• Le haut fourneau de Marcenay...

    La partie centrale et essentielle d'une forge était le haut fourneau qui avait un aspect particulièrement monumental au XVIIIème siècle. Au cours du temps, il avait fait l’objet de constantes recherches des métallurgistes qui tentaient d’en assurer la robustesse et d’en augmenter la longévité. À cette époque, il était conçu pour fonctionner plusieurs jours sans s’arrêter et il restait en état de marche des mois, voire des années.

    Au sommet de l’édifice se trouvait une ouverture, qu’on appelait le gueulard, par lequel les ouvriers, en se relayant, déchargeaient le charbon de bois et le minerai de fer qu’ils transportaient dans des paniers en osier. Sur les deux côtés du haut fourneau étaient placés deux soufflets hydrauliques qui avaient pour fonction de diminuer la teneur en carbone du minerai. Lorsqu’une quantité suffisante de métal en fusion était disponible, ce qu’il était possible de voir par une petite fenêtre au pied du haut fourneau (la renardière), un ouvrier laissait s’écouler la fonte dans une rainure tracée à même le sol, nommée creuset.

    (source Wikipédia)


    Le haut fourneau de Marcenay, près de Châtillon sur Seine , a été construit en 1742 au bord d'un lac artificiel, qui est le plus grand plan d'eau du Châtillonnais,parfaitement rénové il illustre bien le texte qui précède.

    Le haut fourneau de Marcenay...


    La fonte produite par ce haut fourneau était affinée ensuite dans les différentes forges du Châtillonnais (Grancey,Villotte,Champigny puis Sainte Colombe à partir de 1830)
    Ce haut fourneau fabriquait jusqu'à 425 tonnes de fonte en 1778, il était le plus puissant de Bourgogne à la fin de l'ancien Régime.

    Ce haut fourneau fonctionnait au charbon de bois,le bois étant très abondant dans notre région.
    La déforestation ,liée à la confection du charbon de bois ,n'existait d'ailleurs pas nous a confié Serge Benoît lors de sa conférence sur la sidérurgie,les arbres étant replantés régulièrement,ce qui a nous a permis de conserver notre forêt Châtillonnaise,une des plus belles de France..

    Le haut fourneau de Marcenay  bénéficiait également de la présence d'un abondant gisement de minerai de fer situé dans son voisinage.

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Il fonctionnait avec une roue hydraulique,on voit encore le canal d'arrivée de l'eau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Le haut fourneau de Marcenay a été éteint définitivement en 1866,lorsque la houille a supplanté le charbon de bois..
    Il est tombé progressivement en ruines,il a heureusement été restauré par le SIVOM du Lac de Marcenay.
    Des maisons ouvrières,du bâtiment de la fenderie qui lui avait été adjointe au 18ème siècle et supprimée pendant la révolution,il ne reste rien.
    Néanmoins un bâtiment a été préservé,celui de la halle à charbon..(devenue la "Maison du Terroir")

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A la gauche de la halle à charbon, on voit le logement du fondeur..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A gauche du haut fourneau on  voit encore les bassins où l'on lavait le minerai avant de le mettre dans le haut fourneau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    un coup d'oeil à l'intérieur du haut fourneau..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    Au pied du haut fourneau on a laissé des morceaux  de fonte....

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    A proximité ,un panneau explicatif très clair nous explique le fonctionnement du haut fourneau,j'en ai fait quelques photographies..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois

    En grisé: les bâtiments disparus
    A-Tour du haut fourneau
    B-hallette de coulée
    C-Halle de la soufflerie
    D-Bâtiment de la fenderie
    E-Habitations ouvrières
    F-Halle à charbon
    G-Logement du fondeur
    H-Emplacement des installations de lavage du minerai de fer
    I-Canal d'amenée de la roue hydraulique

    Et pour finir, un joli dessin qui ornait autrefois la carte du restaurant situé au bord du lac..

    La distillation chez Sylvain Bouhélier, à Chaumont le Bois





    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    marc
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 11:25

    Bonjour,

    Je souhaierais utiliser une de vos photos dans une publication que je prépare. J'aimerais que vous m'en donniez l'autorisation, et que nous convenions du moyen de référencer cette photo, peut-être même en mentionnant votre site internet.

    Je vous indiquerai aussi le but de mes recherches.

    J'espère une réponse, un contact, de votre part très rapidement.

    Meilleures salutations.

    Marc Braham

      • Mercredi 25 Novembre 2015 à 13:46

        Ecrivez moi à cette adresse : myta55@orange.fr.

        Celle-ci est d'ailleurs indiquée tout en haut de ce blog.

    3
    Jeudi 3 Décembre 2009 à 07:41
    Artice intéressant et belles photos : j'ai fait un lien sur notre site sur la métallurgie ancienne
    http://www.fontesdart.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1023&Itemid=9
    2
    maia
    Mercredi 2 Décembre 2009 à 09:49
    combien  de fois j'ai chercher a comprendre le foncionnement de cet ouvrage et grace a vous j'ai enfin compris a quoi ça  servait ce beau vestige du temps d'avant que j'admirais a chacun d mes passages dans le coin   .... merci merci beaucoup.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :