• "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Deux représentations de la pièce de Louis Calaferte,"Les derniers devoirs", interprétée par la Compagnie du "Rocher des Doms" ont été données au Théâtre Gaston Bernard, les 12 et 13 janvier 2012.

    Les derniers devoirs , ce sont ceux que la famille de Grand-Py, qui vient de mourir, doit lui rendre.

    Or ce qui devrait être une évocation sereine du défunt, s'égare dans des conditions bassement matérielles, dans l'amoncellement de conversations futiles..

    Cette famille se compose d'Henri, le père , de Juliette, la mère (fille de Grand-Py) et de Sylvie leur  fille.

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Henri (Sylvain Marmorat) accumule les bourdes...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Juliette (Laurence Boyenval) pleure son père bien aimé...mais elle  se préoccupe surtout des futurs invités, qui viendront aux funérailles, du menu qu'elle servira, de la taille des gerbes de fleurs qui garniront la tombe de Grand-Py, où l'on mettra le joli meuble en bois de rose qui était chez son père depuis des générations...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Sylvie (Bénédicte Ressot), la petite fille du défunt, aimait bien son grand-père, mais elle  ne peut s'empêcher de siffloter à tout va, s'affaire pour mettre la table ou aller chercher le pain, et a hâte de voir la cérémonie se terminer tellement ses pieds serrés dans des chaussures neuves, la font souffrir...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Bien sûr, au début on évoque les conditions du décès de Grand-Py, mais rapidement la famille sombre dans un enlisement progressif et drôle ...: quelle cravate mettre, comment décoincer une fermeture à glissière, servira-t-on des bouchées à la reine et du poulet en sauce ?, les faire-part ont-ils paru sur le journal ? etc, etc.....

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    L'heure de l'enterrement approche, on se souvient du défunt...enfin..

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Mais la sonnette retentit, effrayante...cette fois, ce sont les croque-morts qui arrivent ...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Et le rideau tombe (enfin la lumière s'éteint !), c'est la fin des "Derniers devoirs" ...

    Voilà comment  Louis Calaferte présentait sa pièce de théâtre :

    "Le ridicule susceptible d'entourer matériellement la souffrance, obligations, convenances, exigences du subalterne quotidien, voilà qui véhicule une force comique gommant la réalité de la souffrance morale ou physique"

    Les trois comédiens ont été très applaudis, leur jeu sans faille a tenu en haleine les spectateurs, dans cette évocation, burlesque et glaçante d'une famille tragiquement dérisoire...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Après le spectacle nous avons pu retrouver les comédiens...Ici Laurence Boyenval s'entretient avec Madame Estrat, présidente de Châtillon-Scènes qui a organisé la venue du Rocher des Doms.

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Quel plaisir de revoir Sylvain Marmorat  qui était mon voisin, il y a ...très longtemps ! quel chemin parcouru depuis les débuts de sa troupe à Châtillon sur Seine, sa composition magistrale de Saint Bernard, mis en scène par son ami Michaël Lonsdale à Clairvaux, son installation dans la région dijonnaise et ses grands succès actuels !

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Bénedicte Ressot , charmante comédienne et le régisseur du Rocher des Doms..

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Les châtillonnais sont heureux de retrouver l'enfant du pays !

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Le 13 janvier c'est devant les collégiens du Collège  Fontaine des Ducs, les Lycéens du Collège-Lycée  Saint Vincent et ceux du Lycée Désiré Nisard, que le Rocher des Doms a interprété "les derniers devoirs" de Louis Calaferte.

    L' échange, à la fin de la pièce,  entre Sylvain Marmorat et les jeunes a été très enrichissant.

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    "Les derniers devoirs" de Calaferte, au théâtre Gaston Bernard de Châtillon sur Seine...

    Sylvain Marmorat a évoqué Louis Calaferte, un auteur qui est malheureusement peu connu, voici une petite biographie de cet homme qui finit sa vie en Côte d'Or, précisément à Blaisy-Bas, il repose d'ailleurs dans le cimetière du village.

    Ecrivain français d'origine italienne (1928-1994) à qui l'on doit une oeuvre âpre, sensuelle et lyrique, dominée par le sentiment de révolte contre l'injustice et par le désir de vivre.

    Écrivain français, Louis Calaferte est né le 14 juillet 1928 à Turin. Garçon de courses à treize ans dans une usine de piles électriques puis manœuvre, il commence son œuvre littéraire par le théâtre. Il publie Requiem des innocents, qui connaît le succès en 1952. En 1956, il s'installe à Mornant dans les monts du Lyonnais et y écrit Septentrion, ouvrage taxé de pornographie qui fut censuré et interdit à la vente et réédité seulement vingt ans plus tard, grâce à Gérard Bourgadier, chez Denoël.

    Écrivain mal connu, incompris (car mal et insuffisamment lu) et souvent ignoré, jugé excessif parfois dans son propos, homme d'enthousiasmes, d'indignations et de colères, mais tout autant homme de réflexion, réservé et secret, Louis Calaferte a dénoncé la société, l'État et l'esprit bourgeois. Il fut un poète vigoureux et sensible, à l'écriture précise et crue, violente et acerbe. Son œuvre se compose d'une bonne quarantaine de volumes, nouvelles et de récits, poèmes, essais, carnets et pièces de théâtre.

    Louis Calaferte habitait Blaisy-Bas, il est décédé le 2 mai 1994 à Dijon.

    Merci à Châtillon-Scènes, et à la Compagnie du  Rocher des Doms de nous avoir permis de connaître cet auteur, et ainsi de l'avoir apprécié .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :