•  Place de la Résistance, l'équipe du Souvenir de la Résistance vous attend pour de délicieuses boissons et des gaufres succulentes !

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...

    Du chocolat et du vin chaud...

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...

    et des gaufres réalisées par un grand spécialiste !

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...

    Gaufres au sucre au chocolat et à la Chantilly, de quoi régaler petits et grands...

    Durant les fêtes de fin d'année 2016, le chalet des adhérents du Souvenir de la Résistance, sur la place du même nom,  ne désemplit pas...


    votre commentaire
  • Souvenir Français ! le gardien de notre mémoire

    Créée en 1887, une des plus anciennes association ; celle de Châtillon-sur-Seine tenait son assemblée générale dimanche 29 novembre devant une assemblée d'hadérents dont les membres diminuent d'année en année. Gilles Sirurey Président, a au cours de son rapport moral  fait un appel aux personnes de bonnes volonté à venir nous rejoindre, surtout la jeunesse laquelle si durement éprouvée ces derniers temps. A cet effet une minute de silence a été observée. Au cours de son rapport il a rappelé toutes les actions et cérémonies où le Souvenir Français a été présent. Ensuite Louis Demonte trésorer, nous a fait part de la trésorerie. Après un dépôt de gerbe au monument les personnes présentes étaient invitées pou le verre de l'amitié et de convivialité.

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français

    Assemblée Générale du Souvenir Français


    votre commentaire
  • Une exposition sur la déportation salle des Bénedictines

    Lors de l'inauguration de l'exposition, Michel Diey a prononcé une allocution, la voici :

    En janvier 1945, la population européenne, apprenait, en même temps que son existence, la libération du camp d’Auschwitz par les troupes soviétiques et découvrait les horreurs abominables qui avaient été infligées aux détenus. Petit à petit, au fur et à mesure de l’avance des alliés au cœur de l’Allemagne, d’autres découvertes, tout aussi horribles, étaient faites.

    Au printemps 1945, il y a 70 ans, c’est avec angoisse, que les parents des disparus sans laisser de trace, se mirent à espérer le retour des êtres chers, et tous les soirs on pouvait voir une foule nombreuse, attendre sur la place, l’arrivée du car Citroën, qui, peut-être, ramenait le mari, le père, le frère, ou tout simplement un ami, dont on était sans nouvelles, depuis de nombreux mois, mêmes plusieurs années pour certains.

    Tous les jours, des exilés rentraient : des prisonniers, des déportés du travail, et plus rares, des déportés politiques.

    Avec stupéfaction, avec horreur, avec incrédulité, on découvrait ces hommes et ces femmes qui avaient subi des persécutions, des privations que l’on croyait d’un autre âge. Ils étaient tous amaigris, tristes et joyeux à la fois. On avait de la peine à reconnaître la plupart des déportés, véritables spectres, certains étant encore vêtus de leur costume de bagnards.

    Dès son arrivé au pouvoir en 1933, Hitler et ses complices, voulant juguler toute opposition, ouvrirent des camps, appelés en un premier temps : camps de travail, qui furent tout d’abord réservés à des citoyens allemands.

    Puis le même régime fut appliqué dans les pays successivement conquis par les troupes allemandes :

    l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Pologne, et presque toute l’Europe de l’Ouest occupée, dont la France, en 1940.

    Aux camps de travail furent ajoutés les camps de concentration, puis les camps d’extermination, le plus célèbre étant Auschwitz, plus spécialement appelé à détruire complètement le peuple juif.

    Les déportés ne savaient pas ce qui les attendait. Ils servirent de main d’œuvre à bon marché pour les industries de guerre nazies dans des conditions que l’on a peine à imaginer : la faim, le froid, les privations de toutes sortes, les coups… la mort appliquée sans jugement et suivant l’humeur de leurs tortionnaires

    De nombreux résistants et résistantes du Châtillonnais eurent à subir ce sort impensable, une statistique, malheureusement incomplète, nous donne 89 déportations dont 6 femmes. 40 ne sont pas revenus, ainsi les 12 Juifs (hommes, femmes et enfants) établis dans la ville depuis des décennies et qui furent arrêtés en 1942/43, suite aux lois du gouvernement Pétain.

    Le premier résistant arrêté semble être Henri CHAMBON, de Montigny-sur-Aube, père de 5 enfants, arrêté le 7 octobre 1941, il était passeur de prisonniers évadés et membre d’un réseau de renseignement. Son martyre durera plus de trois ans, puisque son décès est survenu en janvier 1945 à Oranienburg.

    Une rafle importante fut opérée à Châtillon en mars 1943. Madame TUPIN, Edmond QUESNOT, Maurice BILLOTTE, René BILLEBAULT, les frères DROUIN, Paul GALLAND, Louis HEZARD, notamment, ont été arrêtés à cette époque. Puis une dizaine d’autres en octobre

    En 1943 après la destruction du maquis Valentin Balzac, certains, comme André BLONDEAU furent pris en tentant de forcer un barrage. Des arrestations individuelles eurent aussi lieu jusqu’en juillet 1944 comme les abbés GARNIER et VAN HECKE, arrêtés le 31 juillet 1944.

    Quelques survivants, comme Raymonde CERCLIER, de Nod, morte en étant rapatriée par la Suède, n’eurent même pas la joie de revoir la Patrie. D’autres moururent d’épuisement dans les semaines et les mois qui suivirent.

    A leur retour, plusieurs eurent la douleur d’apprendre la mort de proches parents : Roger PARPETTE, dont le fils Henri a été tué à la Forêt le 10 juin 1944 ; Louis HEZARD, dont le frère Gilbert, du groupe Tabou, a été fusillé à Chaumont le 14 janvier 1944 ; Lucien DROUIN, André BLONDEAU, Henri VANEY, dont les frères Louis, Henri et Rémi ne sont pas rentré des camps de concentration.

    La haine doit nous abandonner mais pas le souvenir. Aujourd’hui, alors qu’il ne reste dans notre petite patrie qu’un seul survivant de cette tragédie, André BLONDEAU, dans un monde où sévissent encore ces pratiques déshonorantes pour l’humanité, il est heureux que des jeunes aient pris le relais pour conserver la mémoire de cette époque. C’est bien volontiers que nous leur apportons notre aide.

    Nous ne pouvons que les remercier et les féliciter et j’espère que de nombreuses personnes viendront voir cette exposition, due en grande partie à la collection d’Edmond QUESNOT, rescapé d’Oranienburg-Sachsenhausen, et donnée à la ville par son épouse.

     

     


    votre commentaire
  • René Drappier était à la cérémonie.

    C'est par un temps bien gris et une température rafraîchie, que le Comité FNACA a commémoré tout au long de l'après midi comme il en a l'habitude dans les communes environnantes, la fin de la guerre d'Algérie et se recueillir en souvenir de ceux qui sont morts durant le conflit et d'avoir une pensée pour ceux qui nous ont quittés depuis.

    Cette fin de conflit fut signée le 18 mars et prit effet dès le lendemain : le 19 mars1962. Notre ami, Président de notre comité, n'a pas oublié de nous le rappeler.

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien

    Commémoration par la FNACA de la fin du conflit algérien


    1 commentaire
  • Christian Marchand m'envoie quelques images de la dernière réunion de la FNACA.

    Cette réunion avait pour but de résumer l'ensemble des manifestations, de prévoir celles à venir, et de nommer les membres du bureau pour la bonne marche du Comité.

    Quelques images de la dernière réunion de la FNACA

    Quelques images de la dernière réunion de la FNACA

    Quelques images de la dernière réunion de la FNACA

    Quelques images de la dernière réunion de la FNACA

    Quelques images de la dernière réunion de la FNACA


    1 commentaire
  • René Drappier a assisté à l'Assemblée Générale du Souvenir Français, il m'envoie son texte et ses photos.

    Dimanche 8 décembre avait lieu salle Japiot de la Mairie L'AG du Souvenir Français.

    Gilles Surirey, Président dressait le bilan de l'année écoulée et présentait  les projets de l'année à venir.

    Monsieur Demonte trésorier présentait les comptes de l'association adoptés par les adhérents.

    Une série de diapos nous expliquait les fonctions du Souvenir Français  et nous montrait les réfections de nombreuses tombes d'anciens combattants Morts pour la France et la réfection de certains monuments aux morts de la ville et de la région.

    Sans oublier de souligner l'importance de cette association et d'essayer de  transmettre à notre jeunesse qui, elle aussi, aura à réfléchir et porter haut et fier le sacrifice de nos malheureux, anciens parents, morts pour garder cette liberté qui nous est si chère.

    C'est pourquoi  l'Association tend la main et fait appel à notre belle jeunesse.

    Monsieur le maire remettait à quelques adhérents une médaille en reconnaissance pour leur dévouement.

    Voici en quelques photos le déroulement de cette Assemblée Générale.

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français

    L'Assemblée Générale de l'Association du souvenir Français


    votre commentaire
  • Quelques photos de l'Assemblée Générale des Volontaires de Côte d'Or, transmises par René Drappier, avec son commentaire:

    Dimanche 19 octobre l'Association des Volontaires de Côte-d'or avait choisi le village de Massingy pour y tenir son Assemblée générale, sous la Présidence de Jean Robert Bazot entouré de son bureau.

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

    A la suite de son compte rendu il a demandé à l'assistance d'avoir une pensée toute particulière aux disparus,et aux malades de l'association. Monsieur le Colonel Rondy qui honorait cette AG fit une allocution. Monsieur Jeremy Brigand, Maire du village, avec des mots remplis de sympathie disait combien il était  heureux de recevoir cette association.

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

     Pour terminer, les adhérents, les porte drapeaux et une partie de la population se sont rendus au Monument aux Morts de la commune, où a eu lieu l'Appel aux Morts et un dépôt de Gerbes.

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

    L'Assemblée Générale de l'Association des Volontaires de Côte d'Or

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique