• La biodiversité de l'Ource une nouvelle fois mise à mal à Thoires !

    Pierre Potherat vous communique :

    La biodiversité de l’Ource une nouvelle fois mise à mal à Thoires

    Vendredi 19 août, le SICEC, sous réserve d’une forte amende, a enjoint JL Troisgros, propriétaire du moulin du bas à Thoires, d’ouvrir les vannes de son bief afin de faire bénéficier le cours principal de l’Ource du « débit minimum réservé ». Cette notion de « débit minimum réservé » s’applique en période de sécheresse quand le débit des rivières atteint une valeur plancher déterminée par un « savant calcul » en un point donné du cours d’eau,

    (en l’occurrence, pour l’Ource, cette valeur plancher est obtenue du côté de Voulaines les Templiers). Les agences de l’eau recommandent, en cas de besoin, de faire bénéficier les cours d’eau principaux de la totalité du débit disponible afin d’y maintenir en vie la faune et la flore aquatiques.

    La motivation de cette mesure n’est pas mauvaise en elle-même puisqu’elle permet d’assurer une meilleure qualité de vie aux poissons et autres organismes situés dans la portion de cours d’eau concernée, mais sa mise en pratique est extrêmement critiquable car elle conduit à la mort certaine tous les organismes vivant aussi bien dans le bief que dansson chenal d’évacuation.

    Il faut bien prendre conscience que la vidange du bief et de la retenue d’eau située à l’amont d’un vannage ne procure une augmentation du débit de la rivière principale que le temps nécessaire à cette vidange, soit environ 24 h pour le plan d’eau et 24h supplémentaires pour abaisser la nappe alluviale de 50 à 60 cm.

    Si l’on se contentait de fermer la vanne du moulin, on obtiendrait le même résultat, au débit de fuite de la vanne près, soit au moins 95% du débit souhaité, et on éviterait une catastrophe écologique certaine en gardant un niveau d’eau appréciable dans le bief et dans le plan d’eau situé en amont du vannage. Cette disposition aurait l’avantage, en cas de tropforte montée de la température dans le bief, de permettre aux poissons de rejoindre la rivière principale.

    Pour information la température relevée le 5 août au niveau du vannage principal, coté amont, était de 13°9, en raison de venues d’eau fraîche (12°1) de la source de Thoires dontle confluent est situé à 100m en amont du vannage.

    Cette opération s’était déjà produite fin aout 2015 et avait conduit à la mort de dizaines, voire de centaines de poissons, aussi bien dans le bief principal que dans le bas bief.

    Cette année, quelques pécheurs de la commune de Thoires prévenus le jour de la vidange, ont exercé une vigilance dès le lendemain matin mais c’était déjà trop tard : une bonne dizaine de truites avaient péri dans des flaques d’eau dont quelques belles truites indigènes

    La biodiversité de l'Ource une nouvelle fois mise à mal à Thoires !

    A notre grande surprise, de nombreux chabots étaient, soit déjà morts, soit en voie d’asphyxie. Nous avons pu en sauver une bonne centaine, mais on peut considérer que sur tout le linéaire concerné plus d’un millier ont péri. (photos 3 à 6).

    Pour mémoire, les chabots qui vivent dans les eaux vives et fraîches sont des indicateurs d’un milieu aquatique de bonne qualité (eau et faune) et sont une espèce classée parmi les poissons vulnérables au niveau européen. La Directive européenne (Directive Faune-Flore- Habitat n° CE/92/43, Annexe 2) impose par ailleurs la protection de son habitat.

    La biodiversité de l'Ource une nouvelle fois mise à mal à Thoires !

    Des dizaines de lamproies ont pu également être remises à l’eau (photos 7et 8) mais un nombre au moins équivalent n’a pas survécu.

    Parmi les autres organismes morts, citons quelques épinoches ainsi que des mollusques d’eau douce.

    La biodiversité de l'Ource une nouvelle fois mise à mal à Thoires !

    Quelques brochets ont été vus dans les poches d’eau les plus profondes ainsi que des myriades d’alevins qui, si l’eau vient encore à baisser, ne survivront pas longtemps.

    Bilan de l’opération :

    -Une dizaine de truites mortes et probablement plus d’un millier de chabots

    -Des dizaines de lamproies, des épinoches ainsi que de très nombreux mollusques d’eau douce ont également péri

    -Une dizaine de brochets et des milliers d’alevins, piégés dans des petits trous d’eau, sont gravement menacés

    Cet inventaire, opéré en trois heures sur le site n’est pas exhaustif au regard de la faune aquatique et ne tient pas compte de la flore.

    Notons que le bief du lavoir de Vanvey, site touristique emblématique du parc des forêts de feuillus, qui avait été asséché en 2015, ce qui avait suscité un émoi considérable parmi la population locale, ne l’a pas été cette année et nous devons nous en réjouir.

    Il faut également ajouter que la retenue d’eau de Thoires est un site très prisé par les familles qui viennent s’y baigner en période de canicule, en particulier celles de Belan sur Ource, commune dont les ouvrages hydrauliques ont été détruits ces dernières années.

    En conclusion il apparait que le bief de Thoires n’est pas qu’un simple chenal d’amenée d’eau au moulin comme en témoigne la diversité de vie aquatique qui s’y est réinstallée en seulement deux ans. Afin que cette situation ne se reproduise pas à l’avenir, nous souhaitons qu’une réflexion soit engagée sur ce sujet par les pouvoirs publics et qu’une autre manière d’opérer soit mise en pratique à l’avenir.

    Thoires, le 21 aout 2017

    Pierre Potherat

    ICTPE retraité


  • Commentaires

    2
    jmb
    Mardi 29 Août à 06:34

    décidément, le SICEC est incurable: ils ne savent pas lire la loi (comme à Vanvey il y a 2 ans) et se permettent des c.....ies insupportables!!

    il va falloir refaire la révolution pour éliminer ces incapables...

    1
    Daniel t
    Dimanche 27 Août à 09:28

    A Thoires , comme dans beaucoup d'endroits on ne peut même plus noyer les technocrates qui ont pondu la loi sur l'eau !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :