• Les "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Journées hydrauliques" dans le Châtillonnais

    (Cliquer pour mieux lire)

    Dimanche 25 juin, lors des Rencontres Hydrauliques 2017, Christian Jacquemin a fait visiter son moulin, situé à Montmoyen.

    Un moulin qu'il a acheté alors qu'il était en ruines, qu'il a restauré et qu'il a doté d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité.

    Christian Jacquemin est, avec  François Blanchot (et d'autres passionnés),  à l'origine de l'association ARPOHC, qui lutte pour la défense des moulins.

    ARPOHC : Association des Riverains et Propriétaires d'Ouvrages Hydrauliques du Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

     Charles-François Champetier, Président d'Hydrauxois, a présenté aux visiteurs les associations Hydrauxois et ARPOHC qui luttent contre la destruction des ouvrages d'art sur les rivières.

    http://www.christaldesaintmarc.com/un-debat-sur-la-continuite-ecologique-et-l-avenir-de-nos-rivieres-a100363863

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Christian Jacquemin a retracé l'histoire du moulin de Montmoyen qui a appartenu il y a très longtemps aux moines de l'abbaye du Val des Choux, puis au châtelain de Montmoyen.

    En 1890 il brûla et fut reconstruit, puis devint une scierie :

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    La scierie s'arrêta, et le bâtiment tomba en ruine..

    Christian Jacquemin le racheta et y installa une turbine pour produire de l'électricité, ce fut la première turbine de ce type installée en France.

    Christian Jacquemin a été en butte aux tracasseries de l'admninistration qui durèrent quatre ans. Mais il a tenu bon !

    Le château de Montmoyen domine le bief où nous conduit Christian Jacquemin.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    C'est l'eau de la Digeanne qui emplit le bief du moulin.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les vannes :

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    L'eau du bief se dirige dans le sous-bief où est installée la turbine.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Pour éviter que des branches ou des feuilles pénètrent dans la turbine, la grille est munie d'une "dégrilleuse", sorte de râteau-pelle.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    L'eau arrive dans le grand tuyau qui mène à la turbine.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    La turbine est à axe horizontal.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    L'axe fait tourner la poulie...

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Et la poulie actionne l'alternateur qui produit de l'électricité.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    L'indicateur de vitesse : si la turbine tourne trop vite, les sphères de métal se mettent à tourner en tintant de plus en plus fort et préviennent le meunier que son moulin va trop vite !...

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Un jeune garçon nous en a fait une démonstration.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    L'eau continue ensuite sa progression dans le sous-bief, elle retrouve ensuite la Digeanne au bout du pré.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Christian Jacquemin est collectionneur : il montre ici différentes machines anciennes...

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    dont une qui fabriquait autrefois des boissons gazeuses.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les Rencontres hydrauliques se sont ensuite déplacées à Saint Marc sur Seine, au hameau de Chenecières, dans la propriété de monsieur et madame Seytre.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Gilles Seytre a présenté sa nouvelle hydrolienne qui a été installée dans des canalisations très anciennes  réalisées par les moines de Notre-Dame de Quincy...

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Ces canalisations de pierre étaient enfouies sous la terre, il a fallu les dégager, et y faire venir l'eau du bief voisin.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les vannes permettent d'envoyer de l'eau dans les canalisations.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Une technicienne de la Société Alrele a expliqué le fonctionnement d'une hydrolienne.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Les "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Voici l'hydrolienne qui peut produire 3 Kilowatts, lorsque la hauteur d'eau est suffisante. Cet été le niveau est un peu bas.

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    Rendez-vous aux "Rencontres hydrauliques régionales" dans le Châtillonnais

    En complément, l'ARPOHC se bat contre la destruction d'ouvrages  sur l'Ource à Prusly et Villotte.

    Christian Jacquemin vous communique :

    Les associations Hydrauxois et Arpohc vous prient de trouver ci-dessous  leur avis sur l'enquête publique relative à la destruction des ouvrages et biefs de l'Ource sur les communes de Prusly et Villotte.

    Nous vous appelons à participer à l'enquête publique avant vendredi prochain (date de clôture) :

    en exprimant votre refus par mail à l'adresse

    ddt-ser@cote-dor.gouv.fr

     et  (objet du courrier "avis enquête publique") :

    mairie.pruslysurource@wanadoo.fr

    en vous rendant le vendredi 30 juin en mairie de Villotte (matin) ou de Prusly (après-midi).

    Merci d'avance de votre mobilisation contre cette nouvelle gabegie d'argent public au détriment des riverains,  des rivières et de leurs annexes hydrauliques.

    Cordialement,

    CF Champetier Président d'hydrauxois et Christian Jacquemin
    Président de l'ARPOHC 


  • Commentaires

    1
    bridget
    Mercredi 28 Juin à 08:52

    très intéressant - merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :