• La peste à Marseille en 1720

     En complément de l'étude de Dominique Masson sur les microbes, voici une vidéo qui nous raconte l'arrivée de la peste à Marseille en 1720, et comment les autorités ont sacrifié la ville...et ainsi la France, au profit de leurs intérêts.

     Mon ami Eulglod me signale l'existence d'un "laisser-passer" qui a été délivré lors de l'épidémie de peste de 1720.

    Voici ce très intéressant laissez-passer, daté du 4 novembre 1720, en pleine épidémie de peste.

    Document officiel en parti manuscrit, attestant de la non contamination du porteur.

    "Nous Consuls du Lieu de Remoulin certifions à tous qu'il appartiendra que Alexandre Coulomb consul habitant de ce lieu agé de vingt huit ans d'une taille médiocre cheveux chatain part de ce lieu où il n'y a aucun soupçon de Mal Contagieux pour aller à Blozac [Blauzac, Gard]. Prions tous ceux qui sont à prier de lui donner libre, entrée & assuré passage. En foy de quoi nous lui avons accordé le présent certificat pour servir ainsi qu'il appartiendra. A Remoulin ce 4e Nbre mil sept cens vingt. Fabre Juge-Consul.

    Qui ajoute : "Veu bon pour aller à Bagnol [Bagnols-sur-Cèze] portant 400 filoselle [textile composé à partir de résidus de soie] fillée dans Remoulin, ce 26 Nbre 1720".

    Belles armes imprimées de la ville de Remoulins, en-tête : de gueules à l'ormeau arraché de sinople accosté de deux tours d'or, ouvertes, ajourées et maçonnées de sable, le fût de l'arbre accosté des inscriptions REMO et ULIN en lettres capitales de sable, posées en fasce entre chaque tour et l'arbre.

    La peste de Marseille, partie du port de la ville en 1720, fut la dernière grande épidémie de peste enregistrée en France. Elle se propagea rapidement en Provence et fit des ravages : presque un quart de la population mourut.

    La peste à Marseille en 1720

    Eulglod, m'envoie également  la trace de jugements expéditifs de l'époque, on ne badinait pas avec ceux qui n'avaient pas d'autorisation, ils étaient fusillés  !

    A notre époque nous  ne payons que 135 € ...
     

    La peste à Marseille en 1720

     

  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Mai à 09:55

    Bonjour

    L'histoire se repête et les intérets semblent toujours, helas, aux mêmes endroits.

    En 1720, à Marseille, il existait déjà une attestation de circulation et notre y ressemble terriblement. La grosse différence réside dans le montant de l'amende. Aujourd'hui c'est 135 Euros, à l'époque on était passé par les armes.

    Allez courage, Noël approche !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :