• La porte du Recept fut construite entre 1789 et 1810, à l'emplacement de l'ancienne porte fortifiée du même nom : l'ancienne porte existait encore en 1789, son corps de garde étant alors concédé à Pierre Boulaudet ; la nouvelle porte figure sur le cadastre napoléonien (1810) .

    votre commentaire
  • La ville fut fortifiée au cours de la 2e moitié du 12e siècle, à la suite de l'autorisation accordée par l'évêque de Langres en 1168 : deux enceintes indépendantes furent alors construites, l'une autour du quartier de Chaumont (au nord de la Seine) , l'autre autour du quartier du Bourg (au sud de la Seine) .

    Sur l'île qui les séparait se développa un nouveau quartier, dit de la rue des Ponts, qui à son tour fut fortifié lors des guerres de Religion (délibération des habitants des 24 et 25 juin 1586) : cette nouvelle enceinte rejoignait les deux autres.

    Au 17e siècle, eurent lieu des remaniements et la construction de bastions.

    De cet ensemble progressivement démantelé après la Révolution, ne subsistent que quelques vestiges :
    - un ouvrage d'entrée dit Porte Dijonnaise (quartier du Bourg) qui donnait accès à la route de Dijon dont le tracé différait du tracé actuel, inscrite MH le 21/11/1925, mais partiellement détruite en juin 1940, puis restaurée après la guerre (propriété privée)

    -un ouvrage d'entrée dit Porte Saint-Antoine (quartier de Chaumont) dont les travaux de démolition furent mis en adjudication le 17 avril 1834 et dont ne subsiste qu'un pan de mur portant une niche qui abritait une statue de saint Antoine (détruite en 1884)

    - une tour ronde dite Tour Saint-Christophe ou Tour Royale (quartier du Bourg) , édifiée au 17e siècle (propriété privée)

    - un bastion dit Tour de Cérilly construit en 1626 et 1627, transformé vers 1790 en habitation et orangerie (propriété privée)

    - un bastion dit du Petit Haut, avec échauguette sur l'angle (inscrit MH le 3/12/1925) , portant la date 1671 (propriété privée)

    - une échauguette édifiée au 17e siècle à proximité de la Porte Dijonnaise (quartier du Bourg) , visible à l'extrémité sud de la rue du Bourg-à-Mont

    - des restes de bastions dans des propriétés de la rue Marmont (quartier de Chaumont)

    - un bastion avec échauguette à l'angle du clos Lanson (quartier du Bourg)

    - une tour en fer-à-cheval dans le parc du château Marmont (quartier de Chaumont) .

    La Porte de Roche, connue grâce à une carte postale du début du siècle, fut détruite lors du bombardement de la ville en 1940.

    votre commentaire
  • La compagnie des Chevaliers de l'Arquebuse de Châtillon fut créée en 1575 par lettres patentes du roi Henri III : en 1601, un terrain, fut acquis avec l'autorisation du duc de Biron, gouverneur de Bourgogne. Les travaux de construction de l'établissement s'achevèrent en 1619 : il comprenait une salle de réunion et de tir, et un logement pour le gardien.

    La façade sur rue était ornée d'un buste en bronze représentant Henry IV qui fut ôté pendant la période révolutionnaire.

    Au dessus de la porte cochère, était gravée une inscription, aujourd'hui illisible, qui avait été relevée par H. Frérot :

    CE PRINCE N'EST PAS MORT, QUOIQUE UN FER HOMICIDE PLONGE DE DANS SON SEIN LUI AIT FERME LES YEUX : SA BONTE, SA VERTU, SES ACTES VALEUREUX LE FONT REVIVRE EN NOUS MALGRE CE PARRICIDE.

    L'édifice est constitué de deux corps de bâtiment construits de part et d'autre de la porte cochère et reliés par une galerie haute établie au revers de la façade sur rue ; le terrain de tir était situé à l'ouest.


    (NB:l'entrée est défigurée par le panneau publicitaire d'un jardinier ...dommage !)

    votre commentaire
  • Un extrait d'un film magique de Walt Disney Saludos Amigos,pour moi un de ses meilleurs !

    Vidéo Youtube


    votre commentaire
  • (la tour de la Guette ,et la tour Sainte Anne ,vues de l'extérieur)

    Ce château fort, édifié vraisemblablement au 12e siècle par les ducs de Bourgogne, occupait une partie du castrum qui avait été la propriété exclusive des évêques de Langres jusqu'en 973, année à partir de laquelle ils le partagèrent avec le duc.
    Le château du duc et la résidence de l'évêque étaient réunis dans une même enceinte dont subsistent une partie des murs et la tour de Gissey (au nord) .

    Les vestiges du château présentent d'importantes traces de reprise : il pourrait avoir fait l'objet d'une reconstruction partielle au 14e siècle (il fut notamment endommagé par les Anglais en 1359) .

    Après les guerres de la Ligue, les habitants le démantelèrent, conformément à l'autorisation que le roi Henri IV leur avait accordée par lettres patentes du 30 janvier 1598. En 1608, ce qui restait de la tour Sainte-Anne (le rez-de-chaussée) fit office de corps de garde, puis, vraisemblablement au 19e siècle, on y installa un four à pain. Les vestiges furent consolidés entre 1979 et 1982.


    2 commentaires
  • La maison Philandrier

    Cette maison de notable construite au 16e siècle est appelée maison Philandrier en raison de son attribution, vraisemblablement erronée, à l'architecte Guillaume Philandrier, né à Châtillon-sur-Seine en 1505.

    Une salle du premier étage est ornée de peintures murales du 17e siècle qu'il n'a pas été possible d'étudier car elles sont dissimulées par des panneaux : elles représentent les quatre parties du monde (inscription : l'Afrique, l'Amérique, l'Asie, l'Europe) .

    Elle abritait, jusqu'à ces années dernieres, le Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix, elle est devenue depuis peu, l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais.


    2 commentaires

  • maison Philandrier

    Les boiseries à décor de monogrammes, conservées au premier étage, proviendraient d'un couvent si l'on en croit le témoignage d'une ancienne propriétaire de la maison, témoignage recueilli par Beaudoin.
    La maison fut acquise en 1928 par l'Association pour la Sauvegarde de l'Art Français qui la fit restaurer. Elle devint musée municipal en 1950. Elle a été restaurée en 1978-1981 (sculptures, moulures, arcade gauche de l'élévation sud) .

    C'est dans ses murs que se trouvait autrefois  le trésor de Vix.
    Celui-ci a été transféré au Musée du Pays Châtillonnais (voir le chapitre que je lui ai consacré)

    votre commentaire
  • jolie statue à l'extérieur de la maison Philandrier...
    (photo de Claudine)

    "Ce "Christ de Pitié" accueille les visiteurs du Musée,un roseau à la main,une tête de mort à ses pieds.Pratiquement nu,il a les pieds et les mains attachés (une représentation assez rare).
    Au sommet d'une colonne,il est magnifié par une imposante vigne vierge."

    (Jerry Camus)

    votre commentaire
  • Cette fontaine monumentale fabriquée en Haute-Marne (inscription à la base de la structure en fonte : ANDRE 1851 VAL-D'OSNE) avait été achetée par la ville de Paris qui la vendit, vers 1860, à la ville de Dijon où elle fut installée au centre de la place Darcy.

    En 1879, la ville de Châtillon-sur-Seine acheta la fontaine pour la somme de 600 francs : une vasque circulaire fut alors ajoutée pour couronner la fontaine.

    votre commentaire

  • représentation : symbole de la nature : humain fabuleux, animal fantastique, plante, roseau, tortue, coquillage, bouquet, guirlande
    angelots à queue de poisson, enfants engainés dans une feuille, feuilles de nénuphar, roseaux, tortues, têtes de monstres aquatiques, coquillages, bouquets, guirlandes


    votre commentaire

  • Des immeubles furent édifiés vers 1826, autour d'une place circulaire faisant partie d'un nouveau quartier créé à l'initiative du maréchal Marmont associé à l'entrepreneur Davin.
    Le projet de ce nouveau quartier, proposé en 1825 par le maréchal, fut approuvé définitivement par la municipalité le 13 mai 1826.
    (on voit sur la gauche de la photo un de ces immeubles)


    votre commentaire
  • Quel joli lavoir !
    on imagine les lavandières tapant du battoir en se racontant les potins de la ville !

    votre commentaire
  • vue de l'autre côté:
    on y voit des bancs de pierre où venaient sans doute s'asseoir les commères âgées du quartier !
    L'eau de la Douix est très pure....

    votre commentaire
  • Ce beau lavoir a été restauré il y a peu de temps...

    votre commentaire
  • il pleut il mouille ,c'est la fête à la grenouille !
    Que de pluie en ce début d'Avril,la Seine déborde dans les prés....

    votre commentaire
  • Le crayon et la gomme seraient-ils des instruments de torture ???

    http://pya.cc/pyaimg/pimg.php?imgid=10764

    votre commentaire
  • Julian Beever,le roi de la peinture en trompe l'oeil sur les trottoirs,c'est stupéfiant de réalité !

    http://users.skynet.be/J.Beever/index.html

    votre commentaire
  • Promenade dans les pré-


    Dans les préfixes, laissez-moi finir
    dans les pré -et dans les per-
    à l’endroit et à l’envers
    c’est amusant de rouler dans les prés
    dans les vrais et les faux
    mystère des jeux de mots
    vous voilà déjà perdus
    n’ayez crainte je vous précède
    quoique dans les prés
    précités ci-dessus pas de pierres ni de précipices
    juste quelques pêcheurs sans prétention
    mais avec permis
    ne pas perturber merci
    avançons avec précaution
    ça se précise
    plus de rires ni de rêves vous voilà tendus
    et moi aussi
    un pré voyant que nous sommes
    le péril nous menace
    le percheron aussi
    perdition dans les prés
    fuyons, fuyons
    ces préfixes et tranquilles qui n’en sont pas.

    2 commentaires
  • Châtillon-sur-Seine, ma ville, est située dans le nord du département de la Côte-d'Or et la région Bourgogne.
    La ville est traversée par le haut cours de la Seine et se situe dans une région d'importants massifs forestiers.
    C'est le centre du Pays Châtillonnais (qui regroupe 113 communes), mais aussi la ville de Haute Côte-d'Or la plus peuplée avec 5 837 habitants (recensement 2006).


    1 commentaire
  • (la Seine à Châtillon...)

    La ville est située au cœur d'importants axes routiers et est avantagée par sa proximité à l'autoroute A6.

    Elle se trouve à 234km de Paris (2h30), 83km de Dijon par la RD 971 (1h15), 68km de Troyes par la RD 971 (1h), 83km d'Auxerre (1h15), 58km de Chaumont (Haute-Marne) par RD 965 (1h), 49km de Tonnerre (Yonne) (40min), 75km de Langres par RD 928 (1h) et 33km de Montbard par RD 980 (30min).

    On peut se rendre à Paris en 1h30 par la gare TGV de Montbard et le bus de ligne Châtillon - Montbard.

    La ville est traversée par la Seine (qui prend sa source à 40km) et est située sur un plateau dont l'altitude moyenne est supérieure à 300m. Sa forêt (8 875 ha) est la plus grande forêt domaniale de Bourgogne et assurément l'une des plus belles.


    2 commentaires