• Robert de Molesme

    Robert de Molesme


    Toutefois, un renom spirituel s'établit rarement sans que des ombres ne viennent se joindre à la lumière.

    C'est ainsi que Molesme devint une sorte de lieu de rencontre entre seigneurs du voisinage, et une certaine faveur mondaine s'en empara, chose qui ne fut point pour plaire à Robert, on le devine..

    En effet Robert faisait pratiquer à ses moines la règle de Saint Benoît, une règle de grande austérité et d’observance rigoureuse des préceptes originels.

    Aussi, avec l'agrément d'Hugues de Romans, archevêque de Lyon et légat pontifical, décida-t-il, une fois encore, de fuir son monastère, avec vingt et un de ses moines, en un nouvel exode vers une nouvelle terre promise : le Novum Monasterium qui deviendra Cîteaux.

    Citeaux qui sera à l’origine de « l’Ordre Cistercien. »

    Si Molesme trahissait un souci de vie parfaite, Cîteaux plus encore, représenta un effort de retour à la pureté originelle de la Règle de saint Benoît, par-delà les interprétations et inflexions apportées par les siècles.

    Pauvreté, pénitence, solitude formaient les bases du nouveau Monastère.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :