• 1 commentaire
  •  la société D’Herbomez a demandé à Pierre Magès de retirer son film de Youtube, donc il n’est plus disponible.

    Je laisse le commentaire de Povert qui me semble intéressant.


    1 commentaire
  • René Drappier était à la cérémonie.

    C'est par un temps bien gris et une température rafraîchie, que le Comité FNACA a commémoré tout au long de l'après midi comme il en a l'habitude dans les communes environnantes, la fin de la guerre d'Algérie et se recueillir en souvenir de ceux qui sont morts durant le conflit et d'avoir une pensée pour ceux qui nous ont quittés depuis.

    Cette fin de conflit fut signée le 18 mars et prit effet dès le lendemain : le 19 mars1962. Notre ami, Président de notre comité, n'a pas oublié de nous le rappeler.

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien


    1 commentaire
  •  La famille Rude a compté en son sein de nombreux très grands artistes, comme François Rude, Sophie Rude, Paul Cabet et Emmanuel Frémiet.

    Emmanuel Frémiet n'est pas bourguignon, mais parisien.

    Emmanuel Frémiet

     Emmanuel Fremiet, est né à Paris le 24 décembre 1824 et mort à Paris le 10 septembre 1910.

    Par sa tante Sophie Frémiet, il est le neveu et l'élève du sculpteur François Rude, dont Louis Frémiet, père de Sophie, fut le maître.

    On le rattache également à l'école réaliste. Il est célèbre pour sa statue de Jeanne d'Arc à Paris et le monument à Ferdinand de Lesseps à Suez. Il était le beau-père de Gabriel Fauré. Il fut enterré à Paris, au cimetière de Passy, (15e division).

    Emmanuel Frémiet

    Il se consacra surtout à la sculpture animalière et aux statues équestres en armure.

    En 1853, Frémiet, « le plus grand sculpteur animalier de son temps » exposa des sculptures de bronze représentant des bassets de Napoléon III au Salon de Paris. De 1855 à 1859, il fut chargé d'une série de statuettes militaires pour l'empereur. Il réalisa la statue équestre de Napoléon Ier en 1868 et de Louis d'Orléans en 1869, au château de Pierrefonds, et en 1874 la première statue équestre de Jeanne d'Arc, érigée place des Pyramides à Paris, qu'il remplaça ensuite par une autre version plus achevée en 1889.

    Dans cette période, Frémiet réalisa encore la statue de l'archange Saint Michel pour la flèche de l'abbatiale du Mont Saint-Michel et la statue équestre de Velázquez pour le Jardin de l'Infante au Louvre. Il fut élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1892 et succéda à Antoine-Louis Barye comme professeur de dessin animalier au Muséum d'histoire naturelle.

    Quelques œuvres notables:

    La Statue équestre de Jeanne d'Arc en bronze doré, place des Pyramides à Paris, érigée en 1874 est l'une de ses plus célèbres réalisations fondue en de nombreux exemplaires.

    Emmanuel Frémiet

    La statue équestre de Jeanne d'Arc à la Nouvelle-Orléans, Louisiane, est la copie exacte de la statue de la place des Pyramides à Paris, et a été envoyée en 1958, comme cadeau de la France à la ville. Celle-ci n'ayant pas les moyens financiers de l'ériger (35 000 $), la statue a été stockée pendant 8 ans. Dès 1960, Charles de Gaulle commença à chercher des financements privés, cependant, son installation n'a pu se réaliser qu'en 1972. La statue a été dorée en 1985, puis déplacée en 1999, Place de la France, située près de la rue Decatur à côté du Marché français, où elle se trouve actuellement, et symbolise l'héritage français de la Nouvelle-Orléans.

    Saint Michel terrassant le Dragon, bronze doré au sommet de la flèche de l'abbatiale du Mont Saint-Michel est installé en 1897.

    Emmanuel Frémiet

    De nombreux animaux plus petits sont exposés dans des musées de province et au musée d'Orsay. Un grand nombre de tirages en fonte de bronze ont été réalisées.

    Au Musée des Beaux-Arts de Dijon, on peut admirer :

    "Marabout tenant un caïman entre ses pattes", (vers 1850)

    Emmanuel Frémiet

    Lévriers :

    Emmanuel Frémiet

    Chatte et ses petits :

    Emmanuel Frémiet

    Chèvre et ses petits :

    Emmanuel Frémiet

    Ane du Caire :

    Emmanuel Frémiet

    Le buste de sa fille Marie Frémiet qui épousa le grand compositeur Gabriel Fauré :

    Emmanuel Frémiet

     

     


    votre commentaire
  •  J'ai publié, il y a quelque temps, une série de photos que m'avait  offertes la famille Cuzin. Si vous voulez les revoir, cliquez sur ce lien :

    http://www.christaldesaintmarc.com/la-collection-particuliere-de-la-famille-cuzin-c104427

    Je n'avais pas publié toutes les photos, en voici donc de nouvelles où vous pourrez reconnaître des personnes vivantes, ou malheureusement décédées.

    Je les numérote, si vous voulez faire connaître les noms des personnes photographiées, dites-le en commentaire en précisant le numéro de la photo, merci.

    Photo 1 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 2 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 3 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 4 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 5 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 6 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 7 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 8 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 9 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 10 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 11 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 12 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

    Photo 13 :

    D'autres photos de la famille Cuzin...

     


    2 commentaires
  • Cet hiver 2014-2015, voici les oiseaux que j'ai pu observer à la mangeoire et au sol .

    Des chardonnerets :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des mésanges à longues queues :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des merles :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des mésanges charbonnières et bleues :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des moineaux :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des mésanges nonnettes (ou boréales) :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des pinsons :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des rouge-gorge :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    des serins cini (vus le 17 mars, de retour de migration):

    mâle :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    femelle :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des tourterelles :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Celle ci m'a stupéfiée ....je n'avais encore jamais vu une tourterelle à la mangeoire, mais toujours picorant au sol !

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Des verdiers :

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    J'ai aussi pu photographier tous ces oiseaux en vol, le diaporama suivra dans quelques jours...

    Des cohabitations plus ou moins faciles...

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

    Oiseaux de mon jardin durant l'hiver 2014-2015

     

     


    1 commentaire
  • L'assemblée 2015 du Conseil de Développement

    1. PRÉSENTATION DU RAPPORT MORAL PAR LE VICE-PRÉSIDENT

    RAPPORT D’ACTIVITÉ 2014

    C’est un vice-président satisfait qui vous présente le rapport moral pour l’exercice 2014.

    Organe consultatif, partenaire des élus de la communauté de communes, le CDESPC a trouvé un rythme de fonctionnement.

    Notre démarche s’est voulue positive, efficace, constructive, non polémique, mais sans concession, dans une relation sereine et confiante avec les élus et le personnel technique de la communauté de communes.

    ACTIVITÉ DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

    Une réunion mensuelle exceptée au mois d’août.

    Une concertation et un échange d’informations par mail lorsque le président le juge opportun.

    Le bureau se réunit une ou plusieurs fois par mois en fonction de l’actualité communautaire et des dossiers en cours d’étude.

    RÉUNION THÉMATIQUE TRIMESTRIELLE

    Deux membres du CDESPC et le président qui est membre de droit participent à chacune des commissions communautaires.

    • ENVIRONNEMENT, DÉCHETS MÉNAGERS: Joël de POUGNADORESSE- Franz OLLER
    • TOURISME CULTURE: FABIENNE BÉCOT-ANSAULT- Joël de POUGNADORESSE
    • PARC NATIONAL-RÉFORME TERRITORIALE, STATUTS: FABIENNE BÉCOT-ANSAULT- RAOUL DU PARC
    • PETITE ENFANCE, SANTÉ: Paulette GUYAUT- Roger SAGET.
    • FINANCES : Élisabeth BARBIER- Denis D’HERBOMEZ.
    • PATRIMOINE-MATÉRIELS-HABITAT-TRAVAUX: Roger SAGET-Serge BERTHOLLE.
    • ÉCONOMIE : Élisabeth BARBIER- Denis D’HERBOMEZ.
    • AMÉNAGEMENT DU TÉRRITOIRE-NUMÉRIQUE-COMMUNICATION : - Marc RICHOMME.
    • ENFANCE–JEUNESSE-SOLIDARITÉ : Franz OLLER-Serge BERTHOLLE.
    • CONSEIL DE PAYS.

                10 membres Titulaires

    • Élisabeth BARBIER
    • Paulette GUYAUT
    • Jocelyne MALGRAS
    • Serge BERTHOLLE
    • Denis D’HERBOMEZ
    • RAOUL DU PARC
    • Franz OLLER
    • Roger SAGET
    • Joël de POUGNADORESSE
    • Jean-Claude AMIZET

    2 membres Suppléants

    • : FABIENNE BÉCOT-ANSAULT
    • Marc RICHOMME

    Siègent au conseil de Pays et participent aux travaux du bureau /conseil de Pays.

                Dans un souci d’efficacité et de meilleure participation, nous déplorons une insuffisance de mise à disposition de documents pour préparer les réunions. Cela nous parait indispensable pour pouvoir échanger objectivement en toute connaissance de cause. Il en est de même pour la communication tardive des dates de réunions, car il n’est pas toujours facile de se rendre disponible à court terme.

     CONTRAT LOCAL DE SANTÉ

    Nous avons participé en tant que membre à deux comités de pilotage .Ce contrat ambitieux qui a donné de bons résultats a été reconduit pour trois ans pour la période 2015-2017.

    Quatre axes d’orientations ont été retenus :

    • Renforcement de l’offre de soins.
    • Développement de la prévention et de la formation santé.
    • Santé environnement.

    À chaque réunion, nous avons insisté sur la nécessité d’une présence médicale, en tout point du territoire, offrant à chaque habitant la possibilité d’accéder à des soins de qualité. C’est pour nous une priorité absolue complémentaire de l’économie et nous serons vigilants à ce que des actions efficaces et pérennes soient mises en œuvre très rapidement.

      PROGRAMME LEADER.

    La thématique de ce programme européen est le maintien de la population et l’accueil de nouveaux acteurs économiques. Le président et plusieurs membres participent aux travaux du comité de programmation.

     PARC NATIONAL.

                      Le CDESPC est particulièrement impliqué dans les instances du groupement d’intérêt public (GIP) pour le Parc National.

           Fabienne BÉCOT-ANSAULT- Denis D’HEROMEZ siègent au bureau du conseil d’administration du GIP.

    Jean-Claude AMIZET président du conseil économique social et culturel siège (CESC) au CA du GIP avec voix consultative.

           Raoul du PARC, président de la maison de la forêt est vice-président du CESC du GIP.

           Élisabeth BARBIER et Marc RICHOMME participent aux travaux du CESC du GIP.

           Ces présences nous permettent d’œuvrer et d’être attentifs à ce que les intérêts des acteurs Économiques et des habitants soient préservés.

     Au mois d’octobre 2014, à l’invitation du conseil d’administration du CDESPC, le directeur du GIP, Monsieur Hervé PARMENTIER est venu présenter l’avancement des travaux et répondre à ses interrogations.

     Pour le CDESPC, le futur parc à vocation à être un moteur pour l’économie locale tout en préservant notre patrimoine.

                Sujets abordés :

    • Le calendrier de réalisation du parc.
    • Les craintes des agriculteurs et des acteurs de la filière bois.
    • La mise en place du régime transitoire d’autorisation spéciale applicable aux travaux et aux installations à partir de l’arrêté de prise en considération.

    Nous lui avons fait part de notre vigilance, de notre souhait de recherche d’un consensus et d’une amélioration notable de la communication en direction de la population.

     CONSEIL COMMUNAUTAIRE.

    Nous sommes invités à assister, en tant que spectateurs aux travaux.

    Le CDESPC est toujours représenté par plusieurs membres.

    VISITE D’ENTREPRISE.

    Nous étions présents à l’inauguration des locaux de l’entreprise MUNOZ à Courban.

    VŒUX

       Nous étions également présents aux vœux de la communauté de communes.

     OBSÈQUES DU MAIRE DE VAUROIS.

    Le CDESPC était représenté aux obsèques de ce maire altruiste, courageux et dévoué.

     LETTRE D’INFORMATION.

    Comme nous nous y étions engagés, nous avons mis en place en 2014 une lettre d’information

    Pour vous tenir au courant de nos activités .En décembre 2014 vous avez reçu la lettre n°2 avec en particulier deux informations intéressantes concernant le contrat local de santé et notre synthèse de l’évaluation du contrat de pays 2007-2013.

           Cette lettre à périodicité variable sera reconduite en 2015.Vos remarques et suggestions sont les bienvenues.

     LES AVIS DU CDESPC.

    PÔLE D’EXCELLENCE RURAL DU VAL DES CHOUES:

     En 2013 à la demande du président de la communauté de communes nous avons examiné le dossier de demande de subvention d’un pôle d’excellence rurale d’un musée de la chasse portée par l’association de sauvegarde de l’abbaye du val des choues.

    Le 26 novembre 2013, nous avons rendu notre avis assorti de recommandations au président de la communauté de communes. Je vous donne lecture des points qui ont retenu notre attention.

    «Le CDESPC considère que ce projet peut s’inscrire dans le Pays Châtillonnais dans le cadre du futur Parc National où la chasse est une activité reconnue et source de revenus importants pour le territoire. Ce projet est une opportunité pour le Pays Châtillonnais, car il conforte un maillage de centres d’intérêt sur le territoire (musée du Pays Châtillonnais, maison de la forêt, marais tufeux, Vix,…). Il complète l’offre touristique du territoire. Le site est exceptionnel et les activités complémentaires liées à la chasse sont un facteur d’attractivité supplémentaire.

    Pour conclure, ce projet peut apporter une vraie valeur ajoutée au territoire, mais doit être repensé dans le cadre d’un partenariat touristique, financier et économique local, pour pouvoir aboutir et perdurer. »

    Le mercredi 16 juillet 2014, une rencontre a été organisée dans les locaux de la CCPC à l’initiative de monsieur Michel MONOT, présentation d’une nouvelle formulation de son projet, car n’était éligible aux subventions du contrat LEADER que la partie scénographie.

    Le conseil de PAYS réuni pour se prononcer sur cette nouvelle demande tardive n’a pas souhaité retenir cette nouvelle formulation.

    AVIS SUR LE DOSSIER DE PRISE EN CONSIDÉRATION DU GIP. :

    Le conseil d’administration lors de la séance du 10 novembre 2014 a émis un avis favorable assorti de recommandations et nous avons reçu une réponse individualisée début février 2015. Je vous donne lecture de celles-ci : 

    « Le CA émet un avis favorable sur le rapport de prises en considération avec       recommandations à l’unanimité des membres présents 

    Trouver un consensus et nouer un dialogue constructif pour que tous les acteurs   puissent travailler ensemble à la construction du futur parc.

     Rechercher des solutions novatrices pour un fonctionnement harmonieux permettant une gestion appropriée et exemplaire  des ressources et de la main d’œuvre tout en préservant les éléments remarquables du patrimoine naturel et architectural.

    Ne pas se limiter, sur le plan économique, au développement des trois filières et mettre en place un travail de concertation avec tous les autres acteurs.

     Pédagogie, clarté, transparence devront être  les maitres mots  de la communication pour  conduire les habitants à s’approprier  la démarche du futur parc.

    Mettre tout en œuvre pour laisser la gestion forestière  des cœurs et de la zone d’adhésion  aux  professionnels de l’ONF.

    Cette gestion devra permettre de faire face au besoin de l’industrie forestière, à la transition énergétique et préserver les droits coutumiers  des habitants (Chasse, Affouages, Cueillettes)

    La surface d’étude du cœur devrait permettre d’aboutir à la finalisation d’un cœur  d’une surface moindre  afin de répondre aux préoccupations des différents acteurs (forêts, agriculture, pierre … »

     La création du parc est atout majeur pour le développement économique de la région et la préservation de ses richesses naturelles (faune et flore).

    C’est un facteur de développement durable du territoire, mais il doit être le fruit d’un consensus entre tous  les acteurs (élus, habitants, sociaux professionnels, représentant de l’état) présents dans le périmètre d’étude.

      L’ÉVALUATION DU CONTRAT PAYS 2007-2013 et LEADER 2008-2014

     Le CDESPC a participé activement à de nombreuses réunions pour élaborer le plan de développement du territoire Châtillonnais.

    Le 15 septembre 2014, nous avons rendu notre évaluation du contrat de Pays et établi la synthèse avec les élus du CODIR Celle-ci a été soumise aux différentes commissions de la CCPC pour examen, amendement et enrichissement.

    Ces travaux ont permis de présenter le projet de développement de notre territoire au conseil Régional en utilisant les deux outils proposés : Programme Leader et le projet de territoire.

    Notre président a accompagné le président de la communauté de communes lors de la présentation à la région, le lundi 9 février 2015, du projet LEADER 2015-2020 avec les actions envisagées qui en découlent.

    La synthèse de notre évaluation a été publiée dans la lettre de décembre 2014.

     


    votre commentaire
  • Les Côte d'Oriens connaissent forcément des œuvres de François Jouffroy, mais ils ne savent sans doute pas les lui attribuer...ce qui était mon cas ...

    François Jouffroy, né le 1er février 1806 à Dijon et mort le 25 juin 1882 à Laval, est un sculpteur français.

    François Jouffroy, sculpteur dijonnais

    François Jouffroy vit le jour rue Saint Jean à Dijon. Son père, André Jouffroy, était boulanger. Il fut admis à l'École des beaux-arts de Paris en 1824. Il obtint le prix de Rome en 1832 pour son "Canapée foudroyé sous les murs de Thèbes". Il fut élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1857. Il devint professeur à l'École des beaux-arts de Paris où il dispensa un enseignement académique à de nombreux sculpteurs de la fin du XIXe siècle.

    Trois œuvres de François Jouffroy en Côte d'Or :

    La nymphe se trouvant dans le bassin des sources de la Seine :

    François Jouffroy

    La statue de Saint Bernard prêchant la Croisade à Vézelay :

    François Jouffroy

    François Jouffroy

    François Jouffroy

    François Jouffroy

    Le buste d'Henry Darcy sur le réservoir du jardin du même nom à Dijon :

    François Jouffroy


    votre commentaire
  •  Un sculpteur dijonnais de grande valeur, Henri Bouchard :

    Henri Bouchard

    Henri Bouchard, né le 13 décembre 1875 à Dijon et mort le 30 novembre 1960 à Paris, est un sculpteur et graveur médailleur français.

    Fils d'un menuisier dijonnais, Henri Bouchard entra comme apprenti chez un décorateur ornemaniste où il apprit les rudiments de la sculpture. En 1889, il suivit dans le même temps, les cours de l'École des beaux-arts de sa ville natale, où il y fut l'élève du sculpteur dijonnais François Dameron. Il s'inscrivit à l'Académie Julian et entra à l'École nationale supérieure des arts décoratifs, 1889 à 1894. Il entra ensuite à l'École nationale supérieure des beaux-arts dans l'atelier du sculpteur Louis-Ernest Barrias de 1895 à 1901.

    En 1901 il remporta le grand prix de Rome pour son œuvre intitulée "Exil d'Œdipe et d'Antigone chassés de Thèbes".

    De 1902 à 1906, il fut pensionnaire à la villa Médicis à Rome, d'où il envoya des œuvres comme "le Faucheur", "Débardeur du Port de Naples", "Fillette à la cruche" ou "Jeune danseuse romaine". Il envisagea un temps de dédier un monument au travail et aux travailleurs.

    Outre l'Italie, il visita la Tunisie , le Maroc  et la Grèce . Ces années aiguisèrent son goût pour la vie quotidienne et le labeur des petites gens.

    Le Musée des Beaux-Arts de Dijon possède de nombreuses œuvres d'Henri Bouchard, dons de la famille Granville comme ce chameau avec ânier en marche :

    Henri Bouchard

    et ce Chameau agenouillé :

    Henri Bouchard

    De retour en France, il vécut et travailla dans le quartier Montparnasse à Paris où il développa son approche naturaliste du monde des travailleurs. De 1910 à 1917, il fut nommé professeur à l'Académie Julian. Son art devint plus stylisé, rythmé, plus décoratif aussi. Il créa de petites pièces décoratives et reçut de nombreuses commandes d'œuvres monumentales et de reliefs.

    Sur cette table plusieurs bronzes d'Henri Bouchard :

    Henri Bouchard

    Henri Bouchard

    Henri Bouchard

    Henri Bouchard

    Nicolas Rollin, chancelier de Philippe le Bon :

    Henri Bouchard

    Guigone de Salins, épouse de Nicolas Rollin :

    Henri Bouchard

    Philippe le Hardi :

    Henri Bouchard

    Auguste Rodin :

    Henri Bouchard

    Tête de Victoire :

    Henri Bouchard

    Jeune fille au lévrier :

    Henri Bouchard

    Jeanne d'Arc :

    Henri Bouchard

    En 1913, il épousa l'artiste peintre Suzanne Schneller dont il modela le buste. Il élèvera avec elle trois enfants.  En 1911, il effectua un voyage en Allemagne, où il réalisa un portrait de Claus Sluter.

    Cette statue se trouve dans la cour du Musée des Beaux-Arts de Dijon , au pied de la tour de Bar :

    Henri Bouchard

    Henri Bouchard

    Pour répondre aux nombreuses commandes qui lui furent passées, il se fit construire en 1924 un atelier à Paris. Nommé professeur à l'École nationale supérieure des arts décoratifs il devint ensuite professeur et chef d'atelier à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

    En 1933, il devint membre de l'Académie des Beaux-Arts de Paris puis fut nommé membre associé de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles et de  1940 à 1945, il fut président du Salon des artistes français.

    Il fit partie du voyage en Allemagne en 1941 sur l'invitation de l'occupant allemand, avec onze autres artistes Il signa un article sur ce voyage dans la revue L'Illustration.

     http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/06/14/un-artiste-qui-a-flirte-avec-les-nazis-va-etre-mis-en-valeur-a-roubaix_1058208_3246.html

     Henri Bouchard mourut à Paris en 1960, laissant un atelier garni de nombreuses esquisses, plâtres et sculptures.

    Il est inhumé au cimetière d'Aiserey (Côte d'Or) au côté de son épouse Suzanne Schneller.

     

     


    votre commentaire
  • Découvrez les bénévoles qui préparent l'élection de Miss Côte d'Or 2015, les voici rassemblés près du kiosque du jardin de la Mairie :

    L'élection de Miss Côte d'Or 2015 se prépare toujours aussi activement

    Après la photographie, les bénévoles sous la conduite de Catherine   Spagnesi, ont évoqué le casting des candidates qui aura lieu à Dijon. Entre et 15 et 17 candidates sont désormais en lice.

    Mais il n'y en aura que dix qui participeront à l'élection de miss Côte d'Or, Jérôme Labeaune et Pierre Magès assisteront au casting et feront respectivement photos et vidéos.

    L'élection de Miss Côte d'Or 2015 se prépare toujours aussi activement

    La nouvelle Miss France et plusieurs de ses dauphines seront présentes le soir de l'élection (le samedi 25 avril 2015), un superbe show aura lieu.

    Miss Bourgogne sera présente également.

    L'élection de Miss Côte d'Or 2015 se prépare toujours aussi activement

    Les décors sont en voie d'achèvement, ils vont nous surprendre par leur beauté et leur originalité, comme tous les ans !

    L'éclairage de la salle, lorsque les candidates défileront entre les spectateurs, sera amélioré.

    L'élection de Miss Côte d'Or 2015 se prépare toujours aussi activement

    Des cartes pour les dédicaces de Miss France, seront réalisées par Jérôme Labeaune, de nouveaux badges ont été confectionnés pour les bénévoles, mentionnant leur nom (pour éviter les fraudes).

    L'élection de Miss Côte d'Or 2015 se prépare toujours aussi activement

    A la prochaine et dernière réunion seront donnés le jour et l'heure de la mise en vente des billets d'entrée. Je vous en informerai.


    2 commentaires
  • Dans le cadre des manifestations du 9ème centenaire de la fondation de l'abbaye de Clairvaux, deux audiovisuels relatifs aux :

    • Cisterciens, spiritualité, architecture, enluminures
    • Granges claravaliennes et frères convers

     

    réalisés par Jean & Sophie Ponsignon, seront projetés

    le jeudi 26 mars à 16 heures et 20 h 30

    à la salle des conférences de la mairie de Châtillon.

    Entrée libre.

     

    De Molesme à Cîteaux, et de la fondation de Cîteaux à nos jours : les Cisterciens : spiritualité, architecture, économie.

     Le neuvième centenaire de la fondation de l'abbaye de Cîteaux fait ressortir l'importance qu'a eu l'Ordre des cisterciens au fil des siècles : réformateurs au sein de leur Eglise, citoyens d'Europe plusieurs siècles avant les débats des deux dernières décennies, bâtisseurs d'économies à la fois intégrées et multinationales.

    Le montage audiovisuel proposé nous fait suivre, en 1098, les précurseurs accompagnant Robert de Molesmes jusqu'aux forêts de Cîteaux. Nous vivrons les péripéties de la fondation, la succession rapide des pères abbés Etienne Harding et Albéric, la trajectoire fulgurante de Bernard de Clairvaux, et l'extension rapide de l'Ordre qui, moins d'un siècle après sa fondation, ne compte pas moins de 800 abbayes filles dans toute l'Europe.

     Nous découvrirons que chez les Cisterciens, l'efficacité d'une abbaye vient de ce que Dieu et l'homme ne sont pas rivaux, et que progrès spirituel et progrès temporel, loin de se nuire, concourent ensemble au rayonnement de l'Ordre, dont le maître mot pourrait être l'efficacité. Ils ont l'éternité devant eux, mais ils avancent vite, creusant des canaux, domestiquant la force hydraulique, inventant des architectures fonctionnelles, donnant un important essor à l'art de l'enluminure, "démocratisant" le livre (un pour chaque moine) à une époque où un livre valait le coût d'une voiture de nos jours, rénovant les techniques de la sidérurgie, et pratiquant l'agriculture extensive à travers le système des "granges" (vastes entrepôts aux dimensions de cathédrales).

    Une conférence de Jean Ponsignon sur les enluminures et les granges cisterciennes

     Vous constaterez l'influence de la révolution qui, disséminant les moines, va les conduire jusqu'en Russie, pendant qu'un anglais original et précurseur s'efforce, voici un peu plus d'un siècle avant Disney de transformer Cîteaux en parc de loisirs et d'attractions. Mais heureusement, voici les moines qui reprennent possession des lieux en 1898.      

     Des convers et des granges, pourquoi et comment ?

    Une conférence de Jean Ponsignon sur les enluminures et les granges cisterciennes

     Les Cisterciens avaient décidé d’observer fidèlement la règle bénédictine en ses deux points fondamentaux : oraison et travail dans un système autarcique ; par vertu de pauvreté ils ne devaient rien posséder personnellement, mais la communauté pouvait accepter des domaines, ériger des granges, pratiquer le travail manuel. C’est Etienne Harding qui posa les fondements de l’économie cistercienne en circuit fermé, et qui aurait décidé d’admettre des convers.

    En principe, la construction des granges se justifiait, quand le temps de trajet pour aller exploiter les terres depuis le monastère, prenait plusieurs heures. La plupart se situaient en fait de 5 à 25 kilomètres du monastère. Chacune exploitait une superficie comprise entre quelque dizaines et deux cents hectares. Clairvaux comptait une trentaine de granges. La première de toutes les granges claravaliennes et sans doute aussi la première cistercienne, Fraville est à 5 kilomètres. La plupart des granges sont à moins de 20 km ; mais la plus éloignée Marsal est située à 153 km.

     Qui étaient les convers ? Ce sont le plus souvent des paysans attirés par le gîte, le couvert et la protection contre les famines et les pillards. Mais à cette époque, l’essor démographique était plus rapide que l’expansion du territoire cultivé ; aussi trouve-t’on quelques cadets de famille et des célibataires, attirés par la vie monastique et se sentant sanctifiés par la proximité des moines. De ce fait, ils entrent en religion en tant que paysans pour accomplir les gros travaux des champs. A partir de 1188, le Chapitre interdit aux chevaliers de se faire convers.

     Il semble que les premiers convers apparaissent vers 1120. Ils vivent alors comme des laïcs célibataires, conviés aux offices du matin et du soir. L’activité économique des moines fut intense pendant le premier siècle de l’ordre. Elle s’explique par l’organisation rationnelle et le sérieux avec laquelle elle fut conduite et la richesse qui en découla n’était que la conséquence normale de la mise en valeur intelligente de toutes les ressources du domaine monastique.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires