• Il existe des pierres tendres (pour revêtement verticaux), des pierres demi-dures (dallage pour trafic normal, mobilier) et des pierres dures (passage très intensif).


    votre commentaire
  • On utilise la pierre pour les dallages,mais aussi pour des cheminées :

    en effet la pierre de Bourgogne se taille très bien et permet la réalisation de belles pièces massives, telles que cheminées, mais aussi pour réaliser escaliers, mobilier pour l'intérieur.

    Je me souviens avoir admiré chez une amie une splendide table de salon en pierre du Châtillonnais….


    votre commentaire
  • Le Châtillonnais compte :

    Trois importantes sociétés d'extraction et d'exploitation, de 50 à plus de 100 personnes : Les carrières d’Étrochey,la société HANSEZ & Cie France et Sogépierre.

    Une importante société de restauration de plus de 40 salariés.

    Une douzaine de PME spécialisées de moins de 10 salariés.

    A ces entreprises d'extraction et d'exploitation de la pierre, il convient de mentionner les emplois indirects de la filière Pierre, à savoir, une quinzaine d'entreprises et d'artisans (construction, BTP) et de sculpteurs.

    L'ensemble de la filière Pierre du Châtillonnais, soit une trentaine d'entreprises ou d'artisans et sculpteurs représente environ 350 salariés dont la production est exportée hors de France à plus de 30%.

    Par rapport à l'industrie de la pierre en Bourgogne, le Châtillonnais représente un tiers des carrières et un quart des entreprises et des personnes de cette filière d'excellence.


    votre commentaire
  • (Sciage au fil aimanté)

    LE CARRIER

    Une carrière de pierre marbrière a en général pour but la production de blocs aussi gros que le permettent les moyens de manutention et de transports actuels.

    Ces blocs sont ensuite acheminés vers des ateliers de sciage et de façonnage.

    L’extraction se fait généralement par une exploitation à ciel ouvert en plein champ ou à flanc de coteau après quelques travaux de découverte : les bancs marbriers peuvent se situer à des profondeurs variant de 2-3 mètres à 20 -30 mètres sous terre. Plus rarement, l’extraction se fait en souterrain.

    On utilise :

    - des perforatrices à air comprimé et wagon drill : ce sont des marteaux pneumatiques, équipés de mèches hélicoïdales à pastilles de carbure de tungstène pour faire des trous de 30 à 40 mm de diamètre.

    -des explosifs : ils sont utilisés dans certains cas pour désolidariser un bloc de la masse marbrière : ce sont la poudre noire, le cordon détonant, le nitrafioul…

    -le sciage au fil diamanté : il s’agit d’un câble, constitué de 2 ou 3 torons d’acier à torsion alternée, sur lequel sont serties des perles diamantées.

    Ce câble de longueur variable se développe sur des poulies de renvoi actionnées par une machine électrique ou thermique, et permet ainsi de scier la masse marbrière.

    -la haveuse rouilleuse à chaîne : c’est une machine électrique munie d’un bras pivotant autour d’un axe.

    Sur ce bras circule une chaîne équipée de dents en carbure de tungstène ou pastilles diamantées permettant de scier verticalement ou horizontalement le banc de pierre. La hauteur de coupe peut atteindre jusqu’à 5 mètres.

    La manutention des blocs de pierres qui peuvent peser jusqu'à 15 -16 tonnes se fait généralement par chariots élévateurs, grues, ou derricks….

    Les blocs sont ensuite transportés par semi jusqu’à leur lieu de transformation.

    votre commentaire
  • (façonnage)

    LE FAÇONNIER

    De la carrière, les blocs bruts sont acheminés vers une usine de production ou de façonnage.

    Les blocs de pierre pèsent en général de 5 à 15 tonnes, selon leurs dimensions, de 2 à 6 M3.

    Les manipulations se font en général par pont roulant, élévateurs lourds, chariots…

    Le rôle du façonnier est d’en faire des dallages, revêtements muraux, cheminées, plans de travail, mobilier, etc…

    Et pour cela il utilisera :

    - Les plans du maître d’ouvrage pour décomposer le travail et réaliser un calepin exploitable dans l’usine.

    - Des châssis à lames diamantées ou machines à câble ou grosses débiteuses de diamètre 180 à 300 cm, pour faire des tranches.

    - Des débiteuses de diamètre 35 à 160 cm pour débiter les tranches en dalles ou éléments

    Des polisseuses pour adoucir ou polir la pierre

    Mais aussi toutes sortes de machines pour :

    - Donner des formes : calibreuses, chanfreineuses, moulureuses, profileuses, perceuses…

    - Donner des aspects de finition : sableuse, bouchardeuse, layeuse, flammeuse …


    Enfin les produits seront emballés avec soin dans des caisses pour être expédiés chez les clients à travers le monde

    votre commentaire
  • (Taille de pierre)


    LE TAILLEUR DE PIERRE


    Le Tailleur de Pierre est un ouvrier qualifié apte à réaliser divers ouvrages de pierre pouvant entrer dans le cadre de la construction et de la restauration de bâtiments.

    Ses compétences vont du simple relevé (croquis) à l'esquisse, à l'étude de l'appareillage ou de plans de calepinage, à la réalisation de volumes taillés pouvant constituer tout ou partie d'un ouvrage du bâtiment, jusqu'aux conditions de pose.

    Ses connaissances sont d'ordre technologiques, d'ordre architecturale, d'ordre sécuritaire.

    Les débouchés :

    Installation à son propre compte.
    Intégration au sein d'une entreprise.
    Complément de formation en vue de la préparation d'un Brevet Professionnel ou de Maîtrise.
    Chantiers de restauration de monuments historiques en cours offrant des possibilités si l'on accepte la mobilité.
    Possibilité d'entrer en École d'Art.

    votre commentaire
  • (Yvan Baudoin initie un futur sculpteur)


    LE SCULPTEUR


    De Vézelay à Tournus en passant par l'Abbaye de Fontenay, la Pierre de Bourgogne a toujours exalté ses qualités pour accomplir des chefs-d'oeuvre. Les sculpteurs Bourguignons sont les descendants naturels des compagnons du Moyen-Age, la modernité en plus.

    "Représentation d'un objet dans l'espace au moyen d'une matière à laquelle on impose une forme esthétique ; ensemble des techniques qui permettent cette représentation ; ensemble d'œuvres d'art qui en résultent." Petit Robert Ed. 2002

    « C’est une erreur pour un peintre ou pour un sculpteur de parler ou d’écrire souvent à propos de son travail. Il s’ensuit un relâchement de la tension nécessaire à son œuvre. En essayant de dire avec une précision achevée et logique quels sont les buts qu’il poursuit, l’artiste tourne facilement au théoricien et son œuvre réelle, comme prisonnière, n’est plus que l’exposé de conceptions élaborées en termes de logique et en mots . » Henri Moore.

    votre commentaire
  • Dans le cadre de la promotion de la pierre, une des richesses du sous sol Châtillonnais, la municipalité de Châtillon sur Seine propose tous les ans à l'occasion des journées Châtillonnaises, de mettre à l'honneur cette filière importante pour l'économie de la région : une œuvre est sculptée à cette occasion, qui est ensuite exposée dans un quartier de la ville.

    Ici des têtes d’animaux au cours l’Abbé…

    votre commentaire
  • Le vase de Vix par François Pinto,à l'entrée de la ville ...

    votre commentaire
  • L’ours pataud du Rond-point Francis Carco par Yvan Baudoin

    votre commentaire
  • Le buste de Louis Cailletet devant l'école du même nom,par Arno Mercier


    votre commentaire
  • La fontaine de la place de la Résistance,le jour...

    votre commentaire
  • La fontaine de la place de la Résistance,la nuit...

    votre commentaire
  • Le monument hommage aux tirailleurs Sénégalais morts en 1940, au cimetière Saint Thibault, par Yvan Baudoin

    votre commentaire
  • Une magnifique sculpture d’Yvan Baudoin au square rue de Prusly :

    Le thème est idéalement choisi aux portes de la forêt, de la nature, de ses arbres, de ses fleurs, oiseaux et grenouilles.

    Cette sculpture sur pierre caractérise bien par son thème, l'esprit même de la région.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique