21
    Lundi 21 Mars 2011 à 00:51

    moi non plus je ne connaissais pas cette histoire .on dit que on peut apprendre à tout âge,c'est vrai.

    Merci Christiane

    8
    David Loiselet
    Samedi 19 Mars 2011 à 23:08

    Bonjour,

    Cet article a le mérite de faire connaître un endroit méconnu des Châtillonnais et c'est vraiment très bien. Moi même ayant passé une partie de ma scolarité à l'école saint Bernard je ne connaissais pas cet endroit.

    Néanmoins il me semble qu'il faille faire preuve de beaucoup plus de prudence en ce qui concerne l'origine de cet édifice.

    "Ce couvent fut fondé en 1621 (...) là où, d'après la tradition subsisteraient les ruines d'une maison que saint Bernard, adolescent, aurait habitée." (site Internet du Patrimoine de France)

    Les origines de ce couvent reste donc avant tout "légendaires". Aucunes fouilles archéologiques sérieuses n'ayant été menées sur ce site, nous ne pouvons affirmer quoi que ce soit en ce qui concerne le fait que cet ancien couvent fut construit sur les restes de la maison de saint Bernard. Les parties identifiées datent du XVIIe et du XIXe s. (site Internet du Patrimoine de France), nous sommes bien loin du XIe et XIIe s. époque à laquelle saint Bernard est venu étudier à Châtillon.

    Il en est de même à propos des souterrains et du souterrain qui aurait relié la maison de saint Bernard à St-Vorles. Premièrement les souterrains sont des constructions extrêment rares et sont bien souvent confondus avec d'anciennes caves, d'anciens égoûts, d'anciennes pièces... Ensuite en quoi un souterrain reliant la maison de Bernard au collège des chanoines aurait eu une quelconque utilité ? Là est la question essentielle.

    Je vous renverrai au petit livre de Jacques Berlioz sur saint Bernard à Châtillon qui évoque l'aspect légendaire de cette maison.

    C'est bien évidemment en toute amitié que je vous fournis ces renseignements.

    Cordialement,

    David Loiselet

     

    7
    Christaldesaintmarc Profil de Christaldesaintmarc
    Samedi 19 Mars 2011 à 20:58

    Pour Chap's :

    J'ai bien écrit : "la tradition dit"...il n'est pas sûr qu'un souterrain existe, moi j'y crois , mais Michel Diey par contre n'en est pas persuadé.

     

     

    6
    Françoise MOINARD
    Samedi 19 Mars 2011 à 15:06

    J'avoue ne pas connaître cet édifice ! Magnifiques photos, et belle leçon d'histoire ! J'en redemande.


    Merci


    Françoise

    5
    nejde
    Samedi 19 Mars 2011 à 14:25

    merci pour ces belles photos de saint bernard


    chatillon aun beau patrimoire      je crois


     

    4
    chap's
    Samedi 19 Mars 2011 à 12:07

    le souterrain dont vous parlez est-il celui qu'empruntait Saint Bernard pour rejoindre la crypte de Saint Vorles où a eu lieu le "miracle" dit  "de la lactation" ?

    Grand merci pour tous ces renseignements concernant le pensionnat où j'ai été élève pendant 3 ans.

    3
    fanny.m
    Samedi 19 Mars 2011 à 09:04

    merci beaucoup  de  nous  montrer  l ' histoire  du  chatillonnais  avec  d 'aussi  belles  photos

    2
    Griotte
    Samedi 19 Mars 2011 à 08:18

    Merci de nous faire découvrir ces  lieux pleins d'Histoire.

    1
    nere
    Samedi 19 Mars 2011 à 08:08

    quelle belle leçon d'histoire châtillonnaise vous nous donnez aujourd'hui. Châtillon possède une richesse culturelle insoupsonnable. Combien nous aimerions visiter ce lieu si émouvant. Merci mille fois Madame pour cette page d'histoire de notre bonne ville.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :