•  Dans les villages châtillonnais on voit encore quelques maisons dont le toit est recouvert de "laves".

    En Bourgogne, les "laves" sont des pierres plates de calcaire utilisées en couverture de bâtiments.

    Les pierres,soigneusement sélectionnées pour leur qualité non gélive proviennent soit des carrières de l’Yonne  (calcaire micritique) soit de Côte-d’Or  (calcaire à entroques).

    Souvent  les toits des maisons  couvertes en laves tombent en ruine, car les propriétaires n'ont pas assez de moyens financiers pour les refaire à l'identique, le métier de lavier a presque disparu (mais il commence heureusement à renaître)

    On remplace alors les "laves" par des tuiles plus économiques, quel dommage...

    Une maison à Brion sur Ource :

    Les toits en "laves"

    Une maison à Courcelles les Rangs :

    Les toits en "laves"

    Une maison à Magny-Lambert :

    Les toits en "laves"

    On voit l'énorme empilement des pierres au bord du toit.

    Les toits en "laves"

    Un appentis à Bouix :

    Les toits en "laves"

    Ici la couverture en laves a été refaite.

    Les toits en "laves"

    Les toits en "laves"

    La lave tient par son propre poids et ce poids la garantit contre le vent et la grêle ; une telle couverture, si la charpente est solide, peut durer très longtemps, à condition que la lave ait été bien choisie, qu'elle soit sèche et bien saine afin d'éliminer les risques d'effritement ou de pourriture.

    Les couvertures en "laves" nécessitent de bonnes charpentes en chêne conçues de façon traditionnelle. Ici c'est celle du porche de l'église de Terrefondrée.

    Les toits en "laves"

    En effet, le poids de ce type de couverture peut varier entre 400 et 800 kilos selon les dimensions des pierres.

    La pente  du toit doit toujours impérativement être au moins égale à 45°. Une telle pente assure la répartition des charges entre le mur gouttereau et la charpente.. Plus la pente est forte, plus la charge supportée par la charpente est faible.

    Maison à Villedieu: on a refait la moitié du toit en tuiles, l'autre moitié a conservé ses laves

    Les toits en "laves"

    Maison à Romprey :

    Les toits en "laves"

    Hélas cette toiture est condamnée...

    Les toits en "laves"

    Les toits en "laves"

    Une vidéo où l'on se rend compte du travail du poseur de laves qu'on appelle un "lavier" :

    Voici un texte de 1766, intéressant  pour comprendre la façon dont on réalisait (et on réalise toujours !) une toiture en laves :

    "Des couvertures en lave" par le Marquis de Courtivron »

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique