• Jean Millot dans sa monographie du village d'Etais, évoque la vie "romantique" du  dernier seigneur du village : le Chevalier  Antoine-Ignace de Saint Belin.

    A l'invitation de" l'Université pour tous" ,il est venu nous conter, plus en détail , l'histoire de cette famille noble apparentée au célèbre naturaliste Montbardois , Georges Leclerc de Buffon.
    Il m'est difficile de résumer en photos cette conférence qui se passe dans un clair-obscur: le conférencier apparaît en effet en ombre chinoise ..mais on peut tout de même distinguer quelques  projections comme celle de la couverture de la si complète monographie d'Etais réalisée par Jean,après des années de recherches aux Archives Municipales...

    Croix Châtillonnaises

    Qui était donc cette famille "de Saint Belin" ?
    C'était une famille noble originaire de Champagne, de Biesles près de Chaumont.
    Cette famille acquit d'autres seigneuries comme celle de Fontaines en Duesmois,et d'Etais.
    Elle fit des mariages qui la rapprochèrent des Ducs de Bourgogne,par exemple par les sires de Mâlain.

    Croix Châtillonnaises

    Jean Millot fit défiler devant nous tous ces seigneurs depuis les années 1650,voici leurs armes:

    Croix Châtillonnaises

    Un des derniers seigneurs de Fontaines en Duesmois,François-Henry de Saint Belin Mâlain eut 12 enfants,l'un d'entre eux Antoine-Ignace de Saint Belin Mâlain est le héros de cette conférence,tandis qu'une de ses soeurs, Marie-Françoise, épousa le célèbre naturaliste Buffon, à Fontaines en Duesmois.

    Croix Châtillonnaises

    Antoine de Saint Belin Mâlain avait été élevé à Fontaines en Duesmois en compagnie de la fille d'un chirurgien, Anne-Françoise Riel..
    Arrivés à l'âge adulte, arriva ce qui devait arriver : Anne-Françoise mit au monde un garçon,reconnu  par son père,mais toujours caché,un "batard " en quelque sorte..(c'est le terme qu'on utilisait à cette époque)

    Le chevalier et Anne-Françoise ne se marièrent qu'après la mort de parents Saint Belin...en dévoilant qu'ils avaient un enfant Georges-Louis Nicolas mais en faisant croire que leur fils avait cinq ans ...alors qu'il en avait...seize !

    1771 - Reconnaissance de leur enfant. Et à cet instant messire Antoine Ignace de St Belin et dame Anne Françoise Riel ont reconnu comme né d’eux l’enfant cy présent qu’ils nous ont déclaré venu au monde le dix juin mil six cent soixante six et avoir été ondoyé à la maison le même jour. Le parain a été haut et puissant seigneur messire Georges Louis Le Clerc comte de Buffon, chevalier intendant du jardin du Roy, oncle de l’enfant du côté paternel,

    Le jour de sa reconnaissance à Villiers le Duc, l’enfant aurait eu 5 ans d’après cette fausse déclaration de naissance. En réalité il avait 16 ans.

    Voilà une des surprises qu'a eues notre conférencier lors de ses recherches aux Archives Municipales de Dijon : un secret de famille qui fut gardé bien longtemps,une conspiration familiale et même ecclésiastique  puisque de faux actes religieux furent rédigés !!!...

    Croix Châtillonnaises

    La seigneurie de Fontaines en Duesmois avait été vendue à un roturier Monsieur Morel,riche maître de forges de Villiers le Duc,c'est donc  au château de Villiers que fut réalisé le mariage de nos deux anciens tourtereaux (jolie histoire d'amour tout de même !) en présence du beau-frère du Chevalier,le grand Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon lui-même..

    Croix Châtillonnaises

    (l'entrée du château de Villiers le Duc)

    Buffon  qui se maria à Fontaines,vint assister au mariage de son beau-frère à Villiers le Duc ,Buffon ,le Montbardois ,connaissait donc et aimait le Châtillonnais !!

    Buffon s'était pris d'affection pour le petit "batard" ,reconnu sur le tard,j'ai trouvé ce détail sur Internet:

    Georges-Louis-Nicolas, vicomte de Saint-Belin, né en 1766* figure au testament de Buffon du 4 décembre 1787 : « .… Je donne et lègue à M. le vicomte de Saint-Belin, mon neveu et mon filleul, un diamant de la valeur de huit mille livres. »
    *né en réalité en 1755 !!

    Georges-Louis Nicolas de Saint Belin causa plus tard bien des ennuis à ses parents ...En effet,à la Révolution,  il émigra et  son père fut emprisonné pour cette raison,et ses biens confisqués (il faut dire que le château et les terres d'Etais  avaient été donnés à Georges en 1788...)..

    Pauvre Chevalier Antoine-Ignace de Saint Belin ,sourd,à moitié aveugle qui du fond de son cachot écrivit pétition sur pétition pour être libéré..

    Il le fut,rassurez vous,mais ne garda pour vivre que quelques bois seigneuriaux,la misère en somme..
    Il mourut à Châtillon sur Seine le 11 Janvier 1800...

    Jean Millot ,après cette conférence passionnante,répondit avec sa gentillesse coutumière aux questions du public sur cette histoire rocambolesque d'un seigneur Châtillonnais..

    Croix Châtillonnaises

    Croix Châtillonnaises

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique