• Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    J'avais beaucoup admiré les sculptures et installations de Gloria Friedmann, rassemblées dans une salle du Musée de la chasse du Val des Choues.

    La décoration de cette salle, située sous la magnifique charpente de l'abbaye, est l'œuvre de cette grande artiste internationale  dont l'atelier se trouve à Aignay le Duc....

    Les Amis du Musée ont visité le musée de la vénerie du Val des Choues...

    Tirée d'un ouvrage de Bernard de Fontenelle "Entretiens sur la pluralité des mondes", cette phrase "La nature est un grand spectacle qui ressemble à celui de l'Opéra" a inspiré Gloria Friedmann.

    Sa présentation d'un Opéra de la Nature est magique...

    C'est celui où l'homme et ses rituels, son goût des artifices...

    L'homme et sa quête de maîtrise...

    Les Amis du Musée ont visité le musée de la vénerie du Val des Choues...

    Les Amis du Musée ont visité le musée de la vénerie du Val des Choues...

    L'homme, dont les activités impactent l'écosystème terrestre tout entier, est maintenant face à ses responsabilités et aux nécessaires connivences avec tous les êtres vivants.

    Je suis donc allée visiter l'exposition qu'elle a présentée au Musée Buffon à Montbard et je n'ai pas été déçue !

    La cour du Musée Buffon est pensée comme une première invitation à pénétrer dans l'univers de l'artiste :

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann y propose une œuvre créée pour l’occasion, intitulée : « Le Naturaliste », 2019, acier, résine, terre (340 X 230 X 180 cm).

    Une tête d’homme, un gorille, deux tortues, affirment de manière très expressive et primitive cette relation profonde de l’homme et de l’animal

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Dans la première pièce du Musée, l'artiste a mélangé de façon harmonieuse les animaux chers au naturaliste, et ses propres créations...

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Couleurs et..humour...

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Dans les salles suivantes Gloria Friedmann présente des "karaokés".

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Ses karaokés côtoient, là aussi, des gravures des ouvrages de Buffon.

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Des écrans de télévision nous présentent des tableaux vivants, en action...

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Au premier étage, Gloria Friedmann a conçu une installation qu'elle a appelée "le bestiaire".

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Gloria Friedmann a exposé au musée Buffon de Montbard....

    Je ne résiste pas au plaisir de reproduire la lettre, qu'à travers les siècles, Gloria Friedmann a écrite à Monsieur Buffon :

    Très cher Monsieur Buffon,

    Votre 18e siècle n’a jamais entendu parler de ces mots : écologie, biotope, anthropocène, gaz à effet de serre...

    Pour vous, chaque découverte était considérée sous l’angle du progrès, de manière positive.

    Mon 21e siècle sait que chaque avancée se paie de reculs terrifiants, que chaque conquête est aussi un terrain perdu.

    La sauvegarde et le respect des créatures et de notre écosystème nous motivent autant que les nouvelles technologies.

    Croyez-moi, l’humanisme contemporain n’est que l’expression d’une volonté de domination au sein des différentes espèces que vous avez si bien étudiées

    L’homme, ce locataire de la planète terre, est en même temps un être à domicile fixe.

    Pour l’instant, nous les terriens, sommes bien incapables de prendre des résolutions qui assurent un futur à notre espace vital, même avec pour point de mire le risque de détruire la planète grâce à laquelle nous existons.

    L’animal est ce qui constitue le socle primitif de l’imagerie humaine. Vous l’avez bien démontré dans vos ouvrages.

     Seulement l’homme contemporain a confisqué la nature. Même si l’humain n’est qu’un animal parmi d’autres, nous sommes devenus des animaux dénaturés.

    Il y a chez nous deux manières opposées de voir le monde : l’une considère que l’homme est au centre. Ce qui existe est seulement ce que je vois. L’autre accepte que l’humain ne soit qu’une espèce parmi d’autres.

    Je vis dans un ensemble plus vaste qu’est l’univers !A votre naissance, l’humanité comptait environ 820 millions d’habitants. Je suis née dans un monde de 1,6 milliards, et je mourrai dans un monde de 6,9 milliards.

    Aussi ma génération sait qu’il n’y aura à terme plus rien dans ce monde qui n’ait été manipulé par l’homme.

    La nature est devenue culture. Nous produirons des animaux créés à partir de cellules souches en labo. Des cuisses, des ailes et des filets. Pas de cerveau, pas de souffrance !

    Ce monde est devenu un « Absurdistan » : l’espèce humaine n’est pourtant qu’une créature intermédiaire, au même titre que les hominidés des temps préhistoriques.

    Nous connaîtrons bientôt les humains augmentés du 21ème siècle, des robots avec une Intelligence cognitive artificielle. Ils vont aimer la première chose qu’ils rencontrent, comme le canard gris de Konrad Lorenz (un autre de vos collègues d’un autre siècle).

    Mais bon, cher Monsieur Buffon, maintenant comme à votre époque, toutes les données de la science ne suffisent pas à comprendre le sens du monde. Mystère, mystère !

    Cordialement,

    Gloria Friedmann

     


    votre commentaire
  • Après la brillante conférence de Claude Grapin sur "les sources du pèlerinage de sainte Reine" :

    http://www.christaldesaintmarc.com/alise-sainte-reine-un-pelerinage-un-hopital-un-patrimoine-un-colloque--a175699822

    Le colloque  s'est poursuivi avec trois autres interventions.

    Le colloque "Alise-Sainte-reine" : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" s'est poursuivi dans la matinée du 9 novembre 2019

    Gérard Stassinet, Président de l'association Desnoyers-Blondel, nous a confié qu'il y a plus de vingt ans, paraissait l'ouvrage "Reine au Mont Auxois", consacré à l'histoire du culte et du pèlerinage de sainte Reine.

    Cette remarquable synthèse, richement illustrée, était publiée dans le but avoué de contribuer à la restauration de la chapelle de l'hôpital d'Alise : chœur, maçonnerie, peintures, dont le cycle de 13 tableaux du XVIIème siècle relatant la vie de Reine, son martyre et son culte.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Un de ses auteurs, Dominique Julia, Directeur Honoraire de recherches au CNRS, Centre de recherches historiques de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous a présenté une conférence intitulée "Le voyage de sainte Reine à l'époque moderne"

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Monsieur Julia a évoqué la fontaine Sainte-Reine, cette eau miraculeuse qui, dit la tradition, jaillit sur le lieu du martyre de Reine, à l'endroit où sa tête tomba.

    Cette fontaine fut très fréquentée, car elle guérissait plusieurs maladies de peau et aussi celle qu'on appelait "la grosse vérole" autrement dit la syphilis.

    Les guerres de Religion réduisirent les pèlerinages, mais ils reprirent lors de la paix religieuse induite par l'Edit de Nantes de 1598.

     Les Cordeliers fondèrent en 1644, une chapelle pour la prise en charge des pèlerins  et, en 1659, sous l'influence de la Compagnie du Saint Sacrement, un hôpital pour l'accueil des pèlerins malades.

    Entre 1670 et 1685, 400 malades se firent soigner à l'hôpital Sainte-Reyne.

    Le culte de sainte Reine à Alise fut très florissant de la fin du Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle, on nota qu'en 1575,  60 000  personnes effectuèrent le pèlerinage !

    De nombreux miracles furent signalés ce qui contribua au regain du culte de la sainte.

     Mais il n'y avait pas que des pèlerins qui venaient à Alise, il y avait aussi des personnes qui croyaient aux vertus thermales de l'eau  dite "miraculeuse", ainsi Anne d'Autriche croyait aux vertus de cette eau, elle s'en faisait apporter et en buvait à table. C'était aussi le cas de madame de Grignan, la fille de madame de Sévigné.

    Il s'agissait alors d'un "voyage thermal" pour les gens de qualité.

    Mais d'autres catégories de la population se rendaient aussi à la source sainte Reine, nous dit Dominique Julia, plutôt des hommes, de 15 à 29 ans, célibataires, venant surtout des villes. Il y avait aussi des ouvriers qui faisaient leur "Tour de France" et qui en profitaient pour venir boire l'eau de sainte Reine.

    Parallèlement aux pèlerinages et aux fréquentations de la source, un commerce florissant se développa  : on vendit des chapelets, des médailles, des "boîtes de sainte Reine" qui contenaient des statuettes de la sainte.

    La Révolution Française fit cesser le pèlerinage, mais autorisa la garde des reliques dans l'église saint Genet.

    Le pèlerinage reprit au début du XXème siècle, dans une petite mesure.

    Par contre l'histoire de sainte Reine est restée vivace dans l'esprit de la population, puisque tous les ans on y représente "le mystère de sainte Reine" avec un grand succès.. Cette tradition est attestée depuis 866 et perdure encore aujourd'hui. Ce serait le plus ancien mystère célébré sans interruption en France. 

    Dominique Julia fut très applaudi pour cette passionnante conférence.

    Une petite anecdote personnelle : ma grand-mère, originaire de Saône et Loire, dès qu'elle voyait que je laissais une porte de placard ouverte m'ordonnait: "ferme donc ta sainte reine".

    Intriguée je lui ai demandé plusieurs fois d'où venait cette expression, et si elle connaissait cette sainte,  elle ne sut pas me répondre mais elle m'affirma que c'est sa propre grand-mère qui l'utilisait...

    Ce devait donc être au début du XIXème siècle.

    J'ai appris depuis que des colporteurs passaient dans les villages de Saône et Loire avec des coffrets à battants qui contenaient une statue de notre sainte Reine de l'Auxois, alors pour les ruraux de cette époque un placard devint une "sainte reine". Hélas ma grand-mère ne sut jamais l'explication , puisqu'elle disparut avant que je fasse cette découverte, c'est bien dommage...

    Le colloque "Alise-Sainte-reine" : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" s'est poursuivi dans la matinée du 9 novembre 2019

     Gérard Stassinet nous a raconté ensuite qu'il y a quelque temps un groupe de personnes est venu à Alise, a visité l'église saint Genet, s'est recueilli devant la source de sainte Reine, et s'est rendu à la chapelle de l'hôpital Sainte-Reyne pour prier devant les reliquaires de la sainte.

    Très heureux de leur pèlerinage à Alise-Sainte-Reine, car s'en était un, ils ont fait un don à l'association Desnoyers-Blondel.

    Qui étaient donc ces personnes ?

    Eh bien, c'étaient "des Blancs".

    Ce nom intrigue, c'est pourquoi madame Michèle Frommhertz, Membre associé de l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon,  nous a donné des indications fort intéressantes sur ce qu'on appelle aussi "la Petite Eglise" au cours de sa conférence  intitulée :

    "Ils cheminent depuis le sud de la Bourgogne vers Alise. Les Blancs sont-ils les derniers pèlerins de notre siècle ?"

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

     Lors de la Révolution française, fut proclamée en 1790, la Constitution civile du clergé. Certains prêtres refusèrent de s'y plier, et devinrent des prêtres réfractaires.

    Bonaparte, Premier Consul, signa ensuite en 1801, un Concordat avec le pape Pie VII.

    Le colloque "Alise-Sainte-Reine" : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" s'est poursuivi dans la matinée du 9 novembre 2019

    Une petite partie des fidèles de l'Eglise de France refusa ce Concordat comme elle avait refusé la Constitution civile du clergé.

    Ces personnes, dont une partie des fidèles subsiste encore actuellement, surtout dans la Saône et Loire (en Brionnais) se nomment "les Blancs", ils font partie de ce qu'ils appellent la "Petite Eglise" et se voient comme des persécutés.

     Leurs missels continuent d'utiliser les formulations en latin que lisaient le roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette en captivité.

    Leur culte s'effectue dans la maison du chef de la Communauté, car ils n'ont pas de prêtres, ils ont conservé les fêtes religieuses d'avant la Révolution comme la Chandeleur

    Leurs tombes sont extrêmement  simples, ornées seulement d'un cœur blanc portant le nom du défunt.

    Le colloque "Alise-Sainte-Reine" : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" s'est poursuivi dans la matinée du 9 novembre 2019

    Les "Blancs" viennent en Auxois pour le pèlerinage de sainte Reine. En chemin ils s'arrêtent dans des chapelles à Saint Thibault, Sainte Colombe en Auxois, à Alise où ils ont un petit oratoire.

    Madame Frommhertz nous a conseillé la lecture d'un roman de Jean Gauthier sur les "Blancs" du Charolais, intitulé "L'Oïasse" . Ce livre lève le voile de mystère qui recouvre cette "Petite Eglise" qui se perpétue depuis plus de deux siècles.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Merci à madame Michèle Frommhertz  de nous avoir  permis de découvrir cette sorte de secte issue du catholicisme, véritablement inconnue par beaucoup de personnes.

    De nombreux applaudissements saluèrent la conférencière.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    La dernière conférence de cette matinée de colloque  fut  donnée par madame Christine Lamarre Professeur émérite à l'Université de Bourgogne. sous le titre :

    "Des Archives des hôpitaux à l'histoire hospitalière à l'époque moderne : l'exemple de la Côte d'Or"

    Le colloque "Alise-Sainte-Reine" : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" s'est poursuivi dans la matinée du 9 novembre 2019

    Madame Lamarre a précisé d'emblée que les archives hospitalières sont privées, comme celles des archives d'entreprises.

    Elles relatent l'histoire fragmentée des établissements hospitaliers qui furent tous différents.

    La conservation des archives par les hôpitaux se faisait dans un but d'administration et de conservation des actes.

    Les hôpitaux furent créés à partir des dons d'un ou plusieurs donateurs (Guyotte à Châtillon sur Seine), mais aussi par des dons plus modestes de particuliers  et de ceux de municipalités qui s'investirent en communautés de dons.

    A Alise-Sainte-Reine ce sont deux pèlerins parisiens, Jean  Desnoyers  et Pierre Blondel qui furent tant émus devant la misère des malheureux pèlerins malades  que leur vint  l'idée de les secourir en créant un hôpital destiné aux patients pauvres. Revenus à Paris, ils en parlèrent à saint Vincent de Paul qui les encouragea dans leur idée.

    Le 23 mars 1659, Louis XIV accorda des lettres de patentes autorisant la construction d'un hospice sous la direction de l'Evêque d'Autun qui  donna également son accord.

    Grâce à Saint Vincent de Paul, Anne d'Autriche prit l'Hôpital sous sa protection et constitua une rente de 1.000 deniers. Son paiement a été maintenu par Louis XV au décès de sa mère.

    Dans les hôpitaux , les soins étaient donnés par des religieuses qui avaient un statut particulier. Il s'agissait de sœurs séculières qui renouvelaient chaque année leurs vœux simples de pauvreté, chasteté et  obéissance. Elles étaient souvent issues de familles bourgeoises.

    Certaines s'occupaient des médicaments de l'apothicairerie.

    Bénigne Joly, à Dijon, leur donna par exemple une certaine autonomie.

    Dans les hôpitaux, les patients étaient séparés par sexes.

    Dans les archives hospitalières on trouve aussi les registres d'enfants abandonnés, ceux des mortalités infantiles, ceux des entrées de blessés et de malades à soigner.

    Par contre on refusait les entrées de femmes enceintes, de malades incurables ou atteints de maladies vénériennes.

    Certaines archives cachent aussi quelquefois des secrets, comme par exemple  celles de l'hôpital de Dijon qui ne signalent aucun enfant abandonné (alors qu'ils étaient légion autrefois)...peut-être nous dit madame Lamarre que les sage-femmes donnaient ces enfants à placer, sous le manteau, par l'intermédiaire de leurs maris "meneurs d'enfants"... Un mystère bien intrigant.

    Une conférence bien intéressante qui fut fort applaudie.

    Après cette matinée chargée, et après un délicieux repas servi dans la cafeteria du Muséoparc d'Alésia, le colloque se poursuivit dans la chapelle de l'hôpital Saint-Reyne d'Alise.

    Un article prochainement.

     

     


    votre commentaire
  • Le Forum des Seniors 2019 aura lieu vendredi 15 novembre, salle Luc Schréder de Châtillon sur Seine

    Venez très nombreux !

    Voici où se trouveront les stands des intervenants qui vous accueilleront :

    Le Forum des Seniors 2019 aura lieu vendredi 15 novembre, salle Luc Schréder de Châtillon sur Seine


    votre commentaire
  • "Alex Vizorek est une œuvre d'art" bientôt au TGB

    L’Art c’est comme la politique, c’est pas parce qu’on n’y connaît rien qu’on ne peut pas en parler. Et Alex Vizorek en a des choses à dire sur la Musique, la Sculpture, le Cinéma ou encore l’Art Moderne. Le phénomène de l’humour belge vous emmène dans un univers flamboyant où Magritte, Ravel, Bergman, Visconti et Bergson côtoient Pamela Anderson, Luis Fernandez et Paris Hilton.
    Sa mission : vous faire rire tout en apprenant. A moins que ce ne soit l’inverse.
    Ce jeune belge n’est pas drôle uniquement sur les planches. En parallèle à son spectacle, Alex Vizorek anime avec Charline Vanhoenacker l’émission culte "Par Jupiter" sur France Inter, et a proposé une chronique dans l’émission « Salut Les Terriens » chaque week-end.


    1 commentaire
  •  C'est dans le beau cadre du Muséo-Parc d'Alesia, que s'est tenu, durant la matinée du samedi 9 novembre 2019, un très intéressant colloque  intitulé "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine"

    L'après-midi, le colloque s'est poursuivi dans la chapelle de l'hôpital Sainte-Reyne  qui contient un superbe patrimoine.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Gérard Stassinet,  Président de l'Association Desnoyers-Blondel qui organisait le colloque, a  présenté la journée très dense qui attendait les participants.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Michel Rouger, Directeur du Muséo-Parc Alésia a dit son plaisir d'accueillir le colloque dans son établissement.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Madame Amandine Monard, Maire d'Alise-Sainte-Reine et Patrick Molinoz, Conseiller régional et Président de la Communauté de Communesdu pays d'Alésia et de laSeine ont, ont été très intéressés par ce colloque qui met en valeur le patrimoine de l'Auxois.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Monsieur Claude Grapin, Conservateur Départemental du Patrimoine chargé du musée et du Muséo-Parc d'Alésia, a présenté une conférence intitulée :"Aux sources du pèlerinage de Sainte Reine"

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Claude Grapin a tout d'abord rappelé l'histoire de Reine qui, gardant ses moutons au lieu-dit "Les trois ormeaux", fut convoitée par un soldat romain nommé Olibrius.

    Refusant ses avances, car elle était chrétienne, elle fut faite prisonnière à Grignon, puis exécutée par décollation.

    La tradition dit que sur le lieu de son supplice une source jaillit.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Lors de fouilles à Alise, en 1909, fut découvert un service en plomb  constitué d'un ensemble comprenant un plat et trois coupes qu'on suppose utilisés pour la célébration de l'eucharistie.

    Le plat porte un poisson en gravure (l’ichtus comme à Autun), et le nom de « Regina ». L'ensemble daté du IVème siècle ne met plus en doute l'existence de la jeune martyre.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Des graffiti ont été décelés sur les pièces de vaisselle, en particulier  REGINA, qui pourrait désigner la martyre du lieu.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Un lieu de culte à la martyre fut découvert en 1909 et fouillé (photo du haut), en 1920 la fouille reprit (photo du bas).

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Plusieurs sarcophages furent trouvés, dont un troué (en réalité c'était un trou de pillage).

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Ces tombes étaient pauvres en mobilier, mais portaient des traces de chaînes rappelant les chaînes du martyr de sainte Reine.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Un culte à Reine s'intensifia sur le lieu de son martyre, on y constatait des miracles...

    Mais les moines de l'abbaye de Flavigny, proche d'Alise, virent l'intérêt de ce culte pour leur abbaye .

    Pour assurer le déplacement des reliques de Reine, ils prirent prétexte de l'incurie des gardiens du lieu de culte d'Alise...

    L'abbaye de Flavigny avait été fondée en 719 par un fidèle de Charles Martel, elle abritait déjà les reliques de saint  Prix et de saint Préjet.

    Les moines  décidèrent donc d'élever une crypte en rotonde destinée à recueillir les restes de Reine dans un reliquaire, ces reliques participant à un projet spirituel refondant l'abbaye..

    Les reliques furent transférées d'Alise à Flavigny  en 866 sous le règne de Charles le Chauve (qui fut pour beaucoup dans cette translation, car il avait nommé un de ses amis abbé de l'abbaye)

    Voici le plan de la crypte, à nef centrale flanquée d'un déambulatoire qui se prolongeait à l'Est par un couloir donnant sur une rotonde du même genre que celle de l'Abbaye Saint-Germain d'Auxerre.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    On peut toujours visiter la crypte de l'abbaye, certains ornements de piliers, nous dit Claude Grapin, proviendraient de l'ancien lieu de culte d'Alise.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    L'abbaye de Flavigny étaient très importante....

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    La vie de la sainte fut racontée partout dans le monde chrétien.... mais l'abbaye de Flavigny fut peu à peu concurrencée par Vézelay et Autun

    Au Moyen-Âge le culte à sainte Reine diminua.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Des ouvrages furent diffusés sur la vie de la sainte.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    L'abbaye de Flavigny fut dévastée durant la guerre de cent ans, un procès verbal de 1481 indique qu'elle contenait des reliquaires vétustes.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

    Au XIIIème siècle, sainte Reine paraît absente, mais un retour du culte se fit sur l'initiative de Julien Clerget, natif des Granges sous Grignon. et qui était archidiacre de l'évêque d'Autun.

    Il  obtint de son évêque une vigne, à la place de laquelle il fit construire une chapelle  à Alise, chapelle qui incluait la fontaine , dite miraculeuse.

    Cette chapelle passa sous le contrôle des Cordeliers en 1644.

    "Alise-Sainte-Reine : un pèlerinage, un hôpital, un patrimoine" un colloque proposé par l'Association Desnoyers-Blondel

     Claude Grapin fut très applaudi pour son brillant exposé.

    (La suite de ce colloque les jours prochains)


    2 commentaires
  • Nouveau forum du Millénaire :

    7ème forum des solutions, vendredi 22 novembre, 20 heures, salle Roidot, Aignay-Le-Duc

     Après l’exposition photo itinérante des jeunes acteurs du territoire organisée par le GIP de préfiguration du Parc national puis celle proposée cet été par l’association des amis d’Aignay et alentours au cours de l’été 2019, la Fabrique du Millénaire prolonge ces présentations en proposant un 7e forum : « Ces jeunes qui sont l’avenir de la ruralité ».

     Ils ont entre 22 et 37 ans et ils ont choisi nos territoires ruraux. Parfois issus de milieux urbains ou d’autres régions, parfois enfants du pays, elles ou ils ont décidé de faire leur vie ici et d’y implanter leur activité. Ils ne sont pas dans l’utopie de la vie facile, mais conscients des difficultés, ils s’accrochent à leurs projets et les mènent à bien.C’est l’occasion de faire taire les derniers sceptiques qui considèrent que l’avenir est une impasse dans nos territoires.

     Plusieurs arguments concourent à cet état de fait. Un sondage réalisé en juin 2018 par le réseau Familles Rurales, que l’on ne peut pas soupçonner d’interprétation subjective, affirme que 81% des français interrogés considèrent la vie à lacampagne comme une vie idéale (cela reste théorique, je vous l’accorde), mais que 60% des moins de 25 ans expriment un fort attrait pour le monde rural, laisse à réfléchir. Plus généralement si une moitié des sondés considère que la campagne pâtit d’un abandon des grands pouvoirs publics, seuls 5% de ruraux souhaitent quitter ces lieux de vie. Autre argument, la réalité des chiffres sur nos territoires, les créations d’activité sont de plus en plus portées par des jeunes et une création sur trois se réalise à la campagne. Cette donnée risque d’évoluer avec la création du 11eparc national et la diffusion de la fibre à tous les étages. Vont-ils faire fortune ? peut-être…, mais le plus important pour eux est d’être les acteurs d’un bien-vivre commun.

     Quels sont alors les avantages d’une implantation sur nos territoires ? D’abord nous avons de l’espace pour accueillir de nouvelles activités et les coûts d’installation nous rendent largement compétitifs. Ensuite, l’implantation de jeunes dans notre territoire est synonyme de services conservés (écoles, commerces, maisons de santé…).

     Seront présents pour témoigner au 7e Forum des Solutions : Adeline Lenoir, créatrice de l’agence Hôtes insolitesà Vivey en Haute-Marne, Anthony Nury qui reprend en main laBrasserie de la Choue à Giey-sur-Aujon dans le 52 également. Puis les intervenants de la Côte-d’Or, la benjamine, ElvinaEtiévant, 22 ans, laPetite fleuriste nomade, Florence Molé, 37 ans qui reprend l’exploitation de la Ferme du bout d’chemin à Chemin-d’Aisey pour réaliser un élevage de porcs bios avec site de transformation, Mathias Colsons, du GAEC de la Ferme de Labergement, un élevage laitier intégrant un atelier de production de fromages blancs et de crèmes glacées et enfin Sylvain Boulangeot, animateur à la Maison de la forêt à Leuglay et président de l’Office de tourisme de Châtillon-sur-Seine.

    La soirée comprendra une partie d’échanges avec le public présent et une dégustation-vente des produits des jeunes entrepreneurs.

     


    1 commentaire
  •  Au milieu du XVIII ème siècle,  c’est la période pré-industrielle, celle des manufactures royales. En 1786, Wesserling sera l’une des plus importantes de France. Elle fera de l’ombre à la manufacture de Jouy-en Josas près de Versailles. Toutes les deux manufactures produisaient ces éclatantes toiles imprimées : les indiennes.

    Une réelle révolution sociale aura lieu autour de Wesserling. Le coton,  nécessaire à la production, arrivait brut, il était filé, tissé, teint, imprimé à Wesserling.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée textile de Wesserling, ouvert depuis 1996 dans le site industriel de Wesserling, s’est installé dans un ancien bâtiment d’impression à la planche datant de 1819. 

    Aujourd’hui l’Écomusée textile de Haute-Alsace raconte, par une approche vivante et artistique, la fabuleuse épopée de cette ancienne “Manufacture Royale” qui a marqué l’histoire de toute une vallée.

    Des vitrines nous présentent l'évolution du site depuis sa création.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Et aussi d'anciennes photographies : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Voici la grande chaufferie, hélas fermée au public lors de notre visite.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    A l'intérieur du Musée, des salles nous présentent le travail des ouvriers du textile.

    Le filage et le tissage :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

     Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    La cuisine à couleurs : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    L'impression à la planche : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le cabinet du dessinateur : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    La gravure sur planche de bois : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    La gravure sur cuivre : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le comptoir de vente : 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Une Indienne était un tissu peint ou imprimé fabriqué en Europe entre le XVIIe et le XIXème siècle.

    Ces tissus étaient généralement dans les tons de rouge à cause de la plante utilisée pour sa teinture : la garance dont on utilise la racine.

    Ces étoffes doivent leur nom au fait qu'elles étaient initialement importées des comptoirs des Indes. Ces toiles peintes, Indiennes ou Perses, répondant aux noms de madras, Pékin, Gourances, Damas ou Cirsacs étaient strictement interdites à l'importation à partir du XVII ème siècle.

    https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/epoque-moderne-histoire-indiennes-ces-tissus-tres-mode-xviiie-siecle-10013/

     Par la suite, les Marseillais se mirent à produire eux-mêmes ces tissus qui prirent alors le nom d'indiennes de Marseille. En plus de Marseille, les principales manufactures d'Indiennes de France se trouvèrent à Nantes, Mulhouse (Wesserling), Jouy-en-Josas, Rouen, Bourg-lès-Valence, Bolbec...

    Une vidéo montre aux visiteurs comment on réalisait autrefois des indiennes, cela se pratique encore toujours en Inde, c'est un travail extrêmement difficile et précis.

    Deux catalogues de tissus qui furent imprimés à Wesserling :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Une robe de style XVIIIème, confectionnée à partir d'indiennes 

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Au premier étage du musée du textile, on peut admirer des robes confectionnées à partir de modèles du XVIIIème siècle.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Tout d'abord, la base : la crinoline :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

     La dame Jacquard :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    La robe de Lady Emily Spencer

     Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    La robe de mademoiselle Juliette, amie de Lady Spencer :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Des accessoires...

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Une superbe exposition sur les tissus indiens actuels a lieu aux étages supérieurs, Ganesch, le dieu-éléphant  nous accueille :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Quelques tenues indiennes nous émerveillent...

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Un sari en soie :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Un patchwork brodé :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Un décor typiquement indien , digne des palais des maharadjahs :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Des tissus en "ikat"

    Entre teinture et tissage, l'ikat désigne un procédé qui consiste à traiter les films de trame ou de chaîne suivant la méthode tye-and-die avant de le tisser.

    Le fil est attaché selon les motifs souhaités, au moyen d'un fil imperméable ou de bandes de caoutchouc. Certaines parties du fil seront ainsi protégées des pigments colorés. Plusieurs opérations de ligature, immersion dans la teinture et dénouage vont permette d'obtenir des fils multicolores qui composeront le motif final. Une fois les ligatures défaites, le fil est mis en place sur le métier à tisser.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Des tissus en "Tie and dye" (de l'anglais nouer et teindre) à Udaïpur , Rajasthan :

    A l'aide de fil de coton, on noue des petits cônes de tissu selon un rythme graphique régulier. Ces attaches sont des réserves où la teinture ne pénétrera pas.

    La teinture est préparée en mélangeant des pigments et de l'eau que l'on porte à ébullition.

    Il y a neuf teintes de base d'après lesquelles on peut obtenir de très nombreuses couleurs de tons différents.

    Avant le premier bain de teinture, on trempe le tissu dans l'eau claire afin qu'il soit entièrement mouillé, puis on le plonge dans la teinture en remuant jusqu'à ce que le liquide recommence à bouillir.

    Après cette première coloration du tissu préparé avec ses premiers nouages (que l'on ne défait pas) on peut pratiquer de nouveaux nœuds, puis on plonge le tissu dans un nouveau bain de teinture d'une autre couleur.

    On fait alors sécher le tissu. Une fois sec, en tirant  sur les côtés du tissu, les nouages se défont facilement et les motifs réservés apparaissent alors.

    (on appelle aussi cette technique reprise dans les années 70, le batik)

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Ces tissus tissés à la main se nomment 'Khadi", ce sont des tissus utilisés en Inde de nos jours :

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Une autre belle exposition  nous présente les produits réalisés par l'entreprise Dollfus Mieg et Compagnie, créée en 1746, appelée couramment D.M.C. et que toutes les couturières et brodeuses connaissent, ou ont connu  ..

    Dollfus-Mieg et Compagnie (abrégé en D.M.C.), était une entreprise textile alsacienne créée à Mulhouse en 1746 par Jean-Henri Dollfus. Elle fut au cours du XXe siècle l'un des plus grands groupes de textile et industriel européens. Elle fut propriétaire puis actionnaire des mines de charbon de Ronchamp. Cotée à la bourse de Paris depuis 1922, elle fusionne avec la société lilloise Thiriez et Cartier-Bresson en 1961. Après avoir traversé une crise dans les années 1990, l'ancienne société est liquidée en 2009. DMC s'est recentré sur le textile de luxe au début du XXIe siècle

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le fil rouge d'Alsace :

    Autrefois les femmes lavaient le linge dans les eaux des rivières ou dans les lavoirs publics et le tendaient sur des arbustes pour le faire sécher. Pour ne pas confondre les pièces , elles brodaient leurs initiales sur le linge de maison avec le fil rouge d'Alsace.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Pour la dix-huitième année consécutive, le Parc de Wesserling accueille, dès le 1er week-end de juin 2020, le Festival International des Jardins Métissés, un événement permettant de découvrir des jardins extraordinaires et éphémères.
    Des artistes (paysagistes, architectes, designers, étudiants, jardiniers du Parc…) ont été invités à imaginer, créer et réaliser des jardins à vivre, sur un thème donné. En 2020, le Parc de Wesserling a mis le cap sur une toute nouvelle thématique "les jardins de Mowgli"

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Et autour du Musée et des jardins, des artistes exposent  de merveilleuses compositions.

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

    Le musée du textile à Husseren-Wesserling

     

     


    1 commentaire
  • "Le colportage, un média dans la France d'avant les chemins de fer", une conférence proposée par  les Amis du Musée du Pays Châtillonnais

    Société des Amis du Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix (AMPC)

    Vendredi 15 novembre 2019 à 20h30

    Salle de conférences du Musée du Pays Châtillonnais

    14, rue de la Libération, Châtillon sur Seine

    Conférence

     Le colportage, un média dans la France d’avant les chemins de fer

     par

     Marie Dominique LECLERC et Alain ROBERT

     Université de Reims Champagne Ardenne

     Le colportage fut pendant des siècles la forme d’activité commerciale la plus répandue dans les villes et les campagnes. Il concernait les domaines les plus divers, de l’information à l’alimentation en passant par le divertissement. Difficilement maîtrisable, il suscita de tous temps la méfiance des autorités qui multiplièrent les réglementations visant à l’encadrer, ce qui nous permet d’en saisir aujourd’hui toute l’étendue et la variété.

     L’exposé présentera l’évolution du phénomène au cours du temps, des premiers documents le décrivant jusqu’à sa disparition au début du XXe siècle, sous l’effet des nouveaux moyens de communication. Il s’attachera aussi à tracer un portrait du colporteur, à partir des documents, souvent judiciaires ou réglementaires mais aussi iconographiques, dont nous disposons.

     Rappelons que le Musée du Pays Châtillonnais dispose d’une remarquable collection de bois gravés du XVIIème siècle servant à imprimer des images largement diffusées par le colportage

     Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert sont Maitres de Conférences honoraires à l’Université de Reims Champagne Ardenne. Leurs travaux portent notamment sur la Bibliothèque bleue, littérature de colportage née à Troyes au début du XVIIe siècle et plus généralement sur les formes de culture populaire pouvant s’y rattacher : imagerie, lanterne magique, enseignes…

      L’entrée est libre pour le Amis du musée.  5€ pour les auditeurs non membres de l’association.

     Contact Robert Fries   fries.robert@waadoo.fr  06 80 18 01 26 

     


    votre commentaire
  •  

    Merci à lui pour sa vidéo...


    votre commentaire
  •  Karin Neumann a été victime d'un grave accident au mois de mai, et, immobilisée, elle n'a pu réaliser sa traditionnelle exposition de printemps.

    C'est donc en ce début novembre que nous avons pu admirer ses superbes nouvelles toiles...et d'autres, plus anciennes, tirées de ses réserves.

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    Ses peintures sont visibles dans la grande salle d'exposition... 

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    et dans la plus petite....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    C'est dans cette deuxième salle que se trouvent ses nouvelles toiles, certaines nommées simplement "Ciels".

    L'une d'entre elles était reproduite sur le carton d'invitation :

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    Ses tableaux sont de magnifiques représentations du ciel de "sa terre à elle", comme elle l'écrit en bas de l'un d'entre eux,  où courent de merveilleux nuages de plus en plus tourmentés.

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    Karin a ressorti de ses réserves ces roses rouges....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    ces tulipes...

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    des tournesols...

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    mais aussi des tableaux d'expositions précédentes.

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'artiste aime aussi composer des "installations" sous globe, pleines d'humour

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle....

    L'exposition 2019 de Karin Neumann à Nesle.... 

     

     


    votre commentaire
  • La folle corrida de Noël se prépare, organisée par les Vitrines Châtillonnaises !

    Inscrivez vous !

    La folle corrida de Noël se prépare, organisée par les Vitrines Châtillonnaises !


    2 commentaires

  • votre commentaire
  •  Une chapelle se dressait autrefois sur une colline de Ronchamp.

    Suite à sa destruction en 1944, les propriétaires décidèrent de la reconstruire dans un style moderne. Ils se tournèrent vers Le Corbusier après avoir été déçus par d'autres projets inaboutis.

    Le chantier de Le Corbusier dura de 1953 à 1955. La nouvelle chapelle Notre-Dame -du-Haut fut inaugurée  le 25 juin 1955.

    Emu par le paysage Le Corbusier conçut la chapelle comme un phare blanc qui attire le pèlerin en route.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Voici le grand chœur extérieur, où ont lieu les cérémonies de pèlerinage, le 15 août (Assomption) et le 8 septembre (Nativité) :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Le  grand portail, magnifique, a été émaillé de la main de Le Corbusier.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier 

    Nous n'avons pas pu visiter entièrement la chapelle Notre-Dame-du-Haut, puisqu'une messe s'y disait ( alors  que son accès est payant, 8 € par personne !). Ce fut une grande déception.

    Bien que je n'aime pas prendre de photos pendant une messe je l'ai fait tout de même, estimant que pour le prix élevé de l'entrée, j'y avais droit.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Le portail vu de l'intérieur :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La statue de la Vierge qui se trouve dans le mur derrière l'autel, date du XVIIIème siècle, elle se trouvait autrefois dans l'ancienne chapelle.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    un autel secondaire...

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

     un vitrail, celui le plus au fond :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

     Impossible de s'approcher , d'admirer et de photographier les autres vitraux, à cause des paroissiens installés sur les bancs, j'ai trouvé ces photos sur Internet :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La chapelle  Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La chapelle  Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    un  confessionnal :

    La chapelle  Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Et une chaire à prêcher minimaliste :

    La chapelle  Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Au dehors on peut voir le campanile de Jean Prouvé . Les deux plus grosses cloches viennent de l'ancienne chapelle.

    Elles ne sont pas dans la chapelle Notre-Dame-du-Haut, car Le Corbusier ne le souhaitait pas.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La pyramide de la paix a été commandée par les anciens combattants de Ronchamp qui ont souhaité rendre hommage à leurs frères d'armes, morts sur la colline en 1944. Les pierres de l'ancienne chapelle ont servi à la construire.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La colombe qui surmonte le petit pilier a été dessinée par l'assistant de Le Corbusier.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    D'autres bâtiments existent sur le site :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Le monastère Sainte-Claire  a été construit par Renzo Piano, il a été inauguré en 2011, il habite des religieuses, des sœurs clarisses.:

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    Les religieuses confectionnent des vêtements liturgiques.

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    La maison du Chapelain :

    La chapelle  Notre Dame du Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier

    L'abri du pèlerin : 

    La chapelle  Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, œuvre de Le Corbusier


    votre commentaire
  •  C'est sur l'ancien  site de la BA 102 que s'est déroulé ce magnifique meeting

    Belle exposition statique  :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Un PILATUS :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Un EPSILON :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Un immense drapeau Français s'étalait dans le ciel Dijonnais réalisé par quinze avions

    La Breitling Jet Team et la Patrouille de France :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    La foule a pu admirer une démonstration rare voir voler ces 2 magnifiques patrouilles ensemble :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    La Patrouille REVA :

     Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

     Le TIGRE :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Le RAFALE :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Bravo à Jacques Bothelin et à toute la Patrouille :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    La Patrouille de France :

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation

    Merci à tous  !

    Le meeting de Dijon vu par Nicole Prévost, passionnée d'aviation


    1 commentaire
  • Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    Anne Bouhélier et Marielle Lefils, toutes deux organisatrices d' "Un jour, une église", ont réuni, dans la salle polyvalente de Chaumont le Bois, les bénévoles qui ont, tout l'été 2019, présenté les églises châtillonnaises au public.

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    Anne et Marielle ont bien précisé qu' "Un jour, une église" n'était pas une association, type loi 1901. Pas d'adhésion, pas de cotisation...

    Il s'agit simplement d'un groupe de bénévoles qui, tous et toutes, ont envie de faire connaître l'église de leur village car ils, et elles, en sont fiers  et désirent partager les connaissances qu'ils ont acquises à son sujet.

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    José Cotel, de Bar sur Seine, est à l'origine des visites d'églises dans le Châtillonnais. En effet, il anime "Un jour, une église" dans l'Aube depuis de longues années et il a pensé élargir à un territoire proche, la Côte d'Or, et le Châtillonnais.

    J'étais d'ailleurs là, le premier jour où José Cotel s'est aventuré dans le Châtillonnais, c'était à Gomméville en 2015, et c'était David Loiselet qui faisait visiter son église :

    http://www.christaldesaintmarc.com/un-jour-une-eglise-a118092366

    Depuis quatre années  le mouvement a pris de l'ampleur : 36 églises ont été proposées à la visite pour la plus grande joie de plus de 400 visiteurs !

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    José Cotel espère élargir "Un jour, une église" au département de l'Yonne...et aussi peut-être de la Seine et Marne. La Haute Marne a déjà commencé l'aventure.

    Chez nous, il faudrait ouvrir d'autres églises, ne pas se décourager si quelquefois les visites sont peu importantes, la fois suivante elles risqueront peut-être d'être pléthoriques. En tout cas nous dit-il "Tout ce qui n'avance pas périclite !"

    Anne Bouhélier a ensuite projeté les photos des quelques églises qu'elle a visitées .

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    Le Père Houdard, Curé de la Paroisse a rappelé la place que l'église tenait autrefois dans le cœur des habitants, lors des visites il serait bon de le rappeler aux visiteurs.

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    Puis vint le temps des statistiques, le nombre de visiteurs pour chaque église a été répertorié, le nombre de visites programmées s'élevant à 71.

    Une discussion sur les modalités des visites a suivi .

    Faut-il conserver deux visites  différentes dans le même après-midi, changer les horaires , être en binôme pour présenter les églises, aller voir les logeurs pour que les touristes soient au courant des visites, participer peut-être à la nuit des églises en faisant venir des chorales  etc....

    Les remarques ont fusé, elles serviront de base pour la programmation de l'an prochain, en accord avec l'Office du Tourisme du Pays Châtillonnais représenté par Marie Salomon.

    Les bénévoles de "Un jour, une église" se sont réunis pour établir le bilan de la saison 2019 qui a permis la visite de nombreuses églises châtillonnaises

    Après cette réunion enrichissante, où tous les bénévoles présents ont dit vouloir renouveler l'an prochain les visites de leurs églises, Anne a proposé aux bénévoles  la dégustation du succulent jus de pommes préparé par Sylvain son mari...un délice !

    Alors, à l'été prochain pour de nouveau s'émerveiller de la richesse incroyable de nos églises châtillonnaises, toutes différentes, toutes passionnantes !


    votre commentaire
  • "Le

    Le réchauffement climatique : mythe ou réalité ?

    Le climat de la terre est en perpétuel changement depuis sa création. La reconstruction du climat du passé, permise par l’analyse des carottes de glaces issus des calottes polaires, nous indique que le climat de la terre alterne entre période glaciaire et période interglaciaire depuis des millions d’années. Cependant, depuis la révolution industrielle du 19ème siècle, le relargage dans l’atmosphère d’une grande quantité de gaz à effet de serre accélère le réchauffement climatique à la surface de la terre. Cette accélération n’est pas sans posée des problèmes à la vie animale et végétale et semble menacer notre mode de vie actuelle dans le même temps. Cet exposé fera d’abord le point sur les dernières données scientifiques concernant le phénomène du réchauffement climatique avant d’exposer les conséquences à moyen et à long terme sur notre planète.

     Jérôme Moreau est né en 1975 dans le centre de la France. Passionné depuis sa plus tendre enfance par la biologie et les animaux, il a réalisé des études en biologie dans différentes universités françaises (Orléans, Tours, Poitiers et Rennes). Il a ensuite poursuivi ses études par une thèse de doctorat en écologie avec comme spécialité l’écologie des populations animales en France puis en Suisse. Recruté en 2004 par l’université de Bourgogne à Dijon, il dispense des cours en écologie pour les étudiants. De plus, il réalise des programmes de recherche en écologie animale dans différentes parties du monde. Par exemple, les programmes de recherche de Jérôme l’amènent à réaliser périodiquement des missions scientifiques en arctique afin d’étudier les écosystèmes et sa faune sauvage. Fort de ses nombreuses connaissances et désireux de transmettre son savoir au plus grand nombre, c’est tout naturellement que Jérôme Moreau dispense des conférences en France sur différents sujets liés au problématique de l'arctique 

     

     


    votre commentaire
  • "65 Miles", de la Compagnie Paradoxes bientôt en représentation au TGB....

    65 Miles - Cie Paradoxes

    Vendredi 8 novembre 2019 à 14h et 20h

    65 miles, c’est la distance entre Hull et Sheffield. C’est aussi la distance entre un père et sa fille… Et c’est l’histoire de deux frères que tout oppose : Pete et Rich sont très différents. En quête d’un pardon salvateur, ils se revoient après plusieurs années de silence, dans la maison familiale où plane l’ombre de la mère et d’un père qui les a abandonnés. Le grand frère, fraîchement sorti de prison où il purgeait une peine pour homicide involontaire est à la recherche de l’unique femme de sa vie qu’il n’a jamais vue : sa propre fille.

    Le petit frère, lui, prend alors conscience de l’essentiel. Il a besoin de se confronter à son ancienne petite amie et aux conséquences de son passé ombrageux… La violence serait-elle innée ?

    Chacun dans leur errance, ils vont aller à la rencontre de leur histoire pour apprendre à se construire et à se découvrir. Les fantômes du passé vont alors ressurgir pour leur renvoyer leur propre image.

    Dans la lignée de Ken Loach ou Mike Leigh, Matt Hartley, pose la question de la filiation. Il s’interroge sur les fondements mêmes de l’individu. Sommes-nous libres de nos actes et de nos choix ?

    De Matt Hartley

    Traductrice : Séverine Magois

    Mise en scène :

    Pamela Ravassard assistée de Cyril Manetta

    Avec Karina Beuthe, Johanna Boyé, Emilie Piponnier, Stefan Godin, Laurent Labruyère, Garlan Le Martelot, Benjamin Penamaria

    Durée : 1h45

    Théâtre Gaston Bernard

    A partir de 14 ans

    Tarifs de 6 à 16 euros

    Plus d’infos : 03 80 91 39 51

    www.theatregastonbernard.fr et page Facebook du théâtre.

     


    votre commentaire
  •  Invitée par Gilles André, membre de l'association "Les Amis de l'Histoire du Pays de Saint-Seine" qui habite Poncey sur l'Ignon, j'ai assisté à l'inauguration de l'église de  son village, la si belle et surprenante église Saint-Barthélémy.

    http://www.christaldesaintmarc.com/l-eglise-saint-barthelemy-de-poncey-sur-l-ignon-a-ete-superbement-rest-a174425488

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Cette église a remplacé, en 1787, une ancienne chapelle, la chapelle Sainte-Anne qui était en mauvais état et trop loin du village.

    L'architecte PJ Guillemot et le constructeur E Gauthey tous deux ingénieurs des Pont et Chaussées, ont conçu un bâtiment hors du commun et d'une grande originalité.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    La nef fut recouverte de "laves" pesant 300 tonnes ! et elle tient sans consolidations, c'est une véritable merveille !

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Le porche extérieur porte sur sa façade un demi-relief  représentant saint Barthélémy qui tient un livre et un couteau d'écorcheur, ce dernier instrument évoque son martyre.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Lorsque l'on entre dans l'église on est surpris par le dôme de la nef, dôme recouvert extérieurement par les laves vues plus haut.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Le Maître Autel et le tabernacle du chœur datent du XVIIIème siècle.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Dans la nef  existent deux autels secondaires, celui de la Vierge...

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    et celui de l'éducation de la Vierge...

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Tous deux surmontés d'une inscription en hébreu que Monseigneur Minnerath m'avait traduite, mais que j'ai oubliée....si quelqu'un sait..

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    La chaire date du XVIIIème siècle, je me suis demandée comment on pouvait bien y accéder....

    Près de la chaire on aperçoit la jolie frise qui court tout autour de la coupole.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Voici un haut-relief en calcaire qui, trouvé dans un mur du village, a été offert à l'église en 1957, il date du XVème siècle.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Dans le chœur on admire deux statues datées du XVème siècle

    Celle de saint Barthélémy :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    et celle de saint Sébastien :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    D'autres statues ornent l'église de Poncey sur l'Ignon.

    Sainte Catherine  (XVIème):

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'éducation de la Vierge :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Un saint évêque :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Saint Joseph :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    D'autres statues plus récentes :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église Saint-Barthélémy possède de superbes et précieux bâtons de procession du XVIIème siècle qui sont à l'abri sous vitrines.

    Hélas, la brillance du verre empêche de bien les admirer, c'est dommage.

    Saint Sébastien :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'éducation de la Vierge :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Saint Barthélémy :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Une Monstrance entourée de deux anges céroféraires :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Les  quatre verrières de la nef sont datées du milieu du XXème siècle

    Saint Adolphe et sainte Pauline :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'éducation de la Vierge et saint Jean-Baptiste 

    L'église Saint-Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Saint Charles Borromée secourant les pestiférés devant la cathédrale de Milan :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    L'Immaculée Conception :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Les deux verrières du chœur possèdent une ouverture bien pratique pour aérer l'église.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Une bannière de procession :

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Ce tableau représentant la Vierge  et saint François d'Assise date du XIXème siècle.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

    Dans une niche on aperçoit ces jolis fonts-baptismaux du XVIIIème.

    L'église saint Barthélémy de Poncey sur l'Ignon a dévoilé, lors de son inauguration, son beau mobilier intérieur.

     


    2 commentaires
  • Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais proposent une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparnasse

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Robert Fries, Président des amis du Musée du pays Châtillonnais-Trésor de Vix, a présenté le spectacle "Le voyage à Châtillon" qui a été proposé conjointement par la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais (Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix) et par la société des Amis du Musée pour célébrer le 10ème anniversaire de l’installation du Musée dans les bâtiments de l’ancienne Abbaye Notre-Dame.

    Autour d’un livret original, la compagnie des Fous lyriques  a présenté un joyeux florilège d’airs d’opérette célèbres (Jacques Offenbach, Edmond Audran, Henri Christiné, Francis Lopez, Maurice Yvain, Erik Satie).

     Le livret s'est inspiré avec subtilité de la comédie de boulevard. 

    Catherine Monnet, Conservatrice du Musée du pays Châtillonnais-Trésor de Vix a donné quelques indications sur les collections du Musée et sur les fouilles actuelles du tumulus de la Princesse de Vix.

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Puis le spectacle a pu commencer ...

    Deux militaires en permission, Rabastens et Bobinet, de fort bonne humeur, déboulent sur le quai Malaquais à Paris. Ils recherchent l'adresse d'un immeuble où se donne une fête à laquelle ils doivent se rendre.

    Air : Sur le quai Malaquais (Yvain, pas sur la bouche, paroles adaptées)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Nous sommes maintenant  chez Gabrielle de la Crête, jeune veuve d'un colonel, qui commence à trouver le temps long, sans mari.

    Air : Je suis veuve d'un colonel (Offenbach, la Vie parisienne)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Catherine, la nouvelle soubrette de Madame de la Crête, se présente, accompagnée par Tryphon, le majordome .

    Air : Bonjour monsieur, je suis la bonne (Offenbach, Pomme d'Api)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Arrivent ensuite les deux militaires accompagnés de monsieur et madame Gardefeu, un couple dont le mari est notoirement ...infidèle.

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Gabrielle qui trouve les deux militaires très à son goût, décide de tirer profit de la situation et d'inviter tout le monde dans son château de Bourgogne....à Vix !

    Air : Adapté de Lopez, la Belle de Cadix

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Tout le monde accepte l'invitation, on partira donc en train !

    Air : Pars pour la Crête (Offenbach, la Belle Hélène, paroles adaptées)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Vive la dame...de Vix !!

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Tous les personnages somnolent dans le train, ils chantent à mi-voix...

    Air : Ce n'est qu'un rêve (Offenbach, la Belle Hélène)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Soudain le train tombe en panne, la troupe décide alors de descendre pique-niquer devant le train.

    La soubrette imite sa patronne, toute attendrie par la campagne et les animaux, elle adore...les dindons !

    Air : dindons, moutons (Audran, la Mascotte)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Mais Bobinet préfère les moutons....

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les deux militaires et la soubrette se mettent en quête d'un grill pour le pique-nique

    Air : Trio des côtelettes (Offenbach, Pomme d'Api)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Le mari et la femme s'isolent, ils sont d'humeur à se réconcilier et se reprochent le mal qu'ils se sont fait.

    Air : Tous les chemins mènent à l'amour (Christiné, Dédé)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Nous voici maintenant dans le château de la jeune veuve...à Vix. L'un des militaires, Rabastens, se vante de pouvoir séduire n'importe quelle femme, même Sidonie, l'amie de Gabrielle.

    Air : duo les palétuviers (Simons, Toi et Moi)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Madame Gardefeu est de fort bonne humeur de s'être réconciliée avec son mari, mais elle est très curieuse de savoir qui Gabrielle va choisir.

    Air : Par le trou (Yvain, Pas sur la bouche, paroles adaptées)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Déçue par sa promenade sous les palétuviers et le manque de sérieux d'un des militaires, Sidonie énervée leur dit sa façon de penser.

    Air : Si j'avais su évidemment (Christiné, Dédé)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

     Gabrielle arrive, Rabastens va tenter de la séduire

    Air : le petit amant (Yvain, Ta bouche)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Ils sont rejoints par Bobinet qui a revêtu sa tenue militaire pour impressionner Gabrielle...malgré un petit incident vestimentaire !

    Air: (ensemble) Votre habit a craqué dans le dos (Offenbach, la Vie parisienne)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Finalement, Gabrielle, séduite, fait son choix, ce sera Bobinet !

    Air : Je te veux, Satie

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Tout le monde se sent l'âme romantique en cette belle soirée....

    Duo : Barcarolle (Offenbach, les Contes d'Hoffmann)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Bref, tout est bien qui finit bien !

    Ensemble : Heureux, oui nous le sommes (Yvain, ta bouche)

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Les chanteurs-comédiens ont été très applaudis pour leur pétulance, leur entrain et leurs bien belles voix.

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    A la grande joie du public ils ont bissé l'air de la Belle de Cadix...devenu "la belle dame de Vix" !

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

    Il m'a été impossible de photographier le talentueux pianiste professionnel Gaël Rouxel, toujours dans le noir, car je n'utilise jamais le flash pendant une représentation théâtrale, en effet c'est très gênant pour les interprètes.

    Aussi je lui ai demandé de bien vouloir se faire photographier après la représentation, ce qu'il m'a accordé fort gentiment.

    Les Amis du Musée du Pays Châtillonnais et la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais ont proposé aux Châtillonnais une opérette "Le voyage à Châtillon" salle Kiki de Montparna

     "Les Fous Lyriques" est une compagnie d'opérette, créée en 2011. Elle fait partie de l'association "Cultures, Partages, Solidarités" (9 square d'Aquitaine 75019 Paris)

    La troupe est composée d'artistes amateurs. Certains ont suivi l'enseignement de Nicole Broissin à la Schola Cantorum de Paris. Tous ont la passion de l'opérette et le goût de transmettre des moments de convivialité et de bonne humeur.

    Compagnie des Fous lyriques

    Piano : Gaël Rouxel (pianiste professionnel) 

    Décors : Hariette Cabella 

    Mise en scène : Michel Dumusois

     Avec :

    Marie-Capucine Guillochon (Gabrielle de la Crête)

    Brigitte Quentin (Sidonie)

    Gwenaël Raillet (Bobinet)

    Patrice Bigot (Rabastens)

    Nicolas Schimel (Monsieur Gardefeu)

    Clotilde Yreth (madame Gardefeu)

    Michel Demusois (Tryphon le chauffeur)

    Valérie Laborde (Catherine, la soubrette)

    Site des Fous Lyriques :

    http://lesfouslyriques.free.fr/

     
       

                                                          


    1 commentaire
  • Près de 400 espèces de champignons différentes ont été exposées à Arc en Barroy !!

    L'entrée de la salle polyvalente d'Arc en Barrois  s'était parée d'un décor forestier magnifique....

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Les superbes photos de Jean-Pierre Gurga décoraient l'entrée....mais aussi toute la salle.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Les visiteurs étaient accueillis avec le sourire...et se voyaient remettre de jolis champignons tricotés !

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    On voit ici les superbes photos de Jean-Pierre Gurga...

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Un autre très beau décor avait été  réalisé , comme celui de l'entrée, par les membres de la Société Mycologique du Châtillonnais.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Les tables se sont remplies peu à peu d' espèces de champignons différentes, récoltées sur le futur site du parc National des Forêts ainsi que dans le Morvan.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Les "déterminateurs" étaient à l'œuvre...

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Pour déterminer avec précision l'espèce, il faut parfois se servir d'un microscope.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Par exemple ces "Myscomycètes Leocarpus Fragilis" sur le long bâton, si minuscules à l'œil nu, révèlent toute leur beauté derrière la lentille du microscope.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Les tables se sont remplies peu à peu....

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Au total, les mycologues ont déterminé 342 espèces différentes de champignons, dont 43 nouveautés non répertoriées dans notre secteur !

    Certains champignons ont attiré l'attention des visiteurs, ce sont des champignons qui se ressemblent beaucoup...mais l'un est toxique, l'autre comestible.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    L'entolome livide (toxique) possède une sorte de "ceinture" à la base de ses lamelles : 

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Par contre les lamelles du  clitocyde nebularis (comestible) rejoignent le pied tout à fait naturellement.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Ces deux-là se ressemblent beaucoup...mais l'un d'eux est mortel....

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Au bout de la table on pouvait voir toute une collection de champignons comestibles : cèpes, bolets etc....

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    La Maison de la Forêt de Leuglay informait les visiteurs sur toute la richesse du nouveau Parc National des Forêts qui va voir le jour fin octobre.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Daniel Guillemin présentait la région d'Arc en Barrois, son histoire, ses monuments. Il nous avait fait visiter sa ville avec passion avec "Villages Anciens, Villages d'Avenir"et nous étions heureux de nous revoir.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    La Société Archéologique et Historique du Châtillonnais avait apporté les ouvrages qu'elle édite, sur beaucoup de sujets, mais en particulier sur les découvertes faites à Vix.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Patrick Vaucoulon, magnifique artiste vendait ses superbes livres, illustrés à l'aquarelle, sur les merveilles de notre nature.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Jacques Girard  de Châtillon sur Seine, proposait des vins du domaine saint-Antoine des Echards de Change , Hautes Côtes de Beaune.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Nathalie Chapuis  de Veuxhaulles sur Aube, tourne de beaux  objets en bois et réalise de superbes vanneries.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    La buvette, ses gâteaux, et le sourire des dames-mycologues, ont régalé les visiteurs  !

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Dimanche soir une conférence sur le nouveau Parc National des Forêts Feuillues (c'est son nom définitif) a beaucoup intéressé les personnes présentes.

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Deux autres conférences ont été proposées au public par François et Marie-Geneviève Poillotte sur "la Flore remarquable du Pays Châtillonnais" et "le Parc Kruger".

    360 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

    Cette magnifique exposition a rencontré un beau succès , elle a fait venir 269 visiteurs, dont 13 enfants, ce qui est un bilan satisfaisant pour la Société Mycologique du Châtillonnais.

    Pour ma part, j'ai été surprise de ne pas voir les artisans de la région d'Arc en Barrois qui devaient y exposer, comme un producteur de safran, un trufficulteur, un coutelier, un vannier qui ne se sont pas présentés.

    Et pourtant c'est Arc en Barrois qui accueillera l'administration du Parc !! quelle tristesse d'être si peu reconnaissants....

    Car c'est vraiment dommage, au moment où le parc National des Forêts Feuillues va être créé, que certains ne se mobilisent pas plus pour le faire connaître.

    Les Châtillonnais, eux, l'ont fait, et c'est tout à leur honneur...343 espèces de champignons différentes ont été déterminées et exposées à Arc en Barroy par la Société Mycologique du Châtillonnais !!

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires