• Un débat fructueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    L'AVENIR DES ETANGS DE LA FORÊT CHÂTILLONNAISE

    Après la divulgation par la presse de travaux sur les étangs de notre forêt Châtillonnaise, la révélation de la mise en assec des étangs Marot inférieur et Marot supérieur, la population du Châtillonnais s'est émue à juste titre.

    La Société Mycologique du Châtillonnais  a désiré avoir un débat avec les représentants de l'Office National des Forêts à ce sujet.

    Luc Lefray, président de la Société Mycologique a salué les participants venus très nombreux : Les membres de l'ONF, de l'Agence Régionale de l'Eau, des Maires de villages concernés,( le directeur du GIP  était absent, non excusé), des membres de sociétés  comme les  Amis du Châtillonnais, l'ARPHOC, Villages Anciens-Villages d'Avenir, la Société Archéologique , Bien vivre à la campagne etc...mais aussi de simples citoyens amoureux de notre si beau Châtillonnais.

    Un débat fructueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

     Marie-Geneviève Poillotte, Présidente d'Honneur de la Société mycologique du Châtillonnais a relayé les inquiétudes des Châtillonnais au sujet des étangs qui se trouvent entre le Prieuré du Val des Choux et Vanvey.

    Un débat fructueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    La récente vidange des étangs des Marots, vidange qui succède à celle de l’étang de Combe Noire au cours de l’été 2016 (Cet étang est la source essentielle de nos préoccupations, car si son effacement n'est pas prévu 'de jure"il le sera "de facto", par son comblement déjà entrepris faute d'entretien) et  à celle des étangs Narlin en 2005, a suscité des craintes relatives à la pérennité  des étangs du ru du val des Choux, fortement ancrés dans le patrimoine local puisque leur l’histoire remonte au moins au début du XIVème siècle.

    Ces craintes sont d’autant plus fondées que ces dernières années nombre d’actions ont été entreprises par les pouvoirs publics, sous couvert de la sacrosainte continuité écologique, contre des ouvrages pluriséculaires : vannages et biefs alimentant des moulins, des lavoirs, voire des scieries, des forges et autres fonderies, qui dans le Châtillonnais constituent une bonne partie de notre petit patrimoine. 

     Madame Poillotte a rappelé l'histoire très ancienne de ces étangs si chers aux Châtillonnais.

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

     La société Mycologique ayant également vocation à protéger l’environnement, est extrêmement sensible à toute atteinte contre celui-ci et souhaite avoir connaissance des travaux en cours et en suivre le bon déroulement.

    Elle souhaite également être force de propositions dans un secteur situé en cœur du futur parc des forêts de feuillus afin de rendre ce dernier plus attractif des points de vue touristique et environnemental.

     C'est Pierre Potherat, Vice Président qui a posé les questions relatives aux travaux sur les étangs, aux représentants de l'Office National des Forêts .

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    Ces questions étaient principalement relatives :

    • aux motivations liées à l’effacement des étangs Narlin en 2006 ? Aux résultats obtenus à ce jour ;
    • au choix de préserver les étangs situés à l’amont de l’étang Narlin (l’étang du val des Choux et celui proche de l’abbaye) ;
    • à la vidange de l’étang de Combe Noire, en 2016 et à son avenir.
    • aux engagements de l’ONF ou des pouvoirs publics, concernant les étangs des Marots, suite aux travaux qui leur sont consacrés et sous quels délais 

    Monsieur Eric Triboulet, Responsable Unité Territoriale à l'ONF a répondu à ces questions en commençant par la dernière. Il a expliqué le pourquoi des travaux sur les étangs "Marots inférieur" et "Marots supérieur" qui ont tant inquiété la population châtillonnaise, les promeneurs et aussi les pêcheurs.

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    L'aménagement du ru du val des choux, dont l'adjudication  des travaux avait eu lieu en 1811,  a été entrepris mais non achevé en 1842. Cet aménagement avait pour objectif de permettre le flottage à bûches  destiné à l'alimentation de Paris en bois de chauffage.

    Ces aménagements ont été interrompus et n'ont finalement que peu servi du fait de l'arrivée sur le marché du charbon d'origine fossile, acheminé désormais par canaux et par chemin de fer au milieu du XIXè siècle.

    Cet usage cessa donc, mais le ru et les étangs furent préservés, certains étangs ont d'ailleurs ensuite servi de pisciculture à partir de 1968.

    La pisciculture a cessé en 1973, les étangs sont devenus des lieux de promenade et de pêche.

    Ces sept étangs, disposés en chapelet, sont sans équivalent en France sur un si petit linéaire (5,5 km). Ils  représentent en outre une réserve d'eau importante sur les plateaux calcaires, et sont donc bien sûr à préserver.

    L’Office national des forêts (ONF)  qui est un établissement public français chargé de la gestion des forêts publiques, s'appelait autrefois "les Eaux et Forêts". Or l'établissement a perdu le terme "Eaux" dans son appellation....ce qui fait que ses fonctionnaires se sont désintéressés des étangs, des rus des forêts, ce qui est bien sûr un grand tort.

    L'ONF n'a donc plus entretenu les étangs pendant très longtemps, la végétation les a envahis, les souches sont devenues invasives, les vannages sont sont fortement détériorés;

    Heureusement avec l'apparition de nouvelles lois sur l'eau, l'ONF a repris en main l'entretien des eaux forestières. 

    Les inspections ont permis de s'apercevoir que des fuites importantes étaient apparues dans les digues, certaines avaient été "bétonnées" à certains endroits ce qui est une erreur car la digue est une masse de terre qui retient l'eau mais qui doit être souple et pouvoir bouger.

    Des fissures ont été aussi découvertes dans les vannages :

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    Il fallait donc absolument agir. un dossier pour demander la vidange a été validé par le Préfet. Des contacts ont eu lieu avec les maires, le Syndicat Mixte Sequana, la Fédération de pêche, la Région, le GIP etc...

    Les travaux ont pu commencer en novembre, ils coûteront cher mais ils sont indispensables. 80% seront couverts par une subvention de l'Etat, le reste le sera par du mécénat privé ( ceci dit par monsieur Triboulet pour rassurer les Maires déjà impactés par les baisses de leurs subventions)

    L'assec durera deux années, il faudra en effet, reminéraliser le sol, broyer, réparer les digues et les vannages.

    Conclusion : il ne faut pas avoir peur, il n'y aura pas dans l'immédiat d'effacement des deux étangs des Marots.

    Néanmoins la Société Mycologique s'inquiète pour le devenir de l'étang de Combe Noire qui se vide peu à peu, pourra-t-on le sauver ? son cas sera étudié après la remise en eau des Marots a répondu Eric Triboulet.

    La parole a ensuite été donnée à Bertrand Barré, membre de l'ONF, mais aussi de Natura 2000.

    Depuis 1990, Natura 2000 étudie la faune des étangs : lamproies de planer, chabots, truites fario etc... et bien sûr l'écrevisse à pattes blanches menacée par l'écrevisse américaine . 

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    Après une période difficile où l'écrevisse à pattes blanches a été fortement menacée par l'américaine, les choses se sont améliorées.

    Des comptages de nuit sont effectués, les écrevisses sont marquées, on peut donc voir que leur population augmente, tant mieux !

    La truite en particulier a vu sa population multipliée par 8 de 2006 à 2013. Tous ces résultats prouvent que la faune aquatique autochtone est capable de développer un cycle de vie complet sur un linéaire de 2,5 km.

    Sur cette carte on voit en jaune , les endroits recolonisés par les écrevisses à pattes blanches.

    Les lieux où se trouvent les écrevisses américaines sont indiqués en rouge, elles sont surtout dans les étangs des Marots, le vidage en aura fait sans doute disparaître un certain nombre.

    Hélas, voilà qu'une autre écrevisse, l'écrevisse "Signal" est arrivée...

    Il faut donc continuer de protéger notre écrevisse à pattes blanches . Savez vous nous, dit Bertrand Barré, que les cours d'eau du Morvan ne sont plus habités que par des écrevisses américaines ? un désastre pour la biodiversité.

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    La parole a été ensuite donnée à Thierry Naudinot, Président du Syndicat mixte Séquana, qui s'est substitué au SICEC. Ce syndicat nous a-t-il dit ne fait aucunement partie des actions de l'ONF sur les étangs, il a simplement aidé à monter les dossiers.

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

     Audrey Flores, directrice du Syndicat mixte Séquana a mentionné le résultat de la pêche qui a été effectuée aux Marots.

    Un débat frutueux, initié par la Société Mycologique, sur l'avenir de nos étangs, a eu lieu dernièrement

    Voici la faune aquatique qui a été pêchée aux Marots : des perches soleil (elles sont invasives et ont été éliminées), des truites, des chabots, des loches franches, des vairons. Les brochets ont disparu, mais le peuplement reste équilibré.

    Le débat s'est terminé assez tard, bien que de nombreuses questions prévues n'ont pas pu être toutes posées.

    Pour ma part j'ai eu l'impression que les Châtillonnais ont été rassurés sur l'avenir de leurs chers étangs, mais le devenir de celui de Combe Noire est à surveiller.

    Avant le débat, la Société Mycologique a projeté de bien belles photos d'espèces rares de fleurs que l'on peut trouver à Combe Noire : la populage des marais, l'épipactis des marais, la swertie vivace, la gentiane des marais, l'aconit napel, le senneçon à feuilles spatulées, la linaigrette à larges feuilles.

    C'est donc un lieu à préserver absolument. La Société Mycologique y veillera, soyez-en sûrs !

    (Merci à messieurs François Poillotte et Pierre Pothérat d'avoir relu  cet  article et d'y avoir apporté les éléments importants que j'avais oubliés )


  • Commentaires

    2
    jenry
    Mardi 30 Janvier à 16:21

    Merci beaucoup à la Société Mycologique d'avoir invité les Châtillonnais intéressés, voire inquiets, au sujet des travaux aux étangs des Marots.

    Mais je ne suis pas certain que les longues et techniques explications de l'ONF ont satisfait tous les auditeurs.

    1
    jmb
    Mardi 30 Janvier à 09:00

    merci pour ce compte-rendu car je regrettais de n'avoir pu participer à cette réunion!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :