•  Encore quelques photos des sabots de Vénus de notre forêt Châtillonnaise..mais cette fois en mai 2011.

    Certains pieds ont encore des fleurs en bouton..

    Sabots de Vénus

    Sabots de Vénus

    D'autres sont très fleuris, quelle beauté !

    Sabots de Vénus

    Sabots de Vénus

    Nous avons trouvé un jeune pied qui n'était pas là l'an dernier..avec à la base des feuilles un "crachat de coucou"...(rien à voir avec l'oiseau ! ce ne sont que les excréments liquides et mousseux de la larve de la cicadelle spumeuse ..)

    Sabots de Vénus

    Sabots de Vénus

    Les fleurs de ce pied commencent à faner...

    Sabots de Vénus

    J'espère que les graines pourront donner d'autres pieds de sabots de Vénus, une espèce si rare et si protégée dans notre châtillonnais..

    Sabots de Vénus

    Pour des passionnées de nature, que de   beaux souvenirs photographiques de notre si belle orchidée Châtillonnaise, à rapporter à la maison...

    Mes amies  ne se sont pas privées de "mitrailler" (de loin ! ) ces fleurs exceptionnelles... comme je les comprends ,puisque j'en ai fait autant !

    Sabots de Vénus

    Sabots de Vénus

     A l'année prochaine...

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)

     


    1 commentaire
  • Madame Marie-Geneviève Poillotte nous a présenté , le 7 Février 2011, une très belle conférence sur "les orchidées sauvages du futur parc National entre Champagne et Bourgogne" , dans le cadre des conférences proposées par l'Association Culturelle Châtillonnaise.

    -Plantes sauvages de nos forêts

    Cette conférence fut superbement illustrée par les photos de son époux François Poillotte.

    Les orchidées

    Madame Poillotte nous présenta tout d'abord l'espèce "orchidée" , orchidée que nous connaissons tous , que nous pouvons acheter chez les fleuristes.

    Les orchidées

    Ces orchidées sont originaires des pays chauds, ce sont souvent des lianes.

    Mais celles qui nous intéressent, ce sont les nôtres, celles, plus modestes, mais tellement belles, qui peuplent nos massifs forestiers châtillonnais.

    Voici les différentes parties d'une fleur d'orchidée:

    Les orchidées

    Morphologie d'une fleur d'épipactis de Müller, marais du Cônois

    Les orchidées de notre Châtillonnais sont des orchidées dressées. Leurs organes souterrains sont
    - soit des tubercules (en fait des racines tubérisées gorgées d'éléments nutritifs) souvent au nombre de deux de forme ovoïde;
    - soit des rhizomes ou tiges souterraines charnues (présence de réserves);
    - soit des pseudobulbes fréquents chez les espèces tropicales."

    La reproduction des orchidées demande souvent un agent extérieur (mais certaines sont autogames).Cet agent de pollinisation peut être:

    -le vent

    -les insectes que l'orchidée attire par ses couleurs,son parfum, son nectar sucré.Parfois la fleur d'orchidée est un "leurre" pour l'insecte qui croit retrouver son partenaire !

    les graines sont très fines, elles sortent des capsules et le vent les disperse. Elles sont sans nourriture, composées d'un embryon enfermé dans une sorte de grillage. Comme elles manquent de nourriture elles se feront aider par un champignon microscopique qui leur apportera les éléments nécessaires à leur germination.

    Certaines orchidées sont sans chlorophylle... l'orchidée sera dite mycorhizée.

    Les orchidées

    L'épipactis des marais est inféodé aux marais humides.Dans le Châtillonnais , on la trouve surtout dans les marais en pente.Ici la pollinisation par une mouche.

    Les pigments qui composent les couleurs des orchidées dépendent du sol et de la lumière: leurs tons sont violets, roses, pourpres.Les feuilles sont vertes ou tachetées.

    Voici la plus belle de nos orchidées châtillonnaises: le sabot de Vénus :

    Les orchidées

    Le sabot de Vénus est sans conteste l'orchidée emblématique de la Montagne Châtillonnaise qui en compte plus d'une trentaine de stations.

    Les orchidées

    L'ophrys litigieux affectionne particulièrement les marnes calcaires de la cuesta Châtillonnaise.C'est l'une de nos orchidées les plus précoces.La floraison intervient dès la mi-mars.

    Les formes des fleurs sont belles et souvent très originales, une espèce est appelée "l'homme pendu", une autre "militaire", celle-ci ne ressemble-t-elle pas à un petit bonhomme ?

    Les orchidées

    L'ophrys mouche: si la plante peut atteindre 40cm de hauteur, ses fleurs sont de très petite taille, de 1 à 5 cm.

    Certaines orchidées fleurissent par le bas, d'autres par le haut.

    Une trentaine d'espèces d'orchidées poussent dans notre Châtillonnais, elles étaient déjà connues des moines qui les cultivaient.

    Grâce aux très belles photos que m'a envoyées madame et monsieur Poillotte, annotées par eux (en bleu), et aux notes que j'ai pu prendre, j'espère avoir  rendu un peu compte de cette conférence passionnante.

    Des dizaines de photographies d'orchidées ont été projetées, toutes plus belles les unes que les autres, vous les retrouverez dans un livre des époux Poillotte, qui va être édité bientôt.

    Un ouvrage dont je vous signalerai la parution.

    Les orchidées

    Un ouvrage que tout amoureux des beautés du Châtillonnais devra posséder dans sa bibliothèque !

    Les orchidées

     Un représentant de la Direction du futur parc National "entre Champagne et Bourgogne" s'est montré extrêmement intéressé par cette conférence, comme d'ailleurs tous les auditeurs présents.

    Je signale que la Maison de la Forêt de Leuglay va proposer, au printemps, une "sortie-orchidées", je vous redirai les dates.

    C'est à une de ces sorties que j'ai participé l'an dernier (voir l'article dans le chapitre "faune et flore dans le Châtillonnais"), avec Sylvain Boulangeot qui connaît parfaitement la forêt de Châtillon et ses merveilles.

    Je vous encourage à participer à ces sorties, si vous avez aimé la conférence de Madame et Monsieur Poillotte.

    Il vaut mieux aller voir les orchidées avec un guide, car ces espèces sont souvent protégées, il ne faut pas piétiner les jeunes pousses.

    Soyons donc très prudents et attentifs durant nos promenades !


    votre commentaire
  • Guidée par Marie-France, une amie  de Villiers le Duc, je suis allée photographier les sabots de Vénus dans la grande forêt Châtillonnaise..
    Quelle joie de découvrir , grâce à elle,  ce magnifique ensemble de fleurs...

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

    Le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus), aussi appelé Sabot de la Vierge ou Soulier de Notre-Dame est une plante herbacée vivace de la famille des Orchidaceae (sous-famille des Cypripedioideae) qui se rencontre sur des sols alcalins.

    Notre Châtillonnais possède un micro-climat alpin qui permet à cette belle fleur de prospérer..

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

    Chaque fleur possède trois sépales et trois pétales. Les sépales, longs de 5 cm sont de forme lancéolée. Leur couleur varie entre brun rouge et brun chocolat. Les deux sépales latéraux sont soudés et pointent vers le bas sous le labelle tandis que le sépale central qui s'étend verticalement vers le haut prend la position opposée. Deux pétales assez étroits et souvent un peu torsés, sont de même couleur et forme que les sépales. Ceux-là sont disposés des deux côtés et entourent — bien écartés tout comme les sépales — le sabot jaune.

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

     Le sabot  naît par une transformation du troisième pétale, le labelle. Il est en forme de sabot ventru de couleur jaune paille parsemé de taches brunes, il atteint une longueur de 4 cm .

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

    La fleur du sabot de Vénus compte parmi les fleurs les plus grandes de la flore d'Europe occidentale, et possède la fleur la plus grande parmi les orchidées européennes.

     Très rare, c'est seule orchidée de la sous-famille des Cypripedioideae en Europe, elle est protégée.

    On ne la touche que du regard...

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

    Vénus, surprise pendant son sommeil dans la forêt aurait oublié son chausson d'or… dit la légende dans laquelle, l'histoire de la fleur protégée trouve son origine.

    -Des cadrans solaires en Châtillonnais

    Et voici mon guide,Marie-France à côté d'une touffe de sabots de Vénus..

    Marie-France  aime passionnément la nature et la vie..C'est chez elle ,sur le bord de la fenêtre, que les mésanges avaient fait leur nid...

    (documentation Wikipedia)

     

    -Le Général Guichard de Grancey sur Ource

     


    3 commentaires
  • Le Châtillonnais est riche en orchidées sauvages, certaines que l'on trouve au bord des chemins,d'autres qui sont bien cachées dans les sous bois..
    D'humbles orchidées comme les orchis,les ophrys,et d'autres plus prestigieuses comme le magnifique "sabot de Vénus",une espèce très protégée..
    C'est à la découverte de cette belle flore que nous a entraînés le jour de la Pentecôte,Sylvain Boulangeot, guide de la Maison de la Forêt de Leuglay...

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Sylvain était muni d'une Flore,très bien illustrée...Il pouvait ainsi nous montrer les photos des orchidées en pleine floraison ce qui n'était pas encore le cas sur le terrain.
    En effet, les semaines passées, particulièrement froides, n'ont pas permis la floraison idéale !

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    L'exploration a commencé par le bord des routes, où l'on trouve curieusement de nombreuses espèces comme les orchis dont les pétales ont la forme d'un "bonhomme",certains ressemblent à des militaires , à des hommes pendus !!

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Un orchis pourpre aux pétales en forme de "bonhomme de ribambelle"...

    -Les étangs des Marots

    D'autres orchidées n'ont pas de chlorophylle et dégagent une odeur peu agréable..en voici une, pas encore fleurie..

    -Les étangs des Marots

    Une autre, en simple bouton, à la base  des feuilles..

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    D'autres orchidées sauvages nous ont été présentées par Sylvain,je n'ai pas retenu tous leurs noms, certains seulement, car ils étaient un peu compliqués !

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Cette orchidée  c'est l'ophrys  "mouche",ses pétales sont en forme d'insecte..Merveille de la nature !

    -Les étangs des Marots

    Une orchidéee saprophyte sans chlorophylle..

    -Les étangs des Marots

    L'orchis " mâle" reconnaissable à ses feuilles tachetées..

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Une surprise : une orchidée hybride,mélange de deux variétés..

    Après avoir exploré  le bord des routes, nous sommes entrés  dans la forêt, à la recherche de la "star" Châtillonnaise , le fameux "sabot de Vénus"..

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Attention nous dit Sylvain: ne pas s'écarter du sentier,regarder où l'on met les pieds pour ne pas écraser les plantes !
    Ne pas cueillir non plus le "sabot de Vénus" qui est une fleur protégée...

    -Les étangs des Marots

    Voici un sabot de Vénus en bouton,plus loin nous en trouverons de plus avancés..

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Qu'elle est belle  et rare cette orchidée,elle mérite d'être bien photographiée !!

    -Les étangs des Marots

    -Les étangs des Marots

    Je ne suis pas aussi habile,et le soleil violent se reflétant dans l'écran,je ne voyais même pas ce que je photographiais, alors la photo n'est guère centrée  !
    Je préfère vous montrer  le "sabot de Vénus" ( photo de la Maison de la Forêt), en pleine floraison , vous pouvez voir la beauté de cette orchidée sauvage...

    -Les étangs des Marots

    Beaucoup d'autres plantes tapissent les sous-bois,nous avons vu des gentianes,et ce joli "sceau de Salomon" que j'aime aussi particulièrement..

    -Les étangs des Marots

    Ce fut une promenade enchanteresse, sous un soleil et une chaleur estivale !
    Que du bonheur ...
    En nous quittant, Sylvain Boulangeot nous a donné rendez-vous en automne pour l'écoute du  brame du cerf et la reconnaissance des champignons dont notre belle forêt Châtillonnaise est si riche.
    De bien belles explorations en perspective...

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique