• Une sympathique "cousinade" a eu lieu en Pays Châtillonnais, celle des descendants de la famille Gourbault

     Michel Diey m'envoie un fort intéressant article sur une "cousinade " qui a eu lieu en juillet 2017 dans le Châtillonnais, une cousinade qui a fait se rencontrer quatre-vingt dix personnes...et sur laquelle a plané l'esprit et le souvenir d'un compositeur français très célèbre : Camille Saint-Saens.

    Une sympathique "cousinade" a eu lieu en Pays Châtillonnais, celle des descendants de la famille Gourbault

    Le 3 octobre 1876 naissait Désiré GOURBAULT, 3ème d’une famille de 6 enfants. à Cloué, petit village de la Vienne, à 20 km au sud de Poitiers. Ses parents, comme la majorité des Français à l’époque, étaient des petits cultivateurs.

    En 1900, il monte à Paris et se fait embaucher à la construction du métro.

    Le 18 août 1877 naissait à Mussy-sur-Seine, Jeanne COLLIN, 3ème d’une famille de 7 enfants. Le père, Camille COLLIN, cousin germain du compositeur Camille SAINT-SAËNS, exerçait la profession de tailleur de meules en pierre pour les moulins. La mère, Marthe GILLON, était née en 1857 à Villers-Patras. Du fait de sa profession, Camille COLLIN se déplace souvent et toujours dans les villes où il y a un moulin. C’est ainsi que la famille arrive vers 1895 à Alfortville et le père travaille aux Grands Moulins de Paris.

    La mère de Jeanne décède à 43 ans en 1900, le père la suivra de peu puisqu’il décède en 1901, âgé de 55 ans. Jeanne se retrouve alors seule pour élever ses trois frères

    Henri COLLIN, frère de Jeanne, travaille aussi à la construction du Métro parisien. C’est là qu’il fait la connaissance de Désiré GOURBAULT, qui fera bientôt la connaissance de Jeanne, qu’il épousera le 16 septembre 1901.

     Le témoin de Jeanne est Camille SAINT-SAËNS, qui est très famille. Bien vite, quatre filles naîtront au sein de la famille GOURBAULT. Pendant la période 1900-1908, Camille SAINT-SAËNS rend visite régulièrement à Jeanne et Désiré, donne des conseils et aide financièrement le couple qui, en plus de ses 4 enfants, a aussi en charge les deux plus jeunes frères de Jeanne.

    Le 18 juillet 1908, SAINT-SAËNS achète à Villers-Patras, une petite ferme avec vignes et terres appartenant à la famille GILLON. Camille SAINT-SAËNS propose à Jeanne de venir habiter dans cette fermette, avec toute sa famille, ce qui se fera le 24 octobre 1908. Par la même occasion, Jeanne retrouve ses grands-parents, ils seront donc 10 à vivre ensemble.

    Camille SAINT-SAËNS lègue l’ensemble de la propriété à la famille GOURBAULT, le 19 décembre 1921. Baptisée la « GOURBAUDRIE », cette fermette est toujours propriété d’un membre de la famille.

    La famille continuera de s’agrandir et au final on retrouvera 10 filles et un garçon. Désiré, qui est d’un esprit assez blagueur, dit toujours : « J’ai 10 filles, elles ont chacune un frère ! ». « Ah, 20, quelle belle famille ! ».

    Plusieurs filles se marieront dans la région, d’autres et le garçon convoleront dans la Vienne terre natale de Désiré. Dans le Châtillon, ce sont les familles BERTRAND, GUYON, BERNARDIS, DIEY, HEZARD, LERUDE.

    La famille s’était retrouvée au complet en 1948, 40 ans après, pour fêter (avec un peu d’anticipation) les noces d’or des grands parents. Ajoutons qu’en 1928, Jeanne GOURBAULT s’était vue décerner la Médaille d’Or de la famille française.

    Samedi 8 juillet 2017, à l’initiative de plusieurs descendants des 2èmes, 3me et 4ème générations, 90 petits-enfants, arrières petits enfants, et arrières arrières petits enfants, ont participé à la cousinade GOURBAULT.

     (Michel DIEY)

    Portrait de Camille Saint-Saens, par Benjamin Constant :

    Une sympathique "cousinade" en Pays Châtillonnais, celle des descendants de la famille Gourbault

     Pour en savoir plus sur ce grand compositeur qui a aimé, en 1908, le Châtillonnais, au point d'y acheter une ferme pour sa famille :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Saint-Sa%C3%ABns


  • Commentaires

    1
    Françoise MOINARD
    Vendredi 25 Août à 16:21

    Cousinade que j'attendais avec joie, mais à laquelle nous ne sommes pas venus pour cause de soucis de santé ! Notre fille, notre gendre et notre petit Noah y étaient. Nous nous consolons avec de belles photos...

    Françoise MOINARD-LERUDE

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :