• Visites et conférences avec l'association ARPOHC

    L'Assemblée Générale 2021 de l'Association des Riverains et Propriétaires d' Ouvrages Hydrauliques du Châtillonnais, autrement dit l'ARPOHC, s'est tenue samedi matin  28 août dans la salle des Fêtes de Chamesson.

    L'Association HYDRAUXOIS y a été associée.

    Après le repas pris en commun, une balade a conduit les adhérents sur le site de l'ancienne tréfilerie du village, appelée "Moulin des Esporves".

    Certains adhérents, venus de loin pour certains, ont été étonnés de découvrir la Seine ! eh oui, c'est bien une partie de cette eau qui coule à Paris leur a rétorqué, amusé, Christian Jacquemin....

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Christian Jacquemin, président de l'ARPOHC, a présenté aux adhérents, un panorama de la vie industrielle ancienne du Châtillonnais, forges, moulins....puis celle, plus moderne, qui a abouti à  Arcelor Mittal....

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Des bâtiments de la tréfilerie  de Chamesson, il n'existe plus rien, mais le site est magnifique.....

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Un dessin ancien, retrouvé par Jean Ponsignon dans de vieux documents conservés par la Bibliothèque Municipale de Châtillon sur Seine, nous montre cette tréfilerie.

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Visites et conférences avec l'association ARPOHC

    Jean Ponsignon, qui a écrit un livre très documenté sur son village de Chamesson, a expliqué aux adhérents de l'ARPOHC qu'en 1780 on trouvait près de Chamesson, à Ampilly le Sec, un haut-fourneau produisant de la fonte de fer à partir du minerai de fer, assez abondant dans le Châtillonnais.

    http://www.christaldesaintmarc.com/la-forge-d-ampilly-le-sec-a882232

    On utilisait alors le charbon de bois comme combustible, les forêts étant très abondantes à cette époque.

    Le fer sortant du haut-fourneau était impur, il fallait donc le forger pour en extraire toutes ses scories, en particulier les traces de charbon de bois qui s'y trouvaient..

    Puis les lingots de fer purifiés étaient conduits à la tréfilerie de Chamesson où l'on réalisait des fils de deux sortes : les uns à section  ronde, destinés  à la confection de clous, les autres  à section carrée destinés à la réalisation des pointes.

    Cette tréfilerie travaillait  le fer pour alimenter la pointerie, située à l'entrée du village.

     http://www.christaldesaintmarc.com/la-pointerie-de-chamesson-a893975

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Au retour de la balade instructive sur le passé industriel de Chamesson (les adhérents ont pu aussi visiter la pointerie en soirée), une conférence de Pierre Potherat sur l'histoire des rivières châtillonnaises, leur dégradation depuis une cinquantaine d'années a captivé les auditeurs (j'en parlerai demain) .

    De retour à la salle des Fêtes de Chamesson,  Charles-François Champetier, Président d'Hydrauxois,  a fait le constat de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire au sujet des ouvrages situés sur les cours d'eau.

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    Les Constats

    -Depuis 10 ans le ministère de l'écologie et ses organes administratifs reprochent aux moulins et à d'autres ouvrages d'être "sans usage" ce qui justifierait de faire disparaître leurs organes hydrauliques.

    -La loi climat venant d'être votée interdit la continuité écologique si elle contrevient "à un usage actuel ou potentiel" de l'ouvrage ("en particulier aux fins de production d'énergie")

    -Historiquement les ouvrages sont nés avec des usages correspondant  à la société de leur temps : produire de la farine, de l'huile ou du fer, servir à l'irrigation ou à la pisciculture etc...

    -Nous sommes donc amenés à nous demander : quels usages pour nos ouvrages au 21ème siècle ? Sont-ils simplement des propriétés privéespour des agréments privés, ou ont-ils d'autres fonctions utiles à la Société ou à l'Economie ?

    Les usages des ouvrages, quelques exemples :

    -Agrément : certes, c'est un usage personnel et familial, mais qui fait partie de l'évolution des mœurs. D'autres activités sont reconnues bien que fondées sur l'agrément(pêche, kayak etc...)

    -Habitats, faune, flore : "les écosystèmes anthropiques" abritent aussi de la biodiversité, certains sites sont des zones humides.

    -Production d'énergie : un enjeu à l'heure de la transition bas-carbone, encouragé par les pouvoirs publics (sauf certains qui deviennent minoritaires)

    -Gestion des crues : les ouvrages "tamponnent" (ralentissent) les crues par l'effet retenue et l'effet diversion

    -Gestion des sécheresses : les ouvrages préservent des lames d'eau en été, aident à la recharge des nappes et aquifères en hiver

    -Gestion des pollutions : Déchets récupérés dans les grilles, polluants sédimentés en retenue, alerte en cas de pollution aiguë.

    -Patrimoine culturel, technique et paysager : la mémoire des bassins versants, l'histoire du pays et l'identité des territoires, avec des animations, des visites parfois.

    -Activités économiques : hébergement, restauration, et tourisme, production alimentaire (farine, huile etc....)

    Puis il a lancé un débat entre les adhérents  :

    Quels sont vos usages et vos envies, quels sont les freins, comment pourrions-nous valoriser ces usages auprès  de différents publics, devons-nous prévoir une déclaration d'usage pour faire appliquer la nouvelle loi ?

    L'un des participants, qui réside près du moulin de Louis Pasteur, serait partisan de l'octroi d'un "label"...Une adhérente a évoqué la possibilité de création d'une "charte"...

    Visite et conférences avec l'association ARPOHC

    D'autres idées ont suivi...mais je n'ai pu les noter, car j'étais en train de faire dédicacer le livre de Pierre Potherat "si les truites pouvaient parler", par son auteur.

    Les adhérents d'ARPOHC et d'HYDRAUXOIS sont allés ensuite visiter la pointerie de Chamesson, et plus tard un joyeux barbecue leur a permis d'échanger au sujet des ouvrages hydrauliques dont ils sont tous des propriétaires passionnés...


  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Septembre à 10:20
    Eulglod
    Bonjour Bah non... C'est l'Yonne qui coule à Paris... Vous vous attendiez à ce que je le dise, c'est fait ! D'ailleurs, depuis le temps, l'erreur est admise... Bonne journée Eulglod
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :