• Les Amis du Musée avaient convié les Châtillonnais,  Vendredi 20 Novembre, à venir assister à une conférence  sur la métallurgie en pays Châtillonnais, au 19ème siècle.
    Cette conférence a eu lieu dans la nouvelle salle de notre beau Musée du Châtillonnais,consacrée à ce genre de manifestations..
    Une salle de 60 places,mais qui a paru fort exiguë tant le public est venu nombreux !
    Monsieur Coudrot,Conservateur,s'est réjoui de cette affluence..

    Didier Cailloux,tailleur de pierre,sculpteur,graveur

    Il nous présenta le conférencier,Monsieur Serge Benoît,Maître de Conférences  et Enseignant chercheur à l'Université d'Evry-Val-d'Essonne..

    Didier Cailloux,tailleur de pierre,sculpteur,graveur

    Monsieur Serge Benoît a subjugué son auditoire par ses immenses connaissances sur la métallurgie en général,mais surtout sur celle de notre Châtillonnais..
    Sans s'arrêter,pendant plus de deux heures, il nous a conté l'histoire métallurgique de notre belle région,et avec quelle compétence !.
    Il nous a appris que le fer était déjà connu chez nous au temps de la dame de Vix ,il était bien sûr utilisé à Vertillium.(.il faut voir tous les objets confectionnés en fer dans la salle de notre Musée du Châtillonnais, consacrée à cette ville , qui disparut brûlée par les Barbares)
    Un détail étonnant:savez vous que les cathédrales Françaises ne sont pas faites que de pierre,mais aussi de fer ?
    Sans le  soutien de ce métal ,elles n'auraient jamais pu tenir aussi longtemps debout ...

    Didier Cailloux,tailleur de pierre,sculpteur,graveur

    A l'aide de son rétro-projecteur Serge Benoît nous montra où se trouvaient les mines de fer Châtillonnaises,les hauts-fourneaux,les forges,il  nous exposa la longue histoire de la métallurgie dans notre coin de Bourgogne...
    On peut encore voir certains hauts-fourneaux Châtillonnais,certaines forges,mais cela fera l'objet d'un chapitre spécial.
    Il y a tellement à dire ,d'après des notes prises en écoutant l'exposé de Monsieur Benoît ,qu'il me faut le temps de la réflexion et de la rédaction !

    Didier Cailloux,tailleur de pierre,sculpteur,graveur

    Tellement passionné  par son sujet,Serge Benoît ne s'est même pas arrêté pour boire un verre d'eau..Il nous a fait sa conférence sans lire aucune note,quel extraordinaire conférencier !
    En plus des rétro-projections très parlantes, Monsieur Benoît nous présenta une animation magnifique de ce qu'était le haut-fourneau de Marcenay en action , au 19ème siècle...
    Et Serge Benoît,à la fin de son exposé si riche,répondit aux questions du public..

    Didier Cailloux,tailleur de pierre,sculpteur,graveur

    Bien sûr, il fut applaudi comme il se doit,tous les auditeurs présents ne tarissaient pas d'éloges à la sortie ,sur cette conférence si passionnante et sur le conférencier hors pair  !

    Dans les prochains articles, je vous parlerai de ce qui reste de toute cette sidérurgie Châtillonnaise,en m'appuyant, bien sûr , sur les recherches de monsieur Serge Benoît.

    2 commentaires
  • La partie centrale et essentielle d'une forge était le haut fourneau qui avait un aspect particulièrement monumental au XVIIIème siècle. Au cours du temps, il avait fait l’objet de constantes recherches des métallurgistes qui tentaient d’en assurer la robustesse et d’en augmenter la longévité. À cette époque, il était conçu pour fonctionner plusieurs jours sans s’arrêter et il restait en état de marche des mois, voire des années.

    Au sommet de l’édifice se trouvait une ouverture, qu’on appelait le gueulard, par lequel les ouvriers, en se relayant, déchargeaient le charbon de bois et le minerai de fer qu’ils transportaient dans des paniers en osier. Sur les deux côtés du haut fourneau étaient placés deux soufflets hydrauliques qui avaient pour fonction de diminuer la teneur en carbone du minerai. Lorsqu’une quantité suffisante de métal en fusion était disponible, ce qu’il était possible de voir par une petite fenêtre au pied du haut fourneau (la renardière), un ouvrier laissait s’écouler la fonte dans une rainure tracée à même le sol, nommée creuset.

    (source Wikipédia)


    Le haut fourneau de Marcenay, près de Châtillon sur Seine , a été construit en 1742 au bord d'un lac artificiel, qui est le plus grand plan d'eau du Châtillonnais,parfaitement rénové il illustre bien le texte qui précède.

    Le haut fourneau de Marcenay...


    La fonte produite par ce haut fourneau était affinée ensuite dans les différentes forges du Châtillonnais (Grancey,Villotte,Champigny puis Sainte Colombe à partir de 1830)
    Ce haut fourneau fabriquait jusqu'à 425 tonnes de fonte en 1778, il était le plus puissant de Bourgogne à la fin de l'ancien Régime.

    Ce haut fourneau fonctionnait au charbon de bois,le bois étant très abondant dans notre région.
    La déforestation ,liée à la confection du charbon de bois ,n'existait d'ailleurs pas nous a confié Serge Benoît lors de sa conférence sur la sidérurgie,les arbres étant replantés régulièrement,ce qui a nous a permis de conserver notre forêt Châtillonnaise,une des plus belles de France..

    Le haut fourneau de Marcenay  bénéficiait également de la présence d'un abondant gisement de minerai de fer situé dans son voisinage.

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Il fonctionnait avec une roue hydraulique,on voit encore le canal d'arrivée de l'eau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Le haut fourneau de Marcenay a été éteint définitivement en 1866,lorsque la houille a supplanté le charbon de bois..
    Il est tombé progressivement en ruines,il a heureusement été restauré par le SIVOM du Lac de Marcenay.
    Des maisons ouvrières,du bâtiment de la fenderie qui lui avait été adjointe au 18ème siècle et supprimée pendant la révolution,il ne reste rien.
    Néanmoins un bâtiment a été préservé,celui de la halle à charbon..(devenue la "Maison du Terroir")

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A la gauche de la halle à charbon, on voit le logement du fondeur..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A gauche du haut fourneau on  voit encore les bassins où l'on lavait le minerai avant de le mettre dans le haut fourneau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    un coup d'oeil à l'intérieur du haut fourneau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Au pied du haut fourneau on a laissé des morceaux  de fonte....

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A proximité ,un panneau explicatif très clair nous explique le fonctionnement du haut fourneau,j'en ai fait quelques photographies..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    En grisé: les bâtiments disparus
    A-Tour du haut fourneau
    B-hallette de coulée
    C-Halle de la soufflerie
    D-Bâtiment de la fenderie
    E-Habitations ouvrières
    F-Halle à charbon
    G-Logement du fondeur
    H-Emplacement des installations de lavage du minerai de fer
    I-Canal d'amenée de la roue hydraulique

    Et pour finir, un joli dessin qui ornait autrefois la carte du restaurant situé au bord du lac..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois





    4 commentaires
  • A quelques kilomètres de Châtillon sur Seine,on peut admirer un ancien haut-fourneau datant de 1829,celui d'Ampilly le Sec.
    C'est un des derniers témoins de la sidérurgie  en Châtillonnais.

    Ce haut fourneau a été construit en 1829, à la suite du rachat par la famille Cousturier, de l' ancien établissement qui occupait alors les parcelles 89 à 91.( Pierre de fondation dans la halle de coulée). Il est construit à l' emplacement de la retenue d' eau de l' ancien établissement. Après la famille Cousturier, il fut exploité  par la société Bougueret et Compagnie qui deviendra la Société des Forges de Châtillon et Commentry.

    Ce haut fourneau produisait en moyenne 1000 tonnes de fonte par an avec du minerai provenant d'Etrochey et de Poinçon les Larrey.
    Il était alimenté au charbon de bois,provenant de la forêt voisine de Châtillon sur Seine.
    Voici ce que l'on voit en arrivant sur le site:

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    Si l'on s'approche on peut voir le haut fourneau,,bien restauré par le SIVOM de Châtillon sur Seine,et d'ailleurs inscrit  à l'inventaire des Monuments historiques..

     Ce haut fourneau est construit en contrebas d' un talus sur lequel est établie la halle de charbon et à minerais d' où l' on accédait directement à la bune pour le chargement du gueulard .Cette  bune est entourée d' un mur et couverte d' un toit à deux pans et croupe d' où émerge la cheminée du fourneau Un  escalier intérieur relie la bune à la halle de coulée

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    La tour du haut fourneau d'Ampilly le Sec atteint 15,50 mètres (du sol  au sommet de la cheminée).
    On peut voir les arcs-boutants qui supportent  la charpente.
    Peut-être un jour pourrais-je photographier l'intérieur du haut fourneau,avec son escalier  magnifique qui aboutit au gueulard situé à 15 mètres au dessus..

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    Une forge à l'Anglaise a ensuite supplanté en 1834 , le haut-fourneau à charbon de bois,il n'en reste rien..
    Elle comportait  6 fours à puddler et 2 trains de laminoirs,et fabriquait 4300tonnes de fer.
    Une tréfilerie a remplacé cette forge,elle a fonctionné jusqu'entre les deux guerres en produisant du fil nécessaire à la pointerie de Chamesson.
    On peut encore voir un bâtiment de cette tréfilerie,avec ses encadrements de fenêtres en briques  ,à droite sur la photo.
    Les ouvriers étaient logés à côté du haut fourneau,voici les logements ouvriers  du bas :

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    et ceux du haut:

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    L'eau de la Seine était utilisée,en dérivation,pour faire tourner une roue hydraulique de côtés à augets..
    Il faut beaucoup d'imagination pour se rendre compte de ce qu'était ce site industriel..

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    Un dernier coup d'oeil au site en partant,on distingue bien  les autres arcs-boutants du haut fourneau..

    Expositions à la Médiathèque de Laignes

    Prochainement j'évoquerai l'usine de Chamesson, qui utilisait les fils tréfilés à Ampilly pour en faire des pointes...


    votre commentaire
  • A Chamesson, au sud de Châtillon sur Seine, existait autrefois une fabrique mécanique de pointes d'origine parisienne, installée en 1854 et qui a fonctionné jusqu'en 1938.
    Cette pointerie qui faisait partie du groupe de la Société Châtillon-Commentry, avait succédé à la forge dite "du Bas" datant du 18ème siècle.
    Serge Benoît, dans sa passionnante conférence sur la sidérurgie en Châtillonnais, explique la prospérité de cette usine par le besoin énorme de pointes pour les constructions parisiennes..En effet à cette époque les constructions hausmaniennes battaient leur plein et il fallait des pointes pour clouer les charpentes... ...
    Les métiers à pointes et les frottoirs étaient actionnés par une turbine hydraulique utilisant l'eau de la Seine..
    Voici le bief tel qu'on peut le voir actuellement..

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    Le fil nécessaire à la pointerie était fourni au début de la fondation de l'usine, par  une tréfilerie Chamessonnaise existant  au lieu dit "d'Esporves", puis à partir de 1863 par la tréfilerie d'Ampilly le Sec dont j'ai parlé précédemment.

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    De cette usine il ne reste que des bâtiments vides,abandonnés..
    A l'époque de où l'usine fonctionnait beaucoup, plus d'une centaine d'ouvriers travaillait  à faire des pointes(130 en 1860).
    Ils étaient logés dans des habitations ouvrières près de l'usine..

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    Les ouvriers étaient en majeure partie des hommes, mais quelques femmes travaillaient à empaqueter les pointes.
    Certains avaient été recrutés dans d'autres régions :Vosges, Moselle ou Savoie..
    Lors de la fermeture de l'usine en 1938, ils ont été reclassés aux usines de Sainte Colombe sur Seine.
    Quelle tristesse de parcourir les lieux abandonnés de cette usine, autrefois si prospère, on imagine l'activité énorme qui avait lieu là, les familles regroupées autour de la "cour", les enfants qui y jouaient..

    Quelques cartes postales trouvées sur le net:

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine

    Le Comité d'aide aux personnes âgées de Châtillon sur Seine


    3 commentaires
  • A Nod sur Seine existait autrefois un haut fourneau isolé,qui approvisionnait les forges de Rochefort,comme je l'ai dit plus haut.
    Ce haut fourneau a fonctionné de 1756 à 1851.
    Il était équipé d'un soufflage à l'air chaud et produisait 1000 tonnes de fer par an.
    Après l'arrêt des forges de Rochefort,ce fer a alimenté la forge anglaise de Sainte Colombe sur Seine, à partir de 1830.
    Il ne reste rien de la forge,seulement la halle à charbon de bois,originale par ses contreforts caractéristiques de la seconde moitié du XVIIIème siècle.

    LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE

    Le site de la forge est maintenant une scierie de pierre.


    votre commentaire
  • A Rochefort sur Brevon on peut voir encore deux anciennes forges qui remontent à la première moitié du XVIIème siècle.
    Tout d'abord la forge du Haut, située près du pont qui traverse l'étang au centre du village..
    (en piteux était lorsque j'ai pris la photo ,mais il paraît qu'elle va être restaurée)

    Croix Châtillonnaises

    L'autre forge ,la forge du Bas, se trouve dans le parc du château de Rochefort (en restauration lorsque j'ai pris la photo)

    Croix Châtillonnaises

    Ces deux forges ont travaillé au XVII et XVIIIème siècle en association avec le haut fourneau de Maisey le Duc,puis avec celui de Nod sur Seine.
    Lors de la concurrence des usines à l'Anglaise,leurs capacités ont été jugées insuffisantes,et elles ont arrêté de fonctionner en 1839.

    votre commentaire
  • Il y avait autrefois des forges à Vanvey : deux établissements distincts sur l'Ource,un en amont "la forge du haut",un autre en aval au lieu dit "la forge".
    De ces établissements,il ne reste que les maisons ouvrières ,celles du haut gardant une assez belle allure..

    Des villages décorés pour les fêtes

    Des villages décorés pour les fêtes

    Voici une ancienne carte postale nous montrant le site:

    Des villages décorés pour les fêtes

    Les forges furent acquises en 1830 par le consortium Bazile-Louis Maître à l'origine de Châtillon-Commentry,celle du haut servait à fabriquer fers et filières pour la tréfilerie.
    L'adoption en 1840 d'un nouveau système de soufflage à chaud a été à l'origine d'un très grave accident : une explosion coûta la vie à un ouvrier et en blessa grièvement deux autres.
    Après l'arrêt de la fabrication du fer,le site abrita une usine de fabrication de machines agricoles jusqu'au début du siècle dernier.

    votre commentaire
  • Entre Saint Marc sur Seine et Aignay le Duc,sur le territoire de Beaunotte,une cheminée nous indique la présence autrefois d'une ancienne forge, celle  de Tarperon..

    Des villages décorés pour les fêtes

    Le premier haut fourneau construit en cet endroit le fut en 1630 par Hercule de Villers la Faye,baron de Mauvilly..
    Mais ce haut fourneau fut abandonné et tomba en ruine en 1720.
    Le site fut repris par Richard Febvre de Gurgy, il y établit une forge avec feu d'affinerie et un marteau.
    Cette forge fonctionna jusqu'en 1840 .Elle produisait à la fin du XVIIIème siècle 150 tonnes de fer par an,ce qui est peu, mais c'était un fer excellent.

    Des villages décorés pour les fêtes

    L'eau qui actionnait la roue hydraulique était celle de la Coquille et du Revinson.
    Les logements ouvriers ont été transformés et accueillent maintenant un  restaurant.

    votre commentaire
  • Dès  1688,existait à Chênecières (hameau de Saint Marc sur Seine),une grosse forge.
    Au 18ème siècle,cette forge fut transformée en batterie,elle perdura ainsi jusqu'en 1830.
    (pour Hélène qui a écrit un commentaire : Quand on utilise  un "martinet", gros marteau animé par des cames entraînées par une roue à eau, on parle alors de "batterie")

    Ses nouveaux propriétaires la transformèrent en tôlerie à la houille:
     les fours à réverbères et les trains de laminoirs étaient actionnés par une roue hydraulique de 60CV et une machine à vapeur.
    Louis Cailletet fut propriétaire de Chênecières de 1865 à 1886.
    C'est là ,dans son laboratoire ,qu'il réalisa en 1877 ses expériences sur la liquéfaction des gaz.
    On voit ici son laboratoire,à côté des maisons ouvrières..

    Une exposition sur la "Barre Zola" à Montbard

    Une exposition sur la "Barre Zola" à Montbard

    En 1916 fut construite une aciérie Martin,liquidée en 1922, elle fut reprise par messieurs Seytre et Godet et fut destinée à la fabrication de chaînes soudées électriquement.

    Une exposition sur la "Barre Zola" à Montbard


    6 commentaires
  • Depuis le début du XVIIème siècle une forge existait à Sainte Colombe sur Seine,un haut fourneau y fut édifié en 1776.
    En 1822 Marmont,revenu sur ses terres après 1815,transforma l'usine en un grand établissement à "l'Anglaise",mais en 1824, ruiné,il la revendit à un groupement de Maîtres de Forges qui fut ensuite à l'origine de Châtillon-Commentry.
    Au début le consortium Bazile-Louis-Maître et Leblanc, ensuite Bougueret-Coucreux-Landel et Cie,puis Bougueret-Martinot et Cie.

    Montbard

    Jusqu'en 1850 la production de fer alla en s'accroissant:on voyait à l'usine 16 fours à puddler,8 fours à réchauffer,3 trains de laminoirs et de puissants moteurs hydrauliques et à vapeur.
    La production avoisinait les 16000 tonnes de fer par an.

    Montbard

    Mais,à cause de l'épuisement des minerais locaux,les hauts fourneaux s'éteignirent en 1869.
    Néanmoins la forge  poursuivit son activité d'affinage pour les usines d'Ampilly le Sec et de Chamesson en Côte d'Or , et de Plaines et Mussy sur Seine dans l'Aube.
    Au début du 19ème siècle l'usine de Sainte Colombe sur Seine employait 700 travailleurs permanents et 500 travailleurs extérieurs au service des hauts fourneaux.
    Une nouvelle usine vit le jour en 1920 sur les hauteurs de la ville,  après la suppression de la forge Marmont : on n'avait plus besoin de force hydraulique,mais par contre la voie de chemin de fer proche était indispensable.
    Cette usine au début fut une pointerie,une grillagerie (supprimées en 1950) puis une câblerie qui fabriquait, et qui fabrique encore,  des câbles de précontraints pour le bâtiment.

    Montbard

    L'usine se nomma Chiers-Châtillon Gorcy,puis Tecnor (filiale d'Usinor) puis actuellement Arcelor-Mittal.
    (voir dans le chapitre "Sainte Colombe sur Seine" la pièce de théâtre magnifique "Métallos et dégraisseurs" sur les vicissitudes de l'usine...)

    Montbard

    Montbard

    Que reste-t-il , dans la ville de Sainte Colombe sur Seine, des Forges anciennes ? pas grand chose hélas..
    Tout de même on peut voir les restes du système hydraulique de la forge Marmont: un bief et une chute de 5 à 6 mètres qui dégageait une puissance hydraulique de 300 CV..

    Montbard

    Montbard

    Montbard

    Montbard

    Montbard

    Montbard

    On peut voir aussi de belles maisons ouvrières comme celles de la fameuse cour de la forge dite "cour Marmont" , deux corps de logements vis à vis , avec au centre la Maison du Directeur..(1822-1823)

    Montbard

    Montbard

    Montbard

    (les maisons de la Cour Marmont vues du bief)

    D'autres maisons ouvrières existent dans la ville:

    Montbard

    Montbard

    Une jolie promenade a été aménagée tout autour du bief.
    Des panneaux explicatifs,fort bien faits,nous donnent des renseignements très intéressants sur les forges anciennes et sur l'usine d'aujourd'hui..

    Montbard

    Et en vous promenant le long du bief ,vous pourrez rencontrer une faune aquatique variée..
    C'est une promenade enrichissante et attrayante à faire à Sainte Colombe sur Seine ..et n'oubliez pas d'aller visiter l'église où vous pourrez prendre connaissance de la vie de Pierre Chaumonnot,évangélisateur des Hurons !

    Montbard

    (Sur cette carte postale ancienne on voit que les forges  se trouvaient à côté des maisons ouvrières de la "cour Marmont")

    NB :Tous les renseignements nécessaires à cette présentation de la sidérurgie dans le Châtillonnais ,ont été tirés des livres de Serge Benoît,le fabuleux conférencier qui nous avait tenus en haleine à la Conférence des Amis du Musée.

    Et ces livres m'ont été prêtés par Michel Diey, que je remercie.

    pour répondre à  la demande de Pâquerette,voici les livres dont je me suis servie pour rédiger les articles sur la métallurgie en Châtillonnais:

    -Le Patrimoine sidérurgique en Bourgogne du Nord,édité par le Musée de la Sidérurgie en Bourgogne du Nord (hélas épuisé)

    -Le patrimoine sidérurgique du Châtillonnais par Serge Benoît et Bernard Rignault


    15 commentaires
  • Dans le cadre des "Mardis découvertes", l’office de Tourisme du Pays Châtillonnais nous a  proposé le 13 juillet, une sortie fort intéressante intitulée "autour des Forges"

    Le Châtillonnais était autrefois très riche en forges (voir le chapitre  la métallurgie en Châtillonnais)

    Une forge existe encore à Châtillon sur Seine, c'est la forge Dandelot située avenue de la gare, que l'on confond souvent avec "Bourgogne-Fonderie" toute proche.

    C'est par la visite de cette forge que nous avons commencé notre Mardi-découverte.

    C'est Madame Cécile Thiel, la Directrice de la forge qui nous présenta son entreprise,avec l'aide de Christophe Geoffroy, technicien..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    La forge Dandelot est une ancienne entreprise familiale qui date de 1889.

    Près du four,la chaleur est énorme, des ventilateurs permettent au personnel d'avoir un semblant de fraîcheur...un semblant seulement..

    L'ouvrier sort du four un morceau de  métal en fusion à l'aide d'une grande pince...Il l'apporte au forgeron qui le martelle avec un petit marteau-pilon..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    A la chaleur infernale du four s'ajoute le bruit assourdissant  d'un plus important marteau-pilon qui se trouve un peu plus loin..

    Les oreilles des ouvriers  doivent être protégées par des casques, les visiteurs ont eu droit à des bouchons auriculaires !

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Voici un échantillonnage des pièces usinées par la forge : outils de chirurgie pièces de moteurs, pièces filetées etc...

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    La forge Dandelot utilise aussi des matrices pour l'emboutissage de pièces particulières..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Toutes les pièces confectionnées sont entreposées dans un magasin..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Voici quelques autres vues de machines anciennes ou servant encore à la forge..Etant novice, je ne peux vous en dire l'utilité, sauf pour la première où j'ai reconnu une enclume !!

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Tous les visiteurs furent  passionnés par la visite de la Forge Dandelot, tel Georges Lucotte de Bellenod sur Seine pour qui tout est intérêt !

    Un dernier coup d'oeil à ce panneau portant les initiales AD désignant un des anciens propriétaires Arthur Dandelot..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Le Mardi-Découverte se poursuivit par une évocation des forges de Sainte-Colombe sur Seine, à l'emplacement où se trouvaient autrefois les forges du Maréchal Marmont..

    C'est Jean-Claude Puch, Francis Castella et Jean-Michel Thierry qui nous présentèrent l'histoire de l'usine de Sainte Colombe, ses fabrications actuelles comme celles disposées sur cette table :

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    De nombreuses photographies nous montrèrent tous les monuments, ouvrages d'art...qui ont utilisé les produits confectionnés par l'usine Colombine...

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Le "Mardi-Découverte" proposé par l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais  se continua par la visite du Haut-Fourneau d'Ampilly le Sec...

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Son propriétaire actuel, monsieur Kerstin, nous  expliqua l'origine ancienne de ce haut-fourneau qui a été en partie restauré grâce à une action menée par l'association des Forges de Buffon. Le site est inscrit à l'inventaire des Monuments historiques..

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

     

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    La tour du haut-fourneau d'Ampilly atteint 15,50m de hauteur du niveau actuel au sommet de la cheminée, et 10 m jusqu'au gueulard. Elle est confortée sur 3 faces par une série d'arcs-boutants en demi-cintre qui supportent en même temps la charpente des trois halettes qu'ils délimitent.

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Voici l'intérieur inférieur du haut-fourneau :

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Un escalier monumental permet d'accéder à l'endroit où s'effectuait le chargement des matières premières ( minerai, charbon de bois et fondants)

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    -La chèvrerie Rouaud à Molesme

    Nous pouvons remercier et féliciter l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais pour avoir organisé et proposé de pareilles visites si enrichissantes ! On n'en sait jamais assez sur notre patrimoine Châtillonnais,n'est ce pas ?

     D'autres sorties ont été et seront proposées prochainement,je vous en parlerai bientôt..

    (Des commentaires seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse.

    Merci.)


    2 commentaires
  • Un lecteur de Chamesson m'a contactée pour me proposer une photo intéressante : celle d'un panneau publicitaire ancien consacré à la pointerie de Chamesson..

    En bois, il contient, incrustées sur sa surface,  toutes les sortes de pointes qui étaient confectionnées à l'usine, le voici:

    -La Truite Châtillonnaise

    Ce lecteur se demande si cet objet est rare et s'il a de la valeur, quelqu'un pourrait-il lui répondre, en commentaire ?..Merci pour lui !


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique