•  Vendredi 18 juin 2021, les adhérents de la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais (la SAHC) ont été invités par le Président Bruno Chaume, à visiter les nouvelles fouilles qu'il a initiées à Vix, au pied du Mont Lassois.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Depuis la découverte de la tombe princière de Vix,  des fouilles ont eu lieu sur le sommet du Mont Lassois où furent mises à jour les traces d'une immense basilique et d'un habitat considérable, et aussi tout  autour du mont Lassois sur des remparts absolument gigantesques, et dernièrement une nouvelle fouille de la tombe de la princesse a eu lieu au bas de la colline...

    Mais cette fois, en juin 2021, il s'agit d'une fouille qui se trouve au pied des remparts, tout près de la Seine, fouille qui a mis au jour un canal.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Bruno Chaume a eu besoin d'aides pour  procéder rapidement aux fouilles, ce jeune homme lui a permis de creuser plus facilement le sol avec un engin motorisé, qu'il soit remercié !

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Les fouilles ont permis de mettre à jour un espace  en pierres d'Etrochey  situé contre une palissade en bois.

    Cette dernière reposait sur des poutres installées horizontalement dans l'argile.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    L'eau de la nappe phréatique est remontée lors des fouilles, ce qui permet de mieux imaginer ce que devait être ce canal.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Plus loin , sur la gauche, Bruno Chaume nous indique qu'il existait un habitat près du canal.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Lors des fouilles , on a aussi retrouvé dans la couche archéologique  au dessus de la couche de gravier alluvial, des débris de poteries, des os....

    Bruno Chaume pense qu'il s'agirait de matériel déblayé de la zone d'habitation que l'on aurait jeté dans le canal après la destruction de l'habitat .

    La couche qui contient ces débris est grise, elle indique qu'elle est composée de cendres, il y aurait sans doute eu une destruction de l'habitat  par le feu.

    On voit bien cette couche grise et un os, sur cette photo de Dominique Masson.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Voici un dessin de Dominique Masson qui permet de mieux comprendre comment fut construit ce canal.

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    La grande et spectaculaire découverte, lors de cette nouvelle fouille, a été celle de pieux  de chêne enfoncés verticalement dans la partie externe du fossé.

    Ces pieux de chêne ont peut-être été mis là pour mettre en place un débarcadère.

    Ces années dernières, les chercheurs avaient d'ailleurs mis à jour, au pied des remparts, un port. On peut imaginer que ce canal rejoignait ce port....(cela reste bien sûr à démontrer)

    Les pieux de bois ont été exhumés de la nappe phréatique, ils ont été placés immédiatement dans des cuves pleines d'eau pour les conserver et leur permettre d'être traités par des laboratoires spécialisés.

    Ils pourront ainsi être conservés, étudiés et même datés par dendrochronologie, qui permettra de savoir l'âge  de leur abattage....

    Mais le problème, nous a dit Bruno Chaume est que ces datations ne peuvent aller au delà de 1 500 ans ...or ces pieux de chêne ont au minimum...2 700 ans ! (la période de Hallstatt se situe environ 600 ans avant notre ère)

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Ils ont été étiquetés soigneusement...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Les plus grandes des poutres de chêne  ont été placées dans ce bac plein d'eau...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    De nouvelles fouilles au pied du Mont Lassois ont révélé l'existence d'un canal dont l'usage reste mystérieux...

    Encore une fantastique découverte sur le site de Vix...et ce n'est pas fini, car Bruno Chaume nous indique que des traces de plusieurs basiliques ont été repérées près de ce canal....malheureusement ces traces se trouvent sous les habitations construites de nos jours...on ne peut quand même pas les démolir ! c'est bien dommage.

    Bruno Chaume rappelle que le site de Vix est le plus important de toute l'histoire de la période de Hallstatt, la Heuneburg ne venant qu'en ...cinquième position !

    (Je remercie Dominique Masson qui m'a aidée par ses notes, photos et dessin à rédiger cet article.)


    2 commentaires
  • L'exposition sur les fouilles de Vix se poursuit jusqu'au 5 janvier 2020 au Musée du Pays Châtillonnais

    L’espace d’actualité au musée joue les prolongation jusqu’en début d’année 2020.

    L’espace d’actualité consacré à la récente fouille de la tombe de Vix sera encore ouvert pour les vacances de Noël, l’occasion de revivre cet événement exceptionnel à travers un nouvel élément : un time-laps du chantier.

    Dans cet espace, documents et objets illustrent le chemin parcouru par les chercheurs pour la connaissance et la compréhension du site archéologique de Vix.

    Sont présentés les notes et des objets issus des fouilles de Jean Lagorgette (1881-1942), pionnier des recherches sur le site de Vix et inventeur du site, des pièces techniques du montage du vase de Vix qui ne sont pas présentées dans l’exposition permanente, des documents d’archives inédits pour replonger dans l’histoire et la légende du Trésor de Vix ainsi que le squelette de la Dame de Vix.

    L'exposition sur les fouilles de Vix se poursuit jusqu'au 5 janvier 2020 au Musée du Pays Châtillonnais

    Pour revenir à notre époque, l’exposition met en lumière les méthodes de l’archéologie contemporaine appliquées à la nouvelle fouille mais aussi des éléments liés aux récentes analyses ADN de la Dame de Vix comme le scan 3D de son crâne dont l’objectif est de proposer une reconstitution faciale fidèle qui sera connue au cours du premier semestre 2020.

    Cet espace est évolutif et permet de revenir sur le chantier de fouille à travers des photos et des vidéos comme cette dernière acquisition, une animation vidéo réalisée à partir d'une série de photographies prises à des moments différents de la fouille et de visualiser en quelques minutes le travail des archéologues de l’Inrap entre les mois d’août et novembre 2019.


    2 commentaires
  •  Après la visite des fouilles proposée par la SAHC, nous nous sommes retrouvés en compagnie de  Jérémie Brigand, Président de la Communauté de Communes du pays Châtillonnais, Bruno Chaume du CNRS,fouilleur depuis de très longues années au sommet du mont Lassois, Gérard Bataille, directeur adjoint scientifique et technique de l'INRAP et Alain Aubert, Maire de Vix, devant la salle des Fêtes de sa Commune où avait lieu une bien intéressante exposition sur les découvertes de Vix.

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Alain Aubert s'est souvenu de son enfance, lorsqu'avec ses camarades d'école, emmenés par l'institutrice, il allait voir les fouilles de janvier 1953 sous la pluie et la neige.

    Peu de personnes encore vivantes se souviennent de ces moments magiques où une merveille fut sortie de terre...d'abord le vase, puis l'autre mobilier de la sépulture.

    Le vase, très bien emmailloté, a été placé sur une charrette tirée par des chevaux, ce fut une expédition incroyable car les routes étaient verglacées et Châtillon sur Seine parut à tous très, très loin, alors qu'il n'est séparé de Châtillon que par quelques kilomètres !

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Jean-Pierre Lachaud-Manotte et Sylvie Cardini, membres du Conseil d'Administration de la SAHC, ont préparé une superbe exposition, avec des panneaux très éclairants sur la sépulture et les découvertes au Mont Lassois, et des photos magnifiques, souvent inconnues du public.

    Merci à tous les deux pour leur beau travail.

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix

    Une belle exposition sur la découverte de la sépulture de la Dame de Vix a été présentée à la Mairie de Vix


    votre commentaire
  •  La Société Archéologique et Historique du Châtillonnais, a convié, en avant-première des Journées du Patrimoine, ses adhérents à la visite des nouvelles fouilles sur le site du tumulus de la Dame de Vix.

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Gérard Bataille, directeur Adjoint scientifique et technique de l'INRAP a présenté les fouilles qui viennent de commencer depuis un mois au pied du Mont Lassois, là où fut découverte la sépulture de celle que l'on nomme "la princesse de Vix".

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Des parties du terrain ont été laissées en herbe pour que l'on puisse s'y diriger.

    Elles se croisent à l'endroit où a été repérée la sépulture, fouillée par Maurice Moisson et René Joffroy en 1953

    Pour situer la sépulture, les archéologues actuels ont utilisé le drone, la photogrammétrie et la modélisation 3D, techniques qui n'existaient pas à l'époque de la découverte.

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Des milliers de pierres ont été déjà retirées, des pierres qui ont été manipulées par des hommes il y a  près de 2500 ans !!

    Elles faisaient partie du vaste aménagement du tumulus  et qui devait se voir de très loin à l'époque, signe que la femme enterrée là devait avoir une grande importance politique et peut-être religieuse.

    Vaste tertre de 40 mètres de diamètre, les fouilles ont révèlé un dôme de pierres et de terre arasé.

    Tout autour les fouilleurs ont remarqué une vaste couronne de puissants blocs de pierre ne provenant pas de l’environnement immédiat de la tombe. Ces pierres révèlent l’existence d’un mur parementé en pierres liées à la terre qui atteignait un ou deux mètres.

    Ce dispositif ceinturant le tertre renforçait encore le caractère monumental de l’aménagement funéraire.

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Le monument funéraire abrite-t-il encore des sépultures secondaires ? Pourrait-on, comme l’a montré le site princier de Lavau, déceler les traces d’un podium destiné aux funérailles de la princesse ?

    L'inventeur de l'époque, Maurice Moisson, avait repéré  l'anse du vase qui dépassait  du sol, preuve que le tumulus avait été arasé, certainement très tôt après sa construction, alors que celui du "prince" de Lavau l'a été au Moyen-Age.  Pourquoi ? là est tout le mystère.

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Une assiette de papier marquée d'une croix montre l'endroit de la sépulture qui n'est pas encore explorée.

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Au centre du tertre, une couronne de gravier semble délimiter l’emplacement de la sépulture. A sa surface, les remblais de la fouille de 1953 ont révélé de petits clous en bronze provenant des ornementations du char. Après vérification par Catherine Monnet, Conservatrice du Muséee du Pays Châtillonnais ce sont bien les mêmes que ceux exposés  au musée..

    Les chercheurs procèderont très prochainement à une fouille plus fine des remblais de la tombe : l’occasion de vérifier si les recherches anciennes ont bien sondé l’intégralité de la chambre sépulcrale ou si le sol de Vix recèle encore de nouveaux indices.

    De plus l'étude des éléments du terrain pourront permettre de déceler la présence de pollens qui pourraient permettre de dater la construction du tumulus.

    La tombe de la princesse de Vix nous réservera donc sans doute bien des surprises....

    Visite des fouilles du tumulus de Vix avec la Société Archéologique et historique du Châtillonnais (SAHC)

    Cliché D. Glicksman (INRAP)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique