• On manque de pommes pour la fête de la pomme de Laignes !!

    Pour que la fête de la pomme se déroule merveilleusement bien à Laignes le dimanche 7 octobre, il faut beaucoup de pommes !!

    Or cette année, la récolte est maigre, aussi les organisateurs me demandent de lancer un appel :

    Si vous avez des pommes, même quelques kilos feraient l'affaire, contactez

    Claudine Terrillon au 03 80 8147 89

    MERCI !


      


    votre commentaire
  •  Le week-end des 22 et 23 septembre s'est tenue à Grancey sur Ource, une belle exposition de peintures des élèves de Ghislaine Baillade, animatrice à la MJC de Châtillon sur Seine de atelier "Palettes et pinceaux" , et à celui de Brion sur Ource nommé "Passion Peinture".

    Cette exposition se voulait un hommage à la famille Pissarro. Camille Pissarro qui fut en effet un très grand peintre de l'époque impressionniste, avait épousé une jeune fille de Grancey sur Ource , Julie Vellay.

    Les peintres des deux ateliers se sont donc inspirés des tableaux de Camille  Pissarro, pour rendre hommage à son épouse .

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Voici les oeuvres de nos peintres châtillonnais :

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Durant l'après-midi de samedi 22 septembre, Jenry Camus devait présenter une conférence sur Julie Vellay, à laquelle il a d'ailleurs déjà consacré une exposition à Essarois en 2008.

    Souffrant, Jenry n'a pu faire cette conférence. Il a donc  demandé à Christiane Pluyaut, originaire elle aussi, comme Julie Vellay, de Grancey sur Ource, et qui a fait beaucoup de recherches fructueuses sur la famille Vellay, de le remplacer., ce qui fut fait avec beaucoup de compétence.

    Christiane exposa ses recherches, puis relata celles qu'avait effectuées  Jenry Camus sur la famille Pissarro

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Christiane Pluyaut retraça la vie  de la famille Vellay à Grancey sur Ource, vie misérable, mais toujours très digne.

    Julie se plaça comme bonne à Paris, chez la famille Pissarro. Le fils de la maison, Camille, tomba amoureux d'elle, mais les parents danois et israélites, refusèrent le mariage.

    Camille et Julie vécurent tout de même ensemble, eurent au début une vie très difficile, Camille ne vendant que peu de tableaux. Julie, extrêmement courageuse, se "louait" pour travailler dans les fermes et ainsi pouvait subvenir aux frais du ménage...car elle eut huit enfants !

    Beaucoup plus tard, Camille Pissarro acquit la notoriété, ce qui permit au couple (qui s'était tout de même marié) de vivre de façon plus aisée.

    A la mort de Camille, Julie géra fort intelligemment l'oeuvre de son mari, c'était une femme remarquable. Elle repose près de son époux au cimetière du père Lachaise à Paris.

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Ci-dessous une reproduction du tableau de Camille Pissarro  qui représente son épouse Julie avec un de leurs enfants.

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Le public, venu nombreux a beaucoup apprécié cette exposition et la conférence sur la famille Pissarro.

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Christiane et Yvon Pluyaut ont vendu de nombreux exemplaires des cahiers des "Amis du Châtillonnais", en particulier celui que Jenry Camus avait fait paraître après son exposition.

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    Un coup d'oeil en partant à la salle polyvalente de Grancey sur Ource, qui a  été aménagée dans l'ancien lavoir que Julie a dû bien souvent fréquenter durant sa jeunesse à Grancey...

    Un hommage rendu à Julie Velay, l'épouse de Camille Pissaro, dans son village de Grancey sur Ource

    (Des commentaires sur le thème de l'article seront les bienvenus, ils me montreront que ce blog vous intéresse et ils me donneront envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    2 commentaires
  • Voici les dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga, cliquables bien entendu !

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    Dernières belles photos d'été de Jean-Pierre Gurga...

    (Des commentaires sur le thème de l'article seront les bienvenus, ils me montreront que ce blog vous intéresse et ils me donneront envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire
  •   Fontaines en Duesmois :

    Quelqies horloges vues sur des clochers Châtillonnais..

    Saint Broing les Moines :

    Quelques horloges de clochers Châtillonnais..

    Essarois :

    Quelques horloges de clochers Châtillonnais..

    Ampilly le Sec :

    Quelques horloges de clochers Châtillonnais..

    Aisey sur Seine :

    Quelques horloges de clochers Châtillonnais..

    Un complément intéressant que m'envoie Eulglod :

    Sur les horloges, le chiffre romain « IV » est écrit « IIII ». Pourquoi ?

     Quelques origines, raisons, légendes…

     Origines :

    Les chiffres romains « IIII » et « IV » étaient utilisés conjointement dans l’Antiquité.

    Cette méthode perdura jusqu'au XVème siècle puis la notation « IV » devint plus couramment utilisées.

     Lisibilité :

    Les premiers créateurs d’horloges (mais plus particulièrement de cadrans) auraient utilisé  le « IIII » dans un souci de clarté et de meilleure perception pour la plupart des gens.

    (Il semblerait que cette notation eut été plus simple pour les gens qui, nombreux à cette époque, comptaient sur leurs doigts. Cette évidence n’apparaît pourtant pas pour la deuxième partie du cadran…).

     Les chiffres de la partie inférieure du cadran des horloges sont écrits à l’envers, le « IIII » est ainsi plus lisible et évite la confusion avec le « VI » tout proche.

    Cette lisibilité apparaît d’autant mieux lorsque les chiffres, ou bières (gravures chiffrées), sont inclinées.

    Le « IIII » porte ainsi le nom de « quatre d’horloger » ou encore de « graphie d’horlogerie »

     Esthétique :

    Cette méthode permet un équilibre graphique entre les parties gauche et droite du cadran.

    Ainsi la notation de 1 à 4 est figurée par des « I », de 5 à 8 elle l’est par de « V » et enfin de 9 à 12 par des « X ».

     De la même manière, en séparant le cadran en deux parties verticales, on obtient un équilibre graphique avec 14 éléments de chaque côté.

     Religieux :

    La tripartition du cadran avec 4 chiffres en I, 4 chiffres en V et 4 chiffres en X, amène certains fervents à y voir une division permettant de rappeler le Père, le Fils et le Saint Esprit.

    Légendaire :

    L’histoire, bien sur non vérifiée et dont il existe de nombreuses versions, raconte que Charles Quint (XV) reprocha à son horloger de s'être trompé dans l'écriture du chiffre « 4 » de l’horloge qu’il avait commandée.

    L’horloger expliqua qu'en chiffres romains, quatre s'écrivait bien « IV » mais le monarque précisa à l’horloger que : "Rien ne peut précéder le V…". Ainsi, par la volonté du roi, l’horloger se vit dans l'obligation de reprendre son cadran et, l’histoire de préciser que depuis ce temps, toutes les horloges portent le chiffre « IIII ».

     Exception :

    Un exemple pour remettre en cause toutes ces tentatives d’explications : Big Ben affiche crânement un « IV » !


    4 commentaires
  •  Le Club-Photo de la MJC Lucie Aubrac reprendra ses activités à partir du mercredi 3 octobre 2012

    Les séances se dérouleront au SATI21, en face de l'entrée de la Maison de la Douix:

    Tous les mercredis de 16 heures à 18 heures.

    Reprise du Club-Photo de la MJC Lucie Aubrac pour 2012-2013

    Bernard Sanial dont la bonne humeur communicative est légendaire, vous initiera au maniement de votre appareil photo numérique, vous dévoilera les règlages à effectuer.

    Reprise du Club-Photo de la MJC Lucie Aubrac pour 2012-2013

    Reprise du Club-Photo de la MJC Lucie Aubrac pour 2012-2013

    Vous pourrez participer aux sorties de prises de vue, et ensuite retoucher vos clichés grâce aux logiciels disponibles sur les ordinateurs du SATI 21.

    Reprise du Club-Photo de la MJC Lucie Aubrac pour 2012-2013

    Venez nous rejoindre pour progresser dans la prise de vue ! La première séance est gratuite .

    Les inscriptions se font à la MJC Lucie Aubrac (au centre Social et de Loisirs), la cotisation est de 63 euros pour l'année +12 € d'adhésion à la MJC.


    votre commentaire
  • La cathédrale Saint-Etienne de Sens possède des vitraux remarquables , datant du XIIème au XVIIIème siècles.
    En voici quelques uns :

    L'arbre de Jessé :

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Adam et Eve avant la faute...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    La rose du Paradis avec ses anges musiciens :

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Quelques anges musiciens photographiés par Dominique Masson :

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    La sacristie :

    La sacristie de la cathédrale Saint-Etienne de Sens est très riche en oeuvres d'art, et on peut y voir les portraits des archevêques qui se sont succédés au Palais Episcopal.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Le trésor de la cathédrale

    Le Trésor de la cathédrale de Sens est un des plus riches trésors de France, avec celui de Sainte-Foy de Conques..

    On peut y admirer une très belle tapisserie: le couronnement de la Vierge.

    Cette tapisserie est  un sublime triptique du XVème siècle, tissé de soie et d'or  de 1m sur 1,92m.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Au centre,les trois personnes de la Sainte Trinité couronnent la Vierge.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    A gauche Salomon reçoit sa mère Bethsabée et la couronne.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    A droite, Esther obtient d'Assuérus la grâce de son peuple.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    En bas de très beaux anges musiciens.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Ce ciboire du XII ou XIIIème siècle  est en vermeil, décoré de feuillages gravés :

    Les vitraux, la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    La Sainte Châsse est un coffret bysantin à douze pans, coiffé d'un toit, il semble qu'elle date du XIème siècle .Les panneaux historiés représentent l'histoire de David, de Joseph et s'orenent d'animaux fantastiques.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Le Trésor de la cathédrale Saint Etienne de Sens possède une belle collection de bâtons pastoraux, de crosses...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    de bagues d'archevêques, et de coffrets bysantins.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    La vision la  plus émouvante, c'est celle des habits sacerdotaux de Saint Thomas Becket, évêque de Cantorbery, qui se réfugia 6 années dans l'archevêché de Sens (à Pontigny). On a conservé son aube, son étole et sa chasuble.

    Les chaussons ne lui appartenaient sans doute pas, mais ils ressemblent à ceux qu'il aurait portés.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    De belles statues de Vierges sont aussi visibles dans le trésor.

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...

    Les vitraux , la sacristie et le Trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Sens...


    (Des commentaires sur le thème de l'article seront les bienvenus, ils me montreront que ce blog vous intéresse et ils me donneront envie de continuer à  l'alimenter .

    Merci.)


    1 commentaire
  • Le voyage culturel des Amis du Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix, a conduit ses adhérents, après la visite de l'église de Villemaur sur Vanne (Aube), à la découverte de la cathédrale Saint-Etienne de Sens, dans l'Yonne.

    Cette cathédrale est impossible à photographier en son entier: elle est enclavée dans les habitations, la place où elle se trouve est encombrée du mobilier des  terrasses de restaurants: parasols, tables, chaises, et de plus elle est en travaux de restauration, donc bâchée en certains endroits.

    C'est pourquoi je la présente en carte postale.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    C'est Bernard Brousse, membre éminent de la Société Archéologique Sénonaise qui a été notre guide,  sa grande érudition et son humour ont conquis les Châtillonnais !

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint-Etienne fut commencée vers 1130,selon le désir  d'Henri Sanglier, archevêque de Sens, en remplacement des trois églises primitives dont les trois porches témoignent.

    . C'est la première des grandes cathédrales gothiques françaises. Elle servit de modèle pour construire Notre-Dame de Paris, les cathédrales de Chartres, Bourges et Cantorbery.

    C'est dans la cathédrale Saint-Etienne que se maria Saint Louis avec Marguerite de Provence en 1234. C'est là aussi que Saint Louis déposa la relique de la Sainte Couronne d'Epines, avant de l'accompagner à Paris où il fit dresser la Sainte Chapelle pour la protéger.

    Le Dauphin, fils de Louis XV (père de Louis XVI, Louis XVIII, et Charles X) demanda à y être inhumé.

    C'est dire l'importance qu'a eu, au cours des siècles, l'Archevêché de Sens.

    L'extérieur de la cathédrale Saint-Etienne :

    La façade possédait autrefois deux tours.A gauche, existait  une tour dite "de plomb",détruite au XIXème siècle. L'autre tour, que l'on voit ci-dessous, a remplacé la "tour de pierre" qui s'était écroûlée en 1268. Elle fut reconstruite et couronnée en 1534 par un campanile octogonal de 78 mètres de hauteur.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le campanile vu de la cour du Palais Episcopal, il abrite deux bourdons :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Au centre du portail central, on voit la statue de Saint Etienne :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le tympan représente la prédication et la lapidation de Saint Etienne.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Saint Etienne est ici en habit de diacre et porte l'Evangile. Sa statue a été préservée à la Révolution, car on l'avait coiffée d'un bonnet phrygien !

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Les soubassements du portail central sont originaux. Bernard Brousse nous présente leurs statues (malheureusement abîmées par les révolutionnaires) qui démontrent l'extraordinaire connaissance des bâtisseurs de cette cathédrale et leurs allusions aux grands penseurs de l'Antiquité.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    En haut on peut voir le cycle des Arts Libéraux : grammaire, dialectique, rhétorique, arithmétique, géométrie, astronomie, musique, philosophie.

    En bas le cycle du Cosmos reflète le catalogue de la nature, on y distingue des animaux : autruche, âne, cygne etc...

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Sur le soubassement de droite du portail central, on peut voir un cycle cosmographique, un calendrier qui commence par Janus (janvier) pour se terminer en décembre. Les activités des différents mois sont représentées ..

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    comme ici les vendanges.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    A gauche du portail central on peut voir le portail Saint Jean Baptiste qui a été réalisé de 1190 à 1200:

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Au tympan, le baptême du Christ.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Sur les soubassements figurent des bas-reliefs, à gauche l'Avarice, à droite (ci-dessous) la Libéralité.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le portail de la Vierge, à droite du portail central, est actuellement invisible car en restauration.

    On peut voir un autre portail, celui du transept Sud, appelé portail de Moïse, lorsque l'on pénètre dans la cour du Palais Episcopal.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint-Etienne de Sens

    Une grande verrière flamboyante surmonte le portail de Moïse.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Un autre portail existe au transept Nord, c'est celui d'Abraham, nous ne l'avons pas vu faute de temps.

    L'intérieur de la cathédrale Saint-Etienne.

    La nef  est longue de 113 mètres, large (avec les bas-côtés) de 27 mètres et haute de 24 mètres:

    La nef, nous dit, Bernard Brousse, présente un mélange harmonieux d'Art  Roman et d'Art Français (que l'on appelle improprement gothique).En effet, le gros-oeuvre date du XIIème siècle, mais l'étage supérieur est du XIIIème et le transept de la fin du XVème.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Bas côté droit : on voit des voûtes romanes, le maître d'oeuvre, formé au Roman a choisi la sécurité en donnant aux voûtes une forme bombée pour mieux supporter le poids des arcs croisés en ogives :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Bas côté gauche :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Art Roman et Art Français se côtoient...

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le triforium, galerie en fausse tribune :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Les chapiteaux des piliers de la nef sont décorés de feuilles et de crochets.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Entre deux piliers accolés , une petite figure intrigue : c'est celle de Pierre de Cognières, alias Jean du Cognot.Cet homme fut au coeur d'un conflit entre le Roi et l'archevêque . Les chanoines, en dérision , utilisaient son visage de pierre pour éteindre leurs cierges !

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

     De beaux tombeaux ornent la nef : celui que l'archevêque Tristan de Salazar  fit construire en l'honneur de ses parents (1516) se compose d'un baldaquin en marbre noir...

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    En face du baldaquin, de gauche à droite : Saint Savinien, Notre Dame et Saint Jean.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le tombeau des deux frères Du Perron qui furent archevêques de  Sens (1636):

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La chaire en bois sculpté est de style néo-gothique (1860) :

    La cathédrale Saint-Etienne de Sens

    Le grand Christ de bois sculpté, face à la chaire, est du XIIIème siècle.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le Choeur de la cathédrale :

    Les grilles du choeur sont du XVIIIème siècle, elles sont l'oeuvre de Guillaume Doré.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint-Etienne était magnifiquement fleurie le jour de notre visite, par les jardiniers sénonais, en effet le lendemain on fêtait Saint Fiacre.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Dans le choeur, au-dessus de l'autel, on admire ce baldaquin, formé d'un couronnement en bois doré et stuc, porté par quatre colonnes de marbre , sur le modèle de celui de Saint-Pierre de Rome (1742)

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Le déambulatoire contourne le choeur:

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    La cathédrale Saint-Etienne de Sens

    Les chapiteaux des piliers du déambulatoire sont finement sculptés comme sur cette photo, prise par Dominique Masson : on y voit le travail de la vigne.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Des arcatures romanes aveugles encadrent la statue du martyr anglais Saint Thomas Becket, évêque de Cantorbery.

    Celui-ci dut s'exiler en France, après son conflit avec le roi d'Angleterre Henri II . Il demeura six ans (1164-1170) dans le diocèse de Sens, notamment à l'abbaye cistercienne de Pontigny où il s’imposa l’observance monastique.

    A son retour en Angleterre, il fut assassiné près de l'église de Cantorbery.

    Sa chasuble, son aube et son étole sont visibles dans le Trésor de la Cathédrale.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Dans la chapelle de Sainte Colombe on admire le monument funéraire du Dauphin , fils de Louis XV et père des trois derniers Bourbon : Louis XVI, Louis XVIII, et Charles X :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Contrairement à l’idée reçue, les corps du fils de Louis XV, le Dauphin de France mort en 1765 et de sa femme, la Dauphine Marie-Josèphe de Saxe, mère de trois futurs rois de France, Louis XVI, Louis XVII et Charles X, morte en 1767, ne sont pas ensevelis sous ce mausolée. Leur sépulture  a été violée sous la Révolution et ils ont été jetés au cimetière de Sens dans une fosse commune en 1794 avant que leurs restes ne rejoignent, à la restauration, le chœur de la cathédrale. A l’origine, le mausolée, voulu par Louis XV, œuvre de Guillaume Coustou, avait été érigé en 1777 sur la sépulture des Princes, au milieu du chœur. Conçu dans le goût de l’époque, il présente deux groupes allégoriques aux côtés d’un cénotaphe surmonté de deux urnes avec, sur chaque face, les épitaphes composées par le cardinal de Luynes, ami du Dauphin. Sauvé pendant la Révolution de la destruction, le mausolée fut reconstitué en 1814 et placé en 1852 dans la chapelle Ste-Colombe.

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Dans la chapelle de Sainte Colombe on admire  un Christ aux Liens :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    Les grandes orgues datent du XIIIème siècle :

    La cathédrale Saint Etienne de Sens

    (Des commentaires sur le thème de l'article seront les bienvenus, ils me montreront que ce blog vous intéresse et ils me donneront envie de continuer à  l'alimenter .Merci.)


    2 commentaires