• Notez donc les dates de ces futures conférences sur vos agendas pour ne pas les manquer, car elles seront passionnantes  comme toutes celles proposées par l'Association Culturelle Châtillonnaise depuis sa création !


    votre commentaire
  • Bientôt le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens !

     La trente et unième Estivale de la Compagnie des Gens a été libertaire, chantante, gourmande, cinématographique, romanesque, optimiste, avec la création de

    DANS LA COUR, une utopie prolétaire !

     Nous sommes à Paris à l’époque du Front Populaire dans une cour d’immeuble où se trouve un petit restaurant ouvrier :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Dans cette cour, existe aussi une blanchisserie :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     une imprimerie :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     un patron cynique :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     une suffragette :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

       une concierge acariâtre :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

       une coopérative :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     et des chansons…

    La vie pourrait être si belle

    Si l'on voudrait vivre d'abord

    Pourquoi se creuser la cervelle

    Quand y a du bon soleil dehors !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Voilà quelques-uns des ingrédients qui ont composé la toute nouvelle fresque théâtrale mise en chantier par la Compagnie des Gens.

    Mais, comme j'ai pris beaucoup de photos, je vais en publier quelques unes avec un résumé succinct de cette histoire foisonnante, magnifiquement écrite et jouée par des acteurs sensationnels dans des décors surprenants et très bien agencés...

    Une parfaite réussite ! Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! ! la Compagnie des Gens...


    Dans la cour, au bistrot, on refait le monde, Victor, l'ouvrier habitué du lieu, compare le capitalisme et le communisme....

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    tandis que les blanchisseuses s'affairent...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    on se rend compte que l'une d'entre elles, Ginette Baisenard , a une voix de rossignol, et qu'elle aimerait chanter à l'Opéra...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Dans cette cour parisienne  existe une imprimerie, appartenant à monsieur Batala, un cynique personnage, viveur, charmeur, même face à madame Baisenard, la concierge de l'immeuble (qui n'est pourtant pas une affaire !), mais aussi hypocrite et lâche, bref...une ordure...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Batala, fieffé escroc véreux, est criblé de dettes, il  est poursuivi par monsieur Buisson, l'huissier :

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Batala qui imprime des publications "sex appeal", tente de sauver son imprimerie en plaçant des publicités dans les pages de ses magazines.

    Il essaie de convaincre monsieur Brounion d'y insérer des pubs pour des ...suppositoires !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Batala envoie son amie mademoiselle Edith chez l'huissier pour essayer d'arranger ses affaires...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    celle-ci accepte par amour pour lui...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Et pendant ce temps, l'infâme Batala séduit  Estelle, une jeune blanchisseuse...quel odieux personnage !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Estelle   était pourtant promise au fils de la concierge, Charles Baisenard...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    et elle avait résisté aux avances d'Amédée Lange dans le métro ...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Hélas Estelle sera enceinte... Sa patronne, madame Valentine, qui fut aussi il y a longtemps, la proie de Batala, la consolera.

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Ses amies du bistrot de la cour en feront autant...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Rien ne s'arrange pour Batala, qui ne voit plus qu'une issue à la situation, s'enfuir par le train...en abandonnant Edith son amie fidèle, un degré de plus dans l'ignominie ...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Pendant ce temps, Ginette Baisenard, future soprano, a écrit à monsieur Gautier Sylla, un impresario pour qu'il puisse la faire débuter à l'opéra.

    La concierge, sa mère, est absolument contre cette idée...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Monsieur Gautier Sylla rencontre Ginette et accepte de l'aider à devenir une diva...

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Madame Baisenard , rencontre l'impresario et tombe sous son charme....Qui pourrait lui résister ?

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Elle accepte donc que sa fille devienne chanteuse d'opéra.

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Peu de temps après on apprend que le train, dans lequel s'enfuyait Batala,  a déraillé et que l'imprimeur  est mort.

    Que va devenir l'imprimerie ?? Le fils de monsieur Brounion a alors une idée de génie ! la transformer en coopérative qui réunira tous les habitants de la cour !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Et pourquoi pas imprimer le roman d'Amédée Lange "Arizona Jim"et en faire un film ??

    C'est la liesse dans la cour !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    On boit, on chante, et madame Baisenard n'est pas la dernière à profiter de la fête !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    La future diva, Ginette, sa fille, chante même  l'Internationale :  "C'est la lutte finale ..."

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Mais coup de tonnerre !

    Une nuit, un prêtre se présente à Amédée Lange dans l'imprimerie où il est resté travailler...

    c'est Batala qui a fait croire à sa mort ! Il est bien vivant et veut reprendre la tête de son commerce.

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    L'escroc sort son révolver du tiroir du bureau ... Amédée Lange s'en empare....

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Amédée, furieux de voir que le projet de coopérative tombe à l'eau, tire sur Batala....

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    L'escroc demandera à la concierge d'aller chercher un prêtre...mais il sera trop tard....

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Malgré le "crime de monsieur Lange", la coopérative pourra continuer sa route !

    Les tourtereaux vont se réconcilier et l'enfant ne sera pas un problème....

    Tout est bien qui finit bien !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

     Les magnifiques comédiens, et leur metteur en scène ont salué les spectateurs enthousiastes...quelle superbe soirée !! une chauve-souris est même aussi venue profiter du spectacle !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Elisabeth Petetin, à la régie "son et lumières", a été aussi applaudie, les effets lumineux et le son étaient parfaits !....

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! !

    Bien des spectateurs n'ont pu acheter leur billet, tant l'affluence a été grande !

    Une dernière représentation supplémentaire a été donnée hier....

    Alors, espérons que cette superbe pièce puisse être reprise plus tard...pourquoi pas au théâtre ? Ce serait sensationnel !

    En tout cas Le nouveau et fantastique spectacle 2019 de la Compagnie des Gens a emballé les spectateurs ! ! à la Compagnie des Gens pour tout ce qu' elle nous offre, pour tous ses spectacles vivants toujours différents, et ce depuis 1989, avec "La grande peur".

    Longue vie théâtrale à cette compagnie qui fait la fierté du Châtillonnais !

    Dans la cour, une utopie prolétaire

    Ecriture, adaptation, mise en scène et scénographie : Jacques Senelet

    Régie son et lumière : Elisabeth Petetin

    Chant et musique: Géraldine Salmon, Noémie Pompon, Patrick Pompon et Tom Sallembien

    Coordination : Elisabeth Hoornaert

    Décors : Benoît Chauleur, Emma Clément, Géraldine Salmon, Gilles Gautheron, Hélène Bouju, Henri Deck, Jade Baecke, Jacques Senelet, Lucie Deck, Lucile Hours, Marie-Christine Ouedraogo, Myriem Kaddachi

    Costumes : Elisabeth Hoornaert, Elisabeth Petetin, Marie-Christine Ouedraogo

    Affiche : Lucie Deck-Atelier La Malette

    Programme, communication Presse et relation sponsors : Lucile Hours

    Restauration : Leslie Senelet, Bastien Teton, Dorine Gay, Lucie Noris

    Accueil : Monique Klein, Eliane Brodzicki, Christine Chereau, Tasséré Ouedraogo

    Les acteurs :

    Madame Valentine : Marie-Laure Tridon

    Amédée Lange : Samuel Martin

    Madame Baisenard : Elisabeth Hoornaert

    Lucienne : Géraldine Salmon

    Charles Baisenard : Pierre Pompon

    Suzanne : Emma Clément

    Ginette Baisenard : Noémie Pompon

    Monsieur Batala : Benoît Chauleur

    Monsieur Buisson : Tom Sallembien

    Mademoiselle Edith : Myriem Kaddachi

    Victor : Patrick Pompon

    Charlotte la suffragette : Lucie Deck

    Estelle : Lucie Hours

    Louise : Marie-Christine Ouedraogo

    Fernande :Jade Baecke

    Madeleine : Corine Razil

    Monsieur Brounion : Vincent Marziali

    Gautier Sylla : Jacques Senelet

    Brounion-fils : Tristan Golmard

    Le facteur : Henri Deck

    PS : quel plaisir de retrouver la trame du film de Jean Renoir "Le Crime de Monsieur Lange", dont s'est librement inspiré Jacques Senelet, en lui ajoutant une multitude de personnages et de situations originales...

    Et bravo à Benoît Chauleur qui a égalé Jules Berry dans le rôle de l'ignoble Batala !


    3 commentaires
  • Les Amis du Châtillonnais vont fêter la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    J'étais loin du Châtillonnais en ce mois de juillet 2019, dans le Puy de Dôme très exactement.

    Alors, à mon grand regret, je n'ai pu assister à l'exposition proposée par les Amis du Châtillonnais sur leurs fameux "cahiers" dont le nombre dépasse actuellement les 300 exemplaires.

    Heureusement le Président de l'Association, Jenry Camus, m'a envoyé des photos qui permettront à ceux qui n'ont pu y assister, comme moi, d'en avoir une petite idée.

    Merci à lui pour son envoi.

    L'inauguration :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les cahiers :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    La fabrication des cahiers :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les monographies :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les figures du Châtillonnais :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les guerres :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les photos Martin et Duchesne :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Le bulletin :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les maquettes de monsieur Déchaud :

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective

    Les Amis du Châtillonnais ont fêté la parution de leur 300 ème "cahier", avec une exposition rétrospective


    1 commentaire
  • Dédicace du livre de Marie-Madeleine Nion "Le message perdu" à la galerie des Z'uns Possible de Chamesson...


    votre commentaire
  • Christian Labeaune, amoureux fou de la nature, a filmé dans notre ville, deux sortes d'oiseaux peu communs ...

    Bien des personnes ne les ont jamais vus, ne les connaissent même pas...mais Christian, lui, a l'œil affûté du photographe !

    Merci à lui pour toutes ses superbes vidéos...

    Le cincle plongeur à la Douix :

     Pic épeiche mâle et jeune au jardin :


    1 commentaire
  • Et pour vous rafraîchir au cœur de l'été voici de très belles photos de la saison froide réalisées par Claudie, passionnée de photographie....

     Automne :

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Hiver :

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...

    Toujours de superbes photos de Claudie Hardouin...


    2 commentaires
  • Veux-tu m'épouser ?

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    Voulez-vous danser ce soir ?

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    Le dresseur :

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    Le violoniste mexicain :

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    Le petit rat de la Seine :

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    Souvenir de croisière :

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !

    En hommage à mon métier :

    Encore quelques Créations Nodoises géniales !


    2 commentaires
  • LA FLORE REMARQUABLE DU CHÂTILLONNAIS

     La flore du Châtillonnais est la résultante d’une évolution liée à celle des conditions de sol et de climat, actuelles et passées.

     La Montagne châtillonnaise, plus élevée se comporte pratiquement comme une zone submontagnarde, qui se caractérise par des hivers froids et des étés chauds. Elle abrite dans ses combes froides et ses marais tufeux, des espèces spécifiques à ce type de milieu.

     La partie nord-nord-ouest, plus basse, manifeste des tendances climatiques de type océanique très atténuées. Ici, la côte ou cuesta ainsi que la vallée oxfordienne sont le refuge d’une flore adaptée aux marnes calcaires.

     Enfin, l’influence de l’homme est loin d’être négligeable avec les plantes à fleurs liées aux cultures et aux autres milieux anthropiques.

     Conférence de

     Marie Geneviève Poillotte

     

     Le SAMEDI 27 JUILLET 2O19 à 20 heures 30

     

    AIGNAY-LE-DUC – SALLE ROIDOT

     


    votre commentaire
  •  Cette exposition située au rez de chaussée du château de Saint-Germain en Laye, et dans sa chapelle, a été clôturée le 14 juillet 2019, je peux donc en dévoiler quelques images.

    Il y a tout juste 500 ans, au cœur de la Renaissance française, voyait le jour l'un des rois les plus méconnus de l'histoire de France, Henri II.

    Fils de l'emblématique et visionnaire François Ier, mari de l'incontournable et autoritaire Catherine de Médicis et père de l'inoubliable reine Margot, Henri II semble avoir traversé l'histoire en toute discrétion.

    Pourtant, de Nostradamus aux écrivains de la Pléiade, nombreux furent les célèbres contemporains à être touchés par sa personnalité.

    Le Musée d'Archéologie Nationale a donc voulu, par cette exposition, lui rendre hommage.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Nous avons été accueillis par la reproduction d'une armure de l'époque .

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Voici le portrait du roi Henri II, réalisé par Clouet :

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    et celui de son épouse, la reine Catherine de Médicis (copie d'un portrait se trouvant dans la galerie des Offices à Florence)

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    L'ascendance, et la descendance de François Ier et de son épouse Claude de France est présentée sur ce tableau.

    François Ier fils de Charles d'Orléans et de Louise de Savoie, et son épouse Claude de France, fille de Louis XII et d'Anne de Bretagne eurent sept enfants, dont deux morts en bas âge.

    Les survivants furent Charlotte, François, Henri (futur Henri II), Madeleine et Charles.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Le château de Saint-Germain en Laye fut la résidence de François Ier qui trouvait "le château plaisant", il fit sculpter partout son emblème "la salamandre".

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Cette peinture représente des combats de lions, d'ours, de tigres et de taureaux qui ont été donnés en spectacle pour la venue du roi de Navarre.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    On peut admirer dans cette vitrine, les grands sceaux de François Ier et d'Henri II.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Ici une quittance de 1557, pour les frais d'une députation envoyée par la ville de Paris à Saint-Germain en Laye (parchemin, plume et encre brune)

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Ce splendide émail peint sur cuivre et or, attribué à l'atelier de Léonard Limosin, représente le siège de Calais.

    Il témoigne de l'importance de la victoire remportée par le duc de Guise.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    D'autres médailles et tampons destinés aux cachets de cire.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    On peut admirer ici la masse d'armes du dauphin, futur Henri II (fer damasquiné d'or et d'argent attribué à  Diego de Calas, damasquineur)

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    et la "bourguignotte" du roi Henri II, réalisée par un atelier milanais vers 1550, en fer repoussé, bruni, doré et partiellement damasquiné d'or et d'argent, cuir et textile, quelle beauté...

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Dans la chapelle on peut voir la reconstitution d'une couleuvrine sur roues, utilisée à l'époque d'Henri II....

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    La chapelle du château de Saint-Germain en Laye possède des piliers à chapiteaux finement sculptés.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II

    ainsi qu'une clé de voûte originale.

    Lors du voyage de la SAHC au Musée National de l'Archéologie, nous avons pu visiter une exposition sur Henri II


    votre commentaire
  • Claudie Hardouin, (qui signe Claudie H), a exposé un certain nombre de ses très belles photographies à l'Office du Tourisme de Châtillon sur Seine en juin.

    Elle m'a permis d'en publier ici d'autres qu'elle n'a pu présenter, faute de place, lors de son exposition, merci à elle !

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...

    Les superbes photos de Claudie Hardouin...


    3 commentaires
  •  Le musée du vin de Beaune est logé dans l'ancien hôtel des ducs de Bourgogne.

    Il fut le premier musée dédié à l’histoire de la Bourgogne viticole en 1946. 

    Le Musée du vin de Beaune

    C'est dans le cadre prestigieux de l'Hôtel des Ducs à Beaune que s'ouvrent les portes du Musée du Vin de Bourgogne. Le musée se consacre à l’histoire de la culture de la vigne et de la fabrication du vin, ainsi qu’aux hommes qui façonnent le terroir bourguignon. Les collections ethnographiques, artistiques – tapisseries notamment de Michel Tourlière et de Jean Lurçat – et des objets de la vie quotidienne rendent hommage aux savoir-faire des vignerons de la région

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Nous visitons tout d'abord une cuverie, dont la charpente est remarquable, et qui abrite plusieurs pressoirs spectaculaires qui datent du XVIe au XIXe siècle.

    Le Musée du vin de Beaune

    Pressoir à roue horizontale serrant à la corde :

    Le Musée du vin de Beaune

    Pressoir vertical à cage carrée, roue latérale verticale :

    Le Musée du vin de Beaune

    Pressoir  en pierre, incomplet :

    Le Musée du vin de Beaune

    Pressoir à pression horizontale :

    Le Musée du vin de Beaune

    Pressoir à grand point d'Hurigny :

    Le Musée du vin de Beaune

    un canon paragrêle :

    Le Musée du vin de Beaune

    A travers l’évocation de l’histoire de la viticulture, des pratiques viti-vinicoles, de la tonnellerie, du négoce, de l’œnologie, les collections témoignent de la construction historique de la Bourgogne viticole et de ses vins.

    Depuis l'époque antique avec ces amphores :

    Le Musée du vin de Beaune

    Amphore piriforme dite "Péliké"

    Le Musée du vin de Beaune

    Vierge à l'Enfant dite Vierge au raisin, du XVIème siècle :

    Le Musée du vin de Beaune

    Fontaine à vin de table représentant Bacchus, faïence de Roen, XVIIIème siècle :

    Le Musée du vin de Beaune

    Les outils du vigneron :

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Bouteilles très anciennes de grands millésimes ..qui n'ont pas vocation à être dégustées.

    Le Musée du vin de Beaune

    Evocation de la Saint-Vincent , fête traditionnelle des vignerons.

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Paire de cimarres en étain duXVIIIème siècle :

    Le Musée du vin de Beaune

    L'espace des arômes des vins rouges...

    Le Musée du vin de Beaune

    et des vins blancs.

    Le Musée du vin de Beaune

    Dans ce musée du vin de Beaune on peut admirer des tapisseries de grands maîtres comme Jean Lurçat et Michel Tourlière.

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune

    Le Musée du vin de Beaune


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Dominique Masson, historien passionné du Châtillonnais, a profité de la réfection de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine pour voir s'il y restait des traces de l'ancien couvent des Bénédictines.

    Ces traces il les a déjà évoquées dans ce premier article :

     http://www.christaldesaintmarc.com/l-histoire-de-l-hotel-de-ville-de-chatillon-sur-seine-racontee-par-dom-a159792216

    Voici la suite de son étude que je qualifierai de géniale, puisque personne avant lui n'avait pensé à rechercher ce qui restait du passé du bâtiment.

    Notule d’histoire

    L’hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (2)

     

    A la Révolution, le 12 messidor an V, la maison conventuelle des Bénédictines fut acquise par Etienne Ligerot. Ce dernier revendit très vite cette propriété à Louis-Toussaint Estienne, négociant drapier. En 1819, celui-ci la revendit à Robert Royère, de Dijon.

    A cette époque, le rez-de-chaussée était divisé en 8 ou 9 pièces, le premier en 9 pièces et le second en 20 pièces. C’est à ce moment que la municipalité, mal installée dans l’ancienne abbaye des Carmélites, songea à l’acheter pour s’y installer avec, en plus, la sous-préfecture, le tribunal de première instance et ceux de commerce et de justice de paix, ainsi que la gendarmerie ; on pouvait même y établir, dans tout le rez-de-chaussée, une maison de détention. Cet achat fut approuvé par le roi Louis XVIII. Mais le conseil d’arrondissement changea d’avis, ne souhaitant y mettre que la mairie et la sous-préfecture.

    Finalement, après un nouveau projet et des échanges de bâtiments, l’ancien couvent fut acheté  le 13 mars 1820, mais Robert Royère eut du mal à se faire payer ; le préfet décida alors que les communes de l’arrondissement de Châtillon aideraient la ville de Châtillon à rembourser l’achat (certaines communes attendront jusqu’à 1846 pour être remboursées).

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Lors de l’achat, en 1821, un mur longeait la façade est, séparant la cour d’honneur devant l’abbaye du potager, le long de la Seine.

    Entre celle-ci et le bâtiment de l’abbaye se trouvait un vivier. La rue des Bénédictines, au nord, était étroite et bordée par les remises et dépendances.                               

    Hôtel de Ville et sous-préfecture s’installèrent dans ces bâtiments, mais la répartition des locaux fut quelque peu difficile. Si le sous-préfet eut un appartement en 1822, il dut attendre 1823 pour avoir une salle à manger, car celle-ci faisait partie du lot de la ville et le maire lui en refusait la location, car elle était louée à un maître de dessin.

    La place devant la mairie/sous-préfecture était assez restreinte, une allée avec des rangées d’arbres faisait partie de l’ancienne abbaye.

    De 1809 à 1823, la Ville réussit à acheter des terrains pour agrandir cette place.

    Mais la coexistence entre mairie et sous-préfecture continuait à être un peu compliquée, ils avaient par exemple le même perron comme entrée. Sur le plan de 1825, on voit un petit perron au bout de l’aile ouest, peut-être pour desservir uniquement la mairie.

    Le maréchal Marmont forma alors le projet de diviser le champ qui lui appartient, près la promenade du Cours- l’Abbé, en diverses portions, sur lesquelles des maisons doivent être construites…Pour favoriser l’exécution de ce projet, dont l’utilité est généralement sentie, il importait d’établir une communication facile entre la Place publique, sise au centre de la Ville, et au devant des Hôtels de la Mairie et de la Sous- Préfecture, et le terrain où l’on commence de bâtir, lequel doit former le nouveau quartier…Cette communication ne pouvait se réaliser, qu’en coupant une partie des remises et écuries, qui dépendent de l’Hôtel de Ville et de celui de la Sous- Préfecture, ce qui occasionnerait des frais assez considérables,  pour ne présenter encore, après la reconstruction, qu’un aspect tout à fait difforme…

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Sur un plan, non daté, on voit que la sous-préfecture possède, selon le partage de 1822,  écurie et basse-cour (entre les lettres E, G, H et J), ainsi qu’une partie de jardin derrière le bâtiment principal (entre B, C, D, E et F) diminuant largement le jardin public.

    Aussi, en 1826, le conseil municipal fut d’avis de proposer d’échanger cette parcelle, contenant10 ares 70 centiares, contre le terrain le long de la Seine, contenant 11 ares 20 centiares.  

    En outre, la mairie s’engageait à clore de murs cette partie de jardin et construire  à l’extrémité bordant la rivière, un remise percée de deux arcades ; une écurie pour y placer quatre chevaux et un petit escalier pour la desserte du fenil, éclairé par trois fenêtres, qui régnera sur les remise et écurie ; ensuite, dans le même prolongement et en contigüité… une petite basse cour avec un tect à porc et poulailler au dessus. La partie entre le bâtiment de l’abbaye et la Seine devint le jardin privé de la sous-préfecture, séparé de la cour d’honneur par un mur. 

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    En même temps, en 1826, dans le cadre de l’aménagement du nouveau quartier décidé  par le maréchal Marmont, l’étroite rue des Bénédictines fut remplacée par une large voie (actuelle rue Président Carnot).

    Le conseil municipal décida alors de modifier la façade de l’Hôtel de Ville qui donnait sur la rue élargie en y ajoutant, le long de celle-ci,  une galerie qui conduisait à une nouvelle porte d’entrée, encadrée de colonnes.

    Sous-préfecture et mairie eurent ainsi chacune leur entrée séparée. La place fut également agrandie par le déplacement des grilles ; un muret surmonté de grilles fut construit au raz du bâtiment de l’hôtel de ville.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Cette galerie est faite avec de grosses dalles en pierre, reposant, côté bâtiment, sur le boudin recreusé et, de l’autre, sur un entablement en pierre,  soutenu par des colonnes doriques

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Pour soutenir le poids de ces colonnes encadrant la nouvelle entrée, deux corbeaux en pierre furent installés dans le mur, sous les dalles,  mais invisibles extérieurement.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Quatre bornes en pierre ont été placées, deux au bas de l’escalier et deux sous la galerie ; ces dernières entaillent un peu le socle en pierre et elles sont tronquées à l’arrière car, à la fin du XIXe  et au début du XXe siècle, le dessous du perron était fermé par des panneaux.

    Auparavant, selon Jean Lagorgette (le Châtillonnais et l’Auxois du 27 février 1937), il aurait existé une auberge au moins jusqu’à 1835 et Alexandre Dumas y aurait fait faire une halte à la diligence (Les Compagnons de Jéhu ?), avant d’être attaquée au goulet de la Gloire-Dieu.

    Plus tard, dans le réduit situé à gauche du perron, l’appariteur Choucroute Maréchaux (célèbre par son apostrophe : Madame, vous sentez la betterave !) tint son office de barbier-coiffeur.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Le rez-de-chaussée du bâtiment, en partie enterré, a été en partie masqué par cette galerie, et les ouvertures largement modifiées.

    Tout le rez-de-chaussée de l’abbaye, côté extérieur comme côté intérieur, présente un fruit, c’est-à-dire une diminution de l’épaisseur qu’on donne à un mur au fur et à mesure que l’on s’élève, ceci pour pouvoir supporter le poids des étages supérieurs.

    En outre, les pierres sont en général choisies en calcaire plus dur. Selon certains écrits, une boutique aurait existé sous cette galerie, au XIXe siècle.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Deux chaînages  horizontaux courent sous les onze fenêtres du premier étage, mais il y a eu ouverture de portes (deux aux extrémités et la porte centrale) et certaines irrégularités.

    Au nord, après la porte, un chaînage vertical descend sous la fenêtre ; à l’étage inférieur, le boudin manque. Sous la fenêtre suivante, le chaînage vertical descend lui aussi à l’étage inférieur et l’encadrement est encore visible dans le soubassement. A l’ouest, existe également un chaînage vertical, mais le boudin en dessous court tout le long du mur.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Aux onze fenêtres du premier étage correspondent onze autres fenêtres au second étage, avec un chaînage entre le premier et le second étage et dessous et dessus  les fenêtres du second étage. Enfin, au niveau des combles existent cinq lucarnes, avec des frontons triangulaires aux deux extrémités et au centre, encadrant deux lucarnes aux frontons en demi-cercles.

    Comme pour toutes les lucarnes, les moulures entrant dans le toit sont en bois.

    La mairie voulut avoir une salle de spectacle.

    Elle fut prévue en 1826 le long de la Seine, contre le jardin de la sous-préfecture. Puis, finalement, on décida d’en créer une à l’intérieur même de la mairie.

    Alors que la grande salle de l’hôtel de ville se trouvait à droite en entrant, la nouvelle salle sera à la place du bureau de la mairie, du cabinet du maire et d’un escalier.

    Ceci fut réalisé en 1832-1833, sur les plans de l’architecte voyer S. Tridon, modifiés par Roze, architecte à Châtillon.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    La municipalité avait contacté Etienne Bouhot pour exécuter la décoration de la salle de spectacle en construction. Dans une lettre datée du 26 août 1832, son fils Auguste lui écrivait : Il faudrait d’abord que cela ne nuisit en rien aux travaux du panorama[1] qui seraient peut-être plus avantageux et ensuite maman me suggère une réflexion qui me semble parfaitement juste. C’est que pour faire une pareille entreprise, il faut beaucoup de fonds pour les avances… Il paraît que les Châtillonnais aiment mieux la quantité que la qualité et qu’il leur faudrait pour 20 pistoles des tableaux de 15 pieds carrés. Amateurs !...   

    Finalement, c’est l’architecte Roze qui fera les peintures décoratives de la salle de spectacle.                

    A la place prévue avant pour la salle de spectacle, furent construites des halles neuves, les anciennes étant de l’autre côté de la Seine (halles au blé).

     [1] Il doit s’agir du panorama  d’Alger, alors fermé pour travaux, et sur lequel Bouhot effectue alors des réparations ; à la même époque, la municipalité lui refusa l’achat de deux tableaux, destinés à la bibliothèque, car jugés trop petits ; « Etienne Bouhot, 1780-1862 » ; catalogue d’exposition à Semur ; Marmagne, 2001

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    On trouve également quelque dissymétrie sur la façade nord-est, côté jardin.

    Au rez-de-chaussée, le sous-bassement en grosses pierres est percé de huit ouvertures, avec un puits sous l’une des fenêtres.

    Un chaînage court sous les dix fenêtres du premier étage, mais les ouvertures ne sont pas espacées régulièrement. Ceci se retrouve à l’étage supérieur, avec aussi dix ouvertures, au dessus de celles du premier étage. Les chaînages existant côté rue Carnot se continuent sur cette façade.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Afin de consolider l’édifice, des tiges métalliques, des tirants, ont été installées, aussi bien côté sud que côté nord, afin de mieux assurer les efforts de traction ; chaque bout est lié à une ancre, qui peut avoir plusieurs formes. 

    Au niveau des combles, on retrouve cinq lucarnes, possédant alternativement des frontons triangulaires et des demi-cercles, mais la dernière ouverture, près de l’angle nord, est particulière ; plus imposante, elle a dans sa partie supérieure un crochet, auquel on devait pouvoir mettre une poulie, afin de monter autrefois des objets et sa partie inférieure était plus basse, coupant le chaînage.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    A l’autre extrémité, à l’est, se voit encore un œil de bœuf, éclairant autrefois la cage d’escalier.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    A l’époque de l’abbaye, il n’y avait aucune construction entre les bâtiments et la Seine, mais seulement un vivier.

    Puis, au milieu du XIXe siècle, il n’y eut que le jardin de la sous-préfecture, avec une petite remise construite le long de la Seine ; une porte faisait communiquer les deux endroits.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Puis, sur une carte postale, apparaît un petit bâtiment, sans étage, non accolé à la sous-préfecture.

    Ensuite, sur d’autres, c’est un bâtiment à étage, un chaînage soulignant le passage entre le rez-de-chaussée et le premier étage.

    Côté jardin de la mairie, un espace construit (avec une porte et une petite ouverture), relie les deux bâtiments.

    Ultérieurement, un étage fut rajouté, harmonisé avec ce qui avait déjà été construit (mêmes ouvertures, continuation du chaînage), mais il y a un petit décalage vertical entre les deux, de quelques dizaines de centimètres (à cause du fruit).  

    Après la suppression de la sous-préfecture, ce petit bâtiment dut être loué à des particuliers. Il y eut alors un portail percé dans le mur, pour communiquer directement avec la place.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    Aujourd’hui les deux bâtiments ont été réunis pour les services de la mairie, mais il y a  quelques marches assez raides à l’intérieur pour passer d’un bâtiment à l’autre.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    A l’extrémité est de ce bâtiment, existaient une porte et un petit œil de bœuf, mais aucune ouverture au dessus du chaînage.

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

    L'Histoire de l'Hôtel de Ville de Châtillon sur Seine (deuxième partie) racontée par Dominique Masson

     Encore merci à Dominique Masson qui me permet de publier ses études passionnantes sur la ville de  Châtillon sur Seine, et sur le Châtillonnais, c'est un grand honneur pour ce blog.


    2 commentaires
  • Gabegie et destruction de paysage à Rochefort-sur-Brevon : dites "stop" en enquête publique !

    Gabegie et destruction de paysage à Rochefort-sur-Brevon : dites "stop" en enquête publique !

    Gabegie et destruction de paysage à Rochefort-sur-Brevon : dites "stop" en enquête publique !

    APPEL A TOUS LES AMOUREUX DU CHÂTILLONNAIS

    Christian Jacquemin, Président de l'ARPHOC vous communique :

    Le syndicat mixte Sequana propose de dépenser 80 000 euros d'argent public pour détruire des vannages et réduire considérablement la superficie de l'étang de Rochefort-sur-Brevon (21).

    Nous appelons les citoyens à participer à l'enquête publique pour réfuter le caractère d'intérêt général de ce projet en cliquant sur ce lien :

    http://www.cote-dor.gouv.fr/projet-d-amenagement-du-plan-d-eau-du-village-a8215.html

    Le bilan de ce projet est négatif au plan du patrimoine, du paysage, de l'agrément, de l'usage énergétique futur du site.

    Vous pouvez déposer vos remarques avant le 16 juillet 16 heures, auprès du commissaire enquêteur   Gerard CHARTENET :

     - Par écrit à la mairie de Rochefort sur Brevon

    - Par courriel a l'adresse: ddt-ser@cote-dor.gouv.fr

    -  auprès de l'enquêteur le mardi 9 ou 16 juillet de 14h à 16h

    Plus d'infos , à mettre en download pour mieux lire :


    le lien pour  l'article de  notre blog

    https://arpohc.blogspot.com/2019/07/gabegie-et-destruction-de-paysage.html  

    un lien Facebook

    https://www.facebook.com/groups/hydrauxois/permalink/2250749555033137/  

    (Christian Jacquemin, Pour l'ARPHOC)
     

    Association des Riverains et Propriétaires
    d'Ouvrages Hydrauliques du Chatillonnais
    2 rue de la roche
    21290 Montmoyen
    www.arpohc.blogspot.fr
    Association partenaire
    http://www.hydrauxois.org/
    Portail collaboratif
    http://continuite-ecologique.fr/

    4 commentaires
  • Rendez vous chez Annie Chazottes à Planay, du 12 au 14 juillet 2019, vous pourrez admirer ses si belles compositions champêtres ainsi que les œuvres de son amie japonaise Misa Hoshi.

    Une exposition franco-japonaise chez Annie Chazottes à Planay...

    Une exposition franco-japonaise chez Annie Chazottes à Planay...

    Une exposition franco-japonaise chez Annie Chazottes à Planay...


    1 commentaire
  •  Après sa visite à Corfou, sur les traces de Sissi dans sa riche demeure de l'Achilleion, Jenry Camus s'est rendu en Albanie où l'attendaient de bien belles découvertes.

    Merci à lui de nous faire connaître toutes ces merveilles.

    Apollonia d'Illyrie est un site archéologique qui se trouve à quelques kilomètres de la ville de Fier en Albanie.

    Au sommet de la colline de Pojan, d'où la vue est magnifique....

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    ...se trouvent les ruines d'Apollonia et le monastère Sainte-Marie (tiens, une colline, des fouilles, une église, c'est comme à Vix !)

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    La cité Illyrienne a été fondée au VIème siècle avant JC. C'était un important centre d'échange commercial avec les Grecs avant de devenir romain au IIème siècle avant JC.

    Un tremblement de terre détruisit la ville en 248 après JC, qui devint au Moyen-Âge un centre épiscopal avec le monastère Sainte-Marie.

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    Ce n'est qu'au XIXème siècle que la ville antique intéressa les archéologues et c'est surtout le français Léon Rey qui, de 1923 à 1939, dirigea les fouilles et créa le premier musée archéologique en Albanie.

    La cité a souffert pendant les trois guerres mais les fouilles n'ont pas cessé. Seulement une dizaine d'hectares, sur 100, ont été explorés.

    Le monument principal est le bouleutérion, où se rassemblaient les citoyens chargés des affaires courantes de la cité.

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    A côté les restes du temple de Diane :

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    L'odéon, qui accueillait 500 spectateurs pour des représentations musicales ou poétiques :

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    Les portiques qui s'étendent sur une longueur de 75 mètres contenaient, dans des niches, les magnifiques statues qui se trouvent maintenant au monastère :

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    Au sommet de la colline des oliviers se trouve le mur de Téménos, reste du temple dédié à la déesse Artémis.

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    Des murs d'habitations parsèment le site :

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    De Vix à Apollonia d'Illyrie, un parcours fait de belles découvertes pour Jenry Camus...

    L'église du monastère Sainte-Marie est orthodoxe.

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    Les découvertes archéologiques occupent plusieurs salles :

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...

    Mais ce pithos romain est plus petit que notre vase de Vix !

    De Vix à Apolonia d'Illyrie, un parcours  belles découvertes pour Jenry Camus...


    votre commentaire
  • En voici quelques unes qui nous montrent tout son talent....

    Le dresseur d'escargots :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    L'escargot :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    L'archer :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le dieu Ganesch :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le gardien des boules de cristal :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le pianiste à lunettes :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le mythe :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le pyrana des métaux :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Restons Zen...

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Le Robin Wood des cœurs :

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Et la vache grandeur nature que l'artiste a réalisée pour les Jeunes agriculteurs !

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....

    Toujours bien inspiré, Julien Gimié d'Arnaud réalise toujours de superbes "créations nodoises"....


    2 commentaires
  • Jenry Camus a visité l'Achilleion, la propriété de l'impératrice d'Autriche, Elisabeth, mieux connue sous le nom de Sissi.

    Il a eu la gentillesse de me transmettre ses photos et son texte, merci à lui !

    L'Achilleion est un endroit historique magnifique, mais qu'il vaut mieux éviter de visiter en haute période touristique, vu la difficile route d'accès et le nombre affolant de visiteurs.

    Situé à Gastouri, sur les hauteurs de Corfou, l'Achilleion fut construit entre 1889 et 1891 par l'achitecte italien Raffaele Caritto à la demande de Sissi.

    Elle y fit de nombreux séjours jusqu'à sa mort en 1898.

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    A l'entrée, la statue de Sissi par Helmer :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Dans le majestueux hall d'entrée, au plafond "les quatre saisons" par Galloppi :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Dans plusieurs pièces , des souvenirs de Sissi

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    la salle à manger

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    son bureau :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    son petit lit :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    On trouve également des objets et documents concernant l'empereur allemand Guillaume II, propriétaire de l'Achilleion de 1907 à 1919 :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Au premier étage, la grandiose peinture de Franz Matsch représentant le triomphe d'Achille :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Le péristyle est orné de magnifiques statues grecques d'Apollon et de déesses aux vêtements finement drapés :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Le jardin domine la campagne et la baie de Capri :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    La statue "Achille le victorieux" due au sculpteur Joannès Gotz est impressionnante, mesurant 11 mètres de hauteur :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

    Mais la statue la plus célèbre est l'œuvre du sculpteur allemand Ernest Gustav Herter représentant Achille mourant :

    Jenry Camus a visité le palais de Sissi, "l'Achilleion",  sur l'île de Corfou

     


    votre commentaire
  •  Après le trajet Bligny sur Ouche-Pont d'Ouche avec le petit train à vapeur de la vallée de l'Ouche, nous nous sommes rendus sur le port du canal de Pouilly en Auxois pour faire une croisière sur un bateau-promenade nommé "La Billebaude", en l'honneur d'Henri Vincenot.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Notre accompagnatrice nous a expliqué  qu'à Pouilly-en-Auxois, le canal de Bourgogne franchit la ligne de partage des eaux grâce à un tunnel long de 3,3 km situé à 378 mètres d'altitude qui évite au canal de se hisser d'une quarantaine de mètres supplémentaires.

    Le tunnel est précédé et suivi d'un passage en tranchée et le bief a une longueur totale de 5 km.

    La circulation dans le tunnel est alternée car son gabarit ne permet pas aux péniches de se croiser. À chaque extrémité de cette section se trouve un vaste plan d'eau : le port de Pouilly-en-Auxois au nord et le bassin d'Escommes, au sud sur Maconge.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    . Le tunnel est précédé et suivi d'un passage en tranchée et le bief a une longueur totale de 5 km.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    La voûte du canal de Bourgogne est un tunnel-canal de 3 333 m situé sur Pouilly-en-Auxois et Créancey, en Côte-d'Or.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Le capitaine surveille la navigation de près....

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Construit à partir de 1775, le canal de Bourgogne relie l'Yonne à la Saône. La ligne de partage des eaux entre le bassin de la Seine et celui du Rhône se situe dans la région de Pouilly. C'est d'ailleurs à Pouilly, dans le long souterrain de 3333 mètres de long (également appelé « la voûte ») que le canal passe de l'un à l'autre.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    La voûte possède douze puits d'aération.

    Des encoches dans les parois  avec des trous avec tiges en métal permettaient la traversée du tunnel, à l'époque ancienne. En effet si sur le chemin de halage, les chevaux (ou les femmes de mariniers !!) tiraient les péniches, on ne pouvait pas les utiliser sous la voûte.

    La traversée de la voûte était dure et pénible, et durait 10 heures d'efforts intenses.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Dix heures de traversée c'était très long et très dur, c'est pourquoi, en 1867, on installa un toueur à vapeur engrené par une chaîne immergée. En 1893, on le remplaça par un toueur électrique, et le trajet fut réduit à deux heures seulement.

    Une autre difficulté devait être surmontée : la voûte n'étant pas assez haute, les bateaux les moins chargés touchaient le haut de la voûte. En 1910 fut trouvée la solution : on mit en service un bac transporteur sur lequel prenait place la péniche. Après avoir vidé une partie de l'eau contenue dans le bac, le bateau se trouvait à un niveau suffisamment bas pour être pris en charge par le toueur.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Là, nous voyons le bout du tunnel !

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Nous passons sous le "pont des enfants"  qui était emprunté par les enfants des mariniers et leurs chevaux.  Ceux-ci retrouvaient leur péniche après le passage du tunnel  qui durait dix heures. Chevaux et enfants pouvaient se détendre, c'était un temps privilégié pour tous !

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    La Billebaude passe près d'un pêcheur, assis au bord du canal....

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Nous arrivons sur le plan d'eau d'Escommes au bord duquel se dresse la maison de l'ancien cimentier Lacordaire.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Des péniches sont transformées en habitations de luxe

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Nous arrivons à l'écluse, où l'eau devra baisser pour que la Billebaude puisse continuer sa route.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Pendant ce temps le capitaine nous donne des renseignements complémentaires sur le canal de Bourgogne.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Lorsque l'eau a baissé, les éclusiers ouvrent les portes...

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Et la Billebaude peut passer de l'autre côté.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Un peu plus loin, le capitaine arrête le bateau et va signer son avis de passage, dans la maison éclusière.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Puis la Billebaude repart dans l'autre sens pour de nouveau passer sous la voûte.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Le passage est féérique....

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Les voyageurs ont beaucoup apprécié cette mini-croisière...

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une vue de la voûte prise de l'arrière du bateau...

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Autrefois, un toueur, utilisant l'énergie électrique fournie par une ligne aérienne, tirait les péniches à travers le tunnel.

    Ce bateau désormais désarmé est exposé sur les quais du port de Pouilly-en-Auxois sous une structure semi-cylindrique transparente.

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH

    Pourquoi ne pas allier voyage en petit train et croisière sur la Billebaude ?? une sortie dépaysante très agréable....pensez-y !

    Une belle croisière à bord du bateau La Billebaude, sous la voûte du canal de Bourgogne, avec la FNATH


    votre commentaire