• Une rencontre avec le poète Michel Lagrange et le compositeur Jean-Louis Gand, et présentation de l’oeuvre Cantate pour les Pleurants au Musée des Beaux-Arts.

     Michel Lagrange, écrivain et poète châtillonnais,  et Jean-Louis Gand, compositeur dijonnais, se sont retrouvés au Musée des Beaux-Arts de Dijon, pour présenter une œuvre qu'ils ont élaborée en commun "La cantate des Pleurants".

    Les voici tous les deux dans la cour de Bar du Musée avant leur conférence.

    La cantate des Pleurants

    Les deux auteurs ont été présentés au public, venu nombreux (il y avait une délégation châtillonnaise !) par la Directrice du Quatuor Manfred.

    La cantate des Pleurants

    Michel Lagrange nous a confié combien les pleurants des tombeaux de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur avaient marqué son enfance... En effet la tristesse de ces personnages qu'il venait très souvent admirer avec son père, lors de visites au Musée des Beaux Arts, rejoignait la sienne.. Michel Lagrange a connu, très jeune une tragédie, celle de la perte de sa mère.

    La cantate des Pleurants

    Cette tristesse, cette douleur des pleurants, Michel Lagrange l'a faite sienne, car ils sont nos frères dans la souffrance ...Il nous le dit dans la préface de son livre "Deuillants, pleurants ...et fraternels" :

    Ce sont des êtres humains que j'aborde, et qui m'abordent, échantillons d'humanité universels.vus de si près, ils me confient leurs émotions qui sont de tous les temps....

    Avec mes sens et mon esprit, j'ai de la compassion pour eux. Leur procession de foi devient la mienne. Ils me voyagent, au-delà de leur apparence, au-delà de moi-même. Au point que je deviens l'un d'eux....

    La cantate des Pleurants

    Jean-Louis Gand et Michel Lagrange sont amis depuis toujours. Et lorsque Michel a envoyé à Jean-Louis son livre ""deuillants, pleurants et...fraternels", ce dernier, ébloui par l'écriture si merveilleusement poétique de son ami, a pensé mettre le texte en musique...

    La cantate des Pleurants

    Le poème de Michel Lagrange, c'est une réflexion sur la mort, mais aussi sur l'espérance..

    La cantate des Pleurants

    Jean-Louis Gand a tout de suite pensé confier texte et musique au quatuor Manfred qui a immédiatement accepté. Mais il a voulu absolument qu'en plus des cordes, il y ait une voix humaine parlée et chantée, pour que les auditeurs suivent le cheminement de la pensée de Michel Lagrange.

    Cette voix , c'est celle de Pierre-Yves Pruvot, baryton.

    La cantate des Pleurants

    Pour que la Cantate des Pleurants soit parfaite, Jean-Louis Gand a demandé à Michel Lagrange d'écrire trois autres grands poèmes. En effet le compositeur voulait évoquer une montée  qui part des pleurs, qui se poursuit par une imploration, continue par l'apparition de la lumière et se termine par l'espérance.

    Il a donc écrit six pièces : trois pour le quatuor seul et trois pour quatuor et baryton.

    La cantate des Pleurants

    La "cantate pour les Pleurants" est une œuvre conséquente qui, avec le texte, fait au moins quarante minutes. 

    Jean-Louis Gand nous a confié que ce qui l'a beaucoup intéressé c'est la conjonction du texte et de la musique.

    La cantate des Pleurants

    Les auditeurs ont demandé à Michel Lagrange s'il  écrivait en compagnie de  musique...il a répondu que tout son travail poétique n'était que musique , puisque les mots sont comme des notes... Il s'est dit très impatient de découvrir "La Cantate des Pleurants" dans son intégralité, puisqu'il n'en avait entendu que des extraits l'après-midi lors des répétitions...

    La cantate des Pleurants

     "Deuillants, pleurants", le livre de Michel Lagrange a été présenté dans cet article : :

    http://www.christaldesaintmarc.com/michel-lagrange-publie-un-tres-bel-ouvrage-poetique-magnifiquement-ill-a6677956

    Quelques uns de ces pleurants ont fait le tour du monde, ils sont revenus,  heureusement, au pied des tombeaux des Ducs Philippe le Hardi et Jean sans Peur.. Ce sont de pures merveilles d'albâtre...

    Le tombeau de Philippe le Hardi :

    La cantate des Pleurants

    Le tombeau de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière :

    La cantate des Pleurants

    Voici les photos de quelques pleurants, auxquels j'ajouterai des extraits du poème initial de Michel Lagrange, publié dans "deuillants, pleurants et ... fraternels" :

    La cantate des Pleurants

    A l'ombre du Hardi, ces figurants

    Sont les apprentis de la mort

    Au b à ba de la douleur humaine.

    La cantate des Pleurants

    Illuminés de l'intérieur,

    Ceux qui se sont perdus dans le soleil rituel

    Ont oublié leur nom.

    Ils ont affaire ailleurs

    La cantate des Pleurants

    Aussi vont-ils, patients,

    La tête offerte à la résurrection,

    Les yeux perdus dans l'au-delà.

    La cantate des Pleurants

    Pour que chacun oublie les rumeurs printanières

    Et que la mort ne puisse pas les reconnaître,

    On a revêtu les pleurants

    de lourds manteaux de deuil.

    La cantate des Pleurants

    Les grains des chapelets sont le temps moissonné de l'âme,

    Si lents, si lestés

    Par les oraisons...

    La cantate des Pleurants

    (Le livre de Michel Lagrange, "Deuillants...pleurants...et fraternels", illustré de très belles photos de Bernard Béros,  est édité par A&R éditions et se trouve dans toute bonne librairie de notre région. N'hésitez-pas à vous le procurer, il est magnifique )


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :