• L'Eglise des Carmélites devenue tribunal...

    En 1706, en raison de la vétusté de la chapelle des Carmélites, il fut décidé de construire une église d'après un projet resté anonyme : l'avant-choeur (sous clocher) fut édifié en 1708, puis les travaux furent interrompus.

    Le projet fut repris en 1713 avec un nouveau devis établi par Nicolas Verniquet, arpenteur du roi.

    Il était prévu que l'église, accessible par un portail dorique, serait couverte de voûtes d'arêtes, ornée de pilastres ioniques, et flanquée d'un choeur pour les religieuses, tandis que seraient édifiés les trois galeries qui manquaient au cloître et un nouveau corps de logis (à l'emplacement de l'ancienne chapelle) .

    En 1718 les travaux étaient, semble t-il, achevés : le dôme de l'église était comparable, d'après les historiens de la ville, à celui du Val-de-Grâce.

    En 1820, la municipalité s'étant finalement installée dans l'ancien couvent des bénédictines, le couvent des carmélites fut vendu en plusieurs lots, mais le lot comprenant l'église n'ayant pas trouvé preneur, on décida, en 1821, d'y établir le tribunal.

    Les travaux d'aménagement qui opposèrent longuement les architectes Tridon et Chaussier s'achèveront seulement en 1842, ayant profondément transformé l'édifice puisqu'ils entraînèrent notamment la destruction du dôme et du clocher. Les anciens bâtiments conventuels, transformés en logements, comprennent encore deux galeries de cloître et des salles voûtées.

    L'église sert actuellement de réserves au musée municipal.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    kristof lecomte
    Jeudi 27 Mai 2010 à 20:45
    la maison principale existe toujours, même si la façade fut remanier dans un gout 19eme, elle se trouve au 3 rue des avocats, elle possède toujours une superbe cave certainement 16 eme et des fenetres murées coté rue du bourg où se trouvait l'escalier à vis extérieur (dans la tourelle) détruit après la révolution lors du partage (cette maison était orienté rue du bourg et non rue des avocats). Un puit existe encore à ce jour de cette époque. Les fenetres du toit de cette maison possède encore les ouvertures de cette époque et peut être sous les enduits à la chaux des murs. Je possède un chapiteau, à 4 feuilles trouvez lors de travaux dans le jardin... peut être un vestige de la chapelle si vous désirez d'autres informations je reste à votre disposition.
    1
    Roux Jacqueline
    Lundi 11 Mai 2009 à 12:00
    parmi tous ces couvents chatillonnais
    il en manque un : celui des Capucins.
    Chère Christiane venez le visiter. Il
    est habité et je me ferai un plaisir
    de vous recevoir.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :