•  Les Vitrines Châtillonnaises ont offert aux habitants de la ville une très agréable animation, allée des Boulangers avec musique et restauration. Cette animation,qui se déroulait parallèlement au vide greniers de la ville de Châtillon sur Seine, a eu un très grand succès.

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville

    L'animation des Vitrines Châtillonnaises lors du vide-greniers de la ville


    1 commentaire
  • Christian Jannet, le Maire de Courban, a organisé, le 15 août, une superbe exposition d'objets ayant trait à la guerre 1914-1918.

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Des cartes postales montrant Courban pendant le conflit :

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    La collection incroyable, dont les photos suivent, est celle d'un particulier qui s'est passionné pour le conflit de 1914 à 1918, auquel son père a participé.

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une prothèse incroyable !!!je ne pensais pas que cela existait à cette époque....

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Ils partaient la fleur au fusil....

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Mais que de morts dès le premier mois de la guerre....

    Voici ceux de Courban sur cette affiche :

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Et sur le monument aux Morts :

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

    Une très belle exposition de matériel de la guerre 1914-1918, à Courban

     


    5 commentaires
  •  Après la visite du château de Mauvilly, proposée par les "mardis-découvertes" de l'Office de Tourisme du Pays Châtillonnais, nous nous sommes rendus sur les lieux de l'ancien moulin du Chêne, à Duesme.

    Ce moulin, qui est en ruines depuis fort longtemps, a été acquis par madame Diebold et monsieur de la Bouëre.

    Madame Diebold nous a présenté ce site bucolique, situé près des rives de la Seine.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Le moulin du Chêne, ou du "Chaisne", est signalé dans une étude faite par  Françoise Vignier, sur le prieuré Saint Etienne de Duesme.

    http://www.bm-dijon.fr/documents/MEMOIRES%20CACO/1832-2001/1959-1962-025-07-209-219-1368006.pdf

    Ce lieu appartenait au prieuré de Saint Etienne, mais lui fut disputé par l'abbaye d'Oigny. Des luttes incessantes existèrent entre les propriétaires du prieuré (des clunisiens) et les moines d'Oigny, des procès à n'en plus finir....

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Le moulin est présent sur cette carte de Cassini, sous son nom actuel.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Cet extrait cadastral nous montre comment fonctionnait le moulin du Chêne. En bas nous voyons les méandres de la Seine, et au dessus une grande ligne droite de un kilomètre de longueur et qui était le bief du moulin.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Du bief, il reste quelques murs, visibles derrière les chèvres de madame Diebold. Il est complètement recouvert par la végétation.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Ici devait se trouver la roue  qui tournait grâce à l'eau du bief.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Après avoir fait tourner la roue qui elle même entraînait des meules de pierre, l'eau repartait à la Seine par le sous-bief.

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Le moulin du Chêne à Duesme

    Quoi de plus naturel, de plus écologique, que ces moulins qui empruntaient l'eau et la rendaient intégralement à la rivière sans pollution ! et dire que de nouvelles instructions prônent la destruction de tous les ouvrages d'art situés sur nos rivières...quelles sources d'énergie perdues par ces iniques décisions...le moulin du Bœuf à Bellenod sur Seine en est un exemple ahurissant.

    Ce texte est une parenthèse de mon cru, preuve de ma colère... et n'a rien à voir avec le moulin du Chêne, qui, hélas ne fonctionne plus depuis le XVIIIème siècle.

    En 1743, subsistaient encore la maison du meunier, ses granges, des écuries et des dépendances.

    Maintenant on ne voit plus qu'une partie de la maison du meunier, et ces granges ruinées.

    Le moulin du Chêne à Duesme

     Madame Diebold et Monsieur de la Boëre ont pensé créer une association pour promouvoir le site, cette association se nomme "Aubes de Seine", elle est sise à Gronet, 25 route d'Aignay, 21510 Duesme.

    Leur projet consiste à retrouver la fonction du moulin, permettre à ce lieu d'exister. Un lieu très bucolique, préservé, où l'on peut voir par exemple des cigognes noires près du sentier qui longe l'ancien bief.

    Pour restaurer ce lieu agréable, les propriétaires proposent de le visiter tous les premiers dimanches du mois, et pourquoi pas  les aider à le restaurer. Le site participe, le troisième dimanche de juin, à la fête des moulins.

    Plus tard pourquoi ne pas y inviter des artistes, organiser des jeux...

    Un beau projet à qui je souhaite une parfaite réussite.

     


    2 commentaires
  •  Les "Mardis-Découvertes" proposées par l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais, du 12 août, nous ont permis de découvrir un  bien beau château, entouré de douves, celui de Mauvilly.

    Madame Hegner, la châtelaine, nous a présenté les lieux avec une grande compétence et ...beaucoup humour, ce qui ne gâte rien !

    (J'avais déjà fait paraître un article sur le château, vous pourrez cliquer, si vous le désirez, sur le lien qui se trouvera en fin de page)

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Après avoir vu les deux ailes du château, les douves qui l'entourent, nous voici dans une salle haute qui nous réserve une surprise....

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Une fenêtre en bois s'ouvre et permet de voir la jolie chapelle qui est en contrebas. Une façon, pour les anciens châtelains, de pouvoir suivre la messe sans se mêler aux autres...

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    La "salle du diable" se trouve en haut d'une des tours .. Le carrelage a dû être refait car il était très abîmé près de la cheminée, là où l'on fendait le bois sur un billot...

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Voilà cette tour, on remarque une petite construction qui en déborde....

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Cette petite excroissance, c'est un minuscule réduit qui servait de...toilettes...la meurtrière permettait aussi de tirer sur les ennemis.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    De magnifiques douves entourent le château, elles sont alimentées par des sources, en effet aucune rivière ne passe à Mauvilly.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Lorsque la famille Hegner a fait l'acquisition du château, les douves n'avaient pas été curées depuis au moins 150 ans, l'eau montait à plus d'un mètre du niveau actuel.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    En passant près du bâtiment moderne, nous remarquons cette jolie gargouille en zinc...

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    La première fois où je suis allée au château de Mauvilly, je n'avais pas visité l'ancien verger, j'en montre donc là quelques images.

    Ici nous voyons l'ancien chenil

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Au fond le colombier qui se rappelle tous les jours à madame Hegner par sa vétusté, elle nous a dit qu'elle en était bien attristée...En effet, refaire pareil bâtiment reviendrait très cher, la couverture en "laves" et le  travail du lavier, coûtant une fortune...

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    En haut, un appelant en bronze...

    Au moment des semailles, les pigeons étaient enfermés, sinon ils auraient picoré tout le grain semé.

    Les pigeons servaient, avec leurs œufs, de nourriture pour les habitants du  château, les châtelains et leurs nombreux serviteurs..

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    La châtelaine nous présente un beau bâtiment, celui où habitait autrefois le jardinier du domaine.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    La pièce du bas servait d'orangerie, on y faisait pousser des plants. Le sol était légèrement incliné pour que l'eau d'arrosage puisse s'échapper par des trous sous les fenêtres.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Un bel escalier permettait au jardinier de rejoindre son logis.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Cette jolie demi-tour était l'endroit où l'on enfermait quelques chiens. Ceux ci observaient les allées et veues d'intrus par une petite ouverture. Leurs aboiements prévenaient les châtelains .

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Ce joli monument contenait autrefois une statue de la Vierge. A sa base on lit le nom des anciens châtelains, le Comte et la Comtesse d'Ivory,  qui l'avaient fait ériger.

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Madame Hegner , pour terminer la visite, nous présente cette adorable chapelle qui date du temps de Philippe le Hardi...

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Visite du château de Mauvilly avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais

    Voici le lien de mon précédent article sur le château de Mauvilly :

     http://www.christaldesaintmarc.com/le-chateau-de-mauvilly-c367123

     


    votre commentaire
  •  Au dessus du village de Duesme, dans le canton d'Aignay le Duc, se dressait autrefois une imposante forteresse construite sur un éperon rocheux escarpé.

    Cette forteresse , en ruines actuellement, appartint d'abord, au XIIème  et XIIIème siècles, aux seigneurs de Duesme, puis passa au XIVème aux Ducs de Bourgogne.

    Le château de Duesme

    Le château était protégé par trois fossés successifs taillés dans le roc. Le premier date de l'époque néolithique. Au delà du deuxième fossé se trouvaient l'entrée fortifiée du château, les communs et la chapelle, les courtines épousaient les formes de la falaise.

    Dans la crypte de la chapelle (inaccessible actuellement) on remarquait deux pilastres romans qui sont, paraît-il, maintenant au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Le château de Duesme

    Le château de Duesme était une des plus considérables forteresses de notre province. Il fut le théâtre de plusieurs sièges importants, notamment contre les Ecorcheurs qui s'en emparèrent en 1363.

    Le château de Duesme

    Pendant la Ligue, les ligueurs se rendirent maîtres de la forteresse et le comte de Tavannes l'assiégea. A ce moment, Henri III rendit l'âme, aussi le Président Frémyot fit jurer fidélité au nouveau Roi, aux nobles et aux soldats de Tavannes. La forteresse fut reprise et Henri IV la fit démanteler en 1595.

    On pouvait encore la voir en 1750.

    Depuis, la végétation a tout envahi...

    Le château de Duesme

    Aussi quelle  heureuse surprise, lorsque je m'y suis rendue dernièrement,  de voir que des travaux ont lieu sur le promontoire ! Un pont a été construit, surplombant l'immense fossé...

    Le château de Duesme

    Le château de Duesme

    Le pont s'appuie sans doute sur les bases de l'ancien pont-levis...

    Le château de Duesme

    Et lorsque l'on passe le pont, on aperçoit une tour  en réfection !

    Le château de Duesme

    En y pénétrant on admire le magnifique plafond de pierre...

    Le château de Duesme

    Le château de Duesme

    Le château de Duesme

    La forteresse de Duesme appartient à un propriétaire privé. Qu'il soit félicité pour son action de sauvetage de ce fabuleux patrimoine châtillonnais !

    Dans l'enceinte de la forteresse, se trouvait, sur l'éperon rocheux , non seulement le château, la chapelle, mais aussi un cimetière et un prieuré, le prieuré Saint-Etienne.

    Sur ce plan réalisé par Françoise Vignier on voit très bien l'immense promontoire qui les contenait.

    Le château de Duesme

    Françoise Vignier a réalisé une remarquable étude sur ce prieuré, à lire en cliquant sur le lien suivant :

    http://www.bm-dijon.fr/documents/MEMOIRES%20CACO/1832-2001/1959-1962-025-07-209-219-1368006.pdf 

    Dans ce texte, vous trouverez mention d'un moulin nommé "le Moulin du Chaisne", aujourd'hui du Chêne, que L'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais nous a permis de découvrir dernièrement.

    Un article sur ce moulin paraîtra prochainement.


    votre commentaire
  •  


     


    3 commentaires
  • Sur le site du Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix on peut lire la  courte biographie d' un médecin châtillonnais :

    Octave Terrillon, né à Oigny en 1844, devient chirurgien- chef de la Salpêtrière à Paris, il codifie l'asepsie.

    Il inventa l’autoclave avec Terrier vers 1888 ce qui permit la stérilisation des instruments et des linges.

    Ses travaux furent recueillis et publiés par le docteur Chaput et l’administration postale édita un timbre à son effigie, dans la série savants et inventeurs en 1957. Il décèdera en 1895.

    Octave Terrillon, inventeur de l'asepsie

     


    votre commentaire
  • Le 101ème TOUR DE FRANCE, 8ème étape:  TOMBLAINE GERARDMER

    Passage à la BRESSE

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Véhicules très originaux de la caravane publicitaire du TOUR DE FRANCE :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Montée au Col de la Grosse Pierre :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    9ème étape  GERARDMER  MULHOUSE

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Des Fans de toutes régions et pays :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Passage de la caravane :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    La caravane :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

     Sur la ligne du départ :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    L'hélicoptère qui filme le tour :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Bravo à ces très grands sportifs :

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

    Un des bus qui accompagne les coureurs 

     Merci et bravo à tous

    Une étape du Tour de France vue par Nicole Prévost...

     


    votre commentaire
  •  Samedi 9 août, l'Association des Amis d'Aignay le Duc nous a conviés à une conférence double : tout d'abord, celle présentée par Patrick  Degoix sur les carnets de campagne de son grand-père  Gabriel Degoix, puis celle de Leslie Marchand qui nous a lu les lettres écrites à sa famille, durant le conflit, par son père Louis Marchand.

    Ces deux témoignages bouleversants ont vraiment ému les auditeurs.

    Chantal Gyulay, Présidente des Amis du Canton d'Aignay le Duc, a présenté les deux conférenciers, en précisant que ces conférences étaient le prélude de l'exposition qui aura lieu à Aignay le Duc les 15,16 et 17 juillet, salle Roidot, exposition intitulée "1914, le canton se mobilise".

    Le bulletin des Amis d'Aignay le Duc qui sera présenté à cette occasion, comportera un extrait des premières campagnes de Gabriel Degoix, mis en page par Roland Fritsch.

    Un numéro à ne pas manquer. (la suite en 2015 et 2016)

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Patrick Degoix a présenté son grand-père Gabriel,  menuisier,  habitant de Saint Broing les Moines, qui  fut mobilisé en juillet 1914.

    Ce dernier avait une solide instruction primaire, prolongée de deux années au Collège, ses écrits sont très lisibles et remarquablement rédigés.

    Il traversa la grande guerre de bout en bout,  en consignant ce qu'il voyait, ses impressions, sur de petits carnets.

    Ce qui revient le plus souvent dans ce qu'il écrit, c'est ce qui le touchait personnellement : le temps qu'il faisait, les conditions de vie, les pays traversés, les rumeurs qui circulaient, les combats auxquels il participait, les camarades qui disparaissaient, la joie d'une permission.

    Il parle peu de ses faits d'armes qui lui ont valu pourtant deux citations, la médaille Militaire et la Croix de Guerre. Il ne montre, de plus, aucune haine à l'égard de l'ennemi, qu'il appellera seulement deux fois "les boches".

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Voici ces carnets qui sont consultables aux Archives Départementales de la Côte d'Or, sous forme numérisée.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Gabriel Degoix était sous-officier au 60ème Régiment d'Infanterie de Besançon.

    Du 31/7/1914 au 17/12/1918 il a rédigé , durant 1601 jours, ces carnets représentant un support de l'ordre de 200 pages.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Ces carnets, mis en page par son fils, permettent de reconstituer onze  épisodes qu'a vécu ce vaillant soldat. Voici la première lettre qu'il écrivit,depuis Besançon, à ses parents qui demeuraient à Saint Broing les Moines  (les photos sont cliquables, pour une meilleure lecture)

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Le premier épisode qu'il raconte, c'est celui de sa mobilisation près de Mulhouse :

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Puis vinrent les batailles dans la Somme et sur l'Aisne. C'est là qu'il présente, avec tristesse, la mort de Lucien Bersot qui fut fusillé parce qu'il refusa de mettre un pantalon sanglant qui venait d'être enlevé à un mort. (Cette histoire tragique, http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Bersot , fut d'ailleurs l'objet d'un téléfilm "le pantalon")

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Puis ce fut la Champagne pouilleuse, où il fut séparé douloureusement de ses amis.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Il parcourut la Marne, la Meuse et le camp de Mailly.

    Ce fut ensuite Verdun, un repos à Arc en Barrois, puis de nouveau Verdun....

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Gabriel Degoix fut blessé: un obus éclata à huit mètres de lui, ses deux bras furent traversés, une plaie horrible lui enleva la moité du biceps, que de souffrances lors de son évacuation à Bar le Duc...

    Il fut cité à l'ordre du régiment.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Dans la Somme, puis le Nord et la Belgique, il inhala des gaz qui le firent beaucoup souffrir.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Enfin ce fut la Champagne puis l'Armistice. Il put enfin retrouver sa famille et sa fiancée qu'il épousa à son retour.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Gabriel Degoix eut l'honneur de prononcer un discours lors de l'inauguration du Monument aux Morts de Saint Broing les Moines.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Ses faits d'armes lui valurent deux citations, la Croix de Guerre et la Médaille Militaire.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Patrick Degoix répondit ensuite aux questions des auditeurs.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Leslie Marchand nous lut ensuite quelques unes des lettres que son père, Louis Marchand, écrivit à sa famille habitant Minot, de 1914 à 1918.

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Ces lettres sont extraordinairement bien rédigées, pleines souvent d'humour, un humour noir, terriblement efficace....

    Les lettres qu'il envoya du Front étaient soumises à la censure, on n'y trouve donc aucune indication des lieux, du nombre de morts.

    Il envoyait une lettre tous les trois jours, ces lettres parlent de la faim, de la boue, du froid, de la pénurie de nourriture (pain et vin gelés), des colis reçus de Minot, des coups de main, de la camaraderie...

    La mort est un spectacle quotidien chez les humains, mais aussi chez les animaux : les chevaux ont aussi beaucoup souffert de ce conflit.

    La "Fraternisation" qui arriva quelquefois entre Allemands et Français par dessus les tranchées est décrite par Louis Marchand avec une certaine émotion : les uns (français) lançant par dessus les tranchées des boîtes de sardines , du gruyère, du vin, les autres (allemands) du tabac, des cigares, des conversations eurent lieu...

    Louis Marchand conte des anecdotes comme celle de la trouvaille d'un petit mot encourageant écrit par une ouvrière française à l'intérieur d'un masque à gaz, les bals dans les villages lors des déplacements.

    Il s'étonne de voir dans des demeures alsaciennes des signes montrant l'attachement des habitants à la France...mais aussi à l'Allemagne...

    Bien d'autres anecdotes encore sont décrites avec humour, comme je l'ai dit au début, nous avons ri parfois, mais nous avons eu aussi souvent le cœur serré !

    "A propos des carnets de campagne des poilus" une conférence proposée par les Amis du Canton d'Aignay le Duc

    Les conférences de Patrick Degoix et de Leslie Marchand  furent deux très beaux témoignages sur cette grande guerre.

    N'oubliez pas de venir à Aignay le Duc, les Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 août, pour visiter la remarquable exposition "1914, le canton se mobilise". Carnets de campagne de poilus, cartes postales, objets fabriqués dans les tranchées, armes, vêtements, journaux d’époque, aquarelles, et bien d’autres choses encore, nous montreront comment le Canton s'est mobilisé durant ces 4 années, au front de guerre, mais aussi, loin des tranchées, au front de la vie quotidienne.


    votre commentaire
  • Lors de la visite d'Allain-Bougrain-Dubourg au château de Bussy-Rabutin, nous avons pu admirer une exposition très intéressante sur l'utilisation de l'ocre dans le patrimoine suédois...et de plus en plus dans le nôtre, pour notre plus grand plaisir, cette couleur étant vraiment magnifique.

    À l’occasion de l’opération de peinture à l’ocre des menuiseries des communs du château par Terres et Couleurs, le Centre des Monuments nationaux a présenté une évocation par cette association de l’importance de l’ocre dans le patrimoine ainsi que l’exposition “Maisons rouges” réalisée par l’Institut suédois de Paris.

    Les portes en bois du château de Bussy-Rabutin ont pris de merveilleuses couleurs...

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    Une salle du château était réservée à des photographies de moulins, de ponts, de granges, de châteaux, de cinémas, de forges, de cabanes d’ouvriers, réalisées par Olle Norling (extraites de l’ouvrage De röda husen/The red houses ), agrémentées d’une présentation historique sur panneaux de l’extraction de l’ocre à la mine de Falun, site le plus ancien de Suède, et d’un historique de cette peinture qui a marqué l’architecture suédoise.

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    Utilisée dans tout le pays à la fin du XVIe , produite à l’échelon industriel en 1764, considérée comme signe de richesse dans les villes, on la retrouve sur les bois des manoirs, des églises, des hôtels de ville, mais aussi en milieu rural sur les murs des étables et des maisons paysannes. Comme en témoignent les aquarelles domestiques aux couleurs ensoleillées de Carl Larson à la fin du XIXe , cette peinture envahit aussi les huisseries, les meubles, les intérieurs où elle s’intègre à la perfection. Sans avoir jamais cessé d’être fabriquée, elle est devenue un symbole national et fait partie aujourd’hui du patrimoine suédois : on la voit partout, des châteaux raffinés du XVIIe aux manoirs et aux églises du XVIIIe , sur les fermes et les étables du XIXe aux chalets de vacances, bâtiments industriels et maisons contemporaines.

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    Une deuxième salle du château de Bussy était réservée au CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Côte-d’Or) et à l’association Terres et Couleurs. N’ayant jamais perdu de sa popularité à travers les siècles, l’ocre est aujourd’hui doublement apprécié dans les constructions contemporaines grâce à ses teintes nouvelles. Architectes, artistes, conservateurs redécouvrent ses qualités écologiques, naturelles et traditionnelles, sa longévité, sa facilité d’application, sa fabrication simple et son coût modique.

    Les opérations “couleurs locales”, conduites par l’architecte Félicien Carli, du CAUE, qui ont permis de repeindre les portes et les fenêtres de plus de vingt villages depuis 2006 grâce à la recette suédoise (fournie lors de l’exposition) avec de l’ocre de Bourgogne (premier producteur d’ocre au monde, notamment de Saint-Amand-en-Puisaye, dans la Nièvre, au XIXe ), témoignent aujourd’hui d’un intérêt certain et accru pour cette peinture.

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    "Maisons rouges" une très belle exposition au château de Bussy Rabutin

    (La documentation en bleu  provient du site du Château de Bussy-Rabutin)


    votre commentaire
  •  Bravo madame Mutez pour le fleurissement magnifique des abords de votre station-service, fleurissement plein de couleurs et de bon goût !

    La station Avia est toujours très bien fleurie, comme tous les étés !

    La station Avia est toujours très bien fleurie, comme tous les étés !

    La station Avia est toujours très bien fleurie, comme tous les étés !

    La station Avia est toujours très bien fleurie, comme tous les étés !


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  Les "Mardis-Découvertes" proposés par l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais, nous ont permis de découvrir, après la visite de ce qui subsiste de l'abbaye d'Oigny, une exploitation agricole bio, située à Billy les Chanceaux.

    Sylvie et Pascal Guérin sont producteurs récoltants en agriculture biologique depuis quinze années. Leur exploitation a une surface de 220 hectares. La moitié de cette surface est consacrée à l'élevage de trente cinq vaches limousines allaitantes, âgées de trois à quatre ans, et de leurs veaux, élevés sous la mère, bien entendu. Cet élevage est bien sûr bio, la viande que produisent ces animaux est d'une très grande qualité en finesse et en goût.

    (Je peux personnellement l'affirmer puisque j'en ai dégusté au restaurant la Calmagne de Baigneux les Juifs, le lien sur l'article consacré à ce restaurant sera en bas de page)

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Mais Sylvie et Pascal produisent également des céréales et des légumineuses, bio bien entendu aussi.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Avec leurs tournesols et leurs colza bio, monsieur et madame Guérin produisent de l'huile.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Pascal Guérin nous explique les conditions très strictes à respecter pour avoir le label bio : deux contrôles ont lieu par an, dont un inopiné.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    L'huile obtenue après le pressage à froid des graines, est une huile vierge. Après décantation elle prendra la belle couleur dorée que l'on connaît.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Les déchets seront donnés au bétail, tout comme les granulés produits par l'usine de déshydratation de Baigneux les Juifs, où Pascal emporte sa luzerne.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    De gauche à droite : luzerne, colza et tournesol.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Voici les silos de stockage des graines à huile : colza et tournesol.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Sur l'exploitation, on cultive aussi de l'avoine vendue pour faire des flocons , de l'engrain (petit épeautre) très peu riche en gluten, de l'orge et du blé qui sera vendu aux minoteries.

    Tout ces produits sont bio aussi, cela va de soi.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Nous ne verrons pas les vaches et leurs veaux, puisqu'ils sont au pré, mais nous visiterons le "laboratoire" où la viande bovine est découpée et préparée.

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Les bêtes sont abattues à l'abattoir de Vénarey les Laumes, rapportées en carcasses au laboratoire. Un boucher professionnel vient faire toutes les découpes qui seront ensuite mises sous vide.

    La viande est ensuite conditionnée en cartons de 5 à 6 kilos : beefsteaks, plat de côtes, Bourguignon etc... Des beefsteaks hâchés peuvent aussi être préparés.

    Ce n'était pas le jour de la découpe, alors Pascal Guérin nous a présenté les huiles de tournesol et de colza bio qu'il prépare...

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Quelles belles couleurs...

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le couple Guérin produit aussi des légumineuses que j'adore : les lentilles !

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Pascal nous présente la culture de la lentille...

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Un petit magasin nous a permis de nous approvisionner en huiles et en lentilles, quel bonheur de savoir que ce que l'on mange est sain et tellement de bon goût ! J'y ai vu aussi des flacons de cassis bio...

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Le CAEC de la Seine à Billy les Chanceaux

    Voici le lien de l'article sur le restaurant de Baigneux les Juifs, que je vous conseille, vous ne serez pas déçus..

    http://www.christaldesaintmarc.com/la-calmagne-a-baigneux-les-juifs-un-tres-agreable-restaurant-a-decouvr-a92749813


    1 commentaire
  •  L'abbaye Notre Dame d'Oigny fut fondée en 1116.

    Les moines y respectaient la règle de Saint Augustin. Des visiteurs célèbres passèrent à l'abbaye d'Oigny, en particulier Saint Louis, en 1269, avant son départ pour sa dernière croisade.

    Après des guerres, des pillages, il ne restait plus en 1644 que deux religieux, aussi la réforme de l'abbaye fut-elle confiée aux frères génovéfains de l'abbaye Notre Dame de Châtillon sur Seine.

    Malgré cela l'abbaye continua sa décadence et la Révolution Française acheva sa ruine. Une grande partie de l'abbaye fut détruite et son église rasée.

    L'ancienne abbaye devint ensuite une exploitation agricole, ce qu'elle est toujours de nos jours.

    L'abbaye d'Oigny

    Des bâtiments du XIIIème siècle il ne reste qu'une jolie galerie à arcades...

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    Une belle corniche bourguignonne du XIIIème siècle :

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    et une ancienne salle capitulaire voûtée d'ogives, dont les nervures retombent sur des colonnes.

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    Une autre salle voisine montre aussi des croisées d'ogives.

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    La salle des morts où l'on plaçait avant leurs obsèques, les moines décédés :

    L'abbaye d'Oigny

    Ce très beau reliquaire a été retrouvé...dans le jardin.

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    Un bel escalier conduit à l'étage où se trouvaient autrefois les cellules des moines. Toute cette partie a été transformée en appartements privés.

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    Un bel escalier de bois monte à l'étage supérieur...

    L'abbaye d'Oigny

    Ce petit cochon sympathique était la "signature" du menuisier qui avait  réalisé l'escalier !

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

    Dans cette chambre qui se trouve à la place d'une cellule monacale, on a laissé cette piscine.

    L'abbaye d'Oigny

    Un joli bâtiment se trouve dans les alentours de l'abbaye, il m'a semblé comprendre qu'il s'agissait d'une tuilerie...

    L'abbaye d'Oigny

    Un petit bras de la Seine a été détourné pour parcourir le parc de l'abbaye.

    L'abbaye d'Oigny

    On voit au loin, le superbe pigeonnier des moines...

    L'abbaye d'Oigny

    L'abbaye d'Oigny

     


    votre commentaire