• Le Jardin de l'Arquebuse de Dijon

    Voilà un endroit de Dijon que j'apprécie tout particulièrement depuis mon enfance : le jardin de l'Arquebuse....

    Je m'y rends régulièrement lorsque je vais à Dijon et que j'ai du temps libre en attendant le bus pour Châtillon, c'est un hâvre de beauté et de douceur incomparable. Et, bien que jouxtant les lignes ferroviaires de la SNCF, ce jardin ne résonne que de chants d'oiseaux ...

    Un mécène dijonnais, Bénigne de Legouz Gerland fonda en 1772, un premier jardin botanique. Celui-ci fut ensuite transféré en 1833 sur le terrain contigu à l'Arquebuse. Quelques années plus tard, le Muséum fut aménagé dans le pavillon occupé autrefois par les arquebusiers. Léonard Nodot en fut le premier conservateur.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le jardin se compose d'une école de botanique conçue dans la tradition classique des jardins à la française : quatre carrés sont subdivisés en plate-bandes rectilignes bordées de buis.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Les plate-bandes sont plantées d'environ trois mille espèces végétales...

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Les plate-bandes extérieures sont plantées de fleurs...

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le jardin de l'Arquebuse possède un très bel arborétum qui abrite environ deux mille cinq cents arbres et arbustes.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    On y trouve aussi de très belles pelouses, certaines étant devenues des zones de refuge pour insectes pollinisateurs.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Des ruches ont été installées depuis peu dans le jardin...

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    On peut observer les abeilles derrière des vitres...

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Les insectes ont aussi leur abri.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Raines est un petit ruisseau qui parcourt le jardin et lui donne sa fraîcheur. Durant la canicule de 2015, qu'il faisait bon au jardin de l'Arquebuse, on pouvait s'y reposer au frais, c'était incroyable !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    La roseraie est splendide en mai...Malheureusement lorsque j'y suis allée en juillet, la canicule avait fané les roses. La roseraie, c'était le lieu où l'on photographiait les communiantes au milieu des fleurs, je n'y ai pas échappé !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Au fond du jardin, le Raines forme un bassin où s'ébattent des anatidés. J'ai particulièrement observé une adorable  famille de poules d'eau.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Moment de tendresse !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    En septembre les oisillons ont bien grandi !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    De nombreux éléments décoratifs ornent le jardin...

    Un buste du fondateur, Bénigne de Legouz Gerland :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Voici Eugène Piron, poète dijonnais satirique dont cette statue ornait autrefois la place des Cordeliers à Dijon. En effet, en 1909, une fontaine et une statue d’Alexis Piron , œuvre du sculpteur Eugène Piron, homonyme du poète, furent inaugurées sur la place des Cordeliers.

    La jeune fille nue qui enlace lascivement le vieux poète aurait beaucoup choqué les regards des dijonnais.

    J’ai été photographiée enfant, devant cette statue…Hélas elle a disparu en 1942, car, étant en bronze, elle a été fondue par les allemands à cette date.

    La statue elle-même, je l’ai retrouvée avec plaisir au jardin de l’Arquebuse !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Une reproduction du Moïse de Michel-Ange :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Hercule terrassant le lion de Némée :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Temple de l'Amour provenant de Bessey les Citeaux :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Une faunesse aux pipeaux :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Aloysius Bertrand vu en hiver...

    Le Jardin de l'Arquebuse de Dijon

    Le petit cloître de la Chartreuse de Champmol fut démoli, mais on conserva cinq logettes des arcades. Celles ci sont maintenant placées le long des murs de clôture du jardin.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    La petite orangerie :

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Le Jardin de l'Arquebuse de Dijon

    On aperçoit au loin le Muséum d'Histoire Naturelle de Dijon  où ont lieu très souvent de belles expositions.

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Et devant le Muséum, cet été, on pouvait voir d'étranges animaux venus de très loin !

    Le Jardin des Sciences de Dijon

    Michel Lagrange a passé son enfance à Dijon les mêmes années que moi, nous portons le même nom de famille, et bien qu'habitant pas très loin l'un de l'autre nous ne nous sommes jamais rencontrés...ce qui sera fait beaucoup plus tard, avec bonheur, à Châtillon sur Seine !

    Il évoque ainsi les statues du jardin de l'Arquebuse dans son si beau livre "Eclats d'enfance" :

    Ici et là, au hasard d'une allée, ou le long d'un mur, ou dans la petite île au milieu du Raines, le jardin de l'Arquebuse offre au regard des copies de chefs d'oeuvre. Copies d'antique, a dit son père. Jean ne comprend pas ce que sont des copies dantiques. Le père se fâche de sa stupidité. Il y a Hercule arc-bouté pour terrasser le lion de Némée, et une Vénus callipyge. Son père doit expliquer prudemment le terme "callipyge". Il y a aussi un Moïse d'après Michel-Ange. La pluie a déposé sur les flancs de ces corps des traînées noires et de la mousse en plaques verdâtres. Jean regarde le corps nu d'Hercule ou de la Vénus...Il est ému sans rien avouer. Sans rien comprendre. Ces copies, ce sont des embryons de vraies statues. Comme si elles existaient avant les originaux ! Comme si elles se souvenaient de ce que seront plus tard les travaux des génies...Ainsi Jean se les remémore...


  • Commentaires

    5
    jean
    Mardi 12 Janvier 2016 à 09:21

    pour moi aussi , d'excellents souvenirs de ce beau jardin . 

    4
    Mardi 12 Janvier 2016 à 07:31

    Et Aloysius Bertrand, vous ne l'avez pas vu ? ... "J'étais un jour assis à l'écart dans le jardin de l'Arquebuse..." Gaspard de la nuit.

      • Vendredi 15 Janvier 2016 à 10:31

        Hélas je l'avais oublié, je l'ai photographié hier et l'ai ajouté à l'article !

         

    3
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 17:03

    Merci pour cette intéressante (et instructive) promenade ! Chris

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Viviane Martin
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 10:25

    Un beau reportage et qui me donne envie d'aller revoir ce beau jardin où j'ai ...  révisé mon bac. Depuis je n'y suis pas retournée et pourtant je vais bien à Dijon trois à quatre fois par mois. Merci de me donner envie de cette ballade . 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :