• "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Dominique Masson m'envoie un reportage qu'il a réalisé à la forge du Comte de Buffon, très bel endroit, témoin de ce qu'était la métallurgie bourguignonne du temps des Lumières.

    Stéphane Bern a décidé d'inscrire la forge de Buffon sur la liste des monuments à restaurer, dans son projet "Epiques Epoques", loto du Patrimoine, qu'il en soit remercié !

    Et merci aussi à  Dominique Masson pour son texte et ses photos.

      Le comte de Buffon et Stéphane Bern

    Ce titre pourrait être anachronique mais, à 250 ans d’intervalle, le second va théoriquement venir en aide au premier.

     Cette année, la Côte d’Or va célébrer les 900 ans de la fondation de l’abbaye de Fontenay, les 400 ans de la naissance du comte de Bussy-Rabutin et les 250 ans de la fondation de la Grande Forge par le comte de Buffon, à côté du village de Buffon.

     Né à Montbard en 1707, Georges-Louis Leclerc, devenu comte de Buffon en 1773, avait là son hôtel quand il n’était pas à Paris et se maria, à Fontaines-en-Duesmois, à Marie Françoise de Saint Belin Malain, en 1752. A partir de 1749, il fera paraître les premiers volumes de son « histoire naturelle ».

    Sur les terres de Buffon, à 6 kilomètres de Montbard, acquises en 1717 par son père, le comte de Buffon va réorienter son activité intellectuelle, abandonnant quadrupèdes et oiseaux pour l'étude de la minéralogie, de la métallurgie et fit construire, de 1768 à 1772, la Grande Forge lui permettant d’étudier, pour la Marine, l'amélioration des canons, et, pour lui-même, les effets de la chaleur obscure et les phénomènes de refroidissement ; les résultats de ses recherches alimenteront son œuvre scientifique, notamment au sujet de la création et de l'âge de la terre.

    Dès 1768, la forge produira des ferronneries et des rampes d'escaliers, en particulier la grande grille, toujours en place.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Animées par l'Armançon, des roues à aube vont apporter la force hydraulique nécessaire aux machines, comme les soufflets, les marteaux, le bocard et le patouillet.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Ce site peut être considéré comme l’une des premières usines intégrées : les lieux sont aménagés pour optimiser les étapes de la fabrication ; c’est la première fois que les trois étapes se font dans la même usine, mais dans des lieux bien distincts. On trouve ainsi côte à côte le haut-fourneau, l’affinerie et la fenderie.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    L’accès au haut-fourneau se fait par un escalier monumental, qui permettait aux invités de marque d'admirer les coulées de métal en fusion.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Outre les installations industrielles, le lieu renferme la maison du maître et les habitations ouvrières en un même espace. Autour d'une vaste cour rectangulaire, sont disposés les bâtiments d'habitation des ouvriers, la demeure du maître et des régisseurs ainsi que les remises et magasins de fer.

    Une boulangerie, un potager (transformé aujourd’hui en jardin) et une chapelle sont aussi accessibles aux ouvriers. Plus exceptionnel, une orangerie et un pigeonnier complètent l'ensemble.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

     Figures 8 et 9 : haut-fourneau, affinerie et fenderie ; en bas, la roue du haut-fourneau (© D.Masson)

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    En 1791, les bâtiments furent vendus.

    En 1860, ils furent rachetés par Roch-Joseph Guénin. En 1866, une crue exceptionnelle va mettre fin à l'activité sidérurgique qui est remplacée par une cimenterie jusqu'en 1923, date de la cessation de toute activité industrielle à la suite d'un incendie.  

    Ce sont les descendants de M. Guérin qui possèdent toujours la Grande Forge et qui, depuis 1978, l’ont ouverte à la visite.                                                                                               Les bâtiments ont été classés en 1943 et 1985.

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Mais la tâche est difficile pour entretenir de tels ensembles. Vendredi 4 mai dernier, madame et monsieur Veyssière-Pomot avaient convié une soixantaine de personnes pour lancer l’anniversaire de ce lieu historique, dans le cadre de l’opération «Epiques Epoques ».

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

    Après un exposé de monsieur Charles-François Champetier, président de l’association Hydrauxois, sur « l’hydraulique à Buffon », monsieur Jean Ponsignon a présenté le nouveau film qui sera projeté aux visiteurs.

    Madame Alix Mounier et  monsieur Xavier Spertini, photographe, ont ensuite montré deux applications pour découvrir à distance le site, l’une permettant une visite virtuelle à 360° et l’autre la découverte du site avec son smartphone par le biais d’une application « Balades en Bourgogne ».                                                        

    Enfin, M. Dominique Jouffroy a présenté les projets possibles de restauration car la Grande Forge est l’un des sites retenu par le « monsieur du patrimoine », Stéphane Bern, la Fondation du Patrimoine et le ministère de la Culture, au travers du loto du patrimoine.                          

    Sur 2000 propositions, 250 sites ont été retenus. Autour du Châtillonnais, en Bourgogne-Franche Comté, ont été retenus le château de Rochefort (Asnières en Montagne) et la Grande Forge de Buffon. Dans la région du Grand-Est, on trouve en Haute-Marne l’abbaye de Longuay (Aubepierre) et l’église Saint-Georges à Etourvy, dans l’Aube. En outre, le château de Bussy-Rabutin fait partie des projets « emblématiques » nationaux.

                              ( Dominique Masson)

     

    "Le Comte de Buffon...et Stéphane Bern",une belle étude de Dominique Masson

     Un article publié sur ce blog en 2009, avec d'autres photos , du petit musée par exemple :

    http://www.christaldesaintmarc.com/la-grande-forge-de-buffon-a757021


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :