• Robert Fries a commenté deux affiches que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Les Journées Européennes  du Patrimoine se sont déroulées  samedi 18 et dimanche 19 septembre au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Cette année, le Musée a retenu pour thème l’Empire et Marmont.   Des pièces peu connues ont été exposées.

    Deux affiches ou "placards" ont récemment été acquises par les Amis du Musée à l'intention du Musée.  Elles ont été exposées à l'occasion des Journées du Patrimoine, et le resteront dorénavant dans la salle consacrée au Maréchal Marmont.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Robert Fries, Président des Amis du Musée,                                        les a commentées sous forme de deux causeries, suivies de discussions et d'échanges avec le public.

    La première causerie portait sur un  :

    Aperçu sur la "com" de  Napoléon Ier . Les faits et leur présentation officielle.  La bataille de Hanau (30-31 octobre 1813)

     Le document offert par l'AMPC est la reproduction sous forme d'affiche des "Nouvelles officielles de l'Armée Française", nouveau nom du "Bulletin de la Grande Armée"

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Ces "Nouvelles Officielles de l'Armée Française" étaient  des communiqués officiels, rédigés ou inspirés par l'Empereur.

    Robert Fries, en nous commentant ce que contient cette affiche, nous a montré que le génie de Napoléon Ier se manifesta surtout par son art de la propagande, bien avant la stratégie, la politique, l'administratif, et la diplomatie !

    Les communiqués officiels étaient publiés par le Moniteur Universel, puis envoyés aux préfets qui les faisaient imprimer par l'éditeur Mame, puis les placardaient dans tout le pays..En consultant ce document, on peut y lire les communiqués sur les campagnes napoléoniennes.

    Leur but est  de rassurer les français et leur insuffler la joie des victoires, d'impressionner les pays étrangers, de créer de l'émulation chez les généraux, et de laisser une trace écrite pour l'Histoire.

    Ces informations sont évidemment orientées pour donner une image favorable de l'Empereur.

    Cette affiche nous donne des détails sur la bataille de Hanau (30/10/1813) qui eut lieu à la fin de la Campagne d'Allemagne. Elle détaille les opérations, les noms des chefs.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Les généraux cités sont tous des inconnus, il n'y a pas de maréchaux sauf Bertrand (qui suivit Napoléon à Sainte Hélène)

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Chez les ennemis, apparaît un officier bavarois,  Karl Philipp von Wrede qui fut au service de la France  de 1805 à 1813.(la Bavière avait été conquise par la France, mais elle se joignit à la coalition des alliés contre Napoléon)

     Il avait été nommé Comte d'Empire, Grand Officier de la Légion d'Honneur par l'Empereur Napoléon Ier.

     Sur l'affiche on voit que le résultat  de cette bataille a été transmis par l'Impératrice-Reine et Régente...on comprend donc que le Régime est solide.

    Mais c'est surtout un message de propagande, en effet  on y lit que :

    -Tous les combats ont été victorieux

    -Les pertes sont limitées

    -L'Empereur est "entré" dans Mayence

    --L'empereur vainqueur est magnanime, mais bien qu"il ait été trahi par un homme "comblé de faveurs".

    Auguste Viesse de Marmont était à Hanau, il fut amer car sa valeur ne fut pas reconnue et, dit-il, "il en éprouva une vive affliction"

    La seconde causerie de Robert Fries porta sur le contenu de la seconde affiche, offerte au Musée par la Société des Amis du Musée (AMPC) :

    La reddition de Paris (31 mars 1814).  Un prologue à la soi-disant trahison de Marmont.

    Cette affiche donne les nouvelles officielles sur la situation de Paris le 5 avril 1814.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Elle comprend la proclamation du Général Schwartzenberg, la convention d'Armistice et la déclaration du Tsar Alexandre, empereur de Russie.

    La situation est la suivante :

    Napoléon est à Fontainebleau, Marmont et Mortier défendent Paris.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Joseph Bonaparte a quitté Paris, donc Marmont et Mortier sont autorisés à engager des pourparlers avec l'ennemi.

    Marmont négocie seul et signe la convention d'Armistice qui ouvre les portes de Paris aux Alliés de la coalition, le 31 mars à 10 heures.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Le tsar Alexandre précise que les Alliés ne négocieront plus avec Napoléon, et il demande au Sénat de former un gouvernement provisoire dont il promet de respecter la nouvelle Constitution.

    Marmont se retire  avec ses troupes (4 000 hommes) à Essonnes.

    Napoléon accepte les frontières de 1792, mais le Tsar refuse de traiter avec lui.

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    Le Sénat vote alors la déchéance de Napoléon, les soldats sont alors déliés de leurs serments de fidélité.

    Marmont conclut alors un accord verbal avec Schwartzenberg qui représente les Alliés (accord qui ne fut pas signé)

    Mais....Napoléon, à Fontainebleau, accepte l'idée d'une abdication conditionnelle, Marie-Louise serait Régente et son fils Napoléon II reconnu.

    Marmont est alors pris de stupeur, il se propose de rencontrer Schwartzenberg pour annuler ce qui avait été convenu, et il ordonne au général Joseph Souham de ne rien faire avant son retour.

    Mais celui-ci, de son propre chef, décide d'exécuter le mouvement des troupes vers l'ouest et se dirige sur Versailles  !

    Robert Fries a commenté deux affiches  que l'Association des Amis du Musée ont offertes au Musée du Pays Châtillonnais

    A 4 heures du matin, le Tsar est averti de l'abdication de Napoléon et que l'Armée adhérera.

    Mais la nouvelle de la marche des troupes de Souham sur Versailles fait tout capoter et le Tsar refuse alors l'abdication conditionnelle de l'Empereur.

    Le 6 avril, Marmont signe la convention de Chevilly, il prend tout sur lui et dégage ses subalternes, dont Souham, de toutes responsabilités devant la Justice Militaire.

    A la suite de cela,  Napoléon abdique sans condition...

    Conclusion de Robert Fries:

    -Marmont a ouvert des négociations avec l'ennemi à l'insu de son chef Napoléon, pour un militaire, c'est une trahison.

    -Mais pour un politique ??

    Car, dès le 30 mars au soir, Marmont a enlevé son uniforme de soldat et a agi en politique.

    Cette conférence nous a ouvert les yeux sur la soi-disant trahison de Marmont vis à vis de Napoléon, trahison que l'on appela "ragusade"du nom du titre de Marmont qui était duc de Raguse.

    Marmont n'était pas seul à avoir agi de façon "inconsidérée", il pensait sans doute bien faire, et c'est Jean Tulard, grand spécialiste du Premier Empire qui a raison :"Le vrai traître de 1814,c'est Souham ", ce n'est pas Marmont .


  • Commentaires

    1
    jenry
    Jeudi 23 Septembre à 09:57

    Quand je suis allé à Dubrovnic, ex Raguse, la guide m'a demandé ce que voulait dire ragusade et je lui ai répondu qu'à Châtillon-sur-Seine, ce mot n'existait pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :