• En cherchant des documents sur Châtillon sur Seine à la Bibliothèque Municipale,je suis tombée sur un livret passionnant qui détaillait l'histoire des rues de notre ville...

    J'ai eu l'idée de photographier ces rues anciennes,en les accompagnant du texte de l'auteur..

    Mais qui en était l'auteur ??

    Et bien,mais vous l'auriez deviné,cet auteur c'est Michel Diey,la mémoire de notre ville et du Châtillonnais ...

    Je lui ai demandé l'autorisation de publier ses textes sous mes photos,ce qu'il a accepté ,avec sa gentillesse coutumière ...

    Merci à lui !


    1 commentaire
  • Je commence par une rue que je connais bien,puisque je l'emprunte tous les mardis pour aller à la Bibliothèque,c'est la rue Maubert...

    Le nom de rue Maubert était donné autrefois ,non seulement à la voie actuelle, mais également à la rue de Chastenay et à la rue du Congrès.

    On ignore d'où lui venait ce nom, que l'on retrouve d'ailleurs dans de nombreuses villes.

    Toutefois, on trouve un frère Cordelier, Jean Maubert, provincial de la province de Bourgogne vers 1450, mais sans rien pouvoir apporter de preuve.


    votre commentaire
  • On voit dans cette rue Maubert l'arrière de la Bibliothèque,autrefois prison (dont le directeur fut un temps le père de Francis Carco)

    Pendant la Révolution, la partie qui nous intéresse devint rue de la Sûreté, ensuite rue de la Prison, petite rue de l'Orme, avant d'être officialisée par l'arrêté du 21 janvier 1865.


    votre commentaire
  • Cette vieille rue n'a jamais connu d'autre nom avant 1789.

    On admet généralement qu'elle fut appelée ainsi parce que en temps de guerre, nos pères y trouvaient un abri au pied du château.

    Pour appuyer l'explication du mot Recept, on peut dire que Montaigne a employé "Recepte" au sens de : endroit où l'on se retire.

    Elle devint rue des Fontaines de la Douix sous la Révolution pour reprendre ensuite son nom actuel.


    votre commentaire
  • Cette rue est l'une des plus pittoresque des vieux quartiers.

    Dans la suite des temps, les scribes ont tellement varié la manière d'écrire ce mot qu'aujourd'hui les malheureux chercheurs se sont trouvés embarrassés pour donner la signification exacte d'Evolot.

    Dans des chartes de 1207, on lit "le Moulin de Eypassa" et lieu dit "Evola".

    Une rivière de la campagne romaine s'appelle "Evola"; "Evolage" se dit dans quelques provinces pour un étang.

    Si l'on songe aux sources qui se cachent aujourd'hui sous les maisons avoisinantes, on est tenté de voir dans ce mot la racine ève (eau), suivie de diminutifs et de lui donner le sens de petites sources.

    Elle fut un temps appelée rue des Evolois.

    Il ne faut pas être grand pour y accéder,le "plafond" du passage étant très bas...


    1 commentaire
  • C'est de la rue des Evolots que partent les "escaliers de Saint Vorles",il fait avoir du souffle pour les emprunter !


    votre commentaire
  • Cette ruelle pittoresque donnant sur la rue du Recept n'avait autrefois pas de nom bien particulier, il arriva quelque fois qu'elle soit dénommée rue Viesse.

    Elle fut changée en quai de la Révolution pour prendre son nom actuel le 21 janvier 1865.


    votre commentaire
  • Pour clore la visite des anciennes rues du Bourg,voici la photo du pont Barthélemy,avec au fond la jonction de la rue du Recept et de la rue de la Douix.

    On voit en haut la tour en ruines du château des Ducs de Bourgogne...


    votre commentaire
  • Si on lève la tête ,en passant sur le pont Barthélemy,,on peut admirer l'Eglise romane de Saint Vorles qui veille sur les habitants de Châtillon sur Seine ....


    votre commentaire
  • Sur le pont Saint Barthélemy on peut admirer la Seine....


    votre commentaire
  • La rue des Avocats est l'une des plus anciennes voies de la ville.

    Du XIII° siècle jusqu'en 1532, elle s'appelle rue Marchande.

    Au XIV° siècle, elle est habitée par les personnages les plus importants de la ville : Boublye, gouverneur de prévôté, le sire de Saffres, Nobis, lieutenant du bailli de Langres, Geoffroy d'Aignay, prévôt, etc...

    De 1413 à 1598, c'est aussi la Grande Rue.

    Déjà en 1573 c'est la grande Rue des Avocats et à partir de 1593, habitée par plusieurs avocats, elle ne s'appelle plus que rue des Avocats.

    A la Révolution, elle devint rue de l'Egalité et reprit son nom actuel sous l'Empire.

    C'est rue des Avocats que se trouve notre bibliothèque Municipale,autrefois Auditoire Royal puis prison.


    votre commentaire
  • Il y avait en même temps deux rues de l'Orme, l'une au Bourg, l'autre à Chaumont

    L'origine est la même : la justice se rendait sous l'orme.

    Devant celui du Bourg s'élevait un grand crucifix qui était encore debout au XVII° s.

    Elle fut appelée aussi rue Mandat, puis rue des Vieux Cordeliers.

    Son nom définitif lui fut donné par l'arrêté du 21 janvier 1865.


    votre commentaire
  • La rue des Cordeliers allait autrefois de la porte Dijennoise à la porte de Roche.

    Le couvent des Cordeliers situé entre l'avenue E. Herriot et l'avenue Joffre, était l'un des plus beaux de Bourgogne.

    Fondé en 1216, il fut détruit en 1594 par le baron de Thenissey, chef des ligueurs.

    Pendant sa reconstruction, c'est-à-dire jusqu'en 1697, les Cordeliers occupèrent une maison située à l'angle de la rue Dijennoise et cette rue fut appelée rue des Cordeliers et même rue des Vieux Cordeliers.

    Sous la Révolution, rue Bara et rue Guillaume Tell, l'Empire lui redonnant son appellation actuelle sur toute sa longueur.

    Il y a quelques années,la Gendarmerie se trouvait rue des Cordeliers.

    Depuis son transfert route de Tonnerre,les bâtiments ont été attribués à un Centre Educatif pour adolescents difficiles.


    votre commentaire
  • Une partie de cette rue s'appelait rue des Cordeliers, l'autre rue ou place Maubert.

    La Révolution en fit la rue de la Sûreté, la place de la Raison et la rue Guillaume Tell.

    Elle redevint la rue Maubert depuis la rue des Cordeliers jusqu'à la porte de Roche (démolie après 1940).

    Par l'arrêté du 21 janvier 1865 la partie basse fut appelée rue du Congrès, la partie de la rue des Avocats à la rue des Cordeliers devint la rue de Chastenay.

    Victorine de Chastenay méritait mieux ,à mon avis ,que cette petite rue qui porte son nom...


    votre commentaire
  • Autrefois Châtillon sur Seine se composait de deux entités:Le Bourg et Chaumont.

    Depuis le XIII° s. la rue du Bourg n'a pas changé de nom, sauf pendant l'épisode révolutionnaire où elle devint la rue des Droits de l'Homme.

    Elle était la voie principale de cette partie de la ville, le Bourg, appartenant à l'évêque de Langres.

    Presque au milieu de cette rue se dressait le pilori, qui vit plusieurs exécutions capitales.

    En 1428, un espion de l'armée du roi, surpris par les troupes du duc de Bourgogne, "fut enforgé par le seure et logé en prison".

    Condamné à mort, "il monta sur un chaffaud dressé emmy la rue du Bourg, enferré des pieds, le chevestre au col"

    et le bourreau en gants blancs, d'un coup de hache lui trancha la tête, puis, toujours à coups de hache, lui décolla les quatre membres.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique