• Une firme automobile oubliée...

    En 1905, ceux de la série G (18/22 ou 30/35 HP) puis I (12/15 puis 18/22 HP). L'Ariès G3, 4 cylindres, rallie l'usine Ariès de Lyon, à 500 km, en moins de 8 heures, avec une consommation 10 litres aux 100, un record pour l'époque.

    Cette même année Ariès établit le record du mile à Ostende avec 106 km/h.

    Parallèlement au développement des voitures de tourisme, des véhicules utilitaires sont étudiés et des fourgons participent aux manœuvres militaires.

    Toujours en 1905, Ariès construit des omnibus.

    Ils seront les premiers à assurer le transport de voyageurs en milieu rural.

    En 1906, Ariès commercialise le luxueux modèle L de 12 litres de cylindrée.

    En 1907, les modèles P (20/30 HP) sont lancés, ils constitueront les modèle phares de la marque jusqu'à la guerre.

    C'est à bord d'un modèle de la série O que Edmond Borde, beau-frère de Charles Petiet, réussit à rallier Paris et Madrid en 44 heures avec une consommation moyenne de 11,5 litres aux 100.

    Cette expérience prouve que des petites voitures peuvent être les égales des grandes, au niveau de l'endurance et des performances.

    En tant que constructeur de véhicules industriels Ariès produit deux nouveaux modèles, le premier avec une charge utile de 700 kg et le second entre 4,5 et 6,5 tonnes.

    Les véhicules Ariès fournissent également les pays étrangers.

    Ariès exporte des autobus à étage pour Londres, des taxis pour New York et des camions partent pour l'Espagne et l'Amérique latine.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :