•  

    Et les Dupond sont toujours là !

     


    votre commentaire
  • Dans un précédent billet, je vous informais qu'en raison du peu de manifestations dans le Pays Châtillonnais, je ne publierais qu'un article tous les deux jours, avant que les activités ne reprennent.

    J'ai donc préparé des articles jusqu'au 22 mars (ils se déclencheront tous seuls) en pensant combler les jours "sans" par les événements qui vont survenir en mars: repas des séniors, Tape-Chaudron, représentations théâtrales, Assemblées générales etc...

    Or cela ne sera pas le cas, car je dois subir très prochainement une assez lourde intervention chirurgicale au CHU de Dijon, pour un problème détecté fortuitement lors d'un passage au scanner de l'Hôpital Michel Sordel de Châtillon sur Seine pour une tout autre pathologie.

    Au passage je tiens à remercier la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais qui s'est battue pour l'installation de cet appareil qui peut sauver des vies.

    Si tout se passe bien, le blog reprendra son activité à mon retour, grâce aux photos et aux vidéos de mes amis contributeurs, à qui j'adresse par avance mes chaleureux remerciements.

    Merci de me rester fidèles, à bientôt

    Chris Tal

     


    votre commentaire
  •  L'église de Laignes est placée sous le vocable de Saint-Didier, elle date du XIIIème siècle.

    L'église de Laignes

    Le portail extérieur est de style flamboyant.

    L'église de Laignes

    La nef, du XIIIème siècle possède des piliers cylindriques et des chapiteaux de tradition romane.

    L'église de Laignes

    Le chœur de l'église de Laignes est polygonal.

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    Le collatéral de gauche conduit au transept .

    L'église de Laignes

    Dans ce transept on peut admirer un Ecce Homo magnifique....

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    Le collatéral de droite conduit, lui aussi au transept, où s'offre au regard une belle Vierge de Pitié.

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    De chaque côté de la Vierge de Pitié se dressent deux statues en bois dont une sainte Anne éducatrice.

    L'église de Laignes

    Une très belle piscine ouvragée (ou lavabo) se trouve dans le transept droit :

    L'église de Laignes

    Plusieurs bustes reliquaires en bois doré et peint ornent les piliers :

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    Saint Joseph et l'enfant Jésus :

    L'église de Laignes

    Saint Roch :

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    L'église de Laignes

    De belles boiseries entourent les portes.

    L'église de Laignes


    1 commentaire
  • Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Un groupe de patients diabétiques s'est réuni le 26 septembre 2014 au Centre Social de Châtillon sur Seine pour entamer une réflexion sur la création d'une structure dans le Pays Châtillonnais destinée aux malades.

    Sollicitée, l'Association des Diabétiques de Côte d'Or (AFD21) s'est prononcée sur la création d'une délégation.

    Les patients diabétiques du Pays Châtillonnais qui ont bénéficié de l'éducation thérapeutique de groupe du réseau diabète du Nord Côte d'Or ont décidé de regrouper et de défendre l'existence de ce réseau constitué d'une équipe de soignants formés et spécialistes.

    En effet l'existence de ce réseau n'est pas pérenne, bien que l'éducation thérapeutique (ETP) ait été définie par l'OMS et légalisée, la France depuis son inscription dans l'article 84 de la loi HPST du 21 juillet 2009, il est constaté que la mise en œuvre de l'ETP du patient ne va pas de soi et de nombreux éléments font obstacle à son développement indépendamment des problèmes financiers qui se présentent dans le domaine de la santé et qui s'aggravent.

    Clément Vicic, directeur du Centre Socio-Culturel et de Loisirs de Châtillon sur Seine a participé à toutes les réunions, le siège de L'Association se trouvera  au CSCL, où auront lieu également les activités. L'autorisation d'utiliser les locaux du CSCL a été donnée par le Président de la Communauté de Communes .

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Quelles sont les missions de la délégation ?

    1) Défendre l'existence du réseau diabète du pays châtillonnais qui a fait les preuves de son efficacité dans la prise en charge éducative de groupe, des patients diabétiques dans un désert médical qui ne va pas aller en s'améliorant.

    2) Faire en sorte que l'accès du patient ne soit pas limité à une seule session, ce dernier doit pouvoir participer à intervalles réguliers parce que  la pathologie du diabète n'est pas fixe mais évolutive.

    3) Développer les actions de proximité sur le Pays châtillonnais.

    4) Défendre les patients auprès des mutuelles et des autorités de santé.

    5) Accompagner les patients en apportant une assistance et un soutien aux malades et à leur entourage dans la prise en charge de la maladie en complétant l'action des professionnels de santé du réseau et ceci dans le respect de l'intimité des familles, sans intrusion : il s'agit d'une entraide de patient à patient.

    6) Créer du lien avec les autres associations de santé du Pays Châtillonnais.

    7) Participer aux manifestations locales du Pays Châtillonnais

    8) Pouvoir être désigné pour représenter d'AFD21 dans certaines institutions (ARS, CPAM etc....)

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Les  différents membres de la délégation sont les membres actifs, les adhérents patients diabétiques du Pays Châtillonnais à jour de cotisation et parmi lesquels ont été élus 3 à 10 membres qui ont désigné trois coresponsables de délégation avec droit de vote au CA de l'AFD21.

    Les trois responsables de la délégation des patients diabétiques de Haute Côte d'Or sont :

    Françoise Denglos :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Colette Frappart :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Françoise Janeux :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Une secrétaire a été désignée, Marie-Christine Vieira :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    La trésorière est Denise Marcoz :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Les membres de droit de la Délégation Nord Côte d'Or sont :

    -Le médecin du Réseau-Diabète ou son représentant

    -Le Président de la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ou son représentant

    -Le Président du Pôle Santé ou son représentant

    -Le Directeur du Centre Social ou son représentant

    -Un représentant des Associations de Santé, partenaires sur le pays Châtillonnais.

    La première action de la Délégation AFD Haute Côte d'Or, en faveur des diabétiques qui s'ignorent, va être un dépistage destiné aux bénéficiaires des restos du Cœur, effectué par les infirmières du réseau-diabète  le

    lundi 9 mars de 14h à 17h au CSCL.

    On pourra y trouver un stand avec les publications de l'Association Française des Diabétiques, sur le diabète, documents accessibles à tous. Venez donc vous documenter sur cette maladie sournoise qu'il faut absolument prendre en compte, qui vous atteint peut être actuellement ,ou qui pourra vous atteindre, car on compte de plus en plus de diabétiques en France donc en Châtillonnais.

    Une adresse mail pour avoir toutes informations sur la Délégation Nord Côte d'Or a été créé :

    diabetenord21@laposte.net

    Un beau logo a été imaginé par l'AFD21 pour cette nouvelle délégation :

    Création d'une délégation pour le Nord côte d'Or de l'Association des Diabétiques de Côte d'Or

    Le site de l'AFD21 :

    http://www.bourgogne.mutualite.fr/Partenaires/Association-Francaise-des-diabetiques-de-Cote-d-Or-AFD-21

     


    votre commentaire
  •  L'église de Minot est sous le vocable de Saint-Pierre et Saint-Paul.

    L'église de Minot

    Un lourd porche de style toscan a été substitué à l'ancien à la fin du XVIIIème siècle.

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    Une corniche à modillons carrés court sous les toitures.

    L'église de Minot

    L'intérieur de l'église a gardé son style gothique primitif.

    La nef est sexpartite.

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    Au fond du chœur on peut admirer un très beau retable, fin du XVIIème siècle, exactement de 1692, en bois sculpté doré et peint.

    L'église de Minot

    La chapelle de gauche :

    L'église de Minot

    Dans la chapelle de droite, on admire une statue de Sainte Anne Renaissance en bois doré.

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    Cette superbe piscine a une colonnette centrale surmontée d'un trilobe et d'un trèfle évidé.

    L'église de Minot

    L'église de Minot

     Les deux colonnettes de chaque pile faible sont supprimées à mi-trajet.

    L'église de Minot

    De curieuses figures ornent la base des arcs....

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    L'église de Minot

    Cette très belle Vierge en bois est une copie, l'originale ayant été malheureusement volée.

    L'église de Minot

    On remarque ce saint Abbé du XVème siècle :

    L'église de Minot

    L'église de Minot

     


    votre commentaire
  • Dans la famille Rude, il n'y eut pas que le génial sculpteur François Rude, dijonnais, auteur du "départ des Volontaires" de l'Arc de Triomphe de l'Etoile, et de bien autres œuvres montrées ici :

     http://www.christaldesaintmarc.com/francois-rude-sculpteur-dijonnais-a114234962

    Son épouse, Sophie Frémiet, fut, elle aussi,une artiste d'un grand talent, mais dans le domaine pictural.

     Buste de Sophie Rude par son neveu Paul Cabet :

    Sophie Rude, née Frémiet

    Sophie Frémiet naquit rue des Forges à Dijon le 16 juin 1797. Son père Louis Fremiet était contrôleur des impôts, sa mère, Sophie Monnier, était issue d'une famille d'artistes. D'ailleurs le grand-père maternel de Sophie, le graveur Louis-Gabriel Monnier, fut le premier conservateur du musée des Beaux-Arts de Dijon.

    La jeune fille reçut des cours d' Anatole Devosge, fondateur de l'école de dessin de Dijon. Anatole était un ancien élève de Jacques-Louis David, dont il transmit à Sophie le style néoclassique .

    Louis Frémiet prit sous sa protection un jeune inconnu, François Rude, élève de François Devosge.

    Après la chute du Premier Empire et le retour des Bourbon en 1815, la famille Frémiet, comme nombre de bonapartistes, quitta la France pour s'installer à Bruxelles, du Royaume uni des Pays-Bas nouvellement créé. Sophie poursuivit ses études artistiques sous la férule d'un autre exilé, maître de son premier professeur, Jacques-Louis David. Elle exécuta notamment des copies d'après le maître tout en exposant ses propres œuvres à Bruxelles en 1818 et Anvers.

    Le 25 juillet 1821, Sophie épousa l'ancien protégé de son père, le sculpteur François Rude.

    Portrait de François Rude par son épouse Sophie :

    Sophie Rude, née Frémiet

    Le couple n'eut qu'un seul enfant, Amédée, mort en bas âge.

    Sophie était à cette époque très appréciée, elle obtenait de nombreuses commandes, notamment pour l'ancien palais royal de Tervueren. Elle travaillait dans un style néo-classique, tirant principalement ses sujets de la mythologie, même si elle produisait également un petit nombre d'œuvres d'inspiration religieuse et des portraits.

    "Ariane abandonnée sur l'île de Naxos" :

    Sophie Rude, née Frémiet

    Ce portrait présumé de Catherine Frémiet pourrait être celui de la grand-tante paternelle de l'artiste.

    Sophie Rude, née Frémiet

    "Portrait de Paul-Emile Villeneuve", alors étudiant en médecine. Il deviendra le directeur de l'asile d'aliénés de Dijon.

    Sophie Rude, née Frémiet

    En 1826, la famille Rude vint s'installer à Paris et tous deux ouvrirent un atelier rue d’Enfer pour enseigner leur art respectif.

    Sophie entama une nouvelle carrière de peintre historique.

    "La Duchesse de Bourgogne arrêtée aux portes de Bruges", vers 1840, présenté au salon de 1841 et acquis par le musée de Dijon en 1849 :

    Sophie Rude, née Frémiet, fut un peintre de grand talent

    Elle servit de modèle à son époux, notamment pour la célèbre statue la Marseillaise sur un des quatre piédroits de l'Arc de triomphe de l'Étoile.

    Sophie Rude, née Frémiet

     Après la mort de son mari en 1855, Sophie se consacra à exposer et faire connaître l'œuvre de celui-ci.

    En 1839 le couple adopta Martine, nièce orpheline de Sophie, qui posa pour plusieurs de leurs œuvres, elle fut la future épouse de leur neveu Paul Cabet.

    Sophie Rude décéda à Paris le 4 décembre 1867.

     (Les peintures proviennent du Musée des Beaux Arts de Dijon, la copie de "la Marseillaise" se trouve au musée Rude de Dijon)

    Une très belle exposition réunissant les œuvres de François et de Sophie Rude a eu lieu à Dijon en 2012-2013, cliquer sur ce lien pour en voir les détails :

    Exposition François et Sophie Rude

     


    2 commentaires
  • Les événements se faisant rares dans le Châtillonnais à cette période (et les commentaires également, hélas...), je ne publierai plus, à partir d'aujourd'hui, qu'un article tous les deux jours, souvent sur des sujets culturels (peintres, sculpteurs bourguignons, églises etc...)

    Lorsque les activités reviendront, le blog reprendra, sans doute, son cours normal, enfin je l'espère.

     


    3 commentaires
  • Les cartes de Marmont

    Une très belle expositions nous montrant les cartes et plans de campagne du Maréchal Marmont a eu lieu dernièrement au Musée du Pays Châtillonnais Trésor de Vix.

    On pouvait y voir des cartes et des plans issus de la collection d’Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont (1774 – 1852), conservée aux archives municipales de la Ville de Châtillon-sur-Seine. Ce fonds exceptionnel n’est d’ordinaire accessible qu’aux seuls chercheurs.

    Histoire de la cartographie et vie du maréchal sont les deux fils rouges de cette exposition. Marmont conserva les cartes de reconnaissance géographique de zones stratégiques (littoral, montagnes…), celles de positions des armées lors des différents épisodes de l’épopée napoléonienne ou bien encore des plans d’architecture militaire, batteries et forts, qu’il fit édifier. Son intérêt pour l’art cartographique ne s’arrête pas là, puisqu’il possédait les jalons de l’histoire des cartes que constituent la carte de Cassini ou celle des chasses du roi. Enfin, la curiosité intellectuelle qui préside à la réalisation des cartes d’exploration de contrées lointaines ne lui était pas inconnue, ce qui mènera le visiteur de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Amérique.

    L'éclairage violent empêchait de photographier de façon satisfaisante ces documents très intéressants, c'est dommage...

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Carte dite de Cassini :

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Carte physique et politique de la Syrie pour servir à l'histoire des conquêtes du Général Bonaparte en Orient :

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Plan de Buthrinto où je propose l'établissement du camp destiné à agir contre Corfou :

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Carte des chasses des environs de Versailles :

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Dessin de la Pyramide d'Austerlitz construite en terre par les soldats napoléoniens à Woudenberg aux Pays-Bas. Marmont fit placer un obélisque en bois de 13 mètres de hauteur à son sommet.

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont

    Les cartes et plans de campagne du Méréchal Marmont


    votre commentaire
  •  D'autres magnifiques photos d'oiseaux réalisées par Jean-Pierre Gurga (cliquables)

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

    D'autres très belles photos d'oiseaux par Jean-Pierre Gurga...

     


    3 commentaires
  • "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Le rideau s'ouvre sur une décharge à ciel ouvert où s'entassent des cartons, des journaux, des bidons, peut-être emplis de produits toxiques... Un lampadaire défectueux provoque des décharges électriques, un conduit géant de vide-ordures complète le tableau, c'est une vision apocalyptique...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Aux abords de cette décharge, Espérance rôde et n'ose y pénétrer...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Par le conduit du vide-ordures, arrive Antigone qui vient d'y être jetée...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Antigone trouve que ce dépôt d'ordures est "dégueulasse", mais où aller ??

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Espérance a rejoint Antigone, il fait froid, elles utilisent des journaux pour  matelasser leurs pauvres défroques...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Voici que la caisse où elles s'étaient assises s'ouvre...à l'intérieur dormait Marcel, un clochard !

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Marcel se déshabille et prend un bain "imaginaire" dans sa malle...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Quel plaisir de se croire comme tout le monde...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Marcel se considère comme le roi de la décharge, il pérore devant Espérance et Antigone...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Mais il tombe de son piédestal, et les deux femmes saisissent elles aussi l'occasion de prendre un bain !!

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Marcel est furieux ...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Mais dans un pareil environnement, ne vaut-il pas mieux être solidaires ?

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Espérance va être abreuvée par un produit guère sympathique...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Heureusement elle s'en sortira à bon compte !

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Pourquoi ne pas organiser un repas ...à base de journaux ?

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Antigone rêve de voler....

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Elle a découvert un vieil oreiller rempli de plumes, pourquoi ne pas se fabriquer des ailes ?

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Elle s'enduit de cire...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    et recouvre ses bras de plumes...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Regardez moi, je vole !!

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Antigone a si bien volé qu'elle disparaîtra dans les cintres, au grand ébahissement des ses amis...

    Ces trois malheureux exclus nous auront démontré qu'il faut toujours rêver d'un monde meilleur, essayer de vivre ensemble en savourant le bonheur d'être en vie, quand on a malheureusement touché le fond...

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

    Les trois comédiens-clowns, très touchants, ont été très applaudis, et c'était vraiment très mérité.

    "La fascination du désastre", présentée au Théâtre Gaston Bernard à Châtillon sur Seine

     Adell Nodé – Langlois, Estelle Beugin et Alexandre Demay appartiennent à cette formidable nouvelle génération de clowns, acrobates désopilants, animés d’une extraordinaire vitalité, capable de semer le désordre et la zizanie dans le plus stable des théâtres. Bêtes de scènes comiques, leur appétit pour le public est gargantuesque. Tout au long de leur spectacle, le rire s’empare de nous par surprise et nous fait entrer dans un cercle d’humanité, car rire de ces individus grotesques et fragiles, c’est finalement accepter de nous regarder nous-mêmes. Idiots et géniaux, puissants et maladroits, reliés aux racines du monde et de l’enfance, ces clowns d’aujourd’hui perturbent nos certitudes.

     Les trois clowns, relégués dans une décharge, s’essaient à vivre ensemble et à rêver d’un monde meilleur. Tristes ? Bien au contraire ! Dans un no man’s land de détritus, au milieu du rebut au sens propre (sil l’on peut dire) de la société, les clowns résistent avec une verve burlesque réjouissante. Les trois artistes, acrobates accomplis et humoristes géniaux, incarnent trois figures d’exclus dans la tradition clownesque du tramp - le clochard - né avec les révolutions industrielles et brillamment incarné à l’écran par Charlie Chaplin.  Ils opposent à l’adversité un art de la débrouille et une rage de vivre qui triomphent de la mouise et clament haut et fort le bonheur d’être vivant envers et contre tout, tant il est vrai que pour les clowns, « l’échec est un pain délicieux. »

    Auteurs et interprètes : Adèll Nodé-Langlois, Estelle Beugin et Alexandre Demay

    Direction artistique : Adèll Nodé-Langlois Jeu clownesque : Carina Bonan

    Mise en scène : Alberto Garcia Sanchez Musique : François Pernin et De Kift

    Création lumière : Dorothée Lebrun Régie générale : François Pernin

    Construction décor : Franck Royer et Ingo Groher

    Patine décor et accessoires : Cécile Chevalier Costumes : Les clowns et Odile Marti

     


    votre commentaire
  • Voici encore deux adorables petits lurons qui vivent  dans le jardin de Christian Labeaune, le vrai paradis des animaux !

    A la mangeoire les oiseaux gaspillent, les deux coquins récupèrent...


    votre commentaire
  •  L'église Notre-Dame de Dijon est un chef d'œuvre de l'art gothique bourguignon.

    Elle fut construite dans le second quart du XIIIème siècle.

    L'église Notre Dame de Dijon

    La façade de cette église est unique en son genre, difficile à photographier faute de perspective.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Sur la façade, devant le mur, s'élèvent deux étages d'élégantes arcatures encadrées de gargouilles, dont la plupart ont été restaurées en 1881.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Ce sont de fausses gargouilles, l'eau n'y pénétrant pas.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Une tête de diable se trouve sur la façade.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Au dessus de la façade, s'élève l'horloge de Jacquemart. En 1383, Philippe le Hardi décapita le beffroi de Courtrai et le ramena à Dijon. Il n'y avait qu'un automate, le Jacquemart, pour frapper la cloche, ce n'est qu'au cours des siècles derniers qu'on ajouta les trois autres, sa femme Jacqueline et ses deux enfants Jacquelinet et Jacquelinette.

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    Les trois portails ont été malheureusement martelés à la Révolution.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Mais il reste ce charmant petit ange qui soutient l'architrave du portail gauche....

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre-Dame est longue de 47,50 mètres,elle est donc de dimensions modestes, et pourtant elle donne l'impression d'un édifice majestueux. Les voûtes s'élèvent à 18,30mètres.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Le chœur possède une abside à cinq pans et quatre étages : un soubassement orné d'arcades tréflées aveugles, puis un niveau de fenêtres en lancettes, puis un triforium, percé au XVII ème siècle de sept grands oculi, et un dernier niveau de fenêtres hautes.

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    Une fresque murale représentant le Calvaire subsiste dans le croisillon nord.

    L'église Notre Dame de Dijon

    La rose du croisillon nord représente la Création du monde, elle est l'œuvre d'Edouard Didron

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    Un curieux vitrail en grisaille, de Didron, également.

    L'église Notre Dame de Dijon

    La rose du croisillon sud, toujours de Didron, représente le Jugement Dnier

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    La chapelle absidiale nord est celle de Notre-Dame de Bon-Espoir.

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    On a longtemps cru que cette Vierge en bois, du XIème ou XIIème siècle, vénérée des dijonnais, était une Vierge Noire, il n'en est rien. Au XVIe ou au XVIIe siècle, la statue fut peinte en noir, pour une raison inconnue. En 1945, cette couche de peinture fut retirée, révélant la polychromie d'origine.

    L'église Notre Dame de Dijon

    L'église Notre Dame de Dijon

    Un premier orgue existait sur la tribune dès le XVIe siècle. Jean-Philippe Rameau  joua sur cet instrument de 1709 à 1713. En 1874, la restauration de la tribune nécessita le démontage de l'orgue. Un nouvel instrument fut construit en 1893 et inauguré en 1895. Sa partie mécanique et sonore, réalisée par le facteur dijonnais d'origine belge Jean-Baptiste Ghys, est installée dans un buffet néogothique.

    L'église Notre Dame de Dijon

    La tapisserie Terribilis représente la Vierge protégeant les habitants de Dijon.

    On attribue à Notre-Dame de Bon-Espoir plusieurs miracles. En septembre 1513 les armées suisses assiégeaient et bombardaient Dijon, dont la situation semblait désespérée. Le 11 septembre des Dijonnais firent, dans le quartier de Notre-Dame, une procession au cours de laquelle ils portèrent la statue de la Vierge. Deux jours plus tard,  les Suisses levèrent le camp de manière inattendue. Les Dijonnais virent dans cette libération l'intervention de la Vierge. Une tapisserie fut tissée vers 1515 pour commémorer l'événement. Elle orna Notre-Dame jusqu'à la Révolution, époque à laquelle elle fut vendue. Le maire de Dijon la racheta en 1803 et la déposa à l'hôtel de ville, d'où elle passa au  musée des Beaux Arts de Dijon

    En septembre 1944, Dijon était occupé par l'armée allemande, qui semblait vouloir résister à l'avancée des troupes françaises. Le 10 septembre, lors d'une cérémonie à Notre-Dame, l'évêque de Dijon demanda publiquement à Notre-Dame de Bon-Espoir de protéger la ville des ravages redoutés. Dans la nuit du 10 au 11 septembre, les Allemands quittèrent Dijon, et les Français y entrèrent le 11, jour anniversaire de la procession de 1513. À nouveau, les croyants y virent un miracle. À l'initiative de particuliers dijonnais, une tapisserie évoquant les deux délivrances de 1513 et de 1944 fut commandée à Dom Robert. Confectionnée de 1946 à 1950 à la manufacture des Gobelins, elle prit place en 1950 à Notre-Dame, où elle est actuellement exposée sous l'orgue.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Au revers du trumeau du portail central est sculptée une tête de démon percée aux commissures des lèvres de deux trous qui servaient de gâche aux anciens verrous des deux vantaux de la porte. Ce diable, un anneau entre les dents signifie que le mal  reste enchaîné à l'entrée de l'église.

    L'église Notre Dame de Dijon

    La nef est divisé en trois étages: arcades, triforium, hautes fenêtres.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Les piliers cylindriques sont à crochets.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Dans la rue de la Chouette, voie piétonne qui longe le côté nord de l'église et le chevet, une pierre d'une chapelle de Notre-Dame porte une marque singulière. À l'angle d'un contrefort d'une chapelle est sculpté un oiseau que les Dijonnais appellent la chouette. Sa signification est inconnue. Pour certains, la chouette pourrait être une signature laissée là par un tailleur de pierre.

    On dit qu'il faut la caresser de la main gauche, car elle porte bonheur.

    L'église Notre Dame de Dijon

    Cette chouette n'est pas l'originale, un vandale l'ayant cassée à coups de marteau il y a quelques années. Heureusement un moulage en avait été fait, ce qui a permis de la restaurer.

    L'église Notre Dame de Dijon


     


    1 commentaire
  •  Le Zonta Club organise tous les ans un marché de Noël, salle des Bénédictines. Une partie des bénéfices est affectée à l'achat de produits pour les bébés dont les parents sont bénéficiaires aux Restos du Cœur.

    Madame Dominique Royer, Présidente du Zonta Club Châtillonnais , est venue, accompagnée de ses adhérentes, remettre des céréales, des couches à André Totel responsable des Restos du Cœur de Châtillon sur Seine.

    Le Zonta Club de Châtillon sur Seine a remis des produits pour les bébés aux Restos du Cœur....

    Le Zonta Club de Châtillon sur Seine a remis des produits pour les bébés aux Restos du Cœur....

    Voici ce qu'a donné le Zonta aux Restos du Cœur, ce 18 février 2015:

    40 céréales 6 mois

    20 céréales 8 mois

    20 céréales 12 mois

    20 paquets de couches numéro 3

    20 paquets de couches numéro 5


    votre commentaire
  • Pierre Magès a assisté à la seconde réunion de préparation de l'élection de Miss Côte d'Or 2015 qui aura lieu le 25 avril .

    Les nombreux bénévoles sont toujours motivés pour offrir un très beau spectacle  au Théâtre Gaston Bernard.

    Les candidates peuvent continuer de s'inscrire :

    La préparation de l'élection de Miss Côte d'Or 2015 se poursuit...

    Les discussions ont porté sur le programme, le choix des couleurs et la mise en page.

    La préparation de l'élection de Miss Côte d'Or 2015 se poursuit...

    La préparation de l'élection de Miss Côte d'Or 2015 se poursuit...

    La préparation de l'élection de Miss Côte d'Or 2015 se poursuit...

    Le prix des billets sera de 18 euros comme l’an passé.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires