• Souvenirs de Pierre Roy : les activités à Saint Germain le Rocheux

    LE MOULIN DE SAINT GERMAIN

    Il appartenait à monsieur Mariotte, il tournait pour le service des cultivateurs. Il approvisionnait le boulanger du village. Son commis, bâti en hercule, montait une bache de farine de 100kgs sur le dos par le chemin de la Mairie, il lui fallait gravir un raidillon de 200M, et plus de 500 m pour le reste du parcours. On ne voit plus un spectacle pareil.

    LA  FIEVRE APHTEUSE

    Dans le Châtillonnais, il y avait une dizaine de marchands de bestiaux, ceux-ci avaient des commis appelés maquignons qui parcouraient les villages et les fermes, touchaient, estimaient à vue d’œil le poids. Ils offraient toujours à un prix inférieur la qualité présentée. Souvent pas très scrupuleux , ils étaient qualifiés de « francs gurdots » (malhonnêtes)

    Parfois dans une localité, sévissait un terrible fléau : la fièvre aphteuse, maladie chez les bovins, caractérisée par l’inflammation des aphtes, faisant baver l’animal, l’empêchant de manger. Il finissait par dépérir et mourir. Aussi les gens de laissaient pas entrer dans leurs étables, ces gens qui apportaient ce virus à la semelle de leurs chaussures, avec leurs mains mal lavées. Les règles d’hygiène les plus élémentaires n’étaient pas appliquées.

    On leur criait de loin de ne pas approcher « Ne venez pas ici d’aveu votre cocotte (la fièvre) » leur disait Henriette Harnet ;

    Dans le temps il y avait eu un développement de la rage. Aussi les chasseurs tiraient les renards, principaux programmateurs de cette épidémie, dangereuse pour l’homme et mortelle pour les animaux.
    Depuis une dizaine d’années elle a fait sa réapparition. Il y a des moyens efficaces pour lutter contre.

    Les cultivateurs et les chasseurs sont-ils très vigilants.

    L’EAU à SAINT GERMAIN LE ROCHEUX

    Les habitants n’avaient comme eau potable que les citernes, les bêtes allaient aux mares, nourries par les pluies et les ruissellements, elles étaient immunisées.
    En 1891, l’eau pure fut installée dans la communes à des bornes-fontaines, abreuvoirs, lavoirs. Cette source était captée dans la vallée du Brevon, près du moulin, amenée à une station hydraulique appelée « bélier ». Ce « bélier » fonctionnait par une chute d’eau de 91 pour monter 1 litre d’eau à une hauteur de 90 m de dénivellation  sur 1km500, cela sans autre forme de force.

    Souvenirs de Pierre Roy : les activités à Saint Germain le Rocheux

    A cette époque, il n’était pas question de moteurs et pompes électriques, ça fonctionnait bien, ce n’est qu’il y a 30 ans que l’on a modernisé le système.

    Busseaut, Moitron et d’autres villages en possédaient.


    votre commentaire
  • Les souvenirs de Pierre Roy...

    Les souvenirs de Pierre Roy d'Aisey sur Seine sont terminés !

    Ils ont été appréciés par beaucoup de lecteurs qui m'ont demandé s'ils pourraient en avoir un album-papier.

    Oui, car les Amis du Châtillonnais  avaient publié ces récits envoyés à eux  par Pierre Roy en 1995, dans un superbe cahier, accompagnés d'une étude sur l'ancien château d'Aisey le Duc.

    Michel Diey peut tout à fait réimprimer ce cahier pour vous, si vous le lui demandez (au prix modique de 9 €)

    Envoyez lui votre commande à son adresse :

    michel.diey@wanadoo.fr

    Vous pourrez le retirer lors d'une des permanence des Amis du Châtillonnais Impasse du Raisin à Châtillon sur Seine., le jour qu'il vous indiquera.

    NB : il me reste quelques textes de Pierre Roy sur le patois et l'histoire du château d'Aisey le Duc, ce sera pour la rentrée, car après le 1er juillet, le blog, été oblige, ne fonctionnera pas très régulièrement.


    4 commentaires
  • Fête de la Musique 2017 à Châtillon sur Seine

    Les adorables danseuses de zumba au jardin de la mairie...

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    les talentueux musiciens de France Accordéon...

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    L'Ecole de Musique Municipale et sa musique dansante des Balkans...

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Fête de la Musique du 21 juin 2017 à Châtillon sur Seine

    Je n'ai pu malheureusement suivre la soirée de la Fête de la Musique...il faisait une chaleur torride sur la place de la Résistance, et victime d'un "coup de chaud" j'ai dû rentrer me rafraîchir.

    Dommage !


    2 commentaires
  • Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Après la visite guidée du MuséoParc d'Alésia, les membres de la Société Archéologique et Historique du pays Châtillonnais se sont rendus sur le site du lieu-dit "La Croix-Saint-Charles", à la pointe de l'oppidum d'Alésia.

    C'est là qu'ont lieu des fouilles très intéressantes sur le site d'un sanctuaire nommé Apollon Moritasgus.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Des membres de l'INRAP nous ont accueillis, nous avons ainsi pu retrouver Samantha  Heitzmann que nous avons rencontrée plusieurs fois pour des conférences à Châtillon sur Seine.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Bruno Chaume, Président de la SAHC, archéologue, chercheur au CNRS, nous a présenté son ami Olivier de Cazanove , Directeur du programme "Sanctuaire d'Alésia", Professeur d'archéologie Romaine université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Avec Olivier de Cazanove, nous partons visiter les fouilles  du sanctuaire dédié à Apollon Moritasgus. Le premier élément de ce nom est gréco-romain,  (Apollon) , le second gaulois (Moritasgus), ainsi que des thermes, divers bassins et bâtiments annexes.

    Ce qui montre que ce temple a été utilisé à partir du 1er siècle avant JC, jusqu'au deuxième siècle de notre ère.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Dès l’année 1898, des archéologues de la Société des Sciences de Semur en Auxois mirent à jour un ensemble de canalisations antiques dans la zone de la Croix Saint-Charles, sur la pente est du Mont Auxois.

    Emile Espérandieu, officier de carrière et archéologue reprit les fouilles  de 1909 à 1911 qui lui ont permis de dégager un temple, des thermes, divers bassins et des bâtiments annexes.

    La reprise des fouilles s'avérait souhaitable afin d'identifier les limites du sanctuaire, le fouiller extensivement et en restituer l'évolution. C'est pourquoi le programme "Sanctuaires d'Alésia" a été lancé en 2008 sous l'égide du ministère de la Culture-Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne en collaboration avec les universités de Paris 1,de Bourgogne et de Basilicate en Italie.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Olivier de Cazanove nous montre ici l'emplacement d'un "enclos à banquets gaulois". On y a trouvé des amphores vinaires, des céramiques, des potins et de très nombreux ossements d'animaux (porcs, boeufs, capriné, cheval).

    Entre la fin de l'époque gauloise et les premières décennies de notre ère, une route à cailloutis montait doucement d'est en ouest. On en voit encore des traces le long de ce mur.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Le sanctuaire s'est doté d'édifices monumentaux à partir du 1er siècle après JC..

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Le temple avait une forme octogonale, il était implanté au dessus d'une canalisation qui convoyait l'eau des sources par une série de drains jusqu'aux thermes situés en contrebas.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    On voit ici la fondation de l'angle sud-ouest du temple avec l'entrée de la canalisation.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Plusieurs sources en effet existaient sur le site : l'eau suintait à la base du talus.

    Ce qui incite à penser qu'Apollon Moritasgus  était un "sanctuaire des eaux" c'est la présence omniprésente des canalisations, des vasques et des bassins : une mise en scène complexe de l'eau qui évoque de la part des concepteurs du sanctuaire une probable intention symbolique et cultuelle.

    Malgré la sécheresse actuelle l'eau sourd toujours, les fouilleurs ont les pieds dans l'eau !

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Une parenthèse : de cet endroit des fouilles on voit, au loin, la si jolie cité de  Flavigny sur Ozerain. C'est à Flavigny qu'était basé le camp de César lors de la bataille d'Alésia.

    Olivier de Cazanove nous dit que Vercingétorix est peut-être venu au sanctuaire, il pouvait donc, sans doute, voir les ennemis romains en face !

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Nous voici près des thermes.

    Olivier de Cazanove nous révèle que ces thermes ne constituent pas un ajout périphérique du sanctuaire, car ils sont reliés au temple par la même canalisation majeure.

    Leur plan est un plan standard de thermes qui relève du type dit "axial semi-symétrique".

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Les thermes étaient associés au lieu de culte.

    A l'ouest se trouve la palestre, cour bordée de portiques d'où l'on peut descendre dans la piscine froide, puis au frigidarium par quelques marches Puis on accède au tepidarium (pièce tiède) puis au caldarium (pièce chaude)  qui dispose d'un sol suspendu sous lequel l'air chaud circulait (hypocauste).

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Le caldarium possédait trois baignoires

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Le laconicum (étuve sèche), de forme arrondie devait être recouvert d'une coupole.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Les fouilles successives ont mis à jour de nombreux ex-votos, comme ce pied que montre Olivier de Cazanove, trouvé en 1909 devant le porche du temple. Il portait en abréviation "v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito) "il s'est acquité de son voeu de bon gré comme de juste"

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    D'autres ex-votos nous montrent des enfants emmaillotés, des seins, des yeux de bronze (plus de 300 !) qui devaient être fixés par des clous dans la galerie périphérique du fanum.

    Ce qui n'implique pas, nous dit Olivier de Cazanove, que le sanctuaire d'Apollon Moritasgus avait une spécialisation thérapeutique, mais plutôt une demande de guérison, soit une demande, parmi d'autres, de ceux qui fréquentaient le sanctuaire.

    Visite des nouvelles fouilles d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Pays Châtillonnais (SAHC)

    Article sur la ville gallo-romaine d'Alésia, située sur l'oppidum :

     http://www.christaldesaintmarc.com/la-cite-gallo-romaine-d-alesia-a43591070


    votre commentaire
  • C’est Suzanne, la femme de Pierre Roy, qui parle :

    Le jeudi nous allions au caté à Rochefort (3 kms aller).

    Nous partions à 8 heures, ceux de la Communion, par tous les temps.

    On bavardait sur les chevreuils, les sangliers, les truites qui mouchent…la route paraissait moins longue.

    Souvenirs de Pierre Roy : le catéchisme à Saint Germain le Rocheux

    (l'église de Rochefort sur Brevon)

    Il fallait assister à la messe de 9 heures, ensuite c’était le catéchisme.

    On retrouvait les enfants de Busseaut qui par la route avaient fait leurs 5 kms. Puis c’était le retour, vers 11heures ½.

    Souvent nous invitions ces jeunes à nous raccompagner, c’était un sacrifice de leur part, car le parcours s’en trouvait rallongé. Ils évitaient le pays en passant à l’orée du bois.

    Parfois on flânait, il arrivait que ceux de Busseaut de fassent disputer par leurs parents de mettre si longtemps pour rentrer (13h et 14heures).

    C'était le cas du Boileau : son père l’attendait et lui dit « C’est ça l’heure de rentrer, t’ai faim ? », il lui ouvrit la porte de la soue à cochons, l’enferma et lui dit : »dîne d’aiveu lu ». une heure après, le père faisait déjeuner son gamin puni.

    La leçon n’avait pas servi à grand-chose, il aimait flâner…

    Le dimanche, nous devions être à la messe de 10 heures. Nous emportions dans un petit panier notre repas que nous prenions chez un habitant, car il fallait être présent aux Vêpres, le caté les précédait.

    Il y avait des dissipés, le grand Parthiot passait souvent la messe à genoux dans l’allée sur les dalles froides de l’église, ce qui ne l’empêchait pas de faire le pitre.On rentrait vers les 4 heures de l’après-midi.


    votre commentaire
  • 18 juin 2017 : C'est dans un cadre magnifique de notre jardin de la mairie de Châtillon-s-Seine, que Monsieur François Gaillard adjoint officiait cette cérémonie et dans un discours relata le 77e anniversaire de l'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940.

    Le 18 juin 1940, le général de Gaulle lance son célèbre appel à la résistance sur les ondes de la BBC  depuis Londres. refusant la capitulation de la France face à l'ennemi terrible nazi et lance son historique appel à continuer la lutte de la France libre.

    Quoiqu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

    Nous espérons que ces deux magnifiques enfants, accompagnés de M. Drezet en déposant leur gerbe  se souviendront de cette phrase et sauront continuer ce magnifique appel plus qu'historique.

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier

    La commémoration du 18 juin, vue par René Drappier


    votre commentaire
  •  La SAHC, cette année, a proposé à ses membres un voyage en deux parties.

    Première partie : visiter avec un guide le MuséoParc d'Alésia

    Seconde partie : se rendre sur le lieu des fouilles d'un sanctuaire "Apollon Moritasgus" situé à la pointe est du Mont Auxois.

    Nous arrivons devant le MuséoParc dont l'aspect a bien changé :les arbres ont bien poussé sur la terrasse supérieure !

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    En  2012 lors de l'ouverture :

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Pour parfaitement entendre notre guide nous avons reçu des audioguides très performants.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Avant de commencer la visite, quelques notions sur le bâtiment, sa structure, ses architectes Bernard Tschumi et Véronique Descharrières.

    Le bâtiment est conçu sur cinq niveaux de forme circulaire (rotonde de 15,5 m de hauteur, 53 m de diamètre) et recouvert d'une résille de bois de mélèze évoquant les ouvrages militaires romains et répondant à la démarche Haute qualité environnementale.

    Il est constitué notamment au premier étage d'une grande salle d'exposition à laquelle on accède par une rampe semi-circulaire et de plan hélicoïdal qui débouche sur une coursive annulaire.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

     

     le premier espace est consacré à « César écrivain » .

    Représenté sur un panneau de verre de 3 m de haut, il déroule un volumen d'où s'échappent des citations et lettres qui se transforment progressivement en soldats.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    On arrive ensuite à  "La galerie du combat " où les soldats gaulois et romains prennent progressivement la forme d'une haie de colosses.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

     On pénètre ensuite dans  un diorama du monde antique occidental à l’époque de la Guerre des Gaules  (cyclorama de plan elliptique peint sur toile).

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

      Des cartes nous expliquent la conquête de la Gaule.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

     L’armée gauloise et l’armée romaine nous présentent un mobilier archéologique et de reproductions d'armes, de boucliers...

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Une catapulte et un scorpion reconstitués :

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Le film du siège d’Alésia est présenté dans une salle de spectacle .

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Un Vercingétorix tel qu'on ne l'imaginait pas autrefois !

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Les armées en marche.

    A noter que devant l'écran un plan en relief s'illumine et montre les différentes phases de la bataille.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    La rédition de Vercingétorix :

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

     Un espace nous montre la preuve par l’archéologie  que c'est bien ici qu'eut lieu la bataille d'Alésia. En effet d'autres sites comme Alaise revendiquent la bataille, mais aucune fouille sur place n'a pu le démontrer. .

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    De longues-vues permettent d'observer le paysage d'Alesia à 360° au travers de la façade.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    C'est l’empereur Napoléon III qui a eu à coeur de démontrer qu'Alésia était bien à Alise Sainte Reine. Il a oeuvré à la redécouverte scientifique du site d’Alésia.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    On dit que les sculpteurs des statues de Vercingétorix  ont pris pour modèle ...Napoléon III...

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    La salle d'expositions temporaires abrite actuellement une bien jolie exposition :"Un gaulois dans mon cartable"

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Que de bêtises a-t-on fait paraître dans les manuels scolaires au sujet de la guerre des Gaules !

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Depuis la terrasse on a une belle vue sur les constructions récemment refaites, des reconstitutions des fortifications de César.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Vue de l'oppidum d'Alésia (aujourd"hui occupé par le village d'Alise Sainte Reine), où était retranché Vercingétorix et son armée.

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    J'ai visité le Muséoparc en 2012 lors de son ouverture, l'article ci-après donne plus de détails que je n'ai pas voulu redonner aujourd'hui.

    http://www.christaldesaintmarc.com/visite-au-museoparc-d-alesia-a45612402

    Les combats organisés au Muséoparc sont à voir !

    http://www.christaldesaintmarc.com/combats-de-legionnaires-au-museoparc-alesia-a58124091

    Après cette visite enrichissante, les 38 membres de la SAHC qui participaient à la sortie, se sont retrouvés dans un des meilleurs restaurants de l'Auxois : "Le cheval Blanc" à Alise Sainte Reine

     Délicieux repas, service parfait dans une magnifique salle...un restaurant à recommander !

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Visite du Muséo-Parc d'Alesia avec la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais

    Après ce délicieux repas, nous nous sommes dirigés vers les fouilles du sanctuaire d'Apollon Moritasgus, situé à l'extrémité de l'oppidum d'Alésia.

    Samedi 17 et dimanche 18 juin, avaient lieu les journées de l'Archéologie, aussi le site était ouvert au public.

    Le compte-rendu dans un prochain article.

     


    votre commentaire
  • Il y a quelque temps, une équipe d'ARTE est venu tourner un film au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Ce film s'intitule "L'énigme de la tombe celte".

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Au départ ce film ne devait évoquer que la tombe princière découverte près de Troyes à Lavau.

    En partant des objets trouvés dans la tombe, de leur analyse, et de la comparaison avec d’autres tombes découvertes ailleurs, les archéologues ont pu remonter le fil du temps et approfondir ce qu'il a été convenu d'appeler  le "phénomène princier" de l'époque Hallstatienne (époque du fer) entre 600 et 500 années avant notre ère.

    Les Celtes avaient des échanges commerciaux, artistiques, culturels, avec d'autres peuples d'Europe et jusque sur le pourtour méditerranéen, notamment la Grèce.

     « L’énigme de la tombe celte»  retrace ce qu'a pu être l’Europe où a vécu le  Prince de Lavau . Le documentaire apporte des réponses sur ce mystérieux personnnage.

    • Qui était-il pour mériter une telle sépulture ?
    • Quelles relations entretenait-il avec les peuples de la Méditerranée ?
    • Comment s’est constituée toute cette richesse ?
    • En quoi croyait-il ?
    • Que signifie le dépôt funéraire de sa tombe ?

     

    Mais ce film n'évoque pas seulement le "Prince" de Lavau, il présente un panorama sur d'autres tombes princières situées en Europe.

    Bien sûr celle de la princesse de Vix, ainsi que celle d'un autre prince, celui d'Hochdorf.

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Dans ce film, des conservateurs de musées français et allemands font également part de l'importance du commerce entre les sites princiers.

    Les réalisateurs du film "l'énigme de la tombe celte" étaient présents à Châtillon sur Seine, devant un très nombreux public, lors de la projection sur grand écran du film d'ARTE samedi 17 juin 2017.

    De gauche à droite :

    Jonas Rosales, scénariste, Bruno Chaume archéologue-chercheur au CNRS, Alexis de Favitski réalisateur du film, et Félicie Fougère Conservatrice du Musée du pays Châtillonnais-Trésor de Vix

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Trois images du film...(qui concernent Vix, je ne montre pas celles de Lavau car un lien en fin d'article permettra de voir les découvertes qui y ont été faites)

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    La reconstitution en image de synthèse du palais de la princesse de Vix sur le plateau du Mont Lassois a été fabuleuse !! voyez Bruno Chaume tout petit devant le palais !

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Le rempart présumé autour du Mont Lassois

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Les spectateurs ont posé de nombreuses questions auxquelles ont répondu:

    Bruno Chaume :

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Félicie Fougère :

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Jonas Rosales :

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    A noter la présence, à gauche, d'Hans de Klijn, directeur de l'INRAP grand Est.

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Alexis de Favitski :

    "L'énigme de la tombe celte" un superbe film d'ARTE a été projeté en public à Châtillon sur Seine, en présence de ses réalisateurs

    Ce film exceptionnel est encore visible en replay, ne le ratez pas !

    cliquez sur ce lien :

     http://www.arte.tv/fr/videos/066316-000-A/l-enigme-de-la-tombe-celte

    En compléments :

    Bastien Dubuis un des "inventeurs" du site de Lavau, est venu à Châtillon sur Seine il y a quelque temps, faire une conférence sur ses découvertes :

    http://www.christaldesaintmarc.com/le-prince-de-lavau-une-passionnante-conference-de-bastien-dubuis-arche-a126191720

    Une exposition réalisée par le Musée du Pays Châtillonnais a montré les ressemblances entre les tombes princières de Vix et de Lavau :

     http://www.christaldesaintmarc.com/prince-de-lavau-princesse-de-vix-souvenirs-d-une-superbe-exposition-au-a127385818


    votre commentaire
  • Une "nuit de l'agro-écologie" va être organisée à Marigny au G.A.E.C.Houdan

    La nuit de l'agro-écologie se déroulera à partir de 19 heures le 22 juin 2017 à la ferme du GAEC HOUDAN  située Hameau de Marigny 21400 CHATILLON SUR SEINE

    Venez nombreux échanger et partager un moment convivial autour de l'agriculture innovante.

    De nombreux thèmes y seront abordés : agriculture de conservation, macérations et épandage de plantes...

    Que vous soyez issus du milieu agricole ou simple citoyen nous vous espérons nombreux ! 


    votre commentaire
  •  Vendredi 16 juin, a eu lieu, au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix, le vernissage d'une bien sympathique exposition qui mettait à l'honneur Jean-François Chéreau, un habitant de Chamesson.

    Monsieur Chéreau, en 1970, a fait des fouilles dans le jardin de sa maison. Il a mis à jour une pièce en sous-sol desservie par un escalier intérieur, qui contenait cinq niches en plein cintre.

    Plus tard en 1984, les fouilles ont révélé une seconde pièce en sous-sol qui contenait des fragments d'un enduit peint aux couleurs vives...et des dessins d'oiseaux !

    Tout ce qui avait été trouvé lors de ces fouilles a été remis au Musée du Pays Châtillonnais et est resté longtemps dans les réserves...

    La Conservatrice Félicie Fougère a ressorti dernièrement tout ce "mobilier" et en a fait une bien jolie exposition qui sera visible gratuitement jusqu'au 9 juillet.

    Félicie Fougère, en présence de Jean-François Chéreau et de son ami Jacques Stréer, de Jérémie Brigand, Président de la Communauté de Communes, de Valérie Bouchard Conseillère Départementale, d'Eric Dudouet chargé de la Culture à la Communauté de Communes et d'Hubert Brigand, Maire de Châtillon sur Seine a présenté l'exposition.

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Jacques Stréer, a raconté son amitié avec Jean-François Chéreau qui date du temps des premières découvertes en 1970...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Monsieur Chéreau grand amoureux des Arts (il peint, joue du piano, collectionne...) a conté sa joie d'avoir pu mener des fouilles dans son propre jardin...

    Il a fait rire l'assistance, car il possède un humour tellement plein de jeunesse et de vitalité ! Bravo monsieur, vous êtes un exemple pour tous .

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Michel Lagrange a composé pour cette exposition un magnifique poème plein de sensibilité sur les oiseaux....oiseaux privés de lumière pendant un si long temps, et qui sont revenus à la vie...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Voici un extrait du superbe poème de Michel Lagrange. (le poème entier figurera dans le chapitre que je lui ai consacré)

    Je suis l’acteur qui fait renaître

    Un oiseau des siècles des siècles...

     Espérant qu’il ne succombera pas

    Aux éléments d’une terre étrangère

    Et d’un ciel inhospitalier,

    Je fais monter l’oiseau vers la lumière.

    Dans le faux jour d’une fresque inventée

    Par le besoin de vivre ailleurs,

    Un oiseau apparaît,

    Pour la première fois, perdu et retrouvé…

     Cet oiseau… quelques autres…

    Entre l’absolu de l’artiste

    Et la cécité du sous-sol.

     Illusion des temps confondus…

     L’oiseau dont je ne savais rien

    Se réalise et redonne à mes yeux

    La naïveté de l’enfance.

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Les visiteurs ont été très intéressés par cette exposition .

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Voici des fragments d'enduits qui ont gardé leurs fraîches couleurs depuis...sans doute le 1er ou le 3ème siècle de notre ère.

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Un oiseau :

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Dans le bulletin 2017 de la SAHC (que vous pouvez vous procurer à l'Office du Tourisme) le plan des fouilles de Chamesson est présenté, ainsi que le résumé de la fouille de 1989, réalisé par René Lesko.

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

     

    Histoire des fouilles de Chamesson :

    -En 1970, Monsieur Chéreau  découvre côté jardin, une pièce en sous-sol desservie par un escalier extérieur droit. Dans ce sous-sol apparaissent cinq niches couvetes d'un berceau en plein cintre, dans les murs Sud et Ouest.

    Les niches aménagées dans les murs pourraient être interprétées comme des "laraires" dans lesquelles  on plaçait les statues des divinités.

    -En 1984 eurent lieu des travaux d'assainissement dans la cour de la maison de Monsieur Chéreau. Ils mirent à jour  une seconde pièce en sous-sol. La SAHC acheva la fouille ouverte par Monsieur Chéreau.

    La pièce avait un sol aménagé au moyen de galets reposant sur un lit de terre sableuse. Elle était desservie par un escalier au bas duquel se trouvait une niche. Les archéologues y prélevèrent des fragments d'un enduit peint aux couleurs vives qui ne se rencontrent pas dans une simple cave de stockage. et des dessins d'oiseaux (d'où le nom "la cave aux oiseaux" )

    -En 1989 les fouilles furent reprises par Jean-François Chéreau et René Lesko. Ils mirent au jour deux escaliers. L'un menait à une pièce en sous-sol fermée par un mur derrière lequel descendait un second escalier.

    A l'Ouest de cet ensemble, ils observèrent une structure interprétée comme un four. La présence d'un enduit peint et de fragments de figurines en terre cuite blanche pourrait évoquer un usage cultuel de ces pièces.

    Voici des objets découverts :

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Quelle joie pour Jean-François Chéreau, "inventeur", de voir reconstituée une aussi belle pièce !! (lors de la découverte d'une chose enfouie dans le sol, "l'inventeur" de cette chose est la personne qui en a fait la découverte).

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Y aurait-il eu  du 1er au 3ème siècle une villa à Chamesson ? (une villa gallo-romaine est une exploitation agricole).

    En effet, déjà en 1966, à la faveur de travaux de voirie, on avait découvert à Chamesson une poignée de coffre en bronze :

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    et un sesterce de Néron :

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

    Une étude sur ces découvertes Chamessonaises a été réalisée :

    La cave aux oiseaux, une bien jolie exposition au Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix...

     J'avais rencontré Jean-François Chéreau il y a sept ans, car je voulais  admirer tous les tableaux qu'il peint depuis toujours, avec un très grand talent...

    Cliquer sur ce lien :

    http://www.christaldesaintmarc.com/jean-francois-chereau-peintre-a-chamesson-a1785571


    votre commentaire
  • Lors du vernissage de l'exposition de "La cave aux oiseaux", en hommage aux découvertes de Jean-François Chéreau auteur de fouilles à Chamesson, Michel Lagrange a offert à Jean-François Chéreau, et au public, un superbe hymne à l'oiseau sous terre qui renaît à la vie lorsqu'il revoit la lumière...

    "L'oiseau sous terre", un superbe poème de Michel Lagrange

     L’OISEAU SOUS TERRE

     

    Énigme à demi-effacée…

    Avenir d’autrefois…

    Rêve d’une ombre ensevelie…

     

    La vie attend sous terre

    Une exultation qui la justifie

    Et la métamorphose.

     

    Innocence et mystère…

    Une espérance,

    Un frémissement se souvient…

     

    Le temps s’est arrêté,

    Le temps qui vieillit dans nos caves

    Et qu’on oublie,

    Jusqu’à ce qu’il se fasse entendre…

     

    Quelques pierres… un décor… des rinceaux de couleurs…

    Un oiseau s’impatiente…

     

    Hantée de souvenirs et de pressentiments,

    Ma maison a connu, certains jours, des frissons

    Que l’oiseau seul expliquera, plus tard…

     

    Quel temps fait-il continûment sous terre ?

    Une nuit d’exil écrasant,

    Plus bas que ciel… plus haut que terre…

     

    Enfin, la découverte au bout de mes tâtonnements…

     

    Le tremblement du temps qui se délivre…

    Le regard d’un oiseau rattrapé par la vie…

     

    Entre chaos et sauvegarde,

    Une œuvre d’art,

    L’accord silencieux de la terre et de l’esprit.

     

    Je suis l’acteur qui fait renaître

    Un oiseau des siècles des siècles...

     

    Espérant qu’il ne succombera pas

    Aux éléments d’une terre étrangère

    Et d’un ciel inhospitalier,

    Je fais monter l’oiseau vers la lumière.

     

    Dans le faux jour d’une fresque inventée

    Par le besoin de vivre ailleurs,

    Un oiseau apparaît,

    Pour la première fois, perdu et retrouvé…

     

    Cet oiseau… quelques autres…

    Entre l’absolu de l’artiste

    Et la cécité du sous-sol.

     

    Illusion des temps confondus…

     

    L’oiseau dont je ne savais rien

    Se réalise et redonne à mes yeux

    La naïveté de l’enfance.

     

    Un oiseau, contemporain de mes jours

    Autant que du peintre appliqué

    Au panneau sans bruit de ses fresques.

     

    À mes questions, l’oiseau répond

    À hauteur d’homme.

     

    Un souffle issu de mon passé

    Devient mon avenir,

    Comme si les événements de ce lieu de ma vie

    Ne se succédaient pas,

    Mais demeuraient contemporains,

    Simultanés, heureux que nous nous retrouvions

    Ici et maintenant.

     

     Le paradis tient tout entier

    Dans l’oiseau qui regarde un homme

    En train de lui redonner vie.

     

     Un homme, à revoir l’éclat d’une étoile éteinte,

    Acquiert profondeur et vertige.

    Il est réinventé.

     

     A cappella, l’oiseau qui se met à chanter

    Contient les chants de toutes les époques.

    Il est mémoire… oubli… résurrection.

    Un nouveau temps commence…

     

    Un oiseau, les oiseaux sans nom

    Qui font d’un arbre un pays de non-lieu,

    Alors que se fait oublier

    La nuit pesante et sans couture.

     

    Oiseau que l’ankylose a failli pétrifier,

    Mais qui reçoit de la curiosité solaire

    Une envie d’envol à nouveau…

     

    Ainsi pactise un soleil aujourd’hui

    Avec l’Antiquité d’un village en Bourgogne…

     


    votre commentaire
  • LES LAVANDIERES DE SAINT GERMAIN

    Les habitantes du village faisaient leurs lessives une fois par mois. Elles allaient au lavoir avec une brouette.

    Lorsqu’il n’y avait pas d’eau, elles avaient recours au minuscule lavoir de la route de Châtillon-Rochefort, ou à celui de Busseaut en bas de la côte de Saint Germain (2km), d’un bon débit.

    Vers 1920, les lavandières de la ferme étaient descendues en voiture avec le chargement de lessives. La voiture reviendrait le soir pour remonter ces personnes.

    A midi, Suzanne (ma future femme ) alors âgée de 7 -8 ans devait porter le déjeuner aux laveuses dans un panier : pain, fromage, vin ainsi qu’une timbale à réchauffer sur un feu de bois dans un coin du lavoir.

    Elle était arrivée à 200 mètres du lavoir encore caché par les buissons, lorsqu’elle vit détaler sur les pentes de Busseaut un gros chien , elle prit peur en pensant, comme le petit chaperon rouge, que c’était un méchant loup.

    Elle fit demi-tour se sauva à toutes jambes au pays. Elle n’osa pas rentrer à la ferme et entra dans la première maison amie, celle de Madame Fréget.

    Suzanne lui expliqua toute tremblante d’émotion ce qu’elle avait vu . Cette brave personne la calma, lui apporta un réconfort, puis au bout d’un moment lui proposa de l’accompagner.

    Elles firent le trajet sans incident. Mais ces aller et retour avaient occasionné deux heures de retard dans le portage du repas Les femmes étaient fort impatientes , il y avait longtemps  que midi était sonné au clocher du village.

    Le froid, les mains dans l’eau, elles avaient bien faim. Enfin la bonne dame expliqua le désarroi de Suzanne et tout fut oublié.

    UN LOUP ENRAGÉ A SAINT GERMAIN LE ROCHEUX

    L’histoire d’un loup enragé est un fait décrit et authentique .

    Souvenirs de Pierre Roy : les lavandières de Saint Germain le Rocheux

    Encore quelques personnes (dont Paulette Tanière, Renée Mullier) se souviennent avoir entendu leurs grands-parents conter la triste fin d’un homme, Claude Copin, parent de notre famille, soldat de Napoléon 1er.
    Un loup enragé errait dans la région de Saint Germain le Rocheux.

    Il fut aperçu par les villageois sur la route de la Chouette. Le « Grand Copin » , prévenu, se porta à sa rencontre armé d’un couteau de cuisine.

    Homme courageux, il s’approcha de l’animal hagard, bavant. Il l’enfourcha, d’une main lui tenant le museau fermé , il lui planta son couteau entre les deux pattes de devant, dans la poitrine.

    Malgré ces précautions, le loup le mordit au petit doigt, on encrotta la bête morte. Copin se lava les mains, mais ne tint pas compte de cette égratignure.

    Peut-être deux mois s’étaient écoulés qu’à l’occasion, je crois, du 14 juillet, Copin jouait aux quilles, bien que malade.

    C’était son tour de renvoyer les boules, mais on vit qu’il les jetait sans force, de façon désordonnée.

    Les hommes s’inquiétèrent de son comportement, ils remarquèrent que de la bave coulait de ses lèvres. et, se souvenant alors du loup, tous dirent qu’il était peut-être enragé. On alla chercher le docteur qui consulta et confirma les dires de ses camarades.

    Le remède, effroyable : on ligota le patient sur son lit , puis à l’aide d’un édredon de plumes on l’étouffa. On entra le lendemain dans sa chambre et on constata le décès .

    Monsieur Louis Pasteur ne fit ses découvertes que plus tard.

     Et pourtant en 1810, voici ce qui était préconisé :

    Souvenirs de Pierre Roy : les lavandières de Saint Germain le Rocheux


    votre commentaire
  • Jean-Paul Noret vous communique :

     


    votre commentaire
  • Nicole est allée visiter le musée de l'automobile de Mulhouse, elle m'envoie ses très belles photos, merci à elle !

    Une visite incontournable le musée de l'automobile à Mulhouse

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     La cité de l'automobile de Mulhouse collection SCHLUMPF est l'un des plus grands musées de l'automobile au monde avec 500 véhicules dont 464 automobiles de 98 marques dont la magnifique BUGATTI ROYALE

     La voiture de l'AN 1 de l'automobile marque PANHARD et LEVASSOR :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     Voiture DUFAUX biplace de 1904 :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     Voiture MENIER DOUBLE PHAETON  DE 1893, 2 moteurs à 2 cylindres :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     Voiture MATHIS biplace sport de 1904 :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     PANHARD LEVASSOR de 1911, 6 cylindres :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     MERCEDES BENZ CABRIOLET TYPE 540K de 1938, 8 cylindres :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

    ARZENS  cabriolet  LA BALEINE DE 1938 :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     BUGATTI ROYALE DE 1929, 8 cylindres 4 cylindres :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

    PANHARD LEVASSOR de 1920 :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !

     PEUGEOT DE 1924 :

    Nicole Prévost aime les avions...et aussi les belles voitures anciennes !


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires