• A Lignerolles,sur les pas de Claude Lévi-Strauss..

    Pendant tout l'été, l'Office de Tourisme  du Pays Châtillonnais a  proposé aux touristes,vacanciers et habitants du Châtillonnais des Mardis-Découvertes,un mardi par canton.

    Le dernier Mardi-Découverte nous a permis  de visiter, dans  le Canton de Montigny sur Aube,  le village de Lignerolles que le célèbre anthropologue Claude Lévi-Strauss aimait tant..

    Tous les étés , Monsieur Lévi-Strauss venait s'y reposer avec sa famille et il a choisi de s'y faire inhumer.

    C'est l'actuel Maire, Denis Cornibert qui nous a fait découvrir, avec une verve incomparable, son joli village..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Denis Cornibert a demandé à l'ancien Maire du village,monsieur Leblond de nous conter l'histoire de Lignerolles, ce qu'il a fait avec bonne humeur..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Lignerolles se nommait Lineolare au début du XIème siècle, nom qui désignait un lieu où l'on cultivait le lin.

    Le village appartenait  à cette époque au  Comté de Champagne, du baillage de Chaumont et du diocèse de Langres.Il appartenait à l'Abbaye de Longuay.

    Ce qui explique son blason...

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    L'Abbaye de Longuay (que nous verrons plus tard à la fin de la visite) y possédait une forge et un patouillet  alimentés par l'Aubette,cette jolie  rivière qui se jette dans l'Aube un peu plus loin,  et qui n'alimente plus maintenant que le ravissant lavoir...

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    L'Eglise est sous le patronage de Saint Révérien..Elle est moderne,car rebâtie par Henri Monniot en 1852 ,après celle bâtie par Simon Tridon dans le style néo-classique à une nef, et  qui menaçait de s'écroûler.

    Henri Monniot lui donna 3 nefs...

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Une belle statue de Saint Roch, du XVIIème siècle , se trouve à gauche de la façade.A droite, une autre statue qui représenterait Saint Joseph...

     

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

     

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Devant l'Eglise Saint Révérien, se dresse une magnifique croix Renaissance, dont les branches se terminent par des "choux Bourguignons"..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Après le bel exposé de Monsieur Leblond,Denis Cornibert nous emmena au cimetière pour que nous puissions nous recueillir sur la tombe de Claude Lévi-Strauss.

    La tombe, depuis que je l'avais photographiée peu après l'inhumation du grand savant (voir le chapitre "Claude Lévi-Strauss) a été agrémentée d'une pierre percée (de Cérilly): c'était le voeu du célèbre ethnologue...Il a été exaucé.

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Denis Cornibert nous entraîna ensuite dans un beau chemin qui longe la propriété Lévi-Strauss. (Par discrétion, pas de photo du château, évidemment.)

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Denis Cornibert évoqua son ami Claude Lévi-Strauss ,il fut très affecté par son décès qu'il a dû cacher à ses administrés , puisque l'inhumation devait se faire en secret, selon les voeux de l'ethnologue.

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Puis nous avons rejoint notre voiture et c'est en "caravane" que nous nous sommes dirigés vers l'Abbaye de Longuay.

    En chemin nous avons aperçu la carrière d'où a été tiré la pierre (gélive) qui a servi à daller une partie de l'opéra Garnier à Paris...

    Une halte s'est ensuite imposée devant ce monument élevé en 1994 à la mémoire de l'équipage d'un Lancaster Anglais qui s'est écrasé près de Lignerolles en 1944.

    Monsieur le Maire nous en conta l'histoire.

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Dans le cimetière,nous avions d'ailleurs pu voir la tombe des quatre aviateurs britanniques inhumés à Lignerolles.

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Nous sommes arrivés ensuite à l'Abbaye de Longuay, dont dépendait le village de Lignerolles,Longuay fait partie du département de la Haute Marne,sur le territoire de la commune d'Aubepierre.

    C'est Monsieur Poillotte de Châtillon sur Seine qui, avec sa grande érudition , nous présenta l'histoire de l'Abbaye qui fut sous la dépendance des évêques de Langres.

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    De 1102 à 1126, Longuay fut une Maison Hospitalière, fondée par trois pieux personnages : Chrétien de Leuglay et ses deux neveux Guy et Hugues en un lieu nommé "Long-Vé", vaste marais entretenu par la rivière l'Aube. Robert de Bourgogne occupant le siège épiscopal de Langres accueillit avec une "paternelle tendresse" les pieux cénobites.

    De 1126 à 1149, les Frères Hospitaliers devinrent des Chanoines Réguliers. Willenc, évêque, mit la vie des frères en conformité avec la règle de Saint-Augustin. De 1149 à 1532, se succèdèrent 24 abbés Réguliers.

    Un ancien moine de Clairvaux, devenu pape sous le nom de Eugène III, constatant quelques abus et relâchements à Longuay, demanda à Saint-Bernard de "pourvoir au plus tôt aux nécessités de l'Église". Longuay devint alors une nouvelle fille de Clairvaux. L'agrégation des Chanoines Réguliers de Longuay à l'Ordre Cistercien se consomma le 4 mars 1149, quatrième année du pontificat d'Eugène III et dura jusqu'en 1532, date à laquelle apparurent les abbés commendataires.

    En 1790, les religieux quittèrent Longuay suite à l'application du décret ordonnant la vente des biens nationaux. Cette dernière commença en 1791, et s'acheva en 1793.

    Il ne reste pas grand chose de cette abbaye qui fut démantelée au moment de la vente des Biens Nationaux..Certaines pierres servirent d'ailleurs à construire le château  que nous voyons maintenant..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Nous pouvons néanmoins admirer ce grenier à dîmes que Monsieur Poillotte nous fit visiter..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Après avoir gravi un escalier escarpé nous sommes arrivés dans cette magnifique salle voûtée d'ogives , où dormaient les moines à même le sol..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Les piliers sont très simples, comme le voulait l'ordre cistercien..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Voici l'autre côté du grenier à dîmes :

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Le château fut construit vers 1830-1840, en prenant comme support, une partie méridionale du cloître,et en  revêtant les vieilles façades d’un placage de pierres blanches.

    La partie de l'abbaye qui reste, accolée au château, a conservé le "chauffoir" où les moines scripteurs venaient se réchauffer les doigts..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Un peu plus loin un beau pigeonnier qui devait appartenir à la ferme voisine..

    -A Lignerolles sur les pas de Claude Lévi-Strauss

    Une chapelle existe, mais je n'en n'ai pas fait de photographies, malheureusement..

    Monsieur François Poillotte  m'envoie très aimablement la photo de la chapelle, je l'en remercie infiniment, la voici :

    -Patrimoine en danger !

    Voici son commentaire:

    Cette chapelle particulière de l'abbé commenditaire de Longuay, a été aménagée par François DAUVET des MARETS durant son long abbatiat de 1618 à 1695 (Il avait été nommé abbé commendataire à l'âge de ...10 ans.)

    Les murs sont recouverts de boiseries dont les panneaux content la vie de l'Eglise.

    Ce fut une bien belle après-midi, riche en histoire et en émotion, merci à tous ceux qui nous ont permis ces découvertes si enrichissantes...

    D'autres découvertes nous attendaient encore, proposées par le syndicat d'Initiative du Pays Châtillonnais, la journée était loin d'être finie, mais leur relation fera l'objet d'autres articles...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Avril 2011 à 22:38

    Ce reportage donne vraiment envie d'aller à Lignerolles ! Explorant une de mes branches familiales, je viens de me trouver quantité d'ancêtres "tixiers en toile" ou forgerons à Lignerolles vers 1700 : des Cornibert (comme M. le maire), des Charpentier et des Hutinel.  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :