• Le couvent des carmélites de Châtillon sur Seine fut fondé en 1622, grâce aux libéralités de Marie Duneau, veuve de Pierre Chazot, maître ordinaire de la Chambre des Comptes de Dijon, dans une propriété dont les bâtiments, répartis autour de trois cours, comprenaient notamment une chapelle et un corps de logis desservi par un escalier en vis.

    De 1625 à 1661, des achats successifs permirent d'agrandir le domaine du couvent.

    La construction, au fond de la cour parallèle à la rue du Bourg-à-Mont, d'un corps de logis comprenant une galerie de cloître et deux petits bâtiments en retour d'équerre est postérieure à 1633.

    La Révolution chassa les religieuses en 1792.

    En 1795, on y installa la mairie. Le bâtiment de l'infirmerie fut vendu en 1807 : l'acquéreur s'engagea à détruire la tourelle d'escalier donnant sur la cour du cloître.

    En 1820, la municipalité s'étant finalement installée dans l'ancien couvent des bénédictines, le couvent des carmélites fut vendu en plusieurs lots.

    Les anciens bâtiments conventuels, transformés en logements, comprennent encore deux galeries de cloître et des salles voûtées.


    votre commentaire
  • En 1706, en raison de la vétusté de la chapelle des Carmélites, il fut décidé de construire une église d'après un projet resté anonyme : l'avant-choeur (sous clocher) fut édifié en 1708, puis les travaux furent interrompus.

    Le projet fut repris en 1713 avec un nouveau devis établi par Nicolas Verniquet, arpenteur du roi.

    Il était prévu que l'église, accessible par un portail dorique, serait couverte de voûtes d'arêtes, ornée de pilastres ioniques, et flanquée d'un choeur pour les religieuses, tandis que seraient édifiés les trois galeries qui manquaient au cloître et un nouveau corps de logis (à l'emplacement de l'ancienne chapelle) .

    En 1718 les travaux étaient, semble t-il, achevés : le dôme de l'église était comparable, d'après les historiens de la ville, à celui du Val-de-Grâce.

    En 1820, la municipalité s'étant finalement installée dans l'ancien couvent des bénédictines, le couvent des carmélites fut vendu en plusieurs lots, mais le lot comprenant l'église n'ayant pas trouvé preneur, on décida, en 1821, d'y établir le tribunal.

    Les travaux d'aménagement qui opposèrent longuement les architectes Tridon et Chaussier s'achèveront seulement en 1842, ayant profondément transformé l'édifice puisqu'ils entraînèrent notamment la destruction du dôme et du clocher. Les anciens bâtiments conventuels, transformés en logements, comprennent encore deux galeries de cloître et des salles voûtées.

    L'église sert actuellement de réserves au musée municipal.

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique