• Les poèmes présentés à la Journée de la Poésie de Villaines en Duesmois

    Voici les quatre très beaux poèmes présentés au cours de la Journée de la poésie, le 21 Novembre 2010 à Villaines en Duesmois.

    Le thème en était "les ruines" puisque le village possède les restes d'un magnifique château féodal des Ducs de Bourgogne.

    Antoinette Quarré, poétesse et lingère

    J'illustrerai d'ailleurs les  poèmes par une vue de ces majestueuses ruines, et je les présenterai  par l'ordre alphabétique du nom de leur auteur.

    Les poèmes étaient si réussis qu'un classement n'a pu être fait par le jury, ils ont donc tous été primés, ce qui était justice, jugez-en :

    RUINES

    (Marie-Noëlle André)


    Si les vieilles pierres pouvaient parler
    Que pourraient-elles bien nous raconter ?

    La sueur des milliers d’ouvriers
    Qui jadis les ont assemblées,
    Les personnalités y ayant séjournées,
    Ou la splendeur des fêtes qui y furent données

    Qu’elle fut le théâtre de drames,
    Ou d’aventures de gentes dames,
    Témoin de sombres diableries,
    Ou simplement d’espiègleries,
    Toute ruine est porteuse d’une histoire,
    Qu’elle soit petite ou grande,
    Celle d’une défaite ou d’une victoire,
    Mais souvent entrée dans la légende.

    Qu’elles soient issues d’un château féodal
    Ou d’une demeure seigneuriale,
    Ou bien encore d’un palais royal,
    A la finale toutes les ruines sont égales.

    Quand vous rencontrerez un de ces vestiges,
    N’hésitez pas à les approcher
    Et tendez l’oreille à leur histoire racontée
    Vous en aurez certainement le vertige.

    Antoinette Quarré, poétesse et lingère

    RUINES

    (Philippe Graffin)


    Avec des cathédrales d’orties
    Pour uniques jardins
    Avec des forteresses de ronces
    En guise de vergers
    Avec des pierres roulées
    Perdues dans les hautes herbes
    Vous êtes là mes ruines,
    Séculaires à jamais abandonnées
    Citadelles dont ne subsistent que des fossés muets
    Restes d’empires défaits aux guerriers enfouis sans sépulture.
    Majestés qui commandiez ces empires, régniez sur ces royaumes
    Que reste-t-il de vous hormis ces fragments épars et divisés
    Pierres d’orgueils vaincus ?
    Que demeure-t-il de vos saintes et savantes alliances
    Prêtes à recréer le monde entier siècles après siècles
    Sinon quelques bornes dans la trace de chemins qui s’effacent
    Parmi les belles marguerites qui se balancent parmi les dalles
    Qui n’ont plus ni nom ni dates ?
    Enfin savez vous que les pierres des champs ont subi un même sort,
    Que la terre des moissons est aussi faite de celles des grandes batailles,
    Battue par l’assaut des fantassins, le galop des cuirassiers,
    Ecrasée par les chenilles des tanks
    Là tout à côté de vous !
    Sur les étendues de Lorraine, de la Marne et aussi beaucoup plus tôt de la Bourgogne
    Mais nous ne vivons pas dans un cimetière à tombes perdues
    Ce que la main et les armes de l’homme ont su abattre pour défendre et conquérir,
    Elle a su reconstruire, restaurer, et sinon rendre la vie en faire revivre la mémoire,
    Sinon l’âme
    Quel plus beau lieu pour l’évoquer que le château de Villaines et ses quatre tours
    Qui marquent la limite du Duché de Bourgogne, tout près du chemin des Romains
    Et de la route des pèlerins de Sainte Reine.

    Antoinette Quarré, poétesse et lingère

    LES QUATRE TOURS DU CHÂTEAU DE VILLAINES

    (Dominique Masson)

     

    Depuis l’aube, un ciel bas , mouillé de froide bruine,
    Envahit le terrain couvert d’une herbe folle
    Où des lapins joueurs, devant moi batifolent
    Et se cachent parmi les pathétiques ruines.

    Du château fabuleux où ducs et rois vécurent,
    Ne restent que les tours écorchées, désunies,
    Témoins d’un passé d’or que le présent punit
    D’avoir été trop beau, car le présent n’a cure

    De ces murs délabrés que nulle ombre, jamais,
    Ne vient hanter la nuit sous le cri des hiboux.
    Les splendeurs de jadis, délayées dans la boue

    N’éveillent pas d’écho.Seul un cerf qui bramait
    Hier a fait vibrer par un cri sans espoir
    Ces cailloux ruisselants, oubliés par l’Histoire.

    Antoinette Quarré, poétesse et lingère

    LA TOUR

    (Roselyne Salomon)


    Née de l’orgueil de son maître
    Elle est large, elle est haute, elle est lourde.
    Il l’a voulue puissante
    « Qu’elle domine ! » Il l’exige.
    Tour apeurée d’un maître fou
    Sa blancheur dit le vertige,
    A la roche, elle s’accroche.
    Entre ses murs obèses, dans des coffres de fer
    Le maître cupide a caché ses pierres maléfiques
    « Qu’elle les garde ! » Il la condamne.
    Elle est close de partout, elle étouffe
    Sa blancheur dit la peur
    Sous l’épaisseur la douleur.

    Un temps… deux temps…mille temps.
    La brise… un souffle… un ange ?
    Promesses chuchotées, elle attend.
    La pluie, le vent, l’oiseau
    Ça s’égoutte, ça souffle, ça caresse.
    De l’eau sur les dalles, de l’air dans les pierres,
    Courants d’air salutaires, la tour respire.
    Le lierre, la linaire, les capillaires
    Ça grimpe, ça pousse, ça s’étale
    Le lézard, la fourmi, les choucas
    Ça gratouille, ça chatouille, ça s’installe.
    Tiens, un curieux qui s’avance…
    C’est un signe
    Signe de ruine, enfin !

    Chaque poète a été récompensé par un recueil de poèmes, voici celui reçu par mon amie Roselyne..

    Antoinette Quarré, poétesse et lingère

    Ce fut une bien belle journée sous le signe de la poésie, art dont nous manquons cruellement  dans notre société si matérialiste et si éloignée de la beauté pure...

    A renouveler donc, pour notre plus grand plaisir !

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


  • Commentaires

    3
    Mardi 8 Février 2011 à 22:59

    Je viens de découvrir votre blog et le compte-rendu que vous avez réalisé sur cette journée Poésie à Villaines en Duesmois.  Ce fut une journée de rencontres et de partage dont je garde intacte la saveur.  Les trois membres de l'Association Les Délivreurs de Mots se sont senties en complète harmonie avec l'esprit de cette fête de la Poésie.

    A bientôt peut-être...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    fleur de lotus
    Samedi 27 Novembre 2010 à 17:40

    merci pour toutes ces photos magnifiques!


    et pour prendre le temps de réaliser ces reportages pour notre plus grand plaisir!


    a très bientot!

    1
    Gev
    Jeudi 25 Novembre 2010 à 09:30

    Merci pour ce billet Ce chateau est intéressant. Mais un lecteur pourrait-il nous dire si il est visitable et si oui quand (en dehors des journées du Patrimoine)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :