• L'église de Marcenay

     L'église de Marcenay possède un clocher-porche  datant sans doute de 1773. L'église a été remaniée plusieurs fois, mais sa première construction, dûe à Brunon de Roucy, évêque de Langres, daterait du début du XIème siècle.

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Seul témoin extérieur de l'église romane, cette petite fenêtre de la nef.

    L'église de Marcenay

    Voici la nef de l'église . On s'aperçoit que les voûtes ont été refaites  au XVème siècle. Les parties romanes sont ainsi "masquées" par les parties plus récentes.

    Les piles carrées des piliers sont lombardes et d'époque romane.

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Les voûtes du XVème siècle, superposées aux voûtes romanes sont bien visibles ici.

    L'église de Marcenay

    Aux retombées des ogives du XVème, on aperçoit de curieuses figures :

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Dans le bas-côté gauche se trouve la chapelle de la Vierge.

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    De l'autre côté de ce bas-côté on aperçoit les fonds baptismaux . On voit bien ici la base carrée des piliers lombards :

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Dans le bas-côté gauche on découvre la chapelle de saint Vorles :

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Saint Vorles est évoqué par une statue :

    L'église de Marcenay

    Un buste-reliquaire :

    L'église de Marcenay

    Des plaques explicatives :

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Une bannière de procession :

    L'église de Marcenay

    L'histoire de Saint Vorles et de sa bilocation :

    La tradition dit que Saint Vorles, fils d'un roi de Bourgogne, aurait quitté la cour pour se livrer à sa vocation. Sa grande piété , ses hautes vertus et son humilité frappèrent le roi Gontran, dont il devint le conseiller et l'ami. Souvent le roi venait visiter Vorles dans son humble cure de Marcenay.

    "Un jour, dit le chanoine Aganon dans son homélie, le ministre du Seigneur, pour répondre au désir du roi, commença l'office solennel suivant l'usage. Mais après la lecture de l'Evangile, il parut s'assoupir, comme on rapporte qu'il arriva au grand saint Ambroise à l'heure du trépas de saint Martin. Cependant le roi et les grands qui l'accompagnaient, témoins d'un événement si singulier, ne pouvaient se dissimuler entre eux leur inquiétude et leur surprise. Mais aucun d'entre eux ne voulut se hasarder de parler au bienheureux prêtre. Enfin, après l'espace d'une heure environ, le serviteur de Dieu revenu à lui-même continua l'office qu'il avait commencé. Et lorsqu'il eut fini, le roi l'aborda pour lui demander ce qui était arrivé... Alors l'homme de Dieu lui raconta que l'ennemi du genre humain avait mis le feu dans une maison du village de Plaines, distant de Marcenay de quelques lieues, tandis que les habitants s'étaient rendus à Mussy pour y entendre le service divin, n'ayant laissé dans le village qu'un seul enfant en bas-âge. Saint Vorles ajouta que le Seigneur lui ayant fait connaître ce qui se passait, il s'était hâté d'obéir à ses ordres, qu'il avait retiré l'enfant des flammes et arrêté l'incendie.

    A ce récit, le roi, encore plus étonné, envoya sur les lieux, pour s'assurer du fait, des gens de sa suite qui constatèrent l'authenticité de tout ce qu'avait dit l'homme de Dieu "

     A la fin de sa vie, Gontran devint très pieux et  entra au monastère Saint Marcel de Chalon sur Saône. Peu après sa mort, il fut proclamé saint par son peuple.

    Voici un de ses reliquaires :

    L'église de Marcenay

    Au fond du chœur, un vitrail moderne nous rappelle le miracle de saint Vorles, miracle qui se nomme "la bilocation"

    L'église de Marcenay

    Dans le chœur de l'église, sous l'autel, se trouve une crypte voûtée  de la fin du VIème siècle, qui contient un  sarcophage dit "tombeau de Saint Vorles" de la même époque.

    Après une vie remplie d'abnégation et de dévouement,le "serviteur des serviteurs de Dieu" mourut le 26 juin 591. Son corps fut inhumé dans ce sarcophage où il resta jusqu'en 868, époque à laquelle l'évêque Isaac craignant les invasions normandes ( ce ne fut peut-être qu'un prétexte...) le fit porter à l'abbatiale du château de Châtillon sur Seine qui prit alors le nom d'église Saint-Vorles .( et non en 800 comme le dit la plaque vue plus haut.)

    C'est la photographie de cette église qui orne le haut de ce blog.

    L'église de Marcenay

    Une trappe, près de la sacristie, laisse voir, lorsqu'on la soulève, les restes de l'ancienne abside.

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    Quelques statues du XVIème siècle  ornent l'église .

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

    On a découvert près de l'église des sarcophages d'époque mérovingienne, on en a placé quelques uns dans la travée de gauche.

    L'église de Marcenay

    L'église de Marcenay

     

    (Des commentaires sur le thème de l'article seraient les bienvenus, ils me montreraient que ce blog vous intéresse et ils me donneraient envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


  • Commentaires

    3
    Jean -François
    Jeudi 6 Février 2014 à 22:24

    Bonjour,

    Merci de nous faire partager la riche histoire de notre belle région.

    L'histoire de St Vorles fait parti intégrante de Châtillon sur Seine!

    Il y a aussi à Marcenay en sortant de l'église à droite en bas de la rue en tournant à droite à nouveau et en remontant la rue un beau calvaire avec une statue de St vorles  et un enfant au niveau du socle (à voir!). 

    Amicalement, Jean-François Grenier

    2
    gti
    Samedi 14 Décembre 2013 à 14:35

    belles vues après renovation, a compléter par les plans des différentes époques de l'eglise, et quelques vues de l'ancienne chaire de l'eveque se trouvant dans les combles, avant la mise en place des différentes voutes.


    quelques vues de l'ancien baptistère avant la construction de l'eglise, soit avant 800 seraient les bienvenues cfreconservateur qui afait les relevés.


    préciser qu'il s'agit d'une des plus anciennes églises de bourgogne, lieu de pélerinages y compris de rois de france.

    1
    Mimosa01
    Lundi 22 Juillet 2013 à 09:28

    Je viens de découvrir votre site qui parle de l'église St Vorles  de Marcenay et de sa restauration.  C'est avec grand plaisir que je viens  de découvrir sa restauration. Merci pour ces belles photos. L'ayant visitée début des années 1990 lors d'un voyage pour de la généalogie (mon père est né à Marcenay en 1914 et a certainement été baptisé dans cette église) j'espérais vraiment cette restauration de l'église St Vorles. Un magnifique travail a été fait et j'espère bien que prochainement je pourrai à nouveau la visiter dans toute sa splendeur. Merci encore et je vais visiter un peu plus votre site car d'autres villages de mes ancêtres y figurent. Cordialement.

    22/7/2013

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :