•  Le musée de Langres appelé  "Maison des Lumières", consacré à Diderot et à l'Encyclopédie, est installé dans un très bel Hôtel particulier, construit en 1576 par Sébastien Valtier de Choiseul.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Cet Hôtel particulier appartint  au XXème siècle à madame Du Breuil de Saint Germain. Elle le légua en 1923 à la Société Archéologique de Langres. La ville, qui le possède depuis 2008, l'a transformé en "Maison des Lumières".

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Une salle du musée rend d'ailleurs hommage à la famille du Breuil Saint Germain.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La première salle que nous avons visitée est celle consacrée à l'Encyclopédie. Au mur, un diaporama  rend compte de ce que fut l'aventure intellectuelle de cet ouvrage : ceux qui l'ont créée, qui y ont participé, son contenu, les contraintes qu'elle dut subir...

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Le guide de la Maison des Lumières nous présente une encyclopédie complète et son contenu :politique, religion, arts, métiers, histoire naturelle, sciences...

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Dans une vitrine on découvre la "Cyclopédia" de Chambers, qui fut à l'origine de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Dans une autre vitrine un des livres écrits par Diderot "Lettre aux aveugles à l'usage de ceux qui voient", ouvrage qui fit scandale et fut une des causes de son emprisonnement à Vincennes.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Ce très beau portrait de la Marquise de Pompadour de Maurice Quentin de la Tour, est une copie de l'original. Ce tableau nous fait comprendre que la Marquise protégea les encyclopédistes. Elle favorisa, en effet la publication des deux premiers volumes de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert, pourtant condamnée par le parlement de Paris.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Dans une seconde salle, notre guide nous présente Denis Diderot, non encyclopédiste, mais critique d'art, aussi bien en peinture qu'en musique et en théâtre.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Ce tableau de Jean-Simon Berthélemy (Apollon et Sarpédon, Apollon qui ordonne au Sommeil et à la mort de rendre le corps de Sarpédon à sa famille)  a été très vivement critiqué par Diderot qui le trouvait trop froid, plein d'emphase, et mal peint ! la taille des pieds d'Apollon étant, pour lui, trop démesurée !

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Par contre ces tableaux de Chardin le ravissaient, comme "le Bénédicité"...

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    et cette nature morte (ces tableaux ont été prêtés à la Maison des Lumières par le Musée du Louvre, ce qui est exceptionnel !)

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Dans une autre salle on peut découvrir, sur un immense écran lumineux, les pages des "planches" de l'encyclopédie, on pourrait rester des heures à les admirer...

    Autour de la salle, de très belles vitrines rappellent quelques unes de ces planches.

    La porcelaine :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    L'impression de l'encyclopédie :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Des oiseaux :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Une autre salle est consacrée à la vie et à la formation de Denis Diderot...

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Souvenirs de la coutellerie familiale :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

      Des maquettes proposées par  Bartholdi à la ville de LAngres, pour le monument dédié à Diderot :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La ville telle qu'elle était au temps de Diderot :

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    J'ai découvert cet autre tableau de Van Loo représentant Denis Diderot... Je le préfère à celui plus connu du même auteur, où Diderot est plus jeune, la plume à la main.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    L'Europe des Lumières nous est présentée sur cette belle carte. Denis Diderot voyagea assez peu : en Angleterre dans sa jeunesse, en  Russie à Saint Petersbourg où il rencontra, à la fin de sa vie, l'impératrice Catherine II .

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Une dernière salle  nous présente la découverte du monde au XVIIIème siècle.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Avant de partir, un coup d'œil au plafond d'une des salles de l'Hôtel du Breuil de Saint Germain, sur ces belles poutres décorées...

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    Et sur l'extérieur...cette échauguette  dont la toiture est en plomb

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie

    et cette lucarne si délicatement ouvragée datant de 1580.

    La maison des Lumières , un très beau musée langrois, consacré à Denis Diderot et à l'encyclopédie


    1 commentaire
  •  L'Association Culturelle Châtillonnaise- Université pour tous, a organisé le 25 mars un voyage culturel à Langres, sur les pas de Denis Diderot l'encyclopédiste.

    C'est David Covelli, Directeur du Service Patrimoine de la Ville de Langres qui nous a magnifiquement fait découvrir sa ville.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    David Covelli nous avait déjà présenté Langres, lors d'une très belle conférence, mais en diapositives.

    http://www.christaldesaintmarc.com/diderot-a-langres-une-conference-de-david-covelli-pour-l-association-c-a79493153

    Là nous étions sur le terrain... Contrairement aux prévisions météo nous avons eu un temps idéal pour visiter cette si jolie ville.

    Notre guide nous a fait découvrir Langres, ville de 8 000 habitants, une ville qui fut successivement oppidum Gaulois, capitale Gallo-Romaine, cité épiscopale et place forte Royale.

    Langres  se compose de trois parties : en vert la citadelle, en jaune le camp retranché et en rouge la partie urbaine.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    De puissantes fortifications entourent la cité, sur plus de huit kilomètres. Cette enceinte extraordinaire est la plus longue  d'Europe. Elle est percée d'une dizaine de portes.

    La très belle porte des Moulins célèbre les victoires françaises mettant fin à la guerre de 30 ans. Elle est recouverte de bardeaux de châtaigniers.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Deux prisonniers dévêtus sont enchaînés sont assis devant leurs drapeaux confisqués par les soldats français.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    David Covelli nous a entraînés sur le chemin de ronde pour nous présenter une petite partie de ces fortifications.

    Les portes de la ville  laissent maintenant passer la circulation automobile...ici on voit la porte des Auges.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La tour Saint Ferjeux a été construite sous Louis XIV, c'est la première tour d'artillerie bâtie à Langres, ses murs sont épais de 6 mètres. :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La tour Michaux :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Notre guide nous demande d'admirer le si beau paysage ..." le plus beau du monde" disait Denis Diderot, depuis les remparts de cette cité unique, perchée à près de 500 mètres d'altitude.

    Vue sur la vallée de la Marne : on aperçoit le lac de la Liez, qui régule le canal de la Marne à la Saône.(il n'existait pas du temps de Diderot !)

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Il a fallu créer des parkings pour automobiles en bas des remparts...

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Mais on peut pénétrer dans la ville par le funiculaire à crémaillère  :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La tour Virot était initialement recouverte d'une toiture de laves. :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La porte Henri IV :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Vue sur le quartier où habitaient les tanneurs :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une meurtrière des remparts :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    A partir de là, David Covelli nous a fait rentrer dans la partie urbaine de Langres.

    (Je vous avoue que j'aurais aimé continuer et faire le tour des remparts ... Donc, à Langres, je retournerai, car j'ai vraiment eu un coup de cœur pour cette jolie cité !)

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une autre porte, celle de de l'Hôtel de Ville :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les 8 000 mètres de remparts nécessitent des travaux continuels...à la charge des 8 000 habitants !

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cet arc gallo-romain date de -20 avant JC, c'est le plus ancien monument romain de la région. Je l'ai vu par hasard lorsque nous sommes allés à l'endroit où le car est venu nous chercher, un coup de chance !

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    En route pour le cloître :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le cloître date du XIIIème siècle, démoli en partie à la Révolution, il abrite actuellement la Bibliothèque Municipale, on a vitré les arcades.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Nous voyons ici la toiture de la cathédrale Saint-Mammès qui a été transformée au XIXème siècle en toiture de style bourguignon, recouverte de  tuiles vernissées...pourtant nous ne sommes pas en Bourgogne, mais en Champagne !!

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    David Covelli nous présente la Cathédrale Saint-Mammès qui fut créée par Geoffroy de la Roche Vanneau, un des compagnons de Saint Bernard, avec qui il entra à Citeaux et fonda ensuite Clairvaux.

    C'est Saint Bernard qui imposa, au chapître de Langres, Geoffroy comme évêque ( ce qui est curieux, car les moines font partie du clergé régulier et non séculier...)

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Construite en deux fois au XIIème siècle, en 1150-1170 le chœur, le déambulatoire, une chapelle axiale, en 1170-1200 achèvement du transept, de la nef et l'élévation de la façade occidentale.

    Cette cathédrale a des dimensions impressionnantes : 100 mètres de long, 40 mètres de large et 23 mètres de hauteur sous nef. C'est la plus haute église au nord de la Loire.

    L'architecture est de roman bourguignon.

    La façade fut démolie en 1760, elle était fragile et menaçait de s'effondrer lorsque le gros bourdon sonnait.... elle fut reconstruite entre 1761 et 1768.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La façade possède un fronton triangulaire, surmonté de deux statues qui représentent à droite l'Eglise, à gauche la Synagogue, bel exemple de la vision tolérante du siècle des Lumières !

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une curiosité unique en France .. la cathédrale Saint-Mammès possède un imposte laïc ! en effet, à la Révolution, la crosse, la mitre et les Ecritures Saintes ont été remplacés par un bonnet phrygien (à gauche), un faisceau licteur et la déclaration des droits de l'homme (à droite). Le sculpteur qui avait réalisé le décor religieux a dû le refaire en laïc...Il s'agit d'Antoine Besançon.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    On voit ici la hauteur exceptionnelle de la nef.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le triforium :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les chapiteaux sont ornés de thèmes végétaux très sobres.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'orgue  date de 1714 :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La place qui se trouve devant la cathédrale se nomme place Jeanne Mance, en l'honneur de cette langroise qui fut la première infirmière laïque, née en 1606, elle fonda l'Hôtel-Dieu de Montréal.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Place Jeanne Mance, de belles constructions rappellent que nous sommes dans l'ancien quartier canonial. (à noter qu'autrefois, sur cette place, s'élevait l'église Saint-Pierre et Saint-Paul, où fut baptisé Denis Diderot. Cette église fut démolie au XIXème siècle )

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cette maison est celle qu'habitait le chanoine Didier-Pierre Diderot, le frère de Denis Diderot :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une très belle maison Renaissance datée de 1550, propriété de la ville de Langres qui y a installé l'école de dessin.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La citerne qui recueillait l'eau de pluie :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Nous voici place Diderot, autrefois place Chambeau. Au centre de la place, une statue de Denis Diderot, créée par Auguste Bartholdi.

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La maison natale de l'encyclopédiste :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Sa maison d'enfance (le bureau de tabac) :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le Collège des Jésuites où il étudia, nommé maintenant Collège Diderot :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Et pour clôturer cette matinée en beauté, nous avons partagé un excellent repas à l'Hôtel de l'Europe :

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un beau voyage à Langres organisé par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Après le repas nous sommes allés visiter le Musée des Lumières consacré à Diderot et à l'encyclopédie.

    Ce sera l'objet d'un prochain article.

     


    3 commentaires
  • "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Madame Simon, présidente de l'Association Culturelle Châtillonnaise, a souhaité qu'une deuxième conférence sur Diderot et l'Encyclopédie soit présentée aux adhérents de l'Association, avant leur voyage à Langres le mardi 25 mars 2014.

    Elle a demandé à Michel Lagrange, érudit et poète Châtillonnais, s'il accepterait de faire un exposé sur le sujet.

    Michel Lagrange a relevé le défi en  nous  présentant une éblouissante conférence sur le siècle des Lumières, sur Diderot et l'Encyclopédie.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Michel Lagrange a commencé son exposé par deux clins d'œil :

      A Dijon la maison natale de Bossuet a abrité longtemps un magasin vendant de la coutellerie de Langres... Quand on sait que Diderot qui a voué le Catholiscisme et la Royauté  ( dont Bossuet était un thuriféraire), aux gémonies, était le fils d'un coutelier de Langres, cette photo  fait en effet, sourire !

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Deuxième clin d'œil : la statue de Diderot à Langres, très mal acceptée par les Langrois de l'époque (Langres était une ville épiscopale, et l'athéisme de Denis Diderot révulsait ses habitants), a été réalisée par Bartholdi.

    Or ce fut Bartholdi qui conçut la célèbre statue de "la liberté éclairant le monde" à New-York...statue qui nous évoque le "siècle des Lumières" si bien représenté par Diderot !

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Denis Diderot est souvent évoqué par ce portrait de Fragonard, mais ce portrait ne le représente pas, sauf par son titre... "le philosophe"...

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     Deux portraits nous le montrent vraiment, celui de Van Loo :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Et celui de Garant :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Biographie de Diderot

    Denis Diderot naquit à Langres en 1713 dans une famille de petite bourgeoisie, son père étant maître coutelier.

    A l'âge de douze ans il fut tonsuré car on le destinait à la prêtrise. Mais Denis était un enfant indiscipliné. Dès qu'il le put il partit à Paris étudier le droit, en menant une "vie de bohème", pratiquant de nombreux petits métiers pour survivre.

    En 1743 il s'enticha d'une jeune lingère, Antoinette Champion  et voulut l'épouser. Son père lui refusa son consentement et le fit enfermer dans une abbaye.. Mais il s'en échappa et se maria tout de même.

    Ce mariage ne fut pas heureux, car Denis était un homme sensuel, jouisseur, passionné...

    En 1746 il écrivit ses "Pensées Philosophiques", un ouvrage délibérément anti-Pascal, où il émettait une critique virulente contre la religion, puis un livre sulfureux érotique "les bijoux indiscrets" qui lui valut d'être dénoncé auprès du Prévôt car il "corrompait les mœurs" !

    Sa "lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient" provoqua un grand scandale, il fut alors incarcéré à Vincennes.

    Une petite anecdote relevée par Michel Lagrange :

    Jean-Jacques Rousseau, ami de Diderot (à l'époque, car plus tard ils se fâchèrent) lui rendit visite en prison. Durant son voyage il apprit qu'un concours était proposé par l'Académie de Dijon. Il y participa avec son "Discours sur les sciences et les arts" et gagna le prix  en 1750 ! (Michel Lagrange a aussi reçu ce prix en ...1985 !)

    Diderot parlait anglais, ce qui lui valut de prendre la tête de la traduction de la Cyclopedia d'Ephraïm Chambers . Cette traduction fut à la base de la composition de "l'Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers" qu'il assuma avec de nombreux collaborateurs, pendant vingt ans .

    Denis Diderot continua, malgré son lourd travail d'encyclopédiste,  d'écrire des pièces de théâtre (l'enfant naturel), des essais (le paradoxe du comédien) , des romans (la religieuse, le neveu de Rameau)

    Diderot correspondit avec son amie Sophie Volland, fut critique d'Art lors des salons de peinture de l'époque. Il décrivit à merveille les tableaux de Fragonard, comme "le verrou"...

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    de Watteau, "L'embarquement pour Cythère" :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Ou "l'épousée de village" de Greuze.

    Michel Lagrange nous lut d'ailleurs la critique éblouissante que Diderot fit de ce tableau...

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Diderot fut en relation avec Catherine II de Russie, mécène éclairée. En 1765 il lui vendit sa bibliothèque.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Denis Diderot mourut à Paris en 1784, il fut enterré dans l'église Saint-Roch. Ses ossements furent jetés à la fosse commune  par les révolutionnaires.

    Ses cendres  ne pourront donc jamais entrer au Panthéon, où, néanmoins,  une statue lui rend hommage :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Michel Lagrange évoqua ensuite "l'Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers".

    Frontispice de l'Encyclopédie :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Michel Lagrange nous rappela que le XVIIIème siècle fut un siècle d'effervescence morale, de libertinage, en réaction avec le siècle précédent, si austère, du règne de Louis XIV.

    Les "salons" apparurent (Madame Geoffrin, Madame de Lespinasse), les cafés comme le Procope, permettaient aux intellectuels de se retrouver et de confronter leurs idées.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'Encyclopédie fut une "machine de guerre" contre l'ancien régime et la religion catholique, dont elle dénonçait les travers, souvent à mots couverts...mais lisibles tout de même, ce qui déclencha son interdiction et même son rejet par le Pape !

    L'ouvrage faisait comprendre que le pouvoir doit être dévolu au peuple et à lui seul, que l'homme doit être libéré de ses superstitions politiques et religieuses, car "la foi est un bandeau qui aveugle". On n'est pas loin, remarque Michel Lagrange, de ce que disait Karl Marx en qualifiant la religion d'"opium du peuple".

    Diderot collabora un peu à l'Encyclopédie de Panckoucke, qui était plus facile d'accès, car les articles étaient classés par ordre alphabétique (ce qui n'était pas le cas de l'Encyclopédie de Diderot).

    Quelques planches de l'Encyclopédie en diaporama :

     

    Avant de conclure, Michel Lagrange nous lut l'article de l'Encyclopédie consacré à Châtillon sur Seine et à ses environs.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    J'ai photographié la page de cet ouvrage précieux, apporté  par Madame Gueneau, la Bibliothécaire de la Bibliothèque municipale de Châtillon sur Seine.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Et en plus gros, (je suis un peu chauvine !), le passage qui parle de Saint Marc, appelé Saint Mard.

    Saint Mard avec un D , ce n'est pas une erreur, c'est l'encyclopédie qui a raison, c'est son véritable nom, car à l'origine ce village s'appelait Saint Médard !

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Un autre tome de l'Encyclopédie prêté par Madame Gueneau :

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Michel Lagrange conclut son brillant exposé en affirmant que l'Encyclopédie fut un ouvrage capital pour la pensée française. L'Encyclopédie nous présente un idéal humaniste où la morale doit être naturelle, séparée de la religion, la priorité étant donnée à l'individu.

    Néanmoins la démarche des encyclopédistes (pas loin des loges maçonniques) fait preuve d' une dérision généralisée, une démarche vers un  "politiquement trop correct".  L'encyclopédie fait aussi la part trop belle aux techniques.

    "Diderot et l'encyclopédie", une conférence de Michel Lagrange pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Michel Lagrange répondit ensuite aux questions des auditeurs qui le remercièrent ensuite par de vibrants applaudissements.

    Merci à lui pour cette conférence qui nous permettra d'arriver sereins à Langres la semaine prochaine !


    votre commentaire
  •  Une conférence sur Diderot à Langres, sa ville natale, avait été présentée en 2013, par David Covelli :

     http://www.christaldesaintmarc.com/diderot-a-langres-une-conference-de-david-covelli-pour-l-association-c-a79493153

    Cette année, en prélude au voyage à Langres, qu'organise, le 25 mars 2014, l'Association Culturelle Châtillonnaise, il nous a été proposé une conférence, axée, cette fois, sur l'Encyclopédie.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

      "Diderot : l'encyclopédiste."

     C'est Anne-Guylaine Foret, documentaliste aux musées de Langres qui a assuré cette conférence. 

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'objectif de cette  conférence a été de raconter l’aventure éditoriale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Elle nous a permis  de comprendre que cet ouvrage révolutionnaire dans sa forme, objet de querelles passionnées, s’est inscrit dans l’histoire comme un fidèle miroir du siècle des Lumières.

    A l'origine, l'Encyclopédie ne devait-être que la traduction, en français, de la "Cyclopedia" de Chambers.

    La France ne possédait aucun ouvrage de ce genre, présentant les métiers et les arts mécaniques. Ces professions étant à l'époque jugées mineures. Il n'existait que le dictionnaire de l'Académie Française et le dictionnaire critique de Bayle.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Il fut proposé à l'éditeur Le Breton de traduire la Cyclopédia. Diderot, à cette époque, était en train de traduire le Dictionnaire Universel de la Médecine de Robert James. Il accepta, avec d'Alembert et plusieurs autres traducteurs, de rédiger les articles en français.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Diderot et d'Alembert furent placés officiellement, en 1747, à la tête d'un projet de rédaction d'une encyclopédie nouvelle, "l'Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers".

    D'Alembert, dans son discours préliminaire justifia l'abandon d'une simple traduction pour un texte original.

    Diderot rédigea 5 000 articles, il demanda la participation de quelques personnes connues: Voltaire, Rousseau, par exemple.

    Ce fut bien peu, en comparaison du nombre très important des autres rédacteurs .

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le frontispice de l'Encyclopédie présente la Vérité rayonnante de lumière. A droite la Raison et la Philosophie lui arrachent son voile.

    (Peinture de Charles-Nicolas Cochin gravure de Benoît-Louis Prévost en 1772)

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'organigramme de l'Encyclopédie est de type pyramidal.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L’iconographie de l’Encyclopédie montre le grand intérêt porté aux Arts et Métiers.

    Sur les planches, on voit, dans le bandeau,  les ouvriers au travail, en bas leurs instruments. Les annotations (fig 1 par exemple), renvoient au texte. Ce renvoi était nouveau pour l'époque.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les illustrations sont magnifiques, et extrêmement précises, on n'a pas fait mieux depuis...

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Après la parution du second tome de l'encyclopédie, la censure se mit en marche. On accusait l'ouvrage  d'ébranler le gouvernement et la religion. Le pape Clément XIII mit l'Encyclopédie à l'Index. En 1759, le privilège de l'Encyclopédie fut révoqué, d'Alembert, alors, abandonna le projet.

    Malesherbes permit de contourner la suppression du privilège en publiant seulement les volumes de planches.

    En 1762, la censure s'allégea et permit la publications des volumes de 8 à 17.

    Les deux derniers volumes paraîtront en 1772, et en 1776 paraîtra un supplément en 4 volumes.

    Au total, l'Encyclopédie se composait de 17 volumes de textes, et 11 volumes de planches On y ajouta le supplément en 4 volumes plus son volume de planches,  les tables se trouvaient imprimées en 2 volumes.

    Ce qui donne un total de 35 volumes dans l'édition de base , dite de Paris.

    "Diderot : l'encyclopédiste" une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les tomes de l'Ecyclopédie parurent grâce à une souscription.

    On a tiré 4 255 exemplaires, dont 2 000 furent diffusés en France, le reste le fut à l'étranger.

    La restauration des volumes langrois a été confiée à un relieur de Dijon, nous pourrons les admirer lors de notre visite à Langres le 25 mars prochain.

    Cette présentation a été un avant-goût de la visite, organisée par l'association châtillonnaise,  à la Maison des Lumières de Langres, seul musée en France consacré à Denis Diderot et au siècle des Lumières.


    votre commentaire
  • Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cette conférence intitulée "Diderot à Langres" a été présentée par Monsieur David Covelli, Directeur du Service Patrimoine de la Ville de Langres, en hommage à Denis Diderot, dont Langres fête cette année le tricentenaire.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La ville de Langres, où naquit Denis Diderot, était, à cette époque, une ville forteresse, à la fois militaire et religieuse.

    Autrefois, elle fut une capitale gallo-romaine, qui comptait 8000 habitants, autant, nous dit David Covelli, que...maintenant!

    Le Seigneur de Langres était son Evêque, il possédait également le titre de Duc.

    La ville de Langres avait la religion comme emblème: 800 personnes travaillaient dans les tribunaux de l'Evêché...

    La ville de Langres était aussi réputée pour sa coutellerie, 250 couteliers y travaillaient, on y entendait, de très loin, le bruit des forges.

    Le père de Denis Diderot, Didier, était Maître-Coutelier, il fabriquait des instruments de chirurgie: bistouris, scalpels et lancettes et des lames fines estampées de la marque dite "à la perle".

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La famille Diderot était une famille classique, bourgeoise, aisée, pieuse évidemment puisque vivant dans une ville épiscopale. La ville de Langres possédait vingt clochers à la Révolution: Saint Pierre et Saint Paul, Saint Mamet, Saint Martin, la chapelle des Jésuites etc...

    Denis Diderot fréquenta le collège des Jésuites, comme son frère Didier-Pierre quelques années plus tard. Ce dernier devint chanoine, alors que Denis s'éloigna de la religion après son départ de Langres. Les deux frères furent véritablement des "frères-ennemis", se querellant avec férocité.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Sur cette vue aérienne, on distingue la cathédrale, puis à droite le collège des Jésuites, qui porte maintenant le nom de Collège Diderot.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Denis Diderot naquit le 5 octobre 1713 dans une maison de la  place Chambeau.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La maison natale de l'encyclopédiste  se trouve à droite de cette photo, elle abrite à présent un magasin d'optique.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les Diderot habitèrent ensuite dans cette autre maison, maison qui fut véritablement la "maison d'enfance" de Denis. Elle resta dans la famille jusqu'en 1787, date de la mort du Chanoine Didier-Pierre.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Denis Diderot fut un élève extrêmement brillant. Son père était très fier de lui et pleurait de joie lorsqu'il le voyait revenir du Collège "les bras chargés de prix et les épaules chargées de couronnes".

    Mais Denis était aussi un élève turbulent et bagarreur, qui supportait difficilement les remontrances des régents du Collège. Aussi il dit un matin à son père qu'il ne voulait plus continuer ses études.

    Le Maître-Coutelier décida de mettre Denis à la forge, mais il renonça au bout de quatre jours, tant son fils rata un "déluge de canifs, de couteaux et autres instruments"

    Denis retourna alors au Collège où il se forgea une bonne culture classique. Les Jésuites voulaient en faire un prêtre, mais n'y réussirent pas. Denis quitta Langres pour Paris, en 1728.

    On sait que Denis Diderot fut l'auteur de l'Encyclopédie. Voici une planche de l'ouvrage, représentant un atelier de coutellerie, gravure  sans aucun doute inspirée par l'atelier et le magasin de son père .

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    En 1884, pour le centenaire de la mort de Denis Diderot, la Municipalité républicaine de Langres, décida dériger une statue en hommage à l'encyclopédiste.

    Les tensions furent vives entre les habitants, certains étant partisans du clergé et bien sûr du Chanoine Didier-Pierre Diderot, d'autres penchant pour l'homme des "Lumières", athéiste et matérialiste.

    La statue fut réalisée par le célèbre sculpteur Auguste Bartholdi, auteur du "Lion de Belfort" (1880), et plus tard de "la Statue de la Liberté éclairant le monde" (1886)

    On peut remarquer, nous dit David Covelli, que seul le nom de famille est gravé sur le socle, ceci ménageant la sensibilité des religieux et des laïcs !

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les élèves du Lycée Diderot ont pris pour habitude, chaque année, au début  de la période de révision du baccalauréat, d'habiller la statue du philosophe d'un costume en rapport avec l'actualité en cours, en voici un exemple :

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le but de la conférence de David Covelli était d'évoquer les jeunes années de Denis Diderot. L'année prochaine, en prélude à un voyage à Langres, l'Association Culturelle Châtillonnaise de l'Université pour Tous, nous présentera une conférence sur Diderot l'Encyclopédiste: sa vie et son œuvre, après son départ de sa ville natale.

    Très applaudi, le conférencier répondit fort aimablement aux questions de l'auditoire.

    Puis il termina par cette belle analyse : Si nous avons fait le choix de l'école obligatoire, si nous avons été libres de choisir un métier, c'est peut-être à Denis Diderot que nous le devons. L'esprit des Lumières continuera d'être dérangeant, mais nous en sommes ses héritiers.

    Diderot à Langres", une conférence de David Covelli, pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique