• Jean-Marie Pelt vient de disparaître.

    Il avait donné en avril 2014 une superbe conférence à Châtillon sur Seine. Déjà affaibli, il nous avait subjugués par sa vivacité intellectuelle.

    Qu'il repose en paix, nous ne l'oublierons pas.

     

    Jean-Marie Pelt bientôt à Châtillon sur Seine !!

    L'Association Culturelle Châtillonnaise-Université pour Tous a invité, pour fêter ses trente années d'existence, un conférencier de renommée internationale : Jean-Marie Pelt.

    Agrégé de pharmacie et botaniste, président de l’Institut européen d’écologie, professeur émérite de l’Université de Metz, Jean-Marie Pelt est un infatigable défenseur de la biodiversité et surtout un merveilleux passeur de science auprès du grand public.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    La conférence de Jean-Marie Pelt fut extraordinaire de clarté et d'intérêt sur les dangers qui menacent la planète et la façon de les éviter.

    Jean Marie Pelt possède une jeunesse d'esprit extraordinaire, un optimisme rafraîchissant, quel plaisir de l'écouter...

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Sa voix était claire, posée, le micro bien réglé, si bien que, perchée tout en haut de la salle, j'ai pu noter tout son exposé, quelle chance !

    Jean Marie Pelt a débuté sa conférence par le rappel de trois événements majeurs qui nous ont interpelés il y a très peu de temps :

    -Des inondations exceptionnelles sur le littoral atlantique

    -Une pollution de l'air intense dans les grandes cités

    -Un rapport faisant état qu'en 2050, l'Europe du sud sera atteinte par la montée des eaux de la mer.

    L'OMS a déclaré que chaque année 7 millions d'individus meurent de la pollution de l'air , 3 millions et demi meurent de la pollution de l'eau, 11 millions meurent donc des effets de la pollution de l'air et de l'eau, soit 20% de la mortalité totale annuelle.

    Ce sujet d'inquiétude n'est pourtant pas, hélas, la préoccupation des politiques et des financiers.

    Comment en est-on arrivé là ?  Eh bien en puisant des ressources dans le sol, on a considéré la terre comme un "réservoir" qu'on a cru inépuisable. Que se passera-t-il lorsque ce "réservoir" sera vide ? Cette destruction des ressources s'accompagne de l'apparition de déchets, on en voit l'effet dans les pays du sud et même...sur l'Everest !

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Le Développement durable

    Quels sont donc les deux piliers du développement durable ? Recycler et lutter contre la pollution.

    Que fera-t-on lorsque le pétrole va manquer, dans, sans doute, entre 20 et 60 ans ? Il y a encore du pétrole , mais son extraction se fait à un prix fort écologique.

    Le gaz de schiste ? une très mauvaise idée, heureusement l'opinion a réagi rapidement. Ces combustibles donnent du CO2 qui occasionne l'effet de serre, donc le réchauffement climatique.

    Alors qu'est-ce qu'on fait ??

    Il y a le nucléaire, qu'en penser ?

    Jean-Marie Pelt en pense évidemment beaucoup de mal et pour plusieurs raisons :

    -Un incident comme celui de Tchernobyl est effroyable

    -Les vieilles centrales à démanteler coûtent très cher et leur destruction ne peut se faire qu'en 30 ans !

    -Les déchets nucléaires sont indestructibles pendant 10 000 ans !

    Il faut donc utiliser une énergie renouvelable et non polluante:

    -Priorité absolue aux ressources durables : rayonnement solaire, éoliennes en mer, turbines marémotrices

    -Récupération de tout ce qui est organique pour le transformer en gaz méthane

    -La géothermie

    (Néanmoins, renoncer aux champs couverts de panneaux photovoltaïques qui ne donnent pas grand chose et occupent les terres agricoles)

    Jean Marie Pelt souhaite que l'Union Européenne s'intéresse davantage aux énergies renouvelables. Hélas les politiques  ne pensent qu'à la croissance, mais les ressources en énergie étant limitées, l'Economie devra être repensée.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    La Biodiversité

    Faut-il absolument, se demandent certains, protéger les hamsters alsaciens, les tortues du midi et les crapauds de chez nous en leur construisant des "crapauducs" ?

    Oui, la loi doit en effet protéger les espèces animales et végétales, il y a  actuellement une prise de conscience importante de certains phénomènes. Jean Marie Pelt nous a donné l'exemple des orques d'Alaska qui dévorent les loutres de mer (protégées) alors qu'avant ils se nourrissaient de poissons...les algues disparaissant, les alevins  ne peuvent s'y cacher et sont dévorés par les loutres avant d'avoir grandi, sans poissons à se mettre sous la dent, les orques se nourrissent de loutres...

    Sur terre, les abeilles disparaissent, tuées par certains pesticides, on obtient par exemple, en une  année la moitié du miel que l'on récoltait avant. Cette situation est dramatique pour l'humanité...en effet s'il n'y a  plus d'abeilles, il n'y a plus de pollinisation, donc plus de fruits.. Ce sont  1/3 des ressources de la planète qui sont liés aux abeilles..Devra-t-on polliniser à la main ? cela coûterait... 153 milliards de dollars par an ! devra-t-on faire passer des "masters de pollinisation " aux étudiants ?

    (Ces réflexions montrent combien Jean-Marie Pelt a de l'humour et sait captiver son auditoire !)

    Darwin nous a fait comprendre que, pour lui, le plus fort résiste à la compétition pour l'accès au territoire et à la nourriture. Cette idée de compétition a d'ailleurs donné naissance, chez les humains, à la notion de "lutte des classes" et a poussé à la formation de sociétés ultra-compétitives, menant à des affrontements  économiques : combats politiques, batailles électorales, les forces politiques mobilisent: c'est la guerre...Quel avenir pour nos sociétés ??

    Jean Marie Pelt suggère qu'il nous faudrait revenir à la vraie démocratie, aboutir à des consensus en écoutant l'autre, coopérer...

    Savez vous que l'on vient de découvrir que la coopération existe dans la nature ? Les antilopes koudous qui mangent les feuilles des acacias, se gardent bien de dévorer toutes les feuilles...car l'arbre émet à partir d'un certain seuil, des vapeurs toxiques qui font partir les antilopes vers d'autres acacias éloignés...

    Les geais ne s'accouplent pas tous, certains restent célibataires et nourrissent les petits des autres !.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    La "croissance" si chère à nos politiques n'existe pas dans la nature : un arbre ne deviendra pas démesuré, il grandira jusqu'à avoir sa taille normale, pas plus...

    Il nous faut donc, pour réparer les dégâts de nos sociétés, réfléchir au concept de solidarité, car la solidarité est une force. Il faudra donc  partager les ressources, augmenter la justice sociale en évitant que certains s'enrichissent immoralement.

    Jean Marie Pelt nous a cité un sondage paru en Allemagne : 82% des sondés sont prêts à réduire leur consommation d'un quart si l'argent économisé est octroyé à des réformes profondes.

    Il faudra donc faire preuve d'une "sobriété heureuse", bien traiter la nature, changer notre vision sur elle et surtout faire sienne la "règle d'Or", présente dans tous les textes sacrés :

    "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse".

    Pour Jean-Marie Pelt, cette règle d'or devrait être enseignée à l'école et même être inscrite dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

    Et bien sûr appliquer cette "règle d'or" aussi aux animaux (corridas, poulets en batteries...)

    Jean Marie Pelt termina son brillant et captivant exposé, en formulant l'espoir que l'humanité va faire un pas vers un monde plus juste, plus solidaire .

    Nous devrons coopérer dans des actions positives, pour entrer dans une société plus humaine, qui nous évitera le "basculement fatal".

    Jean Marie Pelt est optimiste, pourquoi ne le serions nous pas aussi ?

    Des questions furent ensuite posées au conférencier qui y répondit avec bienveillance.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Sur la démographie mondiale : durant la durée d'une vie, la sienne, Jean Marie Pelt  nous a révélé que la population mondiale était passée de 2 milliards d'individus à 4 milliards !

    Les prévisions montrent que cette poussée va encore s'accentuer, mais ralentira fortement vers 2100, sans doute grâce à la progression de l'Education dans le monde.

    Une question fut posée sur les ruches d'abeilles installées en ville. Certaines sont  installées à Paris, sur le toit de l'Opéra, elles butinent au Palais Royal  des fleurs poussées sans pesticides et donnent un miel savoureux (mais un peu cher !)

    Pourquoi pas installer des ruches dans d'autres villes? mais il faudra éviter de planter trop de graminées qui ne portent pas de fleurs .

    Les applaudissements furent énormes, tant Jean-Marie Pelt a su subjuguer son auditoire par ses immenses connaissances, mais aussi par son humour et sa rafraîchissante jeunesse d'esprit !!

    Dans le bar du Théâtre Gaston Bernard, il dédicaça plusieurs de ses très nombreux ouvrages.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Une soirée que nous n'oublierons pas tant elle fut enrichissante !

    L'Association Culturelle Châtillonnaise avait exposé beaucoup d'affiches de ses conférences au premier étage.

    Une superbe conférence de Jean-Marie Pelt, a eu lieu le vendredi 4 avril,  au Théâtre Gaston Bernard de  Châtillon sur Seine !!

    Toutes les conférences de l'Association sont passionnantes, n'hésitez pas à vous y rendre.

    Le programme de l'an prochain sera mis sur le blog en septembre, mais vous pouvez encore assister cette année  à deux très belles conférences , le 10 avril : "George Sand écrivain olfactif" et "les eaux Himalayennes " le 12 mai. Les affiches seront sur le blog avec les indications d' heures et de lieux.

    Le site de Jean-Marie Pelt à consulter :

     www.centrejeanmariepelt.com

     


    2 commentaires
  • Le cerveau

    Gilles Seytre, Président du SIVU Montagne a demandé à Didier Perrin,, Ingénieur en Nutrition et Science des Aliments, de présenter une conférence intitulée "Comment bien nourrir notre cerveau, prévention des maladies cardiovasculaires"

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Cette conférence a eu lieu mercredi 20 mai 2015, au CSCL dirigé par Clément Vicic.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Pour débuter cette passionnante conférence, Didier Perrin nous a donné de précieuses indications pour reconnaître si une personne est victime d'un Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

    Vous qui me lisez, notez donc bien les symptômes qui doivent alerter. Si ces signes sont reconnus il faudra très vite emmener le malade à l'hôpital si l'on veut le sauver. C'est en effet dans les  3 heures qui suivent que le patient doit recevoir une injection.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Après cette mise en garde capitale, Didier Perrin a commencé sa conférence par une constatation alarmante:

    -Les maladies cardio-vasculaires (MCV) sont la première cause de décès dans le monde et la 2ème cause de décès en France (environ 138 000 décès par an)

    -L'incidence des MCV est plus élevée chez les hommes que chez les femmes, mais les MCV tuent plus les femmes que les hommes

    -Les MCV tuent autant que l'ensemble des cancers.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Le conférencier nous a ensuite rappelé ce qu'est le système cardio vasculaire, et la dangerosité des plaques d'athérome qui obstruent petit à petit les artères.

    La plaque d'athérome c'est la constitution dans une artère d'un amas de cholestérol oxydé, de plaquettes, qui peut éventuellement se calcifier, et qui augmente petit à petit de volume, jusqu'à l'obstruction des vaisseaux.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Quels sont les facteurs de risque d'apparition de la plaque d'athérome ?

    On trouve : le déséquilibre alimentaire qui conduit à l'obésité, le diabète, l'hypercholestérolémie, l'hypertension artérielle, le tabac et la surconsommation d'alcool.

    Comment prévenir les risques de MCV ? il faut avoir une bonne hygiène alimentaire

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Il faut surveiller la croissance des enfants...

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Didier Perrin nous a donné ensuite les bases de l'équilibre alimentaire.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Il nous a rappelé ce qu'est la digestion :

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Quelles sont les différentes catégories d'aliments à notre disposition ?

    -Les aliments riches en protéines animales : viandes, œufs, poissons

    -Les produits laitiers : lait, yaourts, fromages blancs, fromages

    -Les végétaux : fruits et légumes

    -Les féculents : céréales, pâtes, riz, pommes de terre, maïs, châtaignes, légumes secs, bananes etc...

    -Les matières grasses :huiles, beurre, margarines

    -Les produits sucrés : bonbons, pâtisseries, chocolats, confiture, miel etc...

    Ces aliments nous apportent des protéines, des glucides,des lipides, des vitamines et sels minéraux, des fibres, de l'eau.

    Comment construire l'équilibre alimentaire sur une journée ?

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Les lipides (graisses) sont à bien choisir :

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Conseils pour améliorer le bilan lipidique: éviter les charcuteries grasses, privilégier les viandes maigres, consommer des poissons gras (saumon, sardine ou maquereau), des fruits de mer, utiliser l'huile d'olive et l'huile de colza ou de noix (à froid seulement), limiter le beurre (10g par jour), consommer des produits laitiers demi-écrémés, des yaourts, des fromages (seulement 30g par jour), limiter les glaces, les pâtisseries du commerce et l'alcool, consommer des fruits et légumes.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Didier Perrin termina sa conférence par l'alimentation du cerveau, et tout d'abord par sa physiologie.

    -Le cerveau est composé de 170 milliards de cellules dont 90 milliards de neurones

    -La vitesse de l'influx nerveux peut aller jusqu'à 100m/seconde

    -Il est composé de deux hémisphères, chacune étant divisée en plusieurs zones qui assurent chacune des fonctions spécifiques.

    -Le cerveau régule les autres systèmes d'organes du corps, en agissant sur les muscles ou les glandes

    -Il constitue le siège des fonctions cognitives

    -Ce contrôle centralisé de l'organisme permet des réponses rapides et coordonnées aux variations environnementales.

    -Les réflexes ne nécessitent pas l'intervention du cerveau. Toutefois, les comportements plus sophistiqués nécessitent que le cerveau intègre les informations transmises par les systèmes sensoriels et fournissent une réponse adaptée.

    Les besoins du cerveau :

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    Le conférencier fut très applaudi , il répondit ensuite aux questions des auditeurs.

    Voici ses coordonnées  si vous avez besoin d'être aidé(e):

    Didier Perrin

    16 boulevard de l'Université

    21000 Dijon

    06 78 30 10 76

    L'atelier-cuisine du CSCL avait préparé un buffet diététique délicieux, avec les aliments recommandés par le nutritionniste.

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

    "Le cerveau, ses besoins spécifiques", une conférence proposée par le SIVU Châtillonnais-Montagne

     

     


    votre commentaire
  •  Je rediffuse le compte-rendu de la conférence si passionnante sur l'homéopathie, qu'avait donnée Jean-François Gallice, sous les auspices de l'Association Culturelle Châtillonnaise, en 2010.

    Je le fais en hommage à cet homme apprécié  de tous, tant par son érudition que par sa gentillesse.

    Les Châtillonnais ne l'oublieront pas.

    - L'Association Culturelle Châtillonnaise, saison 2010-2011

    Jean-François Gallice est une personnalité Châtillonnaise très connue et très estimée dans notre ville.

    Il fut très longtemps un docteur-vétérinaire, apprécié de ses patients et...de leurs maîtres !

    Mais ce que je ne savais pas c'est que Monsieur Gallice était un fervent adepte de l'homéopathie, science qu'il étudia en étant le disciple de médecins homéopathes renommés comme Nebel et Vannier.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    Il a donc été invité par l'Association Culturelle Châtillonnaise, que préside madame Simon, à nous parler de cette science un peu méconnue de nos concitoyens : l'homéopathie.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    Et comme Monsieur Gallice est une personne très organisée, il a pris soin de distribuer à tous ses auditeurs (venus très nombreux) le texte de sa conférence..

    Une aubaine pour moi, car je vais  publier son texte in-extenso, entrecoupé de photos...de l'orateur !

    Merci à vous Monsieur Gallice, et merci aussi à Michel Diey qui a participé activement au tirage de tous les exemplaires.

    Voici donc le texte de la conférence sur l'homéopathie..

    L’HOMÉOPATHIE

    Définition :

    Homéo=semblable, c’est le similia similibus curantur=les semblables (maladies).Seront guéries par les semblables (médicaments)

    Par opposition à l’Allopathie qui devrait s’appeler : ENANTHIOPATHIE, qui veut dire guérir par les contraires : devant une diarrhée on emploie un anti-diarrhéique, devant une toux un antitussif, devant une fièvre un fébrifuge etc…

    Un peu d’historique :

    Hippocrate qui vécut à l’époque de Platon a été le premier à dissocier la maladie de la magie et de la religion.Père des tempéraments, inspiré des présocratiques qui déjà comptaient sur les éléments : l’Eau, l’Air, le Feu, la Terre, avec un élément venu d’Asie : l’Ether qui fut appelé la quintessence.Il attachait de l’importance à l’environnement : les vents.Ce thème repris par les Juifs, chez qui on disait : « tu ne jugeras pas le jour où souffle tel vent ».

    Citons :

    -Celse sous Auguste, le « Cicéron » de la médecine, transmet les œuvres d’Hippocrate, plus chirurgien que médecin.

    -Galien vers 200 avant JC le père du médicament (pharmacie galénique)

    -Paracelse vers 1500 Suisse, contre Galien et Avicenne.

    -Avicenne 980 Boukhara

    -1037 Hamadan :importe Aristote, Physique et philo

    -Averroes 1126 Cordoue

    -1198 Marrakech :philo, médecine

    C’est ensuite toute l’obscurité du Moyen-Age qui va jusqu’au 18ème siècle

    -Photos Châtillonnaises insolites

    HAHNEMANN (Meissen 1755-Paris 1843)  contrôla sur lui-même  en 1789 à Leipzig , l’action des médicaments, mais son similia similibus curantur souleva un tollé général, il quitta la Saxe, puis ce fut une française qu’il guérit qui le ramena à Paris en 1835, où il eut un grand succès.

    Le plus important fut l’idée géniale de dissocier le pouvoir immunisant du pouvoir toxique par la dilution.

    Sur un tube homéopathique quand vous voyez : Aconitum 15 H, cela veut dire : 15° dilution centésimale Hahnemanienne.La vaccination jennerienne de la vaccine l’avait inspiré.

    Beaucoup d’autres suivirent : Nebel en suisse le père des constitutions qui fut le maître de Léon Vannier, toute l’école de Paris Iliovici, Zissu, Jousse etc…

    -Photos Châtillonnaises insolites

    Comment aborder l’homéopathie pour se soigner :

    -1) avec des médicaments tout préparés : le plus connu étant Oscillococcinum pour les états grippaux, ou encore des complexes en gouttes ou en comprimés pour des cas précis : là encore début de grippe : Aconitum composé, Infludon, Ostéocynésine, Gastrocynésine etc..

    -2) en partant de matières médicales pour aller à la recherche du similium, certains homéopathes disent : untel crie son remède, untel est nux vomica, celle-là est lachesis ou sepia etc..

    3)le bon médecin homéopathe vous posera un tas de questions pour déceler le remède qui se superpose le plus avec votre pathologie.Car pour de nombreux homéopathes donner un seul principe actif est la meilleure solution, ce sont des unicistes.Le plus célèbre étant l’américain Kent qui, entr’autres, était le médecin des Rockfeller.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    Grâce à Nebel et Léon Vannier, les médecins homéopathes peuvent avoir recours au principe des CONSTITUTIONS qui est une étude morpho-bio-typologique.

    Nebel identifia trois constitutions majeures de base :Carbonique, Phosphorique et Fluorique.

    D’autres auteurs en inventèrent d’autres.

    LE TYPE CARBONIQUE

    Le type Carbonique est bréviligne et large, lourd, voire gros, il manque de souplesse mais est robuste et résistant.L’étage abdominal domine nettement, c’est un digestif.

    Personnages historiques : Cromwell,Joffre, Clémenceau, Eisenhower, Churchill,les papes Jean XXIII et Jean-Paul II, les peintres Rubens , Botéro et Fernand Léger.

    Nourrisson : « beau bébé » transpire, croissance lente, dents espacées de bonne qualité.A toujours faim : tétées, biberons, mais supporte mal le lait.Oral type, lent pour marcher

    Adolescent : lent, tranquille, logique, méthodique, course de fond.Points faibles :digestif, rhinopharyngite, obésité, puberté tardive

    Adulte : bréviligne et gras, des articulations font un angle.Ce n’est ni un poète, ni un bohème.Il souffre d’HTA, de cholestérol, de diabète, de goutte, de lithiase, de prostatite, d’arthrose.

    Senior : beau vieillard souvent chauve, organisé, maniaque, jeux de société.Le sujet passe de Calcarea carbonica à Magnesia C, Kali C, Natrum C, Ammonium Carb (créatinine, urée, acide urique) puis Baryta carb.Complémentairees : Aurum et Sulfur.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE TYPE PHOSPHORIQUE

    Le type phosphorique est mince, élancé, longiligne, grand, à l’esprit vif et romantique.

    Personnages historiques : Louis XIII, Molière, Mozart, l’Aiglon, Chopin, Musset, la Dame aux Camélias, les victimes de la tuberculose.

    Nourrisson : mince, thorax allongé, vorace mais vomit, retard de dentition.

    Adolescent :scoliose, cyphose, vite fatigué, élève doué, anémie, nerveux, sombre dans la dépression.

    Adulte : appareil respiratoire et squelette, anémie, polyarthrite rhumatoïde, dépression.Comme chez le carbonique passe de Calcarea phos à Magbnesia, Kali, Natrum Ammonium, et Acide Phos.Complémentaires :Phosphorus (hémorragie, hépatite) Ferrum phos, Arsenicum.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE TYPE FLUORIQUE

    Le type fluorique est : dissymétrie, hyperlaxité, instabilité.

    Personnages historiques : Louis XIV, Descartes,Kant, Freud, Sartre.

    Propension à l’alcoolisme, au tabagisme et à la drogue.

    Nourrisson : déformations osseuses, voûte palatine ogivale, dents déformées, mal plantées, agitation nocturne, peu affectueux, affreux jojo.

    Adolescent : construit de travers, thorax étroit, cyphose, scoliose, dyslexie mais content de lui, rhinopharyngites, angines.bec de lièvre, fente palatine, pied bot.

    Adulte : visage écrasé, tordu (voir portraits du peintre Bacon), hyperlaxité, angle obtus avec le bras étendu.Mauvaise dentition, névrose phobique, mauvaises veines,maladie de Crohn.

    Senior :mauvaise humeur, perte de mémoire, peur de la mort,des dopants.

    Pathologie de la dégénérescence,varices, ulcères variqueux, rôle de Fluoric acidum.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LES TEMPÉRAMENTS

    Comme nous l’avons dit, la constitution est fixe, le tempérament évolue selon la constitution , la pathologie et le vieillissement.

    Les présocratiques avaient découvert les quatre éléments , mais c’est surtout Empédocle (Vème siècle Avant JC) qui précisa le rôle de chacun.Il se jeta dans l’Etna qui ne rejeta que sa sandale.

    Par l’influence du Taoïsme fut ajouté par Galien, un autre élément cosmique : l’Ether, notamment la lune qui fut le cinquième élément , d’où la quintessence.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE LYMPHATIQUE

    Elément :l’eau

    C’est l’anabolisme de l’enfance.La mer est l’origine de la vie, puis le liquide amniotique pour le fœtus et le tube digestif de l’enfant qui est un fleuve nourricier de la bouche à l’anus, transformant les aliments en nutriments d’où la fragilité et les diarrhées, les toxicoses, deshydratations, ainsi que l’atteinte du système lymphatique :amygdales, appendice, ganglions .

    Ce stade est long chez le carbonique, plus court chez le phosphorique (développement et puberté plus précoce).

    Le lymphatique carbonique est lent en gestes et en paroles, se répète, mais a de la mémoire et son travail est méticuleux.

    Remèdes : Calcarea carbonica, Graphites, Thuya.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE SANGUIN

    Elément : l’air.

    C’est le catabolisme aérobie, l’adolescent et le début de l’âge adulte.

    Important développement musculaire, rôle de l’oxygène qui transforme les glucides.

    Le type phosphorique domine, d’où le rôle de la saignée jadis à la cour et chez les chevaux.

    Remèdes importants : Sulfur,Calcarea Ophosphorica, Pulsatilla,Arnica.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE BILIEUX

    Elément : le feu.

    Catabolisme anaérobie.

    Age adulte avancé : atteinte des émonctoires : foie,rein, lithiase,HTA,Arthrose,cataracte, surdité

    Remèdes importants :Lycopodium,Arnica,Aurum, Nux vomica, Igniatia.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    LE NERVEUX OU ATRABILAIRE

    Elément : la terre

    Dans la vieillesse :déficit musculaire, les ligaments apparaissent sous la peau,ongles cassants et rainures longitudinales.Peu d’activités physiques.

    Au début activité intellectuelle, mais ensuite torpeur, anxiété, toutes les atteintes du système nerveux :Parkinson,maladies dégénératives.

    Remèdes importants : Arsenicum album (anxiété, peur de la mort) Argentum Nitricum (instabilité, inquiétude, tremblements, ulcérations), Silicea.

    Tous ces éléments se superposent, il faut trier pour en conserver l’essentiel.

    -Photos Châtillonnaises insolites

    Et voici Michel Diey distribuant le texte de la conférence de Jean-François Gallice.

    Ce dernier répondit aux nombreuses questions de son auditoire et fut très applaudi pour son érudition et aussi..pour son humour ce qui ne gâte rien !

    Merci à l'Association Culturelle Châtillonnaise de nous offrir des conférences de cette qualité.


    votre commentaire
  • Georges Sand et le parfum

    Nous avons assisté, jeudi 10 avril, à une merveilleuse conférence "parfumée" présentée par Annick Le Guérer, chercheur, commissaire d’expositions, anthropologue et philosophe : "George Sand, écrivain olfactif à la croisée du parfum et de la musique" , une très belle évocation de la vie de cet  écrivain hors du commun.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George Sand, dans tous ses romans, a célèbré "les chemins fleuris", son jardin de Nohant où elle recevait, était organisé comme un nid parfumé,. Elle ne pouvait vivre sans les parfums et son style utilisait des métaphores odorantes.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George Sand vivait sous le signe des odeurs,  elle ne pouvait vivre sans elles . Elle avait  un nez un peu long, et elle se surnomma elle-même ironiquement "Pifoël"
    Cette particularité physique est mise en évidence dans cette caricature faite par son fils , Maurice Sand. Il l'a croquée écoutant Franz Liszt au piano.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    En 1808, à quatre ans , Aurore Dupin de Francueil (c'est son vrai nom) quitta Paris avec sa mère pour aller voir son père à Madrid, celui-ci ayant été nommé aide de camp de Murat.

    Dans les montagnes espagnoles des Asturies, sa mère cueillit des liserons et les lui fit sentir en lui disant:

    "Respire-les, cela sent le bon miel, et ne les oublie pas". C’est donc la première révélation de l’odorat que je me rappelle, et par un lien de souvenirs et de sensations que tout le monde connaît sans pouvoir l’expliquer, je ne respire jamais des fleurs de liseron-vrille sans voir l’endroit des montagnes espagnoles et le bord du chemin où j’en cueillis pour la première fois .

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Portrait de son père Maurice Dupin de Francueil :

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Aurore passa avec sa mère six semaines de rêve dans un palais, mais voilà que la guerre se déchaîna, il fallut rentrer en France . Hélas le voyage de retour fut atroce car il y avait des cadavres partout...

    La bataille de Somosierra :

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Les routes étaient jonchées de cadavres, victimes de la guerre mais aussi victimes de la famine et des épidémies.

    Peinture de Goya :

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Pour protéger sa petite fille des épidémies, sa mère la traita d’une façon très particulière : elle enduisit Aurore de soufre après chaque bain et lui fit ensuite avaler des boulettes de soufre dans du beurre, pour la protéger justement des mauvaises odeurs .

    Car, à cette époque, on était persuadé  qu’on attrapait le choléra ou la peste en respirant les miasmes dégagés par les cadavres.


    Ma mère me soignait à sa manière, et au sortir du bain, elle m’enduisait de soufre de la tête aux pieds, puis elle me faisait avaler des boulettes de soufre dans du beurre et du sucre. Ce goût et cette odeur, dont je fus imprégnée pendant deux mois, m’ont laissé une grande répugnance pour tout ce qui me les rappelle.


    Et pour arriver à supporter cette odeur de soufre qu'elle trouvait atroce, Aurore pressait contre sa poitrine un bouquet de roses .

    Dès l'âge de quatre ans, le destin olfactif d'Aurore Dupin est scellé, il  tiendra de la rose et du soufre.

    On dira d'ailleurs d'elle, beaucoup plus tard, pour d'autres raisons, qu'elle était "sulfureuse" !!

    Annick le Guerer nous révèle que cette expérience fut  marquante pour la future George Sand. En effet, par la suite , elle ne pourra plus jamais sentir le liseron  sans se remémorer les montagnes espagnoles et le bord du chemin ou elle en cueillit pour la première fois.

    Plus tard , elle comparera le "souvenir" à un parfum subtil dans un flacon scellé , le souvenir est le parfum de l'âme disait-elle.
    Cette relation privilégiée que l’odorat entretient avec la mémoire , et qu’avait bien vue Georges Sand, sera célébrée aussi par un contemporain de Georges Sand, Charles Baudelaire  (qui la détestait d'ailleurs !)
    Dans les Fleurs du Mal, il évoque les souvenirs qui jaillissent d’un flacon de parfum

    Dans une maison déserte quelques armoires pleine de l’âcre odeur des temps, poudreuse et noire, parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient, d’où jaillit, toute vive, une âme qui revient, voilà le souvenir enivrant qui voltige.

    Elle fréquenta plus tard le couvent des Dames  Augustines Anglaises où elle se fit remarquer pour son indiscipline, elle commençait vraiment à être...sulfureuse.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Après quelques années de mariage avec le baron Casimir Dudevant, dont elle eut deux enfants, elle décida de se séparer de son mari et de mener une vie hors du commun, en s'habillant en homme, et en fumant la pipe et le cigare.

    Voulant écrire, elle changea de nom et se fit appeler George Sand, contraction du nom d'un de ses amants Jules Sandeau.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George  qui fumait la pipe, fit réaliser pour elle un parfum mêlant le tabac et la rose !

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    L'époux d'Annick le Guérer avait apporté, pour la conférence, des flacons de parfums qu'il nous a  fait respirer sur des mouillettes. Le premier parfum  que nous avons senti fut celui de l'alliance du tabac et de la rose, une fragrance surprenante mais finalement très agréable....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    A Nohant, où George vivait tous les étés, les parfums étaient rois. Elle adorait celui de sa grand-mère à base de benjoin, mêlé aux odeurs des confitures que celle-ci faisait confectionner.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Voici la grand-mère de George Sand, Marie-Aurore Dupin de Francueil qui vivait à Nohant, avant de léguer le domaine à sa petite fille :

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Le parfum de Marie-Aurore Dupin de Francueil, à base de benjoin était élaboré par la parfumerie Lubin, qui a disparu aujourd'hui.

    Nous avons pu le humer sur une mouillette....délicieux lui aussi.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George adorait son jardin de Nohant, elle y fit planter des orangers, des citronniers qui sentent si bon,  elle avait une passion pour les roses qu'elle respirait voluptueusement et qu'elle aimait pour "leur courageuse beauté". Personne n'avait le droit de les cueillir, elle en recevait seulement un bouquet le jour de sa fête, c'était, disait-elle, la "redevance de son jardin".

    Elle disait que, même en hiver, elle pouvait s'enivrer de leur parfum, puisque certaines roses s'épanouissaient à ce moment là.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Sa rose préférée c'était la "rose-thé"....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Théophile Gautier, lui aussi, aimait la "rose-thé"....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    La rose-thé

    La plus délicate des roses
    Est, à coup sûr, la rose-thé.
    Son bouton aux feuilles mi-closes
    De carmin à peine est teinté.

    On dirait une rose blanche
    Qu'aurait fait rougir de pudeur,
    En la lutinant sur la branche,
    Un papillon trop plein d'ardeur.

    George Sand aimait les parfums, s'en faisait confectionner. Hélas les archives des parfumeurs de l'époque ont disparu, mais on sait qu'ils étaient créés avec des substances animales comme le musc qui vient d'une poche que le chevrotin de l'Himalaya possède sous le ventre.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    L'ambre gris qui est une sécrétion du cachalot , après son ingestion de calamars géants...

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    La sécrétion malodorante du chat civette (nous l'avons sentie, nature,  sur une mouillette, pouah !!), jointe à d'autres produits permettaient, chose étrange, à d'autres parfums d'être exaltés.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George Sand eut une relation passionnée avec Alfred de Musset, durant laquelle elle porta du "patchouli".

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Tous deux partirent à Venise et logèrent au palais Danielli. George tomba malade et, durant sa maladie, Alfred fréquenta les maisons closes. Lorsqu'à son tour, ce fut lui qui tomba malade, George le fit soigner par un beau médecin vénitien, le docteur Pagello, dont elle tomba amoureuse, belle vengeance.

    Musset partit seul pour Paris, George en souffrit, se promenant près du grand Canal, elle respirait les parfums de Venise en pensant que "l'affection d'un absent est un parfum"

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Plus tard, en 1836, elle s'éprit de Frédéric Chopin et partit avec lui à Palma de Majorque, réputée pour le parfum de ses grenadiers, délicieux à la belle saison.

    Mais Chopin, phtisique, avait une hypersensibilité olfactive, il en souffrait beaucoup, et l'hiver il ne put supporter l'odeur de bois brûlé des cheminées de Majorque.

    Il détestait ses odeurs corporelles et avait peur d'indisposer son entourage avec l'odeur de sa transpiration, aussi il s'inondait d'eau de Cologne, que nous avons sentie sur une mouillette, pas de différence avec nos eaux de Cologne modernes : légèreté, finesse ...

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    De retour à Nohant  après une difficile traversée de la Méditerranée avec cent cochons puants, Frédéric ne supporta pas l'odeur qui se dégageait de sa chambre qu'on venait de retapisser ! la colle qui avait été utilisée avait été fabriquée avec les os des cadavres de chevaux de l'équarissage de Montfaucon, pas étonnant .....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George Sand et Frédéric Chopin vécurent ensemble jusqu'en 1847, année  où ils se séparèrent, car Chopin  soutint les idées de la fille de George, Solange, contre celles de sa mère.

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George, à Nohant, recevait beaucoup malgré  ses soucis pécuniers : Théophile Gautier, Jules et Edmond de Goncourt, Sainte-Beuve, Taine....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Quel parfum portait George Sand ?

    Un parfum capiteux qu'elle faisait confectionner par la maison de parfumerie Rafin. Cette maison, comme celle de Lubin, a disparu, ses archives aussi. Mais un petit miracle est récemment advenu : Annick Le Guérer a pu obtenir un flacon de parfum , non ouvert, qui avait appartenu à  George Sand.

    Ce flacon si précieux, lui a été remis par l' arrière-petite fille de George, Christiane Sand !!

    Impossible d'ouvrir le flacon, tant le bouchon était collé au verre... Dominique Ropion, le grand parfumeur auquel Annick Le Guérer a remis le flacon, a fait percer le fond pour en faire sortir le liquide, l'a analysé et, merveille, a pu le reconstituer !

    Nous avons pu le humer avec délice, j'y ai retrouvé le parfum de ma grand-mère, je l'ai revue se parfumant derrière l'oreille...George Sand avait bien raison d'associer le souvenir aux odeurs !

    C'est un parfum capiteux, certes, composé de bergamote, rose, jasmin, ylang, iris, vétiver, patchouli, labdanum, civette, benjoin, cannelle, santal, et castoreum.

    Ce parfum est déposé maintenant au Musée de la parfumerie.

    Le parfumeur est-il un artiste ? oui sans aucun doute, bien que la profession ne soit pas encore reconnue comme faisant partie du monde de "l'art". Dominique Ropion a été bien sûr décoré pour son travail, mais la parfumerie ne bénéficie pas encore de la "propriété intellectuelle" comme peuvent l'être la peinture et la musique. Un parfum peut être copié, sans que son créateur ne puisse y trouver à redire...

     Et pourtant ne parle-t-on pas, en parfumerie, de "notes florales" ? le parfumeur ne travaille-t-il pas sur un "orgue" pour mêler les différentes senteurs ?

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    George Sand a joué un rôle essentiel dans l'association musique et parfum, la conférence d'Annick La Guérer nous a fait découvrir une facette étonnante de l'auteur de "la petite Fadette" et d'" Indiana", aussi la conférencière a été très applaudie pour cette magnifique évocation de la "dame de Nohant",

    Annick le Guérer a ensuite répondu aux questions de l'auditoire et a dédicacé ses ouvrages  "les pouvoirs de l'odeur" et "le parfum".

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    Voici les mouillettes imprégnées des parfums que nous avons pu sentir. Encore aujourd'hui le parfum de George, reconstitué par Dominique Ropion, embaume mon bureau, je le sens délicieusement en écrivant cet article.

    Les parfums d'autrefois, élaborés avec musc et civette "tenaient" beaucoup, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui puisque les substances animales sont interdites.

    C'est bien dommage....

    "George Sand, écrivain olfactif, à la croisée du parfum et de la musique " une conférence de l' ACC

    A relire, le compte-rendu de la conférence d'Annick Le Guérer de l'an dernier sur la révolution de la synthèse et la naissance des grandes parfumeries :

    http://www.christaldesaintmarc.com/la-revolution-de-la-synthese-et-la-naissance-des-grandes-maisons-de-pa-a82119468


    2 commentaires
  • "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Marlène Gossmann, docteure en Histoire de l'Art, nous a présenté, sous les auspices de l'Association Culturelle Châtillonnaise, une nouvelle conférence sur l'orientalisme, mais cette fois, dans la peinture moderne.

    Cette conférence fait suite à celle de l'an dernier intitulée "L'orientalisme", qui nous montrait l'attrait de l'Orient pour les peintres du XIXème siècle.

    http://www.christaldesaintmarc.com/l-orientalisme-une-conference-de-marlene-gossmann-pour-l-association-c-a78724795

    Au XXème siècle, les temps ont changé, le tourisme a pris possession de ces régions lointaines, on leur reproche d'être trop exotiques.

    Néanmoins quelques artistes comme Renoir, Matisse, Kandinsky, Klee, Macke, vont s'intéresser à ces régions, par le biais, pour les français, de la Société des Peintres Orientalistes, pour les autres par la visite d'une exposition  sur les arts de l'Islam à Munich en 1903.

    Pour cet article, je reproduirai surtout les tableaux que Marlène Gossmann nous a présentés, avec quelques très courtes annotations que j'ai pu glaner, son exposé était vraiment très riche et passionnant.

    AUGUSTE RENOIR

    Renoir découvrit l'Orient en France, à travers les objets, les tissus, les couleurs. Il s'intéressa au travail des motifs, à la suite de ce qu'avait apporté Eugène Delacroix.

    (Madame Stora en costume algérien)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Femme d'Alger)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Le peintre se rendit à Alger en 1881 pour compléter son expérience. Il séjourna en ville et dans les environs proches.

    (Le ravin de la femme sauvage)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Jardin d'essai à Alger)

    Renoir réalisa ici un magnifique travail sur les ombres et les lumières :

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Plantation de bananiers)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Fête arabe)

    La perspective de ce tableau est très étonnante, avec une vue plongeante sur cette fête où quelques personnages dansent, au centre. Les tonalités brunes du sol contrastent avec la blancheur de la ville au loin.

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (La mosquée d'Alger)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Renoir ne pouvant peindre les femmes arabes dans la rue, à cause de leur religion, il demandait à de jeunes femmes juives ou européennes de poser pour lui :

    (jeune fille algérienne)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Mais il sortait dans les rues avec son carnet de croquis pour dessiner, puis peindre ensuite, des portraits magnifiques comme celui de cette femme arabe, pleine de dignité, au visage marqué par la vie

    (Femme arabe)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Renoir ne fut finalement qu'un orientaliste de circonstance..De retour en France, il ne s'intéressa plus aux contrées lointaines, sauf plus tard quand vint le temps des "Ballets Russes"....

    (Le concert)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    HENRI MATISSE

    Matisse  rencontra Renoir et s'en inspira. Il peignit une série d' odalisques, fasciné par le corps des femmes, leur sensualité...

    (odalisque à la culotte rouge)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Matisse visita une exposition à Munich sur les arts islamiques. Enthousiasmé il se rendit au Maroc.

    A Tanger lors de son arrivée il pleuvait, il décida donc de peindre la ville de sa fenêtre...

    (Fenêtre à Tanger)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Matisse se nourrit des couleurs de l'Afrique du Nord, le bleu et le vert le subjuguèrent,  il inventa ainsi une nouvelle peinture.

    (Tanger)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Zorah sur la terrasse)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Amido)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Café arabe)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Ce tableau de marocains en prière nous montre un effet géométrique très étonnant...

    (Marocains en prière)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    VASSILY KANDINSKY

    Kandinsky (peintre russe), voyagea beaucoup au  début de son existence, il se mit donc à la peinture assez tardivement.

    Comme Matisse , il fut enthousiasmé par l'exposition de 1903, à Munich, sur les Arts Islamiques.

    Il se rendit en Afrique du Nord et réalisa ce très beau tableau, bien différent de ce qu'il créera ensuite :

    (ville arabe)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Kandinsky utilisa ensuite des couleurs pures, très vives, des couleurs chaudes contrastant avec des couleurs claires et foncées

    (cimetière arabe)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Ce tableau, "improvisation", montre une simplification extrême qui mène à l'abstrait.

    (improvisation)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    PAUL KLEE

    Paul Klee (peintre allemand, exilé plus tard en Suisse),  arriva "neuf" en Afrique du Nord, l'Allemagne n'avait pas eu de politique coloniale, il ne connaissait donc pas ces régions.

    (vue de saint-Germain)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Klee réalisa des compositions cubiques aux couleurs étonnantes, des formes souvent "emboîtées".

    (Hammamet)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (dômes rouges et blancs)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (architecture en orient)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    AUGUST MACKE

     August Macke, (peintre allemand) accompagna Paul Klee dans son voyage en Afrique du Nord. La découverte de cette région fut pour lui une fascination totale. Il présenta dans ses aquarelles des constructions étagées et travailla énormément sur la couleur.

    (J'avoue que je ne connaissais pas cet artiste que j'ai découvert avec ravissement)

    (Tunisie)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (Homme avec un âne)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (marché à Alger)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (vue dans une ruelle)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (café turc)

    "La vision de l'Orient dans la peinture moderne", une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    August Macke créa les tableaux ci-dessus, au début de 1914. Il mourra la même année, le 26 septembre, lors de la première guerre mondiale.

    Chaque artiste, présenté par Marlène Gossmann dans sa passionnante conférence, aborda, nous dit-elle, l'Orient d'une manière nouvelle avec des couleurs, les perspectives en rupture avec l'art classique, car chacun vécut ces pays d'une façon très personnelle.


    1 commentaire
  • Cette conférence intitulée "Hindouisme et Bouddhisme" qui fait partie d'un cycle  d'histoire des religions, nous a été  présentée par Monsieur Guillaume Hervieux, auteur conférencier, diplômé d'un Master en "histoire des Religions" et d'un DEA en "Médiation interculturelle et dialogue interreligieux".
    Cette conférence , il faut le dire, très ardue, tant les façons de penser de ces deux religions sont éloignées des nôtres (Christianisme, Judaïsme, Islam) a passionné les auditeurs.
     

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    L'Hindouisme est une des plus vieilles religions du monde, elle date du troisième millénaire avant JC, elle remonte sans doute à la civilisation de l'Indus.

    L'hindouisme est une religion dont le dieu est appelé Brahman

    Brahman est un dieu omniprésent, qui est, pour les hindous, nous dit Guillaume Hervieux, une "vibration".

    "Il se meut et il ne se meut pas, il est loin et il est proche, il est au dedans de tout et il est en dehors de tout"

    Brahman se manifeste sous la forme de dieux personnels : Brahmâ, Vishnou et Shiva.

    La syllabe OM, est un son qui a surgi du chaos avant la création , ce son est utilisé dans les prières hindoues, il représente la vibration originelle.

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les textes sacrés hindous se nomment les "Vedas" , textes mystiques directement révélés par Brahman aux initiés, les rishis.

    L'hindouisme explique que nous vivons tous dans le rêve, dans  une illusion, provoquée par nos cinq sens, une illusion, la "Maya",  qui voile la connaissance.

    La Maya est l'illusion d'un monde physique que notre conscience considère comme la réalité. 

    Pour sortir de cette illusion, il faut étudier les Vedas avec un maître , étude qui réveillera notre être et la vérité qui est en nous.

    Il existe 4 Vedas, mais l'hindouisme ayant évolué au cours des temps, les textes actuels, post-védiques, sont ceux de la littérature Smitri, avec des épopées comme le Ramayana, des textes philosophiques, mythologiques , des livres de loi.

    La philosophie hindoue est centrée sur la doctrine de l'avatar c'est à dire l'incarnation partielle ou totale d'un dieu en être humain Vishnou, Shiva et Brahmâ  ont de nombreux avatars

    Par exemple les deux avatars de Vishnou sont Rama et Krishna. Ganesh est le fils de Shiva (représenté sur l'affiche de la conférence)

    L'hindou peut donc vénérer Brahman sous la forme de la divinité de son choix, et il a beaucoup, beaucoup de choix !

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Dans les écoles hindouistes de philosophie on pratique le yoga (qui n'a rien à voir avec la simple gymnastique que l'on peut pratiquer ici). Le yoga est une pratique posturale, respiratoire et méditative qui permet d'atteindre la libération, la délivrance.

    Les quatre buts de la vie sont le Kâma ou désir, l'Artha qui est la prospérité matérielle, le Dharma qui est le devoir et le Moksha qui est la délivrance.

    Le Karma est la somme de tout ce qu'une personne a fait , est en train de faire et fera.

     C'est le karma qui sera réincarné, lors de la renaissance.

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

      Pour les hindous, toutes les créatures, dont l'homme, subissent à leur mort une dissolution : le sang retourne à l'eau, le corps retourne à la terre, le souffle au vent, la vue au soleil et l'intellect (ou esprit) retourne à la lune ; mais les « actions non rémunérées » se réunissent pour s'incarner à nouveau dans un corps, sous une forme ou une autre (végétale, animale...).

    Selon la tradition hindoue, manquer sa libération (moksha) du cycle des réincarnations (samsara) en tant qu'être humain, induit que cette âme, autrefois habitant une forme humaine, devra se réincarner 8.400.000 fois sous une autre forme qu'une forme humaine (soit animale, végétale...) pour retrouver à nouveau naissance au sein d'un humain .

    (en bleu j'ai reproduit le texte de Wikipedia sur la réincarnation.

    J'ai, en effet,manqué une partie de la conférence, prise d'une quinte de toux, j'ai dû sortir et n'ai pas pris de notes à ce moment-là !)

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le bouddhisme est un avatar de l'hindouisme.

    Celui qui a initié cette nouvelle religion s'appelait  Siddharta Gautama. Il vivait au VIème siècle avant JC. Issu d'une famille royale, très protégé, il ne découvrit qu'à 29 ans l'existence de la maladie, de la vieillesse , de la mort...

    Après sa rencontre avec des ascètes il mena une vie d'austérité et de mortifications, tant et si bien qu'il faillit y laisser la vie. Après avoir accepté le bol de riz d'une villageoise, il s'assit sous un arbre et décida de n'en plus bouger avant d'avoir atteint la Vérité Ultime. Il subit les tentations démoniaques de Mara, mais y résista.

    Il devint Bouddha lorsqu'il atteignit l'Eveil et sortit du Samsara.

    Bouddha énonça ce que sont les trois poisons : l'ignorance, l'attachement et l'aversion, les quatre nobles vérités : l'impermanence, la souffrance, la vacuité, l'impersonnalité et les quatre conduites pieuses :la bienveillance universelle, la compassion, le fait de se réjouir du bonheur des autres et l'équalinité (état d'être constant).

    La réalisation de ces quatre conduites pieuses permettra à l'homme d'atteindre le Nirvana et d'échapper à la souffrance lors de sa mort.

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La roue des chemins octuples :

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    A la fin de la conférence, Guillaume Hervieux répondit aux nombreuses questions de l'auditoire et présenta ses deux livres "L'ivresse de Noé, histoire d'une malédiction" et "La Bible, le Coran et l'esclavage"

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise"Hindouisme et Boudhisme", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise

     

     


    votre commentaire
  •  Monsieur Jacques Belleville, professeur émérite de l'Université de Dijon, nous a présenté une conférence passionnante sur l'alimentation et son action sur le fonctionnement cérébral.

    Comment se nourrir pour bien vieillir et éviter au maximum d'être atteint de maladies dégénératives du cerveau comme les maladies d'Alzeimer et de Parkinson, ce fut le thème de l'exposé du professeur Belleville.

    Monsieur Belleville a eu l'extrême gentillesse de m'envoyer le texte de sa conférence, je le reproduis ci-après.

    Merci à lui.

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

    Monsieur le Professeur Jacques Belleville répondit ensuite aux questions de l'assistance, venue très nombreuse.

     Alimentation et amélioration du fonctionnement cérébral, une conférence de Jacques Belleville pour l'Associoation Culturelle Châtillonnaise

     


    2 commentaires
  •  Jean-François Gallice a évoqué l'existentialisme, dans une conférence de  l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Il a eu l'extrême gentillesse de me donner son texte que je reproduirai ci-dessous en bleu. Merci à lui.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    L’existentialisme est-il un humanisme ?

    Avant d’y répondre, remontons au début de la philosophie, avec les présocratiques.

    Au départ, se situe Thalès de Millet, célèbre mathématicien qui prédit, à l’époque, une éclipse qui arriva à la fin du VIème siècle avant JC.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Pour lui, l’eau était le principe de toute chose « L’eau est la cause matérielle de toutes choses », les autres philosophes se rapportaient à la terre. L’air qu’ils envisageaient déjà de comprimer, avant l’air liquide, et le feu qui avait un rôle important pour se protéger des animaux, pour la cuisson, pour le chauffage et pour le traitement des métaux. Mais c’est Empédocle qui le premier regroupa ces quatre éléments.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

     On est obligé d’y joindre deux importants domaines : le ventre et le bas-ventre. Molière disait déjà « il faut manger pour vivre » et le bas-ventre, avec la sexualité, est aussi un domaine important de la survie de l’espèce. Le plus bel exemple est le brame du cerf.

    On arrive à Socrate:

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Aristote a dit de Socrate : « il fut le premier à ramener la philosophie sur la terre » éloignant le rôle des dieux, s’appuyant sur la doctrine de la Pythie de Delphes où était inscrit « Gnoti seauton » , connais toi toi-même. Le rôle du philosophe étant de conduire l’ignorant à la sagesse en pratiquant la maïeutique, l’accouchement des idées. L’ironie étant son arme préférée avec la dialectique.

    Puis arriva Platon :

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Platon, riche des enseignements de Socrate et des présocratiques,  fut considéré comme le père de la philosophie moderne, il développera ces thèmes jusqu’à Saint Augustin, mais il avait aussi une autre casquette, celle de la théorie des idées. Idée du beau, idée de bon, idée du grand etc… qui était abstraite et qui fut reprise et amplifiée par Aristote.

    Aristote fut élève de Platon de l’Académie, il la quitta pour créer le Lycée.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Avec cette affirmation célèbre « Amicus Socrates, Amicus Plato, sed magis Amicus Veritas » A chacun sa vérité, notion floue, Aristote fonda la logique et les syllogismes. Précepteur d’Alexandre le Grand, il fut à sa mort condamné par les athéniens.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACCOublié pendant des siècles, c’est le romain Sylla, en 87 avant JC, qui découvrit les œuvres d'Aristote, elles furent reprises ensuite par les Arabes, en Espagne par Averroes, à Hamadan par Avicenne, vers 1200. Il inspira Saint Thomas d’Aquin qui essaya de lier la Foi et la Raison.

    Des siècles passèrent sous la domination de l’Eglise, avec au grand siècle, Bossuet, Fénelon et Pascal avec son « roseau pensant » et son « tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé ».

    C’est la littérature qui va nous intéresser avec deux grands noms, Corneille et Racine. L’un, Corneille, dessinant l’Homme Héros fort de lui et dominateur « Je suis maître de moi, comme de l’Univers » « Mes pareils à deux fois ne se font pas connaître et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître ».

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

     Racine décrit l’homme, mais plutôt la femme, tels qu’ils sont avec délicatesse et sensibilité, Phèdre, Bérénice, Andromaque « Parle lui tous les jours des vertus de son père et quelquefois aussi parle lui de sa mère »

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

     Péguy, connu pour ses cahiers de la quinzaine et sa mort tragique en 1914, disait, car normalien, « Racine raconte toujours la même histoire »

    Il faut le début du XIXème siècle avec Kierkegaard (1813-1855) pour connaître le fondateur de l’existentialisme.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Kirkegaard est le fondateur de l’existentialisme moderne. Dès sa naissance, il éprouve le complexe du malheur, un père qui se croit maudit de Dieu, un déboire amoureux, une déficience physique, tout fait de lui un pécheur. Il voit en l’homme : l’esthétique, l’éthique et le religieux, seule source pour sortir de l’angoisse. Personne ne l’écoutait.

    En face de lui Heidegger (1889-1976), disciple du phénoménologiste Husserl, affirme que l’existence humaine est un état d’absolue déréliction.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Selon Heidegger, l’homme n’a pas choisi d’exister, il est jeté dans le monde-être pour mourir, ce qui engendre une angoisse existentielle. Pour sortir de cet état, certains se forgent des idoles : Dieu, l’Humanité, la Science, pour faire illusion.

    Ajoutons à cela qu’il a été pro-nazi, trouvant dans le régime la protection entre le matérialisme anglo-saxon et le marxisme. Il eut comme élève, puis maîtresse Anna Arendt, partie aux USA, revenue le voir, et témoin au procès d’Eichmann en Israël.

    Pourquoi la France est-elle tombée dans l’angoisse le désespoir, la peur de la vie, l’absurde ?

    Les allemands souffraient de la défaite de la guerre 14-18, puis des crises économiques qui altérèrent la richesse du pays, et surtout la monnaie. Hitler fut un remède à leur angoisse.

    En France, ce fut la belle époque : le Front Populaire, la semaine de 40 heures, les congés payés, les lois sociales, la France était heureuse. Puis brusquement la débâcle, l’occupation, les prisonniers, les résistants, la chasse aux juifs, la Peur. Devant cet état, nait l’angoisse que la philosophie de certains traite d’existentialisme.

    Sartre, influencé par son passage à Berlin et sa découverte d’Heidegger, importe cette doctrine.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Il la mit en valeur à Saint Germain des Prés, au « Deux Magots », pendant que les jeunes zazous à l’époque, grosses cravates et bas de pantalons élargis, dansaient dans les caves comme le «Tabou », mais il n'y avait pas de fréquentation entre les deux groupes.

    Sartre (1905-1980), orphelin de père à 15 mois, mère remariée comme Baudelaire « La mort de Dieu a placé notre époque sous le signe du père incertain ». Au lycée Henri IV, il retrouva Nizan, puis ce fut Normale Sup , Simone de Beauvoir et Raymond Aron, des années heureuses. Sartre obtint une bourse à Berlin où il découvrit Husserl et Heidegger, il devint ensuite professeur à Laon,à Neuilly, au lycée Pasteur. Il fut prisonnier en 1940, libéré, il enseigna de nouveau à Neuilly et à Condorcet.

    En 1943, il fonda lettres françaises et Combat, fit la connaissance d’Albert Camus. Il voyagea beaucoup : USA, Rome, URSS, la Chine avec Simone de Beauvoir. En 1955 il était anti-gaulliste.Il se rendit à  Cuba et rencontra Castro et Che Guevara.

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Il rencontra Tito, et se rendit au Brésil

    Il fut victime de deux plasticages à son domicile.

    Il visita enfin la Pologne, l'URSS. Il refusa le prix Nobel, fit des conférences au Japon, en Egypte,en Israël.

    En 1968, il participa aux manifestations étudiantes avec Daniel Cohn-Bendit, prit la direction de la Cause du Peuple, fonda avec Maurice Clavel "Libération" , partit au Portugal. En 1979 avec Raymond Aron il créa « un bateau pour le Vietnam ».

    En 1980, à sa mort, 50 000 personnes suivirent son enterrement

    Publications :1938 la Nausée, le Mur, l’Âge de Raison, l’Être et le Néant.

    1943 les Mouches et Huis-Clos

    1946 l’Existentialisme est un humanisme, la Putain respectueuse .

    1948 les Mains sales.

    1951 le Diable et le Bon Dieu, les sorcières de Salem, les séquestrés d’Altona.

    1963 les Mots.

    Sartre s’est intéressé presqu’exclusivement à l’aspect sordide de l’existence humaine.

    Simone de Beauvoir (1908-1986)

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

     Simone de Beauvoir eut une enfance choyée, elle fit de très bonnes études puis Normale Sup.  Elle enseigna à Marseille, Rouen, Paris. Elle rayonna au Café de Flore et au Deux Magots avec Sartre, puis vint la Libération, elle voyagea aux USA où elle découvrit le grand amour.

    En 1948 elle publia le deuxième sexe, en 1954 les Mandarins, prix Goncourt.

    Elle fit de nombreux voyages en Chine avec Sartre, et écrivit La longue marche en 1957. Les mémoires d’une jeune fille rangée parurent en 1958.

    L’apport de Simone de Beauvoir à la pensée existentialiste fut nette et sans aucun doute : les grands problèmes, la liberté, le Salut qui remplace l’idée de Dieu, Personne ne détient la Vérité.

    Mais pour elle, l’important fut la défense de la femme et du féminisme. Sa phrase célèbre : « on ne naît pas femme, on le devient »

    Albert Camus (1913-1960)

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC

    Albert Camus, naquit en 1913 à Mondovi en Algérie, son père qui était ouvrier caviste, mourut des suites de la guerre. Sa mère ne savait pas écrire. Il fréquenta Le lycée Bugeaud, obtint des bourses, étudia la philosophie à la faculté d’Alger.

    En 1935 il adhéra au Parti Communiste, en fut exclu en 1937. La tuberculose le rongeant, il se rendit à Paris en 1940, entra dans la Résistance, groupe Combat, puis devint rédacteur en chef du journal Combat

     Il retourna en Algérie, alla en Amérique du Sud, puis revint à Paris, rue Madame.

    En 1952, ce fut sa rupture avec Sartre. En 1957 il obtint le prix Nobel de littérature. Il habitait Lourmarin, mais en 1960 il fut victime d'un accident mortel près de Montereau.

    Il existe deux cycles chez Camus :

    -Le cycle de l’absurde : l’étranger, le mythe de Sisyphe, Caligula

    -Le cycle de la Révolte : la Peste, l’homme révolté, les Justes.

    Contrairement à Sartre, Camus est toujours resté celui qui consent à l’émerveillement du monde, pour qui l’Absurde contient son envers d’enchantement. La violence est à la fois inéluctable et injustifiable, d’où son idée de désengagement. Approuvant puis condamnant l’épuration, ne prenant pas position sur la question algérienne.

    Camus fait de Jésus l’homme parfait, comme lui, parmi nous, tout peut être crucifié et dupé. Ne voulant être ni complice ni victime, il prend la position de témoin « tout révolutionnaire finit en oppresseur ou en hérétique ». Ainsi avec lui il faut faire « comme si », fermer les yeux et tourner la tête, attitude que même actuellement on lui reproche vis-à-vis du problème algérien.

    Pour être complet on doit citer les existentialistes chrétiens : en France Gabriel Marcel, la revue Esprit avec Emmanuel Mounier. En Allemagne Karl Jaspers et en Russie Berdiaeff.

    On peut répondre à la question « l’existentialisme est-il un humanisme ? » OUI puisque c’est de l’Humain qu’il s’agit

    "Jean-Paul Sartre et l'existentialisme", une conférence de Jean-François Gallice pour l'ACC


    votre commentaire
  • "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une conférence, proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise, qui devait s'intituler  "les cisterciens ont-ils fondé l'Europe ?", n'a pu avoir lieu car le conférencier monsieur Jean-François Leroux, président de l'Association Renaissance de l'Abbaye de Clairvaux, était souffrant.

    Une autre conférence, en remplacement de la première, a été proposée par le vice-président de l'Association Renaissance de l'Abbaye de Clairvaux, monsieur Gérard Beureux : "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux".

    Une conférence passionnante dont monsieur Beureux a eu l'extrême gentillesse de me donner le texte que je reproduirai en bleu. Je l'illustrerai par des photos personnelles et des photos libres de droits.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     L’émergence et l’essor de l’ordre cistercien puis son évolution jusqu’à aujourd’hui peuvent être analysés en considérant quatre périodes.

    Tout d’abord, pendant une quarantaine d’années, de la fin du XIème siècle au tout début du XIIème, le temps des pères fondateurs et leur recherche d’une perfection monastique nouvelle. Leur cheminement, dans tous les sens du terme finira par s’ancrer à Cîteaux.

     Puis, pendant 40 années encore, une consolidation triomphante, l’avènement d’une sorte d’utopie monastique qui deviendra pérenne sous l’influence décisive de Bernard de Clairvaux en son abbaye champenoise du Val d’Absinthe.

     Après la mort du célèbre abbé en 1153, ce sera un autre temps, à l’échelle des siècles cette fois-ci. Les moines blancs, présents aux quatre coins d’une Europe qu’ils ont contribué à créer ne faisant plus que cultiver jusqu’à la Révolution, l’héritage spirituel et patrimonial reçu des pères fondateurs.

     Enfin, au tournant des XIXème et XXème siècles un certain renouveau de l’ordre dont les moines, qu’ils soient de stricte ou de commune observance, vivent aujourd’hui tout à la fois dans la tradition et dans un nouveau temps cistercien. Un défi qui ne relève pas encore de l’histoire.

     Mon propos concernera le temps des fondateurs et, à un degré moindre, au travers du cas de Bernard, la période de consolidation mais pas les périodes plus récentes.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     La première période s’ouvre au moment où l’Église, tirant la leçon des grandes peurs de l’An Mil et des désordres qui ont suivi, entame une longue remise en cause. C’est la réforme grégorienne. Il s’agit, entre autre, pour le clergé de conquérir son indépendance par rapport aux princes, notamment pour ce qui concerne les nominations des évêques et des abbés. Victoire en particulier du Pape sur l’Empereur germanique Henri IV lequel doit, suivant l’expression qui nous est restée, "aller à Canossa". Le clergé se doit en contrepartie d’inspirer le respect, c’est à ce moment-là qu’est institué le célibat des prêtres, à ce moment-là qu’on lutte contre la simonie, c'est-à-dire en fait contre le commerce des sacrements.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise 

    ( La repentance de Canossa : le roi des Romains Henri IV agenouillé devant Mathilde de Toscane en présence du Pape Grégoire VII qui l'a excommunié, miniature d'Hugues de Cluny (XIIe siècle). 

    En ces temps-là où fleurissent de toutes parts les ermitages, lieux de retraite spirituelle, notre première figure, Robert de Molesme s’est retiré en forêt de Collan, entre Auxerre et Tonnerre. Dès l’âge de 15 ans ce troyen de petite noblesse était devenu moine. Tout d’abord à l’abbaye de Montier-la-Celle puis à celle de St Michel de Tonnerre et à celle de St Ayoul de Provins. Ses qualités reconnues en avaient fait le prieur ou l’abbé de ces abbayes.

     Toutefois, Robert souhaitait réformer le monachisme et soutenait l’idée d’une application exigeante de la Règle de St Benoît. Les monastères où il avait officié étaient en effet bénédictins comme l’étaient devenus la quasi-totalité des monastères par la volonté des empereurs carolingiens qui en avaient fait des courroies de transmission de leur pouvoir.

     Fatigué par les refus et les intrigues des moines, Robert avait fini par se réfugier dans l’érémitisme. L’Église, qui n’a jamais aimé les ermitages qui perdurent trop longtemps, demande à Robert par la voix du légat du pape de quitter la forêt de Collan pour créer un monastère conforme à ses vœux. Nous sommes en 1075 et ce sont donc les débuts de l’abbaye de Molesme.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    ( Ce qui reste de l'abbaye de Molesme)

     Immédiatement, c’est un grand succès et les moines affluent. Hélas ce succès va de pair avec l’invasion permanente et perturbatrice de la noblesse locale. Robert constate également que les moines n’acceptent pas nécessairement les dures conditions de travail et de vie qu’il voudrait imposer. Excédé, il ne résiste pas à un nouvel appel de la forêt.

    Le nouvel ermitage est semble-t-il à Sèche-Fontaine et il est le lieu d’un évènement qu’on se doit de rapporter.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (il ne reste rien de l'ermitage de Sèche Fontaine, seulement cette source qui s'assèche souvent, d'où son nom. Cette photo a été prise lors d'un pèlerinage menant de Molesme à Sèche-Fontaine le jour de la Saint Bruno, conduit par le père Canat et les Ambrosiniens)

     Il s’agit de la rencontre de l’écolâtre Bruno de Cologne et de Robert. Bruno arrive de Reims attiré par la réputation de notre ermite et l’on imagine l’incroyable dialogue entre ces deux hommes qui vont bientôt créer deux des plus grands ordres de la chrétienté, Bruno, l’ordre des Chartreux et Robert l’ordre cistercien qui nous occupe aujourd’hui.

     On estime que cette rencontre aurait eu lieu en 1083. Il faudra donc attendre encore 15 ans pour que Robert arrive à Cîteaux. Cette période est mal documentée. Sans doute une étape à Isle-Aumont, peut-être une autre à l’abbaye d’Aulps créée par deux frères transfuges de Molesme et qui deviendra cistercienne en 1136. Enfin en 1098, Robert arrive dans cette terre marécageuse des Cistels. Ce mot qui signifie "roseaux" deviendra vite le Citeaux que l’on connaît. Cette fois-ci la vingtaine de moines parmi lesquels Albéric et Étienne Harding sont très résolus à appliquer la Règle de St Benoît "dans la rectitude" et entendent créer un "Nouveau Monastère".

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     (Robert, Albéric et Etienne Harding lors de la fondation de Citeaux)

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Abbaye de Citeaux)

     Finissons avec Robert en disant qu’il ne sera jamais Robert de Cîteaux. En effet après avoir été brièvement le premier abbé du Nouveau Monastère, il est rappelé à Molesme dont les moines se sont plaints à Rome de l’entorse faite par Robert à son vœu de stabilité. Rome donne raison aux moines et Robert doit laisser l’abbaye qu’il vient de fonder. Il meurt à Molesme une dizaine d’années plus tard en 1111 et ne sera canonisé qu’en 1220.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Saint Robert, fondateur de deux abbayes : Molesme et Citeaux) 

    C’est Albéric, certains disent Aubry, le compagnon de la première  heure, qui sera notre seconde grande figure des débuts de Cîteaux. Au départ de Robert, c’est lui qui devient abbé avec Étienne Harding comme prieur. On sait par les magnifiques enluminures réalisées au scriptorium de l’abbaye et dont certaines sont aujourd’hui conservées à la bibliothèque municipale de Dijon comment les moines travaillèrent dur aux champs et dans la forêt.

     C’est à Albéric que l’on doit le déplacement de l’abbaye du site primitif vers son site actuel pour des raisons d’ordre hydraulique. La maîtrise de l’eau deviendra d’ailleurs une spécialité cistercienne. La vie quotidienne des moines était assez dure pour que dans un premier  temps, les vocations n’affluent pas. Cette fois-ci, on avait su se tenir à l’écart des perturbations de la noblesse et à la mort d’Albéric en 1108, on peut dire que Cîteaux incarne véritablement le renouveau du monachisme.

     Étienne Harding devient le troisième abbé de Cîteaux et sera aussi le troisième personnage auquel nous nous intéresserons. C’est avec lui que s’ouvre le second temps de la fondation cistercienne, celui de la consolidation et c’est à lui que revient l’initiative de créer une filiation. L’idée est simple. Si le Nouveau Monastère incarne la vérité de la Règle de St Benoît, il faut en propager la pratique. C’est en ce sens que l’on peut dire qu’Étienne est le vrai fondateur de l’ordre. Difficile de savoir si cette idée de filiation doit quelque chose ou non à l’arrivée de Bernard à Cîteaux…

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Bible d'Etienne Harding)

     La question mérite d’être posée car Bernard arrive à Cîteaux en avril 1112 et la première fille, La Ferté, près de Chalon-sur-Saône, est créée en 1113.

    De plus, on admet en général que Bernard et sa trentaine de compagnons, en partie d’ailleurs ses frères et de proches parents, arrivent dans une abbaye où ne sont plus présents que les plus convaincus des premiers arrivants et qui n’a pas vu arriver grand monde pour assurer un quelconque développement. Comment à fortiori envisager l’essaimage ?

     Chacun se fera son idée mais personne n’enlèvera à Étienne le talent d’organisateur dont il a fait preuve en définissant le statut des convers d’une part et en écrivant la Charte de Charité d’autre part. Ce texte est pour l’ordre une véritable Constitution que le pape Calixte II approuvera définitivement en 1119 lors de son passage à Saulieu, mais dont la première mouture date de 1114. Elle réussit le tour de force de préserver l’indépendance de chaque abbaye dans une interdépendance garantissant le respect d’une ligne générale. Bref, le summum du compromis !

     Et pour quelles abbayes ce magnifique compromis ? On a seulement nommé pour l’instant Cîteaux et sa première fille : La Ferté.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise 

    L’année qui suit la naissance de cette première fille, c'est-à-dire en 1114, c’est au tour de Pontigny de voir le jour dans ce qui est aujourd’hui le département de l’Yonne puis en 1115.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     Puis Clairvaux en juin :

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

     puis Morimond.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Plan de Morimond, Photo Frédéric Brice)

     Plus tard cette même année, ou peut-être un peu plus tard encore, dans le Bassigny, aux confins de la Champagne et de la Lorraine. Chacune de ces cinq abbayes est à son tour chargée d’ouvrir une filiation. Clairvaux et Morimond s’acquittent mieux que les autres de leur tâche et à la mort d’Étienne en 1133, ce sont trente-six  abbayes que compte l’ordre.

     L’autre grand apport de la Charte de Charité, en plus de la filiation, est lié à la gouvernance de l’ordre. En gardant présente à l’esprit la réelle indépendance des abbayes en particulier au point de vue financier - pas de redevance d’une abbaye à l’ordre ou à l’abbaye fondatrice – on mentionnera l’existence au niveau de l’ordre d’une sorte de pouvoir exécutif exercé par Cîteaux et les quatre filles majeures et d’un pouvoir législatif exercé par le chapitre général qui rassemble chaque année tous les abbés à Cîteaux.

    Avant de quitter Étienne pour Bernard, il serait dommage de ne pas mentionner à quel point le troisième abbé de Cîteaux était épris de précision quand il s’agissait des Saintes Écritures ou encore des hymnes ambrosiennes. Il n’a pas hésité à faire ou faire faire de longs voyages pour retrouver les textes originaux, ni à rencontrer de nombreux spécialistes et en particulier des rabbins pour s’assurer de l’exactitude de telle ou telle traduction.

     Passons au grand, à l’immense Bernard qui comme l’a si bien écrit Georges Duby, n’a pas fondé l’ordre cistercien mais en a fait le succès. Ne nous attardons pas sur sa biographie. Parlant à quelques encablures de l’église St Vorles où Bernard étudia disons depuis l’âge de 8 ans jusqu’à celui de 16 ou 17 ans, il y aurait sans doute pour vous beaucoup de redites et peu de nouvelles connaissances…

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (L'église Saint-Vorles de Châtillon sur Seine, où Saint Bernard étudia, et où eut lieu le fameux miracle de la Lactation )

     On a déjà mentionné l’arrivée de Bernard à Cîteaux. Retrouvons-le trois années après lors de la création de Clairvaux. Clairvaux qui ne l’est pas encore d’ailleurs puisque c’est lui qui se serait écrié : "Oh, la claire vallée", clara vallis, Clairvaux. On imagine l’intense activité déployée dès son arrivée par cet homme encore jeune (il a 25 ans en 1115). Intense activité pour son abbaye, pour l’ordre tout entier et bien sûr largement en dehors de l’ordre pour l’Église tout entière. Limitons nous à ce que Bernard a apporté à l’ordre dans deux domaines particuliers.

     Premier point, la conquête territoriale. Il s’agit d’un véritable quadrillage de l’Europe par les sites cisterciens. Des quelques dizaines d’abbayes à la mort d’Étienne qui souhaitait certes que l’ordre se développe, mais lentement, on passe à plus de 350 à la mort de Bernard dont sensiblement la moitié est de la descendance propre de Clairvaux. Bernard n’avait de toute évidence pas la même idée qu’Étienne sur le rythme de développement…À la mort de Bernard, le phénomène ira se ralentissant mais les cisterciens resteront marqués par une véritable passion pour l’expansion territoriale et à la Révolution on compte 754 abbayes d’hommes, près de 1000 abbayes de moniales et si l’on inclut les granges, les moulins et autres forges et maisons de ville on peut risquer une évaluation du nombre de sites cisterciens : entre 20 000 et 40 000. Il conviendrait d’entreprendre un inventaire !

    Le second point que l’on abordera est le véritable cadeau de Bernard à son ordre, celui d’une architecture spécifique. C’est cette architecture que nous admirons par exemple à Fontenay, à Sénanque ou au Thoronet. Pour lui, l’architecture doit être en cohérence avec la spiritualité qui l’a inspirée et les bâtiments doivent servir la fonction qu’on leur a donnée.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (intérieur de l'église de l'abbaye de Fontenay)

     L’idée de fonctionnalisme en architecture date du début du XXème siècle. Bernard était clairement un fonctionnaliste avant la lettre. Les églises, et aussi les autres bâtiments des abbayes, empruntant à Clairvaux le plan que Bernard avait initié, il était logique de parler de plan bernardin. On dira de ce plan qu’il était la traduction dans l’espace de la Règle de St Benoît. N’oublions pas de mentionner la croisade de Bernard contre toute ornementation superflue. En témoigne cet extrait d’une lettre à son ami Guillaume de St Thierry qui devait devenir le premier des auteurs de la Vita prima destinée à favoriser la canonisation de Bernard :

     L’Église scintille de tous côtés mais les pauvres ont faim. Les murs de l’Église sont couverts d’or mais les enfants de l’Église restent nus (…). Vous me fermerez la bouche en disant que ce n’est pas à un moine de juger. Plaise à Dieu que vous me fermiez aussi les yeux afin que je ne puisse voir. Mais quand je me tairais, les pauvres, les nus, les faméliques se lèveront pour crier.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    (Statue de Saint Bernard, dans la cour de l'ancienne abbaye des Feuillants à Châtillon sur Seine, construite sur les ruines du lieu où il vécut, près de l'église Saint Vorles. Il porte la maquette de l'abbaye de Clairvaux qu'il fonda)

     Clairvaux porte encore la trace profonde du message spirituel comme de l’œuvre architecturale de son fondateur. Lieu de mémoire exceptionnel, il est devenu le cadre d’autres histoires humaines qui provoquent elles aussi une réflexion sur la liberté. Bernard dans sa quête de la Jérusalem céleste en avait donné le sens une fois pour toute : Le monastère est pour le moine comme l’était le désert pour les prophètes, une prison ouverte.

    D’autres enfermements ont noirci les murs de Clairvaux depuis deux siècles ouvrant l’éternel débat sur la condition humaine.

    "Les fondateurs cisterciens, de Robert de Molesme à Bernard de Clairvaux", une conférence de Gérard Beureux pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Après la conférence très documentée de monsieur Gérard Beureux, les auditeurs ont posé plusieurs questions relatives à la construction des monastères cisterciens,  à la place des convers dans la communauté monastique, au rôle des abbés commendataires qui empochaient les recettes des abbayes sans, souvent, ne jamais y mettre les pieds.

    Jean Ponsignon a signalé que Bernard de Clairvaux avait ramené un taureau d'Italie, futur géniteur des veaux de l'Abbaye de Clairvaux, l'Abbé de Clairvaux était ainsi un précurseur de l'amélioration de la race bovine ...

    Gérard Beureux a porté à notre connaissance que les manuscrits de la bibliothèque de Clairvaux se trouvent dans les locaux de la Bibliothèque Municipale de Troyes. On y trouve, en particulier, la grande Bible de Clairvaux, chef d’œuvre du style monochrome et la Bible personnelle de Saint Bernard.

    la grande Bible de Clairvaux, chef d’œuvre du style monochrome ; la Bible personnelle de Saint Bernard. - See more at: http://www.mediatheque.grand-troyes.fr/webmat/content/mille-ans-de-livres-troyes#sthash.5ysDjeWV.dpuf

    Le site de l'abbaye de Clairvaux :

    la grande Bible de Clairvaux, chef d’œuvre du style monochrome ; la Bible personnelle de Saint Bernard. - See more at: http://www.mediatheque.grand-troyes.fr/webmat/content/mille-ans-de-livres-troyes#sthash.5ysDjeWV.dpuf

    http://abbayedeclairvaux.com

    la grande Bible de Clairvaux, chef d’œuvre du style monochrome ; la Bible personnelle de Saint Bernard. - See more at: http://www.mediatheque.grand-troyes.fr/webmat/content/mille-ans-de-livres-troyes#sthash.5ysDjeWV.dpufLe site de l'abbaye de Clairvaux : http://abbayedeclairvaux.com/

    votre commentaire
  • L'hypnose

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Le Docteur Jean Becchio a littéralement captivé son auditoire, lors de la conférence sur l'hypnose qu'il a donnée le 30 septembre, à l'invitation de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Jean Becchio nous a, d'emblée, surpris, en affirmant que l'hypnose  n’existe pas. En effet, personne ne peut captiver l’autre par le regard et lui donner des ordres.

    On n'a d'ailleurs jamais vu, dans aucun pays que ce soit, un cambriolage où le brigand aurait utilisé l'hypnose. S'il y avait une possibilité de faire faire à quelqu'un une action contraire à sa volonté en utilisant l'hypnose, les bandits, qui sont comme on le sait très malins, l'auraient utilisée depuis longtemps !!

    Par contre, l’autohypnose existe. C’est un processus qui est en nous. Lorsqu’on l’active, il se passe des modifications entre la commande supérieure du cerveau et le corps ou inversement et on peut le transformer par la suggestion. Ces transformations agissent sur le problème que l’on veut résoudre. Ainsi, si c’est une douleur, elles ont un effet analgésique. Dans des cas psychologiques, elles peuvent permettre de gérer l’anxiété, de regonfler une personne en dépression ou de casser le cycle d’une phobie

    La première image française d'un personnage en transe hypnotique date de 17500 ans avant Jésus-Christ, elle a été découverte dans la grotte de Lascaux, dans le "puits du sorcier", c'est un chaman .

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    La première anesthésie par hypnose est contée dans la Genèse !

    Alors le Seigneur Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.  le Seigneur Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    En Egypte on pratiquait la transe hypnotique, les pratiquants étaient en catalepsie, les bras levés. Ils captaient ainsi le KA, qui est le symbole de la force vitale , le principe de la vie et de l'énergie.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    A Delphes, la Pythie entrait en transe hypnotique après avoir été privée de nourriture, subi des heures de récitations de prières, senti des parfums particuliers etc....Elle pouvait alors faire ses prophéties. Les cinq sens, nous dit Jean Becchio sont sollicités lors de la transe hypnotique.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Les fidèles qui parcouraient le labyrinthe de la cathédrale de Chartres, à genoux, sentaient de vives douleurs au début, mais peu à peu entraient en transe  (odeur de l'encens, musiques, chants, différencesd'éclairage, le fait de tourner la tête...)  leur douleur s'estompait et même disparaissait lorsqu'ils arrivaient au centre. Ils étaient alors dans ce qu'on appelait "l'extase".

    En effet l'excitation des cinq sens , provoque une sécrétion d'endorphines dans le cerveau qui abolit la douleur.

     Paracelse avait un don extraordinaire de clairvoyance et des qualités non moins exceptionnelles de guérisseur. Pour guérir le malade il utilisait des pierres, après avoir trouvé la planète défaillante.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    A Locronan, les femmes stériles venaient s'asseoir sur une pierre , peut-être magnétique, pour retrouver la fertilité.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Jean de la Fontaine a écrit une fable qui décrit la mise en transe des poulets d'Inde par un renard, c'est époustouflant de vérité  !

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Puis vint  Franz-Anton Mesmer, médecin badois, qui fonda la  la théorie du magnétisme animal. Cette théorie est aussi connue sous le nom de mesmérisme.

    le magnétisme animal est la capacité de tout homme à guérir son prochain grâce à un « fluide naturel » dont le magnétiseur serait la source, et qu'il diffuserait grâce à des « passes », dites « passes mesmériennes », sur tout le corps.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    En 1780, ayant plus de patients qu'il n'en peut traiter individuellement, Mesmer introduit la méthode de traitement collectif dite du baquet. C'est notamment lors de ces traitements collectifs que se manifestent des phénomènes contagieux de « crises magnétiques » au cours desquelles les femmes de la meilleure société parisienne perdent leur contrôle, éclatent d'un rire « hystérique », se pâment, sont prises de convulsions…

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Chastenet de  Pyuségur montre ensuite  que point n'est besoin de toucher pour agir. Sur son valet Victor, il se prête à des expériences spectaculaires alors qu'il est dans un état assimilable à celui d'un somnambule. Après cela, la France classe ces méthodes dans le domaine du charlatanisme et les figures de l'hypnose fuient en Angleterre.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Ici on voit un "orme magnétisé", muni de cordes sur lesquelles les patients s'attachaient pour ressentir les bienfaits du magnétisme...

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Jean Becchio nous fait un résumé du  magnétisme animal :

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    James Esdaille expérimente, à Calcutta,  le magnétisme animal sur son serviteur indien, il s'aperçoit que celui-ci ne ressent pas de douleur lorsqu'il est en transe. Il  pratique alors des opérations de chirurgie sans douleur, 850 interventions sans anesthésie sont réalisées sur des patients.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

     James Braid, chirurgien à Manchester, comprend que c'est grâce à la fixation de l'attention d'une personne qu'on parvient à des résultats.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Paul Broca pratique  l'hypnose pour anesthésier des patients en 1869.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

     En 1870 jusqu'en 1914 environ, Jean-Martin Charcot, professeur de neurologie, assure que l'hypnose ne peut être pratiquée que sur les hystériques.

    Ici il agit par magnétisme sur Blanche Wittmann.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    La définition de l'hypnotisme par Jean Becchio :

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    De 1925 à 1950 la psychanalyse se développe tandis que l'hypnose régresse. Seul, en Russie, Anton Pavlov continue des expériences sur des animaux.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    En 1952, l'hypnose est de retour en Angleterre . Erickson la transforme en introduisant des contes métaphoriques, des histoires, pour traiter la personne au deuxième degré.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Les découvertes du Professeur Rainville, et les différentes études qui ont suivi :

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Le Docteur Jean Becchio nous révèle que les mots peuvent blesser, mais qu'ils peuvent aussi aider. Ruydard Kipling ne disait-il pas  que "les médicaments les plus efficaces pour l'homme, sont les mots"

    Un exemple que donne Jean Becchio : un ophtalmologue de ses amis, dit maintenant à ses malades avant de leur faire une piqure dans l'œil "Je vais vous faire un soin qui va vous soulager"...les malades qui n'ont rien senti lui demandent s'il a changé de technique. En effet, auparavant, il annonçait "je vais vous faire une piqure dans l'œil", ce qui est évidemment plus terrifiant !

    Les enfants qui manifestent des douleurs de ventre avant d'aller à l'école sont soulagés par l'hypnothérapie, plus que par les médicaments.

    Si les praticiens pratiquaient l'hypnothérapie, la Sécurité Sociale ne serait plus en déficit !!

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC

    Jean Becchio a répondu ensuite aux nombreuses questions des auditeurs, vraiment passionnés par le sujet...

    Des stages d'auto-hypnose ont lieu à Paris, à Lyon.

    L'hypnose médicale, histoire et actualité, une conférence proposée par l'ACC


    votre commentaire
  • "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cette conférence qui s'intitulait "la révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie françaises" nous a été présentée par Madame Annick Le Guérer, Docteur de l'Université, anthropologue et philosophe, spécialiste de l'odorat, des odeurs et du parfum, chercheuse associée à LIMSIC, Université de Bourgogne (auteur de nombreux livres).

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Annick Le Guérer nous a révélé que l'entrée de la chimie  dans la création des parfums, dans la seconde partie du XIXème siècle, fut une véritable révolution.

    Auparavant les créateurs n'utilisaient que des produits naturels tirés de plantes, de produits animaux (musc, ambre...)

    Cette entrée de la chimie dans le monde de la parfumerie a eu des effets positifs . Les produits chimiques ont apporté des notes nouvelles, la palette du parfumeur s' est  élargie, les parfums sont devenus aussi moins coûteux, ce qui a donc permis leur démocratisation.

    Le premier produit chimique utilisé fut la coumarine , qui évoque l'odeur de la fève tonka.

    La coumarine fut utilisée par le parfumeur Houbigant en 1882. Il appela son parfum "Fougère Royale.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Maintenant, le parfumeur peut s'approvisionner toute l'année en produits chimiques  nécessaires à ses créations, alors qu'autrefois, la recherche de parfums naturels était à la merci d'aléas climatiques, de tremblements de terre, les plantes parfumées venant souvent de très loin.

    La vanille naturelle est originaire de Madagascar, sa copie chimique, la vanilline, fut utilisée en 1889, par Aimé Guerlain dans son célèbre Jicky.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les premières usines de parfumerie furent celle de LT Piver, à Grasse et à Aubervilliers.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Georges de Laire créa l'héliotropine qui a le parfum du muguet

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

     Germaine Cellier, chimiste, fut embauchée par la maison Roure, elle révolutionna la parfumerie en créant des parfums audacieux comme "Bandit" pour Robert Piguet.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La parfumerie est un art qui correspond à la musique. On parle de "gammes d'odeurs", on travaille sur des "notes", des "accords", le parfumeur est un artiste.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Voici un "orgue de parfumeur" :

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les parfums Guerlain

    Jacques Guerlain, neveu d'Aimé, créateur de" Jicky", fut un parfumeur de grand talent.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Jacques Gerlain fut influencé par les impressionnistes. En traversant un pont de Paris, au crépuscule, il eut l'idée de créer "l'heure bleue" avec des parfums de bergamote, d'œillet, de néroli, de vanille, d'iris et des notes anisées et musquées.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Il créa ensuite le merveilleux "Shalimar" en versant par inadvertance, trop d'un produit de synthèse dans Jicky...Les "bêtises" sont souvent créatrices...

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Jean-Paul Guerlain a appris son métier de parfumeur avec son grand-père Jacques. Il avoue, néanmoins, être triste d'utiliser trop de produits de synthèse.

    Les parfums Caron

    Ernest Daltroff, né russe, se forma seul à l'art de la parfumerie. Son associée, Félicie Vanpouille créa pour lui de très beaux flacons.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Ernest Daltroff fonda la maison Caron, un de ses premiers parfums fut Narcisse noir .

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Tabac blond" est une évocation du tabac introduit en Europe par les soldats américains, son odeur est dûe à l'isobutyiquinoléine .

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les parfums Coty

    François Coty, d'origine corse était un homme ambitieux, inventif. Après une enfance difficile, il perça tout seul dans le monde de la parfumerie. Son premier parfum "la rose jacqueminot" fut refusé, en 1904, par les grands  magasins du Louvre. De colère il brisa le flacon sur un comptoir.. De tous côtés accoururent les clientes, attirées par cette divine odeur !! Coty était lancé !

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    François Coty créa ensuite, en 1905, "l'Origan" qui utilisait l'iralia, une ionone qui sent l'iris et la violette. 

    "Chypre" vit le jour en 1917.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    François Coty s'enrichit énormément, mais fut ruiné après un divorce. Appelé le "Napoléon de la parfumerie", il finit sa vie abandonné et dépouillé.

    Les parfums Coty n'existent plus en France.

    De grands couturiers s'intéressèrent, comme ici, à droite, Paul Poiret, aux parfums.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Mais c'est Gabrielle Chanel qui lança vraiment l'association grande couture-parfum.

    Les parfums Chanel

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Gabrielle Chanel avait reçu une éducation stricte, dans des pensionnats où dominaient le noir et le belge, ses premiers dessins de mode en témoignent.

    Mais elle fut plus tard influencée par la couleur, comme nous le montre ce portrait, qu'en fit d'elle Marie Laurencin.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Gabrielle Chanel, que l'on appela plus tard"Coco", rencontra par l'intermédiaire du grand Duc Dimitri Pavlovitch, un parfumeur de talent Ernest Beaux.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    C'est Ernest Beaux qui créa le fameux "N°5"

    Voilà ce que nous dit Ernest Beaux :

    « Mlle Chanel, qui avait une maison de couture très en vogue, me demanda pour celle-ci quelques parfums. Je suis venu lui présenter mes créations, deux séries : 1 à 5 et 20 à 24. Elle en choisit quelques-unes, dont celle qui portait le no 5 et à la question « Quel nom faut-il lui donner ? », Mlle Chanel m’a répondu : « Je présente ma collection de robes le 5 du mois de mai, le cinquième de l’année, nous lui laisserons donc le numéro qu’il porte et ce numéro 5 lui portera bonheur ». Je dois reconnaître qu’elle ne s’était pas trompée... »

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les parfums Lanvin

    Jeanne Lanvin, elle aussi couturière, fit créer pour sa fille, par le parfumeur André Fraysse, le subtil "Arpège" présenté dans un flacon doré à l'or fin.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Arpège contenait au départ un produit d'origine animale, tiré d'une glande de la civette. Les produits animaux sont maintenant interdits, on a donc refait, actuellement, "Arpège" avec des produits de synthèse.

    Les parfums de synthèse "tiennent", hélas, beaucoup moins que ceux d'autrefois qui  contenaient des matières animales.

    Quelles sont ces matières animales ? 

    L'ambre gris est une concrétion intestinale du cachalot que l'animal rejette de façon naturelle. Très coûteux dans sa version naturelle, il constitue une matière précieuse en parfumerie. Le musc se présente sous forme de grains fortement odorants contenus dans une poche sous le ventre de chevrotins en période de reproduction. La civette correspond à une sécrétion d'odeur musquée d'un mammifère carnassier proche du chat sauvage présent en Ethiopie et en Inde. Le castoréum est une matière odorante produite par des glandes du castor.

    Puis vint le marketing....

    Dans les années 70, les parfumeurs se plièrent au marketing. Le premier parfum ciblé sur les femmes actives qui travaillaient fut "Charlie".

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "Opium", d'Yves Saint-Laurent, en 1977, fut un autre parfum marketing qui dut beaucoup à sa sulfureuse publicité.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cette publicité suggérait bien sûr une prise de drogue....

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "CK one" cibla une jeunesse désabusée, peu différenciée...

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Hélas, le marketing fit perdre leur créativité à certains parfumeurs, car il entraînait une banalisation, une uniformisation, mais en revanche les prix devinrent accessibles.

    Mais d'autres parfumeurs, comme Guerlain, à côté de leurs parfums abordables (comme "Jardins de Bagatelle" que j'adore ) se sont mis à créer des parfums "sur mesure", à des prix bien plus élevés, restant ainsi dans le domaine du luxe...(plusieurs centaines d'euros pour un flacon !)

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une nouvelle technique extraordinaire a vu le jour, celle du "Head Space".

    Il s'agit de capter les odeurs de plantes fragiles, que l'on ne doit plus cueillir car elles sont protégées, dans une cloche dont on recouvre la fleur.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Au retour dans le laboratoire, le chimiste introduit cette odeur dans une machine, dont l'ordinateur analyse les "notes". Il n'y a plus ensuite qu'à recomposer le parfum... Plus besoin de "nez", Annick le Guérer, nous dit que, maintenant, une personne atteinte de la perte d'odorat (anosmie) peut composer un parfum !

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Le parfum intervient dans la vie culturelle. Le ballet "Quintessence" fut agrémenté de projections parfumées...

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    La parfumeuse Laura Donatio a imaginé un parfum à partir du bouquet peint par Le Caravaggio, à côté du joueur de luth.

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Une exposition suisse a présenté 150 odeurs de plantes alpines, de fromage, de Ricola, de camphre...qui est utilisé par l'armée helvétique !!

    Voici l'une de ces plantes que l'on trouve en Suisse, la Daphné Striata :

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Les allergies aux produits chimiques qui composent les parfums, ont été évoquées, de même qu' un éventuel effet cancérigène..

    Mais tout cela reste à prouver.

    Cette conférence fut accompagnée d'une présentation de parfums réalisés par Dominique ROPION, grand parfumeur contemporain, décoré l'année dernière par le Ministre de la Culture. 

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Madame Le Guérer a répondu, en fin de conférence, aux nombreuses questions posées par l'assistance. Nous avons pu acheter ses ouvrages, tellement bien documentés .

    "La révolution de la synthèse et la naissance des grandes maisons de parfumerie", une conférence proposée par l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Nous avons emporté à la maison toutes les "mouillettes" imbibées des parfums de Dominique Ropion..Leurs fragrances embaument encore plus d'une semaine après, qui a dit que les parfums ne tenaient plus ?

    Elles dorment à présent dans les livres d'Annick le Guérer que je me suis procurés. Ils m'ont aidée à retrouver certaines choses que je n'avais pas notées, le sujet était complexe, mais très clairement présenté.

    Merci à madame Le Guérer pour cette conférence passionnante, et merci aussi à l'ACC de nous l'avoir proposée.

    C'était la dernière conférence de cette saison, très riche, qui a fini, si j'ose dire, en feu d'artifice parfumé !

    Vivement l'année prochaine....

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire
  • "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

     "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence passionnante sur un personnage hors du commun,  nous a été présentée par Monsieur Jean-Louis Bruley, professeur retraité, qui nous a accompagnés lors des visites des musées (Niépce et  Vivant Denon)  de Chalon sur Saône le jeudi 4 avril 2013 .

    (Je l'illustrerai par les projections de monsieur Bruley, mais aussi par des photos prises au musée Vivant Denon de Châlon sur Saône, lors de notre voyage)

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Jean-Louis Bruley nous lut quelques textes de la biographie de Vivant Denon et nous projeta quelques unes de ses œuvres.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Dominique Vivant Denon naquit en 1747 à Givry, près de Chalon sur Saône. Issu d’une riche famille, il aurait pu vivre de ses rentes. Sa famille était aisée, par exemple, un de ses oncles, viticulteur à Gevrey Chambertin , fournissait, en Bourgogne, la cour du Roi...

    Il essaya de faire séparer son patronyme en De Non, mais n'y arriva pas.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

      Vivant Denon fit des études de droit à Dijon, puis partit pour Paris où il découvrit de nouvelles idées, fréquenta les salons et se fit nommer à la cour du Roi.

    Il écrivit une pièce de théâtre qui n’eut aucun succès, il se rendit donc compte qu’il ne devait pas s’orienter vers la littérature.

    Louis XV le remarqua , séduit par son esprit. Il le nomma Directeur du Cabinet des pierres gravées de la Marquise de Pompadour.

    Vivant Denon, doué pour les langues, fut ensuite envoyé par Louis XV, en tant que gentilhomme d’Ambassade, à saint Petersbourg.(où l'on parlait d'ailleurs le français !)

    En route pour la Russie, il s’arrêta à Metz, Mayence, Francfort, Postdam. Dans cette dernière ville, il rencontra Frédéric II qui avait une grande admiration pour Watteau, sa collection était très belle. Curieusement la peinture de Watteau était méprisée en France, ce fut une découverte pour Vivant Denon, qui plus tard acheta le fameux "Gilles".

    A Saint Petersbourg il rencontra Catherine II, il  croisa Diderot, il découvrit et s’initia à la gravure..

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (plaque de cuivre gravée par Vivant Denon)

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    A la suite d'une histoire rocambolesque avec une actrice,  il fut considéré comme un espion et expulsé de Russie.

    Rentré à Paris, Louis XV lui confia une mission secrète en Suisse. Durant son séjour hélvétique, il demanda à Voltaire de le recevoir à Ferney, ce que ce dernier accepta avec réticence. Vivant Denon  fit un dessin un peu irrévérencieux de Voltaire dans un état pitoyable, ce qui donna lieu à une polémique.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Aussitôt rentré à Paris, il partit en Italie où il fit un travail de chroniqueur : il dessina et publia deux ouvrages.

    Sur cette carte on voit tous les endroits qu'il visita....c'est extraordinaire pour l'époque !

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Il fut nommé ensuite "Numéro Deux" à l’Ambassade de France à Naples, où il continua son « innocent espionnage »…mais découvert, il fut encore renvoyé.

    Revenu à Paris, il s’adonna à la gravure où il excella.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (Allégorie sur le Temps)

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    L’Italie lui manquait, il y retourna pour créer une école de gravure à Venise. Il rencontra la comtesse Albuzzi et en tomba amoureux, il avait 40 ans.. Ils ne se marièrent pas mais correspondirent pendant 40 ans !

    Son portrait par Elisabeth Vigée-Lebrun :

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Durant ses séjours italiens, il dessina et collectionna énormément.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Lorsque la Révolution Française éclata, il fut considéré comme un émigré et on voulut lui confisquer ses biens. Il rentra à Paris pour se défendre, c’est le peintre David qui lui permit d’être disculpé.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (reproduction, en gravure, par Vivant Denon du Serment du Jeu de Paume de David)

    Bonaparte partit pour la Campagne d’Egypte. Une équipe de cinquante scientifiques l’accompagnait. Denon s’invita dans l’équipe pour pouvoir dessiner les monuments égyptiens, mais aussi les habitants, les animaux.

    Il fit campagne avec Desaix, assista aux batailles avec un manque de sentiments étonnant....

    Il dessina les monuments antiques, dont certains ont disparu depuis, nous n’en avons plus la trace que par ses 300 dessins.

    Il continua de collectionner beaucoup d’objets.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    De retour dans la capitale, il reprit ses dessins et les grava pendant trois ans.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (Le Pacha, commandant les Turcs à Aboukir)

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Des livres furent édités en 1802, « Voyages dans la Basse et la Haute Egypte pendant la campagne de Bonaparte en 1798 et 1799 ». Ces livres furent traduits dans toutes les langues européennes et eurent un immense succès.

    Il créa des projets de monuments comme celui de cette fontaine :

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Bonaparte, devenu Napoléon 1er, le nomma Directeur du Musée Central des Beaux arts. Un Musée fut créé, appelé « Musée Napoléon » (il deviendra plus tard le Musée du Louvre). C’est Vivant Denon qui créa la galerie du Louvre pour le second mariage de Napoléon avec Marie-Louise.

    Il envoya beaucoup d’œuvres d’Art dans des Musées de Province.

    Vivant Denon continua, pendant le Premier Empire, de voyager car il fut chargé par l’Empereur de réquisitionner tableaux, sculptures …en Prusse, en Espagne, œuvres qui devaient ensuite être exposées au Musée Napoléon.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Mais après l’abdication de Napoléon, alors qu’il était retourné à Naples, il apprit que les œuvres « volées » devaient être restituées.

    Louis XVIII lui avait conservé sa charge de Directeur du Musée, mais Vivant Denon, très triste de voir partir les trésors qu’il avait ramenés à Paris, demanda au roi son « repos ».

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Il continua encore pendant dix ans à enrichir ses collections personnelles.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (Vivant Denon au milieu de sa collection)

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    A sa mort, en 1825, ses neveux vendirent sa collection. Une partie de celle-ci se trouve au Musée du Louvre, où une aile porte son nom. Quelques pièces intéressantes se trouvent au Musée Vivant Denon de Chalon sur Saône.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    Il fut enterré au Père Lachaise.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    La reproduction de la statue de son tombeau figure à l'entrée du musée Vivant Denon à Chalon sur Saône.

    "Vivant Denon, homme de lumière", une conférence de l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire
  • "Molesme sur les Creux", une conférence de Patrice Wahlen pour l'Association Culturelle Châtillonnaise

    Cette conférence qui s'intitule "MOLESME, sur les creux,  Origine, nature et devenir d'un sanctuaire gaulois", nous a été présentée par Monsieur Patrice Walhen, professeur d'histoire et co-responsable du chantier de fouilles.

    Le compte-rendu de cette passionnante conférence se trouve ici:

    http://www.christaldesaintmarc.com/les-fouilles-archeologiques-de-molesme-sur-les-creux-a80416468

     


    votre commentaire
  • "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Marlène Gossmann, docteure en Histoire de l'Art, a présenté dans le cadre de l'Association Culturelle Châtillonnaise de l'Université pour Tous, une très intéressante conférence sur "l'Orientalisme".

    Pour cette conférence Marlène a choisi de nous présenter quelques peintres représentatifs de cette période picturale, parmi tous ceux qui s'y sont adonnés : John-Frederick Lewis, Eugène Delacroix, Théodore Chassériau, Prosper Marilhat, Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Fromentin et Gustave Guillaumet.

    Elle a évoqué Ingres (qui ne s'est jamais rendu au Maghreb et au Moyen-Orient) et d'autres qui sont cités dans cet article de Wikipedia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Orientalisme

    En une heure trente, il fallait faire un choix, elle l'a fait en suivant ses préférences personnelles, choix qui a ravi ses auditeurs !

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    L'orientalisme fut un courant artistique qui se développa au cours du XIXème siècle,tant en peinture qu'en littérature.

    Au Moyen-Âge, déjà les Croisades avaient permis de découvrir l'Orient, mais c'est après que Bonaparte soit allé combattre en Egypte en 1798, que ce courant orientaliste prit son essor.

    Plus tard, la Grèce se libéra du joug turc. Le développement de la navigation maritime, des chemins de fer, l'ouverture du canal de Suez , la guerre de Crimée, permirent des voyages en Orient qui influencèrent les écrivains comme Flaubert et Hugo, mais aussi de nombreux peintres, séduits par les harems, les combats, les paysages.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    (BaronAntoine-Jean Gros : Bonaparte à la bataille des pyramides)

    Vivant Denon rapporta des documents, dessina, peignit et publia un ouvrage  "Voyage dans la basse et la haute Egypte". Voici deux de ses dessins :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    L'Egypte devint alors une destination prisée. L'anglais John Frederick Lewis se vêtit comme les Egyptiens pour pouvoir les peindre, sans se faire remarquer, avec un profond sens du détail, dans une atmosphère intimiste.

    "Intérieur au Caire", couleurs et jeux de lumière sont éblouissants :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    le "Scribe arabe du Caire" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Prosper Marilhat pendant une mission scientifique en 1831, dessina des monuments, la végétation. Son travail fut un peu celui d'un photographe (la photographie n'existait pas encore) pour donner aux européens, à son retour, une idée des pays visités. Ses peintures montrent un beau travail sur la lumière.  :

    "Ruines de la mosquée du Calife Hakem au Caire" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    "Mosquée en basse Egypte" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Eugène Delacroix avait une vision romantique de l'Orient, Sa peinture de "la mort de Sardanapale" fut réalisée avant son séjour au Maghreb :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    En 1830, il se rendit au Maroc et fut fasciné par les paysages et les habitants. Il rencontra le Sultan Abd-Al-Rahmen et le peignit  magnifiquement dans cette toile admirée par les critiques de l'époque.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    L'esquisse de son tableau :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Delacroix se rendit compte qu'il ne pouvait planter son chevalet au Maghreb, les habitants étant un peu hostiles. Il utilisa donc un carnet dont les croquis  lui servirent, plus tard, à son retour en France.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Delacroix peignit un très beau tableau intitulé "Femmes d'Alger" où il suggéra la sensualité de femmes dans le harem. Le travail sur la lumière est remarquable, les couleurs sont vives. Renoir qualifiera d'ailleurs cette œuvre de "plus beau tableau au monde".

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Théodore Chassériau fut élève de Delacroix. Il peignit "la toilette d'Esther" avant de se rendre en Orient. 

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Chassériau fut ébloui par la richesse des couleurs, par la lumière des pays du Maghreb lorsqu'il s'y rendit. Il peignit ces "Juives au balcon" à Alger.( Il était plus facile de peindre des juives que des musulmanes qui étaient voilées et plus farouches). On remarque les couleurs très vives des robes et le ciel lumineux.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Chassériau , dans ces "danseuses marocaines,la danse aux mouchoirs", représenta des femmes aux robes colorées et nous les présenta, avec un arrière-plan plus terne, pour les mettre en valeur.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Dans ce tableau intitulé "chefs de tribus arabes se défiant au combat singulier sous les remparts d'une ville"  le peintre passa du clair au foncé, de la terre à l'eau.

    On voit la différence avec" la toilette d'Esther" des débuts !

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Alexandre-Gabriel Decamps voyagea en Asie Mineure. Il sut saisir à merveille la vie quotidienne des Turcs, son pittoresque, le calme de ses habitants .

    Decamps s'intéressa au peuple avec beaucoup de réalité, les couleurs douces qu'il utilisa furent à contre-pied de celles de Delacroix et de  Chassériau. C'est un des plus grands orientalistes français nous dit Marlène Gossmann.

    "Enfants turcs près d'une fontaine":

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    "Fumeur turc dans son atelier" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    "Laissez les garçons turcs hors de l'école" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Eugène Fromentin fit partie de la seconde génération de voyageurs qui peignirent les pays du Maghreb. Il alla régulièrement en Algérie à partir de 1846, et représenta les moeurs des habitants du pays, le climat caractérisé par une chaleur écrasante. Dans cette peinture "Une rue d'El Aghouat", on ressent cette chaleur, on voit les charognards tourner autour du village. Le contraste est magnifique entre la partie brûlante et la partie froide du tableau.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Ici une très belle "Chasse au faucon en Algérie, la curée".

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Gustave Guillaumet ne put se rendre en Italie à la Villa Médicis, mais par un concours de circonstance fortuit, il s'embarqua pour Alger avec un camarade. Ebloui par la beauté du pays qu'il découvrit, par sa lumière, il peignit les habitants, comme ici " La Seguia, près de Biskra" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    Il  représenta  la vie des hommes et des femmes simples, avec réalisme, comme ici  "Les tisseuses à Bou-Saada" :

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Mais Gustave Guillaumet fut surtout séduit par les régions du sud, le Sahara, où il nous montre ici "La prière du soir au Sahara", au déclin du jour. Ses couchers de soleil sont admirables.

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossmann pour l'ACC

    Le travail de Guillaumet est subtil, remarquable, avec une grande économie de moyens. "Le Sahara" qu'il peint ci-dessous est intemporel. Est-ce un mirage, une oasis, une caravane qui est représenté à l'horizon du désert ? nul ne peut le dire...

    "L'Orientalisme"  une conférence de Marlène Gossman pour l'ACC

    La facilité pour se rendre dans les pays du Maghreb, du Moyen-Orient, fit décliner l'intérêt pour "l'orientalisme", qui disparut progressivement à la fin du XIXème siècle. Un renouveau apparut furtivement au XXème siècle avec Majorelle, Klee , Kandinsky.

    Hélas tous ces artistes, et l'orientalisme, sont un peu oubliés aujourd'hui, c'est bien dommage.

    Heureusement Marlène Gossmann les a fait revivre pour nous. Elle fut très applaudie par le public venu nombreux, merci à elle pour sa très grande érudition picturale qu'elle sait magnifiquement partager.

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique